Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Absentéisme : 40% des salariés en arrêt maladie au moins une fois en 2016

En France, les arrêts de travail... se portent bien. C’est le principal constat de l’étude consacrée aux arrêts de travail et aux plans d’action santé publiée pour la troisième année consécutive par le cabinet Rehalto, filiale du Groupe SCOR, et l’institut BVA [1].

 

De fait, 40% des salariés du privé et des entreprises publiques (mais hors Fonction publique qu’elle soit d’État ou territoriale) ont été arrêtés au moins une fois au cours de 2016. En moyenne, ils ont accumulé 14,2 jours d’arrêts, ce qui s’est traduit par un taux d’absentéisme de 3,9% dans les entreprises de plus de 50 salariés.

Les auteurs notent aussi la progression constante du taux d’absentéisme depuis la première vague de leur « baromètre » : plus de 0,6 point par rapport à l’enquête de 2015. Un taux moyen qui masque la forte hétérogénéité observée selon les catégories de salariés, avec en tête de liste les seniors (5,7%), les ouvriers (5,8%) et les professionnels du secteur des Transports (6,3%), tandis que les taux les plus faibles concernent les salariés de moins de 30 ans (2,7%) et les cadres (1,6%).

[...]

Combien de temps s’arrête-t-on ? L’an passé, les arrêts courts (1 à 3 jours) sont restés majoritaires (39% du total), devant ceux de quatre jours à une semaine (25%). Les arrêts d’une semaine à trois mois ont atteint le niveau de 29 %. Quant aux arrêts dits « longs », c’est-à-dire d’une durée supérieure à trois mois, ils ont représenté 7% des envois à la Sécurité sociale.

Lire l’article entier sur lesechos.fr

Notes

[1] Cette étude, réalisée auprès de 302 DRH et 1 497 salariés par BVA fait chaque année un état des lieux sur les arrêts de travail des salariés au cours de l’année écoulée (taux d’absentéisme, raison et durée des arrêts), de leur impact sur l’entreprise et des actions mises en place pour les prévenir.

Peut-on sauver le social ? Voici trois réflexions sur le modèle libéral,
à lire sur Kontre Kulture

 

Libéralisme rime avec régression sociale, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • S’il y a ceux qui profitent clairement du système il ne faut pas les confondre avec ceux qui ont des conditions de travail déplorables même dans le médical et le para-médical où les conditions devraient être optimales pour le bien-être des patients, sans considérations financières, sans soif de profit... pourtant même là ça craint.
    Dans certains cas les petits vieux en maison de retraite sont pires que du bétail car chacune des soignantes sont obligés de faire le travail de 10 personnes....
    Les symptômes que l’on voit dans l’agriculture peuvent être comparés à beaucoup d’autres secteurs où les mots d’ordre sont : faire vite avec moins de moyens humains(compensé par les moyens technologiques, automatisés) au détriment de la qualité, supprimer l’humain pour le profit sans pour autant gagner mieux sa vie...


  • Malaise au travail ? Fainéantise ? Un peu des deux certainement.

     

  • C’est incroyablement faible, vu la pénibilité accrue des tâches je trouve.


  • Et dans la F.P.T. ? Dans les mairies, communautés de communes, ? C’est juste énorme. Bah c’est méga-fatiguant un agent d’accueil à l’état civil, on peut comprendre...


  • La plupart des arrêts maladie sont des arrêts de complaisance et la plupart des chômeurs profitent de leurs grasses indemnités : ils ont calculé qu’il valait mieux palper les allocs à ne rien faire plutôt que se remettre au taf, et ils le reconnaissent volontiers .

     

  • Si les travailleurs mettaient en application les bon conseils d’une certaine ministre, il y en aurait beaucoup plus.


  • C’est rigolo ça, en Confederation Helvetique on a droit a 1,5 jours de maladie par moi sans justificatifs, et ben les collegues gaulois ils sont tous malades minimum 1,5j/mois.
    chez nous ça s’apelle de la fainéantise.


  • BJ ,
    Lorsqu il le foot ’les grands rencontres" le tennis ..et le tour de F (mais là c est las vacances !!!
    IL y a que des malades imaginaires ....bizarre !!!
    **** les médecins sont coupables ****( eux aussi sont au repos ..)
    et une secrétaire du gouvernement a bien écrit un livre ’’comment berner les médecins pour avoir des arrets de maladies Bidons !!
    Donc ...

     

  • Les pisses-copies serviles des Echos donnent le ton de la Macronie : l’arrêt maladie, même le premier de l’année, assimilé à l’absentéisme, la maladie à un abus.
    Splendide.


  • C’est un état d’esprit bien de chez nous :"profiter du système"
    J’y vois un lien fort avec le degré de sous culture politique et les choix électoraux de nos compatriotes.
    L’exemple helvète du français travailleur en Suisse qui prend quoiqu’il arrive ses 1.5 jours de congé maladie en est la démonstration.
    Ma pomme, rien que ma pomme, de toutes façons ce sont tous des cons et des corrompus, voilà en gros le leïtmotiv.
    Une amie prof à la rentrée, la mine défaite : 14 h de cours par semaine, on lui avait mis des cours le samedi matin !!..Sa première réflexion = "je sens que je vais être malade le samedi matin"
    Ne pas généraliser ...(prof de maths quand même, des neurones etc..)
    Un pays qui a inventé le ministère du temps libre ne pouvait s’attendre à autre chose...

     

    • "Profiter du système"... Jusqu’à preuve du contraire, c’est le système qui exploite le travailleur, pas l’inverse.

      Et ce n’est pas parce que le travailleur français prendrait soit disant ses pauvres 1.5 jours de congé maladie que ça change cet état de fait. (ça reste à démontrer d’ailleurs. Pour moi, ça ressemble trop au clicheton anti-Français traditionnellement véhiculé en Suisse. A prendre avec des grosses pincettes ? Personnellement, je n’y crois pas une seconde.)


  • Je ne savais pas qu’il y avait autant de droitard sur ER.

    Le travail, le travail, le travail..."Allez bosser, fainéants ! Votre patron sera fier de vous. Voilà, bons petits soldats..."

    C’est dingue ça. Aujourd’hui, on traverse une crise de surproduction. Nous avons tous les poches pleines d’objets inutiles. Et les gens te parlent du travail comme si nous vivions tous sous la menace d’une famine. C’est vraiment ridicule.


  • Je n’ai lu ici que des commentaires jaloux ou en colère, resultant d’un calcul foireux de petits sous.

    Personne ici pour défendre l’idée que la majorité des gens bossent trop d’heures !? Et que si certains individus moins serviles osent manquer certains jours "d’occupation professionnelle" c’est qu’il y a encore espoir de voir des esprits insoumis au gagne-vie ?
    Liberté !


  • La question n’est pas la quantité de travail, chacun trouve chaussure à son pied, et il est des métiers moins débilitants que d’autres.
    La question est celle du rapport au travail sur la base d’un contrat.
    Contrat moral et/ou éthique avec soi même : notion du travail bien fait
    Contrat social ou commercial avec un employeur : respect des termes du contrat.
    Se tirer à la moindre occase parce que le patron t’emmerde, avec l’aval d’un toubib peu scrupuleux qui signe les arrêts de travail comme on va pisser, c’est un comportement de branleur. Tu démissionnes, point.
    Quand tu es à ton compte, déjà tu ne comptes pas les heures, ensuite tu rends du bon boulot si tu aimes ton boulot.
    On peut aimer son boulot et y consacrer du temps, plutôt que de passer des heures à s’abrutir devant une télé ou se croire libre sur la selle d’un VTT ou le cul dans une nacelle de parapente.
    Droitard, gaucho, macron-addict, du verbiage de derrière un clavier..


  • Le climat professionnel tendu, injuste et fragilisant, fils du capitalisme sauvage n’arrive pas à fédérer les gens autour de ce projet...normal, il voient bien qu’on les prend pour des cons, des esclaves, des sous Hommes justes bons à produire à bas coût et à consommer. Si le capitalisme pouvait nous faire bosser gratuitement, il ne s’en priverait pas...Ecoeurant.


  • En quarante ans ...Je n’ai jamais eu un arret maladie ....J’ai du passer à coté de quelque chose de géant , apparemment !


  • Beaucoup de forces productives donc... Allons ! Et ça se dispute sur qui est « le parasite ou pas ?! ». MDR

    Les Échos a des valeurs et ce ne sont pas les nôtres. Il faut lire leurs articles sur les agriculteurs...


  • Pour la Gauche du Travail : Y’a encore du travail.....

     

  • Ah la la, c’est pas bien. Faudrait leur taper sur les doigts a ces faignasses.
    C’est ca le message ?


  • Il faut juste s’assurer que tous ces arrêts sont nécessaires et que les médecins ne les donnent pas "comme on va pisser" pour reprendre un autre commentaire.
    Où je travaille il y a une demoiselle qui chaque année prend un mois d’arrêt maladie... parce qu’elle fait le ramadan... Je trouve ça inadmissible et elle et son médecin devraient être virés. C’est une insulte faite aux autres musulmans qui se retrouvent à travailler encore plus que d’habitude puisqu’ils n’ont rien à faire le midi et s’occupent en heures sup non comptabilisées.
    Je pense aussi que dans les secteurs non physiques les gens tombent malade non pas à cause de leur travail mais principalement à cause de leur mode de vie. Et le travail a bon dos.
    Je serais plutôt intéressé par une augmentation des congés payés et une limitation des arrêts maladies seulement aux cas d’hospitalisation/immobilisation ou de nécessité de voir une infirmière quotidiennement.
    Trop de social déresponsabilise les gens.


Commentaires suivants