Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

360 tonnes d’escalopes de poulet gorgées d’eau ont été distribuées à des associations caritatives

S’agit-il d’une erreur ou d’une fraude ? Près de 360 tonnes d’escalopes de poulet, gorgées d’eau, ont été distribuées à des associations caritatives, alors qu’elles avaient été vendues au prix de la viande par un fournisseur danois, a annoncé le réseau des Banques alimentaires à 20 Minutes, ce lundi, confirmant des informations de RTL et Franceinfo.

 

 

En juin dernier déjà, 1 500 tonnes de « faux steaks », qui contenaient un mélange de gras, de tissus de mauvaise qualité, d’amidon et de soja, mais vendus comme de la viande, avaient déjà été distribuées à des associations caritatives. Les denrées, fournies par une entreprise française s’approvisionnant auprès d’un industriel polonais, ne présentaient aucun danger pour la santé des consommateurs. 20 Minutes fait le point sur ce nouveau scandale alimentaire.

 

Que s’est-il passé ?

Près de 360 tonnes de poulet, gorgé d’eau, ont été distribuées à plusieurs associations caritatives, dont Les Restos du cœur, le Secours populaire, La Croix-Rouge ou encore des banques alimentaires, alors qu’elles avaient payé ces denrées au prix de la viande. Ces morceaux congelés, sous forme d’escalopes, « rétrécissaient comme une peau de chagrin au cours de la cuisson », explique RTL. Ces barquettes de volaille surgelée sont distribuées, depuis 2018, dans le cadre du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD), un programme censé aider les plus modestes à consommer des protéines.

 

Comment l’anomalie a-t-elle été découverte ?

Les contrôles ont été réalisés par la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et FranceAgriMer.

« Après l’affaire des steaks surgelés, l’administration a décidé de faire des contrôles sur d’autres denrées et a découvert que, sur ces escalopes de poulet, il y avait une teneur en eau supérieure à la norme européenne », précise Jacques Bailet, président du réseau des Banques Alimentaires.

[...]

Selon les analyses des services de l’État, si la teneur en eau est supérieure aux normes européennes, la consommation du produit ne présente aucun danger pour la santé.

« Les analyses ont montré que le produit était consommable, distribuable, mais qu’il ne correspondait pas aux normes. C’est plus un problème de déloyauté ou de fraude économique que de danger en matière de consommation », explique-t-il, avant d’ajouter : « Le produit ne présente aucun danger, mais procure simplement moins de protéines que prévu ».

Lire l’article entier sur 20minutes.fr

 

Attention les yeux, ça va piquer un peu :

Les précédentes arnaques aux pauvres, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

69 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Voilà pourquoi je me nourris uniquement de poulet de boeuf et de porc bio et local !
    Je connaît la source, les gens qui sont derrière et je le dit, je paye le prix*, il faut avoir les moyens malheureusement pour en manger régulièrement, sinon les oeufs de poules bio sont beaucoup plus abordables pour tous comme source de protéines animales ! Et au final non seulement c’est mieux pour notre santé mais c’est aussi respectueux des animaux et de l’environnement !
    Mais encore une fois bonne chance pour convaincre les masses de zombies complètements abrutis qui peuplent nos sociétés !

     

    • Masses de "zombies, complètement abruties" parmi lesquelles, les crédules naïfs qui se croient plus sainement nourris grâce à un simple... "label" (un de plus) en l’occurrence "BIO" ne figurent pas aux dernières places... Mon Dieu, mon Dieu !


    • @GERARD R.
      Et quand vous connaissez les provenances ??, c’est à dire les éleveurs et fermiers tout près de chez vous, ce qui est mon cas ???
      Effectivement votre commentaire est viable pour les masses qui s’apprivoisent dans les supermarchés*(et même là) mais sinon en ce qui concerne ma situation, vous pouvez allez vous faire... biiippp !


    • @GERARD

      ce que dit Pierre Loup c’est qu’en local chez le fermier, tu sais que t’es pas dans l’élevage concentrationnaire et que par conséquent la qualité n’est pas la même, le prix bein ouai direct dans la poche du fermier, au moins ça va pas dans celles de tous ces enculés de TRADERS de l’alimentaire et que le fermier ne se flingue pas.

      là ou t’es grognon c’est l’emploi du mot BIO, tu te doutes bien que dans l’exemple de Pierre Loup cela l’est, après je sais qu’il y a un scandale lié aux labels qui doivent surement se négocier pour faire valoir un produit pas si bio avec le prix du bio.


    • @Gerard c’est a dire que le label Bio c’est Un label Européen qui n’est certainement pas gage de qualité’ là je suis d’accord sauf que c’était pas le sujet.
      moi je prends également mon poulet, ou mon bœuf à la ferme près de chez moi donc si tu veux je vois les bêtes et leur alimentation en direct. Et l’agriculteur est très sympa au demeurant. Le reste mes légumes c’est les miens, et le poisson je le pêche moi même, en ayant hélas conscience de la pollution des océans.


  • De toute manière, ils sont vendus ainsi, dans les supermarchés également.

     

  • Il est dit dans la vidéo qu’ils ont payé 5M d’euros pour 1500 tonnes. Calculatrice : 1.500.000 kilos ÷ par 5.000.000 euros = 0,3 euros. Même en très grosse quantité, est-il normal de payer 30 centimes d’euros le kilo de viande de poulet ? Non . Les gens s’étonnent de manger du minerai de cheval dans les raviolis au bœuf d’avoir des poulets gonflés à l’eau etc. .. je ne suis pas un spécialiste mais la chose je la voit ainsi, avec une concurrence de dingue y compris dans les pays à bas coûts à destination des pays dits riches et bien parfois il faut passer par ce genre de stratagème pour continuer à gagner un peu d’argent.

     

  • Chômage et paupérisation sont des créneaux d’activités porteuses, avec leurs pléthores de monuments de vertu en carton pâte d’où, une prospérité bien réelle fait monter de ferventes prières pour que tout continue à aller au plus mal dans le plus mauvais des monde...’’Caritatives’’ n’est clairement plus le qualificatif qui convient à ces ’’associations’’ (de malfaiteurs ?) entreprises spéculatives, parasites, opportunistes, affairistes leur convient davantage. Les professionnels de la Pauvreté ont un marché colossal sous leur coupe. Le Pauvre, le Chômeur, sont d’excellentes sources de profits, de revenus, de rente de situations financières et sociales...et tout cela heureusement sans jamais être à l’origine d’une quelconque solution aux situation dramatiques dont elles vivent en ne gérant que des conséquences. Merci qui ? C’est une impression ou il semblerait bien que le rythme de la déliquescence et de la putréfaction s’accélère ?


  • Je reviens pour un dernier commentaire on a donc vu que le kilo de poulet est à 30 centimes d’euros le kilo. Un poulet de batterie pèse justement 1 kilo à peu près. Donc un poulet coûte 0,30 centimes d’euros. Au près du producteur même en Pologne ce serait scandaleux mais le pire c’est que ce n’est même pas le producteur qui empoche les 30 centimes par poulet, mais la plateforme d’échange de gros !! Le producteur lui doit empocher la moitié. Donc imaginons qu’Il possède 1000 poulets . 1000 × par 0,15 euros = 150 euros. Donc dans ce monde merveilleux on imagine qu’avec 150 euros on arrive à acheter des poussins, les faire grandir, les nourrir, les soigner, rembourser à la banque l’enclos où ils vivent, chauffer l’enclos, le nettoyer, les abattre, les plumer etc etc pour 150 euros. Sans blague. Pour être aussi stupide ce doit être une association d’aide aux migrants hahaha

     

  • Lorsque les peuples auront compris que le secteur agroalimentaire est là en premier pour faire des bénéfices et non nous nourrir, un énorme pas vers la compréhension aura été fait.

     

  • 6 ans après les chevaux roumains qui se sont retrouvés dans des lasagnes industrielles... les bienfaits du mondialisme. Et le jour où il y aura un scandale sanitaire encore plus grand et dévastateur sur le plan de la santé que la vache folle, la réponse des autorités sera toujours plus d’Europe, et "d’ouverture au monde". Ces gens sont des criminels.

     

    • Je dirai même que le scandale est déjà là car manger de tels produits ne peut qu’amener des maladies mais sur un plus long terme. De toute façon ces viandes premiers prix sont déjà ce que mangent les plus démunis dans les supermarchés. Lire absolument "Santé et guérison par le jeûne" d’Arnold Ehret chez Kontre Kulture.


  • Les gens ont oublié les films comme L’aile ou la cuisse,soleil vert ou le grand bazar.

     

    • @Rimkus..........trois films qui en disent long sur l’évolution pernicieuse des sociétés ainsi que sur les pratiques des " grands " de ce monde qui autorisent les bénéfices outranciers de tous les marchands de mort, mais qui martyrisent les populations !...ces affaires sont à gerber, sans oublier la trahison des élites, comme sarkouille, qui suppriment à gogo les fonctionnaires donc ceux des organismes de contrôle alimentaire, facilitant un peu plus la mort lente des plus pauvres...on devrait recycler cette bonne viande à l’Elysée, à la commission européiste et cie...bandes ( pluriel voulu ) de crapules vénales !!


    • Au final, toute ça pour « La grande bouffe »...


  • Et encore , qu’ils ne se plaignent pas, elles ne sont pas farcie de merde .C’est tout comme, mais ce n’est pas de la merde, ce n’est que de l’eau camarade (comme la chanson)
    Pour la bouffe, ils ne sont pas en rade d’imagination, pour les associations caritatives .
    "Mais, ils ont faim , et bien ils n’ont qu’à se forcer" "mais, c’est plein d’eau ! et bien comme ça, ils boiront en mangeant, c’est plus pratique .
    Non, mais ils font très attention à ce que nous mangeons en France, le pays de la bonne chère ,le poulet au œdème .Une nouvelle race de poulet .


  • Encore une leçon pour les bouffeurs de viande d’animaux suppliciés. ! Un bon plat de lentilles à la place et arrêtons de favoriser les filières de viandards !

     

  • Vous m’excuserez mais du poulet s’est du poulet. Qu’il soit gorgé d’eau ou pas importe peu. Toute cette bouffe est destinée principalement aux assos qui s’occupent du bien être des pauvres "migrants". Il leur faudrait quoi en plus ? Des poulets non gorgés d’eau certifiés halal ? Ils n’ont cas les vider eux-mêmes de leur contenu d’eau si ça les dérange. Pour moi, une poule a autant le droit à boire de l’eau que toute autre espèce sur terre. "Je suis poulet"

     

    • Très con, ce commentaire.

      Escroquer la charité est intrinsèquement à vomir, point. Toute autre considération est superflue.

      MV


    • "une poule a autant le droit à boire de l’eau que toute autre espèce sur terre."

      Oui, mais là, c’est le cadavre qui est gonflé à la flotte afin de "l’étoffer"
      c’est du vent, caractéristiquement de l’arnaque


    • je pense surtout que le producteur vendeur ont essayé d arnaquer le consommateur et le consommateur a remarqué cette arnaque et du coup il n achete plus ses poulets. Les producteurs vendeurs doivent se debarrasser de la marchandises et la file au migrant. Ils n allaient pas mettre tous ces poulets a la poubelle, autant le donner. Mais a la base, le but etait de vendre ses poulets traffiqué a un prix legerement moins chers pour faire leur commissions sur chaque poulet.


    • @sa majesté...........t’es surtout une dinde !...parce qu’ils sont pauvres ils doivent bouffer de la merde, c’est çà ?!....et il n’y a pas que des migrants qui bénéficient de la charité et de l’entraide de ces assos, car le libéralisme sauvage est en train d’affamer tout le monde, et au train mondialiste où vont les choses, ce seront la majorité des gens qui se verront couillonner, nous compris !...quand l’empoisonnement du peuple est de mise, la charité et la solidarité de tous est nécessaire...la colère aussi .


    • Bravo pour l’ironie, mais certains ici ont pris pour argent comptant cet humour !!!


    • #2275232
      le 10/09/2019 par ARDPAA -> Association pour le Respect et la Dignité Post-mortem des Animaux (...)
      360 tonnes d’escalopes de poulet gorgées d’eau ont été distribuées à des (...)

      Bravo pour l’ironie, mais certains ici ont pris pour argent comptant cet humour !!!



      ...Et oui. C’est le deuxième effet Spielberg. La violence des images, la souffrance, et le devoir de Justice (la Haine !!! )

      Toujours le même pathos (gratiné d’une bonne dose d’hypocrisie) :

      - Ils s’identifient aux victimes LOL

      "Oh les pauvres clodos, encore une fois baisés par le système ! Le poulet gratos est de mauvaise qualité ? Merde ? Arrête ? C’est pas possible ? Indignés d’une telle injustice ? Du poulet au hormones, "on" a l’habitude, mais des poulets à l’eau, pour des pauvres à la rue ? Horreurr...

      Sérieusement, les gars ont leurs émotion tellement à fleur de peau, qu’ils n’arrivent même pas à reconnaître une bonne vieille tirade ironique (d’un discours barbare et foncièrement méchant-méchant...)

      Reste à savoir s’ils se sont sentis "spoliés" ou "maltraités après la mort" LOL

      Je vous laisse, je m’en vais étudier la Philanthropie zoophile...


    • Majesté, le 2ème degré est de moins en moins de mise ici (Question de niveau, dommage. Ça touche tous les milieux, partout, et ici c’est encore « buvable », c’est dire).
      Les mêmes qui s’offusquent pour de la flotte dans la cuisse et qui bouffent allègrement du glytruc (et autres pire moins connus) décrété « Bio » par Bruxelles, nos pèquenots subventionnés, et les supermarchés.
      Triste Monde ! Là, c’est de la flotte, H2O, c’est moche mais « pas pire ». A quand le scandale de la viande kebab, issue d’origine « Européenne » moins halal qu’on ne croit ? Je reconnais aux Turcs leur génie commercial, le kebab « pour les cons » est devenu Algérien, suite au nom de la sauce (qui mériterait elle aussi analyse).
      Bref !


    • Là n’est pas la question car il y’a manifestement tromperie sur la marchandise et ça c’est grave !


  • De toute façon c’est quoi cette opinion qui voudrait que les pauvres mangent de la viande ? Le progrès veut que les pauvres mangent des protéines de soja texturées et des insectes. Et demain cela sera à votre tour de consommer ces délices que cela vous plaise ou non ! Car de toute manière la viande deviendra un luxe pour les plus riches et ceci bien entendu au nom de la protection de l’environnement, du progrès,...et mon cul sur la commode !


  • Une fois de plus tout est sacrifié sur l’autel du dieu pognon. Car à la source c’est systématiquement la même problématique : le profit !

    C’est donc une nouvelle fois ce système qui est à mettre en cause. Les acheteurs veulent le prix le plus bas, les vendeurs faire un maximum de profit. La solution c’est de vendre de la merde !

    Que l’on ne me fasse pas croire que les associtations n’étaient pas au courant. Des escalope pleine de flotte ca se voit à la cuisson pour un non initié. Suffit de prévoir un règlement à 30 jours, des contester la livraison et les fournisseurs l’ont dans l’os !

     

  • Ça y est !
    Avant : les labos pharmaceutiques allaient faire leurs tests de médocs dans des pays sous-développés.

    Maintenant : les labos industriels testent leurs ersatz de bouffe en France ! ! !

    Thémistoclès


  • Le BIO expliqué aux nuls. Ceux qui ne croient pas vraiment aux vertus du BIO vendu en grande surface, mais qui en revanche, vénèrent le BIO en provenance du sympathique agriculteur du village.

    Ma propriété jouxte un champ d’une 15aine d’hectares. J’y habite depuis 35 ans. C’est dire si j’en ai vu, des pulvérisations en tout genre, plusieurs fois appliquées, dans l’année.

    Depuis deux ou trois ans, ce même champ s’est vu converti, en tout cas, est qualifié par l’agriculteur, de BIO. Et de fait, je n’ai plus vu de pulvérisations. À certaines époques de l’année, on peut y voir une foule de consommateurs, venir arracher eux-mêmes des produits... présumés BIO, pardi, après avoir réservé leur parcelle. Bien ! Combien parmi ceux-là sont dument informés des décennies de pulvérisations que les riverains et moi avons constatées ? Et combien de temps faut-il à une terre agricole, pour s’assainir des poisons du passé ???

    Autre chose : la superficie du champ convertie au BIO a été morcelée en trois. Mettons que 5 hectares sont consacrés au BIO. Mais les autres parties, cédées ou louées à d’autres agriculteurs continuent quant à elles, à faire l’objet d’une agriculture tout ce qu’il y a de plus conventionnelle, avec, donc, poursuite des maudits épandages de Dieu sait quel produits.

    Se pose alors le phénomène dit : de Tchernobyl et son nuage radioactif, qui, rappelez-vous s’était arrêté pile-poil aux frontières des autres pays, les préservant ainsi de la nocive radioactivité. Je suppose que les inconditionnels du BIO, sont disposés à gober qu’il en va de même avec les épandages... Pauvres de vous !

    Un autre aspect de la question, les braves fermiers qui ne vendent exclusivement que du BIO, produit par eux. Sauf, que des indiscrétions de riverains, nous apprennent que des approvisionnements toujours nocturnes, de ces fermes, par des camions sans aucune raison sociale, se font régulièrement. Au détriment de leur sommeil. Allez comprendre...

    Bref, si le label BIO, suffit à vous rassurer, comme vous ont rassurés avant lui, tous les labels précédents, avant de finir en scandales retentissants, grand bien vous fasse et pardonnez-moi, d’avoir troublé votre quiétude alimentaire de braves consommateurs "avertis"...

     

    • Assez d’accord avec ce commentaire, pour être moi même mitoyen d’un champ (et de vergers) depuis plusieurs années.
      L’agriculteur certifie que ses plantations sont, même pas bio mais naturelles ! C’est à dire la semence semée, et basta, rien d’autre, pas de produits ni même à dose autorisées. Mais alors que sont les épandages que je vois de temps en temps ?
      De même, quand le tracteur sème, il est tout à fait possible techniquement d’injecter quelque chose en même temps que l’on plante. Ni vu ni connu !
      Un signe ne trompe pas finalement, et c’est une amie qui me l’a fait remarquer sur le dernier champ de maïs planté : entre les rangées c’est propre comme tout, bien aligné. Il n’y a pas de vie pourtant ! Et la vie trouve toujours un chemin. Perso quand je laisse mon potager une semaine sans entretien, c’est vite colonisé par des insectes en tout genre et plantes en tout genre. Mais dans le champ de maïs non !
      Ca m’interroge en effet.
      On retombe sur le problème de base, qui n’est pas un problème de bio ou pas, de bouffe ou autre, mais d’oseille, et ce que tout un chacun est prêt à faire pour en avoir toujours plus, ou de manière la plus constante possible.
      Le plus biologique possible reste un vrai progrès, mais s’imaginer qu’on peut semer et récolter autant de manière à nourrir ou produire tout ce qui se produit, sans qu’il y ait des conséquence, c’est tout de même se faire des illusions...
      Payer plus pour avoir une nourriture un peu meilleure pourquoi pas, mais on reste sur un souci d’argent.


    • Si vous ne connaissez pas bien celui qui vous nourrit, vous ne savez pas ce que vous mangez, je suis d’accord avec vous deux sur ce point.
      Pour ce qui est des épandages, ils peuvent avoir des fonctions différentes, cela peut être un insecticide, un fongicide, un apport d’élément pour traiter une carence, même un engrais liquide foliaire. Je trouve ça un peu con d’observer pendant quinze ans des "maudits épandages" sans jamais avoir discuté avec celui qui les fait.
      Pour une certification Bio la terre est en "conversion bio" durant trois ans(alors que les arséniates de plomb utilisés depuis la fin du dix neuvième siècle sont toujours présents dans les sols...).
      Pour le maïs c’est une plante très concurrentielle, qui va très vite priver d’eau et de lumière les autres végétaux ce qui fait que les parcelles sont très "propres", un binage mécanique suffit en général, pas d’antifongique(plante tropicale résistante aux champignons.) un insecticide si présence de pyrale, même en conventionnel ça reste la culture la moins gourmande en chimie.
      L’appât du gain dans nos sociétés, où la seule récompense attendue est financière, mène à bien des dérives quelque soit la production ou le label, en discutant avec un responsable du syndicat des apiculteurs français, il m’a dit que les trois plus gros problèmes de la filière apicole française sont, 1 la fraude, 2 la fraude et 3 la fraude, tant que qu’on pourra trouver des "miels" chinois sur le marché à moins d’un euros le kilo qui peuvent être revendus plus de vingt en région parisienne avec une étiquette de producteur, personne n’est encouragé à produire honnêtement...
      Pour rappel, en ce moment, en restauration collective huit poulet sur dix sont produits hors de la France et l’industrie achète l’œuf de consommation en France sept euros la centaine...


    • Merci pour ce retour fort instructif. Je tempèrerai mon propos en précisant que je vois toutefois peu de ces pulvérisations, mais je ne peux pas dire qu’il n’y en a pas.
      Je suis bien content d’habiter près de fermes, champs et vergers malgré tout.
      Et désolé pour les fautes...


  • Tant qu’ils mettent pas du silicone !

    Autant aller bouffer au KFC !

    Mais faut se peindre la gueule en noir pour entrer !

     

    • Quoi ?!

      Ça alors, ce "préjugé" est aussi valide en Amérique du Nord, il est même très mal vu d’en parler.

      Comme quoi ...


    • @GJ
      Du silicone tu crois pas si bien dire



      McDonald’s, KFC, Burger King : les géants de la malbouffe
      découvert que du diméthylpolysiloxane – un type de silicone habituellement trouvé dans les pâtes à modeler – était utilisé dans la fabrication des frites McDonald’s, ainsi qu’un produit chimique à base de pétrole du nom de butylhydroquinone tertiaire (BHQT).
      Le diméthylpolysiloxane est ajouté pour des raisons de sécurité, afin d’éviter que l’huile de cuisson ne mousse.
      Le butylhydroquinone tertiaire (BHQT) est pour sa part un conservateur alimentaire.
      Autre ingrédient surprise : le pyrophosphate de sodium, un additif (que l’on retrouve dans des détergents domestiques) qui pourrait entraîner des contrariétés de digestion à haute dose.
      De la dextrose, un sucre naturel, est ensuite aspergé sur les bâtonnets pour qu’ils conservent cette couleur de frites dorées.
      On ajoute également ensuite du pyrophosphate de sodium pour éviter que les frites ne deviennent grises.
      Et pour finir, on les asperge de sel nitrité (NaNO2) pour en rehausser le goût.
      Le mélange huile (cuisson) est similaire à celui de l’usine, avec l’addition de butylhydroquinone tertiaire et d’huile de soja hydrogénée.
      https://youtu.be/y7fz3yWY_Fo?t=55



  • Pas que pour les asso, c’est dans tous les commerces hyper. Idem pour les gambas, Ils n’ont qu’à arrêter d’en consommer, et ça stoppera. Tant qu’il y aura de la demande, il y aura l’offre.


  • "un programme censé aider les plus modestes à consommer des protéines."

    et dans le bon air de pots d’échappements qu’on respire, y’en a pas déjà, des protéines ?

    ’tain, hier dans ma banlieue, depuis une rue adjacente de zone pavillonnaire, je rejoignais à pied un axe routier conséquent à l’horizon, et la configuration lumineuse était telle, l’éclairage à ce moment-là, qu’on pouvait nettement distinguer la masse de fumée s’échappant des pots des voitures.
    Très peu ragoûtant, le bordel.

    Ce qui est vrai à ce moment-là est vrai tout le temps.
    La différence, c’est que ce coup-ci, c’était visible.

    Alors, j’ai repensé aux sorties de portes de Paris, à certaines heures de la semaine, qui sont systématiquement embouteillées...
    Après, tu peux toujours aller acheter ta p’tite pomme "bio", ton infusion digestive...

     

    • Très drôle votre message.
      Sinon, quelle sanction pour ces petits plaisantins.


    • "quelle sanction"

      tu peux pisser contre un mur, cracher par terre et être exposé à une amende

      mais les pots d’échappement des voitures...

      et la guerre du pétrole, pour faire tourner toute cette pollution
      la permettre et l’encourager

      les populations qui habitent dans ces pays pétrolifères,
      sous le feu des bombes et des batailles de prédation pour l’or noir

      et toi, qui tourne ta clé pour faire tourner le moteur, et aller sur un parking de supermarché,
      faire tes courses de salade et de poulet modifiés
      miam-miam !

      qu’est-ce que tu bouffes,
      qu’est-ce que tu respires ?


  • J’ai un pote il laissait des plaquettes de chichon en automne en forêt pour prendre l’humidité. Il faisait+15% au poids jusqu’au jour où il a vu son stock dispersé autour de sa planque avec de petites morsures dessus.

    On peut mouiller son lait, son vin. Certains disent que c’est le cas, les vaches produisant +50¨% de lait en plus qu’il y a 50 ans, il est moins gras.


  • J’ai bien peur que cette pratique dégueulasse ne soit pas réservée qu’au associations caritatives... Avec le CETA, on aura la totale... Farines, OGM, antibios... et la flotte !


  • Grande manif des poulets en colère le mercredi 2 octobre prochain à Paris.

    Encore que ceux-là sont plus souvent imbibés de vin que de flotte...

    J’dis ça...


  • Brizite aurait déclaré : "si ils n’aiment pas le goût de leur poulet, qu’ils mangent de la pintade"
    Je dis ça, je dis rien...


  • Le plus effrayant dans l’histoire, c’est que les pauvres dépendants des associations caritatives soient tellement nombreux qu’il faille 360 tonnes de poulet pour les nourrir...


  • Nestlé, 1er Groupe alimentaire au monde s’est trouvé impliqué dans de nombreux procès, dans différentes affaires pourries : toute cette filière s’en cague ; peu importe que vous tombiez malade, que vous soyez empoisonné ou autre. L’important étant le chiffre d’affaire, le bénéfice et les dividendes. D’autant plus que nombre d’actionnaires se trouvent être des fonds d’investissement.

    Pour ces gonzes-là, le goulag aurait du bon.


  • pffff il en sont a faire faire de la gonflette aux poulets...faut vraiment aimer le fric pour se compliquer la vie comme ca...au moins quand tu braques une banque y a du panache

     

  • #2275856
    le 11/09/2019 par Tu l’as Dan’l’cul turlututu chapeau pointuuu
    360 tonnes d’escalopes de poulet gorgées d’eau ont été distribuées à des (...)

    Il y a bien des australiens ,qui s’injectent des produits pour gonfler ,pourquoi pas les poulets ?
    Ok je sors


  • methode marocainne ou les oranges la bas sont gonflé a la flotte avec une seringue


Commentaires suivants