Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Antoine Martin – Peine de mort : pourquoi le pape François a-t-il modifié le catéchisme ?

Antoine Martin, auteur des ouvrages La Chute des astres et Le Chant dans la fournaise, revient sur la modification du catéchisme de l’Église catholique à propos de la peine de mort.

 

 

Retrouvez Antoine Martin sur E&R :

D’Antoine Martin, lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • le grand problème de l’Eglise depuis Benoit XVI, c’est pour moi l’âge trop élevé des papes.
    Lors de l’élection de Benoit XVI, le candidat le plus jeune avait ... 71 ans.
    Ce grand âge rend les papes plus mous et influençables. De vrais marionnettes au service de l’idéologie dominante.

     

    Répondre à ce message

  • On passe d’une église traditionnelle à un église progressiste.
    C’est donc une trahison des enseignements et de la voie.

     

    Répondre à ce message

  • Le Pape et son conseiller pédophile,

    Pourquoi le pape ,a-t-il pris comme
    conseiller un cardinal américain écarté
    par Benoist XVI ?
    Qui est ce Pape qui ne juge pas la violence
    d’un assassin de vieillard, ?
    Qui est ce pape qui déteste les prêtes ?
    Qui est François ,ami d’un cardinal pédophile ?
    La violence faite aux enfants n’a-t-elle pas été
    dénoncée par le Christ ?

     

    Répondre à ce message

  • #2033636

    Pour moi, si quelqu’un a causé la mort, il mérite la mort sauf s’il a la volonté sincère Et crédible de se racheter.
    Sur le modèle de Romains 12:18

    « S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. »

     

    Répondre à ce message

  • Oui on peut consulter des liens pour constater des modifications, des gens contents et des gens pas contents de celle-ci. Et si on veut rester idiot on peut se mettre dans l’un des deux camps. Mais tout ceci ne nous dit rien des débats de fond qui sous-tendent à ces changements, ces vidéos sont toujours unilatérales donc pauvres malheureusement.
    Par exemple est-ce que le principe de la peine de mort peut être combattu dans le sens où maintenant, nos États ont totalement les moyens, les techniques, d’écarter les individus dangereux sans les tuer ? Auquel cas recourir malgré tout à celle-ci serait un crime ? Et dans la mesure ou l’Église catholique fait de la politique, n’est-il pas normal de retrouver des éléments de langage de notre temps ? En quelle année est-ce que le catéchisme a reçu le tampon de Jésus-Christ pour dire qu’il ne faut plus jamais le modifier ? Quel est le problème, de rendre quelques phrases sur l’homosexualité par exemple, moins polémiques, tout en ne changeant rien, au fond, sur ce qui compte vraiment (je ne dis pas que c’est l’intention du pape, je dis qu’on ne peut pas s’opposer par principe à tout changement et toute reformulation, ça dépend, ça se débat).

     

    Répondre à ce message

  • Ce sont les Américains (FED - banque JP Morgan) qui ont poussé Benoît XVI vers la sortie. Ils voulaient "récupérer" l’or du Vatican mais Benoît XVI s’y opposé. Les Américains ont alors simplement déconnecté le Vatican du réseau interbancaire international SWIFT. Pendant des jours, ça a été la paralysie (plus de paiement possible en master card, visa, amex, je vous laisse imaginer) Benoît XVI a fini par céder et démissionner. LE LENDEMAIN de sa démission le Vatican est reconnecté au réseau SWIFT. (voir le livre "666" de Pierre Jovanovic)

    Pouvez vous en dire plus ? D ou tenez vous ces informations

     

    Répondre à ce message

    • @ Edouard

      Dans le livre "666" Pierre Jovanovic explique bien comment les USA on cherché à rafler l’or du monde. Il y a un chapitre pour chaque état. Suisse, France, Allemagne, Italie, Belgique, Canada et Vatican, quasiment que des états "Chrétiens de base". C’est un très bon livre.

      Après vous pouvez toujours rentrer les mot-clés "SWIFT - VATICAN - BENOÎT XVI" dans google et là vous décrocherez la timbale. C’est de "notoriété publique" maintenant cette histoire.

       
  • A mon avis la peine de mort fait trop penser à un sacrifice humain, ce qui rebute les uns et excite les autres...

    Je ne porte pas de jugement mais comme vous le savez l’Eglise catholique subit un certain nombre de changements non dits et visant, entre autre, a la depaganiser (je sais que ça va choquer certains mais c’est comme cela que voient les choses beaucoup de gens extérieurs à cette religion). Je ne suis donc pas surpris de cette nouvelle prise de position du pape, qui surprend rarement il faut dire, surtout en bien).

     

    Répondre à ce message

  • Excellente intervention de monsieur Martin, quoique je lui dirais que le changement de doctrine n’est pas en soi une nouveauté. Ce qui est vraiment problématique, c’est l’alignement (ou du moins la tentative) de l’Eglise sur les idées mondialistes.
    De plus, qui défend mordicus l’abolition de la peine de mort, hormis les quelques militants ? Certes, soutenir la possibilité pour l’Etat de recourir à la peine capitale est compliqué face à des bobos et autres fragiles, pas devant des gens qui ont perdu un proche dans des conditions horribles.

     

    Répondre à ce message

  • la Justice a pour vocation de rétribuer les peines, de peser les douleurs, or il faut comprendre la question de la Valeur. La mort a une emprise originelle sur tout ce qui est terrestre. Bien, corps, désirs, tout cela lui est soumis. Chaque douleur... comment dire ;…Même si la mort n’est pas au bout, même si sa présence n’est que par absolu (càd par unité en regard d’une diversité de maux et de douleurs qui ne sont qu’un chiffre de son Nombre, un degré infiniment variable ou dégradé d’anéantissement, de précarité et de mort), malgré cela, c’est par elle que tout VAUT. C’est par elle que toute souffrance EST. Il faut la voir comme l’unité, le Nombre (1). Alors ? alors plus de valeur si on enlève la mort. Et dans le champ particulier, et ô combien honorable (sacré même !) de la justice, il ne faut pas perdre de vue cette pensée : car la Justice, qui doit régenter les peines, doit être en intelligence avec la source de ces valeurs, et les équilibrer par rapport à elle. Or il doit bien exister une peine, une faute, qui égale l’unité, qui égale la mort (régicide, parricide.. que sais-je..). A chaque civilisation de l’identifier, Mais si elle ne le fait pas, alors c’est qu’elle affirme qu’elle ne VAUT rien...

    Enfin, rappelez-vous bien, enlever la mort comme réparation, c’est enlever l’unité et la fin, et donc ouvrir sur l’infini. "Dette éternelle"... ça vous dit quelque chose ? quelque part, la mort juge définitivement, et apaise...elle est mesurée et mesurable. La négation du pardon, c’est la financiarisation de la justice, et la spéculation sans frein des peines.

     

    Répondre à ce message

  • Exposé très clair et convaincant. Merci.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents