Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

À Paris...

À Paris, avant, il y avait des chansons, des cafés.

 

 

Aujourd’hui les cafés sont fermés, et les filles n’ont plus le droit de sortir après six heures du soir, on s’ennuie.

 

 

Heureusement il y a Anne Hidalgo, qui a redonné vie à la capitale avec ses bancs et sa décoration contemporaine.

 

 

Il faut tout changer, car le maire veut laisser son empreinte.

 

 

Hidalgoland, c’est le nom du nouveau Paris.

 

 

Hidalgoland, sur E&R :

 






Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2671692
    Le 21 février à 09:05 par Paix et paix
    À Paris...

    Le clip de Montand nous rappelle comment la France était belle avant d’être submergée . Le plus beau pays du monde dans lequel il faisaient le mieux vivre à été volontairement détruit . Ne l oublions pas. Souvenons nous des traîtres .

     

    Répondre à ce message

    • #2671745
      Le 21 février à 10:52 par Randonneur
      À Paris...

      Montand qui a ciré les pompes de Mitterrand et ses sbires dans les années 80’, grand pote de Kouchner notamment, a largement contribué la détruire la France en soutenant par exemple l’immigration(eh oui "touche à mon pote"…). Si vous prévoyez des quarts d’heure nostalgie , évitez tout de même ce mec. D’ailleurs il me semble que lui aussi fait partie du club non ? inceste,harcèlement, etc. Défendu bec et ongles par toute la clique quand Catherine Allegret a dévoilé le pot aux roses.

       
    • #2671814
      Le 21 février à 12:23 par Et du coup ?
      À Paris...

      "Souvenons nous des traîtres ."

      Et de tous ceux qui ont travaillés pour eux ...

       
  • #2671694
    Le 21 février à 09:10 par armalitt
    À Paris...

    On pourrait ajouter les abribus d’hidalgo qui portent désormais si mal leur nom ! Les anciens au moins protégeaient de la pluie et du vent car leurs paravents avaient une étanchéité de 100%. Aujourd’hui le vent et la pluie s’engouffrent si facilement que même les personnes âgées préfèrent rester debout plutôt que de s’asseoir sur les bancs mouillés exposés aux courants d’air. Un type du BTP m’avait dit que cette gabegie coûtait entre 8000 et 12000 euros par abribus (il y en a près de 2000 rien que dans la capitale).

     

    Répondre à ce message

    • #2671735
      Le 21 février à 10:34 par gouvernement funéraire
      À Paris...

      Oui en effet, surtout une fois pété par des p’tits cons, il faut le remplacer, c’est tellement fragile, et re-12000 euros.
      Pourtant le sens du design c’est de joindre la forme à la fonction, là il faut croire que le côté art contemporain empiète et l’emporte sur le fonctionnel : c’est mou et arrondi, liquide, mais ça protège de rien, ou bien au contraire comme avec ces bancs, c’est tellement industriel qu’on ose pas s’asseoir sur ces poutres de chantier de peur de se relever le cul noir !
      Bref le fonctionnel a disparu, à l’image de cette société, dysfonctionnelle, chaotique, multiculturelle, liquide, relativiste, nihiliste... comme cette grosse dinde Hidalgo la tête tellement vide qu’elle dit oui à tout, quelle tarée... j’en reviens pas qu’elle ait été réélue, c’est comme si Macron était réélu en 2022.

       
  • #2671706
    Le 21 février à 09:48 par clara
    À Paris...

    Une invitation
    Une fois que l’on a pris connaissance du plan de « grande réinitialisation » des mondialistes (the great reset) et qu’on l’a compris, l’action gouvernementale et les mesures Covid 19 que l’on croyait absurdes deviennent tout à fait cohérentes. Une cohérence impossible à assumer politiquement auprès du grand public. Ce sont les gros medias qui imposent un récit unique de la « pandémie de Covid-19 ».
    Les mondialistes, alliés dans la conspiration, sont les grandes banques, les gros medias, les grands laboratoires, et les géants du web.
    L’essentiel est expliqué, à part certaines implications non dites, dans le livre de Klaus Schwab « The great reset » publié en juin 2020 dont aucun media français n’a fait écho.
    L’objectif final est un pouvoir mondial sur une humanité réduite en nombre, largement métissée et composée d’esclaves de la dette assignés à résidence.
    Sur le plan de la communication, le Great Reset repose avant tout sur la peur, puis sur les injonctions sanitaires qui permettent d’obtenir un assujettissement de la population par un chantage compassionnel : « sauver des vies ».
    Un des premiers objectifs est la destruction contrôlée de l’économie réelle et de la classe moyenne. Aucune industrie ou entreprise ne sera épargnée. Entre autres il est prévu que 75% des restaurants indépendants pourraient ne pas survivre aux verrouillages et mesures de distanciation sociale.
    Le contrôle public sur les entreprises privées s’intensifiera. La fiscalité augmentera.
    Il n’y aura plus de vie privée.
    Les personnes tombant de haut sont invitées à se renseigner à la source : « The great reset », de Klaus Schwab, fondateur et animateur du Forum économique mondial de Davos.

     0 

     

    Répondre à ce message

  • #2671707
    Le 21 février à 09:49 par Tortue Géniale Participative
    À Paris...

    Au train où vont les choses, même Phnom Penh a plus de charme que Paris.
    Quant aux habitants j’en parle même pas.

     

    Répondre à ce message

  • #2671733
    Le 21 février à 10:31 par Sev
    À Paris...

    Le progressisme c’est ça... une obsession pathologique de gommer tout ce qui évoque un "passé" au nom d’un nouveau sans Histoire, sans aspérité.
    Le choix de la laideur émaille l’époque depuis l’avènement de la "modernitude". L’imitation insensée des modes importées des EU, à tous les étages, à indiscutablement imposer la laideur comme nouvelle norme (l’anormal, le bancal, le moche, le désésquilibré, l’incongru, l’horreur sont devenus normaux).

    Hidalgo se prend pour une "haussmann" de cette modernité laide, elle n’a aucune vision mais une seule obsession : les JO de 24 qu’elle servira aux parisiens avec masques, gants, rubans de circulation spéciale, énormes distributeurs de gel idiot-alcoolique pour tous, séparateurs en plexiglass partout où des gens se regroupent et... en lieu et place des cafés avec terrasses, des vendeurs de "boissons" à vélo estampillés "ubereat" car ces gens-là sont des déjà des zombies.

    Le rapatriement est sans doute le retour dans nos campagnes... en espérant cependant qu’on y retrouve pas les racailles des banlieues saturées ni les migrants qu’on fait entrer sans limite. Mais ça, c’est encore un combat qui ne va pas tarder...

     

    Répondre à ce message

    • #2673456
      Le 23 février à 18:59 par Palm Beach Post : "Cult !"
      À Paris...

      y’a plus de Paris que dans les souvenirs :

      tu ne vas pas à Paris avec un masque

      les amoureux de la Tour Eiffel,
      ils font comment ?

      même les mecs qui s’enculent sous le pont,
      ils font comment ?

      c’est fini, Paris

      finie, la magie de Paris
      racle ton trottoir

       
  • #2671881
    Le 21 février à 13:48 par tetar 1er
    À Paris...

    un peu une tête de bruel, quand même, le Yvo Levi.
    Je le préfère plus âgé, où il peut être touchant bien que cabotineur. Jeune il me plait moins, faux français, faux accent, faux prétentieux.. mais c’est la comédie qui veut ça, j’imagine.

     

    Répondre à ce message

  • #2671894
    Le 21 février à 14:03 par Fela Kuti
    À Paris...

    Avant on avait l’accordéon, maintenant on a l’auto-tune.

     

    Répondre à ce message

  • #2672153
    Le 21 février à 20:54 par GoyClub
    À Paris...

    Ne dites pas que c’était mieux avant, vous diront les cancrelats médiatisés, mais dites plutôt qu’il faut vivre avec son temps... dégueulasse.

    On appelle ça le progrès... dévastateur.

    En somme, il faut être une sous-merdre du quotidien pour ne pas voir ou reconnaître ce déclin, par conséquent, que c’était mieux avant.

    Fertig, fin de discussion.

     

    Répondre à ce message

    • #2673824
      Le 24 février à 08:00 par Palm Beach Post : "Cult !"
      À Paris...

      plus y’a de "progrès"

      moins y’a de vie

      on "progresse" vers du non-être, du virtuel

       
    • #2674558
      Le 25 février à 11:53 par Aube
      À Paris...

      "Le progrès ,pour etre utile à long terme doit être guidé par la morale, si tel n’est pas le cas, la catastrophe est au bout du chemin" P.V Marchesseau .

       
  • #2673834
    Le 24 février à 08:10 par Palm Beach Post : "Cult !"
    À Paris...

    ’tain, quand j’étais gamin,
    les vitrines de Noël des grands magasins à Paris,
    c’était toute une putain de féerie
    c’était chiadé

    t’étais émerveillé

    aujourd’hui, c’est téléchargez l’application
    machin.com
    merci, au revoir

     

    Répondre à ce message

  • #2673837
    Le 24 février à 08:16 par Palm Beach Post : "Cult !"
    À Paris...

    un monde gris, triste,
    impersonnel

    le "progrès"

    et inculte aussi,
    parce qu’ils sont particulièrement incultes

    pas de passé, pas de présent, zéro avenir

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents