Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Heure la plus sombre n°11 – Émission du 9 novembre 2015

Invité : Antoine Martin (Le Chant dans la fournaise)

Pour ce 11ème numéro de L’Heure la plus sombre, nos animateurs-journalistes Vincent et Xavier recevaient Antoine Martin, auteur du livre Le Chant dans la fournaise, publié aux éditions Kontre Kulture.

 

Écouter l’émission :

 

Écouter l’émission en format mp3 :

 

 

 

Voir aussi :

24 août
L’Heure la plus sombre n°86 – Émission du 20 juillet 2017
Invité : Alain Soral
111
19 juillet
Retour de Corée du Nord – Alain Soral en exclusivité sur ERFM
38
10 juillet
L’Heure la plus sombre n°85 – Émission du 3 juillet 2017
Invité : le Pr Henri Joyeux
39
3 juillet
L’Heure la plus sombre n°84 – Émission du 26 juin 2017
Invité : Jérôme Halzan
101
26 juin
L’Heure la plus sombre n°83 – Émission du 19 juin 2017
Invité : Jean-Michel Vernochet
12
19 juin
L’Heure la plus sombre n°82 – Émission du 12 juin 2017
Invités : Alain Soral et Pierre Jovanovic
48
12 juin
L’Heure la plus sombre n°81 – Émission du 5 juin 2017
Revue de presse (avec Faits & Documents)
11
5 juin
L’Heure la plus sombre n°80 – Émission du 29 mai 2017
Invités : Bluj’ et Mister Mayo
5
29 mai
L’Heure la plus sombre n°79 – Émission du 22 mai 2017
Invité : Damien Viguier
24
22 mai
L’Heure la plus sombre n°78 – Émission du 15 mai 2017
Invitée : Ayssar Midani
9
8 mai
L’Heure la plus sombre n°77 – Émission du 7 mai 2017
Émission spéciale : soirée électorale 2
37
24 avril
L’Heure la plus sombre n°76 – Émission du 24 avril 2017
Émission spéciale : soirée électorale
47
17 avril
L’Heure la plus sombre n°75 – Émission du 17 avril 2017
Invité : Stéphane Blet
21
10 avril
L’Heure la plus sombre n°74 – Émission du 10 avril 2017
Invités : Alain Soral et Youssef Hindi
53
3 avril
L’Heure la plus sombre n°73 – Émission du 3 avril 2017
Tour anniversaire E&R – Perpignan
6
27 mars
L’Heure la plus sombre n°72 – Émission du 27 mars 2017
Invitée : Marion Sigaut
20 mars
L’Heure la plus sombre n°71 – Émission du 20 mars 2017
Invité : Youssef Hindi
26
13 mars
L’Heure la plus sombre n°70 – Émission du 13 mars 2017
Invité : Laurent Guyénot
29
6 mars
L’Heure la plus sombre n°69 – Émission du 6 mars 2017
Invité : Roger Holeindre
33
27 février
L’Heure la plus sombre n°68 – Émission du 27 février 2017
Invités : Stéphane Blet et Philippe Guêpe
11
20 février
L’Heure la plus sombre n°67 – Émission du 20 février 2017
Invité : Patrick Mbeko
19
13 février
L’Heure la plus sombre n°66 – Émission du 13 février 2017
Invité : Charles Robin
75
7 février
L’Heure la plus sombre n°65 – Émission du 6 février 2017
Invité : Toussaint Jouanneau
24
31 janvier
L’Heure la plus sombre n°64 – Émission du 30 janvier 2017
Invités : Faits & Documents et Alain Soral
66
23 janvier
L’Heure la plus sombre n°63 – Émission du 23 janvier 2017
Invitée : Marion Sigaut
23

Se procurer l’ouvrage d’Antoine Martin chez Kontre Kulture :

À lire également, chez Kontre Kulture :

L’album de Stéphane Blet sera bientôt disponible chez Kontre Kulture Musique. En attendant, découvrir d’autres artistes :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Consumérisme est un mot qui a déjà plusieurs décennies et qui vient de l’anglais "consumer" qui veut dire consommateur. Il s’agit de l’action concertée de consommateurs en vue de la défense de leurs intérêts. "Que choisir ?" sous-titre sa revue depuis plus de 40 ans : "Revue consumériste".

    Tout autre usage est un barbarisme. Généralement utilisé pour se la péter, alors que "société de consommation" ou bien "consommation à outrance" ou toute autre périphrase ferait l’affaire.

     

  • Si les disques sortaient en format physique (CD) je serais le premier à les acheter pour les écouter sur ma platine et ma belle HiFI, malheureusement en format virtuel je ne suis pas intéressé.

    Le support, le réel, comme pour le livre papier.Le virtuel pour moi doit rester gratuit car au fond il demeure incertain (panne de courant, bug, plantage).

    En plus, y’aurait moyen de faire travailler Maria Comak pour de belles pochettes, payer un peu plus cher, soutenir et se régaler les yeux et l’oreille.

    Merci de transmettre.

     

    • Bonjour, si je peux me permettre, opposer le format virtuel au CD (matériel) ne tient pas.
      Pour commencer, les formats virtuels ne voguent pas dans les airs, ils sont sur votre disque dur, au même titre que votre morceau préféré est sur un disque amovible, le disque vinyle ou CD. (que vous ne sachiez pas techniquement le récupérer ou que cela soit volontairement compliqué par les fabricants est un autre problème)

      Le virtuel a un intérêt par rapport au matériel, il nous sort de la consommation de ressources de notre planète en masse. Exemple concret : imaginez 9 milliards de petits bons hommes qui veulent chacun leur petit vinyle pour chaque album qu’ils aimeraient avoir dans leur collection, parceque c’est joli, palpable et que ça ne tombe pas en panne (ça reste à prouver)
      Il faudrait à peine 10 ans pour transformer notre planète en discothèque géante. (sinon on peut toujours dire que seulement quelques personnes sur ces 9 milliards d’individus auront le privilège d’écouter la musique qu’ils aiment, mais c’est pas très fair play pour les autres)

      La dessus rajouter l’acheminement physique des disques de ces 9 milliards de personnes, le papier pour les jolies pochettes et vous comprenez que le virtuel n’a pas que des effets négatifs sur notre planète (si vous êtes toujours dans une perspective de partage)

      Ensuite « le virtuel doit rester gratuit » suggère, dans votre pensée, qu’il n’y a aucune production dans une oeuvre ou produit « virtuel », comme si celui ci arrivait par enchantement, c’est tout simplement faux, il y a, comme pour un livre ou une musique, une production intellectuelle, du temps passé, du talent (ou pas), des idées, de l’énergie consommée (faut bien nourrir l’artiste ou le producteur)

      Il ne faut pas confondre l’oeuvre et le support matériel sur lequel elle est gravée.
      Sinon quid du cinéma ? Un art mineur tant qu’il n’était pas palpable avant l’arrivée des DVD ?

      Alors on peut toujours être nostalgique du passé et du bon vieux vinyle qui craque (et je conçois cette nostalgie), mais il ne faut pas rejeter le bébé (le virtuel) avec l’eau du bain (la surconsommation)

      Amicalement.


    • @boris
      Les raisons économiques de la dématérialisation étant parfaitement défendues dans le message précédent, rien à ajouter si ce n’est que l’argument de la Hi-Fi tombe un peu à plat... Cela dit avec le plus grand respect pour vos oreilles sensibles de mélomane !

      Comparé au vinyle ou à la bande magnétique, le CD n’est qu’un support plastique pour un contenu déjà numérisé, donc immatériel au sens strict. La fréquence d’échantillonnage de 44.1 kHz couplée à l’encodage 16bit constitue une régression majeure dans la restitution sonore (compression, courbe de réponse en fréquences aléatoire, aigüs crissants, absence de relief...)
      Même une platine CD Studer et un ampli à lampes Mcintosh n’y pourront rien, le CD est une source morte.

      L’idéal serait évidemment de pouvoir proposer un format de type flac, mais la récente expérience de Neil Young en la matière nous apprend que le public est peu réceptif à l’argument de la haute définition...

      Et quand on y pense, la musique est immatérielle par essence, non ?

      Musicalement ;-)


    • Arrêtez de vous prendre la tête, honnêtement vous m’avez pondu un pavé indigeste pour une histoire de CD ou pas... d’un raisonnement qui ne tient pas 5 min car pour faire marcher le "dématérialisé" il faut encore et toujours plus de matériel.

      C’était un avis et une demande formulée qui cheminera si elle chemine, pas la peine de monter sur vos grand chevaux, sortez, regardez le ciel, tirez un coup, vous me paraissez sur la défensive, comme nerveux et frustré, comme beaucoup ici.

      Mon histoire personnelle fait que je n’achète que du physique, la création culturelle immatérielle fixée sur du durable si vous voulez.Et que je sache kontre kulture s’est fait le plaisir de réhabiliter le livre et la culture pour un public à qui ont l’avait "interdit".Plus qu’à éteindre la chose à la musique, l’obstacle actuel n’est que matériel (presser un disque n’est pas l’affaire d’un imprimeur de livre).

      Aller, détendez-vous :)


  • J’ai vraiment eu beaucoup de plaisir à écouter un invité exceptionnel en la personne de Mr Antoine Martin. Ses connaissances théologiques sont impressionnantes. Il est un défenseur authentique du christianisme et je partage entièrement ses idées.
    Je pense qu’il est important de lire son livre "Le chant dans la fournaise" pour en découvrir davantage.

    PS : Je n’oublie pas de remercier E&R, qui ne cesse de nous surprendre chaque jour un peu plus. L’ascension du mouvement ne fait aucun doute et j’en suis très heureuse...
    (je salue les compétences des journalistes - Vincent et Xavier - très agréables à écouter)


  • Une bouée de sauvetage d’intelligence à laquelle se raccrocher dans cette mer de nihilisme qu’est notre époque.
    Excellente émission, excellent intervenant, excellemment menée, chapeau bas messieurs.


  • Vers la 11ème minute, Xavier cite un passage reproduit dans Le chant dans la fournaise qui est issu d’un livre d’Alain Besançon. Quelqu’un aurait-il le titre de ce livre de Besançon ?
    Merci d’avance


  • C’est normal si, étant français d’origine maghrébine, avant j’écoutais du rap et maintenant je ne peux plus blairer cette musique ? A présent j’adore écouter du classique, je me suis mis au cours de piano. J’ai déguster la sonate "clair de lune" à la fin. Est ce normal ? Car on ne me reconnait plus et je m’inquiète.

     

  • @ Abmozart

    Détends-toi Mozart. J’ai 45 ans et j’écoute tjs encore du rap. Que veux-tu j’ai grandi avec ça mais ne me je suis jamais limité à un style de musique. Quand je lis j’adore écouter du classique : Oskar Schuster, Yann Tiersen, Erik Satie,...Tu vois que n’est pas seul ?Enfin bref, n’en fais pas tout un plat parce que tu écoutes du classique.

    Gelindo, le congo-belge


  • Chapeau bas à l’équipe ! Sont fous ces p’tits gars d’E&R !
    Qualité des intervenants. Merci d’avoir invité M. Antoine Martin.
    Profondeur des sujets. Qualité journalistique de Vincent et Xavier et de leurs échanges courtois.
    Vous nous faites plaisir. On est fiers de vous !

    Il est évident que des minables subventionnés vont vouloir vous imiter, englués dans leurs pathétiques démonstrations.


  • #1314304

    Trop court. Invité passionnant : très calme, prend le temps de poser ses mots pour être le plus didactique possible.
    Quand arrive la sonate au clair de lune (très délicate interprétation au passage), on reste légèrement sur sa faim.