Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Agnès Buzyn a-t-elle fait classer la chloroquine en "substance vénéneuse" le 13 janvier 2020 ?

 

 

On pose la question à nos politiques et à nos services de santé, tout simplement. Voici ce qui est écrit sur le site Légifrance :

 


 

Arrêté du 13 janvier 2020 portant classement sur les listes des substances vénéneuses

La ministre des solidarités et de la santé,
Vu le code de la santé publique, notamment les articles L. 5132-1, L. 5132-6, L. 5132-7 et R. 5132-1 ;
Vu l’arrêté du 22 février 1990 modifié portant inscription sur les listes I et II des substances vénéneuses définies à l’article L. 5132-6 du code de la santé publique ;
Vu l’avis du directeur général de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail en date du 12 novembre 2019 ;
Sur proposition du directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé en date du 13 décembre 2019, Arrête :

Article 1

Est classée sur la liste II des substances vénéneuses l’hydroxychloroquine sous toutes ses formes.

Article 2

Le directeur général de la santé et le directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 13 janvier 2020.

Pour la ministre et par délégation :

Le directeur général de la santé,

J. Salomon

 


 

Pour LCI, il n’y a pas de quoi se poser des questions, il s’agit selon le site d’information d’une énième « théorie du complot ».

« L’épidémie de coronavirus est propice à la prolifération de théories du complot. L’une d’elle indique que la chloroquine, présentée comme un traitement prometteur, serait distribuée sur ordonnance uniquement depuis que le virus est arrivé sur le sol français. Comme souvent, la réalité est plus complexe.

[...]

Si l’hydroxychloroquine a longtemps été disponible sans ordonnance, un arrêté du 13 janvier a fait évoluer la législation. Elle est désormais "sous toutes ses formes" classée "sur la liste II des substances vénéneuses". Cela signifie que depuis environ deux mois, une prescription d’un médecin est indispensable pour les patients qui souhaiteraient s’en procurer. Un alignement avec ce qui se faisait jusqu’alors avec la chloroquine, inaccessible sans ordonnance depuis son autorisation de mise sur le marché.

[...]

S’il est vrai que la législation concernant ce dérivé de la chloroquine a bien évolué à la mi-janvier, on observe donc que cette décision n’est en aucun liée à l’épidémie de Covid-19, et qu’elle n’a été motivée par les autorités de santé qu’à une seule fin : protéger les patients qui pourraient l’utiliser d’une manière non optimale et potentiellement dangereuse pour leur santé. »

Ouf ! Faisons confiance à Buzyn, qui a frôlé le conflit d’intérêts avec son mari, Yves Lévy, président de l’INSERM nommé ensuite au Conseil d’État (il n’y a aucun rapport, c’est pour services rendus à la nation) et LCI, cette chaîne d’informations mainstream qui ne contredit pas les vrais pouvoirs. Et méfiez-vous des théories du complot !

À ne pas manquer, sur E&R :

 






Alerter

193 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2412452
    Le 20 mars à 17:12 par Tortue géniale participative
    Pourquoi Buzyn a-t-elle fait classer la chloroquine en "substance vénéneuse" (...)

    C’est officiel, la chloroquine ne sera pas retenue pour les essais cliniques.
    Je cite le conseil scientifique :
    "Quant à la chloroquine défendue par le Pr Didier Raoult, elle n’a pas été retenu dans l’essai, à cause des intéractions médicamenteuses et des effets secondaires se produisant surtout sur les patients en réanimation."
    Et ceci intervient au moment où trump vient de demander à la FDA d’autoriser le traitement à la chloroquine pour les américains atteint du coronavirus et le Maroc vient d’en commander plusieurs millions de doses.

     

    Répondre à ce message

    • Le virus est présent pendant les 10 premiers jours quand les malades sont peu symptomatiques. Après c’est la détresse respiratoire qui est une réaction du corps sur le corps suite à l’infection. Il n’y plus de virus à ce moment, mais un tube dans la trachée pour optimiser l’oxygénation.

      Conclusion :
      la chloroquine est utile les 10 premiers jours.
      Les conclusions des médecins intensivistes sont logiques, car ils ne sont pas dans la même fenêtre temporelle que l’expérience du Pr Raoult. Donc ils ne peuvent étendre leur conclusion.

      Suggestion : j’invite E&R ou toute personne compétente a demandé l’avis, j’espère écrit, de l’ASNM déposé auprès du Ministère, et d’analyser les sources scientifiques et le raisonnement.

      "c’est la lutte finale..."

       
  • A. Buzyn, Y. Lévy, J. Salomon... c’est la liste de Schindler ?

    Eh beh non, seulement les gens en charge de la santé du Peuple français...

     

    Répondre à ce message

  • « Qu’ils viennent me chercher ! »
    E. Macron, 24 juillet 2018.

    Pour autant, lui et ses sbires seraient jugés et condamnés (pourquoi pas rouvrir Cayenne ?), encore faudrait-il aussi juger et condamner les véritables décisionnaires (un lien avec la finance et certaines multinationales, au hasard), puis changer les paradigmes électoraux et politiques.

    La brochette de traîtres aux commandes de la nation risque de se prendre le retour du tsunami viral, et avec cette affaire (d’État) bon nombre de citoyens endormis se sont brusquement éveillés.

    Objectivement, Macron et son équipe ont-ils quoi que ce soit à redouter ? Nous sommes beaucoup à l’espérer, mais concrètement quelles sont les chances que Jupiter et ses satellites soient virés (manu militari ?) avant Mai 2022 ?

     

    Répondre à ce message

  • Le Maroc vient de réquisitionné tout le stock de chloridine de Sanofi

     

    Répondre à ce message

  • Il me semble qu’une précision s’impose.

    Ce n’est pas parce qu’une substance est considérée comme vénéneuse en usage pharmacologique, qu’elle ne peut être utilisée.

    Tout est question de dosage.

    Ainsi, si l’arrêté en question classe en niveau 2 l’hydroxychloroquine comme substance vénéneuse, cela ne signifie qu’elle est interdite à l’usage.

    Cet arrêté est à mettre en rapport avec des informations que l’on peut trouver au lien suivant.
    http://www.meddispar.fr/Substances-....

    Au final, il ne s’agit d’un complot mais d’une incompréhension, selon moi.

    Cordialement

     

    Répondre à ce message

  • Hahaha, j’ose espérer que si Estrosi a eu le droit au traitement préconisé par le professeur Raoult, le péquin moyen (déjà trié dans nos services de réanimation saturés) y aura également droit sans attendre leurs tests à petite échelle. Sous prescription et surveillance évidemment. Non ?

     

    Répondre à ce message

  • Ne pas oublier ce qu’a dit le Pr Raoult dans sa vidéo du 11 février (il y a déjà plus de 5 semaines donc...) : ’’... pour le SARS (2003) la chloroquine avait été testée et marchait, mais tout le monde a oublié ça ...’’.
    https://www.youtube.com/watch?v=7N1...
    Je pense que cette vidéo du 11 février restera dans l’Histoire.

    La chloroquine n’intéresse pas les commerçants puisque c’est une molécule ancienne dont le brevet est tombé dans le domaine public.
    Les intérêts financiers liés au commerce de vaccins faussent tout, cela sent l’escroquerie ; d’où la manière délirante, abusive et criminelle avec laquelle la lutte contre cette épidémie est effectuée, manière totalement en dehors des procédures habituelles comme décrites par le Pr Raoult.

    Agnès Buzyn, Yves Lévy, Jérôme Salomon (que de ’’Lumière’’ !...), la fondation Mérieux (Mérieux ‘’Lumière’’ comme Crémieux et son décret ?), l’Inserm et l’Institut Pasteur sont impliqués dans le commerce de vaccins et dans la construction et l’inauguration en 2017 du Laboratoire P4 de Wuhan.
    https://www.gouvernement.fr/sites/d...
    La famille Mérieux pèse 5 milliards d’euros.
    Cela saute aux yeux que l’arnaque est là, une belle arnaque de ‘’Lumière’’.

    Une question cruciale demeure : ce coronavirus 19 est-il sorti du cul du pangolin ou du laboratoire P4 de Wuhan ?

     

    Répondre à ce message

  • En Suisse la chloroquine est prescrite aux patients atteints par le COVID-19 (témoignage direct recueilli hier de quelqu’un qui travaille en hôpital).
    L’avis d’un médecin spécialiste :
    https://www.rts.ch/info/sciences-te...

     

    Répondre à ce message

  • Le premier cas rapporté est un patient de 55 ans tombé malade le 17 novembre 2019 en Chine. Bien avant le 13 janvier.

     

    Répondre à ce message

  • Je prends ce traitement depuis des années. On me fait tous les ans un bilan pour savoir si cela n’a pas altéré : mes yeux,mes reins, mon foie, mon coeur, ma moelle epiniere etc etc ... Avant de crier au complot, faites un minimum de recherches s’il vous plait ! Ce médicament est toxique, on le sait depuis 50 ans. En plus il affaibli le systeme immunitaire, le pr Raoult se base sur un essai de quelques jours : 24 patients, 75% auraient guéris en 6 jours, 15% d’échec avéré donc sachant qu’ils recevaient d’autres traitements....

     

    Répondre à ce message

    • Dans une autre vidéo du Dr RAOULT, celui ci précise que l’HYDROXYCHLOROQUINE a déjà été utilisée pour traiter d’autres coronavirus depuis 2011. Ce dernier précise qu’il prescrit ce produit depuis plus de 12 ou 15 ans déjà dans son service.

      Comme tout médicament il présente des effets secondaires. Il est toxique, oui, tout est toxique.
      "Tout est poison rien est poison, c’est la dose qui fait le poison"

      Perso avoir le choix entre l’HYDROXYCHLOROQUINE et un vaccin en injection sous cutanée (ne permettant pas de dissiper tous les additifs, métaux lourds, dérivés d’aluminium et autres du corps), je n’y réfléchirai pas à deux fois...

       
    • arête ton traitement si ca va pas ,,mais n empêche pas les autres de se soignées ,,ont a le plus grand virologue d Europe et peut être du monde qui dit faut faire ca ,et toi du dis écoutez moi vous est en HOSPITALE SPY ????

       
    • Ce que vous dites est une contradiction et une absurdité. Un médicament ne peut pas, par définition, être toxique. Sinon ça s’appelle un poison. Or ce n’est pas ce que l’on vous donne sans quoi vous ne seriez pas là pour en parler. Donc ce n’est pas le médicament qui est à incriminer mais son éventuelle mauvaise posologie (ou usage) qui fait d’un médicament son contraire ... à savoir un poison ! J’ajoute que le professeur que vous évoquez insiste sur la nécessité de diagnostic individuel avant tout. On ne parle pas d’un fou furieux incompétent a priori. Donc pas de faux procès à travers des raisonnements eux-mêmes faussés.

       
    • Bonjour, je ne vois pas pourquoi vous prenez ce médicament à vie en sachant que c’est un traitement anti paludéen ou alors vous vivez dans un endroit infesté par ce risque bien qu’il ne soit pas efficace partout ...lorsque j’en prenais c’était de la flavoquine, c’était 30 jours avant le séjour et 30 jours après le séjour..il y avait quelques eggets secondaires pour les plus faibles, qui seraient morts sans doute sans ce médicament...

       
Afficher les commentaires précédents