Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Chirac, Pasqua, Johnny : le dealer des stars ne "balance pas", il "informe"

Peut-on faire confiance à un dealer ? Que vaut la parole d’un escroc qui a fait 18 ans de prison (en cumulé) ? Mais un dealer est-il un commerçant ou un criminel ? Cela n’a pas torturé les éditions Nouveau Monde qui ont édité Gérard Fauré, auteur du Dealer du Tout-Paris. Il affirme ne lâcher qu’un vingtième des noms prestigieux qu’il a fournis pendant des années, pour la bonne raison que ceux-ci ne l’auraient pas « respecté ».

 

Gérard invoque les « cauchemars » en repensant à ces gens-là qui lui ont fait du mal. Faut pas non plus pousser mémé dans les orties, quand on deale, on ne chiale pas. C’est un métier qui peut être dangereux, sujet à tous les coups de balance, et objet de tous les coups de balance aussi. La preuve avec ce livre. Et puis la drogue chez les élites est un marronnier du même type que les couvertures sur les francs-macs dans Le Point, les reportages sur l’islamisme dans Valeurs actuelles ou les attaques anti-Soral et Dieudonné dans Libé.

« C’était un sauvage au niveau du sexe » (Fauré de Chirac)

Non, ce qui est intéressant dans ce témoignage, ce n’est pas que Chirac prenait 15G – on dit « gé » et pas gramme – par jour (100G par semaine, ça semble beaucoup pour un seul homme, même président), alors qu’un acteur français très populaire dans les années 90 était déjà considéré comme incontrôlable avec 4G dans le nez par jour. Ensuite, tout dépend de la pureté de la poudre : si c’est 10G de merde coupée à 90%, ça ne fait « plus » qu’un gramme de pure. Ou alors Chirac partageait. Mais le président était plutôt connu pour taper... ses amis milliardaires ! Et puis, selon le livre, Fauré avait « la meilleure coke du monde »...

On reprend : ce qui est intéressant dans ce témoignage, ce sont les informations sur le racket que subissait, selon Gérard Fauré, l’artiste français numéro un. Le livre de Bernard Violet sur Johnny raconte que la star a été bercée depuis son enfance par de grands marlous. Ensuite, le chanteur a « confié » sa sécurité au lieutenant d’un grand caïd de Marseille, nous en avons parlé ici. Comme toujours avec le Milieu, la frontière entre la protection et l’extorsion est floue et aisément franchissable.

Les faits étant aujourd’hui prescrits, ce que le pénaliste en plateau rappelle, Fauré et son éditeur ne risquent pas grand-chose à balancer sur les « tapeurs » du show-biz. Beaucoup d’observateurs, dont des consommateurs réguliers de cocaïne, en quelque sorte experts en la matière, se sont interrogés sur les sautes d’humeur et l’énergie farouche de plusieurs de nos ministres de l’Intérieur. À l’Intérieur, il semble que les narines soient bien pleines, mais ça peut être une légende, comme celle qui dit que le ministère de la Justice serait un repère de pédophiles : comprendre à travers ces légendes urbaines que c’est au cœur du Système que les grands criminels en col blanc seraient paradoxalement le moins en danger.

Aujourd’hui, ce qui n’était pas le cas en 1986, date des faits relatés par Fauré, la consommation de drogue n’envoie plus tellement en prison. Il y a une tolérance de fait, les policiers ayant d’autres chats à fouetter que de simples consommateurs, qui s’éclatent comme ils veulent sans faire de mal à personne (sauf à eux-mêmes, mais le volet médical n’est pas l’objet de cet article). En revanche, les dealers, eux, se retrouvent souvent en taule, sauf s’ils rendent quelques menus services à la police. Le grand jeu du chat et de la souris tolère quelques entorses, si c’est pour le bien de la vérité ou de la justice.

 

 

Fauré balance aussi Pasqua, qui revient comme un mantra dans le bouquin, et qui aurait financé le SAC (service d’action civique, la milice gaulliste) avec l’argent de « gros braquages » – ce qui est montré dans le film Les Lyonnais d’Olivier Marchal mais sans qu’on puisse reconnaître le futur ministre de l’Intérieur de Chirac – et peut-être de l’héroïne corso-marseillaise, selon d’autres sources, mais moins fiables.

Toutes ces histoires de grosse came touchent évidemment le politique, mais pas dans le sens de quelques ministres ou présidents qui sniffent : cela touche des intérêts et des protections très élevés. La justice n’est pas épargnée, la police non plus. Et encore, on ne parle pas des coups monstrueux issus du braquage du siècle, celui de la taxe carbone. Nous y reviendrons...

Pour ce qui concerne le racket ou la protection de Johnny, il n’est pas le seul dans le show-biz à avoir eu un homme de main qui a fait le conducteur (de voiture, blindée ou pas), le porteur (de came, ça limite les problèmes) et le rabatteur (en général de filles). Deal de came, deal de sexe et protection armée vont souvent ensemble.

Au final, Gilles Verdez nous a bien fait rire quand il a rappelé sans relâche que la drogue c’était mal, que des enfants regardaient, que la cocaïne comme le haschisch étaient « interdits et dangereux », alors qu’il bosse à la télé, par exemple chez Hanouna, et qu’il sait bien que ceux qui ne consomment pas ne sont pas légion dans ce milieu.

 

Drogue, outil de contrôle des masses ?
lire sur Kontre Kulture

 

Drogue, justice et politique, sur E&R :

 






Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2078926

    "Il y a une tolérance de fait, les policiers ayant d’autres chats à fouetter que de simples consommateurs, " totalement faux ! les consommateurs de cannabis sont dans le viseur des forces de l’ordre,ils sont prioritaires ... fini le temps où l’on pouvait consommer un joint tranquillement sur une plage ou dans un parc ;
    Aujourd’hui c’est RPC directe, donc tribunal, prises d’empreintes systématique et fichage ADN.Toutes les 6 minutes en France est arrêté un consommateur de cannabis, soit près de 150 000 par an soit près d’un 1,5 millions en 10 ans !!!!.Avec les récidives de consommation de cannabis ( tribunal correctionnel) on atteindrait un chiffre de 7000 individus en prison pour simple consommation de cannabis ou culture qui est requalifiée systématiquement en détention/consommation....Pour les flics ou gendarmes c’est le politique du chiffre : un fumeur ou cultivateur = un délit et son auteur ! donc 100% résolu. Sans parler des tests salivaires un peu partout, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, confiscation du véhicule, retrait de permis, tribunal...etc...
    La répression de la consommation de cannabis est la principale activité des gendarmes, des policiers, des magistrats,des avocats, des labos qui font les tests...etc...

     

    Répondre à ce message

    • #2078967

      Si seulement c’était vrai. Il faut encore plus de répression sur ce sujet. Il faut une véritable révolution morale... De même nature que celle déclanchée en Allemagne, autrefois. Terminée "la merde" dès l’âge de 14 ans... Du sport de combat et de la narure... Terminés les "champis" et la coke : des sports collectifs et de la nourriture saine. Terminés les trafics ethniques : les pourris sont à remigrer (avec toute leur famille). Ou le bagne.

       
    • Les pauvres choux, ils peuvent s’estimer heureux de pas avoir de Rodrigo Duterte en France.

       
    • #2079067

      @ auri

      Comparer de l’herbe a l’héroïne est hasardeux. Etes vous conscient qu’une bonne frange de la population en consomme sans problèmes aucun ?

      Buvez vous du vin ? la comparaison avec l’herbe est plus probante. En condamnant l’herbe ,vous faites le jeu des pharmaceutiques, cela a été démontré de facon certaine. Votre posture, morale, est la mauvaise.

      De grace, faite des recherches.

      Depuis quw j’en fume, je ne prend plus d’antidouleur en pilules, donc, je ne ressent plus de brulement d’estomac et mes douleurs dorsale sont fortement diminués : que du bon.

      Il faut arrêter de croire que l’herbe est néfaste, car ce n’est tout simplement pas vrai. Certe, il est possible que le jeune d’en face abuse...est-ce pire que tout les alcooliques ?

       
    • Vous inquiétez pas, vous finirez bien par l’avoir votre herbe magique taxée à 90% puisqu’il est interdit d’interdire...

       
    • #2079190

      @Le Malicieux #2079067

      Comparer de la drogue à de l’alcool est dans le meilleur des cas, incohérent. C’est pourtant la technique de manipulation la plus simple à démonter.

      Quand on prend de la drogue, c’est soit pour l’effet hallucinatoire, stimulant ou apaisant qu’elle produit. Soit parce qu’elle est devenue nécessaire pour notre fonctionnement normal.

      Quand je bois un verre de vin, c’est parce que j’en apprécie le goût, et un verre ne produit aucun effet sur le cerveau.

      Le but de la drogue, c’est de nous endormir l’esprit. Qu’on soit simplement sous son emprise ponctuelle, qu’on ait le cerveau ravagé par cette merdes, ou qu’on en soit dépendant, nos "maitres" ont les mains nettement plus libres.

       
    • #2079191

      @Le Malicieux
      Vous consommez certainement une herbe saine, ce n’est pas le cas de beaucoup de jeunes qui fument des pétards à base de pâte de cannabis. Et dans cette pâte Dieu sait ce qu’il y a, en tout cas j’ai connaissance de plusieurs jeunes dans mon entourage qui ont fini dans des hôpitaux psychiatriques pour des crise de comportement, complètement allumés les pauvres. C’est une histoire de qualité de cannabis, la prohibition rajoute à la mauvaise qualité, par conséquent il y aura encore des jeunes en prison et d’autres dans les hôpitaux. Après réflexion et observation des problèmes générés par le cannabis, il ,ne reste qu’une solution, la légalisation totale de la culture et la consommation de ce produit contrôlé et vendu dans des points de vente reconnus par l’État. Illico nous couperons l"herbe sous les pattes aux trafiquants et autres pourris de notre belle société mondaine. La valeur du cannabis ne doit jamais dépendre d’un marché opaque mais considéré comme un produit du quotidien au même titre que l’alcool ou autres psychotropes. Je vous garantis que Gégé et sa bande de pourris se retrouveront le bec et le cul dans l’eau, je ne parle même pas de la chute de la délinquance avec sa cohorte de faits divers chez nous. Après tout la gangrène ne vient pas du cannabis mais de l’organisation de son marché. Gégé en est la preuve vivante.

       
    • #2079356

      @ Ernestor

      "Quand je bois un verre de vin, c’est parce que j’en apprécie le goût, et un verre ne produit aucun effet sur le cerveau"

      Permettez : "AHAHAHAHAHAH"

      Deux choses donc.

      La première est que toutes les molécules que l’on ingère produisent un effet sur le cerveau, alcool, thc, cafeine, acides gras, acides aminés, fer, vitamines, TOUTES. Et cela, même si vous ne vous en rendez pas (plus) compte.

      La deuxième m’amène à un reportage "Enquête exclusive" (M6, 21 octobre 2018) qui ,si vous avez l’honnêteté intellectuelle d’aller le visionner afin de vous renseigner, vous apprendra qu’aujourd’hui le cannabis peut être un produit de "luxe" (comme le bon vin), travaillé avec finesse afin d’apprécier autant le goût que ses "effets sur le cerveau".

      Peu importe son petit "vice" dans la vie, tant que ce dit "vice" n’empiète pas sur la vie des autres. Je préfère 20 fois un fumeur dans son nuage à longueur de temps, mais calme, à un mec qui boit un week-end sur deux où ça se termine en bagarre, nuisance et dégradation.

       
    • #2079873

      Comparer de la drogue à de l’alcool est dans le meilleur des cas, incohérent. C’est pourtant la technique de manipulation la plus simple à démonter.




      ah oui, et c’est quoi l’alcool si ce n’est une drogue ? vous prenez vraiment les gens pour des cons, alcool tabac thé café sont des drogues "légales" coca khat cannabis ou betel des drogues illégales pour l’OMS, une officine tenue par le lobby pharmaceutique. une drogue est un médicament traditionnel, point barre et tout médicament a des effets secondaires : arrêtez avec votre idéologie à la con. l’opium (et ses dérivés codéine , morphine etc) est la drogue type : médicament ultra efficace et utilisé à fond par l’industrie pharmaceutique contre la douleur et les problèmes intestinaux, mais illégal quand consommé sans prescription médicale (au contraire de l’alccol)

       
    • #2080001

      tiens donc c’est nouveau ça ? et depuis quand les narcotrafiquants se sont reconvertis en pharmaciens-herboristes ? des parasites, des nuisibles qui s’autoproclament d’utilité publique ! On aura vraiment tout vu dans ce pays ... de Shit ...

       
    • #2080052
      Le 12 novembre à 18:28 par Rabbi couenne Bah Dit
      Chirac, Pasqua, Johnny : le dealer des stars ne "balance pas", il (...)

      à choisir ! il vaut mieux (est de très loin y’a pas photo) un lobby des laboratoires pharmaceutiques qu’un lobby des laboratoires de transformation de coke/héro ... et en plus les médocs en pharma sont remboursés par la Sécu

       
  • #2078970

    " Que vaut la parole d’un escroc qui a fait 18 ans de prison (en cumulé) ? " Plus que celle d’un politicien et d’un journaliste.

     

    Répondre à ce message

  • #2078976

    Je travaille dans un quartier parisien où un point de deal très important existe depuis longtemps, des jeunes comme des adultes pères de famille viennent s’approvisionner tranquillement... Les gars sont calmes dès lors qu’on ne vienne pas les embêter... Le plus gros risque, ce sont les règlements de compte entre dealers... La Police surveille en fermant les yeux, je suppose qu’il y a des petits arrangements... Le trafic de drogue profite à tous les corrompus et ils sont nombreux à se partager ’le gâteau"...

     

    Répondre à ce message

  • #2079014

    Toutes les stars - symboles mythiques du nouveau monde - prenaient ou prennent tous de la coke, c’est ce qui leur permet de voler au-dessus de la masse.
    Évidemment, çà suffit pas, faut aussi un minimum de talent.

     

    Répondre à ce message

    • #2079061
      Le 10 novembre à 23:50 par Taxe Al Carborne & Al Capote English
      Chirac, Pasqua, Johnny : le dealer des stars ne "balance pas", il (...)

      On voit bien là , l’apologie du crime et la culture du grand banditisme dans cette société décadente et ce système pourri jusqu’à la moelle ! maintenant les narcotrafiquants, les tueurs à gages , les barons de la drogue sont interviewés comme des stars à la radio et à la télévision et des bouquins sont édités à leur gloire ainsi que des films . inversion des valeurs morales et spirituelles à tous les niveaux ou/et quand le diable étatique mène le bal des vampires étatisés .

       
  • #2079040

    15 grammes par jour ? C’est humainement impossible qu’un homo sapiens absorbe quotidiennement une telle dose de cocaïne, non ? Peut être un cheval ou un bœuf pourrait y survivre mais un être humain...cela me semble fantaisiste comme allégation...est- ce qu’un amateur pourrait confirmer mes soupçons ?

     

    Répondre à ce message

    • #2079172

      A 15 G/jour tes sinus ne font pas long feu,tu es en hémorragie nasale quasi permanente ,
      puis vient la parano,le manque de sommeil et d’appétit font le reste au niveau santé,bref,ton corps ne fait pas de vieux os.
      Mettre cannabis et drogues chimiques dans le même article est absurde,c’est ce que font les politiques et autres ’’anti’’ qui n’y connaissent rien,mais ces produits ne sont comparables QUE par leur interdiction respective,sinon une plante et un distillat chimique n’ont rien en commun.

      L’industrie pharma pèse très lourd en ex france et ce n’est pas demain que la micro culture à titre personnelle sera ici autorisée comme c’est pourtant le cas dans de nombreux pays.

       
    • Il est pas obligé de snifer tout tout seul !!…

       
    • #2080383
      Le 13 novembre à 09:14 par Enculeur de mouche
      Chirac, Pasqua, Johnny : le dealer des stars ne "balance pas", il (...)

      Gérard Fauré goûte trop ses produits, il devrait plutôt essayer un traitement contre la mythomanie, je sais pas, des carottes en suppositoire (non ça ,ça va lui rappeler des souvenirs de détention, quand en cellule on l’appelait Gérard Fourré) , non, plutôt, la lecture de l’Évangile, l’Eglise et la confession, mais il ne me semble pas encore prés ..... je lui conseille , un traitement à effet retard, quelques anxiolytiques et des electro-narcoses
      Bien à vous Gérard Fourré-e-s ,d’un ami qui vous veut du bien

       
  • Je sais pas pourquoi, sans doute est il un grand dealer, mais j’ai l’impression d’entendre Gégé le mytho du bistrot du coin.

     

    Répondre à ce message

  • #2079219

    15 grammes par jour ? impossible, car la cocaïne est un stimulant, donc vous ne dormez plus et vous pouvez faire une crise cardiaque, car votre coeur bât trop fort ! simplement, donc si vous prenez trop d’excitant, il faut prendre d’autres drogues qui font le contraire comme l’herbe où l’héroïne, donc encore plus de drogues, pour vous informer, j’avais lu un livre d’un pharmacien, je ne sais plus le nom car le livre je l’ai prêté à une stagiaire d’une association pour les toxicomanes, jamais rendu, donc dans ce livre écrit par un allemand "Phanstatica" je crois, dans ce livre tout les effets des drogues sont expliqués, vous avez même les drogues comme le café, la noix de bétel, le qat, etc, avec des gravures, je suis dégouté par la personne qui me la jamais rendu...et elle a menti pour garder le livre et faire croire aux éducateurs que j’avais rêvé, alors que ce livre je n’ai plus, la couverture violette, avec beaucoup de notes de bas de pages, très instructifs, je l’avais acheté sur un vide grenier, à 5 francs

     

    Répondre à ce message

    • #2079246

      Bonjour Monsieur - l’auteur est un allemand qui s’appelle Louis Lewin. Le livre se vend encore (phantastica) et vous pouvez l’avoir mais malheureusement ce n’est pas a 5 francs. Soit vous telecharger en kindle ou vous imprimez par ordi ou vous commander sur le site nomme’ apres la grande fleuve en amerique latine. Ce qui me frappe le plus avec votre message c’est le fait qu’il y a toujours un europeen qui a observe’ et ecrit sur un sujet et entre temps aujourd’hui on est bombarde’ par des conneries de tele-spectacle (Escobar etc).

       
    • #2079996

      @katarina........désolé pour vous, il y a des objets qui représentent plus que des objets...on y tient et ce genre de mésaventures vous marque comme une authentique trahison .

       
  • #2079252

    Et Badinter qui certifiait dernièrement sur FInter que la justice était indépendante du pouvoir politique. Le gugusse s’est prix un maximum grâce a Chirac, et la complicité des juges qui n’ont pas condamné les sniffeurs.

     

    Répondre à ce message

  • #2079506

    Secrets de polichinelle...

    La vie est belle en calebut à Brégançon, une corona fraîche dans une main, une paire de jumelle dans l’autre pour mater les gueuses...

    Méfiance quand même vis-à-vis des ’’balances’’ officielles : n’importe quel individu conscient et informé sait que le milieu du show-biz, des affaires et de la politique est infesté de consommateurs de drogues synthétiques, légales ou pas.

    Quant aux cannabis en particulier, sa prohibition sert à deux choses :
    - empêcher une certaine émancipation des peuples au niveau des matières premières puisque la plante a d’innombrables qualités industrielles documentées ;
    - permettre aux quartiers pauvres de survivre.

    Son usage comme psychotrope peut être problématique pour certaines personnes mais il est thérapeutique pour d’autres. Concrètement c’est soit un marché clandestin perpétuel sans aucun contrôle sur le produit, soit un article légalisé et contrôlé à fins récréative et médicale.

    La meilleure solution étant de lui (re)donner son rôle industriel en tant que fibre et molécules de premier choix et d’alternative au pétrole, aux pesticides, engrais etc. Le gouvernement canadien avait émis en 2008 une étude présentant ces faits.

    10 ans plus tard, ils ont légalisé la consommation et la vente à fins récréatives et il n’y a pas eu de hordes de drogués-zombies déambulant dans les rues. Rien n’a été fait sur le volet industriel.

    Les Français se sont fait rire en pleine poire depuis des années par des vilains drogués, méchante découverte.

     

    Répondre à ce message

  • #2079626

    " Beaucoup d’observateurs, dont des consommateurs réguliers de cocaïne, en quelque sorte experts en la matière, se sont interrogés sur les sautes d’humeur et l’énergie farouche de plusieurs de nos ministres de l’Intérieur. "
    Sarkozy aurait déclaré : " c’est de la diffamation ! Je suis blanc comme neige ! " et Valls aurait ajouté : " Je plussoie ! Moi j’ai toujours dit que çà manquait de blancos ! "

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents