Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Brutalisée par l’exécutif, la presse mainstream joue les indignées

La liberté d’informer n’a jamais été au programme d’En marche (vers la dictature)

Après l’appel de François Bayrou à Radio France pour se plaindre d’une enquête sur le financement du MoDem, et la plainte de la ministre du Travail contre Libération, une vingtaine de médias se mobilisent. Mais le club reste fermé à RT France.

Après avoir soutenu massivement la candidature d’Emmanuel Macron, la presse est-elle en train d’entrer en résistance contre le gouvernement ? Libération publie ce 13 juin une tribune titrée « Le nouvel exécutif a-t-il un problème avec la presse ? ». « Face à la liberté d’informer, le nouvel exécutif fait le choix de la tentative de pression, de la répression judiciaire et du procès d’intention », écrivent les journalistes. Parmi les premiers signataires figurent entre autres, la société des journalistes de l’AFP, mais aussi BFMTV, RMC et L’Express.

 

 

Xénia Fédorova, présidente de RT France, a salué la démarche. « Nous observons avec intérêt ce revirement à 180 degrés dans la presse grand public, dont une partie avait ouvertement appelé à glisser un bulletin Emmanuel Macron dans l’urne au matin du 7 mai 2017 », a-t-elle déclaré. « Enfin, nos confrères expriment à leur tour leur inquiétude au sujet de l’attitude du président vis-à-vis de la presse. Cette dérive, nous la dénoncions depuis mars 2017 dans un silence assourdissant », a-t-elle ajouté.

 

RT France bien seul jusque-là

Les questions du droit d’informer ainsi que de l’attitude de l’exécutif et de La République en marche à l’égard des médias touchent également les journalistes de RT France. Après s’être vu refuser l’accréditation lors de la campagne présidentielle, RT a été qualifié d’« organe de propagande » par Emmanuel Macron lors de la visite à Versailles de Vladimir Poutine le 29 mai. La querelle prend son origine en mars, en plein passage à vide de la campagne d’Emmanuel Macron. L’actuel ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand, alors secrétaire général d’En Marche !, s’alarmait alors d’une ingérence étrangère supposée dans le processus démocratique français.

 

 

Ce fidèle de la première heure d’Emmanuel Macron accusait indirectement la Russie tout à la fois de propager des « fake news » et de tenter de pirater informatiquement l’équipe de campagne d’En Marche !. À l’heure actuelle, toujours aucune preuve n’a été apportée à l’appui de cette thèse.

 

La fin des illusions ?

Mais depuis l’élection d’Emmanuel Macron, les médias « mainstream » se sentent aussi concernés, alors que les « signaux extrêmement préoccupants » se multiplient, selon les termes choisis par la rédaction de Libération dans sa tribune.

Ainsi de François Bayrou. Celui-ci estime ne pas avoir à rendre de comptes aux journalistes pour un coup de téléphone donné à Radio France le 7 juin, afin de faire pression sur des journalistes. « Quand il y aura quelque chose à dire, je le dirai », a-t-il lancé en réponse à un recadrage du Premier ministre Édouard Philippe, ce 13 juin. Le 9 juin dernier, après la publication par Libération de documents présentés comme des pistes concernant la future réforme du code du travail, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, avait annoncé avoir porté plainte contre X pour « vol, violation du secret professionnel et recel ».

 

 

Mais les relations entre la presse et le sommet de l’État avaient commencé à tourner au vinaigre lors du voyage au Mali d’Emmanuel Macron, le 18 mai dernier. Plusieurs médias, dont BFMTV, Le Figaro et Libération avaient dénoncé dans une lettre ouverte le tri opéré parmi les journalistes autorisés à couvrir sur le terrain le premier déplacement du nouveau président à l’étranger.

 

 

RT France a contacté la rédaction de Libération pour connaître les conditions dans lesquelles il était possible de signer l’appel. Selon une journaliste jointe au téléphone, la signature de la tribune n’est ouverte qu’« aux médias français ». Pourtant, RT France est une entreprise de presse de droit français, localisée en France et employant des journalistes tout aussi français. Mais manifestement, cela ne suffit pas davantage que d’avoir, les premiers, dénoncé les atteintes à la liberté de la presse commises par l’équipe du président...

Pendant ce temps, un intellectuel est persécuté en France,
avec le concours des médias :

 

L’information de résistance, c’est chez Kontre Kulture :

 






Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • " Lopes" de la politique contre " Lopes" de la presse... ça va " Loper" sévère ! mais tout cela finira par une bonne pipe des uns aux autres ! ;) Un grand classique !

     

    Répondre à ce message

  • #1745616

    La belle ingienerie sociale que voilà !!!

    Avant le premier tour des législatives,

    MacRon a reçu les syndicats (jaunes) pour leur demander

    une petite grève style blocage des raffineries,

    pour occuper les veaux à faire la queue devant les pompes à essence

    mais pas devant les bureaux de vote.

    Maintenant ils sont entrain d’essayer de nous faire croire

    que la presse qui l’a soutenu durant toute les présidentielles,

    est devenu par magie un contre pouvoir dangereux...

    Ah ah ah la bonne blague,

    1/ La stratégie de la distraction par Chomsky

    Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste
    à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations
    décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge
    continuel de distractions et d’informations insignifiantes.
    La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public
    de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science,
    de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique.

    « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux,
    captivée par des sujets sans importance réelle.
    Garder le public occupé, occupé, occupé,
    sans aucun temps pour penser ; de retour à la ferme avec les autres animaux. »
    Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

    2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

    Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ».
    On crée d’abord un problème,
    une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public,
    afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on
    souhaite lui faire accepter.

    Par exemple :

    laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants,
    afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté.
    Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

    3/...

     

    Répondre à ce message

  • Attention les merdias, vous allez perdre vos subventions !

    Le coté positif est que ce sera plus facile de trouver son "support" dans les rayonnages des détaillants.

     

    Répondre à ce message

  • De vrais musiciens ces journalistes indignés : pipeau, encore du pipeau, toujours du pipeau...

     

    Répondre à ce message

  • La presse et le pouvoir de l’Ombre,

    Emanation du pouvoir de l’Ombre,
    les médias sont toujours dans l’opposition .
    Ce qui permet à ce pouvoir de l’Ombre,
    d’être au Pouvoir sans être responsable,
    et d’être dans l’opposition pour être
    au Pouvoir demain .
    En 1917,la banque est au pouvoir aux US,
    sous couvert de Wilson,
    et au pouvoir en Russie ,sous couvert
    de Trotski !
    En France,en 1968,la banque a pris le pouvoir,
    sous couvert de Cohn-Bendit ,avec l’appui
    massif des médias !

     

    Répondre à ce message

  • Vous ne connaissez pas les violences d’un président bi-sexuel ? Vous allez adorer !

     

    Répondre à ce message

  • #1745819

    D’un côté la presse Drahi attaque Macron, de l’autre on vient d’annoncer que Drahi chercherait à vendre 12 titres de sa presse spécialisée, quelle coïncidence ! Le nabab israélo-maroco-"français" serait-il en difficulté parce que Macron n’aurait pas tenu certaines promesses ?

     

    Répondre à ce message

  • On ne peut admettre une présidence avec de telles méthodes ,qu’on le veuille ou non .Etre proclamé président de la République à l’inverse de la démocratie ,ne peut être accepté .Il y a un relent amer sur la façon d’y parvenir .Le pouvoir dans une démocratie ,ce n’est pas ça ,ou alors la prochaine fois ,le peuple prendra les armes pour avoir le pouvoir .C’est encore moins démocratique ,mais le résultat est le même . Macron se sert de la presse comme une arme de destruction massive .C’est aussi une arme . L’argent et le pouvoir dont la presse mainstream vient s’abreuver pour encore exister, toujours prête à se soumettre ,tel une maison close . Ce pouvoir a une odeur de monarchie .Tout ça me fait penser à la "folie des grandeurs" mais en beaucoup moins drôle.

     

    Répondre à ce message

  • les journalistes qui ont sur l’ordre de leur direction leché la rondelle de Macron pendant des mois viennent jouer les vièrges effarouchées quant le monarque n’a plus besoin d’eux.ça s’appelle un bon retour de manivelle !

     

    Répondre à ce message

  • #1745909

    En tout les cas, on ne risque pas d’avoir une photo volée (genre Hollande et son scooter). Mimi Marchand à tous bien verouille. Elle a passé un deal avec Brigitte. Elle a selectionnee les 2 ou 3 paparazzis qui peuvent suivrent le couple. Elle a une agence la Mimi. Les autres qui s’y risqueraient, seraient fortement chatie.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents