Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

23 mars 1933/23 mars 2020, le suicide des parlements

Respectivement pour redresser l’Allemagne et ruiner la France

Le 23 mars 1933, par une loi dite « de salut public du peuple et du Reich », le parlement allemand autorise le chancelier du Reich à gouverner par décrets pour quatre ans jusqu’au 1er avril 1937. Cette loi porte le coup de grâce à la République de Weimar en privant le parlement de son pouvoir de contrôle législatif.
Le 23 mars 2020, par une loi dite « d’urgence sanitaire pour faire face à l’épidémie de Covid 19 », le parlement français autorise le Premier ministre à gouverner par décrets dans un champ très large de privation des libertés publiques pour une durée de deux mois, renouvelable par décret à l’initiative du même Premier ministre.
Dans les deux cas les lois sont promulguées dans l’urgence dès le 24 Mars, en Allemagne sous l’omniprésence bien réelle des SA, en France sous la psychose d’une contamination de l’éther.

 

En Allemagne les pleins pouvoirs sont désormais aux mains du chancelier du Reich, en France c’est la disparition immédiate de toutes les libertés publiques

En se suicidant les parlements se plongent dans une mort cérébrale et ils persistent à l’état végétatif dans le paysage politique. En Allemagne, comme en France aucun des corps parlementaires n’est officiellement enterré et faute d’avoir su faire rempart à la démocratie, ils subsistent comme marche-pied du totalitarisme. L’abrogation de la séparation des pouvoirs en fait de simples chambres d’enregistrement à l’électroencéphalogramme plat, privées de débat, de réflexion et d’analyse. Pour la bonne forme, le Parlement uni-partite allemand put se réunir 19 fois en séance plénière, la séance du Parlement français, quant à elle, se voit diminuée, au prix d’une acrobatie constitutionnelle inédite, à la portion fantomatique d’un député par groupe. Qu’importe au demeurant puisque, en Allemagne comme en France, le parlement dit « de salut public » ou bien « d’urgence sanitaire » n’a d’autre vocation que de donner un cadre d’apparence solennelle à des décisions qui lui échappent en totalité.

Pour ce qui concerne les libertés individuelles, la comparaison des situations allemandes et françaises souligne en revanche quelques nuances. Dévolue au « salut public du peuple », l’Allemagne embrasse avec enthousiasme un large éventail de mesures liberticides et son guide s’autorise : les restrictions à la liberté des personnes, à la liberté d’expression, y compris la liberté de la presse, le droit de coalition et de réunion ; les atteintes au secret des communications postales, télégraphiques et téléphoniques, les mesures prises en vue de perquisitions et de confiscations ainsi que de restrictions de la propriété.

La France, à défaut de reconnaître les siens parmi les contaminés, les assigne tous indistinctement à résidence, doctrine qui a pour atout, non seulement de désigner comme suspect tout individu repéré dans l’espace public, mais aussi d’englober toutes les formes liberticides de la réglementation allemande en les résumant en une seule : interdire aux personnes de sortir de leur domicile, sous réserve des déplacements strictement indispensables aux besoins familiaux ou de santé.

Pour rectifier le sentiment permissif que pouvait suggérer le sous réserve aux besoins familiaux, le gouvernement français a bien vite interdit l’accès aux maisons de retraite, et sanctionné par de lourdes amendes les dangereux contrevenants à l’herméticité du huis-clos propice à l’euthanasie par Rivotril, dont il a déclaré l’usage « exceptionnel et transitoire » par décret , dès le 28 mars soit 5 jours à peine après le suicide parlementaire, alors que le régime allemand mit 6 ans pour produire un décret similaire.

De même, le sous réserve des besoins de santé pouvant prêter à confusion, laissant croire que les médecins libéraux disposent encore du droit de prescription attaché à leur profession, un décret gouvernemental du 25 mars leur interdit de prescrire à leurs patients le seul médicament apte à les sauver, la chloroquine, au motif qu’ils ne sont pas encore hospitalisés. Au plan strictement légal, seule une loi votée par le parlement, et non pas un décret, était de nature à valider une telle interdiction médicale gravissime. La saisine par les médecins du Conseil d’État en l’occurrence rétablira-t-elle ce droit élémentaire ? On peut en douter. Elle n’effacera pas de toute façon la vindicte féroce du Conseil de l’Ordre des médecins à l’encontre des contrevenants aux oukases du régime en place.

Il est vrai qu’aux régimes politiques d’exception s’attache une conception particulière du respect de la vie, maintes fois évoquée sous le Reich à propos des odieuses expérimentations humaines , mais qui ont trouvé sous la forme des essais modernes dits « randomisés » une édulcoration sémantique qui rend la chose d’autant plus acceptable par l’ordre « déontologique » des médecins (bien que pratiquée à l’insu des hospitalisés cobayes) qu’Hippocrate n’était pas familier avec la langue de Shakespeare.

Sur le simple aspect quantitatif de la production accélérée d’ordonnances gouvernementales, échappant à tout regard parlementaire et à toute logique constitutionnelle, l’avantage reste aussi à la France qui en l’espace de deux semaines à partir du 23 mars en a produit en abondance plus de 40, alors qu’il fallut 6 mois au Reich millénaire pour la même débauche d’énergie.

