Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Comment l’Albanie est devenue le premier narco-État européen

Sous contrôle de l’OTAN

[…]

Depuis la crise financière des années 1990 qui a conduit à la misère généralisée et au chaos civil, les jeunes Albanais sont pris au piège de la pauvreté et de la corruption. Pour certains, le trafic de drogue offre une échappatoire aux bidonvilles qui s’étendent autour de Tirana. Mais ici, la cocaïne n’a rien de nouveau. C’est même un commerce profondément établi. Bien qu’elle soit membre de l’OTAN et sur le point d’adhérer à l’Union européenne, l’Albanie est devenue le premier narco-État européen.

 

Selon la définition du Fonds monétaire international, un narco-État est un État dont « toutes les institutions légitimes ont été pénétrées par le pouvoir et la richesse issus du trafic illicite de drogue », comme le Venezuela, la Guinée-Bissau et l’Afghanistan. En 2018, un rapport du Département d’État américain décrivait l’Albanie comme « le foyer d’une corruption endémique, d’institutions juridiques et gouvernementales faibles et d’absence de contrôles frontaliers », le trafic de drogue, l’évasion fiscale, la contrebande et la traite des êtres humains étant les crimes les plus lucratifs du pays.

Ce petit pays montagneux de la côte Adriatique, autrefois communiste, est le plus grand producteur de cannabis illégal en Europe. En 2017, la police albanaise a saisi 68 tonnes d’herbe, d’une valeur marchande d’environ 600 millions d’euros. Mais c’est la cocaïne qui élève l’Albanie au rang de narco-État. Au cours de la dernière décennie, des gangs albanais comme Hellbanianz sont devenus de grands acteurs dans le commerce lucratif de la cocaïne au Royaume-Uni et dans le reste de l’Europe. Ils se sont déjà fait un nom en vendant de la cocaïne très pure à des prix compétitifs et ont contribué à la demande croissante d’accessibilité et de pureté de la cocaïne en Europe depuis 2012. Les trafiquants albanais ont établi des réseaux d’approvisionnement depuis l’Amérique du Sud vers les grands ports européens, notamment en Belgique et aux Pays-Bas.

[…]

L’Albanie est un cas unique en Europe parce que ses barons de la drogue ne sont pas des hors-la-loi ou des renégats. Ils sont au contraire très proches des membres du gouvernement et sont souvent de mèche avec les mêmes autorités qui devraient les inquiéter.

L’argent de la drogue est un élément essentiel du système démocratique albanais, car le meilleur moyen d’obtenir les voix des citoyens est de les payer en liquide, et le meilleur moyen de générer de l’argent est le trafic. […] Afrim Krasniqi, directeur de l’Institut albanais d’études politiques, affirme même que le rôle des groupes criminels dans la campagne électorale de 2017 était plus important que celui des partis politiques. « Aujourd’hui, on a l’impression générale que personne ne peut gagner des élections sans le soutien de ces groupes mafieux », dit-il.

Le commerce de la drogue étant étroitement lié au pouvoir, des unités de renseignement britanniques ont été déployées à Tirana pour surveiller les trafiquants. Un membre de l’équipe a révélé qu’il dispose de preuves selon lesquelles la police albanaise fournit des renseignements directement aux trafiquants. Les Britanniques ont été rejoints par les États-Unis, les Pays-Bas et l’Italie, qui ont décidé d’intervenir après avoir découvert que les informations communiquées aux autorités albanaises étaient tombées entre de mauvaises mains.

[…]

Personne n’illustre mieux la proximité entre l’élite albanaise et ses grands narcotrafiquants, ni l’histoire de l’émergence de cette nation en tant que premier narco-État d’Europe, que Klement Balili, propriétaire d’un hôtel de luxe, ancien fonctionnaire et baron de la drogue, qui est décrit sur son mandat d’arrêt grec comme le « Pablo Escobar des Balkans ». Un dossier de 10 000 pages compilé par le gouvernement grec décrit son empire transnational de stupéfiants comme un réseau méticuleusement organisé de plus d’un milliard de dollars, qui repose sur le cannabis et la cocaïne et est acheminé vers des pays comme l’Italie, la Grèce, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

[…]

Dans une interview accordée aux médias plus tôt cette année, Balili a expliqué que sa nomination au poste de directeur des transports de la ville de Saranda, dans le sud du pays, s’était faite en échange de dons financiers que sa famille et lui avaient versés au LSI (le Mouvement socialiste pour l’intégration). Le neveu de Balili est maire du parti LSI dans la ville de Delvina. Balili s’est montré très actif dans la campagne de son neveu.

La police grecque est sur les traces de Balili depuis une dizaine d’années. Mais chaque fois qu’elle semble faire des progrès, elle se heurte à un obstacle au sein des autorités albanaises. En mai 2016, la police grecque a arrêté douze membres du gang de Balili et saisi près de 700 kg de marijuana, le résultat d’une opération de surveillance de deux ans menée conjointement avec la DEA américaine. La police grecque a émis un mandat d’arrêt à l’encontre de Balili, mais la police albanaise a refusé d’en accuser réception. Au moment où les autorités albanaises ont finalement reconnu le mandat, Balili s’était « évaporé ».

[…]

Selon des responsables américains et grecs, la proximité de Balili avec la politique albanaise est la clé de son succès en tant que trafiquant de drogue. Dans un discours prononcé en 2016, l’ambassadeur des États-Unis en Albanie, Donald Lu, a déclaré : « Les hommes politiques de droite et de gauche écoutent les puissants intérêts des hommes d’affaires corrompus, des criminels et même des trafiquants de drogue. Comment expliquer, sinon, le fait que l’intouchable Klement Balili soit toujours en liberté ? ». Dans un autre discours prononcé en 2018, Lu a déclaré que le plus grand échec du gouvernement albanais au cours de son mandat de quatre ans a été son incapacité à arrêter Balili, qu’il a décrit comme « un puissant dirigeant du crime organisé ayant des liens politiques forts ».

En janvier, la police albanaise a finalement arrêté Balili. Certains considèrent son arrestation et son procès comme un exercice de relations publiques plutôt que comme une punition. Le gouvernement albanais s’est vanté de sa capture comme d’un exploit pour impressionner les observateurs internationaux. Mais en réalité, Balili a dicté ses propres conditions. Le ministère de l’Intérieur et le bureau du procureur chargés des crimes graves ont été informés à l’avance de son arrivée par son équipe juridique. Il s’est rendu au directeur général de la police albanaise. En raison d’un changement constitutionnel l’année dernière, il n’a pas été extradé vers la Grèce et a été jugé en Albanie.

En février, le tribunal des crimes graves a accepté la demande de Balili d’un « procès abrégé », qui non seulement lui garantissait une réduction de peine d’un tiers, mais permettait aussi une procédure rapide sans qu’il ait à cracher le morceau sur ce qu’il savait de l’élite politique albanaise. Le 7 mai, Balili a été condamné à 10 ans de prison pour trafic de drogue, appartenance à un groupe criminel et blanchiment d’argent. Son avocat a déjà annoncé qu’il ferait appel. Plusieurs Albanais influents ont déjà vu leurs accusations ou condamnations pour des crimes de corruption disparaître mystérieusement en appel. Balili peut encore être acquitté ou se voir infliger une peine moins lourde.

[…]

Les Albanais attendent de voir si l’UE entame les pourparlers de l’adhésion de leur pays ce mois-ci. Mais la France et les Pays-Bas considèrent maintenant les gangs albanais comme une menace si grave qu’ils tentent de contrer l’exemption de visa pour les Albanais. Les motifs invoqués par les Pays-Bas sont une « une augmentation substantielle des activités criminelles de la mafia albanaise aux Pays-Bas et des abus quant à la possibilité de voyager en Europe sans visa afin d’étendre encore davantage leur réseau de trafic. »

[…]

Pour l’Europe, c’est là que réside toute la tension : le concept de narco-État a toujours semblé trop éloigné pour les Européens, qui ont tendance à penser que les États corrompus qui produisent leur drogue sont le problème de quelqu’un d’autre. Mais la position centrale de l’Albanie dans l’industrie de la drogue rapproche le problème, au moment même où les Albanais espèrent être davantage connectés au moteur économique de l’UE. C’est ce qu’il y a de plus tragique dans un narco-État : le fait de soutenir l’élite d’un pays qui tire sa richesse des activités criminelles a un plus grand impact non pas sur des terres lointaines, mais sur les opportunités qui s’offrent à son propre peuple.

Lire l’intégralité de l’article sur vice.com

 

La CIA contre l’Europe ? À lire sur E&R :

La drogue chez les parasites d’en haut comme d’en bas, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’Albanie est proche du Kosovo. Le Kosovo abrite le QG de la CIA en Europe. Les avions de la CIA ramènent des tonnes d’héroïne fabriquées par ses labos en Afghanistan. Un des outils du sionisme est la destruction des Nations par la drogue.
    CQFD.
    Les gesticulations publiques ne sont que de la frime car les Etats ont besoin de contrôler la paix sociale ... jusqu’au chaos programmé ! L’Albanie entrera dans l’UE et Balili continuera son commerce sans être réellement inquiété.


  • Albanie..Kosovo.. otan tout s explique.
    c est notre Afghanistan occidental ..


  • Il faut y envoyer Liam Nesson, et vite.

     

  • "L’Albanie est un cas unique en Europe parce que ses barons de la drogue ne sont pas des hors-la-loi ou des renégats.Ils sont au contraire très proches des membres du gouvernement et sont souvent de mèche avec les mêmes autorités qui devraient les inquiéter." Oh que non pas un cas unique : Y a aussi la France !
    Selon Gerard Fauré,Charles Pasqua était le baron du trafic de hasch marocain en France avec Zampa sous ses ordres, selon d’autres livres le SDECE trafiquait l’héroïne sous couvert de l’entreprise Pernod Ricard, que Gaston Deferre comme Pasqua (tous deux anciens ministres de l’Intérieur)étaient liés à la French Connection et donc au trafic d’héroïne et que l’affaire récente d’Air Cocaïne implique des "anciens" du SDECE (DGSI) et des noms d’hommes politiques de premiers plans sont cités...sans parler des tonnes de hasch marocain que dealaient le patron de l’OCTRIS ; Non non y a pas que l’Albanie, la France est depuis bien longtemps un narco état, peut être même le modèle !Et tous présidents s’en mettent dans le nez !


  • 58% de musulmans en Albanie.
    Que nous dit Allah à propos des drogues, les amis ?

     

    • Oui,c’est comme les catholiques en France....je connais l’Albanie...Les mosquées sont neuves et payés par la Turquie...mais vide !

      Personne n’est voilée et les seuls barbus ont 80 ans....Les filles sont vêtus à la biach du 9-3 mais vous ne verrez aucun viol,ni main au cul,ni insulte...Car l’Albanie,c’est un conglomérat de clans et tout le monde est armé...Y’à eu une descente dans la région de Berat pour le shit mais si opium,il y a...les ricains y sont pour quelque chose,soyez en certain !

      Jamais vu de bidonvilles à Tirana ni ailleurs....des immeubles peu reluisant parfois mais même les roms sont logés !


    • Ezra je sais pas ce qu’il y a dans ta tête mais Allah c’est juste le mot pour dire Dieu, Allah ce n’est pas un Arabe comme je pense que tu l’imagines.
      Les fixations sur les Arabes et les Musulmans alors qu’ils s’en prennent pleins la gueule depuis deux cents ans avec les Africains, les occidentaux sous les ordres de Netanyahu & Cie font beaucoup de mâle avec leurs guerres qui coutent des milliers de milliards : qu’en pense Jésus ? Etre sous les ordres des crucificateurs ( si je dois me mettre à ton niveau).


    • 58% de musulmans ???? Quelqun qui vend de la drogue n’est pas musulman ,si ils écoutent vraiment Allah ils ne venderais pas de drogue


    • si ce que vous prétendez est vrai alors le Musulman doit être en voie de disparition au Maroc, en Afghanistan, au Pakistan, en Indonésie ...etc...
      tous ces pays censés être des pays islamiques et qui sont en réalité dans le peloton de tête des pays producteurs et exportateurs de haschich, d’héroïne, de cocaïne, d’opium ...etc...



  • Un rapport du Département d’État américain décrivait l’Albanie comme « le foyer d’une corruption endémique, d’institutions juridiques et gouvernementales faibles et d’absence de contrôles frontaliers ».



    Du coup ils se frottent les mains, non ? Je veux dire, il n’y a aucune comparaison possible entre l’Albanie et les USA, état mafieux par excellence au sommet de la chaîne alimentaire du crime... et certainement aussi au sommet du trafic de drogue international.

    Le balili, là, au pire, c’était juste un concurrent qu’il fallait écarter... il cassait un peu trop les prix probablement, du coup ils ont sonné la fin de la récrée ? Un indépendant un peu trop gros qu’il fallait mettre au pas peut-être ? c’est chose faite. Les usa sont contents, l’Albanie peut maintenant intégrer l’UE.


  • Le furoncle de l’Europe (le continent).

     

    • #2229925
      le 30/06/2019 par inspecteur Columbarium
      Comment l’Albanie est devenue le premier narco-État européen

      l’Albanie tout comme la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo
      sont les verrues de l’Europe
      avec ces milliers de Roms trafiquants de drogue
      et ces milliers de Musulmans des Balkans
      qui font des djihads narcostupéfiants
      en/contre l’Europe Occidentale en général
      et la France en particulier


  • Une prohibition hautement lucrative comme toute les prohibitions. Parce que certains ont décidé d’en empêcher d’autres de consommer des hallucinogènes (de quel droit... ?). Tabac, alcool, drogues, sous prohibitions à géométrie variable. C’est tellement plus vertueux de se bourrer d’anxiolytiques, de calmants, d’inhibiteurs, de somnifères, de dopants sur ordonnance ; de fréquenter les psychiatres ; pour supporter l’existence dans des organisations sociales hypercontraignantes qui tuent la relation humaine.


  • C’est tout bonnement stupéfiant.


  • La prohibition sur les stupéfiants est, à tous points de vues, une imbécilité catastrophique à la hauteur de tout ce que la perversité mobilise de stupidité.


  • Nos vieux camarades de vice qui sortent un article intéressant par an entre un reportage sur les lgbt dans les manifs gillets jaunes et le red star


  • Si l’islam n’existait pas,la mafia prédatrice financière mondialiste l’aurait inventé.
    La tragédie albanaise s’inscrit clairement,et à l’évidence,dans la tragédie
    générale mondiale ,fomentée,organisée et perpétuée par cette mafia,et dans laquelle se débat l’humanité entière. L’histoire récente,d’hier,ancienne et de là lointaine antiquité est le puissant,et presque l’unique et incontournable outil pour expliquer notre présent,et brosser,même à grands traits l’avenir proche et lointain.
    L’Albanie était un pays communiste,avant l’avènement de l’agent de la mafia mondialiste,le sinistre gorbatchev. Cette mafia,puissamment aidée par ses organismes :
    - de guerre ( otan,pentagone,...),
    - de renseignements qui fomentent les complots au grand jour,et en sous terrain,
    - de la finance,
    - des médias mainstream,
    - des associations des"droits de l’homme",
    - d’organismes occultes de"réflexions stratégiques",tels : groupe Bilderberg,la trilatérale,institut tavistok,...
    La mafia mondialiste,dis-je,puissamment aidée par ces organismes et d’autres officines du même lugubre faciès...ont présenté l’Albanie,le bloc socialiste comme un univers géré par les diables,et que sa maudite population n’avait qu’aller se jeter dans les bras des organismes,tels l’UE,l’OTAN,etc...pour que cette population baigne dans les fastes d’un prétendu paradis,fait,plutôt de mensonges et de délires de démons.
    Maintenant que la réalité est telle qu’elle dépasse les pires cauchemars,les mêmes démons,qui ont détruit le bloc socialiste,y compris l’Albanie,font semblant qu’ils n’y sont pour rien,et ils tentent,sans la moindre pudeur,de coller la tragédie albanaise à l’islam.
    Évidemment,le diable ignore jusqu’à l’existence des concepts qui honorent l’humanité,en premier lieu : honneur,éthique,morale,valeurs spirituelles,etc,...Un seul remède pour s’en débarrasser ; la prise de conscience des peuples de la terre de cette tumeur maligne pour l’extirper de ses racines.


  • J’y ai habité 5 ans (ingénieur) pour le travail et c’est plutôt un beau pays avec des gens sympas et on y mange bien. Honnêtement, étant revenue en France en voyant l’état de notre pays (GJ, immigration de masse, islamistes, corruption d’état , gay pride, lobby etc...) on ferait mieux de réfléchir et de se remettre en question avant d’insulter les autres pays.


Commentaires suivants