Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Ici c’est devenu The Walking Dead" : l’insoluble crise du crack au nord-est de Paris

Il a suffi d’un regard. En traversant la place de la Bataille de Stalingrad, dans le 19e arrondissement de Paris, la jeune toxicomane aux cheveux noués en chignon a tout de suite attiré l’attention du rabatteur. Pour passer inaperçu, l’homme d’une cinquantaine d’années s’est fondu parmi les dizaines de migrants qui suivent les cours de français dispensés par des associations sur la place. Il laisse la cliente passer devant lui, puis lui emboîte le pas. Le dealer, lui, attend en haut des escaliers qui longent le square. Argent dans une main. Galette de crack dans l’autre. La transaction se déroule en quelques secondes. En plein jour et aux yeux de tous.

 

La scène est d’autant plus étonnante qu’elle se déroule alors que la place Stalingrad est cernée par les forces de l’ordre. À 30 mètres de là, quatre camions de CRS sont en faction sur le parvis. Des renforts policiers ont été dépêchés sur place depuis qu’un homme décrit comme « hagard » a poignardé plusieurs personnes non loin de là, dimanche 9 septembre. Quelques jours plus tard, les analyses toxicologiques ont montré que le suspect n’avait pas agi sous l’emprise de la drogue. Pourtant, la rumeur a eu le temps de faire son chemin dans ce quartier, théâtre depuis plusieurs mois d’un retour fracassant du crack.

« Ça ne change rien, il y a toujours des “modous” ici, toujours du “caillou” », explique la femme au chignon avant de disparaître dans le métro. Le terme « modous » – qui peut se traduire par « petit négociant » en wolof, la langue la plus parlée au Sénégal – désigne les vendeurs de crack, originaires d’Afrique de l’Ouest, qui opèrent dans le métro ou dans la rue. Le « caillou » est l’un des surnoms donnés au produit, un dérivé de cocaïne extrêmement addictif qui se fume avec une pipe. À Stalingrad, autour de la porte de la Chapelle (18e arrondissement de Paris) ou dans le métro, franceinfo a enquêté sur le trafic de crack. Habitants, toxicomanes, policiers et élus racontent ce fléau.

 

 

Un quartier au bord de la crise de nerfs

Un autre soir, vers 21h30, les fêtards ont investi la place Stalingrad. Une vingtaine de clients font la queue devant un restaurant en vogue. En attendant qu’une table se libère, l’un d’eux lit le texte affiché au mur. « Stop au marché du crack qui nous met en danger », est-il écrit en grosses lettres rouges, sur cette pétition adressée au préfet et déjà signée plus de 3 000 fois.

La nuit, la cohabitation entre les jeunes branchés qui fréquentent les bars du quartier et les toxicomanes en grande précarité crée des scènes troublantes. « Non ! Ne lui file pas ton briquet », lance le patron d’un restaurant à un client qui voulait dépanner un homme. Trop tard. Le « cracker », dont le pantalon tombant laisse apparaître les fesses nues, s’assoit devant la porte d’un immeuble et allume sa pipe de crack. « Oh non... » soupire le propriétaire du briquet.

Le crack que l’on trouve dans la rue est souvent considéré comme une « drogue du pauvre », à cause de son faible prix et de sa composition parfois douteuse. « Il suffit d’acheter de la coke à laquelle tu ajoutes du bicarbonate de soude ou de l’ammoniaque. Pour faire plus d’argent, certains “modous” coupent ça avec des cochonneries, comme du Subutex [un substitut de l’héroïne] ou de l’aspirine », raconte sous couvert d’anonymat la compagne d’un modou, dont l’appartement sert régulièrement de fabrique de crack.

Le mélange est ensuite cuit et découpé en petits cubes qui ressemblent à des morceaux de parmesan. Ces « galettes » se négocient entre 15 et 20 euros l’unité, selon leur taille et leur qualité. Un consommateur peut en tirer jusqu’à quatre « kiffs » (quatre doses, quatre bouffées) et ressentir une « défonce » d’environ une demi-heure.

Mais pour les « crackers » les plus dépendants, les effets du « caillou » deviennent fugaces et laissent place à un terrible manque. La « descente » peut rendre paranoïaque, provoquer des crises d’angoisse. Pour y remédier, les toxicomanes les plus précaires font la manche et marchent parfois des dizaines de kilomètres à la recherche d’argent pour acheter de nouvelles doses. Excédés et épuisés, certains deviennent agressifs. « Putain, mais t’es sérieux ! T’as même pas 50 centimes ? Tout le monde me laisse dans la merde », lâche ainsi, menaçant, un mendiant au visage à moitié brûlé et aux doigts sectionnés.

« On n’en peut plus ! Mes clients sont harcelés toute la soirée par des toxicos. C’est devenu “The Walking Dead” ici », se lamente un tenancier de bar.

Le matin venu, le quartier retrouve son côté familial. Mais après avoir passé la nuit en quête du « caillou », certains toxicomanes se sont endormis à même le sol.

« Mon fils de 5 ans n’arrête pas de me poser des questions. “Qu’est-ce qu’il a le monsieur ?” “Pourquoi il dort par terre ?” Comment vous voulez que je lui explique que c’est à cause de la drogue ? s’indigne Sophia, une jeune mère. Je lui raconte que c’est parce qu’ils sont pauvres, parce qu’ils n’ont pas de famille, mais du coup, il veut les aider… Je lui répète tout le temps qu’il ne faut pas les approcher, mais il ne comprend pas. »

Dans le 10e arrondissement voisin, la proximité du canal Saint-Martin et le prix du mètre carré ont fait de ce quartier un endroit prisé des CSP+ souhaitant devenir propriétaires. Certains, qui rêvaient d’un quotidien à la Amélie Poulain, tombent de haut. « C’est un quartier mixte, très agréable pour certaines choses, mais je peux vous dire qu’on est loin de l’image idyllique des films quand on est réveillé à 4 heures du mat’ par des junkies qui hurlent sous votre fenêtre », raconte Anouck, qui regrette aujourd’hui de s’être « endettée sur vingt-cinq ans » pour acheter son appartement.

À la recherche d’un abri pour dormir, certains consommateurs de crack forcent les portes des immeubles.

« Ça peut faire peur, la nuit, de savoir qu’il y a des personnes défoncées dans le couloir, surtout lorsqu’elles sont en plein délire. Elles hurlent, tapent dans les murs, témoigne une autre habitante du 10e arrondissement. Je n’ose pas forcément sortir de l’appartement dans ce genre de moment. Ce sont des gens qui ont besoin d’aide, qui cherchent un endroit tranquille. Seulement, la communication est impossible lorsqu’ils sont drogués. »

 

La quête sans fin du « caillou »

Quinze heures, porte de la Chapelle. Assis sur un banc, à quelques mètres d’un arrêt de bus, Thierry glisse sa main dans la poche de sa chemise blanche devenue trop grande pour lui. L’homme, qui dit avoir 39 ans mais qui en fait 10 de plus, flotte dans son pantalon. Ses poignets sont osseux. Ses pommettes, saillantes. Il sort un petit scalpel pour découper une galette de crack, puis garnit le filtre de sa pipe qu’il allume avec deux briquets. Quand les volutes de fumée blanche se dissipent, son regard se fixe. Plus réceptif, il accepte de répondre aux questions qu’on lui pose en échange d’une cigarette.

Avant le crack, Thierry était informaticien et vivait en famille dans un appartement du 19e arrondissement. « J’étais déjà un peu dans la C [la cocaïne], mais rien de méchant. J’ai une gamine de 9 ans. Puis, il y a quatre ans, ma femme est partie avec la petite et là, je suis vraiment tombé dedans », raconte-t-il en tortillant ses lèvres pour cacher les dents qu’il n’a plus.

Il explique vivre aujourd’hui grâce au RSA dans un « petit studio » qu’il partage avec un ami à Aubervilliers, de l’autre côté du périphérique. Contrairement aux idées reçues, tous les consommateurs de crack ne sont pas à la rue, comme l’explique une enquête de l’Observatoire français des drogues et de la toxicomanie. Le trentenaire avoue avoir « honte » à l’idée de consommer « comme ça, dans la rue, devant les familles ». « Je fume ici parce que sur la “Colline”, c’est trop dangereux », se justifie-t-il en pointant son doigt vers l’échangeur de la porte de la Chapelle.

« Sur la “Colline”, il y a trop de gratteurs. Tu peux te faire suriner [frapper] pour une galette par un type en plein craving. » (Thierry, un toxicomane)

Les toxicomanes ont un langage bien à eux. Le « craving » fait référence à l’envie irrépressible de fumer une nouvelle dose une fois que les effets de la première s’estompent. La « Colline au crack » est le nom donné à un talus qui jouxte une voie d’accès au périphérique de la porte de la Chapelle. Ce squat à ciel ouvert est l’un des principaux points de vente de Paris.

Le lieu a été évacué en juin dernier et, depuis, les opérations de police se multiplient pour tenter de chasser les toxicomanes qui y reviennent constamment. Le 7 septembre, 11 personnes y ont été interpellées pour « infraction à la législation sur les stupéfiants » et 6 000 euros ont été saisis, selon la préfecture de police. Quatre jours plus tard, cinq autres personnes ont été arrêtées, avec 17 « cailloux » et 1 450 euros en poche. Plusieurs toxicomanes interrogés parlent aussi de ce bidonville comme d’un lieu de prostitution.

« Là-bas, il y a des filles qui enchaînent les passes pour se payer des galettes. Elles font ça pendant des heures, voire des jours, jusqu’à ce qu’elles tombent. C’est un truc de malade. » (Une « ancienne toxicomane » qui a fréquenté la « Colline »)

Capuche sur la tête, Nadia remonte la rue de la Chapelle en interpellant chaque passant pour demander « une pièce ou un ticket restaurant ». « Putain, je ne suis pas une pute à “caillou” de la “Colline” ! C’est pour me payer un hôtel, pas pour la drogue ! » s’énerve-t-elle d’emblée lorsqu’on refuse de lui donner de l’argent.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

Le chaos du bas est organisé d’en haut,
lire sur Kontre Kulture

 

Sous Hidalgo, Paris se drogue, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pourquoi les consommateurs de drogue ne sont jamais punis ? Si l’acheteur d’une barrette de shit faisait deux semaines de prison il ne recommencerait plus .

     

    • #2053638

      Il faudrait des millions et des millions de places de prison ! C est ingérable.
      De plus, la prison n’a jamais empêché qui que ce soit de se droguer.
      Ces gens (les fumeurs de crack) ont besoin de soins, ils ont besoin d un sevrage forcé.
      Mais comme dans notre société gauchiste, la force rappelle les heures les plus sombres de notre histoire blablabla eh bien ces crackheads se regroupent, crèvent à même la rue, pourrissant la vie des bobos abrutis venus vivre à la Amélie Poulain !
      Bien fait pour leur gueule !
      Aux bobos !


    • Si l’acheteur d’une barrette de shit faisait 2 semaines de prison comme vous dites, alors vous aurez très vite besoin de construire des milliers de prisons supplémentaires.

      Et je dis bien : des milliers.


    • On parle pas de shit ici, on parle de CRACK qui rend DÉPENDANT (certes c’est de la shit aussi).


    • @Géronte,

      Parce que le problème à la source ne sont pas les consommateurs qui eux sont généralement en état de détresse du fait d’une société délirante qui fini par les exclure. Et vu que tous les humains ne sont pas des maîtres Yoda ayant une parfaite maîtrise d’eux même pour se sortir à coup sur de n’importe quelle vilaine épreuve, certain pour échapper à ce monde de dingue sans pouvoir se donner la mort radicalement, se réfugie dans la drogue qui les tue à petit feu.

      Ceux qu’il faut enfermer, ce sont les bandits à col blanc qui favorisent a corrompre la démocratie, qui disent que pour trouver du travail il n’y a qu’a traverser la rue... bref ceux qui se foutent ouvertement de la gueule du monde et qui n’ont aucuns problèmes pour vivre décemment et sereinement !
      Ce sont eux les responsables premier !


    • Oh mais nous sommes punis. Tres sévèrement même pour une herbe qui pousse partout toute seule... et ce dans toute les campagnes de France. 2 grammes d herbe et nous sommes dans le journal ! Par contre moi qui effectue du déplacement partout en france je certifie qu’effectivement en ville tout est permis, rouler sans casque a contre sens sur un moto cross non immatriculé, dealer partout et a la vue de tous, possibilité de monter sur le toit des voitures qui roule lors d’événements sportifs. A la campagne tout est répressible alors que dans mon village, 200 habitants, 50 fumeurs d’herbe,des pères et mères de familles, des jeunes, des retraités, mais jamais une seule plainte pour quoi que ce soit. Laissez donc mon grand pere apprecier son vin et laissez moi usez de mon jardin comme bon me semble. Merci.


    • Eut un temps,dans les 80’s où pour avoir 2 ou 3 barrettes de shit dans les poches,tu prenais 8 à 10 semaines de ferme,
      ce qui n’a jamais empêché aucune de mes connaissances de fumer tant en zonzon qu’à sa sortie.


    • Tu fais comme en Algérie, du moins il y a quelques de cela, ne serait-ce que la garde à vue, t’avais pas envie de la faire et crois moi que tu t’en souviens toute ta vie, j’ai connu des personnes qui l’ont vécu et qui me l’ont raconté.

      Ah oui c’est vrai, les droits de l’homme toussa.......

      Je tiens cette phrase d’une autorité du corps consulaire algérien en réponse à une autorité policière française à qui il essayait de prodiguer des conseils pour les personnes se comportant mal en France, sans même parler des délinquants, ils parlaient des personnes en situation irrégulière enfermées dans les centres de rétention. Cette dernière évoquant l’impossibilité de les appliquer à cause des droits de l’homme, il lui a donc répondu en ses termes : "Chez nous, les droits de l’homme, c’est pour les gens droits !".

      Voilà, tout est dit !


    • Les consommateurs de drogues sont très souvent des cas psychiatriques. Les centres et structures psychiatriques débordent, d’autant que l’immigration nous apporte les cassos et malades mentaux de tous les pays qui s’en débarrassent chez nous.


    • il y a des pays où l on tue les trafiquants et il y en a toujours ! si c’était aussi si simple que tu le dits...


  • Le trafic de drogue est de facto autorisé officieusement par l’Etat qui est sensé nous protéger par l’arsenal juridique, les magistrats et les forces de l’ordre. Force est de constater que rien n’est fait pour empêcher la destruction des humains et de la société française. C’est donc qu’il y a un plan derrière cette inaction. Nous le savons, la drogue est l’un des 7 outils de destruction employé par les sionistes pour préparer l’avènement d’un monde globalisé et une guerre civile à court terme. Pour en savoir plus, demandez à Dray & Attali.


  • Y’a pas moyen que des gens habitant Paris distribuent des tracts à cette horde encleur indiquant sur un plan où sont les beaux quartiers ou règnent le luxe et l’abondance ? Avec une inscription en Anglais par exemple pour les guider.
    Y’a pas de raison que les bobos responsables de cette situation n’aient pas un jour leur nez dans leur caca

     

  • Ah ah ah.. le Français de base qui se réveille !... habitant depuis 35 ans ce quartier, c’est le même monde depuis tout ce temps ! Il n’y a aucun changement depuis 1990 ! Enfin disons que oui, 2 cafés q i ont ouvert et le m2 qui frôle les 8000€ ! A part cela, les camés des années 90 sont encore là pour la plupart, et pendant ce temps madec... construit des stades de foot pour les cités et qui n’en ont pas assez apparemment ! Pour résumer le truc, il s’agit d’un arrondissement gérer par la « gauche » habitant la rue des Archives Paris 4ème !

     

  • La vraie question, c’est : que faire des toxicos ?

    Il faut se rendre compte qu’ils vivent un véritable enfer, et personne pour les aider réellement, et aucun avenir dans ces conditions.

    Donc ?

     

  • Lorsque tu prends la ligne de métro 12, Porte de la Chapelle, et que le conducteur ne s’arrête pas à la station suivante, parce qu’il y a des toxicos en crise sur le quai...

    Elle est marrante, Anouck, « endettée sur vingt-cinq ans », avec son appart’ : elle débarque de sa province, ou quoi ?
    Tu t’installes dans un quartier sans le connaître, te renseigner un minimum ?
    Non, j’écoute les bobos/ beaufs de Canal+, la vie est belle ?


  • Ces hommes et femmes - nos compatriotes - ne pourront pas s’en sortir tout seuls.

    Il faudrait un plan d’urgence de prise en charge totale, qu’on les remette sur les rails une bonne fois pour toutes.
    Mais le libéral va me répondre que c’est une idée extravagante et qu’aucun fond n’a été prévu pour eux !

     

  • Il est tout à fait possible de lutter contre les trafiquants de drogue et leurs réseaux ! Ce qui manque si cruellement à nos "zélites" politico-merdiatiques, c’est la VOLONTÉ ! La volonté de se battre, de risquer de prendre des coups, de rendre coup pour coup, de mettre sous les verrous les responsables de ces trafics, de ne pas craindre le cas échéant d’en abattre un, ou deux, ou dix !

    Pour moi, la seule raison d’un tel laisser-aller et d’un tel désordre (une catastrophe humanitaire pour notre pays), c’est la complicité entre les politiques et les trafiquants... Financièrement, ils doivent y trouver leurs comptes...

    Et ce sont des jeunes, des innocents, des paumés, pas mal de sales cons aussi
    qui crèvent maintenant par centaines !

     

    • Ici aux Philippines, c’était un veritable fléau. En plus cette merde rend les consommateurs ingérables et dangereux. 80% de la criminalité était liée à cette drogue.
      Duterte a quasi réglé le problème en 1 an : tir à vue sur les dealers, les consommateurs 1 avertissement après c’est la zonzon ou du plomb dans la cervelle !
      Du coup les refroidis refroidissent. Ca va beaucoup mieux et tous le monde approuve, sauf les droits de l’hommiste et autre humanitaires organisés... étrangers


  • Les pauvres et les drogués sont pris en tenaille par les développements de la périphérie des quartiers 18eme et 19eme de Paris et sud de St Denis (Porte d’Aubervilliers, Rosa Park, Le Millénaire, Stalingrad, La Villette). Au delà ce çà, ce sont les centaines de travaux qui paralysent ces quartiers et empoisonnent leurs habitants. La misère cache la promotion immobilière.

     

    • "Au delà ce çà, ce sont les centaines de travaux qui paralysent ces quartiers et empoisonnent leurs habitants"
      N’importe quoi, viens voir à Clichy-Sous-Bois (93) avec le tramway !

      Ce qui empoisonne les habitants du Nord-Est parisien, ce sont les drogués et les "migrants".
      La gentrification n’existe quasiment pas : personne ne veut de tels voisins !


  • ou "Beaking bad" !!!


  • Le crack est vendu massivement par des délinquants allogènes résidents dans le 19e à des migrants, punk à chien et antillais en déperdition dans la région parisienne. La drogue du pauvre.


  • Au temps où je lisais les magazines dans les salles d’attente d’un toubib ou autre, j’étais tombé sur un article, il y a plus de 10 ans maintenant, sur le crack aux USA.

    Le crack n’existait pas en France et cette situation non plus également.

    Si tu prends la Corée du Nord dont les "frontières" sont hermétiquement fermées aux Etats Unis, tu constates que ces "problèmes" n’existent pas et bien d’autres.

    Solution donc, arrêter toute relation et influence américaine quand elles sont néfastes, toutes les abominations viennent de ce pays.

    M’intéressant à tous les phénomènes de société, j’ai remarqué que toutes les idioties et horreurs en tout genre viennent de chez eux.

    Bref, c’est pas prêt de s’arrêter, je crois qu’il suffit de regarder n’importe quel film d’anticipation ou de science fiction pour s’apercevoir du monde qui nous attend du moins de la France qui nous attend.

     

  • Dans la mesure où l’argent de la drogue fait partie intégrante maintenant du produit national brut je ne vois pas en quoi tout ceci constitue un problème.


  • Il faut immédiatement saisir le maire, les conseillers municipaux, les députés et sénateurs et enfin le gouvernement, voire justice et police, c’est inadmissible !

     

  • Ce sont les Mozart du crack .Changez rien ,la France est en construction .


  • #2053811

    Je suis triste pour les drogués, mais alors, pour les autres, rien à battre ! Bienvenue en Macronie !

     

    • @The Médiavengers
      En France les derniers arrivés (clandos), sont les premiers servis, les toxicos sont aidés, les assistés sont assistés, les banlieues repeinte, les délinquants laissés en liberté, les terroristes ont des salles de muscu ,les criminels des visites conjugales, etc...........................
      En France il ne faut pas être un français, ni travailleur, hétérosexuel, père de famille catholique, ni retraité, ni agriculteur ou petit patron pas même salarié , on marche sur la tête


  • Voilà qui me rappelle "The Wire" ! Tout le monde devrait regarder cette excellente série.


  • C’est vraiment horrible..et triste..

    Une solution potentielle : légaliser le cannabis, ce qui enlèveraient déjà tout les effectifs de police qui se focus la dessus, et les redirigeraient vers les drogues dures..et libérer les gens qui se sont fait arrêté pour ça, ce qui ferait de la place pour les dealers de drogues dures.. MAIS NON... les politiciens continuent a diaboliser cette substance

    D’ailleurs, tout les efforts concentrés sur le cannabis pourraient être aussi concentré sur les extremistes !

     

    • Pour ces toxicomanes, le vrai problème selon moi ,va être la disparition de l’argent liquide
      Ou est-ce que les dealers vont s’équiper de lecteur de paiement carte-bleu ?
      J’espère qu’un plan LREM et Agnes Buzin va être mis en place avec les associations Gaia, Aides, PayPal et la société générale
      On ne peut pas laisser ces pauvres malheureux sans crack, ni argent liquide , mais connaissant Macron, Hidalgo, et Edouard Philippe, je pense qu’un nouvel impôt de solidarité pour tous les français de merde blancs et hétéro-centré-e-s hétéro-normé-e-s non-LGBT, une hausse de la TVA pour ces enculé-e-s de citoyens, de la CSG pour ces enculé-e-s de petits vieux, une baisse de la PAC pour ces enculé-e-s d’agriculteurs, une hausse du foncier pour ces enculé-e-s de propriétaires, une vignette auto pour ces enculé-e-s d’automobilistes, une baisse des allocations familiales pour ces enculé-e-s de familles nombreuses, catholiques, non-racisé-e-s et une hausse des charges pour ces enculé-e-s d’artisans et de petits patrons de merde, pour venir en aide à ces gentils malheureux toxicomanes, si triste par notre faute, l’amour et le partage vous connaissez pas ?
      bref... un putain de plan solidarité bordel de merde
      Vive la Frounse vive le crack, vive les migrants !!!!
      En France on a pas de pétrole mais on a des idées (et des couillons à plumer)


    • @TheForce
      On peut mettre des tickets, comme les tickets restaurant des salariés, tickets toxicos
      Avec une réduction sur la fin, mort morale, mort sociale et mort physique
      « 1 ticket est égal à 1 cacheton, 3 pipes, 2 shoots, 5 joints  »


  • On est quand même bien mieux à la campagne , encore que , il y existe aussi des problèmes de voisinage dû aux toxicos mais ce n’est pas ce point . En tout cas lorsqu’on lis cet article on a l’impression de toucher le fond ... va-t-on creuser encore ?


  • "Mon fils de 5 ans n’arrête pas de me poser des questions. “Qu’est-ce qu’il a le monsieur ?” “Pourquoi il dort par terre ?” Comment vous voulez que je lui explique que c’est à cause de la drogue ? s’indigne Sophia, une jeune mère."

    Cette explication de la jeune mère montre à quel point les gens "sains" ont perdu leurs repères moraux. En effet, plutôt que de faire croire à son enfant que cet l’homme a été détruit par la pauvreté, sa mère ferait mieux de lui expliquer, par des mots simples, les ravages de la drogue. Cela lui éviterait, par-dessus le marché, de provoquer un réflexe "charitable" chez l’enfant. La vraie charité n’a jamais été d’aider quelqu’un à se détruire.


Commentaires suivants