Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

1983 : seuls et sans femmes

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

99 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2167891
    le 28/03/2019 par Si tu veux la paix ,achète des bouchons d’oreille
    1983 : seuls et sans femmes

    Seul avec femme c’est pire !

     

    • #2167932
      le 28/03/2019 par tintin
      1983 : seuls et sans femmes

      ,dit-il avec humour.

      L’accomplissement de chacun n’a lieu qu’en couple, tout le reste c’est de la rigolade.


    • #2167989
      le 28/03/2019 par Ray
      1983 : seuls et sans femmes

      @tintin : Personnellement je suis célibataire et j’ai juste quelques relations sexuelles de temps en temps qui me suffisent. A part le cul, le reste c’est que des emmerdes, j’ai pas le temps pour ça !


  • #2167902
    le 28/03/2019 par mlbln
    1983 : seuls et sans femmes

    On est quand même, dans une bonne part des personnes filmées, sur des mecs chiants, sans passion : l’un d’eux avoue que sa routine quotidienne le rendait heureux. Ils ne se doutent pas que leur moitié soit mécontente, puis sont sidérés par la demande de divorce.
    Il n’y a pas de fumée sans feu, et s’étonner d’une séparation quand les signes de mécontentement sont là, je considère que ça relève d’un manque de perception de la part des hommes seuls interrogés.

    Un bon point, tout de même, ils arrivent tous à synthétiser et prendre du recul sur leur situation. Un documentaire aujourd’hui aurait probablement mis l’accent sur l’aspect émotionnel de la séparation.

     

    • #2167980
      le 28/03/2019 par reymans
      1983 : seuls et sans femmes

      Oui enfin on ne peut pas forcement devenir ce qu’on est pas de base.
      Des aspirations de vie ça se discute, si on a pas les mêmes bah on se met pas en couple ensemble.
      Perso j’aspire à une vie de peigne-cul, une vie tranquille, par contre j’annonce la couleur d’emblée.
      Si une nana finit par venir me polluer l’existence pour à la fin se barrer parce qu’elle s’emmerde, je suis sans pitié car j’ai prévenu avant.
      Je caricature certes mais il y a de ça quand même, le truc c’est plutot que, de plus en plus, les femmes en veulent plus, trop même.
      On ne peut pas se transformer en ce que l’on est pas.
      Quant aux femmes elles mêmes, c’est aussi, régulièrement, la désillusion, quand elles peuvent s’apercevoir que la vie de bohème ca va un temps mais que rien ne remplace la douceur d’un foyer finalement.
      Cela dit, on m’a souvent jeté au visage que j’avais une mentalité de vieux con.
      J’assume.


    • #2168045
      le 28/03/2019 par Richard
      1983 : seuls et sans femmes

      @ mlbln

      En quoi c’est mal d’être heureux de la vie de famille et de s’en satisfaire ?

      D’abord, cette "routine" comme elles appellent ça, c’est de la stabilité. Stabilité que les femmes exigent elles-même comme pré-requis à une relation durable.
      Ensuite, si ces mecs avait des passions, la femme en serait jalouse et lui reprocherait de ne pas s’occuper suffisamment de sa famille après le boulot. Ou pire, douterait de ses activités en soupçonnant une tromperie.

      Ce sont ELLES qui veulent foutre le camps ailleurs parce qu’elle ont trouvés d’autres sucettes, et elles s’en vont de la pire façon pour que le mec pète les plombs afin de lui faire porter le chapeau, et ainsi obtenir un maximum de compassion des proches et de la "justice". "Vous voyez ? Il est fou et violent ! J’ai bien fait, hein ?"

      La méchanceté des femmes est sans limite. Y’a qu’à voir celle qui déménage les meubles pendant que le mec est au boulot, et l’autre à la soirée qui dit à son mec de rentrer tout seul parce qu’elle a envie de s’en taper un autre.


    • #2168162
      le 28/03/2019 par Benz
      1983 : seuls et sans femmes

      Encore un champion qui se croit au dessus des autres hommes. J’espère que tu vas en baver tu comprendras enfin.
      75% des divorces sont initiés par les femmes.
      Dans tous ces cas les hommes ont tort bien sûr.


    • #2168259
      le 28/03/2019 par Rocco
      1983 : seuls et sans femmes

      moi elle m’a viré , me reprochait qu on sortait pas assez , pas assez au cinéma..
      Maintenant elle a du temps pour y aller seul


  • #2167903
    le 28/03/2019 par VIVACHAVEZ
    1983 : seuls et sans femmes

    Témoignages que je peux valider pour avoir vu ce genre de situations dans mon entourage. Et ce qui était valable en 1983 l’est toujours près de quatre décennies plus tard.
    Quant à la sortie du deuxième interviewé sur les "p...tes du MLF" et "les ayatollahs du tribunal", il est tout à fait dans le coeur du problème.


  • #2167914
    le 28/03/2019 par Schiappa ?Scapa
    1983 : seuls et sans femmes

    J’ai vu la vidéo sur YouTube, dans le listing il y a la vidéo de Soral sur « les femmes ». Ça me semble un bon complément... Voici :
    https://www.youtube.com/watch?v=Dkn...


  • #2167919
    le 28/03/2019 par fou
    1983 : seuls et sans femmes

    Oh putain la deuxieme interview : )

    Ca depote !!

    Le politiquement correct n’existait pas a l’epoque. On voit vraiment la feminisation de la societe !!


  • #2167923
    le 28/03/2019 par calal
    1983 : seuls et sans femmes

    la vie a toujours ete une lutte plus ou moins evidente. Nous, hommes, payons le prix de notre securite : nous n’allons plus mourir dans les tranchees puisque l’arme nucleaire nous a premuni jusqu’a present de guerre sur notre territoire. Par contre, comme il y a plus d’hommes qui survivent, les femmes n’ont plus a se faire concurrence pour une denree rare. Nous ne mourons plus seul les entrailles dechirees par un morceau de fer, mais seul dans un appart chauffe,le bide bien rempli et la tele allumee. Tant mieux pour nous.

     

    • #2168345
      le 29/03/2019 par europhobe
      1983 : seuls et sans femmes

      Ne soyez pas si présomptueux ! M’est avis qu’après s’être tapé le mépris féminin on va en plus subir une guerre civile, et du confort ou de l’amour nous n’aurons goûté à aucun des deux !...


  • #2167926
    le 28/03/2019 par letouriste
    1983 : seuls et sans femmes

    En dehors des raisons invoqués qui sont intéressantes dans cette période sociologiquement transitoire, on peut remarquer que les personnes interroger savent savent s’exprimer correctement, articuler et structurer leur réponse (on voit sur les visage la réflexion plus que l’émotion comme aujourd’hui) pour que la personne en face comprenne.


  • #2167928
    le 28/03/2019 par Friendly
    1983 : seuls et sans femmes

    En fait ces prototypes de féministes ne sont que des allumeuses, et elles n’ont rien "sous le capot", ce qui fait qu’ ayant peur d’assumer au bout d’un certain temps avec leur mari ou compagnon une sexualité apaisée et dans l’incapacité de respecter le désir masculin, elles passent à l’acte en fuyant, l’enfant étant l’objet de leur chantage et de leur sentiment de percussion.
    Et dire qu’il y a eu des juges, ou plutôt des pseudos juges, n’ayant aucune psychologie, qui se sont laissé manipuler par des femmes à peine sorties de leur bac à sable.


  • #2167929
    le 28/03/2019 par Bertrandduna
    1983 : seuls et sans femmes

    J’ai l’habitude de regarder les commentaires youtube. Pour me donner une idée de ce que pense les gens.
    En lisant leurs commentaires. Ça me confirme une nouvelle fois, que les gens sont con. Tu te prends une baffe et tu viens encore te mettre à genoux à la supplier te de ne pas te quitter.
    Forcément si tu accepte de te faire dominer, la femme va prendre avantage de toi.
    Si tu accepte les conditions de la femme au début de la relation, tu es juste sa pute et son porte monnaie.
    On cherche tous quelqu’un avec qui partagé sa vie. Mème dans les années 80 ils avaient pris conscience que l’homme était plus sincère.
    Une femme te trompera toujours car elle a rien à perdre. Elle trouvera toujours un pigeon. Par contre tu peux être sur que si tu es riche. Elle te trompera jamais, car elle peut tout perdre.

     

    • #2168056
      le 28/03/2019 par Paul
      1983 : seuls et sans femmes

      Tu confonds gary

      Tirer des nanas n’est pas un problème. Enfin, ça peut être délicat mais c’est parfaitement faisable.

      Par contre, solidifier un couple, là c’est mission presque impossible car le camarade dit vrai : la femme reste avec toi, même avec 10 gosses, tant que tu restes sa meilleure option. Si elle peut faire mieux ou avoir mieux, elle te quittera, c’est garantit. Des exceptions confirment la règle, sans doute, mais ça reste des exceptions.

      Vous avez tous les deux dit juste.


    • #2168093
      le 28/03/2019 par B Italair
      1983 : seuls et sans femmes

      Paul, salut,
      Elles sont aussi et surtout comme les poules (QI y compris), si y’a plus de grains dans ta cour, elles
      sautent la barrière pour aller picorer chez le voisin (et quand je dis picorer), sans aucun état d’âme. Combien de séparations « chomedu » ? Ni pardon ni oubli. Qu’elles finissent flétries à se morfondre ne m’en touche qu’une sans faire bouger l’autre. Un homme, passé le cap des emmerdes, finit par se reconstruire et « en profiter » même modestement, c’est dans sa nature. Et, on bande bien jusqu’à 75 piges au moins... Sérieux, avec du recul la séparation et le divorce au final sont un bien. ´Faut juste un peu de patience. On est trop sentimentaux quelque part. Quel intérêt pour un homme de 60 ans d’aller se coltiner une vieille de 50/60 ans qui va l’emmerder ? A l’époque des plats préparés...
      Bref, bonne bourre les mecs, c’est pas le cheptel qui manque.


  • #2167936
    le 28/03/2019 par Gilles
    1983 : seuls et sans femmes

    Chronique du monde d´avant.
    Les années 1980 sont charnieres, tout le mondialisme est déja en marche, mais les structures anciennes persistent. Pee comprenait le grand plan satanique, réalisé au nom du progres, et du bien. Le cerveau féminin fonctionne sur l´émotion, le parcellaire et l´instantané, soumis a la propagande plus que l´homme, confére Bernays, Propaganda de 1925 ou il explique comment il a fait fumer les suffragettes comme acte de líbération -rire- pour doubler la consommation de cigarettes ; est réceptif a tout ses délires sociétaux, réalisés au nom de la Liberté, donc du Bien. Sinon c´est réac donc Mal.

    Le cerveau masculin, analytique et conceptuel saisit bien l´arnaque ; mais ne voit pas les structures mondialistes a l´oeuvre ; et est donc soumis au cerveau féminin ; que la loi a fait roi. La dame ou reine du foyer est devenue Roi, rôle qu´elle n´est pas sauf exception concu pour réussir. Le plan satanique a parfaitement fonctionné en 2019.
    On ne connaissait pas par exemple le discours de Richard Day en 1969 sur le plan de destruction déja a l´oeuvre. On ne diffusait pas Clouscard en 1983, on se gargarisait avec les penseurs Sartre-de Beauvoir-Duras...

    Les hommes qui parlent ici ont un niveau intellectuel et une structuration rare aujourd´hui, ou les fiottes tatouées et droguées pullulent. Étant en contact avec des jeunes aujourd´hui, je reste estomaqué par ce que Drac nomme la régression anthropologique de l´homme, et de la femme, francaise.

    En parlant de tribunal, c´est bien pire aujourd´hui pour les hommes, qui peuvent finir en GAV, hôpital psychiatrique en toute légalité.

    Il faudra attendre Houellebecq pour faire la synthese de l´époque avec l´Extension du domaine de la lutte, 1996.


  • #2167937
    le 28/03/2019 par Le king
    1983 : seuls et sans femmes

    Le hic, c’est que l’homme pour se réaliser pleinement a souvent besoin d’une femme et de quelques enfants ! On n’est pas vraiment heureux sans amour.

     

    • #2167991
      le 28/03/2019 par Ray
      1983 : seuls et sans femmes

      Moi j’ai l’amour de mes ami(e)s et de ma famille, ça me suffit.


    • #2168000
      le 28/03/2019 par crayon
      1983 : seuls et sans femmes

      tu l’as dit bouffi !

      en fait la femme et les enfants, c’est politiquement incorrect aujourd’hui, c’est l’exception (pour les blancs).


    • #2168022
      le 28/03/2019 par Ray
      1983 : seuls et sans femmes

      @crayon : vas-y, soit rebelle jusqu’au bout, fais 6 gamins ! Enfin ta femme.


    • #2168031
      le 28/03/2019 par JL
      1983 : seuls et sans femmes

      À d’autres le narcissisme suffit largement en traînant sur E&R.


    • #2168043
      le 28/03/2019 par Mariana
      1983 : seuls et sans femmes

      Le hic ou le charme ? En effet, ans amour on n’est rien du tout !

      Que décrit Orwell à la fin de 1984 ? La victoire de Big Brother est d’obtenir que l’homme ET la femme soient prêts à tout pour échapper à la torture, y compris à ce qu’elle soit appliquée à l’autre, à elle, à lui... La défaite de l’amour, la victoire de la barbarie.

      À la lecture de certains commentaires sur ce site, Big Brother a de quoi se réjouir, heureusement, le vôtre alimente l’espérance. Que le printemps réenchante le regard des hommes sur les femmes et fasse son œuvre pour leur réconciliation !


    • #2168110
      le 28/03/2019 par crayon
      1983 : seuls et sans femmes

      Mariana c’est sûr que le regard des femmes sur les hommes c’est de l’histoire ancienne depuis le portable ! À côté de moi y’avait une chinoise qui regardait carrément un manga sur une tablette A4 !
      Si parfois elles levaient le nez, elles se feraient moins chier en texto, moi j’ai pas de portable le problème est réglé. Ou plutôt, le problème reste entier.


    • #2168349
      le 29/03/2019 par europhobe
      1983 : seuls et sans femmes

      @Mariana

      Je suis d’accord pour dire que certains (beaucoup) exagèrent dans leur critique des femmes, mais estimer que le regard de ces hommes est uniquement leur fait et ne reflète en rien la réalité est faux. Pas de fumée sans feu comme on dit... alors quand on s’étouffe à ce point dans les commentaires c’est forcément que l’incendie est grave...

      Donc plutôt que de brandir votre angélisme féminin en priant le printemps de conduire les hommes à tout pardonner aux femmes, je vous conseillerai de comprendre ces hommes, au risque sinon de confirmer les propos proférés en témoignant de votre absence de remise en question.


    • #2168448
      le 29/03/2019 par Mariana
      1983 : seuls et sans femmes

      @Europhobe

      Et moi, je vous conseillerais de bien lire mon commentaire car c’est bien la barbarie dirigée contre les hommes ET les femmes qui allume le feu dont vous parlez. Aux femmes ET aux hommes d’être assez intelligents pour ne pas jeter de l’huile sur ce brasier !


    • #2168507
      le 29/03/2019 par paramesh
      1983 : seuls et sans femmes

      t’as raison Mariana, accuser les femmes de tout ce qui arrive est un peu facile. notre dégénérescence concerne autant les hommes que les femmes. les femmes deviennent des harpies ou des petasses et les mecs des lopettes ou des aigris.
      Et pourtant il faut garder espoir, comme disait le roitelet, seul tu loupes ta vie ou en tous les cas tu n’assumes pas ton rôle ; procréer. ne perdez pas espoir, c’est parfois quand on ne cherche plus qu’on trouve. personnellement il m’a fallu trois mariages pour arriver à l’équilibre. et je suis convaincu d’une chose : l’erreur est toujours venue de moi, mauvais choix, mauvais critères (il n’y a pas que le cul dans la vie, enfin ça c’est ma découverte sur le tard, par contre pour d’autres ça pourrait être le contraire). c’est un peu facile de mettre tout sur le dos des femmes, on serait moins cons dans nos choix, on éviterait pas mal de pièges. l’amour c’est bien, mais c’est pas suffisant pour qu’une famille dure, il y a tout une architecture à construire et ça ne peut pas se faire non plus sans enfants. ressaisissez vous les mecs, si vous êtes des mecs bien, il y aura toujours une femme qui se laissera tenter, à vous de l’apprivoiser. (d’ailleurs en ce moment , draguer chez les GJS me semble une sacrée opportunité,il y a quelques joli petits lots qui s’y promènent)


    • #2168775
      le 30/03/2019 par Yankee98
      1983 : seuls et sans femmes

      Définition de « se réaliser pleinement » ?

      Bon courage pour me répondre...


  • #2167952
    le 28/03/2019 par Garsix
    1983 : seuls et sans femmes

    L’accouchement d’une non société.
    Demain et progrès ne viennent ni n’existent.
    Il y a un ordre naturel, tu t’y soumets ou tu t’exclus.
    Les conventions sociétales modernes proviennent de l’expression du désir capitaliste et non de la protection et de l’enrichissement des individus compris comme un collectif. La société moderne a trompé la population en limitant la définition des termes épanouissement et prospérité à une vulgaire consommation nombriliste.

     

  • #2167955
    le 28/03/2019 par Cocubinage
    1983 : seuls et sans femmes

    Je trouve triste que des connards draguent des femmes qui sont mariés. surtout quand ils le savent qu’elles sont mariés et qu’ils s’en foutent. Ces mecs ont de la merde dans la tete. Ils feraient mieux d aller aux putes que de foutre la merde dans les couples et leur famille.

     

    • #2168012
      le 28/03/2019 par reymans
      1983 : seuls et sans femmes

      Tout comme je trouve triste qu’une femme mariée se laisse draguer, voire drague elle même.


  • #2167958
    le 28/03/2019 par ld
    1983 : seuls et sans femmes

    Chacun pourra remarquer qu’il y a une occasion où les féministes se calment dans leur guerre anti-hommes c’est lorsque leur propre frère qu’elles aiment est victime par sa femme à lui de la même dinguerie que professent les féministes. Là parfois elles commencent à se poser des questions...

     

    • #2168048
      le 28/03/2019 par Richard
      1983 : seuls et sans femmes

      Elles se posent des questions pendant quoi... 20 secondes ? Avant de décréter que c’est qu’une exception rarissime, un cas isolé.


  • #2167962
    le 28/03/2019 par frédéric
    1983 : seuls et sans femmes

    J’ai eu six enfants avec 4 femmes différentes, et de nombreuses copines. Aujourd’hui je vis en couple avec ma main droite. Nous sommes inséparables !

     

    • #2167982
      le 28/03/2019 par Ambidextre
      1983 : seuls et sans femmes

      C’est une façon naturelle de prendre son pied, quoi !


    • #2167997
      le 28/03/2019 par crayon
      1983 : seuls et sans femmes

      Moi je suppose que y’a de gros fakes dans les commentaires, mais bon faut avoir du nez.


  • #2167978
    le 28/03/2019 par Soral a raison
    1983 : seuls et sans femmes

    Régle fondamental : Les hommes aiment les femmes par idéalisme alors que les femmes les aiment par opportunisme.

     

    • #2168039
      le 28/03/2019 par Carlin
      1983 : seuls et sans femmes

      Non les femmes aiment aussi par idéalisme. Elles en payent par contre le prix. C’est cosette l’exemple type, elle croit un beau parleur et se retrouve dans le caniveau enceinte jusqu’au cou ! Obligé de confier son enfant et finir pute dans les bas fonds à vendre ses dents en plus de son cul !
      Le prix de choisir un homme malhonnête ou incompétent est durement payer par la femme et l’enfant de tout temps, sauf de nos jours grace au filet social.
      C’est donc la société et la nature qui se charge de rappeler à la femme qu’elle ne peut pas trop s’égarer et doit garder tête froide même amoureuse !
      Les hommes ont toujours pu s’enfuir après avoir profiter de la bagatelle.

      Traiter les femmes d’ecerveles alors que le poids qui pèse sur leurs epaules est bien plus fort que pour un homme m’a toujours paru injuste.
      Après oui il existe des femmes tordues. Maid la majorite des femmes veulent simplement un homme censé capable d’être père et d’assumer son rôle. En quoi cela est-il manipulateur ou condamnable ?
      Les hommes veulent souvent des femmes "poupées gonflables" c’est bien plus superficiel car directement sous influence du porno...mais c’est vrai que seul les femmes sont "emotionnels" donc influençables. ...


    • #2168061
      le 28/03/2019 par Paul
      1983 : seuls et sans femmes

      C’était le role du mariage et de la famille de garantir au moins une femme à tous les hommes, et une sécurité pour la femme.

      Tu comprends ça, t’as tout compris.

      Les femmes ont accepté la révolution sociale libérale-Libertaire, et grace à elles tous en paye le prix, hommes comme femmes, mais celui qui jongle le plus c’est bien l’homme. La femme est méga protégée. Elle ne risque rien socialement. L’homme est seul contre le système.

      Soyons sérieux deux minutes si tu veux bien, et si tu veux parler des misérables, Jean en a bien chier aussi, et les Thénardier sont un couple, avec une femme bien sadique elle aussi.

      Tu manges combien de kilo de soja par jour, hein ?


    • #2168161
      le 28/03/2019 par L’insolent
      1983 : seuls et sans femmes

      Parce que la femme représente une électrice.
      Le droit de vote accordé aux femmes et aux immigrés le voilà le suicide Français !
      Hein Zemmour.


    • #2168351
      le 29/03/2019 par Mariana
      1983 : seuls et sans femmes

      @Cantin

      Vous parlez de Fantine, la mère de Cosette.


    • #2168352
      le 29/03/2019 par europhobe
      1983 : seuls et sans femmes

      Carlin n’a pas tort même si il dramatise un peu la situation en faisant des femmes des pauvres victimes et des hommes des psychopathes baiseurs compulsifs de plastique. Ce qui est faux dans les deux cas la plupart du temps.

      Mais le poids plus important qui pèse sur la femme quant au choix de son partenaire est aussi vrai. Après on ne peut pas toujours mettre la responsabilité de la séparation sur l’homme, souvent la femme ne sait pas s’occuper de son homme et celui-ci commence à trouver plus intéressant de voir ailleurs que de rester...

      Bref chacun doit donner du sien et si on commence à compatibiliser qui donne le plus de sa personne dans le couple on est pas sorti de l’auberge.


  • #2167985
    le 28/03/2019 par julie
    1983 : seuls et sans femmes

    Vers 11.32 un des messieurs parle bien.Il dit : c’est parceque il y avait une situation pour les femmes d’oppression et d’injustice qu’il y a eu une révolte. Mais il y a eu trop d’excès en sens inverse. Je trouve qu’il a raison il faut un juste milieu. Et surtout jamais vouloir revenir en arrière...

     

    • #2168051
      le 28/03/2019 par Richard
      1983 : seuls et sans femmes

      Comment atteint-on le juste milieu s’il y a eu de l’excès et qu’on ne doit pas revenir en arrière ?


    • #2168105
      le 28/03/2019 par Chris
      1983 : seuls et sans femmes

      C’est vrai. Le féminisme n’est que le fruit pourri du machisme. Descendre Génération d’hommes en ont profité alors que les femmes faisaient leur part au foyer. Je me souviens de ma grand-mère qui servait les hommes à table, ne se reposait jamais. Quand mon grand-père arrivait, elle avait si peur qu’elle jetait son café dans l’évier. Elle buvait un petit verre de cidre en cachette car bien sur les femmes ne devaient pas boire. Je n’ai jamais entendu une femme plus méchante dans ses propos contre les hommes. Nos grand-mère étaient les plus féministes des femmes. Mais c’était caché, elle ne disaient rien mais n’en pensaient pas moi. C’était une soumission contrainte donc malsaine.


    • #2168185
      le 28/03/2019 par Richard
      1983 : seuls et sans femmes

      @ Chris

      Il faut aller jusque là pour que la femme ne quitte pas sa famille ? C’est triste.


  • #2167996
    le 28/03/2019 par Ray
    1983 : seuls et sans femmes

    Le 3ème mec explique très bien ce que je ressens.


  • #2168003
    le 28/03/2019 par Xz
    1983 : seuls et sans femmes

    Excellent reportage.


  • #2168004
    le 28/03/2019 par Céline
    1983 : seuls et sans femmes

    Le problème que rencontre les hommes et les femmes est surtout lié à ce que nous impose la société à l’un comme à l’autre depuis toujours pour avoir le droit de vivre dignement... et donc par le travail finalement forcé pour l’un comme pour l’autre afin de couvrir les besoins quotidiens du foyer (sans travail, pas d’argent, et sans argent, la misère... quelle tristesse) et de fait en les séparant l’un de l’autre (de longues journées)... car en réalité, bien que nous soyons différents sur un plan biologique, physiologique et anatomique, nous aspirons exactement à la même chose : Protection, amour, sécurité.

    Nous avons besoin d’exister l’un pour l’autre et l’un avec l’autre... et oui, les hommes comme les femmes ont cette petite part enfantine en eux, plus ou moins consciente, plus ou moins exarcébée et surtout plus ou moins reconnue.

    L’homme cherche à retrouver sa femme, il en va de même pour elle.
    L’homme ne souhaite pas partager sa femme, il en va de même pour elle.

    Vous voyez, ils ne sont profondément pas si différents l’un de l’autre !

    Tout le reste, c’est du bla-bla ;) d’intellos (ou pas) ! ;)


  • #2168008
    le 28/03/2019 par Inuit
    1983 : seuls et sans femmes

    Le premier, le 3ème et le 4ème gars qui s’occupe des ses gosses, les fait ils allaiter ?, sont quand même le prototype parfait de l’homme "béta" : paresseux, mou, grassouillet, passif, non-dominant... Pas besoin du bouc-émissaire "féminisme" pour savoir qu’ils se feront lourder à la première occasion.
    Au final, la société moderne, qui émerge en réalité dès le 19ème siècle et le travail salarial des femmes, n’a fait qu’exploser le modèle traditionnel qui tempérait les instincts des uns et des unes à travers l’institutionnalisation du mariage monogame.
    Tous les hommes, ou presque, avaient la chance de trouver une épouse qui était dépendante de son époux et lui devait fidélité. La dépendance financière de la femme à l’égard de l’homme, permettait à celui ci de gagner en influence et en virilité artificielle : puisque l’hypergamie masculine est signe de virilité.
    Avec la chute du patriarcat, de la morale et de la société traditionnelles, la femme peut s’affranchir financièrement, elle bénéficie d’une relative sécurité institutionnelle, ses instincts de sélection sexuelles reprennent naturellement le dessus. Elle recherchera donc un homme alpha, ayant de l’autorité, un physique avantageux et une bonne situation socio-professionnelle. N’ayant plus sur le dos le poids culpabilisateur de la morale traditionnelle, elle n’hésite plus à en faire voir de toutes les couleurs à l’homme béta. Cette "libération" est aussi à double tranchant pour elle parce qu’elle est aussi plus exploitée professionnellement, harcelée ou sollicitée sexuellement, mise en concurrence elle aussi, le mâle dominant ayant lui aussi bénéficié de cette situation, il peut s’accaparer un certain nombre de femelles, qui le désirent aussi, et donc la laisser sur le carreau.
    Cette société produit aussi des mâles béta à la chaîne : père qui s’est barré féconder d’autres femelles créant une fragilité émotionnelle chez sa fille, futur mère et compagne, qui a besoin de sécurité et d’autorité paternelle, et qui se jettera sur le premier garçon qui comblera ce manque, garçons élevés par des mères névrosées du fait de leur frustration affective qui se vengent sur eux en les castrant et les féminisant (cf le fils de 16 ans du monsieur de la vidéo) qui deviendront de parfait petits caniches sur lesquels les femmes névrosées et frustrées s’essuieront les pieds....


  • #2168020
    le 28/03/2019 par Carlin
    1983 : seuls et sans femmes

    Il y a beaucoup de femmes seules sans enfants et cest bien la le problème.
    Un homme seul peut toujours en cas "désespéré " payer une pute et son principal problème est réglé. Le sort des femmes est bien plus cruel, puisqu’elles sont seules après avoir servi sexuellement et comme ventre pour l’enfant.
    Des quelles vieillissent un peu, elles sont jetées à la rue par l’homme qui prend une femme plus fraîche. J’ai vu ce cas de nombreuses fois. L’homme seul retrouve d’ailleurs plus aisément une femme. La femme seule après 35 ans, sauf garde malade. Mesdames faites des enfants car après 40 ans il n’y aura qu’eux pour s’inquièter de vous.
    Bien sûr, le plus compliqué est de trouver un homme qui veuille un enfant entre 20 et 35 ans, combien d’idiotes ai-je vu rester 7-10 ans en couple attendant sagement le feu vert pour le bébé. ...au bout de 8 ans j’ai vu une nièce se faire dégager de l’apartement par son "copain" qui n’en voulait plus et convoitait la femme d’un de ses collègues. Ma nièce avait attendu 8 ans et se retrouva seule à 37 ans...elle n’avait plus de chances de plaire étant trop vieille, ne s’en est jamais remis de ne pas avoir eu de gosses. C’est terrible.
    Ce sont des cas fréquents, les hommes jeunes ne veulent pas d’enfants car ils attendent une meilleure situation qui n’arrive jamais de nos jours, ou très tard lorsqu’ils ont 50 ans.
    Ils sont par contre longtemps en couple avec des femmes qu’ils privent de maternité.
    Mesdames ne perdez pas votre temps avec un homme qui vous dit "on verra dans quelques années" au bout de 5 ans de vie commune !!
    C’est triste à dire mais vous n’êtes que de la chair fraiche à consommer pour certains.
    Je parle durement mais l’heure est grave la natalité trop faible et il est temps que les jeunes filles réalisent quelles ne sont pas grand chose d’autre pour beaucoup d’hommes.
    Choisissez des pères et pas des ados de 25 ans qui veulent une fente gratuite et sans preservatif !
    Merci de ne pas censurer ce texte car la vision masculiniste exagéré (bien que le féminisme morbide et la propagande LGBT soient vraiment nocifs) ne correspond pas à la réalité. Je le pensais mais en 15 ans je vois des jeunes hommes facilement en couple ou sortir avec pleins de filles sans souci. Le probleme est féminin, elles répondent à l’envie de sexe des hommes et sont déboussolés. Elles ne portent pas d’enfants et à 38 ans sont TOUTES larguées. Je précise vivre en région loin des moeurs parisiennes.

     

    • #2168066
      le 28/03/2019 par Paul
      1983 : seuls et sans femmes

      Personne n’oblige une femme à coucher avec lui.
      Personne n’oblige une femme à se prémunir d’une grossesse.
      Sans compter la pilule du lendemain et l’IVG.

      Ton discours est d’un féminisme odieux qui rejette toute la responsabilité sur l’homme, alors que celui-ci ne peux que proposer et elle dispose.

      Les femmes ne sont pas des mineures perpétuelles. Elles sont hyper protégées par la société libérale-libertaire.

      Tu peux retourner le problème dans tous les sens, tu comprendras que la femme est hypergame, que le mariage permettait au homme d’avoir au moins une femme, que les bordels donnaient de la liberté à l’expression et à l’assouvissement sexuel des hommes.

      L’homme est seul contre tous ce système, son phallus lui est contesté, son rôle de père, sa virilité, bref, tout lui est retiré, et ce seraient les femmes les pauvres victimes ?

      Soyons sérieux 2 min : oui, c’est dur pour tous le monde, oui, le système veut tuer la solidarité, le couple, la famille, pas par dessein mais par appât du gain : des gens isolés consomment bien plus que des familles ou des communautés. C’est le système l’ennemi, mais la femme est son allié. Ça, c’est indubitable.

      Paix.


    • #2168791
      le 30/03/2019 par Heisenberg Wallace
      1983 : seuls et sans femmes

      Aller aux putes et son problème principal est réglé ??! L’homme a des besoins affectifs aussi et ne pense pas qu’à se vider.

      Et puis entre nous, si une femme veut du sexe, cela risque d’être beaucoup plus facile pour elle que pour un homme (Et gratuit pour elle)

      Votre discours global fait porter toutes les responsabilités aux hommes alors que ce sont clairement eux qui ne bavent le plus dans notre société actuelle.

      Réduire les hommes à des chiens en rut prêts à toute trahison et les femmes à des victimes éternelles se fait beaucoup de nos jours, même ici apparemment.
      Déprimant


  • #2168049
    le 28/03/2019 par Paul
    1983 : seuls et sans femmes

    Dans la tronche aux Ricains qui pensaient avoir inventé le MGTOW !
    Par ailleurs, beaucoup d’hommes de talent se sont passé des femmes ou les ont utilisées pour assouvir leurs besoins, sans attendre rien en retour.

    Ah, le mariage garantissait au moins à chaque homme, une femme. Il a été longtemps arrangé, puis remplacé par le mariage dit d’amour, pour finalement exploser au profit des pensions alimentaires et autres allocations pour mères célibataires.

    L’hypergamie naturelle féminine pousse les femmes à se partager les hommes les plus puissants, ceux qui ont la bourse et pas nécessairement les bourses. Ils sont peu nombreux. Du coup, 80% des mecs sont "en chien" et s’ils ne se résolvent point à tirer du thon récalcitrant, il n’a plus que les voyages pour aller se soulager le bas-ventre.

    À mon sens, les hommes hétéro virils au phallus responsable, parfaitement pénalisé dans notre société misandre ne peuvent être sauvés de leur misère sexuelle (les résultats des études sont catastrophiques) que par les maisons closes.

    Ok, faites ce que vous voulez les femmes, y’a pas de problèmes, mais laissez-nous aller librement au bordel, au moins là on y trouvera de la baise et de la tendresse au lieu de nous faire casser les roupettes dans un couple ou d’en chier pour un rendez-vous galant souvent indigent.

    Dans cette configuration des lupanars revenus à la mode, je pense que plus jamais je n’adresserai un regard ou une parole à une femme, car la courtoisie et la galanterie non seulement ne pait plus mais peut coûter très cher.

    Ainsi, les femmes auront la liberté de s’écharper pour les 10% des mecs blindés, elles n’auront plus à se plaindre de harcèlement, beaucoup de belles femmes auront du travail bien rémunéré dans des conditions exceptionnelles, et la république sociale sera sauvée grace à la TVA récupérée par les établissements de plaisir.
    Les hommes seront libres et auront du temps pour eux, et de l’argent : car le bordel est une épargne comparée à un mariage et un divorce.

     

  • #2168062
    le 28/03/2019 par Viktor Von Berg
    1983 : seuls et sans femmes

    " La bigamie c’est d’avoir une femme en trop. La monogamie c’est pareil..."
    Sacha GUITRY

    " L’amour est comme l’’enfer : souvent pavé de bonnes intentions."
    Moi

     

    • #2168107
      le 28/03/2019 par Xz
      1983 : seuls et sans femmes

      Bonjour je me permets de rebondir grâce à votre commentaire sur la phrase de Sacha Guitry, contrairement à ce que l’on fait croire aux gens et je ne sais pas pourquoi cet homme à une telle réputation, eh bien à ce que j’ai pu lire sur Sacha Guitry, il n’était pas un misogyne du tout c’est faux !

      J’ai voulu savoir qui il était vraiment et pourquoi on l’accusait de misogynie, je n’aime pas les accusations en meute et j’ai cherché à savoir, c’était dans les années 90 et je lisais énormément et je m’informais beaucoup aussi ; j’ai été chercher quelques livres à la bibliothèque de ma ville et quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai lu qu’il était un homme timide d’une politesse exemplaire avec des témoignages à l’appui, c’est un livre qui datait de pas mal d’années et que j’ai lu dans les années 90, et je peux vous dire que ce que j’ai lu sur lui ; des gens qui visiblement le côtoyaient au quotidien, ce n’était pas un misogyne du tout ! C’est un véritable mensonge il faut rétablir la vérité !


  • #2168086
    le 28/03/2019 par Ray
    1983 : seuls et sans femmes

    Le couple vu par Luchini : https://www.youtube.com/watch?v=Zki...
    Quel horreur ! Et peut-être faut-il préciser pour les fleurs bleues, qu’on peut aimer des femmes (et même faire des enfants) sans être en couple. Le couple c’est se priver de sa liberté. Mais ça rassure, notamment les personnes qui n’apprécient pas la solitude (la liberté). Le couple c’est bourgeois.


  • #2168096
    le 28/03/2019 par The Médiavengers Zionist War
    1983 : seuls et sans femmes

    Pour résumer la situation : libéralisation du marché du désir= misère du désir.
    Pas la peine de se jauger les uns les autres, hommes comme femmes, on n’est pas tous des Appolon virils, drôles et intelligents, si ça existe...
    La concurrence a toujours existé dans les espèces animales, régulée pour engendrer la "civilisation".
    Le progressisme n’a rien libéré. Il a destabilisé et détruit une situation relativement équilibrée en se justifiant par les dérives inévitables, mais parfaitement gérables et corrigeables dans le cadre pré-existant.
    Le divorce a été une boite de Pandore qui nous a mené aux revendications LGBT. Chaque maillon, chaque "avancée" nous a rapproché du gouffre, tout cela maquillé en "libertés", en réalité de plus en plus oppressantes, non solutionables dans une société individualiste, où chacun n’est plus qu’un électron se percutant l’ un l’autre sans aucune règle ni organisation. Aucun univers ni aucun monde ne peut exister ainsi. C’est scientifique. Même la religion l’avait compris !


  • #2168099
    le 28/03/2019 par Question étrange que je me pose
    1983 : seuls et sans femmes

    Je vais parler d’une moyenne (statistique) et non de cas particuliers très variables par définition. Les femmes françaises de souche européenne sont-elles alertées par le fait de ne faire plus qu’ 1,6 ou 1,7 enfant dans leur vie (le renouvellement et même l’augmentation démographique étant dès lors assurés par la fécondité des populations de souche extra-européenne et par l’immigration incontrôlée de ces mêmes populations) ou est-ce qu’une situation aussi gravissime ne fait pas partie de leur "centres d’intérêt", de leurs "critères de sélection" de leur "liberté" de leur "égalité" de leur "autonomie" blablabla etc ? Ou cette question si grave ne leur a t-elle tout simplement, ce qui est probable, jamais traverser l’esprit ? Il me semble que quand les hommes "avaient la main" sur la société ils avaient au moins ce souci là. C’est donc çela en moyenne une femme "libre" ? C’est une femme qui participe tranquillement au remplacement de population de "son" pays, pays qu’il a fallu si durement voire cruellement défendre et faire prospérer depuis au moins 1500 ans(on pensera un petit peu aux hommes exploités comme des chiens et morts aux guerres... mais aussi un peu à leurs femmes) ?! Et qu’on ne me raconte pas que c’est l’affaire des femmes comme des hommes, car ce sont les seules femmes qui aujourd’hui décident des enfants qu’elles feront ou pas. Voilà j’aimerais un peu comprendre... Si qqn (un homme ou une femme) est volontaire, merci

     

    • #2168130
      le 28/03/2019 par Paul
      1983 : seuls et sans femmes

      Une chose que tu dois parfaitement comprendre :

      La femme n’en a cure de ce qui se passe autour d’elle dans le monde.
      Seule sa vision et son experience immédiate de la réalité comptent.

      Si par exemple c’était le contraire, et que nous étions serrés comme des sardines, sans eau, sans bouffe, elle trouverait encore le moyen de faire un gosse parce que c’est son désir.

      Aujourd\’hui c’est les miséreux qui se reproduisent comme autant de gueux, d’esclaves et de chair à canon.

      Ce sont nous les Européens qui sommes sur le droit chemin : la réduction du nombre d’humain sur cette planète. Moi, je n’hésite pas à échanger 10k d’hommes contre un éléphant ou un tigre ou une baleine. À mon sens, une France de 40 millions de Français seraient bien plus forte, bien plus puissante, unie et vivable qu’une France de 80 millions de consommateurs bigarrés, déracinés au propre comme au figuré, et voué à faire quoi au juste, si ce n’est acheter des trucs ?


    • #2168263
      le 28/03/2019 par Rocco
      1983 : seuls et sans femmes

      Il va de soit, que lors du mariage.. francais.... car en angleterre different.
      en France demander "Separation de bien".. ton assurance pour eviter dormir sous un pont. car un autre mec ta remplacé dans ton lit que tu as payé avec un credit CONsomme sauf un con,


    • #2168320
      le 29/03/2019 par Tatiebaba
      1983 : seuls et sans femmes

      et aussi à Paul ...Et les autres :) ...J’aurais tellement aimé fût un temps avoir un enfant ...Mais pas rencontré d’homme voulant cette responsabilité...Alors se lancer la patate chaude ne sert à rien ! La société a rendu la vie de couple et la famille anxiogène depuis quelques décennies ...(La société étant le mot valise pour définir ce que nous savons tous + l’humain faible que nous sommes tous personnellement)....Arrêtez de vous répandre sur """la femme cette moins que rien""" vous vous ridiculisez . Même si je suis consciente que certaines femmes ne sont pas du tout correctes. Mais combien d’hommes minables ? Arrêtons cette surenchère. Essayons de nous améliorer mutuellement.


    • #2168347
      le 29/03/2019 par Elena
      1983 : seuls et sans femmes

      C’est surtout que ces femmes "pas du tout correctes" sont celles qu’ils se choisissent... et qu’ils badent et continuer de pleurer même après leur départ. Les hommes adorent les garces et meprisent et se foutent de la gueule des femmes gentilles. Parce qu Ils leur faut du challenge à ces messieurs... Et bien qu’ils en profitent maintenant !


    • #2168506
      le 29/03/2019 par Paul
      1983 : seuls et sans femmes

      @ les femmes qui s’expriment ici

      La vérité absolue, et je parle ici de la majorité des hommes et des femmes, c’est que pour l’homme la femme est une fin, et pour la femme l’homme est un moyen, une étape, une nécessité mais JAMAIS une fin. C’est ainsi. On n’y peux rien.

      Un homme ne peut pas tomber enceinte et une femme ne peux pas aimer un homme. Elle peut le désirer, avoir de l’affection pour lui, mais l’aimer, ça, jamais ! L’homme aime la femme comme un fou, et c’est souvent elle qui est rarement à la hauteur de cet amour, préférant toute sorte de mecs cons ou riche mais tellement plus excitants ou.. enrichissant.

      À la femme l’homme demande trois choses, allez, quatre chose : faire l’amour comme une diva nymphomane, cuisiner comme un cordon bleu, être respectueuse et donc ne pas casser les couilles - voilà. Ensuite, si elle est mère, de tenir son foyer et d’élever ses gosses, c’est un minimum absolu.

      C’est pas difficile du tout : baise, bouffe, calme et si elle veut un gosse qu’elle s’en occupe car un homme ne recevra de l’amour véritable et inconditionnel de la part d’une seule femme. Oui, sa mère est la seule femme qui l’aimera jamais. Si elle l’a trop aimé, il est mal, si elle ne l’a pas aimé, il est foutu.

      Les femmes peuvent parler de tout, de tout, sauf de l’amour. Elles en sont capables pour leur progéniture mais rarement, très rarement pour un homme. L’inverse est tout l’opposé : l’homme aimera une femme quel que soit son extraction sociale ou culturelle ou autre, et l’aimera toute sa vie.

      Voilà. Faut l’savoir, hein !


    • #2168610
      le 29/03/2019 par tatiebaba
      1983 : seuls et sans femmes

      @Paul ..Qui détient la vérité absolue...STOOONGG ! Bon que dire de plus ? j’abandonne...pourquoi se crêper le chignon :) Allez je vous laisse donc à vos certitudes.... qui sont bien la preuve qu’hommes et femmes sont comme l’huile et le vinaigre..Mais parfois c’est bon la vinaigrette :)


  • #2168113
    le 28/03/2019 par JEAN MARIE
    1983 : seuls et sans femmes

    l’ingénieur commercial est excellent, "Mouloudji" un peu trop cool et relativiste "Dick Rivers" (dit rivière de bites) terne et peu convainquant. La solution des putes est vraiment la bonne. Si je devais refaire ma vie, je ne me marierais jamais. Baiser à droite et à gauche me semble de toute évidence consubstantiel à la nature masculine et c’est plus ou moins ce que l’espèce lui commande : répandre sa semence. La tendresse, bof... je n’ai jamais bien compris ce mot. J’ai plus d’amitié pour mon chien que pour ma femme !

     

    • #2168374
      le 29/03/2019 par ducegabbana
      1983 : seuls et sans femmes

      Oui l’ingénieur est un bon. Vu l’âge qu’il affirme dans le reportage (45 piges), ça fait que le gonze est né en 1938 et s’est probablement farci la guerre d’Algérie. Peut-être lieutenant ou sous-lieutenant vu son niveau d’études, donc un gars formé à commander.. Il bosse dans le bâtiment qui n’est pas un milieu de danseuses, bien au contraire.Le genre de gars qui doit arroser ses contrats au bistrot du coin avec toute l’équipe du chantier et qui emmène son monde faire un petit tour chez les putes pour finir la soirée en beauté. Des gars comme ça, il n’y en a plus. J ’en ai connu, et je peux dire que j’en garde de bons souvenirs. Vive la France !


    • #2168422
      le 29/03/2019 par domus
      1983 : seuls et sans femmes

      Jean-Marie : donc quittez-la. Les relations sexuelles ne sont que la cerise sur le gâteau, et le gâteau est la complicité d’un couple, l’âme soeur, la vraie. Beaucoup de gens se trompent et forment un couple à partir d’une attirance physique, ça ne m’étonne pas que ça ne dure pas, même si cela compte aussi, tout le monde a des attirances différentes.


  • #2168115
    le 28/03/2019 par Sgril
    1983 : seuls et sans femmes

    J’ai subi et vécu en cumulé tout ce qu’on dit ces hommes ; je ne le souhaite à personne.
    Les commentateurs, vous pouvez juger tel ou tel "il est pas comme ci, il est pas comme ça". Mouais..

    Je me sens avoir été enterré vivant, vidé de tout ce que j’ai donné à mon autre - de 15 à 45 ans, aux enfants.
    Qu’est ce que vous voulez que je devienne, à présent ?
    Ça ne serait que relation par dépit, et sans enfant vraisemblablement.

    Ce serait intéressant que soit à nouveau interviewé ces hommes aujourd’hui, pour ceux encore en vie.

     

    • #2168266
      le 29/03/2019 par Rocco
      1983 : seuls et sans femmes

      une chemise propre repassée, un pince, chaussures corrects, et c est parti pour la salsa amigo, l embarra du choix. meme avec une tete de con, y a moyen de jouer l etalon


  • #2168165
    le 28/03/2019 par Régulus
    1983 : seuls et sans femmes

    Personnellement, j’ai tiré le rideau il y a bien longtemps...
    J’étais un solitaire, mon unique conquête, 5 ans de relation, 3 ans de vie commune, elle est partie.
    Et pourtant la vie que j’observais autour de moi m’avait prévenu, j’ai pourtant tenté ma chance...
    Je suis donc revenu à mon premier amour, la solitude, qui au final se met en place avec une facilité déconcertante, je dirais presque naturelle...ma dernière relation physique remonte à plus de dix ans. Un très gros travail introspectif m’a permis d’accepter le futur avec cette position et ses conséquences, le plus difficile étant de donner un sens à sa vie avec ce vide abyssal.
    J’ai eu quelquefois l’occasion d’échanger sur ce sujet avec des femmes et leurs réactions ont été pour le moins surprenantes et presque unanimes :
    "Tu es un lâche..."
    Et c’est avec un soupir de soulagement que je me disais :
    "Oufff, t’as fait le bon choix..."

     

    • #2168186
      le 28/03/2019 par Richard
      1983 : seuls et sans femmes

      @ Régulus

      Pratiquement la même chose pour moi, sauf l’insulte : J’ai été traité d’égoïste ! C’est vrai que j’ai réussi à me stabiliser dans une situation financière confortable, et apparemment ça les fait rager de ne pas pouvoir en profiter.


    • #2168230
      le 28/03/2019 par anonyme
      1983 : seuls et sans femmes

      Idem pour moi.

      Mon père m’a laissé un message avant de mourir : "Méfie toi des femmes et des champignons, les deux vont t’empoisonner".


  • #2168194
    le 28/03/2019 par Gab
    1983 : seuls et sans femmes

    L’ingénieur commercial, dans l’apparence et l’expression on dirait un peu Jean Gabin brun

     

    • #2168265
      le 29/03/2019 par Dupuis
      1983 : seuls et sans femmes

      se marier avec une masseuse kiné, faut pas etre malin
      statistiquement ca ne marche jamais tres longtemps. 15 ans c est deja tres bien.


    • #2169112
      le 30/03/2019 par Galileen
      1983 : seuls et sans femmes

      Exactement ! J’avais pensé la même chose !


    • #2169207
      le 30/03/2019 par Galileen
      1983 : seuls et sans femmes

      Je précise que je répondais à Gab.


  • #2168229
    le 28/03/2019 par chaudoit
    1983 : seuls et sans femmes

    Excellente vidéo : les choix de de Brague sont toujours judicieux.

    Beaucoup de pertinence dans les commentaires, qui, réunis, parviennent à une bonne analyse du sujet.

    Cette réflexion, ouverte il y a 35 ans, demeure intacte aujourd’hui.

    Une partie de la réponse est en chacun peut-être.


  • #2168232
    le 28/03/2019 par compris
    1983 : seuls et sans femmes

    Ils parlent de domination, d’intérêts financiers, de carrières, d’ennui, de sexualité etc
    Ils ne parlent pas de la base d’un couple solide : le vrai Amour ( qui se reflète toujours par une sexualité active et saine pendant des décennies).

     

    • #2168356
      le 29/03/2019 par harun
      1983 : seuls et sans femmes

      Désolé d’anéantir votre espoir, mais la base du mariage n’est pas l’amour. C’est un contrat devant Dieu entre deux individus. On se promet d’être vertueux et chérir l’autre. Chacun a son rôle et le tient ... même si l’amour et le désir disparaissent.
      Le mariage est sacré , trop sacré pour être basé sur de petits sentiments humains...


    • #2168539
      le 29/03/2019 par compris
      1983 : seuls et sans femmes

      Les bénédictions de Dieu ne sont suivis d’aucun chagrin, Et on reconnait facilement les bénédictions du diable sur la durée. Et oui, on ne peut espérer les FRUITS d’un mariage donné par Dieu, lorsqu’on a choisi(?) les bénédictions venant du Diable, car le Diable bénit aussi.

      Donc
      "Qui t’a donné le mariage : Dieu ou le Diable" ?
      Dieu est Dieu de quoi ? Dieu du vrai Amour( un des fruits pour le couple étant une sexualité
      épanouie pendant des décennies) ou Dieu du Sex ?


  • #2168234
    le 28/03/2019 par France31
    1983 : seuls et sans femmes

    Tous ces témoignages me serrent le cœur. Toutes ces souffrances présentées avec pudeur et retenue. J’ai les larmes aux yeux. Que sont devenus tous ces hommes ?

     

    • #2168260
      le 28/03/2019 par Rocco
      1983 : seuls et sans femmes

      ceux qui sont traditionnalistes, en souffre... mais les autres connaissent la musique. Une de perdue, la vie continue !
      font des sorties, et rencontreront sans doute mieux...
      Rester positif, mieux vaut etre seul que mal accompagné


    • #2168286
      le 29/03/2019 par Wolfgang
      1983 : seuls et sans femmes

      maline et difficile à 25 ans
      chieuse à 42 ans.
      déclassée à 45 ans.
      à partir de 52 ans, vivant seule jusqu à la fin de sa vie ?
      Elles ont tout a gagné a choisir un bon mec et a faire en sorte aussi de le garder !
      a bonne ententeuse...
      Les mecs qui sont solo peuvent jusqu à 70 ans, profiter de la vie
      et trouver une femme et vivre avec .Meme une difference de 15 ans.
      C’est quand meme triste de terminer sa vie tout seul comme un spectateur de porn hub.


    • #2168928
      le 30/03/2019 par Paul
      1983 : seuls et sans femmes

      Ils sont morts d’amour mon pauvre ami.
      Les femmes ne meurent jamais d’amour. Enfin, rarement.
      Les victimes mâles de l’amour sont pléthore.
      Si seulement les hommes pouvaient enseigner aux jeunes hommes que l’amour est une chimère, ils trouveraient leur bonheur dans bien des domaines. La femme mène aux larmes dans le meilleur des cas, à la tombe dans le pire. C’est ainsi. C’est un constat. Aucun homme n’a connu le bonheur avec une femme. Des instants de joie, certes, mais le bonheur ? Non, ça, c’est seulement dans les fictions.


  • #2168244
    le 28/03/2019 par guili guili
    1983 : seuls et sans femmes

    Aux quelques hommes qui inondent le fil de commentaires de leur cynisme et de leur rancœur : manifestement, vous en avez gros sur la patate, vous avez certainement vos raisons pour cela et c’est très bien que vous puissiez vous exprimer si ça vous soulage. Mais ne vous attendez pas à ce que tout le monde adopte votre point de vue. Je suis certaine qu’il y a beaucoup de lecteurs d’ER (dans toutes sortes de situations de famille) qui vivent les choses tout à fait différemment de vous mais qui ne prendront pas la peine de vous répondre parce qu’à voir votre virulence, eh bien justement, ce n’est pas la peine. Face aux difficultés de la vie, certains resteront amers et d’autres feront le travail nécessaire pour trouver la paix intérieure, quels que soient leur parcours et la situation qui en résulte. Paix sur vous, comme dirait Dieudo.


  • #2168255
    le 28/03/2019 par comtabite
    1983 : seuls et sans femmes

    Quarante ans après, le « législateur de la bonne pensée » a encore évolué, maintenant, elles partent te laisse les enfants, l’addition et elle part vivre avec la voisine ou ils partent car il se sent une femme. L’Homme est ingrat. La richesse pervertie, par exemple, les Trente glorieuses (périodes fastes) déboucha sur « mai 68 » ( droit de l’immigration, la femme, du jeune, de la nature, etc...) hors aujourd’hui en période de crise c’est le retour aux valeurs (famille, religion, racine, etc...).


  • #2168340
    le 29/03/2019 par Jean-jacky
    1983 : seuls et sans femmes

    Vidéo passionnante et touchante. Merci E.R !


  • #2168363
    le 29/03/2019 par super repentant
    1983 : seuls et sans femmes

    Excellent reportage sur un sujet sensible ;
    Le fond du problème est l’hypergamie féminine, (qui était impossible à l’époque pour des raisons évidentes) : en gros, la femme a trop de choix et cela crée un problème dans ce "rapport de forces" qu’est le couple : l’homme, un peu trop dominant naguère, est devenu le dindon de la farce.
    Les gars font peine à voir : humiliation et jugements de tribunaux partiaux qui fendent le coeur.
    Le type à 11 mn 30, résume tout : le féminisme, initialement légitime, a sombré dans des excès avec le temps ;
    Du coup, on se pose une question : certaines femmes ne sont-elles pas guidées par une forme de vengeance ?.....


  • #2168415
    le 29/03/2019 par Jean-Paul B
    1983 : seuls et sans femmes

    Je compatis, mais je pense que l’homme qui se plaint de payer au restaurant ou que sa copine part avec un autre homme devant ses yeux se laisse marcher dessus. Du coup les femmes abusent de sa faiblesse pour le punir de ne pas oser les dominer.

    C’est un "shit test", comme disent les dragueurs. Et comme disait quelqu’un, les femmes n’aiment pas se faire enc*ler par des démocrates.


  • #2168574
    le 29/03/2019 par anonyme
    1983 : seuls et sans femmes

    Restons dans les faits : un mariage sur 2 éclate, les raisons sont multiples


  • #2168584
    le 29/03/2019 par RonSwanson
    1983 : seuls et sans femmes

    Est-ce que la société des loisirs peut mener à autre chose qu’à l’invidualisme, et donc l’éclatement de la cellule familiale traditionnelle ?
    Est-ce que cette structure familiale proposait un cadre épanouissant qui mérite d’être défendu à tout prix ?
    Il y a tant à penser et à réinventer autour des schémas possibles de perpétuation de l’espèce (et donc de relations parent/enfant), et il semble si compliqué d’aborder le sujet de manière neutre, adogmatique... on a pas le cul sorti des ronces


  • #2168668
    le 29/03/2019 par Ronnie
    1983 : seuls et sans femmes

    Ce qui me frappe à la vue de ce reportage, c’est l’extraordinaire régression pour arriver au monde d’aujourd’hui.
    Sans recul historique ni distance étant donné que ce sont leurs histoires personnelles, ces hommes sont d’une lucidité impressionante sur le sujet.
    On peut remarquer aussi la capacité à s’exprimer clairement, l’étendue du langage, la pudeur, choses très difficiles à trouver aujourd’hui.


  • #2168788
    le 30/03/2019 par Calx
    1983 : seuls et sans femmes

    Un magnifique reportage qui se passe de commentaire.


  • #2168825
    le 30/03/2019 par quidam
    1983 : seuls et sans femmes

    Edifiant !! les trente "désastreuses" ont parachevé la démolition programmée du couple,et de la famille. Les meilleurs des hommes sont plus que jamais bafoués , les salopes sont de plus en plus nombreuses et plus que jamais manipulatrices. Le système leur a donné un blanc seing pour dominer les hommes au mépris de toute considération amoureuse, de tous sentiment de tendresse et de protection, pour que triomphe la loi du Marché.


Commentaires suivants