Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Article 36" : et si les militaires prenaient le pouvoir ?

Dans un thriller politique très documenté, notre collaborateur Henri Vernet raconte comment, sur fond de terrorisme et de révolte sociale, l’armée utilise l’instauration de l’état de siège par le chef de l’État pour prendre les commandes du pays.

[...]

Un jeune président, Marc Cardignac, sorte de jumeau d’Emmanuel Macron, peine à restaurer le calme dans un pays au bord de la crise de nerfs. Les « cocus de la République » manifestent, en jaune, dans les rues de la capitale « contre le monarque et ses impôts ». Une vague d’attentats terroristes sème la mort et la discorde dans le cœur des Français. La colère gronde dans les cités, les forces de sécurité menacent de craquer. Et si une guerre civile ravageait le pays ? Aussi réalistes soient les crises décrites au fil des pages, ceci est un roman.

Alors que faire pour ramener l’ordre ? Le président déploie un instrument juridique inédit : l’article 36 de la Constitution. Jamais utilisé sous la Ve République, le dispositif – bien réel – prévoit, pour une durée de douze jours, l’instauration de l’état de siège, c’est-à-dire le transfert du pouvoir à l’armée pour assurer la sécurité des Français sur le territoire national. C’est ce qui survient un jour de décembre, quand l’opération « Mistral » est déclenchée sous la houlette d’un « général courage » issu de l’armée de terre. Plébiscité par l’opinion pour avoir sauvé des Yézidies au Kurdistan en prenant quelques libertés dans cette guerre contre Daech, Maxime Gerfaut est respecté par ses pairs – à l’instar d’un certain… général Pierre de Villiers. Il devient l’homme fort du pays, bientôt rival du président.

[...]

Dans ce récit haletant, on découvre comment se déroulerait la mise en place d’un tel état de siège, un temps envisagé sous le quinquennat de François Hollande après les attentats du 13 novembre 2015. On observe avec sidération les chars entrer dans Paris, les Rafale sillonner le ciel de France. On découvre les tribunaux militaires, les réunions secrètes à l’Élysée ou au Centre de planification et de commandement des opérations (CPCO), dans les sous-sols de Balard, nouveau siège du ministère de la Défense.

Lire l’article entier sur leparisien.fr

Le fantasme Pierre de Villiers, sur E&R :

 






Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2163516

    Tant que les généraux de la Gendarmerie ne font pas rébellion, vous pouvez allègrement vous faire du vent sous les parties génitales.
    Le reste c’est de la littérature pour mongoliens.

     

    Répondre à ce message

  • #2163522

    Oubliez !

    https://www.lemonde.fr/societe/arti...

    Sans compter que le militaire supérieur est « bien logé »... en général

     

    Répondre à ce message

  • #2163532
    Le 20 mars à 14:43 par Phiddipidès
    "Article 36" : et si les militaires prenaient le pouvoir ?

    Imaginer un tel scénario, pour séduisant qu’il puisse paraître à certains, est la preuve de la totale méconnaissance des critères prévalant aux nominations des officiers généraux depuis quelques .. décennies ! Les Bigeard et autres de Noix de Saint-Marc, prêts à tout donner y compris leur vie, pour la sauvegarde de leur honneur et de l’idée qu’il se font de la France, très proche au fond des attentes des GJ, sont morts et enterrés depuis fort longtemps !
    D’ailleurs, faire le lien entre le fictif général Gerfaut et Pierre de Villiers en est la preuve la plus criante ! En effet, si Pierre de Villiers est fort probablement un honnête homme, il est loin d’être le héros, ou le hérault ?, que l’on présente, dans le roman sous les traits d’un général Courage quelconque !
    Comme nombre de ses pairs, il s’est plus illustré dans les crapahutages sur moquette en état-major ou dans les cabinets ministériels qu’ailleurs ! Ses seuls "titres de gloire" résidant dans le commandement de la Brigade Leclerc au Kosovo, déploiement dont le but principal était plus politique que tactique en sautant sur l’occasion offerte pour employer en opération, au moins une fois, un char Leclerc hors de prix et dont la doctrine d’emploi laissait et laisse toujours à désirer, ou dans le commandement des opérations extérieures ... assis dans son fauteuil au CPCO !
    En conclusion, que l’on confie son avenir à un politique ou à un militaire, à partir du moment ou cela se fait sans réflexion ou sans autre recul que celui proposé par les médias loufiats traditionnels, le résultat sera le même : l’échec total !
    Le salut, hors bain de sang, ne peut venir que de la prise de conscience par les citoyens de savoir où sont les vrais enjeux et qui sont les vrais ennemis ... avec des choix politiques qui seront, par la suite, faits en conséquence !

     

    Répondre à ce message

  • #2163549
    Le 20 mars à 15:04 par jeandelalune
    "Article 36" : et si les militaires prenaient le pouvoir ?

    rappel historique :

    Loïc Bonal qui avait déjà réussi à faire une estimation des troupes allemandes en 2004, pour conclure que les effectifs de l’armée allemande n’avaient jamais été inférieurs à 400 000 hommes entre 1940 et 1944. J’ai recopié ces données chiffrées dans l’annexe : présence militaire allemande en France.

    comparaison avec les chiffres actuels :

    La gendarmerie compte aujourd’hui au total environ 101.000 personnels, dont plus de 99.000 militaires et environ 2.000 personnels civils.
    l’effectif global est de 148.500 pour la police nationale et 330.000 pour les armées (dont 145.000 pour l’armée de terre).

    soit environ 580 000 personnes*, si on enleve 30% de " stratifs " on obtient un effectif de 400 000 h, ce qui représente une personne et demi par km²

    sachant que 20% du territoire occupera plus de la moitié des effectifs je vous laisse faire le compte

    a cela s’ajoute, entre autres, les 100 000 km de ligne ht et tht, les 700 000 transformateurs qui relient les 586 000 km de lignes MT aux 654 000 km de lignes BT, les 30 000 km de voies ferrées, les édifices publiques etc etc ( obertone l’explique très bien )

    donc l’appel a l’armée pourquoi ? en sommes nous là ?

    - pour sécuriser le pays ? d’accord mais les moyens sont t ils en adéquation avec les exigences de la mission

    - pour utiliser des armes de guerres et autoriser des mesures d’exception face à une mobilisation populaire ?
    ce n’est pas une réponse politique c’est une dérive tyrannique

    il suffirait dans un 1er temps de dissoudre l’AN, alors pourquoi avoir recourt a l’armée pour cela ?

     

    Répondre à ce message

    • #2163975

      Bonjour. Ces chiffres sont intéressants mais très technocratiques. La réalité est beaucoup plus simple : les policiers sont épuisés alors qu’on a 300.000 hommes qui se font chier dans les casernes.
      Les policiers sont des pères ou mères de famille qui ont du mal face à des casseurs excités alors que les soldats demandent à aller à la castagne et sans besoin de LBD ou autre.

       
    • #2164234
      Le 21 mars à 16:38 par jeandelalune
      "Article 36" : et si les militaires prenaient le pouvoir ?

      je ne pense pas qu’il y ai 300 000 hommes qui se fassent "chier" dans les casernes, hormis les "stratifs" qui ne font pas grand chose mais qui le font de bonne heure,

      concernant les "peres de familles" , dans dix ans leurs enfants les remercieront, car ils prendront en " pleine gueule" l’ordre nouveau que leurs pères avaient si bien aidé a se mettre en place

       
  • #2163632

    L’armée présente samedi prochain 23 mars, on y est ! Je suis écœurée, dire que beaucoup se moquaient de certains qui avaient presque prédit une rentrée de l’armée, oui ce Devilliers traitre à sa patrie et travail pour les USA l’Otan, je le dis, je m’en méfie de plus en plus !

     

    Répondre à ce message

    • #2163823

      Nous sommes à 3jours de passer de CHOUPINET à PINOCHET ….le gouvernement cherche un incident majeur depuis plus de trois mois ;s’ il se produit on ira à la guerre civile - sondage IFOP : 40% des français ne sont pas hostiles à la révolution .La république , corrompue, confiscatoire, dictatoriale est à bout de souffle , il est temps de virer le gouvernement et l’assemblée des godillots, de rebattre les cartes et de redéfinir des règles justes et démocratiques qui ne profitent pas seulement aux 1% et à leurs soutiens , mais qui soient établies pour le bien commun ;

       
  • #2163709

    Apprenant le putsch des généraux, le 21 avril 1961, De Gaulle lâcha devant son entourage : " Ce sont des militaires, ils vont s’empêtrer ". Ce qui arriva .

     

    Répondre à ce message

  • #2163808

    Oui, mais qu’est ce que le pouvoir en 2019 ? Le vrai pouvoir est par définition invisible ; les politiques sont payés pour prendre les coups et assumer l’histoire...

     

    Répondre à ce message

  • #2163917
    Le 21 mars à 00:55 par goy pride
    "Article 36" : et si les militaires prenaient le pouvoir ?

    c’est le joker de l’oligarchie pour ne pas perdre la France, une prise en main par des militaires francs-maçons et complètement soumis à l’Empire...ils nous ont sorti le très conciliant général De Villiers...Mais avant cela ils nous préparent quelques attentats "islamistes" spectaculaires et d’une brutalité inouïe afin de préparer les opinions publiques. Ne pas croire que le drame de Christchurch est un événement hasardeux, cela s’inscrit dans une chaîne d’autres événements conforme à un plan bien structuré.
    Bien évidemment ils ne peuvent pas ouvertement instaurer une dictature militaire sous prétexte de contestations sociales légitimes du peuple, il faudra jouer la carte "choc des civilisations", il faut sauver le monde blanc des méchants barbus...

     

    Répondre à ce message

  • #2163972

    Aussi fines soient les analyses, le drame de la France est d’être actuellement colonisée par des ennemis : étrangers ou pervers (souvent confondus) sans aucune supériorité intellectuelle ou morale, loin de là, mais extrêmement et historiquement brutaux, qui font semblant d’être français ou normaux ou amicaux, et détestent cordialement le pays. Ils sont capables de tuer la poule aux œufs d’or, le sentiment de haine primant sur l’intelligence.
    Parmi ces étrangers, une grosse majorité d’Orientaux, certains madrés et sans foi ni loi, d’autres incultes. Mais il y a aussi des Subsahariens, des Chinois, des Indo-Pakis, etc. qui contribuent à la déliquescence sans détester la France spécialement, ni vouloir que crève la vache à lait.
    La France, comme les Champs, n’appartient pas économiquement aux Français ; lesquels souvent ne veulent pas le savoir. La jeunesse a toujours vécu sous colonisation et n’a pas d’éléments de comparaison. Il serait intéressant de savoir qui est réellement proprio du Fouquet’s, dans la poche de qui vont les millions d’€ annuels de loyer.
    Menacer sans cesse, tirer sur les gens, promettre plus de blessés, peut-être des morts, mutiler volontairement, faire des jeunes du pays des janissaires, pourrir les troupes d’éléments étrangers et ennemis, c’est brandir le fouet, à l’orientale, type Horde d’Or. Pire encore que la horde : les hordes se battaient physiquement. Les colons de la France se camouflent derrière la bigarrure, les taches, la mocheté, la complication, où ils prospèrent.
    La France endolorie ne se rend pas encore compte suffisamment qu’on l’a beacoup abaissée, peut-être dénaturée, depuis 60 ans.
    Il n’y a aucune raison que ce pays talentueux, rationnel, diligent, vaillant à la tâche, d’esprit rapide et léger, se laisse faire.
    400 000 hommes pour l’armée, ce n’est pas mal du tout. C’est suffisant pour se défendre contre l’ennemi extérieur. Et même intérieur, infiltré (deux ennemis actuellement confondus).

     

    Répondre à ce message

  • #2164542
    Le 22 mars à 08:19 par alderic-dit-le-microbe
    "Article 36" : et si les militaires prenaient le pouvoir ?

    Mais ils n’ont pas ce pouvoir les pauvres. Ils sont périmés.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents