Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Chine : la croissance officielle au plus bas depuis 25 ans

Heureusement qu’on ne connaît pas les vrais chiffres !

La croissance économique chinoise a ralenti à 6,9% en 2015, au plus bas niveau depuis un quart de siècle, a annoncé mardi le gouvernement, confirmant l’essoufflement persistant de l’activité malgré l’essor du secteur des services qui, pour la première fois, représentait l’an dernier plus de la moitié du PIB.

Le chiffre officiel du Bureau national des statistiques (BNS) pour l’an dernier s’établit bien en-deçà de la croissance de 7,3% enregistrée en 2014.

Sur les trois derniers mois de 2015, le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 6,8% sur un an, ralentissant par rapport au trimestre précédent, rapporte l’AFP.

Même affaibli, le géant asiatique reste l’un des principaux moteurs de la croissance planétaire, l’acteur majeur du commerce international et un colossal consommateur de matières premières.

Au fil de 2015, les indicateurs sont restés largement dans le rouge : contraction de l’activité manufacturière, refroidissement de l’immobilier, plongeon du commerce extérieur : autant de piliers traditionnels de la croissance chinoise qui s’effritent.

La production industrielle chinoise a progressé de 5,9% sur un an en décembre, un ralentissement par rapport à novembre (+6,2%), plus marqué qu’anticipé par les analystes interrogés par Bloomberg.

Si elles restent robustes, les ventes de détail — un baromètre crucial de la consommation des ménages — ont elles aussi ralenti le mois dernier, contrairement aux prévisions du marché, grimpant de 11,1% sur un an.

Pékin vante « la nouvelle normalité » d’une croissance amoindrie mais plus durable, fruit de ses efforts pour rééquilibrer son modèle économique vers la consommation intérieure, l’innovation et les services, au détriment des industries lourdes, des investissements dopés par l’endettement et des exportations.

Le secteur des services a d’ailleurs constitué 50,5% du PIB en 2015, représentant plus de la moitié de l’économie pour la première année, selon l’agence Chine nouvelle.

Les investissements en capital fixe, reflétant notamment les dépenses dans les infrastructures, ont pour leur part gonflé de 10% en 2015, moins que la prévision du marché (10,2%) et marquant un fort ralentissement.

Sur le trucage des chiffres :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il est comique d’entendre les cris d’orfraie poussé par nos experts à propos des 6,9% de croissance chinoise dans un pays où la croissance va atteindre péniblement 1% .

     

  • #1375935

    6,9%, vraiment ? J’aimerais bien connaître les pays clients qui créent ces 6,9%.


  • #1376115

    Demandez à Olivier Delamarche, ce qu’il en pense.
    La croissance maximale de la Chine, c’est 2%.
    Et c’est assez facile à démontrer, il suffit de regarder la consommation
    d’énergie.
    Mais apparemment, ça n’intéresse pas les journalistes de BFM WC.


  • je suis perplexe à plus d’un titre, d’une part le transport maritime est en rade, (indice et nombre de navires à la casse) de l’autre quand le PIB de la Chine était à 1000 milliards de dollar, 7% font moins que 5 % à 2000 alors ?
    je pense surtout que nous ferions mieux de repenser notre économie nationale qui s’est foutue à poil par les délocalisations massives.


  • Bonsoir,
    Concernant la croissance économique chinoise, qui croire ? O.Delamarche ou E.Lincot ?

    J’avoue n’avoir aucune idée.

     

    • #1376458

      Delamarche. Lui se fonde sur des chiffres qu’il est difficile de traffiquer.
      Lincot ferait un bon historien peut-être mais les chinois étant des maîtres du jeu de dupes et menteurs, commenter des communiqués sans accès à la langue originale, sans connaître les ressorts de leur double langage constant et sans être sur le terrain ne sert à rien.