Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

De quoi faire convulser Marlène Schiappa...

Le meilleur remède contre le féminisme dictatorial et victimaire de Marlène Schiappa ? Peut-être cet extrait du documentaire 30 ans de télévision : vie de couple, vie de famille réalisé par Antenne 2 en 1988.

 

 

Voir aussi, sur E&R :

La France en perspective, sur E&R :

Ce que Marlène ne peut pas comprendre, chez Kontre Kulture :

 






Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1997399
    Le 2 juillet à 12:50 par Marc Merisse
    1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

    Il y’a vraiment de quoi s’ouvrir les veines, ou se taper la tête contre les murs. Mais comme de ça, nous sommes passé à la merde d’aujourd’hui ?
    C’est ça la France, c’est ça les Français, je n’accepterais jamais ce changement de peuple et de mentalité.

     

    Répondre à ce message

  • #1997431
    Le 2 juillet à 13:20 par Marc Merisse
    1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

    Quelle beauté, quelle intelligence, quelle maturité, vous pouvez toujours courir pour trouver des jeunes femmes de cette qualité aujourd’hui. Rencontrer une fille comme ça c’était une promesse d’avenir.
    C’était ça la France, avant qu’elle devienne la frOnce LGBT pro migrant pro gang band fornicatrice et infanticide...
    C’est cette image de la France, qu’elle soit des villes ou des campagnes qui attirait et attire encore le monde entier. Mais les touristes déchantent très vite en voyant ce qu’elle est devenue. De cette France la, il n’en reste RIEN !
    Regardez les caves de la Courneuve lorsque ces ensembles étaient peuplés de Français :
    https://youtu.be/Oj64jFKIcAE?t=465
    Allez voir aujourd’hui. En fait non, je ne vous le conseil pas.

     

    Répondre à ce message

  • #1997791

    J’ai 23 ans j’observe l’ancien monde avec admiration et stupéfaction , tant de pudeur d’intelligence et de profondeur , le charme d’une France qui s’exprime bien sans Hanouna , les télés réalité , les rappeurs et racailles , les hystériques du camp des "humanistes" et leurs monde répugnant
    J’admire avec respect les vieux d’la vielle et leurs société dont je ne connaitrai jamais ni le gout ni l’odeur sans passer part une vie de combat .

     

    Répondre à ce message

  • #1997843

    Veuf de ma première femme, trahi par la deuxième, je rêve de rencontrer une femme comme ça .... mais ce n’est qu’un rêve.
    Ceux qui tirent les ficelles du "système" ont su à merveille utiliser les failles de la psychologie féminine . Mais ne nous y trompons pas, si les femmes singent ridiculement les hommes, les hommes comme des petits fayots, pour plaire et séduire applaudissent des deux mains à cette mascarade.
    Quand nous serons redevenu des Hommes nous retrouverons des Femmes .

     

    Répondre à ce message

  • #1997882
    Le 3 juillet à 09:14 par leperigourdin
    1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

    Epouvantable dégringolade d’une société .

     

    Répondre à ce message

  • #1997929

    Des propos touchants... un idéal formaté par les canons sociaux de l’époque certes, mais beaucoup d’intériorité dans la recherche de sens et la nécessaire compréhension des choses de la vie... En 1960, la société de consommation n’a pas encore produit ses ravages.

     

    Répondre à ce message

  • #1997949
    Le 3 juillet à 11:43 par Su-à-Velib’
    1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

    On voit dans ces petits moments de notre passé (lesz’heureslesplussombres), que les français d’avant étaient des néo-nazi-fascisto-homophobo-intégristes !
    Aucune de ces filles, ni garçons (autres vidéo E&R) ne se sentent non-binaire, trans-genre, inter-sex, gender-fluide pony-play ou chien-chien, ni de regrettent d’etre blanche comme notre héroïne des temps modernes notre Simone Veil de Bauvoir (Juliette de Tolbiac ou Pipo & Pompo)
    Grace à Juliette, je peux enfin assumer ma culpabilité sereinement d’être un salop fils de salops
    Honte à cette vieille France
    Vive les passages cloutés arc-en-ciel , le Prep’, le mémorial de la Shoah, les poires de lavement , Act-Up, le Pir et feu saint Pierre Bergés
    Ainsi que Théo Luhaka qui peut enfin vivre au grand jour son identité de genre
    Ce fut dur mais on y est arrivé , nous pouvons enfin baisser la tête dignement

     

    Répondre à ce message

  • #1998674

    Ca fait rêver et réfléchir. Mais il y a toujours eu des gens lucides sur la situtation réelle et sur les femmes réelles du quotidien.

    "L’IDÉOLOGIE FÉMINISTE : UN OUTIL DE LA CONTRE-RÉVOLUTION !"
    Jeune Taupe, avril-mai 1978
    http://archivesautonomies.org/…/j...

     

    Répondre à ce message

  • #1999530
    Le 5 juillet à 20:54 par Woo-Tong Pyjama
    1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

    C’est le problème des sociétés traditionnelles naturelles : leurs valeurs se transmettent par l’inertie et la reproduction des bonnes pratiques héritées, par "le bon sens commun"... Elles parlaient telles que leurs parents les avaient modelées, par l’instinct reçu : sans même imaginer qu’il pût en être autrement.
    Mais c’est cette génération de femmes qui a cassé la transmission de ces valeurs, de cette manière d’être, c’est cette génération de femmes qui a interrompu la France.
    Car c’est elles qui n’ont pas vu qu’on était en train de les subvertir à coup de pantalons à une jambe, dernier cri, dernière mode à Marakech, et pour lequel elles ont tout abandonné, tout répudié, bradé, dévasté.
    Quand on vit en société endogame, homogène culturellement et ethniquement, protégé par un état qui assure correctement ses fonctions, il est vrai qu’on ne peut pas être préparé au kulturkampf, à l’agression des altérités prédatrices et des parasites mentaux.

     

    Répondre à ce message

  • #1999635

    C’est vrai : nous ne vivions pas avec les garçons. Nous étions éduquées, les filles, séparément et nous n’allions pas aux mêmes écoles. Je portais une blouse en classe, comme toutes les filles, avec le nom et la classe brodés sur la poitrine. En classe, nous avions des cours de couture, entre autre... C’est difficile à imaginer maintenant, mais c’était ainsi. C’était plus strict, plus structuré. Je suis née en 1950. J’ai subi les soixante-huitards comme beaucoup d’entre-vous, les plus jeunes générations. Je ne pense pas être la seule personne à le constater... C’est un fait : les autres ont occupé pendant plusieurs décénies tout l’espace vitale.
    Les soixante-huitards étaient pour la plupart des enfants privilégiés de la petite bourgeoisie. Ils faisaient de la politique politicienne parce que c’était une forme de snobisme intellectuelle et qu’ils étaient un peu oisifs et négligeaient leurs études. Dans certains milieux, il fallait être trotskyste ou bien faire partie d’un groupe de droite... Pour moi, Mai 68 a été une brisure, une chûte, une accélération vers la déchéance SPIRITUELLE que nous subissons actuellement. En vérité, ils ont essayé de nous voler notre âme ; c’est évident. Nous sommes passés de l’ETRE à l’avoir... Nous sommes passés de la recherche d’une vie axée naturellement sur l’essentiel à la recherche compulsive de la distraction et à la futilité, expression du nihilisme. Mes parents étaient petits artisans et travaillaient dur. Notre vie était stricte en apparence, comme la plupart d’entre-nous, à l’époque... mais en vérité, nous allions à l’essentiel avec cette sobriété et cette profondeur qui transparaissent dans cette vidéo de l’époque.
    Je ne dis pas que c’était parfait avant ; simplement je dis que la vie avait encore du sens et de la profondeur... nous étions plus simples et peut-être plus innocents.
    Je vous souhaite de retrouver le sens de la vraie vie. D’être heureux de vivre en conscience.

     

    Répondre à ce message

    • #1999738
      Le 6 juillet à 10:41 par Cassissiacum
      1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

      @Patricia
      Pour la blouse et les filles et les garçons séparés, la vie spirituelle c’est toujours ainsi dans les écoles hors contrat de la fraternité saint Pie X
      Et faut voir le niveau scolaire comparé aux écoles sous contrat et le niveau de réussite aux examens

       
Afficher les commentaires précédents