Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

750 000 juifs vivent dans les Territoires occupés

Comme chez nous !

Le nombre exact de Juifs qui vivent en Judée-Samarie a été publié par l’ancien député de l’Union Nationale, Yaakov Ketzaleh Katz, dans un rapport qu’il appelle les « statistiques sur la population juive en Cisjordanie ». Katz a soigneusement choisi cette terminologie afin d’atteindre le plus large public possible de journalistes et d’hommes d’État internationaux.

 

Basé sur le registre de la population israélienne, le nombre précis de Juifs en Judée et Samarie est de 435 159 personnes, au 1er janvier 2018. La statistique n’inclut pas les 315 000 Juifs qui habitent dans les quartiers est de Jérusalem, qui est aussi techniquement, partie de la Judée-Samarie.

Lorsque Katz a été élu pour la première fois à la Knesset en 2009, il a commencé à publier le rapport après avoir constaté que les principaux hommes d’État (même en Israël) n’avaient aucune idée du nombre de Juifs en Judée et en Samarie.

[...]

Utilisant ses privilèges en tant que membre du Parlement israélien, Katz a commencé à soumettre plusieurs demandes de renseignements au registre de la population d’Israël et à compiler les données.

Le rapport a amené de nombreux journalistes et diplomates à abandonner la solution à deux États, affirmant que la présence juive dans la région a atteint des proportions irréversibles.

Lire l’article entier sur jssnews.com

 

D’autres chiffres circulent, et l’on comprend que l’opacité sur le nombre réel de colons est volontaire de la part des autorités israéliennes...

« Le journal fait remarquer que 380.000 colons vivent en Cisjordanie, tandis que leur nombre dans Jérusalem occupée s’élève maintenant à 210.000. Presque la moitié des colons de Cisjordanie vivent en dehors des principaux blocs de colonies. Les statistiques, fait remarquer Haaretz, n’incluent pas les milliers de colons qui vivent sur des terrains privés de la Palestine occupée. » (Source : agencemediapalestine.fr

La vérité sur la colonisation israélienne, chez Kontre Kulture :

La colonisation israélienne va-t-elle dans le mur ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1915852

    Le monde est mis devant le fait presqu’accompli, et il s’en fout .

     

    • #1915864

      Le monde ne s’en fout pas. Il est antisémite s’il s’en occupe. C’est plus simple.


    • Le monde - et en particulier ceux parmi les identitaires qui sont trop idiots pour se rendre compte qu’un ennemi est plus puissant que l’autre - se réveillera peut-être lorsque l’État d’Israël couvrira la moitié du globe.


    • #1916033

      Il y a quelques années, on avait demandé à Charb ( paix à son âme ) pourquoi ils ne parlaient jamais des juifs dans Charlie Hebdo. Réponse du pape de l’insolence :"Les juifs, ils n’emmerdent personne". Rien à voir avec le fait que c’était un certain Philippe "ulta-sioniste" Val qui le payait ? Non, hein ? Rien à voir. Non, rien à voir.
      Ouf ! Charb, ce héros.


    • #1916159

      La meilleure illustration du chantage exercé pour faire taire toute critique :
      https://ixquick-proxy.com/do/show_p...


    • #1916517

      @ H.M

      Vous précisez, souhaitez ? La paix à son âme.

      C’est vous qui le dites et cela n’engage que vous camarade....

      Perso, en ce moment je suis plus enclin à souhaiter la paix aux âmes de Maelys, Estelle, et de tous enfants qui tombent par le fait de monstres à travers le monde....


    • #1916530

      @mesencephale

      L’un n’empêche pas l’autre.


    • Le problème AF c’est sûrement les identitaires intelligents, ceux dont l’avis dit verge (et dix verges...), probablement parce qu’ils ne se contentent pas de pensée prémâchée par les divers gourous qui sévissent sur le supermarché intellectuel du net.

      Sans doute réfléchissent ils, se documentent ils, et vérifient ils ce que l’on peut entendre ça et là, avant de forger leurs convictions.

      Et les assertions du genre : "l’État d’Israël couvrira la moitié du globe." ont assurément de quoi les faire rire...

      À l’aide de quelle prodigieuse démographie cela serait il possible selon vous ?

      Car enfin, de ces deux ennemis, un seul justifie d’un effectif de plusieurs millions de personne sur le territoire français, quand l’autre n’est présent que dans les médias, sur des écrans et du papier, jouissant d’une représentation totalement déconnectée de son poids réel, relativement insignifiant, et qui implique somme toute une plus grande vulnérabilité.

      Expliquez nous encore quelle cohérence y a-t-il à accepter les résultats de l’immigration arabe en Europe, dans le même temps qu’on condamne ceux de l’immigration juive en Palestine ?

      Voyez vous, il y a longtemps j’étais pro-palestinien, je vivais dans un monde simpliste et binaire, avec de bons arabes et de mauvais juifs...

      Mais plus j’étudie l’histoire du conflit israélo-palestinien, moins cette vision me paraît juste.

      Je serais prêt à exposer pourquoi, ne serait-ce que pour donner l’occasion à E&R et son public de convaincre ceux qui ne partagent pas leurs considérations, mais je ne suis pas sûr que la modération laisserait s’exprimer librement ici les arguments qui s’opposent aux leurs.

      Sait-on jamais... Cela demanderait 5 ou 6 commentaires de 2500 signes.


    • Soit... Essayons ! Et au risque d’enfoncer des portes ouvertes, je commencerai au tout début :

      Le plus ancien nom de la Palestine est Canaan (3e millénaire av jc). Les cananéens à cette époque ne sont ni hébreux ni arabes, ce sont des sémites proches des amorrites.

      Le nom Palestine est tiré de celui du peuple des Philistins, lui même dérivé de ’hébreu "Peleset" (envahisseur). Des inscriptions égyptiennes font mention, au 12e siècle avant notre ère, de ce peuple venu de mer Egée en Europe, pour envahir Canaan qui se trouve alors sous domination des pharaons, et où vivent déjà les hébreux, toujours selon les stèles égyptiennes.

      La conquête de Canaan par Josué décrite dans la Bible ne peut donc pas être postérieure au 12e siècle av JC. Selon l’archéologie moderne (Israël Finkelstein), elle n’est qu’un mythe fondateur sans historicité, et les hébreux seraient des nomades cananéens qui se sont sédentarisés au cours de ce 12e siècle av JC.

      Quoi qu’il en soit, Canaan sera ensuite successivement conquis par diverses puissances : Babylone, la Perse, Alexandre, puis l’Empire Romain, qui détruira le temple de Jérusalem en 70 et provoquera la dispersion (partielle évidemment) des juifs hors de Palestine, qui deviendra byzantine (empire romain d’orient) après le partage du pouvoir impérial au 4e siècle. Les Arabes en 638 la prennent aux Byzantins, et la perdront face aux croisés en 1099, qui la cèderont aux Mamelouks égyptiens, auxquels la prendront les Ottomans en 1517.

      Ils la garderont jusqu’en 1917, et tout au long de son histoire, cette terre a abrité des juifs en plus ou moins grand nombre, y compris après la dispersion (en attestent les diverses séquences de leur histoire en terre sainte : révoltes contre Rome après 70, persécutions chrétiennes, "dhimitude" sous les arabe, exil sous les croisés, retour après la victoire de Saladin, accueil des juifs d’Espagne à partir du 15e, etc.).
      En ce qui concerne les arabes, la tradition musulmane fait d’Ismaël leur père, qui se serait établi à la mecque après avoir quitté le pays de Canaan, rejeté par Abraham. Ils justifient d’une présence continuelle en Palestine depuis leur conquête au 7e siècle uniquement.

      Mais revenons en 1917, où les Ottomans sont défaits par les anglais, ralliés par les arabes dans leur révolte aux espoirs nationalistes contre le pouvoir turc.

      Suite à venir...


    • Dès 1915, Hussein, chérif hachémite de la Mecque et roi du Hedjaz, contactait l’anglais McMahon et lui offrait, sur la base du protocole de Damas, un soutien arabe contre les ottomans en échange de territoires.

      Toujours en 1917,la déclaration Balfour, qui n’est pas un traité, prévoit la mise en place d’un foyer juif en Palestine mandataire, dont le territoire équivaudra aux actuels états d’Israël, et de Jordanie.
      Pour les anglais les motivations sont diverses : Sionisme chrétien et antisémitisme de Balfour, qui souhaite ainsi vider l’Europe de ses juifs, et souhait de Lloyd Georges pour faire pencher la communauté sioniste américaine en faveur de l’entrée en guerre des Etats Unis.

      Ce qui motivera finalement l’Amérique c’est la guerre sous marine à outrance, les épisodes des paquebots Lusitania et Arabie, ainsi que l’affaire du télégramme Zimmermann, mais peu nous importe ici.

      Ce qui compte est qu’au final les anglais promettent :

      - Un foyer aux juifs en Palestine mandataire par la déclaration Balfour.
      - Le Liban, la côte syrienne entre Alep et la mer Morte, et la Cilicie aux Français, dans les accords Sykes-Picot (dont une copie est envoyée à Hussein)
      - Un grand état aux arabes, suite à la correspondance Hussein-McMahon, qui comprendrait toute la péninsule arabique à l’exception de la Mésopotamie (actuelle Irak, destinée à l’Angleterre par Sykes-Picot), et des territoires promis à la France, mais incluant la Palestine (Actuels états d’Israël et de Jordanie).

      Dans un dossier mediapart on peut lire que McMahon a écrit : "La Grande Bretagne est prête à reconnaître et supporter l’indépendance des Arabes dans toutes les régions à l’intérieur des limites demandées par le Chérif de La Mecque.".

      Cette citation est amputée et quelque peu retouchée, la voici fidèlement retranscrite, et en entier :

      Au prochain post...


    • "Les régions de Mesrin et Alexandrette, et les parties de la Syrie situées à l’ouest de Damas, Hama, Homs, et Alep, ne peuvent pas être considérées comme purement arabes, et devaient être exclues des limites proposées.
      Avec les modifications ci-dessus, et sans porter préjudice aux traités existants avec les chefs arabes, nous acceptons ces limites, et concernant les territoires où la Grande Bretagne est libre d’agir sans nuire aux intérêts de son alliée la France, je suis habilité au nom du gouvernement de Grande Bretagne à donner l’assurance et la réponse suivantes à votre lettre :
      Soumise à ces modifications, la Grande Bretagne est prête à reconnaître et supporter l’indépendance des Arabes dans les régions à l’intérieur des limites proposées par le Chérif de La Mecque."

      Ce qui fait une belle différence...

      Bref, ça c’est pour mediapart, fermons la parenthèse.

      La déclaration Balfour est donc en opposition avec cette négociation, qui de toute manière ne répond pas entièrement aux ambitions d’Hussein, qui demandait à l’origine tout le territoire compris entre la Cilicie (région turque entre Antalya et Alep), incluse, et la Perse, c’est à dire la péninsule arabique entière, et la (très) Grande Syrie : Mésopotamie (Irak), états du levant (Syrie et Liban) , et Palestine entière (Israël et Jordanie).

      Pourtant, En 1919, dans les accords Weizmann-Fayçal, le prince Fayçal, fils d’Hussein, est prêt à accepter les termes de la déclaration, si les arabes obtiennent les territoires qu’ils demandent lors de la conférence pour la paix à Paris (de la ligne Alexandrette-Diyarbakir, en descendant vers le sud jusqu’à l’océan indien selon ses propres termes pendant la conférence).

      À l’époque, le problème pour les chefs arabes n’est donc pas Balfour et les juifs, mais bien Sykes-Picot et les alliés. Fayçal est non seulement disposé à accepter un foyer pour les juifs en Palestine, mais considère la parenté arabe avec les juifs, et la nécessité de défendre ensemble des intérêts complémentaires face aux ambitions des grandes puissances.

      La lettre de Fayçal à Felix Frankfurter en 19 est absolument édifiante à ce sujet. (on n’en trouve pas de traduction intégrale sur le net, j’en fournirai donc une en annexe à cette suite de commentaires).

      Suite prochain post...


    • Résumons (très) rapidement la suite des évènements : Fayçal prend damas (avec Lawrence), en est chassé par la France (guerre franco-syrienne), puis est forcé d’accepter les conditions qui lui sont imposées (Clemenceau), et tombe en disgrâce auprès des nationalistes arabes.

      Entre 1920 et 1923, la conférence de San Remo et les traités de sèvres, puis Lausanne, mettent en place les mandats sur la Syrie, le Liban, la Mésopotamie, et la Palestine.

      Les anglais installent ensuite Fayçal sur le trône d’Irak, et son frère sur celui de la Transjordanie nouvellement créée.

      L’immigration juive autorisée par la puissance mandataire en Palestine commence, et avec elle le refus et les 1ères violences arabes, puis les représailles juives (Haganah, Irgoun), le terrorisme s’installe...

      Des premières émeutes de 1920 et 1921, à la révolte arabe de 1936-1939, Les tentatives de solution mises en places par les britanniques ne débouchent sur aucun résultat, que ce soit par la répression du terrorisme, ou par la publication des trois livres blancs, qui réduisent le territoire du "foyer juif", limitent l’immigration juive, limitent les possibilité d’achat de terres par les sionistes, et promettent aux arabes un état unitaire et indépendant (partagé avec les juifs).

      Les attentats nationalistes juifs et arabes s’attaquent également aux britanniques, les morts sont nombreux dans chaque camp, et tout ceci débouche sur la proclamation par l’ONU du fameux Plan de Partage de la Palestine.

      La partition de la Palestine mandataire en 3 entités distinctes est ordonnée, ainsi que la fin du mandat anglais. Il y aura un état juif, un état arabe, et un contrôle international sur la zone de Jérusalem.

      Les juifs acceptent, les arabes refusent, c’est la guerre civile de 1947-1948, qui débouche, dès la proclamation de l’indépendance d’Israël par Ben Gourion le 14 mais 1948, sur le 1er conflit israélo-arabe, avec l’entrée en guerre des pays arabes (Egypte, Transjordanie, Syrie, Irak, Liban).

      Il faut donc accepter, pour être exact, que les juifs n’ont pas volé leur territoire aux arabes : Ce sont les anglais (qui l’avaient obtenu en défaisant les turcs), puis l’ONU, via le plan de partage, qui le leur ont donné... Ou rendu, puisqu’aucun peuple n’a vécu sur cette terre plus longtemps qu’eux.

      Suite prochain post


    • Par ailleurs, les terres ont été achetées à leurs propriétaires fonciers turcs et arabes par les sionistes, et c’est la révolte arabe qui a conduit à la guerre civile, au plan de partage, et donc à la proclamation de l’indépendance de l’état juif.

      Les arabes, eux, ont refusé la part qui leur était proposée, préférant la guerre.
      Alors qu’aucun état palestinien n’avait jamais existé, ils ont dit non à la seule occasion qu’ils aient jamais eue jusque là.

      Si la nation juive n’était pas au début un problème pour les responsables arabes tel que Fayçal, dès qu’il fut écarté des négociations, la situation devait se dégrader.

      Les nationalistes après lui ne seront pas disposés à négocier avec les juifs, comme par exemple Mohammed Amin al-Husseini, grand mufti de Jerusalem : "En 1936, il est l’instigateur de la révolte contre les autorités britanniques. Exilé par les Britanniques en septembre de l’année suivante, il mise sur une alliance avec l’Allemagne nazie, dont il sert la propagande pendant la Seconde Guerre mondiale et dont il approuve la politique anti-juive. Il dirige le camp palestinien pendant la guerre civile de 1947-1948 en Palestine mandataire", (wikipedia).

      La suite, encore une fois, fut la fin du mandat anglais, le partage du pays, la déclaration d’indépendance de l’état juif, puis le 1er conflit israélo-arabe.

      On peut bien sûr trouver injuste que les arabes n’aient pas pu constituer le grand état réunissant toutes les nations arabes du moyen orient dont rêvaient Hussein et Fayçal.

      C’est oublier plusieurs choses :

      D’abord que les arabes étaient divisés, et que les Saouds, par exemple, ne se sont préoccupé que d’un seul grand état : Le leur. Ils ont renversé Hussein et les hachémites au Hedjaz, et se sont emparé de la péninsule arabe, sans se préoccuper de Syrie, de Mésopotamie, ni de Palestine ou d’Israël.

      Mais encore qu’ils n’auraient pas pu défaire les turcs à eux seuls, ils n’en avaient pas du tout les moyens, et ne disposant que de cavaliers armés de fusils, leur retard était considérable.
      C’est bien pour ça qu’ils ont fait appel aux anglais.

      Leurs revendications territoriales étaient donc extrêmement ambitieuses, et naïves, car bien évidemment les anglais ne comptaient pas leur abandonner gratuitement l’empire Ottoman.

      Suite prochain post

      P.S : Merci à la modération, le prochain post sera peut être un peu dur... la conclusion le sera moins.


    • Pourquoi l’auraient ils fait ? Au nom de quoi les alliés, sans qui rien n’eut été possible, auraient ils dû faire cadeau aux arabes de cet empire que les turcs leur avaient pris, et qu’ils avaient eux même pris à d’autres au temps de leur puissance ( en 638) ?

      La morale de tout ceci est la suivante : Si tu veux défaire les turcs sans te taper le retour des juifs sur la terre ancestrale que tu as conquise il y a des siècles, fais en sorte de développer le savoir et la technique nécessaire pour y arriver seul.

      Sinon ne te plains pas qu’un autre t’impose ses conditions.
      Enfin, si tu refuses ces conditions alors que tu as pourtant accepté son aide, ne te plains pas de te retrouver sans rien.

      C’est la dure loi de l’histoire. (pardonnez le ton, c’est juste plus court et explicite)

      Concernant 1967 et les 6 jours :

      Si la Cisjordanie, annexée en 1949 par la Transjordanie (rebaptisée Jordanie à l’occasion), ne faisait pas partie du territoire prévu pour l’état juif par la résolution 181, à savoir le plan de partage de la Palestine de 1947, elle était à l’origine comprise dans celui alloué au foyer national juif par les textes définitifs du mandat britannique sur la Palestine de 1922. En 1967, les juifs n’ont fait que récupérer ce territoire.

      Je voudrais également rappeler que cette guerre n’a eu lieu qu’en conséquence des menaces arabes et égyptiennes , de leurs mouvements de troupes aux intentions belliqueuses évidentes, et du blocus du détroit de Tiran.

      Citation : "notre espoir dans l’avenir est une guerre contre Israël, dont nous déciderons le moment et l’endroit". Discours de Nasser, le 22 février 1964.

      Alors, il ne s’agit pas bien sûr de dire en conclusion que les arabes n’auraient aucun droit en Palestine, et que les juifs seraient irréprochables, non.

      Il s’agit de dire que leur présence est tout aussi légitime que celle des arabes, si ce n’est plus, et que s’ils sont coupables de nombreux excès, les palestiniens le sont tout autant, et leur comportement depuis le début est loin d’être exemplaire.

      La victimisation des palestiniens est trop facile, et bien trop univoque. Ils ont avant tout victimes de l’ambition et de la folie terroriste de leurs chefs les plus radicaux, et ce depuis le tout début de ce conflit.
      Ces gens là ne souhaitent aucune paix, et n’en obtiendront probablement aucune, sans doute car ils ne la méritent pas.

      Suite prochain post


    • L’extrêmisme israélien a fait aussi beaucoup de mal (boucheries diverses, et assassinat de Rabin par ex), et il est évident qu’une solution à ce conflit ne verra le jour que grâce à la reprise de négociations entre les deux parties.

      Or je ne crois pas que traiter Israël de voleur et idéaliser le terrorisme palestinien constitue le meilleur chemin vers ces négociations...

      Il faut, au contraire, sortir de la vision manichéenne.

      Que la lettre de Fayçal à Frankfurter vous inspire :

      DELEGATION HEDJAZIENNE PARIS

      1. 3. 19

      Cher Monsieur Frankfurter, Je voudrais saisir l’occasion de ma première rencontre avec les sionistes américains pour vous dire ce que j’ai déjà souvent dit au docteur Weizmann, aussi bien en Arabie qu’en Europe.

      Nous sommes convaincus que les Arabes et les Juifs sont cousins de race, qu’ils ont tous deux
      été opprimés par des puissances étrangères. Mais, par un hasard heureux, ils ont été à même de faire ensemble leurs premiers pas vers la réalisation de leurs idéaux nationaux.

      Nous autres, Arabes, surtout nos intellectuels, regardons avec la plus grande sympathie le mouvement sioniste. Notre délégation à Paris est parfaitement au courant des propositions que l’organisation sioniste a soumises hier à la conférence de la Paix et elle les considère comme tout à fait modérées et bien fondées. Nous ferons, quant à nous, de notre mieux pour aider au succès de vos propositions. Nous tenons à adresser aux Juifs nos voeux cordiaux de bienvenue, à l’occasion de leur retour dans leur patrie.

      Nous avons eu, et continuons d’avoir, les meilleures relations avec les dirigeants de votre mouvement et plus particulièrement avec le docteur Weizmann. ll a rendu de grands services à notre cause et j’espère que les Arabes seront bientôt à même de manifester aux Juifs leur reconnaissance. Nous travaillons en commun pour reconstruire et pour faire revivre le Proche-Orient et nos deux mouvements se complètent.

      Le mouvement juif est national et non impérialiste, et notre mouvement également est national
      et non impérialiste. Il y a en Palestine assez de place pour les deux peuples. Je crois que chacun des deux peuples a besoin du soutien de l’autre pour arriver à un véritable succès...

      Fin prochain post...


    • Des gens moins bien informés et moins responsables que nos dirigeants et les vôtres, ne connaissant pas la nécessité d’une coopération indispensable entre les Arabes et les sionistes, ont essayé d’exploiter les difficultés locales qui se produisent nécessairement en Palestine au cours du premier stade de développement de notre mouvement. Quelques-uns parmi eux ont, je le crains, présenté sous un faux jour vos intentions aux paysans arabes et les nôtres aux paysans juifs, et ils ont réussi à amener les deux parties intéressées à exploiter ce qu’ils appellent nos différends.

      Je voudrais vous donner mon assurance formelle que dans ces différends n’est engagée aucune question de principe, mais qu’ils se rapportent seulement à des contestations de détails ainsi qu’il en surgit inévitablement dans les contacts entre peuples voisins. Une bonne volonté mutuelle peut aisément les aplanir. En vérité, en approfondissant le détail des choses, presque toutes les contestations disparaissent d’elles-mêmes.

      Ainsi que mon peuple, j’envisage avec confiance un avenir dans lequel nous nous aiderons mutuellement, afin que les pays auxquels nous portons chacun un vif intérêt puissent à nouveau reprendre leur place au sein de la communauté des nations civilisées du monde.

      Veuillez me croire très sincèrement à vous.

      (Signé) Faysal.


  • #1915863

    il en pense quoi macreux ?


  • #1915866

    On ne devrait pas dire "Territoires occupés" mais "Les Territoires palestiniens occupés", aussi appelés Territoires palestiniens,et cela fait référence aux territoires de la Cisjordanie (incluant Jérusalem-Est) et de la bande de Gaza, volés par Israël en 1967.

     

  • Le nombre étant largement sous estimé, il ne reste aux palestiniens que des confettis comme territoire "autonome" de la Palestine OCCUPÉE.
    France occupée jusqu’au sommet de l’État.......
    L’agent du mossad identifié Laurence Bendenir qui a recruté des hauts dirigeants français quai d’Orsay, ministère de l’intérieur, Matignon....et RAS gouvernement Hollande aucune poursuite judiciaire. Dans n’importe quel pays démocratique, ce crime de HAUTE TRAHISON c’est prison et dans certains pays peine de mort.


  • #1915885

    L ’illusion de la solutions à deux états a été entretenue pendant des décennies comme masque à l ’ apartheid : aujourdhui , le masque tombé , Israel est clairement un état d ’apartheid ou le colonisé a un statut d ’infériorité voire aucun statut comme s ’il était destiné à disparaître de manière ou d ’autre.


  • #1915915
    le 09/03/2018 par France perlimpinpin
    750 000 juifs vivent dans les Territoires occupés

    Mais vous êtes juif ?!
    Bah non je suis Palestinien...
    Qu’est-ce qu’on fait chef ?
    Raaahh... apportez-moi le Talmud, vers la page 4250, tome 28...


  • #1915927
    le 09/03/2018 par Hannebu-Deficelle
    750 000 juifs vivent dans les Territoires occupés

    Ben oui, puisque les territoires sont occupés par des Juifs et pas par des Suédois .


  • #1915939

    Étymologiquement , "Israël" signifie : " celui qui combat Dieu" !!!!...c’est à dire le démon !!!

    Jérusalem ne peut donc pas en être la capitale !

    Jérusalem ne peut être que la capitale de la PALESTINE !!!!.....point barre !!!!

     

  • #1916173

    Avec cette colonisation abusive et complètement masquée par les médias internationaux, on se demanderait presque si les textes bibliques de fin des temps ne seraient pas en train de se réaliser.....
    (Pour les textes bibliques comme coraniques, soit dit-en-passant, pour ceux qui ont pu lire les deux...)


  • #1916255
    le 09/03/2018 par Rémi O. Lobry
    750 000 juifs vivent dans les Territoires occupés

    750 000 juifs ? C’est quand on arrive à 6 000 000 qu’on agit normalement.


  • #1916318

    " la présence juive dans la région a atteint des proportions irréversibles "
    ils devraient utiliser d’autres adjectifs que irréversible depuis le temps.


  • #1916496
    le 10/03/2018 par La rochejaquelein
    750 000 juifs vivent dans les Territoires occupés

    Chez nous l’invasion de populations étrangères se fait avec nos impots.


  • #1917215
    le 11/03/2018 par Blig blag blog
    750 000 juifs vivent dans les Territoires occupés

    Le rapport a amené de nombreux journalistes et diplomates à abandonner la solution à deux États, affirmant que la présence juive dans la région a atteint des proportions irréversibles.



    C’est le genre de phrase, au moins sa première moitié, que pourrait énoncer n’importe laquelle des parties impliquées dans le système colonial en cours.
    Par ailleurs, quels journalistes et quels diplomates (thaïlandais ? vénézuéliens ?) ont renoncé, qui ont de plus affirmé que la situation était "irréversible" ? Oulah ! Allez, SSnews (zut, j’ai encore oublié l’initiale "J"), épate-nous, déballe le paquet, coupe la ficelle.
    En tout cas, ce qui est certain, c’est que pas mal de personnes, à tort ou à raison, pensent la situation *réversible*.
    Plus prosaïquement, Moscou commence à devenir un arbitre dans la région, alors peut-être aussi sur cette question ? Mais ne rêvons pas, les Russes ne brideront L’Israël que si les sionistes les empêchent d’étendre leur influence dans la région (d’où récemment un F 16 abattu, officiellement par le Syrie).
    Les Palestiniens n’ont probablement, comme avant, que la Résistance avec eux. Moscou saura-t-elle la contrôler ? quel jeu jouera le comptoir états-uniens de Jérusalem ? ...
    En attendant : misère, souffrances, tromperies et turpitudes.


  • #1918482
    le 12/03/2018 par James Fortitude
    750 000 juifs vivent dans les Territoires occupés

    Ce qu’ils font et combien ils sont en Cisjordanie, n’est pas notre problème, par contre combien sont-ils à occuper Paris sur les 550 000 juifs en France ?


Commentaires suivants