Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Clefs de lecture #5 – Jean-Jacques Rousseau

L’atelier Clefs de lecture a pour vocation de fournir une aide à ceux qui ont des difficultés à lire. L’objectif est de choisir une œuvre connotée « dissidence » et réputée ardue afin de l’étudier sur plusieurs séances. Le principe est d’aider à la compréhension de textes obscurs en donnant des clefs de compréhension afin de déverrouiller le texte.

Cette émission d’ERFM est produite en collaboration avec la section Île-de-France d’Égalité & Réconciliation.

 

Le sommaire :

02’08 : Plan
02’48 : Pourquoi Rousseau a été capable d’établir la synthèse entre la monarchie et la bourgeoisie
03’32 : 1ère clef : état de nature/état civil
10’17 : 2ème clef : la volonté générale
14’40 : La synthèse de Rousseau : l’être suprême, la volonté générale et a psyché
16’01 : 3ème clef : le relationnel et le fonctionnel
18’35 : La méthode de Rousseau : le matérialisme historique et dialectique
21’11 : La psyché

 

Écouter l’émission :

 

Pour écouter l’émission en podcast, rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

Clefs de lecture, sur ERFM :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2156430

    Rousseau n’aurait jamais existé en tant qu’écrivain et penseur s’il était resté à Genève, protestant calviniste et républicain . Seulement il est tombé dans une société française catholique, monarchique et plutôt débauchée, voire bordélique, surtout du côté des "élites" : que l’on songe aux turpitudes d’un queutard comme Louis XV, et des agissements d’un Sade . Son génie consiste à s’être élevé contre tout ce qu’il voyait de choquant et même de décadent en France, et il y avait de quoi faire... J’admire en lui son voeu de pauvreté : il demandait à son éditeur à être payé comme un recopieur de musique, alors qu’il aurait pu être aussi riche que Voltaire : il est de la race des Fabricius, de ces grands Romains de la République qu’il prenait en exemple . Et puis il a écrit, entre autres, cette petite phrase admirable : " Les plaisirs qui s’achètent ne sont pas de bonne qualité ", qui fout en l’air toute notre pénible société de consommation . Et je ne comprend pas pourquoi Céline, qui lui ressemble par certains traits, ne l’aimait pas .

     

    • #2157075

      En parlant des plaisirs qui s’achètent donc de mauvaise qualité, je viens de faire l’effroyable constat du marché de la coco qui a pénétré toutes les strates de cette société putride : en gros, dans une petite ville de banlieue parisienne, je remarque, suite aux récentes révélations d’un ex accro, toutes les ½ heures, un va-et-vient incessant dans les chiottes puis, après ce repoudrage de nez, des mines exaltées, des comportements étranges,... Un tout complété de biture flash et pour finir une hospitalisation de la tiseuse-sniffeuse qui vient de se faire larguer (instit dans le public)… Bref le gramme de coco est accessible entre 50 et 100 euros, 100 euros pour de la colombienne qui vous maintient dans le boost sociétal pendant 2 semaines garanties pour faire face à l’usure, avec l’happy hour pour 8 euros le 50 cl de bibine, c’est magnifique cet artificiel et bon marché !
      Comme je suis naïf avec mon chapelet, ma natation, et mes bouquins KK...


  • #2156923

    Brillant.
    Essentiel pour comprendre la face rousseauiste d’Alain Soral.

    Bravo pour le taf.


  • #2157998

    Première partie :

    L’oeuvre complète de Jean-Jacques Rousseau amène l’idée de l’injustice en comparant la vie enchaînée par le travail (économie) et la Vie en rapport avec la Nature (prospérité). Il a à son époque planté une graine importante, une base de réflexion essentielle, sans pour autant avoir les moyens de faire émerger ’’un système plus juste et vraiment égalitaire’’ au sein de la Société. Pourquoi ? Quel était son plus grand manque en tant qu’ensemenceur ? Nous pouvons le constater actuellement dans cette répétition de révolte... Cependant, la situation aujourd’hui est différente. Les évènements vont nous obliger à aller encore plus loin dans nos réflexions sur la Vie et ses Lois. Lois qu’il va falloir définir et mettre réellement en application, car elles représentent l’unique socle de la Conscience du Collectif.

    Ici, dans cette bande audio proposée, le Contrat Social de Jean-Jacques Rousseau est mis à l’honneur... Pourtant, dans la même période un autre ouvrage, qui fit scandale et qui fut probablement l’ouvrage le plus important de la Vie de Jean-Jacques Rousseau ; la quintessence de toute son oeuvre, paraît. Il s’agit d’Emile ou de l’Education, la Voie de l’Enracinement chez les déracinés... dont voici un court passage :’’ Pour exercer un art, il faut commencer par s’en procurer les instruments, il faut les faire assez solides pour résister à leur usage. Pour apprendre à penser, il faut donc exercer nos membres, nos sens, nos organes, qui sont les instruments de notre intelligence ; et pour tirer tout le parti possible de ces instruments, il faut que le corps, qui les fournit, soit robuste et sain. Ainsi, loin que la véritable raison de l’homme se forme indépendamment du corps, c’est la bonne constitution du corps qui rend les opérations de l’Esprit faciles et sûres.’’ Voilà, tout est dit... En d’autres termes, Jean-Jacques Rousseau initie donc dans la société un mouvement par rapport à la Nature même de l’Homme, le seul fiable qui détrône par ses mots la Raison intellectuelle (toujours limitée dans sa manière de voir la Vie) : la manifestation de l’Esprit. Ce qui ’’doit’’ être fait...


  • #2158012

    Deuxième partie :

    Le chaos planétaire provient tout simplement, en tout domaine, de l’incapacité de l’acte... et oui !... La capacité de l’acte demande une énorme Conscience... Tout acte demande d’en comprendre la nécessité ’’sans nuisance’’ ni pour l’humain, ni pour la planète, et demande d’en percevoir toutes les conséquences en amont et en aval, autant positives que négatives. Le niveau de la Conscience intégrée est différent de celui d’une Raison qui désintègre (rien est jamais assez beau...) déforme ou bien souvent interprète, parce qu’elle est en manque de Nature... Le constat est là ! La Raison intellectuelle retrace sans cesse les lignes du passé, car elle ignore l’Horizon. Lorsque l’Horizon est dévoilé, l’intelligence se manifeste par l’état d’être, alors chaque acte aussi ’’petit’’ soit-il devient une source inestimable d’inspiration pour tendre vers une étape supérieure... La magie de la Vie en action.

    Ainsi, la Raison intellectuelle ne sait pas l’âme, alors comment pourrait-elle conscientiser l’appartenance multidimensionnelle de l’être humain ? Et sa véritable Histoire ? Comment pourrait-elle définir la nature de l’âme et la famille à laquelle elle appartient, bien avant de nommer la racine du lieu où vient s’incarner cette âme (continents, pays, etc...) ? De même, comment pourrait-elle différencier alors la maîtrise de la Nature avec l’adaptation nécessaire aux besoins de l’Evolution naturelle (évolution physiologique et évolution de l’Esprit, Espace/Temps) sans créer d’amalgame ? Ou encore et pour finir, comment pourrait-elle saisir la clé d’une compréhension nouvelle qui manque tant à l’entendement sociétal : la relation des peuples premiers à la Terre (fonctionnement) et la relation de la Terre à sa fille l’Humanité (fonctionnement et composition des différentes natures humaines)... ? Pour cesser enfin de s’en prendre au Sauvage...

     

    • #2167828

      Troisième partie :

      N’ayons pas peur des mots ; Rousseau s’est permis un regard dilettantiste sur sa société de l’époque, sans pour autant user de sévérité sur les réelles causes des déviances inhumanistes...

      Soyons clairs, sa société, comme celle qui nous gouverne de nos jours, passe par le crible des intelligences masculines, c’est-à-dire des intelligences à la conscience limitée, puisque par nature, le masculin ne peut contacter physiologiquement sa Conscience qu’après quarante ans... et encore, si ce masculin a eû la chance d’avoir des parents ouverts à l’évolution d’un fils, sinon, comme pour l’ensemble des membres du genre, le soi-disant homme ne raisonnera qu’avec son système intellectuel, autrement dit : en restant sourd à sa Conscience parce que non-connecté.

      Il convient d’ouvrir les yeux sur le Réel de la Vie et de ses Lois, en commençant par se demander où se cache notre Conscience, et ce qui la compose. Autant le féminin baigne, du fait de sa nature magnétique, dans la Conscience dès sa première respiration, autant le masculin se détache de cette Conscience par la poussée de testostérone à sa naissance, ce qui a pour vertu de générer un vide chez l’homme qu’il cherchera toute sa vie à combler pour se sentir quelqu’un... soit en se toisant par la compétition, soit en inventant des outils ou des artifices pour se sentir être. C’est là une Loi naturelle de Vie, et non une maladie ou une tare quelconque. Il s’agirait d’ouvrir les yeux sur les qualités des genres, en acceptant que, par nature, l’homme soit un dégénéré de femme, afin qu’il soit dans sa fonction de Créateur et non de gestionnaire. La gestion est de l’ordre de la Conscience puisqu’elle a comme curseur obligatoire : les conséquences des actes.

      Cette Conscience liée à l’état de nature n’existant pas chez l’homme, celui-ci a inventé l’état civil, la justice, etc. selon sa raison intellectuelle, ce qui lui donne une trame, un support pour compenser ce vide... et il s’invente de soi-disant lois qui ne sont que des règles intellectuelles générées par une Assemblée Législative de ’’Masques et de Fantômes’’ comme les nommait Victor-Hugo.

      Même à notre époque, la nature des genres n’est pas connue... Où allons-nous ?...


  • #2158531
    le 11/03/2019 par Table Basse
    Clefs de lecture #5 – Jean-Jacques Rousseau

    Fondamental. Marx, Clouscard, Rousseau, Proudhon. Des penseurs à connaitre qui sont les précurseurs d’une structure comme ER.

    Rousseau est toujours mis de coté par la "République" par rapport à un escroc comme Voltaire.


  • #2159577
    le 13/03/2019 par Atos, Portos et Aramis
    Clefs de lecture #5 – Jean-Jacques Rousseau

    Merci.
    Hâte d’avoir la suite.


  • #2164208

    Merci pour cette émission.

    Je lis peu car j’ai rarement le temps (à mon grand damne car j’adore ça), votre émission m’a donné envie de m’y remettre plus sérieusement sur Rousseau !