Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

ABCD de l’égalité : le ministre Blanquer corrige le petit journaliste Demorand

Lundi 27 novembre 2017, le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer était l’invité du journaliste de France Inter Nicolas Demorand.

 

Depuis le départ de Patrick Liste Noire Cohen, c’est à Nicolas Demorand qu’échoit la lourde responsabilité de la propagande matinale sur la radio de service public qui n’invite jamais de malpensants, d’opposants ou de dissidents. Cet ostracisme ne figure pourtant pas dans le cahier des charges de la station, mais c’est un fait.

La radio publique a été prise en otage par la gauche culturelle qui ne veut pas lâcher le morceau : elle préférera mourir avec. C’est d’ailleurs ce qui se passe déjà en télé, puisque les chaînes publiques perdent de leur influence du fait de leur insupportable bienpensance. Le même syndrome guette à terme la radio publique.

Ainsi, l’animateur socioculturel Nicolas Demorand essaye-t-il, en contradiction totale avec les choix et les besoins affirmés de la majorité des parents – sans même parler de l’intérêt des enfants – de défendre les ABCD de l’égalité, qui sont en réalité un projet de sexualisation de l’instruction. Il s’agit d’introduire la sexualité des adultes à l’école, pour les plus petits, une ignominie qui s’inscrit dans un projet plus grand.

Et quel est ce projet, demande avec une gourmande perfidie le chasseur de complots Rudy IIIe Reischstadt ? Eh bien, dans un monde capitaliste régi par la marchandise, et donc le profit, l’augmentation de la consommation suppose le recul du champ intime et de la lucidité de chacun. La publicité, qui soutient la consommation, doit vaincre les défenses socio-immunitaires des consommateurs présents ou à venir. Les enfants sont ainsi en première ligne de cette guerre contre l’intelligence des choses.

Et pour rendre la marchandise attirante, voire irrésistible, il faut la sexualiser. C’est pour cela que les outils du Système que sont la Publicité et les Médias enfoncent à mort le clou du Sexe. La pornocratie est l’alliée du profit : elle habille la marchandise, cette putain ultime, pour le profit de quelques uns et le détriment de la majorité. Les enfants sont visés par la télévision, les jeunes par le cinéma, mais cela ne suffit pas : il faut que la pornocratie entre et règne à l’école.

La Publicité a besoin de la jeunesse, pour sa plasticité d’esprit et pour assurer la Consommation future. Et la Publicité doit former la jeunesse à ses propres intérêts. Voilà pourquoi la rencontre entre le jeunisme et la pornocratie ne peut aboutir qu’à un « pédophilisme » d’État.

Le précédent ministre de l’Éducation a tout fait pour pornocratiser l’école et les enfants. Le nouveau ministre revient en arrière, mais les forces du Mal résistent, et il n’est pas certain que Blanquer, qui a pourtant le soutien des familles, gagnera. Ce combat, c’est à nous de le gagner, car le Haut ne le fera pas pour le Bas, ce n’est pas son intérêt.

L’extrait où Demorand défend objectivement la pornocratisation des enfants :

 

 

Le passage entier du ministre Blanquer :

 

Comprendre pour agir contre la saloperie qui se profile,
en lisant sur Kontre Kulture

 

La réalité pornographique et pédocriminelle des ABCD de l’égalité, sur E&R :

 






Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • C’est moi ou ce Blanquet à écrasé cette journalope gauchiste et libertaire comme une petite merde ? Il l’a mis dans les cordes avec une telle facilité que ça en est déconcertant ^^

     

    Répondre à ce message

  • "Le courage c’est d’oser ne pas aller dans le sens où le journaliste vous presse mais dans celui où la majorité des familles (c’est à dire nous) nous poussent". Absolument.

     

    Répondre à ce message

  • Difficile de faire comprendre à ce journaleux, qu’il n’ y a aucun intérêt à conserver les formules qui ne gagnent pas, et qui ont fait des ravages. Décidément France-Inter conglomère les présentateurs abrutis. Ce doit être un critère d’embauche, à mon avis. Saluons la patience ce ministre de l’Enseignement !

     

    Répondre à ce message

  • Ce ministre a l’air beaucoup moins con que les autres... Reste à voir s’il sera beaucoup plus honnête.

     

    Répondre à ce message

  • Demorand dit ne s’intéresser qu’à l’inégalité entre garçons et filles à l’école...
    Oui et bien justement les garçons réussissent moins bien scolairement que les filles. On pourrait faire plus de sports, avec des écoles non mixtes, des classes de rattrapage, etc. Mais je ne vois pas comment la théorie du genre (les ABCD) aideraient ces garçons.

     

    Répondre à ce message

    • Il faudrait en effet faire des classes expérimentales non mixtes (au moins partiellement), de six à onze ans par exemple. Les garçons supportent moins bien l’enfermement. Les filles ont leur propre sensibilité. Pour les premiers, des professeurs hommes, qui captent et contrôlent mieux leur façon d’apprendre et de réagir, des activités d’extérieur en plus grand nombre. Pour les secondes, des profs femmes, pour la même raison.
      Des activités d’intérieur et d’extérieur pour tous, avec un certain choix (il y a des filles qui préfèrent le mouvement, des garçons réfléchis). Et la mixité dans certaines matières où les uns et les autres apprendraient de concert (histoire-géo, langues vivantes...).

       

  • France Inter
    .@jmblanquer : "Les derniers ABDC de l’#égalité n’étaient pas bons"




    Réponse exacte ; essaye encore.

     

    Répondre à ce message

  • #1850083
    Le 28 novembre à 20:16 par radio vendus vous parle
    ABCD de l’égalité : le ministre Blanquer corrige le petit journaliste (...)

    Quand j’entends ce type avec sa voix de tarlouze, j’en regretterais presque liste noire !
    Mais tout va bien, j’ai mis ma radio aux ordures peu après ma tv et cette vidéo m’a confirmé que j’ai fait le bon choix.
    Au passage j’applaudis ce ministre qui ne s’en ait pas laissé conté.

     

    Répondre à ce message

  • Mais de quelle inégalité entre petites filles et petits garçons veut parler notre star des médias ????!!!!
    Autre chose, je ne connais pas une femme qui se plaint du masculin qui devient le neutre, mais j habite la province

     

    Répondre à ce message

  • Ce sujet m’agace au plus point, car il ne révèle rien des intentions sous jacentes de ceux qui nous gouvernent, en phase avec ces officines pseudo internationales tel l’OMS... et qui préconisent des choses en matière d’égalité homme-Femme (Gender) pour le moins douteuse.
    Il n’y a pas d’égalité entre deux sujet aux caractères spécifiques différents et complémentaires, point barre !
    Que l’on songe à améliorer le droit (qui s’accompagne de devoir cela va de soi) dans le domaine du travail (salaire identique pour poste identique, droit spécifiques relatifs à la maternité et à la paternité....), je n’ai rien contre.
    Mais que l’on vienne nous expliquer que le genre est relatif et dépend du bon vouloir de chacun, cela suffit !
    De plus il ne dit pas qu’il ne poursuivra pas ce qui a été précédemment enclenché, mais qu’il le fera autrement en prenant bien soin d’expliquer aux parents (avec une novlangue 2.0), comment le gouvernement compte apprendre à nos chères têtes blondes que les filles c’est comme les garçons et qu’ils peuvent être interchangeable sur le marché du travail.
    Et ça c’est la version soft, parce que une fois que le verrou parentale aura sauté (car ils ne veulent que notre consentement, pacte ?), on nous dira qu’il n’y a plus besoin de procréer puisque des femmes à l’autre bout du monde ou dans le quartier d’à côté le fera pour nos femmes qui veulent faire carrière (lutte des classe entre femmes ?).
    Elles auront aussi la possibilité de faire congeler leur ovocyte, si elle veulent enfanter après 60 ans et une vie de travail bien remplie.
    Pendant ce temps les hommes n’auront plus qu’à vendre leur semence pour ces dames (ou autre LGBT), faire le gigolo pour des cougars liftées jusqu’aux oreilles et en mal d’altérité masculine, parce que les sextoys ça va bien 5 minutes mais ça ne fait pas la conversation.
    Enfin bref j’en oublie, tellement le nombre d’offre marketing ne manque pas en dehors des limites de l’imagination humaine. Tout ça bien planqué derrière un discours pseudo-humanisto-égalitariste des plus pervers !

     

    Répondre à ce message

  • C’est émouvant d’entendre un ministre qui a l’air de vouloir servir l’intérêt général, la majorité silencieuse, face aux lobbies destructeurs (malgré eux, la plupart doit vraiment penser bien faire) et bruyants. Très bonnes réponses à chaque fois, effectivement y’a une (au moins) génération à rattraper donc c’est très bien de se lancer dans un travail avec les parents, sur le papier en tout cas ça me semble prometteur. Vous avez tout mon soutien, courage.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents