Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Attentat de Londres : un tweet de Trump provoque la colère de May

Comme lors de chaque attaque terroriste, Donald Trump a réagi vite, très vite, à l’attentat perpétré vendredi dans le métro londonien, provoquant la colère de Theresa May et un nouvel accroc dans la « relation spéciale » entre Londres et Washington.

 

Quelques heures à peine après l’explosion d’une bombe dans une station du métro du sud-ouest de Londres, et alors que les investigations débutaient à peine, le président américain a décoché une flèche à la police britannique à qui il a reproché un manque d’anticipation.

« Autre attaque à Londres par un terroriste raté. Ce sont des gens malades et déments qui étaient dans la ligne de mire de Scotland Yard. Il faut être proactif ! » a-t-il lancé.

La réponse de la dirigeante britannique a été cinglante : « Je pense qu’il n’est d’aucune aide pour quelqu’un de spéculer sur une enquête en cours », a-t-elle lancé dans un message télévisé à l’issue d’une réunion d’urgence de son cabinet.

Les autorités britanniques n’ont encore rien révélé de l’identité du ou des auteurs de l’attaque dans le métro de Londres, perpétrée à l’aide d’un engin explosif artisanal, selon l’unité antiterroriste de la police londonienne.

Interrogé, lors d’une brève apparition dans les jardins de la Maison Blanche, sur le fait de savoir s’il avait été « briefé » par ses services, M. Trump a répondu « oui » sans qu’il soit possible de dire avec certitude s’il parlait spécifiquement de l’attentat de vendredi ou de la menace terroriste en général.

[...]

Le gouvernement britannique s’était montré furieux lorsque des fuites dans la presse américaine attribuées à des sources officielles avaient révélé des informations sur l’attentat meurtrier de Manchester, qui a fait 22 morts lors d’un concert en mai 2017.

[...]

Début juin, au lendemain de nouveaux attentats meurtriers à Londres, M. Trump s’en était par ailleurs pris avec une incroyable virulence au maire de de Londres Sadiq Khan -– premier maire musulman de cette capitale fière de son cosmopolitisme – l’accusant de minimiser la menace, de céder au « politiquement correct » et d’utiliser des explications « pathétiques ».

« Nous ne laisserons pas Donald Trump diviser nos communautés », avait rétorqué ce dernier, exaspéré, affirmant avoir des choses plus importantes à faire que de répondre aux salves de tweets du locataire de la Maison Blanche.

La pilule était d’autant plus mal passée au Royaume-Uni que Donald Trump s’était servi de l’attentat de Londres pour défendre son décret migratoire très controversé, visant à bloquer l’entrée des États-Unis aux ressortissants de certains pays musulmans.

Vendredi, alors que la capitale britannique était encore sous le choc, il a une nouvelle fois brandi le même argument, à des fins de politique interne, au moment où une partie du camp républicain l’accuse de manquer de fermeté sur l’immigration et de trop se rapprocher de ses adversaires démocrates.

Lire l’article entier sur lalibre.be

Sur le terrorisme et ses « zones d’ombre », chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Oui, nos dirgeants z-occidentaux, n’aiment pas qu’on leur dise leurs vérités. Ils n’aiment d’ailleurs aucune initiative privée, visant à les critiquer ou à les contrarier.

    Ainsi notre grande asperge de premier ministre of Belgium, désire entendre, aux fins de sermon, voire de sanctions pécuniaires, un prince banal, qui prend des libertés avec le protocole. Il recadre également, le secrétaire d’état à l’ Asile et à la Migration, car il a eu l’outrecuidance, d’associer le terme "nettoyer" aux envahisseurs illégaux qui squattent tout ce qu’ils peuvent.

    Et ça, ça ne passe pas ! Alors, il sermonne, il menace, il recadre notre Charlot national.

    Lui viendrait-il à l’esprit de convoquer quelque imam haineux et radicalisateur, pour un remontage de bretelles en règle, que nous pourrions transiger sur sa vacuité. Mais pour cela, il lui manque le scrotum du gabarit qu’il convient. Alors, il brode, il ergote le minissssss. Faut bien montrer qu’il existe !


  • attentat de type Gladio avec la complicité de l’état puisque seule la population civile est visée et jamais le pouvoir.

     

    • Le mot pro actif a été prononcé, c’est le principal. Le reste est une farce.


    • Gladio aurait fait du "travail" plus serieux et moins improvise. Il ne reste que des amateurs " lone woolfs" de la mouvance racaille afro-islamiste. Mais cela personne en UE dans les salons gauchisants ne veut en entendre parler car cela ne les concerne pas directement.


    • @Jaoram
      Exact et d’ailleurs la totalité des hommes de mains ’’commettant’’ les attentats sont toujours connus des services secret occidentaux(incluant la NSA qui espionne même des chefs d’État) et pourtant ça les empêchent pas étonnamment de commettre leurs attentats ’’islamistes’’.
      N’en déplaise aux islamo-obsédés de certains groupes pour qui j’ai personnellement de plus en plus de mépris tellement ils sont atteints soi de mauvaise foi, soit de stupidité soit carrément de trahison avec leurs amour de plus en plus affichés pour l’ennemi véritable, Israël et donc indirectement de ses larbins gauchiasses en Occident et c’est là où l’ironie est totale.


  • "Attentat de Londres : un tweet de Trump provoque la colère de May"

    La phrase qui résume tout.

    Cette histoire de tweet est un puissant révélateur sur les heures que nous vivons. Tenons-nous en au faits :

    - Attentat sanglant à Londres : Mme May ne se met pas en colère.
    - Tweet de Trump : Mme May se fâche.

    Mme May n’a donc pas peur de Daech : Mme May a peur de Trump.

    C’est là que les masques tombent.

    Que représente Daech pour Mme May ? Une force ennemie ? Un aléa climatique ? Une force alliée ?

    Si Mme May avait le choix, qui effacerait-elle de la face de la terre : Trump (Trump au sens large : ses électeurs) ou Daech ?

    Si le terrorisme n’est pas une menace pour le pouvoir alors qu’est-il exactement ?

     

    • #1802689

      Bien vu.

      Message très court, j’en profite donc pour une suggestion technique : ce serait pas mal de pouvoir "plusser" les commentaires intéressants, comme chez Berruyer. On éviterait aussi sans doute des commentaires redondants à modérer. Pensez-y !)


  • haha oui et y a pas qu’elle, les medias mainstreams ricains ont plus couvert le tweet que l’attentat



  • Le gouvernement britannique s’était montré furieux lorsque des fuites dans la presse américaine...



    Et l’acte en lui même ne les mettent pas en colère...