Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Canada : un juge demande la reconnaissance des familles "à trois parents"

Pour être honnêtes, on a lu cet article, et on n’a rien pigé à l’imbroglio de cette famille triolique aux mœurs complexes : il y a un couple de lesbiennes, un mec qui donne son sperme pour faire un enfant, une nana qui devient un mec ou un mec une nana, des sexes changent de parents, des parents changent de sexe, et on se retrouve avec un bordel juridique qui se termine en transphobie.

La transphobie n’est pas une région des Carpathes à côté de la Transnitrie mais le fait de ne pas aimer ou de discriminer les personnes transsexuelles, qu’elles aient ou pas changé de sexe. Bien sûr, on pourrait tout balayer d’un revers de bras et dire qu’ils aillent se faire voir, mais la justice démocratique montre ses limites face à un tel cas. Une parentèle chelou veut un enfant dans des conditions pas très naturelles.

Heureusement, le million de migrants que la Trudeau veut injecter dans le fion de son Canada chéri va permettre à un tas de couples homos de s’acheter un môme, oui comme chez nous grâce au couple désormais séparé – par la vie – Taubira-Bergé, le merveilleux couple dit « du changement civilisationnel ». Du coup la justice pourra arrêter de s’arracher les cheveux. Du moins ceux qui lui restent.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Un père, une mère... et un père. Le gouvernement devrait permettre à un enfant d’avoir trois parents, demande un juge de Joliette qui devait trancher le sort d’un enfant mis au monde « coopérativement » par un couple de lesbiennes et un homme trouvé sur l’Internet.

 

Le couple a éclaté, mais les trois individus continuent à prendre soin de la fillette, maintenant âgée de 3 ans. La loi devrait reconnaître cette situation, selon le magistrat, parce que l’impossibilité actuelle « pose problème eu égard à la réalité sociale de 2018 ».

À défaut, le juge a dû à contrecœur expulser la mère non biologique du certificat de naissance afin de faire de la place pour le père biologique de l’enfant, qui souhaitait y apparaître.

« Au lieu d’être en mesure de formaliser la situation par une filiation à trois parents pour le bien de l’enfant, ils se retrouvent dans un combat juridique, tentant d’en éliminer un parmi eux, a regretté le juge Gary Morrison. De quelle façon peut-on conclure que cette situation est dans le meilleur intérêt de l’enfant ? »

Le parent dont le nom a été supprimé du certificat de naissance qualifie la décision d’« immorale ». « Moi, ma fille m’appelle papa, elle me saute dans les bras et elle s’en fout, elle », a-t-il dit. Christian [prénom changé, NDLR] s’appelait Christiane au moment de la naissance de la fillette et était marié à Johanne, mais est depuis en transition pour devenir un homme.

 

« Entente pour mettre un enfant au monde »

C’est sur l’Internet que Christiane et Johanne, un couple lesbien de longue date installé dans les Laurentides, ont trouvé Jonathan dans le but d’avoir un enfant. Ils signent devant un notaire un document qu’ils intitulent « Entente pour mettre un enfant au monde ».

Le texte indique bien que le bébé est un projet des trois individus qui désirent « individuellement et coopérativement mettre au monde et aimer un enfant, dans un contexte d’amour et de diversité ».

C’est Johanne qui est désignée pour porter l’enfant, alors que Jonathan fournira son sperme. Ils tentent d’abord des « méthodes artisanales », puis disent avoir eu des relations sexuelles à l’insu de Christiane. Ils ne savent pas laquelle de ces techniques a fonctionné.

Fin 2013, Johanne est enceinte. Elle donnera naissance à Charlotte en 2014. Le couple de lesbiennes, Johanne et Christiane, signe l’acte de naissance. Aux yeux de la loi, ce sont elles, les deux mères, mais l’enfant est gardé à tour de rôle par le couple et par Jonathan.

Mais lorsque le couple éclate, la petite Charlotte se retrouve prise dans une bataille rangée. Jonathan se présente devant la justice pour que son nom soit inscrit sur le certificat de naissance et demande que celui de Christiane (devenu Christian) soit supprimé.

 

« Je perds tous mes droits »

C’est le juge Gary Morrison lui-même qui a soulevé la question de la triparentalité.

« Le meilleur intérêt de l’enfant mineure [Charlotte] requerrait que la loi permette la reconnaissance de sa réalité, soit que sur les plans émotionnel et socioéconomique, elle a effectivement toujours eu trois parents. »

À défaut – et après avoir vérifié que les règles encadrant la procréation assistée ne s’appliquaient pas –, le magistrat a tranché avec les règles classiques de filiation par le sang : Johanne et Jonathan sont les parents biologiques, ce sont eux qui figureront au certificat de naissance. Tant pis pour Christian.

Celui-ci se dit victime d’une décision « transphobe ». Il continue à avoir la fillette une fin de semaine sur deux, alors que Jonathan et Johanne se l’échangent chaque semaine. Ceux-ci n’ont pas voulu commenter la situation.

Lire l’article entier sur lapresse.ca

Trudeau ou la fin du Canada, voir sur E&R :

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

42 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents