Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

De quoi faire convulser Marlène Schiappa...

Le meilleur remède contre le féminisme dictatorial et victimaire de Marlène Schiappa ? Peut-être cet extrait du documentaire 30 ans de télévision : vie de couple, vie de famille réalisé par Antenne 2 en 1988.

 

 

Voir aussi, sur E&R :

La France en perspective, sur E&R :

Ce que Marlène ne peut pas comprendre, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Cette série de vidéo sur les jeunes des années soixante est fort intéressante.
    les jeunes semblent bien mieux éduqués et s’exprime beaucoup mieux qu’aujourd’hui.
    Cela amène naturellement à se demander, comment ont ils pu donner la société que l’ont connait aujourd’hui ?
    Car c’est effectivement cette génération qui fut l’artisan de la société post 68, de la société des années 80, de notre génération...

     

    • Je me permets de citer cette maxime pour répondre à votre interrogation : "Ceux qui savent faire font, ceux qui ne savent pas faire enseignent, ceux qui ne savent pas enseigner enseignent aux enseignants et ceux qui ne savent pas enseigner aux enseignants font de la politique."


    • #1996901

      « Comment ont ils pu donner la société que l’on connaît aujourd’hui ? »

      A mon sens, avant les environs des années 50-60, la société était très stricte avec tout ses dogmes, ce qui produisait un nombre incalculable d’idées reçues.
      Et puis est arrivée l’industrialisation, le confort, ce qui était sensé libérer l’individu du travail collectif. Mai 68 n’a rien arrangé idéologiquement parlant avec qui l’ont sait derrière, où des nouvelles valeurs qui n’ont plus de sens on remplacées les anciennes.
      Il n’y a qu’à voir le résultat aujourd’hui.

      Du coup, je pense que la population vivait avant dans un excès, et aujourd’hui, elle vit dans un excès opposé si je puis dire. Je suis convaincu qu’ils nous faut tendre vers un juste milieu, ni trop ni pas assez afin de ré-axer la société sainement. Sinon, il y aura forcément une nouvelle "apocalypse" car parti comme cela l’est aujourd’hui, nous risquons très très très probablement d’aller au clash !

      Enfin, comme d’habitude à en croire l’histoire !


    • - Oui, les gens s’exprimaient beaucoup mieux, ne faisaient aucune faute de français, étaient mieux éduqués, plus cultivés, plus matures, plus humbles, et beaucoup moins débiles.

      - cependant, il ne faut pas s’y tromper : cette jeune fille qui veut arriver vierge au mariage, juste par droiture et profondeur personnelle, ne représentait pas la majeure partie des femmes, mais était juste un reste d’un passé déjà révolu, la preuve, cette génération a fait 68 pour pouvoir coucher partout, avec ivg et cie, et tout cela, avec le peuple de droite compris, puisque ce sont des gens de droite qui ont validé toutes ces merdes. (Mitterrand n’étant arrivé qu’en 81).

      - pour moi, la décadence était inévitable à terme, même sans 68, à partir du moment où il y a exode rural. 68 n’a été qu’un accélérateur, ce n’est pas la source du problème.
      La vie urbaine, non naturelle, et toujours excessive, allait évidemment appeler d’autres besoins, notamment un besoin d’indépendance puisqu’on promeut une société de plaisirs, donc de l’individualisme, etc.
      L’enrichissement augmente les plaisirs et les désirs, donc l’égoisme, et cet enrichissement permet à la femme d’être financièrement indépendante, et donc, elle refuse de cumuler tâches ménagères et boulot, ce qui est compréhensible.

      - donc, on peut taper sur cette génération de 68, mais à mon avis, ca tape dans le vide, car le problème vient de bien plus loin, de l’exode rural et de l’urbanisation, qui a en plus dévirilisé l’homme et dénaturé la femme.

      - il y a un truc "tradi" que je ne partage pas du tout avec cette demoiselle : que la femme reste vierge, mais trouve normal que les gars soient volages et libertins, "à cause de leurs besoins".
      Bah non, on n’est pas des lapins, on se tient quand on est un homme, sinon, des hommes volages vont polluer intérieurement toutes les vierges qu’ils vont dévergonder, et ça donne à terme, une société décadente, la nôtre.
      Ou tout le monde est droit, ou c’est la merde, c’est la leçon de l’Histoire.

      c’est là qu’on voit que certains trucs anciens prétendument "tradis" étaient en fait déjà de la grosse décadence.


    • #1996938

      @ Alain

      Bonjour, dans une de ses dernières vidéos d’actualité, Michel Drac présente sa vision des générations, comment elles ont évolué, et répond en partie à votre question. Même si l’explication ne peut être parfaite, elle permet d’avoir une première approche et le ton est assez plaisant, humoristique. Par exemple, ces jeunes qui ont vécu la guerre ou sont nés pendant ou après la guerre, ont enduré tellement d’épreuves, que ne voulant pas les mêmes pour leurs enfants, ils les ont trop gâté. Et ainsi de suite, jusqu’à la dernière génération, celle des années 2000, qui, pour Michel Drac, semble incompréhensible !

      Il ne devrait pas être difficile pour vous de retrouver le passage de la vidéo puisqu’au début de chacune il y a un sommaire.


    • #1996946
      le 01/07/2018 par envolées-des-incultes
      1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

      Et quand on est aussi une quiche en politique, il reste les affaires, et en dernier ressort, la banque, qui ne demande quasiment rien en compétences. C’est pour ça que ce domaine est plein de demeurés.


  • Quand je vois le changement aussi rapide et radical de mentalité entre une femme des années soixante et celles d’aujourd’hui , cela ne peut être que l’œuvre du diable.

     

    • Est-ce nous qui faisons la vie ou c’est la vie qui nous fait. D’après mon expérience et d’après l’histoire, on ne peut que constater que c’est la vie que nous fait beaucoup plus que nous la faisons et ce, plus par notre opportunisme que par notre volonté d’atteindre tel ou tel but ou être ceci ou cela. Notre opportunisme reste un opportunisme animal, donc complexe, où viennent s’entremêler nos aspirations collectives, individuelles et ainsi que les adversités, les obstacles et les contraintes auxquelles nous avons affaire constituant par elles-mêmes un champ inconnu ou inexplorable par sa complexité et par ses réalités aléatoires.

      C’est ce champ-là que vous appelez le Diable pour tout simplifier et enfermer l’inconnu dans une entité vivante et agissante imaginée qui nous ressemble dans ce que nous nions que nous soyons. Dans un monde de dominants et dominés, le diable est le faible car il est tout désigné pour être sacrifié, lapidé au besoin ou pour expier les fautes de la société. Les dominants croient qu’ils font beaucoup pour eux, pour ne pas hésiter à les envoyer au casse-pipe tout en jouant sur des symboles qui font apparaître tout cela comme naturel. Les minorités défendues aujourd’hui seront les premières à être sacrifiées si tout cela tourne au vinaigre.


    • On a presque l’impression que ça n’est pas la même humanité...


    • Le diable segmenteur et tentateur du marketing


  • L’époque sacrée où les femmes pouvaient avoir le loisir de ne pas travailler quand elles ne le souhaitaient pas. En tant que jeune maman je les envie beaucoup.

     

    • Mon fils est adulte, mais je me souviens très bien du dilemne que vous soulevez, j’aurais donné beaucoup pour ne pas avoir à travailler quand il était petit. Aucune mère n’est insensible à la difficulté de laisser son tout petit pour devoir travailler. Et c’est là qu’on commence à entrevoir la supercherie de nous avoir fait croire qu’on est toute puissante et qu’on peut gérer vie familiale et pofessionnelle sans difficulté. Je vous souhaite plein de courage, Pauline.


  • Dans 10 ans quand le féminisme aura transformé les femmes en objet très rapidement périssable, elles seront nombreuses à regretter de ne pas avoir vécu à l’époque des jeunes femmes de cette vidéo. Ne regrettons pas cette époque, surtout pas, l’avenir réservera aux hommes un sort bien plus confortable. La nature est ce qu’elle est, elle va se rétablir mais j’ai bien peur que cette fois-ci les hommes ne se fassent pas avoir une nouvelle fois ... Aujourd’hui les femmes se prennent pour des princesses, bientôt elles seront obligées de nous vénérer comme des princes pour pas finir seules avec un mioche et des petites aides sociales. Que dire des quarantenaires qui finiront seules car monsieur a trouvé une petite minette aux fesses musclées ? Elles se battront pas pour la richesse et la gloire, non, elles se battront juste pour un petit peu de confort, à l’image de la femme au RSA qui se met en couple avec un smicard, elle aura quand même une vie avec peu de saveur, mais ça sera toujours plus confortable qu’avant. Regardons droit devant, après la pluie le beau temps.

     

    • Triste mais juste.


    • @paixetamour
      Je n’ai pas votre vision de l"avenir, je pense qu’il y aura plus de clochardisations des hommes, le progrès technique accompagnés de la diminution de la main d’oeuvre joue à terme pour les femmes. Il ne sera plus question d’endurance physique mais d’adaptabilité à un poste numérisé, je parle là des entreprises avec des produits fabriqués par automatisation et numérique à l’appui. Les femmes se complairont dans ce nouveau eldorado pour faire manger leurs mômes car l’union sacré du mariage ou l’homme avait encore un peu ce rôle de subvenir matériellement aux besoins du ménage n’existera plus. L’homme ne sera plus qu’un besoin, sexuel, de présence, mais plus du tout celui qui représente la loi dans la famille, c’es à dire la tradition. L’Histoire nous apprend qu’aucun retour aux valeurs antérieurs ne s’est jamais fait sous aucune civilisation. Hélas !


    • @Pitchou

      Malheureusement je suis arrivé aux mêmes conclusions que vous...

      À notre niveau, la seule manière de parer à cette fatalité est de s’expatrier. Et pour avoir travaillé en école qui organise des séjours linguistiques, je peux vous dire que les jeunes russes se démarquent de tous les autres, par leur respect, et les jeunes femmes par leur candeur et leur naïveté. Même les polonais, les hongrois, les slovaques et l’Europe centrale en générale est très avancée dans sa décomposition sociétale, en tout cas chez les jeunes générations.

      M. Soral, dans son livre « Sociologie du dragueur », disait que la jeune femme, parce qu’elle ne connaît pas le travail, est entièrement « amour ». Et bien je n’avais jamais compris cette phrase avant d’avoir effectivement rencontré ces minettes russes, nos jeunes françaises baignant désormais dès leurs 15 ans dans la loi de l’offre et de la demande sexuelle, elles sont conditionnées par la société à être des pétasses.


    • #1997312

      Oui ce que vous dites arrivera peut-être, mais comme la nature est portée d’elle même à revenir à son état d équilibre, et que cet équilibre est notamment constitué de l homme et de la femme respectivement à leur place, ce que dit paix et amour arrivera.

      Aucune civilisation n"est revenu à son état originelle certes, mais à une civilisation décadente (la Rome antique des derniers temps) a toujours succédé une autre traditionnelle (la France monarchique).


    • Exactement, je ne parle pas du présent ni de ce qui arrivera avant les fêtes de Noel, mais bien d’un futur pas si proche que ça, il y a encore du chemin à parcourir dans l’indécence avant que tout revienne à la normale. Mais tôt ou tard tout reviendra à la normale, car oui le monde change et évolue, mais les hommes ont besoin des femmes et inversement.

      Le seul conseil que je peux donner c’est de refuser le mariage, si elle veut se marier il ne faut pas dire oui. N’oubliez pas que le mariage ne sécurise pas l’homme mais la femme ... Que la femme est convoitée et qu’elle n’hésite plus à refaire sa vie, enfants ou non d’ailleurs, sur un coup de tête ou presque, l’amour, les pulsions ... Et puis la pension alimentaire et voir un autre éduquer et punir son gosse ça doit pas être simple. Ne pas déposer la petite graine trop vite c’est pas mal aussi.

      Attention je n’ai pas particulièrement la haine de la femme, pas plus que les autres je pense, moi aussi je rêve discrètement du grand amour, de prendre soin de ma petite chérie, comme nous tous, c’est bien naturel et en attendant restons forts, profitons en et ne tombons pas dans les bras de la mauvaise demoiselle ... A moins d’avoir un ascendant complet sur elle. Disons qu’on ressentira mieux notre coté patriarche, ce qui a finalement bercé la plupart des femmes formidables qui ont réussi à maintenir notre ligné jusqu’ici.


  • Il faut dire aussi qu’a Cette époque, les hommes n étaient pas des fiottes


  • #1996972

    "comment ont ils pu donner la société que l’ont connaît aujourd’hui ?"
    ==> Facile :
    - un peu via l’immigration massive, en commencant par celle des pieds-noir.
    - un peu via la télévision, le rock, mai 68, le rap...
    - un peu via l’éducation nationale, qui a baissé de niveau tout en nous faisant comprendre qu’il ne faut pas être ambitieux.

     

    • ’....l’immigration massive, en commençant par celle des pieds-noirs....."
      Merci de bien vouloir nous éclairer sur le sens de cette mystérieuse affirmation ...
      Une grand’mère qui avait 18 ans en 1960, fille d’un corrézien et d’une belle jeune femme institutrice rencontrée à Oran, ville d’un departement français, elle-même fille d’un ingénieur venu de métropole dans ce département, installer le réseau hydraulique et ayant épousé là une des filles d’une famille d’origine espagnole élevée dans le catholicisme le plus rigoureux qui soit..
      Ma chére mère ayant souhaité connaître la métropole et la famille dont elle portait le nom, mes parents et leurs deux jeunes enfants ( mon petit frère et moi) ont donc "immigré" (sic, lol...) en Corrèze, avec le retour du dernier transport de troupes, le navire "Champollion" en 1946...
      Ces précisions pour expliquer mon questionnement sur le traitement pour le moins peu renseigné et hasardeux que vous faites de la question "pied-noir".
      Nous sommes ici, à E&R, sur le premier site de réinformation français où prendre la parole sur un sujet requiert un minimum de travail, merci de respecter celà.


    • #1997468
      le 02/07/2018 par Pied noir coeur blanc
      1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

      Comment peut-on écrire de telles insanités ? Tous les pieds noirs étaient français avant leur rappatriment. Ce ne sont donc pas des immigrés ! En outre, leurs moeurs étaient très traditionnelles et la plupart pratiquait le catholiscisme avec une grande ferveur. Leurs descendants se sont très bien intégrés en métropole et sont pour la plupart conservateurs sur le plan des valeurs. Donc Nul, 0 sur toute la ligne


    • Rémi Pierre. Je vous rejoins dans ce que vous dites.


  • Moi je suis spontanément et fortement tombé sous le charme de la deuxième demoiselle interviewée !! (la première aussi dans un autre genre).Tant d’amour et de compréhension !! Pauvre Marlène en effet...mais ces femmes sont hélas devenues si rares (et la société ne peut que s’en ressentir)


  • Même en ayant pas vécu cette époque , difficile de ne pas ressentir un peu de nostalgie en voyant des jeunes femmes aussi droites , bien élevées et saines d’esprit. Il y avait encore un peu de mystère et de douceur vis-à-vis des hommes , qui avaient globalement l’air d’être considérés comme étant des "gentlemen emplis d’humour et de bienveillance. "
    Dingue de voir qu’on est passé de ça à une génération d’hommes obsédés sexuels et/ou castrés par les femmes modernes - qui sont devenues , elle - de véritables hystériques et des tarées qui feraient n’importe quoi pour un sac Louis Vuitton ! C’est peut-être mon côté "Pathos" qui s’exprime , mais vivre , ça avait l’air beaucoup moins anxiogène Il y quelques décennies de cela ...


  • Est ce qu’elles étaient moins belles,moins fortes,moins intelligentes,moins libres que celles d’aujourd’hui.C’est l’inverse.Celles d’aujourd’hui sont vulgaires et faibles à coté de ces femmes.Il y a 2 jours dans le RER,3 blanches d’une quinzaine d’années.Seules.Elles avaient du mal à prononcer une phrase sans aboyer et sans dire wesh.Il y a une semaine,seul avec une banquière de 25 ans.Habillée proprement mais aussi vivante qu’un lavabo.

    Voir ces femmes des années 60,ca donne presque envie de pleurer.


  • Je souhaite revenir sur un détail de cette trés belle vidéo, l’immaturité masculine. La fille est le joyau du pére et le fils son remplaçant, le pére DOIT être dur avec son fils (en particulier si il est aîné) pour l’amener à être meilleur que lui. D’où les brimades (tu devras devenir un chef de famille, mur de protection, pas une tapette), la fille elle deviendra "enceinte" d’un enfant avec son mari ,le remplaçant de son père, et devenir le joyau de l’un et de l’autre... avec les générations soixante huitarde et postérieur ce modéle à volé en éclat, mais rien n’est perdu LES CHARDONS ARDENT SONT LÀ, pour ma part je ne lâcherai rien.


  • quelle belle epoque !


  • Cette vidéo est absolument magistrale, si seulement la société (et notamment les femmes) pouvait être encore si douce et innocente...

    Ce qui est le plus triste, c’est que sur internet cette vidéo reçoit justement des commentaires parfois assez négatifs, venant de féminsites / progressistes, etc. (du style, ouah c’était la prison avant, je préfère être libre sexuellement aujourd’hui, chacun fait ce qu’il veut, etc.) Ca fait peur cette bêtise !


  • Se qu’il y a de frappant dans cette vidéo c’est le physique des ses filles, elles font toutes plus âgées. J’ai l’impression qu’il y a eu une grande diminution physique au sain de la population française.

     

    • C’est qu’elles sont vêtues et coiffées comme les femmes de la génération au-dessus de la vôtre, que vous n’avez connues que mûres.
      Les jeunes filles des années soixante étaient souvent très jolies, mais un petit nombre s’émancipait, "sortait en boîte", s’habillait Piccadilly, shetland, menait sa vie d’enfant gâté...
      Cette jeunesse nombreuse a été arrosée d’encouragements à s’amuser dans la vie, de flatteries des médias sur son physique (les parents sont des vieux, donc des croulants et des prolétaires idiots, à jeter) et d’une production musicale imitation US d’assez basse qualité en français. Les jeunes restaient encore français : mesurés, plutôt timides en général, correctement instruits et pas cyniques ni vulgaires, prêts à travailler tôt dans les milieux ouvriers.
      Il manque à cette vidéo la petite bourgeoise, fan futile des Beatles, déjà très conformiste et très formatée, qui finira par voter Macron, Hollande, Sarko... du moment que c’est emballé.


  • #1997120
    le 01/07/2018 par L’ancien temps le bon temps
    1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

    Merci E&R pour cette excellente vidéo après celle tout aussi juste 1962 l’an 2000 vu par les jeunes français, que de pépites.
    Les ravages du féminisme et du sionisme qui va de paire : une société de femen qui est en fait l’anti-thèse du féminisme, les Fourest et cie et en // une société où la pédophilie est érigée en norme de société.
    Je réitère le féminisme est un business oligarchique sioniste aboutissant à une société décadente une vulgarité à tous les niveaux.
    La femme ne se respecte plus et l’intellect est complètement absent de la société française.
    Je vois des ados filles habillées comme des femmes du bois de Boulogne et pourtant issus de classe bourgeoise lyonnaise pour se rendre à l’école.


  • La belle epoque  !
    50 ans plus tard tout a foutu le camp.


  • La femme saine... Et aujourd’hui comment sont les femmes ? Sans commentaire. Ce monde anti-chrétien me dégoûte.


  • #1997177

    Calx

    Oui, tout à fait. Je remarque aussi qu’énormément de jeunes blancs et de jeunes blanches d’aujourd’hui parlent comme des islamo racailles. Ils hurlent et ne peuvent pas prononcer une phrase sans dire "wesh" ou "frère" toutes les dix secondes. Conséquence de l’influence de l’immigration de masse afro-maghrébine.
    C’est très triste.


  • N’idealisons Pas non plus les femmes des années 60 ! Beaucoup de ces femmes , déçues par le mariage et la routine, tromperont leurs maris après la quarantaine. Elles le feront discrètement certes, mais le feront tout de même....

     

  • Entre cette époque et celle que nous vivons, il y a eu comme un loupé, on a raté l’aiguillage et on n’est pas descendu à la bonne gare .
    Malheureusement on ne pourra pas revenir en arrière comme une scène ratée d’un film "va, on l’a refait ? "


  • Plusieurs remarques. Oui ces jeunes filles parlent bien, un langage correct, sans vilains mots et oui, elles semblent avoir une morale : mais tout ça elles l’ont reçu ! Qu’en ont fait leurs contemporains, puisque les enfants nés de cette génération sont ceux qui ont aujourd’hui environ 50 ans, qui à leur tout ont donné vie à celle de nos jeunes !


  • #1997349
    le 02/07/2018 par envolées-des-incultes
    1960 : des jeunes françaises parlent des hommes et du mariage

    Déjà à cette époque, on voyait les ravages de l’immigration. Ils nous ont pas raté les Romains !


  • #1997399

    Il y’a vraiment de quoi s’ouvrir les veines, ou se taper la tête contre les murs. Mais comme de ça, nous sommes passé à la merde d’aujourd’hui ?
    C’est ça la France, c’est ça les Français, je n’accepterais jamais ce changement de peuple et de mentalité.


  • #1997431

    Quelle beauté, quelle intelligence, quelle maturité, vous pouvez toujours courir pour trouver des jeunes femmes de cette qualité aujourd’hui. Rencontrer une fille comme ça c’était une promesse d’avenir.
    C’était ça la France, avant qu’elle devienne la frOnce LGBT pro migrant pro gang band fornicatrice et infanticide...
    C’est cette image de la France, qu’elle soit des villes ou des campagnes qui attirait et attire encore le monde entier. Mais les touristes déchantent très vite en voyant ce qu’elle est devenue. De cette France la, il n’en reste RIEN !
    Regardez les caves de la Courneuve lorsque ces ensembles étaient peuplés de Français :
    https://youtu.be/Oj64jFKIcAE?t=465
    Allez voir aujourd’hui. En fait non, je ne vous le conseil pas.


  • J’ai 23 ans j’observe l’ancien monde avec admiration et stupéfaction , tant de pudeur d’intelligence et de profondeur , le charme d’une France qui s’exprime bien sans Hanouna , les télés réalité , les rappeurs et racailles , les hystériques du camp des "humanistes" et leurs monde répugnant
    J’admire avec respect les vieux d’la vielle et leurs société dont je ne connaitrai jamais ni le gout ni l’odeur sans passer part une vie de combat .


  • Veuf de ma première femme, trahi par la deuxième, je rêve de rencontrer une femme comme ça .... mais ce n’est qu’un rêve.
    Ceux qui tirent les ficelles du "système" ont su à merveille utiliser les failles de la psychologie féminine . Mais ne nous y trompons pas, si les femmes singent ridiculement les hommes, les hommes comme des petits fayots, pour plaire et séduire applaudissent des deux mains à cette mascarade.
    Quand nous serons redevenu des Hommes nous retrouverons des Femmes .


  • #1997882

    Epouvantable dégringolade d’une société .


  • Des propos touchants... un idéal formaté par les canons sociaux de l’époque certes, mais beaucoup d’intériorité dans la recherche de sens et la nécessaire compréhension des choses de la vie... En 1960, la société de consommation n’a pas encore produit ses ravages.


  • #1997949

    On voit dans ces petits moments de notre passé (lesz’heureslesplussombres), que les français d’avant étaient des néo-nazi-fascisto-homophobo-intégristes !
    Aucune de ces filles, ni garçons (autres vidéo E&R) ne se sentent non-binaire, trans-genre, inter-sex, gender-fluide pony-play ou chien-chien, ni de regrettent d’etre blanche comme notre héroïne des temps modernes notre Simone Veil de Bauvoir (Juliette de Tolbiac ou Pipo & Pompo)
    Grace à Juliette, je peux enfin assumer ma culpabilité sereinement d’être un salop fils de salops
    Honte à cette vieille France
    Vive les passages cloutés arc-en-ciel , le Prep’, le mémorial de la Shoah, les poires de lavement , Act-Up, le Pir et feu saint Pierre Bergés
    Ainsi que Théo Luhaka qui peut enfin vivre au grand jour son identité de genre
    Ce fut dur mais on y est arrivé , nous pouvons enfin baisser la tête dignement


  • Ca fait rêver et réfléchir. Mais il y a toujours eu des gens lucides sur la situtation réelle et sur les femmes réelles du quotidien.

    "L’IDÉOLOGIE FÉMINISTE : UN OUTIL DE LA CONTRE-RÉVOLUTION !"
    Jeune Taupe, avril-mai 1978
    http://archivesautonomies.org/…/j...


  • #1999530

    C’est le problème des sociétés traditionnelles naturelles : leurs valeurs se transmettent par l’inertie et la reproduction des bonnes pratiques héritées, par "le bon sens commun"... Elles parlaient telles que leurs parents les avaient modelées, par l’instinct reçu : sans même imaginer qu’il pût en être autrement.
    Mais c’est cette génération de femmes qui a cassé la transmission de ces valeurs, de cette manière d’être, c’est cette génération de femmes qui a interrompu la France.
    Car c’est elles qui n’ont pas vu qu’on était en train de les subvertir à coup de pantalons à une jambe, dernier cri, dernière mode à Marakech, et pour lequel elles ont tout abandonné, tout répudié, bradé, dévasté.
    Quand on vit en société endogame, homogène culturellement et ethniquement, protégé par un état qui assure correctement ses fonctions, il est vrai qu’on ne peut pas être préparé au kulturkampf, à l’agression des altérités prédatrices et des parasites mentaux.


  • C’est vrai : nous ne vivions pas avec les garçons. Nous étions éduquées, les filles, séparément et nous n’allions pas aux mêmes écoles. Je portais une blouse en classe, comme toutes les filles, avec le nom et la classe brodés sur la poitrine. En classe, nous avions des cours de couture, entre autre... C’est difficile à imaginer maintenant, mais c’était ainsi. C’était plus strict, plus structuré. Je suis née en 1950. J’ai subi les soixante-huitards comme beaucoup d’entre-vous, les plus jeunes générations. Je ne pense pas être la seule personne à le constater... C’est un fait : les autres ont occupé pendant plusieurs décénies tout l’espace vitale.
    Les soixante-huitards étaient pour la plupart des enfants privilégiés de la petite bourgeoisie. Ils faisaient de la politique politicienne parce que c’était une forme de snobisme intellectuelle et qu’ils étaient un peu oisifs et négligeaient leurs études. Dans certains milieux, il fallait être trotskyste ou bien faire partie d’un groupe de droite... Pour moi, Mai 68 a été une brisure, une chûte, une accélération vers la déchéance SPIRITUELLE que nous subissons actuellement. En vérité, ils ont essayé de nous voler notre âme ; c’est évident. Nous sommes passés de l’ETRE à l’avoir... Nous sommes passés de la recherche d’une vie axée naturellement sur l’essentiel à la recherche compulsive de la distraction et à la futilité, expression du nihilisme. Mes parents étaient petits artisans et travaillaient dur. Notre vie était stricte en apparence, comme la plupart d’entre-nous, à l’époque... mais en vérité, nous allions à l’essentiel avec cette sobriété et cette profondeur qui transparaissent dans cette vidéo de l’époque.
    Je ne dis pas que c’était parfait avant ; simplement je dis que la vie avait encore du sens et de la profondeur... nous étions plus simples et peut-être plus innocents.
    Je vous souhaite de retrouver le sens de la vraie vie. D’être heureux de vivre en conscience.

     

    • #1999738

      @Patricia
      Pour la blouse et les filles et les garçons séparés, la vie spirituelle c’est toujours ainsi dans les écoles hors contrat de la fraternité saint Pie X
      Et faut voir le niveau scolaire comparé aux écoles sous contrat et le niveau de réussite aux examens


Commentaires suivants