Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2328859

    argot de base, teinté d’arabe et de gitan.
    pauvre france, en 83 deja ça fermentait bien.

     

    • #2328935
      le 24/11/2019 par Pierre-Albert Espénel
      1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

      Le niveau avait bien baissé. N’étaient ils pas diminués par les drogues et alcools forts des "teufs". Je ne retrouve pas la verve et la politesse des années 75. Je crois que les punks faisaient déjà école et la jeunesse s’enfonçait dans le cynisme et la bêtise. Cela marquait la fin de la hyp generation.


    • #2328943

      Et pourtant, dès qu’on regarde des images d’il y a seulement plus de 20 ans, on se dit "c’était mieux avant". Preuve que nous allons vers l’abîme.....


  • #2328861
    le 24/11/2019 par Lynx dans la brousse
    1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

    J’aurais aimé être lycéen à cette époque. Fallait assurer grave devant les gadjis mais au moins on te laissait le droit de te la péter même si t’en avais pas forcément les moyens.

    Ça me rappel quand même mon premier rdv au cinoche quand j’étais collégien le padre d’une fille de bonne famille avec qui on kiffais bien avait été jusqu’à l’emmèner pour me la confier, trop de pression j’avais fui comme un perdant après le film L’as Vegas Parano, quel choix à la con je ne me droguais même pas encore, je crois même pas qu’on s’était embrassés. Pas évident de devenir un homme sans les conseils ds son paternel.

    Tout le monde s’en tape, sauf moi évidemment. Beaucoup de choses se jouent sur les premiers flirts. Après j’ai mieux assuré , mais j’étais déjà devenu un junkie irrécupérable.


  • #2328863

    ca n’a pas bcq changé sur l’argot, bcq de mots sont toujours utilisés....
    Sur Djaj (Poulet) pour flic emprunté de l’arabe j’ai jamais entendu en banlieue...On dit plutôt Ahnouch(a) (Serpent(s)) toujours de l’arabe pour dire Flic(s).
    Sur les lycéens on peur voir encore la beauté naturelle de cette jeunesse sans chichi heureuse et tŕès souriante qui s’exprime encore dans un français parfait et sans faute au tableau (..) mais déjà l’accent est différent de celui des années 60...
    Ajd l’accent français de banlieue ressemble à un mélange d’accent africain et arabe populaires (faire attention aux intonnations pour le constater) avec un vocabulaire pauvre et incrusté de nike ta mère à toutes les sauces...Misère !!!!


  • #2328906

    En 83, j’entrais en etudes sup, mais pas vu cet argot de l’époque car je sortais d’école privée pour entrer encore en privé. Ecoles strictes à l’ancienne : on pouvait pas laisser les mains dans les poches, etc. Des trucs inimaginables aujourd’hui... Le prof qui exigerait ca aujourd’hui se verrait gratifié d’un "tu veux quoi, là ??? Va niquer ta rem", s’il se prendrait pas une mandale...
    Le plus triste est le changement intérieur des gens, des jeunes vissés sur eux-mêmes, des filles indraguables sans romantisme ni fidélité, des gars faibles, instables et immatures, le tout baignant dans un monde sans valeurs et débile. J’aimerais pas etre jeune aujourd’hui.
    Après, on vient dire que des "allogènes" ont foutu la pagaille. Mais il n y a pas de bouc émissaire, ils n ont fait qu accompagner une enorme décadence propre a l occident. Je le sais, je l’ai constaté de moi-meme. Chercher sans cesse des coupables ailleurs est stérile, stupide et ca ne resoud rien du tout. Il ont une responsabilité, nous avons la nôtre, qui n’est pas mince non plus.

     

    • ben quand je vois cette video je me dit qu’etre jeune ca craint a toutes les epoques...au moins aujourd’hui les loustics ont internet et ceux qui veulent peuvent se cultiver sans attendre les profs et leurs cours chiants a creuver...

      la bibliotheque c’est pas pour tout le monde et y a encore un effort social a faire...chez toi t’es tranquille, tu bois le monde entier a travers ton ecran...ca en developpe certains et en abrutits d’autres,

      mais en general je trouve les eleves moins cons que ceux qu’on vient de voir qui ont l’air d’etre de sacree taches a rigoler comme des debiles avec leur langage a deux balles


    • #2329008

      Dav,

      Tout a fait !
      Dans le public, ils étaient deja débiles, bien sur.
      J etais protégé car j etais dans le privé tres strict, en marge de la société.

      Sinon, en effet, le net permet beaucoup de choses merveilleuses et d ouvertures sublimes, sauf que l ambiance culturelle et sociétale actuelle est tellement pathologique et maladive que je ne suis pas sur que tant de gens en profitent. Le net facilite les etudes, bien sur, mais pour la hauteur d esprit....
      Je prefere les 60’s et 70’s pour ma part. (et surement pas 1983 ou les 80’s qui etaient deja l antichambre de notre monde actuel).


    • #2329237

      Dav, avant internet il y avait les bibliothèques et on s’informait autrement mieux que maintenant
      aujourd’hui c’est le désir d’apprendre, la volonté qui manque, donc les jeunes de maintenant ils ont beau avoir internet, ils s’en servent comme des branques.
      ensuite , dans une société normale, les enfants et les adolescents ont leur monde, leurs rites, leur langage. il y a surtout des bandes, une vie sociale dont les adultes sont totalement exclus.
      j’ai connu encore ça dans les années soixante et je retrouve ça en Asie les bandes d’enfants. maintenant, les paradigmes ont bien changé, l’enfant unique ultra protégé ne va plus en bandes, il fait du vélo avec un casque et est relié 24h sur 24 à papa maman par le portable. sa vie sociale se résume à l’école ; et à l’adolescence c’est le clavier qui occupe tout l’espace ludique, à part quelques fêtes organisées bien sûr chez les parents. les bandes, elles,sont devenues des gangs de racailles


  • #2328907

    J’ai donné des cours de piano à une petite bourgeoise (bohème) qui fréquente un collège public à Paris. A un moment en discutant un peu elle me sort : oh le " miskine" ! Parait-il qui veut dire "oh le pauvre" en arabe...

     

    • #2328936
      le 24/11/2019 par Lynx dans la brousse
      1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

      Oui d’ailleurs le terme "mesquin" vient de là, tout comme mesquineries. On a d’autres termes qui viennent de l’arabe en les inversant de leur sens de base, comme aussi sadique qui vient de Sadiq en arabe, qui donne sidiqin, pour véridique. On nous en a fait une perversion de la veridicité, à n’y rien y comprendre ma bonne dame !
      La langue française des 200 dernieres années a
      été la langue reine de l’inversion du sens originel et éthimologique des racines des mots. A croire que les français avaient quelque chose de honteux à cacher sinon je comprends pas.
      Ou bien c’est les langue de base qui étaient dans le mauvais sens, et le français les a remis à l’endroit, mais malgré mon faible niveau d’études universitaires moi qui n’est doté que d’un petit doctorat en toxicologie, je me permet d’en douter.


    • #2328960
      le 24/11/2019 par Identité effacée
      1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

      @ Lynx,

      Peut-être que Sadiq veut dire "véridique en arabe , mais l’adjectif français " Sadique" vient du Marquis de Sade et n’est en aucun cas un terme arabe. Pas la peine de voir des arabes partout dans notre culture .


    • #2328985

      oui la mot "mesquin" est peut-être le mot français dont on peu faire remonter les racines les plus loins ! 4.500 ans !
      En-effet il vient de l’italien meschino, qui lui-même vient de l’arabe, meskin qui veut dire pauvre. Mais l’arabe n’est jamais qu’une langue sémitique comme les autres. Et la plus ancienne des langues sémitiques connues est l’akkadien ou assyro-babylonien. Et à Babylone il y avait déjà des classes sociales, la plèbe de Babylone s’appelait les meshkin.

      c’est ce qu’on appelle des racines.


    • #2329013
      le 24/11/2019 par Lynx dans la brousse
      1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

      Identitée effacée, peu importe, c’est quand même de l’ inversion des langues des Livres Sémitiques , même si ça passe par le nom d’hommes pervers français.

      Sans l’Arabe coranique, je ne l’aurais sans doute jamais réalisé, c’est pas l’éducation nationale qui m’en aurait parlé. Par contre malgrés mes études approfondies en toxicologie après a un rejet de l’éducation nationale, là où ni en Christianne ni en judaïsme ni en franc maçonnisme on aurait accepté de m’apprendre quoi que ce soit, en Islam on m’a dit, t’es pas pire que les autres, Dieu est Miséricorde.

      Merci l’Islam et l’Arabe coranique.


    • #2329046

      @anonyme
      qui aussi vient du mot Meksine qui en homme prehistorique veut dire " tait toi Marlène fais pas chier" chier qui a donné Shiappa.


    • #2329061
      le 25/11/2019 par Identité effacée
      1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

      Lynx,

      Je ne vois pas pourquoi l’éducation nationale de ce pays aurait du vous apprendre les langues sémitiques. Il y a des spécialisations universitaires en langues orientales pour ça.

      Ce que j’attends de l’éducation nationale de mon pays, c’est que les enfants en sortent en sachant lire, écrire compter et conter l’histoire de leur pays....Mais ça, c’est pas gagné !


    • #2329121
      le 25/11/2019 par Lynx dans la brousse
      1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

      Identité effacé, pourquoi protéger un système qui t’as menti sur l’histoire de ton pays , et qui a même effacé ton identité.

      J’ai retrouvé la mienne avec l’Islam, et j’ai pas attendu qu’un athé, un chrétien ou un soit disant musulman me dise que c’est un Honneur pour le savoir. Il y a des chose que l’on réalise qu’en implorant à son Seigneur de nous montrer Sa Vérité, si jamais on a des doutes on qu’on a pas la foi en Lui à cause du lavage de crâne subit des la naissance. Aujourd’hui j’ai plus de doute, ni sur l’islam, ni sur le retour du Christ, ni sur la vrai histoire de France. Pas celle qu’on m’a imposé jusqu’à la torture à l’éducation nationale des francs maçons sataniqués.

      Ils m’ont apprit à lire et à compter, je les remercie pour ça, enfin surtout mes parents, qui auraient fait aussi bien sinon mieux que cette usine à déstruction d’âmes.
      J’ai été déséduqué dans cette usine, comme tout les enfants qui y passent. Vive la France t’as raison... Vive les français qui se sont barré pour être reconnus ailleurs à leur juste valeur plutôt. Ici c’est déstruction de l’âme avec les bénédictions des catholiques.

      Merci l’Eglise des Hypocrites.


  • quelle bande de cons on dirait des adultes attardés ca prouve bien que les rebelles d’aujourd’hui sont les ringards de demain


  • #2328963

    Mon Dieu, C’était déjà aussi dégueulasse à cette époque ?! ils ont l’air tellement fiers de massacrer leur langue maternelle et ce démago de "journaliste" qui fait semblant de s’intéresser. Le fait que cela se passe dans une salle de classe n’a rien d’anodin, comme dans un cours on traduit au tableau le nouveau langage des jeunes, pathétique...

     

    • #2329737
      le 26/11/2019 par Snake Plissken
      1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

      Franchement j’ai pensé la même chose que toi,mais pour avoir été moi aussi lycéen dans les années 80,et je peux te dire que ceux de ce reportage ne sont pas vraiment des lumières même si ado t’es toujours un peu con.^^
      Après tu ressens aussi leur timidité face à la caméra d’autant qu’ils répondent aux questions (certes stupides) d’un adulte.
      A l’époque au lycée j’avais des potes avec qui on parlait littérature,avec d’autres encore on parlait sports ou musique,la vie des ados quoi,à mon Dieu que le temps passe vite....


  • #2328978

    On comprend pourquoi on est là où on en est aujourd’hui, il y a eu un long boulot avant ! ( et pourtant je suis des années 80 )


  • #2328979
    le 24/11/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
    1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

    aujourd’hui, on n’entend plus que les rafales de balles


  • #2328990

    Et aujourd’hui, ils parlent comment ces vieux cons qui furent de jeunes cons ?
    Noter qu’à L’époque déjà, la télé orientait la bêtise crasse, sous fond de modernité.


  • #2329003

    Le dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey est passionnant, très complet .


  • #2329078

    J’ai un peu honte de moi en regardant cette vidéo (de manière légère, il ne faut pas dramatiser), mais j’ai eu cette petite période jeune con où j’empruntais des éléments de langage de personnes "moins bien éduquées que moi" en croyant que c’était une façon de lutter contre le pouvoir, mal éduqué au sens noble.

    Quelques années après cette vidéo, une dizaine. Ça ne rends pas con pour autant. Un passage classique chez les petits bourgeois rebelles.


  • #2329112

    Que l’on utilise à la limite des termes "argot" quelques fois, mais lorsque des mots Français disparaissent complètement , je trouve cela à la longue déplaisant et racoleur
    Exemple : le mot femme a pratiquement disparu (meuf) .Le mot j’aime (je kiffe) et en voie de disparition .Ces mots sont malheureusement les plus utilisés et vulgaires .
    Une personne qui parle très bien le Français, ça se remarque, et c’est tellement plaisant .


  • #2329383
    le 25/11/2019 par sylvie une française
    1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

    Depuis des années certains jeunes ont toujours aimé déformer la langue française pour se "démarquer", malheureusement ils se ridiculisent.
    J’ai malgré tout souri lorsque la jeune fille remettait un accent circonflexe ou demandait s’il fallait mettre un "e".
    Heureusement, même en 2019, pas mal de jeunes utilisent convenablement la langue de Molière, tout dépend de l’éducation qu’ils ont reçue.


  • #2329450

    Permettez-moi de vous annoncer que vous passez à côté du principal les copains.
    Les "jeunes" (la catégorie reste à définir) ont toujours eu leur langage.

    Situation sociale (parasitaire avec du temps et un pouvoir d’achat assez maigre (le Marché a horreur du vide, donc création d’un marché spécifique, ici cela passe aussi par le vocabulaire)), envie de se détacher des parents (encore ici par le langage, en tout cas en partie), envie de ne pas être largué par le groupe ("excellemment" exacerbé aujourd’hui par l’opposition Boloss/Popular).

    Le langage est, a été (depuis un peu avant 1980), et sera maintenant une marque pour les "jeunes", au sens trade mark, copyright.
    C’est estampillé Nike, Adidas, etc...Bon, en ce moment, c’est très Nike...la France, ça changera aussi sûr que l’on passe au citron suivant quand celui que l’on tient est sec archi-sec, foi de Marché.
    J’avais 12 ans au moment de ce reportage, j’te raconte pas la Teuhon si t’avais pas les dernières baskets.
    Je raconte ma vie ; avec 5/6 potes, on économisait pour s’acheter un polo Lacoste, Lacoste au quartier c’était le top, on était époque ouaze, fallait cartonner sur les marques, la jouer "bourge" quoi.
    Et donc, avec notre polo chacun, on en prenait tous un de couleur différente et on se les prêtait. Et style chacun d’entre nous se présentait chaque jour avec un Lacoste une fois noir, une fois rouge, une fois vert. Bon je vous cache pas que le lave-linge familial tournait plein pot mais on cartonnait grave. On le faisait même avec les chaussettes (ne pas rire), des Burlington. Des Burl’ avec des running, fatché on était vraiment trop c¤ns.

    Bref. Dans ce reportage, on voit que le vocabulaire, les expressions s’apparentent à des marques et que les marques font du langage un pontife, presque une eschatologie.

    De là à dire que dans la société moderne, ou plutôt post-moderne (fut un temps où la production était adaptée à l’achat), le Marché a remplacé le Clergé, la spiritualité, on nomme cela comme l’on veut, et bien il n’y a qu’une virgule à laquelle je dessine une paire de bùrnes en haut, et je marche sur cette ponctuation de bande-mou.

    Non, je reviens à ma première phrase, ce que j’ai détecté dans le doc, le plus important est formellement la vidéo, avec déjà les mêmes relais que l’on connaît aujourd’hui.
    Les producteurs/animateurs troskistes qui met en lumière ces jeunes qui ne parlent pas comme les autres et dont le but est de sacraliser cette "sémantique", bras articulé et porteur du Marché.

     

    • #2329545

      Croyez-le ou pas, j’ai fait 2500 caractères sur 2500, même que je me suis lu a priori sur "Les producteurs/animateurs troskistes qui met en lumière" alors que c’est "mettent" au pluriel de "producteurs/animateurs troskistes" bien sûr. Et puis j’ai mis en ligne malgré tout, ça me faisait chier de gratter 2 signes par ailleurs.
      Ça tombe bien parce que c’est l’objet de mon ajoût ; je remarque dans le documentaire que ces "jeunes" ont le soucis d’écrire un français correct (l’élève qui, arrivée à la fin de son mot revient mettre l’accent adéquat (t’as des couettes, (oh pùté j’suis un neuj’, j’suis speed, un gueudin)) sur la première lettre de celui-ci.

      Ce qui me permet de conclure ; ça fait 45 ans que les jeunes sont c¤ns, mais en 80 ils étaient moins illétrés et moins paresseux, parce que le langage SMS c’est ça, hein ! Extrême paresse et extrême analphabétisme sous couvert de modernisme (ou comprendre "progressisme"). Langage SMS=progressisme. Aaarhh, on s’marre, allez, boujou chez toi mon gô !

      PS : dans tous les cas où j’ai utilisé des termes "djeunes", comme "teuhon" par exemple, et bien je ne me suis pas forcé, je connais de ces mots et je les utilise parfois, par soucis d’être proche des jeunes, de ne pas me sentir exclu, etc... ?
      Et bien je crois que parmi ces jeunes cons, je suis pire ; un vieux con théoriquement adulte mais pratiquement en plein dans le Système Marchand, démocratie de Marché. Et c’est peut-être pire (et encore je ne vote pas).


  • #2330303

    Le souci n’est pas tant le passage bête de ces adolescents à l’usage de l’argot, presque tous les gosses y passent un jour ou l’autre.
    Cet argot s’est institutionnalisé dans le monde adulte. Yes la meuf est dead a remplacé le Casse-toi pauv’con et à l’international c’est "Grab them by the pussy".
    Dans les années 80 nous avions des professeurs de français qui tenaient la route et des politiques, publicitaires, chanteurs, qui ne se permettaient pas cette vulgarité (on fera l’impasse sur Renaud, Nina Hagen qui aimait beaucoup son micro ou les Sex Pistols et tout le monde marginal du punk).
    Je me demande dans ce contexte assez crado d’aujourd’hui comment les jeunes pourront s’y retrouver une fois cette crise passée.


  • #2330862
    le 27/11/2019 par Lynx dans la brousse
    1983 : les expressions à la mode chez les lycéens

    Hé les anciens qui jugent les jeunes d’avant ou d’aujourd’hui, vous vous prenez trop la tronche. Rappelez vous quand vous étiez minots, tout était plus simple, on se prenait moins le cerveau, même sans le denier, la thune, les lovés... Je sais que vous êtes capable d’y arriver. La vie est courte l’argot n’a jamais tué l’intelligence de personne, demandez à San Antonio il vous le dira. L’essenciel dans tout ça , garder la foi.


Commentaires suivants