Les lois scélérates allemandes ou françaises ont pour point commun de tuer la Constitution réelle tout en conservant son apparence par des scrutins inutiles, qui n’accordent en réalité aucun pouvoir aux « élus ». La loi française du 23 mars 2020 est sans détour sur ce point : le statut des candidats élus au premier tour dont l’entrée en fonction est différée ne leur confère ni les droits ni les obligations normalement attachées à leur mandat.

En Allemagne, les bulletins de vote des élections législatives de 1938 ne mentionnent plus le nom des « élus » qui sont désignés avant « l’élection » par le parti unique et soumis à sa loi sans que la Constitution démocratique de Weimar n’ait été abrogée.

Si l’apoptose des parlements démocratiques entraîne bien la mort de leur Constitution, ses membres institutionnels – État, armée, justice, administration, forces de l’ordre nouveau – supportent sans dommage la greffe sur un État totalitaire et ne souffrent d’aucun rejet immunologique. La nouvelle domination sur le peuple qui leur est concédée semble au contraire leur procurer une sorte de griserie répressive, comme l’armée allemande rendue à sa puissance à partir de 1933 ou la gendarmerie française transformée en force d’occupation à partir de 2020.

Les corps administratifs intermédiaires ne sont pas en reste pour manifester leur engouement pour le pouvoir arbitraire et les brimades qu’il autorise envers la population, sinon comment interpréter l’interdiction administrative de respirer dans la capitale à pleins poumons entre 10 heures et 19 heures, à moins de voir là une sorte de complicité passive du pouvoir avec le virus assassin des bronches.

Ainsi ont péri la République de Weimar et la Cinquième République, non pas précipitées dans l’abîme par des forces étrangères ou ennemies, mais par le suicide des parlements à qui leur destin était confié.

 

Ne manquez pas les analyses d’E&R sur la menace fantôme du couillonavirus :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2449495

    Je ne sais pas si toujours utiliser la situation en Allemagne dans les années 1930-1940 comme une période terrible, de destructions des libertés, etc... est des plus pertinents. Si la conclusion est : le régime mis en place actuellement par Macron et consorts est identique à celui de l’Allemagne dans les années 30, alors finalement la situation serait plutôt positive, non ?

    D’autre part, quand tu es flické avec ton portable, Facebook, Twitter, Whatsap, Instagram, carte Vitale, carte bancaire, ton ordi, des caméras partout, est-ce que quelques drones de plus et des semaines de confinement nous feraient passer de la liberté à la dictature ? De quelle ancienne liberté fait-on allusion ? Quand les moutons sont quand même allez voter, tu crois pas que la dictature et le conditionnement mental n’était pas déjà là. C’est une étape de plus, d’accord. Et quand Macron sera réélu on en parlera. Du RN au LR, en passant par LFI, silence radio total. La soumission, l’autocensure, le besoin d’égoïsme, le repli sur soi, la détestation des gilets jaunes même dans des milieux petits bourgeois, n’ont pas eu besoin d’attendre le confinement. Peut-être qu’une situation à l’ Allemande pourrait nous sortir du Traité de Versailles mental qu’on nous a imposé.

     

    • #2449693

      La comparaison entre l’Allemagne d’alors et la France d’aujourd’hui est tout à fait pertinente au contraire, et il n’y a pas lieu du tout de considérer que la situation en serait pour autant positive, car si la politique de l’une visait à redresser le pays, celle de l’autre, la nôtre, est faite pour le ruiner.
      - outre le fait que la politique nazie avait aussi pour objectif la guerre et la ruine de la France en particulier, qui était supposée une fois vaincue payer les frais de la réindustrialisation de l’Allemagne (des canons à la place du beurre), une réalité que l’on tend à oublier si on prend cette économie comme un bon modèle qui devait réussir.


    • Effectivement, quand Hitler est arrivé au pouvoir il y avait 10 millions de chômeurs, des millions de SDF et une inflation de 500 %,
      au bout de quatre ans il y avait le plein emploi, plus d’inflation et tout le monde avait un toit.


    • #2449968

      Sertorius

      Quand l’auteur dit : "Les lois scélérates allemandes ", je ne suis pas sur que cela soit positif vis à vis des décisions prises à cette époque qui de mon point de vue ont été de bonnes prises de position nécessaires pour redresser le pays.


    • #2449971

      alors finalement la situation serait plutôt positive, non ?



      Vu les millions de morts faits par l’Allemagne à la suite (beaucoup plus qu’à Mers-el-Kebir) et les dégâts matériels et humains subits par l’Allemagne par retour de bâton (quand on déclenche une guerre, surtout contre la Russie, il faut un peu s’attendre à y laisser des plumes) ... désolé, mais non : le bilan du gouvernement Allemand des années 30-40 n’est pas bon du tout...à l’instar de celui du gouvernement actuel en France (l’état de siège face à l’armée rouge en moins).


  • Le problème c’est que tout peut s’effondrer mais tant que le décor en carton pâte des médias tient, le public croit ; et le pouvoir profite de cette légitimité apparente du consentement par la peur pour être toujours plus coercitif.

    "Le public ne cherche pas à comprendre , il demande à croire"
    Louis Ferdinand Céline
    J’ajouterai que les gens préfèrent donner raison à leur peur plutôt que de donner raison à leur raison.Le pays de Descartes est bien loin...

     

  • #2449508

    Le parlementarisme allemand était condamné à partir du moment où, d’une manière ou d’une autre, il fallait interdire le parti communiste qui voulait la peau du régime bourgeois de Weimar et de toute l’Europe et du monde. La France l’a fait aussi mais plus tard, au moment du pacte Ribbentrop-Molotov.

    Hitler a interdit tous les partis car le parlementarisme n’avait aucun sens et qu’il fallait trouver une formule politique stable. Curieusement, les choses se sont mises à fonctionner à merveille et le chômage et l’inflation ont disparus comme par enchantement.


  • #2449513

    Stupefiant mais helas pas si consternant que de constater ce retour aux " zheures les plus sombres de notre histoire ".. Cerise sur le gateau : l attestation tout simplement calquee sur l ausweis de sinistre memoire . Qu en pensent le Conseil d Etat et les conseil constitutionnel ?... Allo , Fafa , allo ?...et les journalistes serpilleres de la presse archisubventionnee ? Et la pseudo intelligentsia ?.... On a demonte les treteaux du theatre de l antifascisme ????...


  • #2449699

    Le site d’origine fait dans l’opposition bon enfant, déjà le terme "géopolitique" qui sent fort le n’importe quoi, improbable contraction entre deux pseudo-sciences.
    Le parallèle avec le passé est une impossibilité technique, il y a au moins vingt-cinq siècles qu’on le sait (et depuis Thucydide on en est sûr à 100%), trop de paramètres entrent en compte. Le fascisme et le nazisme proviennent d’ailleurs de la grande nébuleuse socialo-communiste et furent acclamés et soutenus par le capital mondial.
    Donc en matière d’épouvantail, on repassera, mais pas les mêmes plats svp merci, à trop réchauffer ça en devient immangeable.
    En conclusion,il faut être sacrément naïf pour imaginer un seul instant qu’un parlement choisi parmi les candidats adoubés par la banque pourrait prendre des décisions allant dans le sens de l’intérêt majoritaire.
    La vraie découverte, c’est que certains croient encore aux "bienfaits" de la "démocratie" bourgeoise. La lutte continue, mais c’est pas gagné hein !


  • #2449735

    C’est pas Zemmour qui parlait de "suicide français " ?
    Encore un bon français de bon augure...


  • #2449784

    L’interdiction entre 10h et 19h était déjà en prévision du ramadan. Comme cela, pas de polémique sur le laissé aller sélectif de la stasi


  • #2449899

    Quand vous dites que la démocratie est morte en 1933 et en 1920, vous accordez aux parlements des pouvoirs et des vertus qui on toujours été opposés aux intérêts de peuples et vous ne distinguez pas entre "démocratie bourgeoise" et "démocratie populaire". Les parlements où siègent des députés ou des sénateurs sont des nids de bourgeois - des notables - et ne représentent nullement le peuple. Ils sont le nouveau tiers-Etat. Je vous défie de me citer un député ouvrier, brancardier, boulanger, mécanicien, manutentionnaire et autre "sans-dent". Pour qu’elle meure, la démocratie devrait d’abord exister. La démocratie bourgeoise, au sens marxiste, n’est pas une démocratie, mais une ploutocratie.
    A la décharge d’Hitler, qui a pris le pouvoir en 1933 en assassinant ou en réduisant au silence tous ses ennemis, notamment les communistes, force est de constater qu’il a redressé l’économie allemande et donné de nouveaux espoirs de vivre aux Allemands. Ce n’est pas le cas de Macron !


  • En France sous le "régime Macron", nous avons droit à "la double peine" :
    La disparition des libertés publiques
    Le maintien des zones de non-droit.

    C’est donc pire qu’en Allemagne sous Hitler, et encore je ne parle pas du chômage et du pouvoir d’achat.


  • #2450174

    Belle nuance sur les deux événements cités car dans le premier cas ce sont des types qui après près d’une décennie de lutte et de combat ont finit par reprendre le contrôle de leurs pays des mains des mêmes qui pourrissent l’Occident aujourd’hui ! Et une fois au pouvoir ils ont voulus s’assurer que jamais l’ennemi ne puisse reprendre le pouvoir notamment via le processus ’’démocratique’’(qui n’est rien d’autres que la manipulation des masses et de la corruption de politicards opportunistes et arrivistes).
    Dans le deuxième cas, la France 2020, on assiste à un pouvoir pourris et illégitime qui pourris et détruit la France de l’intérieure depuis des décennies et qui s’accroche au pouvoir !

    La très grosse Nuance entre les deux !

     

  • La seule différence (de taille !) c’est que les lois allemandes de 1933 avait pour but de redresser le pays, alors que les lois françaises de 2020 ont pour objectif de le détruire !


Commentaires suivants