Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Au Royaume-Uni, le porno précipite les femmes, y compris les mineures, dans la chirurgie esthétique

De plus en plus de jeunes filles sont complexées par l’apparence de leur sexe. Et envisagent parfois, dès l’âge de 11 ans, une opération chirurgicale de la vulve.

De plus en plus de mineures ont recours à une chirurgie esthétique de leur sexe. Selon la BBC, plus de 200 jeunes britanniques ont subi une opération de la vulve entre 2015 et 2016. Parmi elles, 156 avaient moins de 15 ans.

La labiaplastie ou nymphoplastie, est une intervention de chirurgie plastique pour modifier la taille ou la structure des grandes ou petites lèvres, ces replis de peau externes entourant la vulve. Une opération pourtant déconseillée par les services de santé britanniques et interdites aux mineures si la motivation en est esthétique. Ce qui pourtant ne les empêche pas d’y recourir.

« Les jeunes femmes savent qu’elles auront plus de chance d’obtenir cette opération si elles disent que ça perturbe leurs relations sexuelles, leur pratique du sport. Elles ont l’impression que ça les rendra normales », a indiqué Paquita de Zulueta, médecin généraliste, au média britannique.

De plus en plus de très jeunes filles, à peine pubères, semblent complexées par l’apparence de leur sexe. « Je vois des jeunes filles de 11, 12 ou 13 ans qui pensent qu’elles ont un problème avec leur vulve, ajoute la médecin. Qu’elle n’a pas la bonne forme, la bonne taille. En fait, elles semblent dégoûtées par leur intimité. » Pour la gynécologue Naomi Crouch, qui tire la sonnette d’alarme, ce type d’opération devrait être uniquement réservé aux femmes ayant une anomalie médicale. Elle dénonce une nouvelle forme de mutilation génitale.

Lire la suite de l’article sur bfmtv.com

La sexualité et le corps-marchandise, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Misère du désir., médiocrité du plaisir... La jouissance à tout prix est un un abysse sans fond.. une frustration entretenue, jamais assouvie. une quête inutile, un chemin sans issue.. ; Il n’y a qu’un chemin à emprunter, mais il est si étroit qu’il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille..ce chemin s’appelle "Amour", il est le seul qui conduit au bonheur.


  • La plus belle pub pour la chirurgie esthétique c’est le beau visage des frères Bogdanoff . Léonard de Vinci n’aurait pas rêvé mieux - pour ses figures de l’Enfer .

     

  • J’ai du mal là ...

    Les mecs mattent les moules de leurs " girlfriend "avec une loupe , calepin , équerre et crayon , pour donner des notes ?!?

    On va où là ?!?

     

    • Cf Stéphane Édouard il y a des femmes propriétaires de leur corps, tu peux leur faire faire n’importe quoi si tu leur faut gober que ça plaît aux hommes ou à l’air du temps.


    • c’est pas du tout un délire de mecs. j’ai eu une copine qui m’avait sorti ça une fois, qu’elle voulait se faire raccourcir les lévres..je savais même pas que ça existait !..les femmes sont encore plus vulnérables du fait de leur psychologie plus moutoniéres, à la mode ...d’ou leur obsession pour leur poids du fait de leur exposition aux magasines de modes, qui réfletent l’idéal féminin ( hanche et poitrine plates ) des Homos qui tiennent ce milieu, mais surement pas des hommes en génèral.


    • Ça ne vient pas des mecs car parmi ceux qui se préoccupent de l’apparence du sexe de leur partenaire, certains préfères les petites lèvres qui dépassent des grandes, d’autres le contraire.

      Toutefois, on peut douter que les hommes qui rejetteraient leur partenaire sur la seule base de l’apparence de leur sexe soit très nombreux !

      Comme certains préfèrent les femmes très minces, d’autres les femmes plantureuses, et la plupart se situent entre ces deux "extrêmes"

      Il en est de même des femmes, attirées par des types physiques différents.

      Mais n’oubliez pas que, contrairement à ces hommes goujats qui ont l’outrecuidance de ne pas trouver certaines femmes à leur goût, la sélectivité d’une femme est toujours légitime.

      Il n’y a pourtant rien là que de très naturel, le physique faisant partie du "jeu" de la séduction et de l’attractivité sexuelle.

      Le problème ne vient pas non plus du porno (qui présentent tous les types de sexes féminins, même parfois de sacrément laids - il y a bien aussi des visages laids - évoquant plus un steak haché informe qu’un organe) mais uniquement des merdia féminins qui affichent parfois des vulves en photo : elles sont alors toujours du type "petite fille", glabre ET fermées.

      Les femmes qui visionnent du porno ne peuvent que constater l’incroyable diversité morphologique du sexe féminin externe, largement supérieure à la déjà grande diversité morphologique du sexe masculin.

      Sauf cas extrêmes de difformité rares mais qui existent, la grande majorité de ces opérations sont le fait de femmes ayant une estime d’elle même défaillante et des problèmes à régler avec leur féminité.

      Constat : ces problèmes d’égo féminins sont de plus en plus fréquents avec l’avancée du faux-minisme victimaire délirant, comme on peut encore le constater avec le faux problème du "man spreading".

       

      • Bien sûr que si ça vient des mecs ! Puisque les femmes se sont mis à scruter leurs petites lèvres (fin des années 2000/2010) à partir du moment où elles ont eu le sexe à nu c’est à dire totalement ou quasiment totalement épilé (dans la décennie 2000/2010).

        Or l’épilation est juste un truc qui fait fantasmer les mecs de la génération porno (moins de 35/40 ans). La preuve ? Il suffit d’étudier les sites pornos qui sont parfaitement étudiés pour leurs clientèle : zéro poil (sauf catégories "bizarres", incroyable !). Une autre preuve ? Demandez aux femmes ce qu’elles entendent quand elles ne sont pas épilées pas à cet endroit... (d’ailleurs une femme sans mec et pas en recherche ne s’épile pas -ou se néglige ... c’est bien POUR les mecs qu’elle fait ça)

        Aucune femme ne s’est jamais épilée le sexe de son propre chef. Douloureux, contraignant, chiant, coûteux, et maintenant on le sait dangereux pour la santé.

        Seuls les hommes nourris de porno leur ont imposé. Et aujourd’hui leur impose des petites lèvres parfaites (mais là, c’est vrai, elles peuvent parvenir à ce souhait seule, mais uniquement parce qu’elles sont épilées et qu’elles voient (et même regardent désormais) leur sexe).

        NB : on pourrait rajouter aussi la pression du business de la chirurgie esthétique, et ça c’est quand même plutôt une affaire d’hommes aussi...


    • @Zorg : « Toutefois, on peut douter que les hommes qui rejetteraient leur partenaire sur la seule base de l’apparence de leur sexe soit très nombreux ! »

      C’est pas qu’ils les rejetteraient sur la base de l’apparence de leur sexe, c’est plutôt que celle-ci est parfois la seule perspective permettant d’éviter la nausée ou pire, la frayeur légitime induite par une dentition britannique. Il suffit d’aller faire un tour en Angleterre pour comprendre l’étendue du problème. Pour ma part je ne doute pas un instant qu’ils soient nombreux et ce phénomène n’est pas fait pour me surprendre, bien au contraire.


    • @Zorg : Tout à fait ! Voir mon message plus bas. Ah, je ne suis pas le seul à avoir su déjouer le piège en ne prenant pas pour argent comptant les explications de journalistes incompétents, et nous l’exprimons presque avec les mêmes mots.


  • Et l’opération pour avoir un trou de balle "parfait", c’est pour quand ?

     

  • Tous ces gens plus préoccupés par leur apparence que par l’histoire de leurs ancêtres, leur culture générale ou l’enseignement,... nous sommes bien dans une fin de civilisation, l’idiocratie est bien installée et continue de se répandre.


  • ils font très fort les anglois,

    au brésil les prépubères se font refaire les fesses, eux c’est carremment le sexe

    surement la faute au porno et une comparaison aux actrices qui sont peut être choisies aussi en fonction de l’apparence de leur minou

    c’est fou comme le marché récupère tout et l’accomode à sa sauce :

    il y a quelques années , un film était sorti sur cette femme africaine qui pendant l’esclavage avait été considéré comme phénomène de foire du fait de ses fesses énormes. Les gauchistes s’en étaient bien pamés.
    aujourd’hui pour un clip de rap, la difformité s’poère (dans les deux sens du terme) sans complexe....

    pour ce cas là , de l’excision à la mutilation pour une bonne forme de lèvres......

     

  • Et pour les "hommes" la corne de rhinocéros... En greffe !


  • C’est pas dans le sexe que ça se passe, c’est dans la tête...


  • J’ai eu vent d’un médecin (gynécologue, je crois...) qui parlait des sexes de femmes que visiblement il n’aimait pas personnellement, en disant qu’il fallait faire quelque chose pour supprimer ces "oreilles de basset". Rien que ça ! Oui, il voyait dans les lèvres génitales, des oreilles de basset. Sûrement un bon et régulier consommateur de porno ?!!!


  • Pour vous dissuader à jamais d’avoir recours à la chirurgie esthétique allez sur Internet "opérations de chirurgie esthétiques ratées" . Un cauchemar .


  • Dans quelques années elles retourneront voir un chirurgien afin qu’il lui "reconstitue" des grandes ou petites lèvres, la MODE aura changé . Comme les demi-sel qui commencent à faire enlever leurs tatouages puériles .


  • Ce que dit trop vite cet article c est la cause première : le sexe complètement épilé rend visibles les petites lèvres.

    Tout cela est donc associé à une culture porno aux origines pedophiliques favorisant les sexes de petites filles (que nient les consommateurs, parlant d hygiène, d odeurs ou de respect (toutes raisons totalement fausses et faciles à contredire)).

    Toute la génération mâle des moins de 30/35 ans éduquée au porno via l internet haut débit apparue en l an 2000 doit tenter de se rééduquer...

    Et c est probablement aux femmes, que ces hommes ont progressivement forcé à s épiler alors qu aucune femme seule ne l aurait jamais fait (avant 2000 aucune femme ne l ayant jamais fait -hors pratique anecdotique), c est aux femmes donc de résister en rappelant à leurs mecs qu elles ne sont ni une petite fille ni une actrice de porno !...

    Les trolls élevés au porno peuvent maintenant intervenir ;-)

     

  • Je pense à chaque fois qu’ on a touché le fond mais á la lecture de cet article je me ravise .....
    Des gamines à peine pubères Dieu du Ciel !! La question que je me pose est où ont-elles bien pu attraper cette lubie ?
    Je ne vois qu’une seule possibilité :le monde de la pornographie qui influencent les gens dans la déviance et le drame est que les enfants sont directement visés ! Du X á la pédocriminalité il n’y a qu’un pas !!
    Bien entendu et comme toujours le progrès made in anglo-saxon world !!
    PS : Je viens de lire l’article en entier : Un concours de vulve créé par un américain ! La prochaine fois gageons qu’un concours d’estomacs ,d’intestins ,de foies ,de vessies soient organisés au point oú on en est !!

     

    • @sophia
      Oui, concours de vulves, mais pourquoi ?
      Parce que comme le suggère l’article, le type qui a organisé ça vend un sextoy qui simule la fellation et donc cherche à rendre son appareil performant. Aux femmes de s’y adapter.

      Comme le dit Marie Minelli (qui serait en fait une certaine Marlène, petite secrétaire bien connue pour ses débordements) dans son livre "sexe, mensonges et banlieues chaudes" : "Applique-toi bordel ! Au centre ! Sans déborder !"


  • Eh oui !! se faire raccourcir les escalopes devient une mode ,par peur d’avoir le dindon .

     

  • Mais que font les parents de ces adolescentes ?? Sont-ils tous cinglés ???
    Je trouve déjà les piercings très dangereux pour la santé mais cette mode que les fillettes s’imposent quand en même temps on fait la chasse à l’excision...c’est très triste. La manipulation sur les esprits faibles et vulnérables est effrayante : Quelle sera leur réaction quand elles prendront conscience qu’elles vivent d’illusions très éphémères ?

     

    • Le Royaume-Uni, c’est spécial et pas forcément comme on nous le montre. A part la City de Londres, première place financière d’Europe et ses golden boys, le reste du pays est relativement pauvre. Façon années 30 chez nous. Les années 70 ont vu l’émergence d’une contre-culture, celle des punks, qui déjà dénonçait l’absence de futur pour les jeunes défavorisés.

      La prostitution s’est généralisée. Le nombre des grossesses chez les adolescentes a grimpé en flèche, en partie à cause des aides sociales et des perspectives d’emploi quasi-nulles, ce qui fait de l’enfantement un plan de carrière alternatif en l’absence d’emploi.

      Les parents, de moyens modestes pour la plupart, ne savent plus quoi faire pour offrir un futur durable à leur progéniture. Alors pourquoi pas un billet d’entrée dans l’industrie du porno ? C’est plus économique qu’un diplôme de grande école et les perspectives d’avenir sont prometteuses.

      En Espagne ils en sont bien à ouvrir des écoles de prostitution depuis quelques années, histoire que les pauvrettes arrêtent de mater le plafond en pensant à la couleur de sa prochaine couche de peinture. La situation de l’emploi chez les jeunes y est similaire à celle du Royaume-Uni, pratiquement 50% de chômage hors saison touristique (juillet/août).


  • Sauf qu’en rien le porno ne promeut un style de lèvres plutôt qu’un autre.

    Vous trouvez dans le porno de tout en même proportion que dans la vie réelle, l’unique tri dans un casting mainstream se base sur le poids et le visage. Tout passe aisément l’admission car on ne va pas refouler les volontaires dans un milieu économiquement fragilisé. On préfère fermer les yeux sur les vergetures, les boutons, les cicatrices d’implants mammaires et de rasages ratés, les mauvaises dentitions... toutes les formes de lèvres vaginales auront leurs fétichistes et les autres s’en contenteront. C’est une méconnaissance du milieu d’affirmer que les retouches y sont monnaie courante, ou qu’un modèle précis de partie du corps est promu.

    Ces filles ont pu s’engager là-dedans justement parce qu’elles n’avaient pas vraiment de problème avec leur corps ; les complexes sont plutôt l’apanage de ceux qui les regardent.

    On n’en est pas au stade où les actrices arriveront sur les plateaux déjà opérées par peur d’être refoulées et cela ne devrait logiquement pas arriver, en revanche il faut concéder que c’est ce qui se passe au niveau des pratiques sexuelles à exécuter, car là la variété des préférences et attentes du spectateur moyen est beaucoup plus restreinte et fait loi (elle aura été pensée pour qu’il la fasse sienne, selon le processus de désir implanté).

    — > Pourquoi les journalistes accusent-ils le porno ? <—

    Car il leur est impossible aujourd’hui de dire que ce phénomène de chirurgie part d’un trait de caractère féminin, à savoir une sensibilité au ouï-dire menant au désir obsédant de conformation et de validation unanime ; tandis que cracher à nouveau sur la phallocratie ne vaudra à ces journalistes aucune réprimande hystérique.

    Ces filles se conforment à une mode MALGRÉ le porno leur montrant tous les possibles. Elles se focalisent, s’enferment, se victimisent pour d’autres raisons.

    « La Jeune-Fille parvient à vivre avec, pour toute philosophie, une dizaine de concepts inarticulés qui sont immédiatement des catégories morales, c’est-à-dire que toute l’étendue de son vocabulaire se réduit en définitive au couple Bien/Mal. Il va de soi que, pour porter le monde à son regard, il faut le simplifier passablement, et pour lui permettre d’y vivre heureuse, faire beaucoup de martyrs ; et d’abord elle-même. » (Premiers matériaux pour une Théorie de la Jeune-Fille, Tiqqun, 1999)

     

    • Bonsoir,
      Pourtant Sylvain Mimoun(gynéco sexo andrologue intervenant á une certaine époque sur les plateaux télé) affirme que cette nymphoplastie découle tout droit de la vulve pornographique...c’est á dire lèvres peu apparentes á l’écran , qui sous entend une vulve enfantine ( sans poils bien entendu ) !


    • Bravo pour votre commentaire ! Tout y est dit et avec la forme. Exactement, tout mettre sur le compte du porno permet d’accabler le mâle lambda tout en dedouannant une culture où un feminisme rabique n’a pas pu empêcher (il l’aurait plutôt fait exploser) le développement de névroses chez des jeunes femmes en pleine perte de repères (re-pères), en totale dissonnance cognitive et émotionnelle.


  • C’est pas le porno, c’est le manque de goût et la vulgarité de la culture de masse. Les amateurs de silicone sont des dégénérés...


  • L’apparence de leur sexe n’est que la partie visible de l’iceberg de dégâts que le porno fait dans leur être, et d’ailleurs, même si bfmVC ne fait que rapporter BBC, ils ne s’émeuvent même pas de ce point, pas même un petit rictus. C’est limite un coup de pub pour la décadence. C’est comme l’autre petit pédéraste avec lequel on essaye de nous bassiner.

    Autre détail que l’article en français ne rapporte pas, certainement parce que le niveau de formatage des français à la décadence n’est pas celui des anglo-saxons et qu’ils risquent de les choquer d’avantage : elles commencent à partir de 9 ans.

    D’ailleurs, c’est marrant que ce soit un certain Dr Crouch qui en parle (en changeant le "u" en "t", on obtient le fond du problème), gynécologue pédiatre, en disant qu’elle n’a pas encore rencontré de candidate qui en avait besoin.

    Pauvres petites paumées. Certainement de futures féministes.
    Au fait, comment fabrique t-on une féministe (sal*pe névrosée élevée au grain) ? Je suis sûr que le porno avant 10 ans fait partie de la recette.


  • À mourir de rire, elles n’ont même plus besoin d’un taliban barbu d’Afghanistan pour leur mutilé le vagin, elle veulent le faire elles mêmes !!
    Où sont les féminazis ??
    Blague à part ça devient quand même grave cette progression de la porno et du sexe animal chez les enfants, honte aux parents.


  • Le porno est un poison, je peux vous en parler, j’ai moins de vingt-cinq ans, et j’ai beaucoup de mal à m’en passer.

    Je fais des efforts tous les jours pour m’en débarrasser, et j’y arriverai, mais si j’avais su, j’aurais jamais commencé et ça m’aurait évité bien des problèmes.

    Le porno n’a aucun impact positif sur vos vies. C’est un raccourci dangereux à la satisfaction de nos pulsions.

     

    • Bravo pour votre humilité et votre courage ! c’est énorme de reconnaître cela ! je prierai pour vous dès ce soir. Sans doute n’êtes -vous pas croyant mais je m’autorise, avec audace, un conseil qui vous sauvera : allez régulièrement, dans une paroisse catholique, vous agenouiller devant le Saint-Sacrement (hostie exposée à l’adoration des fidèles). Sans rire, il est impossible, si vous le demandez avec foi et du fond du cœur, que le Seigneur ne vous aide pas ! Encore une fois, je prie pour vous dès ce soir ! courage et confiance ! Le Maître de la Pureté terrassera vos habitudes, si vous vous accrochez à lui avec bonne volonté. Luttez, frère ! Dieu vous bénisse !


    • Effectivement, c’est un malheur au niveau de l’imagination.. de la sensibilité.. de l’intimité.. Vous avez de la chance car l’imagination est une chose très puissante donc ça sera possible de tout reconstruire.. Ne perdez pas plus de temps..


    • Se qualifier de ’jeune larbin’ c’est de l’auto flagellation.. reconnaitre ses faiblesses c’est au contraire une force, une première victoire.. le porno c’est comme toutes les tentations qui s’offrent à nous, il est nécessaire de les dominer pour se construire et se consolider, la jouissance est moins illusoire et beaucoup plus durable... ce qu’on appelle communément "péché" est en réalité l’expérience du mal , car le mal se travestit en " bon" pour nous tenter et nous tromper, et tous les humains tombent plus ou moins dans le piège, c’est pour cela que nous sommes tous des pêcheurs.. le tout c’est de le savoir pour redresser la barre à chaque prise de conscience...courage et humilité nous en avons tous besoin, moi le premier. !


  • La vache ! à leur âge, je ne connaissais même pas le mot ’vulve’, et il ne me serait même pas venu à l’idée d’aller contrôler la forme de cette partie de mon anatomie...c’était il y a un siècle...dans les années 80...On fait de ces gosses une génération de dégénérés, avilis, pire que des animaux...c’est à mourir de chagrin...et les parents, bon sang, ils sont passés par la lobotomie ?!...vite, une météorite pour faire des coupes claires et repartir sur de saines bases...(je rigole à peine...)


  • Y’va plus rien rester à bouffer.... 0_0

     

  • Tout çà n’est qu’une question de point de vulve...
    Pour ma part, je pense que les poseurs de nichons ont trouvé un nouveau filon pour se faire de l’oseille sur de la moule.


  • Comment on fait si les femmes se font réduire les levres et que les hommes se font grossir le pénis ??? Au bout d’un moment il y a un truc qui va pas passer !!


  • c’est de l’auto mutilation et non de [https://www.tunisie-chirurgie-esthe...] la chirurgie esthétique si c’est pour plaire aux autres et a l’industrie x


  • plus de poils du tout ! plus de lèvres ! autant se lécher le "nombril " tout seul que d’avoir des rapports avec de telles choses j’ai bien dit choses car les femmes ne sont plus que des choses ,quand des abruties oui des abrutiES sortiront l’ablation des bouts de seins elles iront par centaines se les faire couper



    de toutes, façon cela ne leur sert plus à rien depuis que Badinter a sortie que les femmes qui allaitent se rabaissent au rang de guenon



Commentaires suivants