Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Peut-on traiter une femme de "salope" ?

 

JPEG - 102.9 ko
Elle oui

 

C’est la question sociétale qui se pose en ce moment. Eh oui, à côté de l’actualité brûlante des Gilets jaunes et de la répression féroce d’un gouvernement aux abois, la vie suit son cours. Et pour beaucoup de femmes, le quotidien n’est pas facile. C’est un fait que nous ne nions pas : beaucoup de femmes souffrent d’être violentées physiquement. Pas mal d’hommes sont violents, surtout dans certaines communautés qui souffrent socialement. Même si on sait tous que la violence faite aux femmes n’appartient à aucune classe, il est clair que la fatma à 10 gosses qui se fait tarter chaque soir dans son HLM par son mari qui souffre d’être au bas de l’échelle sociale, c’est pas la même souffrance que la bourgeoise de 50 ans trompée dans les beaux quartiers.

 

 

On voit que le fric fait la différence entre les souffrances. Pareil pour le divorce : on divorce plus facilement chez les friqués que chez les pauvres, car le logement séparé peut devenir un problème insoluble. Mais ne socialisons pas tout : il reste que beaucoup trop de femmes sont encore considérées comme des moins que rien, surtout chez les musulmans d’origine africaine, c’est un fait. N’allez pas nous chercher des poux là-dessus. On ne dit pas que chez les cathos la vie est meilleure, mais le christianisme est depuis le départ fondé sur un respect de la femme, de la mère, de l’épouse. Ça n’a certes pas empêché l’ouvrier français du début du XXe siècle de tarter lui aussi sa femme, mais la religion chrétienne a quand même protégé la femme avant que Mai 68 ne la « libère ». Comme si elle était en taule... Mais ça, c’est un autre problème.

 

« La violence faite aux femmes, c’est le quotidien de SOS Violences conjugales 42 qui reçoit chaque année des dizaines de femmes. “L’objectif de ces stages, c’est de prévenir la réitération pour que les hommes, auteurs de ces violences pour lesquelles ils ont été condamnés, ne recommencent plus” , explique Michèle Perrin, la directrice de SOS Violences conjugales 42.

Deux journées encadrées par des professionnels où ces auteurs de violences parlent de leurs actes, des conséquences et surtout des signes avant-coureurs…  “L’idée, continue Michèle Perrin, c’est que l’homme soit alerté qu’il risque d’être violent et qu’il puisse mettre en place un dérivatif pour le calmer avant de repasser à l’acte”. »

Le Progrès dans son édition de la Loire demande si « traiter une femme de salope c’est de la violence ? ». La réponse est ça dépend. Le quotidien régional évoque l’affaire du maire de Firminy, jugé pour une agression sexuelle. La justice a préconisé « un stage contre le sexisme ». Ce qui est assez ridicule : aucun stage ne va transformer un fouteur de mains au cul en gentil pipounet qui ne reluque plus les culs des femmes, faut arrêter de déconner. Un mec est un mec, il reluque les femmes, ensuite il y a deux catégories de reluqueurs : les respectueux et les irrespectueux. C’est donc l’éducation qui fait la différence, et dans l’éducation il y a la culture, la religion, bref, l’égalité de traitement entre hommes et femmes dépend de critères profonds qu’un pauvre stage ne peut changer comme ça.

« Ces violences sont pourtant punies par la loi, quelle que soit la situation des partenaires : mariés, pacsés, en union libre ou divorcés. Le juge peut prononcer des mesures de protection et engager des poursuites judiciaires. L’auteur des violences encourt jusqu’à 3 ans de prison pour violences psychologiques. Et les violences physiques sont passibles de 3 à 10 ans de prison et jusqu’à 150 000 euros d’amende. Le viol au sein du couple est considéré comme un crime avec circonstances aggravantes, jugé devant la cours d’assise, et peut entraîner jusqu’à 20 ans de prison. »(education.francetv.fr)

De plus, les femmes, on le sait tous, sont plus fragiles socialement. Dans les 8 à 10 millions de pauvres que compte désormais notre riche pays – le paradoxe peut s’expliquer mais ça nous entraînerait trop loin de manière dangereuse –, les femmes se taillent la part du lion : elles sont deux millions à être célibataires et parmi elles une sur trois vit sous le seuil de pauvreté (moins de 855 euros par mois).

 

 

La jolie blanchette du reportage de BFM TV n’est évidemment pas représentative : la mère célib pauvre d’aujoud’hui, c’est une biquette ou une blackette des bas quartiers qui rame avec ses deux gosses et dont le père est soit parti en courant, soit en taule. On va se parler vrai un peu, la sociologie des trouillards hypocrites ça suffit. Mais ne nous fions pas aux apparences : comme les femmes ne sont pas connes et ont un sens aigu de leurs intérêts, car elles donnent et protègent la vie, elles savent très bien se déclarer comme « mère isolée », toucher des allocs en ce sens, surtout si le père ne paye pas de pension alimentaire. Et il en paye rarement, le bougre. Tirer un coup avec une jolie gazelle, c’est cool ; assumer le rôle du père, ça l’est moins. On préfère jouer à la console avec les potes que de changer le petit dernier !

Une mère seule avec 5 enfants qui ne touche pas de pension alimentaire peut gratter jusqu’à 1 886 euros par mois.

 

 

Mais là où les choses ne sont pas aussi simples, c’est que le père, en réalité, s’il n’est pas là quand l’assistante sociale passe voir les 5 gosses (en plus elle prévient), il passe tirer son coup ou bouffer son maffé en douce et hop, le tour « social » est joué ! On dispose d’une aide sociale augmentée, on ajoute le black ou le salaire officiel du père biologique – ou de l’amant en cours – et vogue la pseudo-galère. Et on ne parle même pas des micro-crédits ou de l’électroménager qu’une mère isolée peut toucher, c’est carrément la caverne d’Ali Baba si on connaît un peu la loi. Certes, une vie de pauvre qui tend la main en permanence n’est pas vraiment enviable, surtout pour les mômes, qui voient le père de loin et la mère mentir à l’assistante sociale...

Ce schéma existe en grand, ce n’est pas un fantasme, et ça ne réduit pas la réalité de la pauvreté dans nos banlieues. Dans les campagnes, on se débrouille par la solidarité familiale et locale, car on n’est pas aussi aguerri dans la captation d’aides sociales. Disons que par tradition, on est plus droit. On souffre plus mais en silence parce qu’on ne va pas chialer sa race à la Sécu.

Pour en revenir au sujet de départ, la violence envers les femmes, on comprendra que plus une femme est indépendante, moins elle subira la violence des hommes. Une femme qui dépend de son mec – officiel ou pas – et des subsides de l’État est de fait en situation de fragilité. Pas parce qu’elle est mère seule (la France s’occupe plutôt bien de ses enfants), mais parce qu’elle n’a aucun poids économique.

 

Les violences faites aux femmes, sur E&R :

 






Alerter

84 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2143424
    Le 12 février à 19:22 par De passage
    Peut-on traiter une femme de "salope" ?

    Oulala la question piège.. on appelle ça le "sophisme du crocodile"..

    A vous les studios

     

    Répondre à ce message

  • #2143429
    Le 12 février à 19:32 par Mich
    Peut-on traiter une femme de "salope" ?

    Je crois que les mères qui ne touchent rien socialement avec des enfants sur le bras ne sont pas majoritaires. Pour moi, beaucoup profitent de la séparation pour faire payer des pensions au père. Je le vois autour de moi. Après comme d’habitude ce sont les couches sociales les plus basses qui trinquent.

     

    Répondre à ce message

  • #2143448
    Le 12 février à 20:18 par Bidule
    Peut-on traiter une femme de "salope" ?

    Mouais enfin y a pas que des "fatmas" qui sont seules et touchent des allocs. C’est quand même très stéréotypé votre truc. Je pose ici un exemple qui ne rentre pas dans vos cases. La Corse....beaucoup de grandes gueules mais des petites couilles, le nombre de femmes seules avec enfants non reconnus, et elles rigolent pas tous les jours. Dans cette région, quoi qu’en disent les corses, il y a très peu de fils d’immigrés, d’immigrés tout court....c’est une région plus campagnes profondes que villes Et ici les allocs et aides sociales ça fait longtemps que les filons s’échangent, et pas entre pixels caramels mais entre des becs bien blancs qui font référence à leurs traditions chrétiennes, mais qui désertent leurs églises . Enfin....

     

    Répondre à ce message

    • #2145050
      Le 15 février à 14:20 par denver
      Peut-on traiter une femme de "salope" ?

      Tout à fait d’accord sa pouvais faire cliché, mais tu connais bcp de Corse qui ont 5 enfants ou même 4 ?

       
  • #2143459
    Le 12 février à 20:38 par Alençon
    Peut-on traiter une femme de "salope" ?

    une salope n’ est Pas une femme de 2019 qui s’ offre un loisir sexuel avec des partenaires moralement matures ;
    une salope, c’ est celle qui trompe, qui double qui ne respecte pas la dignité de l’autre (en politique, la plupart des salopes sont des hommes, en ce sens qu’ils usent de trahisons indignes de l’ honneur).
    la salope trahie ses enfants, son mari, la société....la salope aujourd’hui n’ est pas la fille légitime de l’ ethos français, mais celle des aides sociales et de la justice maçonnique : elle n’ est que l’objet des expériences consuméristes les plus vulgaires.

     

    Répondre à ce message

  • #2143464
    Le 12 février à 20:44 par lamino
    Peut-on traiter une femme de "salope" ?

    A la lecture des premières lignes, j’ai pensé que çà allait être un petit article bien neutre essayant de ne pas trop égratigner les susceptibilités. Heureusement, non, et quelques vérités, sur certaines populations profiteuses, sont bien expliquées, surtout dans la deuxième partie, m’voyez. Et ceux qui sont vexés, n’ont qu’à aller.....voilà, quoi.
    Par contre, ce que l’article ne dénonce pas, c’est la violence psychologique dont sont capables les femmes, avec une rare efficacité. Pour çà, elles peuvent avoir un talent exceptionnel, inné, quasi surnaturel. Alors oui, quelques fois çà en fait des femmes qui se sont fait tarter la poire, et très souvent, çà en fait des célibataires.

     

    Répondre à ce message

  • #2143467
    Le 12 février à 20:53 par reymans
    Peut-on traiter une femme de "salope" ?

    Il ya un sous sous categorie sociale encore bien inférieure a toutes ces meres celibataires que mentionne l’article : le ou pire, la célibataire sans enfants. Ici dans ce pays actuellement et dans cette situation on peut crever au grand jour en hurlant que ca ne changera rien, on a tout juste le droit de crever.

     

    Répondre à ce message

  • #2143552
    Le 13 février à 00:14 par Pierre Loup
    Peut-on traiter une femme de "salope" ?

    ’’Pas mal d’hommes sont violents, surtout dans certaines communautés qui souffrent socialement.’’

    ’’il est clair que la fatma à 10 gosses qui se fait tarter chaque soir dans son HLM par son mari qui souffre d’être au bas de l’échelle sociale’’

    ’’Mais ne socialisons pas tout : il reste que beaucoup trop de femmes sont encore considérées comme des moins que rien, surtout chez les musulmans d’origine africaine, c’est un fait’’

    Je trouve que avez bien nuancer les faits mais j’aimerais rajouter que selon moi, ça n’à rien à voir avec la religion ni avec le rang sociale car si l’on regarde les saoudiens, qataris, émirats ainsi que les pays noirs africains, le Pakistan et l’Inde, peu importe le niveau sociale ou la ’’religon’’ (Islam, Christianisme, Hindouisme, Sikh ou autre) ce phénomène de battage de femme intensif mais aussi des fils, il ne faut pas l’oublier, dans ces peuples là revient systématiquement. Du moins beaucoup plus que dans les autres peuples du monde.
    Ce serait un phénomène lié à la culture ? sûrement mais on peut aussi se poser la question si ce ne serait pas lié à ce qui circule dans leurs veines.
    Je tiens à préciser que j’ai des origines marocaines direct du coté de mon père.

     

    Répondre à ce message

  • #2143574
    Le 13 février à 02:49 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Peut-on traiter une femme de "salope" ?

    Tout dépend du contexte.

    Mais comme ils sont quasiment infinis, oui.

     

    Répondre à ce message

  • #2143576
    Le 13 février à 02:59 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Peut-on traiter une femme de "salope" ?

    Pour être sérieux, la violence exercée par un mari socialement impuissant n’est pas comparable avec la punition d’une salope.

    D’une part, un acte indéfendable, de l’autre, une récompense.

     

    Répondre à ce message

  • #2143589
    Le 13 février à 05:27 par John Titor
    Peut-on traiter une femme de "salope" ?

    La jolie blanchette du reportage de BFM TV




    On devrait plutôt dire la PAN de service dans ce cas précis

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents