Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Alain Soral condamné à 150 jours de prison ou 22500 euros d’amende pour une quenelle !

Le 10 mai 2019, le procureur de Colmar a ouvert une enquête pénale visant Alain Soral pour la diffusion sur Internet de la photographie suivante :

 

 

En novembre 2019, sur demande des parties civiles (SOS Racisme, la LICRA du Haut-Rhin et le Consistoire israélite du département), le procureur Catherine Sorita-Minard avait requis à l’encontre du président d’E&R six mois d’emprisonnement avec sursis et mise à l’épreuve, avec l’obligation d’indemniser les parties civiles, pour « injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion » et pour « provocation publique à la haine ou à la violence ».

Le 10 janvier 2020, le tribunal correctionnel de Colmar prononçait la relaxe pure et simple d’Alain Soral et déboutait ainsi les parties civiles de leurs demandes dans cette affaire dite de la « Quenelle de Colmar ».

Ce mercredi 6 janvier 2021, la cour d’appel de Colmar est revenue sur ce jugement et a condamné Alain Soral à « 150 jours-amendes d’un montant unitaire de 150 euros », estimant que la diffusion de la photographie de la quenelle devant le palais de justice de Colmar constituait bien une « injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion ».

La cour a notamment relevé le fait qu’il était « notoire » que ce geste était « parfois un faux nez de l’antisémitisme » et que, « dans l’esprit » d’Alain Soral, il revêtait une « signification antisémite » et démontrait le fait qu’Alain Soral entendait « persister et signer dans une provocation antisémite ».

« Nous sommes satisfaits » par cette décision, a réagi Me Rodolphe Cahn, l’avocat de la LICRA. « L’acte avait pour finalité d’injurier la communauté juive », a-t-il ajouté, saluant « un arrêt bien motivé »...

 

Soutenez Alain Soral contre les persécutions :

en souscrivant à son financement participatif

 

en faisant un don

 

ou en adhérant à l’association E&R

 

L’historique de la Quenelle de Colmar, sur E&R :

 






Alerter

79 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • La justice c’est comme la politique tous au service de cette mafia communautaire haineuse remplie de voleurs, escrocs, criminelles ect... qui s’enrichie sur les biens des peuples en plus d’avoir pris le contrôle monétaire des nations.

    Des personnes sont mis en prison par des individus coupable de haute trahison en plus de collaboré avec les pires criminelles de l’humanité !

    La violence et la persécution les valeurs de la république. La république n’est pas compatible avec le peuple français malgré plus de deux siècles d’insistance oligarchique maçonnique.

    Courage Alain Soral !

     

    Répondre à ce message

  • I
    Lisez bien ceci , la prose infecte d’un académicien (français paraît il !)

    "Je suis ne a Paris et suis le fits d’immigrants polonais, mon père a été déporté de France, ses parents ont ete deportes et assassines a Auschwitz, mon père est rentre d’Auschwitz en France. Ce pays merite notre haine. Ce qu’il a fait a mes parents etait beaucoup plus brutal que ce qu il a fait aux Africains. qu’a-t-il fait aux Africains ? IL n’a fait que du bien.
    Alain Finkielkraut, dans quotidien israelien Haaretz, paru 18 novembre 2005."

    Voilà bien deux poids deux mesures ! Le sieur Finkiel machin insulte le peuple français dont mon père , passeur ( seul survivant sur 8) déporté à Dachau qui a sauvé des milliers de ses coreligionnaires ! Pas de poursuite ! et les journalistes à plat ventre ne moufteront pas . Et je ne dis que ça !

     

    Répondre à ce message

  • Un jour ces pourris l’auront dans le cul jusqu’à l’os en direct et ce jour approche à très grand pas Alléluia ! JESUS en personne en face de leurs sales gueules d’assassins c’est la plus belle quenelle qu’ils auront, rien que d’y penser j’ai le sourire jusqu’aux oreilles ! Noël tous les jours imagines leurs gueules ! Lol

     

    Répondre à ce message


  • La cour a notamment relevé le fait qu’il était « notoire » que ce geste était « parfois un faux nez de l’antisémitisme » et que, « dans l’esprit » d’Alain Soral, il revêtait une « signification antisémite » et démontrait le fait qu’Alain Soral entendait « persister et signer dans une provocation antisémite ».

    « Nous sommes satisfaits » par cette décision, a réagi Me Rodolphe Cahn, l’avocat de la LICRA. « L’acte avait pour finalité d’injurier la communauté juive », a-t-il ajouté, saluant « un arrêt bien motivé »...




    Aaah booooooon ! Devant un tribunal c’est de « l’antisémitisme » et ça c’est bien motivé !

    Bon sang, j’ai cru être sur le Gorafi !

    « Il est notoire », « parfois » « un faux nez », « dans l’esprit »…

    Je suppose que ces mots ressortissent donc au registre du concret et de l’objectif, de ce qui est prouvé et certain…

    Personnellement, j’aurais considéré comme décision de justice la condamnation des parties civiles pour procédure abusive.

     

    Répondre à ce message

  • Il faut vendre la photo aux enchères (avec dédicace au verso) pour payer l’amende !

     

    Répondre à ce message

  • ".../...Ce mercredi 6 janvier 2021, la cour d’appel de Colmar est revenue sur ce jugement et a condamné Alain Soral à « 150 jours-amendes d’un montant unitaire de 150 euros », estimant que la diffusion de la photographie de la quenelle devant le palais de justice de Colmar constituait bien une « injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion ».../..."

     ??!

    Cette phrase est d’une rare indigence intellectuelle, car elle implique, de fait, que le Palais de Justice de Colmar serait assimilé à un lieu exclusivement juif, ce que - autant que je sache - n’est pas cet endroit !

    Certains membres de la communauté juive - soi-disant tellement au-dessus de toutes les autres, intellectuellement parlant - sont-ils en fait si c*** qu’ils n’ont toujours pas compris que ce genre d’actions - absurdes/répétitives/coûteuses pour l’ensemble des Français - correspond à scier, chaque fois un peu plus, la branche sur laquelle ils sont assis - plus confortablement qu’aucune autre communauté française ! - depuis plus de 70 ans ?!!

    Je ne vois donc pas d’autre conclusion possible que : quelle bande de c*** !!

     

    Répondre à ce message

  • Les rendus de ces tribunaux de la pensée sont tellement grotesques, ça ferait presque rire s’il n’y avait pas une sanction aussi injuste et lourde contre un homme bien plus honnête et droit que ses propres juges. Abjecte !

     

    Répondre à ce message

  • Et dans le meme temps des gens au passif bien plus lourd, Kouchner, BHL, Cohn-Bendit, Azziza, pour ne citer qu eux, continuent de se pavaner et de profiter comme si de rien n etait... Ca part en sucette dans bien des domaines et en ce qui concerne l opposition au pouvoir, le systeme met les bouchees doubles, ca passe ou ca casse ! L affaire Ryssen annoncait la couleur, cette nouvelle condamnation (ubuesque a la vue des faits) a l encontre de Soral confirme la donne !
    2021 risque d etre tres chaud pour les principales figures de la dissidence !

     

    Répondre à ce message

  • ils demandent, ils prient, ils supplient... qu’on s’occupe enfin d’eux

     

    Répondre à ce message

  • >La cour a notamment relevé le fait qu’il était « notoire » que ce geste était « parfois un faux nez de l’antisémitisme » et que, « dans l’esprit » d’Alain Soral, il revêtait une « signification antisémite » et démontrait le fait qu’Alain Soral entendait « persister et signer dans une provocation antisémite ».

    il s’agit donc d’une condamnation de la pensée supposée ou imaginée de l’accusé, c.à.d. un procès d’une intention hallucinée, voire projetée par les accusateurs. L’appel à une notorité d’opinion est d’autant plus savoureux, vu que la notoriété est une construction sociale qu’il est facile de fabriquer et influencer. L’accusateur pourrait donc créer une "notoriété" puis en accuser sa cible. La boucle est bouclée, on est en plein... talmudisme, je suppose ? En tout cas c’est de notoriété publique :)

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents