Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Conséquence de la propagande mondialiste : l’Église est attaquée de toutes parts

Les attaques que subissent l’Église en général et les églises en particulier, sans oublier leurs hommes, augmentent dans la France mondialiste d’Emmanuel Macron. Le président de la République n’en est pas responsable en personne, mais l’idéologie qu’il professe, malgré sa petite phrase électoraliste sur la laïcité qui n’a « pas pour fonction de nier le spirituel », va dans le sens d’une éradication de la croyance et des croyants. Pour parler plus franchement, les idées et les actes de Macron sont à l’exact opposé de ce que l’Église professe. Sur l’argent, la famille, l’amour, la générosité, le sexe, les vertus, le jeune élu qui semble moderne aux yeux de ses électeurs libéraux exprime des valeurs inverses. De là à dire qu’il travaille pour le Diable...

 

 

De partout les signaux sont alarmants, et ce n’est pas le journal La Croix, passé complètement à la gauche sociétale dans une entreprise masochiste extraordinaire, quasiment miraculeuse (pour les libéraux), qui va tirer la sonnette d’alarme. En pleine campagne contre Mgr Barbarin, poussé par le pouvoir profond à abdiquer son pouvoir céleste, presque à renier sa foi, La Croix n’a rien trouvé de mieux que de promouvoir la tournée du réalisateur gauchiste homosexuel François Ozon pour son film anticatholique.

« Le film "Grâce à Dieu" du réalisateur français François Ozon sur les scandales de pédophilie dans l’Église catholique a été récompensé samedi soir à Berlin, à quelques jours d’une décision de justice sur un éventuel report de sa sortie. Le festival du film de Berlin a décerné sa deuxième récompense majeure après l’Ours d’or à ce long métrage, tourné en secret l’an dernier. "Ce film essaie de rompre le silence d’institutions puissantes" sur ces affaires d’abus sexuels d’enfants, a déclaré le metteur en scène français de 51 ans en recevant sa récompense."Je veux partager ce prix avec les hommes libres qui m’ont inspiré" qui "ont été victimes d’un prêtre pédophile", a-t-il ajouté, ému... »

JPEG - 399.6 ko
François Ozon reçoit sa récompense
(une gargouille ?)

 

« Le silence d’institutions puissantes » dit-il... On en connaît d’autres, et de plus puissantes encore !
Dans le numéro du 17 février 2019, le journal chrétien met un genou à terre sous la pression. Mais ce n’est rien à côté du Monde qui donne la parole au réalisateur dans un tour de passe-passe dont il a le secret : d’accusateur, le film devient accusé, d’agresseur, il devient victime... de l’hypocrisie de l’Église. Ozon est interrogé par Jacques Mandelbaum, spécialiste du cinéma et grand sioniste devant l’Éternel. Au Monde, on ne laisse pas le secteur culturel, qui façonne les esprits, à n’importe qui.

« Comment comprenez-vous les attaques dont votre film, avant même sa sortie, a fait l’objet ?
Je les comprends pour ce qu’elles sont, c’est une stratégie de la défense des parties mises en cause qui justifie de son action en faisant valoir que le film, s’il sortait aujourd’hui, porterait atteinte à leur présomption d’innocence. Il faut d’abord rappeler que notre tournage s’est déroulé en mars 2018, et qu’à ce moment, nous pensions que les procès auraient lieu plus rapidement, que le verdict tomberait en janvier 2019, et que nous sortirions le film dans la foulée. Cela ne s’est pas passé ainsi.
Mais cela n’enlève rien au fait que le film s’est construit sur des documents qui existent, depuis le dossier monté par les victimes jusqu’aux aveux du père Preynat, qui a déjà reconnu sa responsabilité. Il n’y a aucun scoop dans ce film. Il n’invente ni ne dit rien qui n’ait déjà été porté à la connaissance du public par la presse, les livres ou les documentaires consacrés déjà à cette affaire. Je pense que la raison de l’attaque marque aussi la puissance du cinéma. »

« La puissance du cinéma », quel euphémisme, on ne saurait mieux dire ! La bande-annonce de l’agression sous un prétexte vertueux est là :

 

Josiane Balasko (la multimillionnaire gauchiste patronne des clandestins dans la vie) joue la mère d’Emmanuel Thomassin, victime du prêtre pédophile...

« Un débat inédit. Samedi 6 avril, le cinéma Bellecombe dans le 6e arrondissement de Lyon, à l’issue de la projection du film “Grâce à Dieu” sur l’affaire Preynat, sera le théâtre d’une rencontre entre François Ozon, le réalisateur, François Devaux, le président de l’association la Parole libérée et le père Yves Baumgarten qui a pris temporairement le relais du cardinal Philippe Barbarin à la tête du diocèse de Lyon. Alors que l’Église lyonnaise demeure dans la tourmente... » (La Croix du 5 avril 2019

Que les victimes d’abus pédophiles dans l’Église ne se méprennent pas sur notre angle : personne ici ne nie les faits, mais on s’intéresse à leur très opportune et très politique exploitation.

Mgr Barbarin, qui a été poussé vers la sortie pour ne pas avoir dévoilé des faits datant d’il y a 30 ans, est l’homme qui a pris la tête de la résistance au pouvoir hollandiste en 2013 sur la question du mariage gay. L’idéologie mondialiste aux commandes ne pouvait pas tolérer une telle insoumission. Six ans après les grandes manifestations parisiennes, le cardinal paye. Parce que l’argument de la pédophilie pourrait être facilement renvoyé au camp d’en face.
Car quel est le camp d’en face ? La gauche libérale libertaire, celle de la liberté sexuelle, de toutes les libertés, même celles qui violent la loi, une liberté qui est offerte en pâture à ceux dont on a confisqué la liberté d’expression politique. Beaucoup tombent dans le piège, c’est un autre débat. Mais le Diable est dans la tentation.

Il suffirait, pour renverser la vapeur, de balancer les noms de tous les cathophobes pédocriminels et les choses changeraient brusquement de couleur, mais les catholiques sont le pot de terre contre le pot de fer du pouvoir profond. Ils ont contre eux les médias, qui font encore un tant soit peu l’opinion, ou qui l’ont faite à leur mesure depuis 50 ans, et les pouvoirs politiques successifs. Les gouvernements libéraux sur les mœurs et sur l’économie, car tout va ensemble.

En parlant de médias, voici l’émission des mondialistes gay-friendly de Quotidien sur la chaîne TMC. Y est abordé le thème récurrent du mariage des prêtres, qui est tout simplement la tentation appliquée aux hommes de Dieu. On ne peut pas faire plus diabolique ! Mais ça marche, la production en a trouvé un. Que la petite « journaliste » s’empresse d’interviewer. Mais avant, le résumé de la partie sociétale de l’émission, avec un apparentement tombé du ciel...

« On parle du mariage des prêtres avec Salhia Brakhlia, de la “décence numérique” demandée par Auschwitz avec Lilia Hassaine, de Nicolas Sarkozy avec Yann Barthès, de la conférence de presse de la France Insoumise avec Azzeddine Ahmed-Chaouch, de la victoire de Benoit Hamon sur France 2 avec Julien Bellver et d’Appels d’urgences avec Étienne Carbonnier. La question n’est pas nouvelle, mais elle pourrait trouver une réponse positive dans un avenir plus ou moins proche : les prêtres doivent-ils avoir le droit de se marier dans l’Église catholique ? Avec la crise qu’elle traverse actuellement, l’Église catholique sent la nécessité de se renouveler, de se moderniser. On en parle avec Salhia Brakhlia dans son Moment de vérité. Selfies, mises en scène, photos inappropriées… le mémorial d’Auschwitz réclame plus de décence de la part de ses visiteurs. Depuis plusieurs mois fleurissent sur les réseaux sociaux des photos jugées indécentes d’adolescents et d’adultes dans l’enceinte de l’ancien camp de concentration où sont morts près d’un million de juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. On en parle avec Lilia Hassaine dans son Zoom. »

 

Les attaques ne se limitent pas aux préceptes de l’Église, elles visent aussi les hommes, on l’a vu avec Barbarin. Plus crue est la violence que subissent les croyants à Marseille, où ils sont maintenant insultés dans les rues. Merci aux médias qui ont sapé l’image des catholiques depuis un demi-siècle, le résultat de leur travail de fond est là. Ces mêmes médias qui ne parlent que des insultes à caractère antisémite... ou l’arbre qui cache la forêt des agressions christianophobes.

On ne compte plus les églises délabrées, souillées, mais aussi les agressions verbales :

« François Valty est un ostéopathe réputé à Marseille. Parmi la clientèle de son cabinet, situé dans le quartier de Notre-Dame-de-la-Garde, des religieuses et des prêtres. “Je soigne les corps, mais je suis frappé par la grande détresse de certains de mes patients religieux.” Ces hommes et femmes d’Église se confient au praticien qu’ils savent catholique et fervent pratiquant. Ses mots à lui sont crus : “Ils ont été traités de “pédés” ou de “salopes” par des inconnus croisés dans la rue. Juste parce qu’ils étaient identifiables avec leurs habits de prêtre ou de religieuse de la Congrégation des Sœurs de la Compassion”. » (Le Figaro du 5 avril 2019)

La hiérarchie ne sait comment réagir à cette guerre ouverte :

« À l’évêché de Marseille, le vicaire général évoque des incidents isolés, tout en reconnaissant avoir lui-même eu droit à un “pédophile” lâché dans la rue par un inconnu sur son passage. Pierre Brunet fait partie des prêtres qui militent pour la pleine reconnaissance des victimes et la condamnation par la justice des coupables de viols et d’actes pédophiles. Mais il est blessé par la théorie - développée notamment sur les réseaux sociaux – qui relie les actes pédophiles au célibat des prêtres. “La plupart des actes pédophiles sont incestueux et se passent dans les familles, avec des gens qui ont une sexualité. Le célibat, c’est la consécration de nos vies à Dieu. Cela marque notre engagement total dans la foi”. »

Fantastique gauche sociétale, qui a réussi à renverser la vapeur et à salir le camp adverse de ses propres souillures morales !

Et que peuvent les Frères et Sœurs qui sont confrontés à cette violence d’État, un État qui professe une pseudo-laïcité pour ne pas dire sa préférence pour le sionisme, cette religion d’État qui s’attaque avec des moyens différents mais puissants aux deux religions principales en France ?

« S’il y a bien une chose dont j’aurai toujours du mal à m’offusquer, c’est le traitement médiatique des affaires de pédophilie dans l’Église. » (Ingrid Riocreux dans Causeur)

Les nationaux-sionistes de Causeur prennent habituellement la fausse défense de l’Église catholique car il s’agit de remettre les cathos dans leur camp, contre les musulmans.
Le 30 mars 2017, Ingrid Riocreux écrit un article sur la « pédophilie dans l’Église (journalistes, tapez fort mais tapez juste !) », une expression désormais bien entrée dans les esprits. On devrait d’ailleurs l’écrire pédophiliedansléglise, en un mot. Le chercheur et critique littéraire, qui a décrypté la « langue des médias, la destruction du langage et la fabrication du consentement », c’est le titre de son ouvrage, ne joue pas sur le deux poids deux mesures en matière de pédophilie. Elle cite le travail des gauchistes de Premières Lignes sur le sujet, un sujet présenté par Élise Lucet dans Cash investigation :

 

 

Si factuellement comme elle le dit il n’y a rien à dire, nous savons qu’il est impossible de réaliser le même sujet sur la pédophilie de gauche, celle qui émane du milieu homosexuel tout-puissant dans la politique, les médias et la Banque. Car la séparation entre homosexuels et pédophiles dans le milieu LGBT n’a pas été faite, sauf pour la galerie !

Alors, l’Église de France est-elle condamnée à prendre des coups, à ne pas les rendre selon le précepte du Christ, et à finir laminée par l’offense médiatique permanente, qui est un appel au lynchage à peine déguisé ? Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’en haut lieu le pape François ne combat pas le Diable – c’est le surnom de l’idéologie mondialiste –, il le trouve même très bien. Il appelle l’Europe à s’ouvrir aux migrants, et fustige les « barrières » élevées par les vilains souverainistes.

Le Vatican a signé le pacte de Marrakech. Les propos du pape ne laissent aucun doute sur sa soumission au mondialisme : il veut « construire une société interculturelle et ouverte » avec « des villes accueillantes, plurielles et attentives aux processus interculturels ». En voyage au Maroc le 31 mars 2019, le pape a dévoilé son programme en quatre points : « accueillir », « protéger », « promouvoir » et « intégrer » les migrants.

Tiens, le même programme qu’Emmanuel Macron et Yann Barthès, ces « hommes » nouveaux qui se sont fabriqué un nouveau dieu.

 

Un petit débat du Figaro, journal théoriquement catholique, sur l’Église dans la tourmente :

À ne pas manquer, sur E&R :

Voilà où mène la propagande antichrétienne, sur E&R :

 






Alerter

124 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Encourageons nos Saints prêtres qui donnent leur vie pour leur foi. Ceux qui fautent ne sont qu’un petit nombre, d’après les statistiques que j’ai pu voir, cela représente 1 prêtre tous les 5 ans dans le monde entier. C’est sûr que c’est toujours trop, mais par rapport à l’éducation national avec qui les enfants sont en contact permanent, et là combien y a-t-il d’enfants victimes ? Silence des médias.
    A vous tous nos bons prêtres, que le bon Dieu vous protège, nous sommes avec vous dans la prière.

     

    Répondre à ce message

  • Question :
    Commet se fait il qu’une personne entrainée pendant des années par la vie monastique, l’étude des textes en latin, la pratique intensive tous les jours, les prêches, etc....
    puissent encore être capable de passer à l’acte, par magouilles, mensonges, ruses, dans des activités sexuelles allant jusqu’à la pédophilie ?
    Si lui n’y arrive pas, que dire alors des autres croyants qui vivent dans la société ?
    Il y a un truc qui cloche quelque part.

     

    Répondre à ce message

    • Ce truc s’appelle tout simplement Satan.

       
    • #2173161
      Le 7 avril à 05:45 par les habits ça sert d’auto
      Conséquence de la propagande mondialiste : l’Église est attaquée de toutes (...)

      Et quand Satan l’habite, ...

       
    • #2173167

      Les sales types qui font cela n’ont plus aucune fois tout simplement
      Moi je suis catholique et parfois quand je vois des petits cons de voleurs je me dis un jour je vais en crever un, mais jamais je ne le fais, parce-que on ne tu pas un enfant parce-qu’il nous a volé un objet sur un étal ,au pire un coup de pieds au cul
      Ces curés n’ont ni la foi ni la charité ce sont juste de grands malades et des pervers
      Laisser un pervers en liberté ce n’est ni l’aider ni l’aimer mais c’est en plus mettre en danger d’autres enfants ce n’est donc en rien chrétien (Luc 18-16 ) laissez venir à moi les tous petits enfants
      l’Eglise aujourd’hui est infiltré elle doit lutter de l’intérieur son mal est en son sein
      Un grand ménage doit se passer et tant que cette Rome garde des prélats des curés des évêques des cardinaux marrons , n’en sortira que des serpents
      Depuis Vatican II on a Lucifer aux commandes
      Seul une Église forte peut encore lutter et c’est pas un bergoglio qui va arranger cela
      Udp camarade

       
    • Désolé, mais la question demeure.
      Savez-vous que le séminaire pour devenir prêtre dure 6 ans minimum, avec un entrainement physique et intellectuelle intense. C’est comme un doctorat. On ne plaisante pas là bas.
      Les mecs sont hyper entrainés, et continuent la pratique comme "professionnel" et après vous me dîtes que c’est Satan ou que ce sont des sales types, pervers ?
      Je vous mets au défi de tenir un an au séminaire. (Un pote a moi, ancien curé, m’a tout raconté).
      Si ce genre d’entrainement ne change pas la personne, que dire alors de tous les croyants dehors, ils n’ont aucune chance.
      Il y a un truc qui cloche.

       
    • @Jay
      Je vois pas le rapport, séminaire ou pas c’est une vocation sacerdotale
      Maître Viguier me semble-t-il et plein d’autres, ont fait le séminaire et n’ont pas eu la vocation
      Qu’il y est des brebis galeuses qui arrivent a feindre des religieux, cela n’a rien d’extraordinaire
      Ca reste des hommes, qui forment d’autres hommes, un curé, un évêque, un cardinal ou un pape reste un homme , il a certes un appel, une grace particulière, une vocation mais ils ne sont pas Dieu
      Sinon l’Eglise ne serait pas infiltré, ni pleine de poison, tel que Mgr Lustiger, cardinal Bea ,André Vingt-Trois, Schönborn j’en passe et des Meyer
      Le demon est bien plus fort que tu ne penses , d’ou l’intérêt de la prière, du chapelet et du rosaire
      Crdlt
      Sursum Corda

       
    • "l’intérêt de la prière, du chapelet et du rosaire"
      Eh bien pendant le séminaire, ils doivent en bouffer de la prière, du chapelet et du rosaire, plus que n’importe quel croyant chez lui confortablement installé.
      Maitre viguier aurait fait les 6 années de séminaire ? Vos sources ?
      Si ces 6 années de pratiques intenses ne transforment pas, alors que dire à l’extérieur.
      C’est tellement dur qu’il n’y a plus de candidat pratiquement et c’est un gros problème pour l’église et son futur.

       
    • @Jay
      Mes sources sont ,maître Viguier lui-même en parle dans une conference ou il se présente, comme ayant vécu en cloture dans un monastère ou un séminaire (ou il a étudié les textes)
      Si tu cherches tu l’as retrouveras, je me rappelle l’avoir envoyé a un abbé de la Frat’

       
    • Il y a la qualité des séminaires et des professeurs aussi.
      Ce lien vous aidera à comprendre :
      http://blog.catholicapedia.net/

      Vous avez une publication sur l’invalidité des rites et une autre du 28 mars concernant l’Abbé Gleize professeur à Écône. Cela vous donnera une idée.

      Et pensez aussi que malgré l’austerité des ordres religieux et leurs diaboliques horreurs des images religieuses, les marranes ont réussi à les infiltrer dès le XIIè-XIIIè siècles. Pour ne pas éveiller de soupçons, ils avaient ces images dans leurs cellules et tenaient le coup, leurs fanatismes aidant.
      Ils en tiraient une grande gloire. Et les esprits modernistes imbus de leurs hédonismes tiennent très rarement et comme les professeurs sont de plus en plus médiocres et relativistes tout périclites.
      On comprend aussi que toutes les hérésies initiées par leur soins étaient iconoclastes, demandaient le mariage des prêtres ou la suppression de la hiérarchie de l’Église... Tout se détricote.

      Mais avec de bons professeurs et la vocation, Dieu soit loué, il y eut des saints prêtres.

       
  • Personnellement étant reste 7annees dans le même Lycée catholique pour ttes mes études secondaires, avec des profs d’un bon niveau, sans avoir jamais vu ou entendu de problème de mœurs, j’hallucine quand je lis tous les mythos qui sont dits et écrits sur ces sujets.
    Il y a beaucoup d’homosexuels qui cherchent a nous inonder de sarcasmes pour se venger de leur pauvreté d’existence, c’est assez clair et on ne peut que les plaindre !
    La grande majorité des prêtres est bien entendu constituée de personnes formidables. Quant aux (rares)prêtres indélicats et criminels, je suis d’avis de les bannir de toute fonction, et de l’Eglise. Ils n’y ont pas leur place et doivent passer par la case prison. C’est très grave de détruire l’avenir d’un enfant. Honte a eux !
    Arya

     

    Répondre à ce message

    • idem ,issu d’une famille très catho ,j’ai fréquenté assidûment l’église depuis ma plus tendre enfance ,caté. puis enfant de chœur pendant des années et jamais de problème de cet ordre .pour être honnête pendant mes années scolaires et au collège rien non plus avec les profs gaucho !

       
    • Idem pour moi, je n’ai jamais été de toute ma vie confrontée à un geste déplacé d’un prêtre, bien au contraire je n’ai connu que des prêtres respectueux de ses paroissiens.
      Souvenez-vous de l’abbé Bréhéret condamné par deux jumelles de Doué la Fontaine dans le 49, et ça s’est avéré par la suite que les filles, poussées par leur copain de l’époque, aurait avoué avoir menti juste pour se faire du fric sur le dos de l’église. L’une d’elle, poursuivie par la malédiction en a perdu son ami qui est décédé. Mais pendant ce temps ce pauvre curé Bréhéret est tombé malade en prison et n’est plus de ce monde.

       
  • Ca, ça ne marche qu’en une Europe décadente.

    Aucun "désarroi" des catholiques des autres continents.
    Non seulement, parce que, là les médias judeo-maçonniques n’ont aucune prise, mais parce que là les catholiques ont vraiment la foi. Sans les "oui, mais moi je..." des occidentaux, qui, pour la grande majorité de ceux qui se disent croyants, n’ont en réalité jamais expérimenté la foi en dieu. Car cela équivaut à l’effacement de "l’égo" et de la soumission de son être (à l’image de toute la création) à Dieu, qui est seul suprême, et rien n’échappe à sa volonté. Et ce n’est certainement pas l’incompréhension individuelle qui serait habilité à remettre cela en question.
    Donc, humilité s’impose automatiquement, ainsi que l’effacement de l’égo.
    Mais le culte de ce dernier, en occident, est porté à un niveau tel, que le pas est devenu souvent infranchissable. C’est la fameuse "mode de vie" qui nous est si chère. Synonyme de "liberté", hérité également des ""lumières""...
    En bref, pour des vrais croyants qui ont la foi ferme en Dieu et qui pratiquent leur religion toute en la vivant de l’intérieur comme à l’extérieur, il n’y a rien à craindre des dénonciations calomnieuses à l’égard de l’Eglise, au travers de quelques (humains) égarés brebis galeux parmi ses rangs, malicieusement publicité par ses ennemis déclarés afin d’en éloigner dans les faits, des "fidèles" qui en sont déjà éloigné par le coeur.

     

    Répondre à ce message

    • saint Augustin :
      « Dès lors, en effet, que le Christ est le Verbe de Dieu, son action même est pour nous une véritable parole. Puisque ce miracle, dont nous avons entendu le récit, nous paraît si grand, cherchons à en saisir l’étonnante signification. Ne nous arrêtons pas à sa surface, essayons d’en mesurer la profondeur, car le prodige extérieur que nous admirons
      a une signification cachée et mystérieuse. Si nous apercevions, quelque part, une belle écriture, nous ne nous bornerions pas à louer le talent de l’écrivain, qui aurait tracé des lettres si belles, à tel point égales, et pareilles les unes aux autres ; nous les lirions aussi pour en connaître le sens. Ainsi doit-il en être de cet événement qui nous apparaît si merveilleux
      Udp

       
    • @ lodovic

      vous êtes bien gentil, mais ce n’est pas parce qu’en Europe de l’ouest, c’est la merde que l’herbe est plus verte ailleurs ! Les autres contrées aussi sont exposées à la dégénérescence, même à un rythme moindre.

       
    • Oui, c’est vrai.
      Mais, la nature même de cette dégénérécence, a ses racines précisément en Occident.
      Animé par des agents aussi actifs que dévoués, mués par une spiritualité à rebours et certainement favorisé par d’autres forces occultes (mais toujours avec la permission de Dieu), il s’y est développé un mode de pensé qui désacralise la vie, la vertu, et sa récompense (possible), le bonheur et l’abondance. (Un roi se devait d’être "richissime" en vertu de son excellence de droit divin...) L’argent (l’or) qui en était une forme d’expression, est devenu ainsi une vulgaire monnaie d’échange entre les mains des banquiers, qui par inversion, semblait désormais pouvoir acheter tout ce dont il aurait dû rester au contraire la conséquence.
      (Et on doit rajouter : "possible", car rien n’est automatique ou "systématique" dans ces choses là, les voies de Dieu étant impénétrables...)
      L’apothéose de cette société marchande où richesse et abondance sont dissociées des vertus et de la faveur divine, voire deviennent auto-génératrice (capital), était la révolution industrielle.
      Même l’idée la plus élémentaire de justice sociale était alors niée, par les bénéficiaires de ce nouveau système social, dont le mode de pensé a déjà muté.
      Les luttes sociales sanglantes qui ont succédées par réaction naturelle, a donné lieu à une autre stratégie : lacher des "avantages" aux populations, afin qu’ils se sentent partie prenantes à la jouissance du "nouveau monde", afin qu’ils ne ressentent plus leur condition d’esclave.
      Leur point de vu purement matériel et quantitatif a donné naissance à une science utilitariste qui prétend de pouvoir tout faire mais ne peut rien expliquer.
      Divertissements sensuels, hypnotisants, addictifs ... la "société du spectacle" est appelée à remplacer les désirs innés de vérité, de justice, de beauté et de spirituel : l’Amour de Dieu.
      L’instruction publique n’est qu’endoctrinement au service du pouvoir depuis sa naissance.
      Quant au pouvoir, et ses représentants pré-sélectionnés, ils sont contre-initiés dans les secrets de cette spiritualité à rebours qui est au fondement de cette unique et extrème déviation des sociétés humaines.
      Et ça se passe en Occident, depuis plus de deux sciècles, en de plus en plus accéléré.
      Plusieurs générations s’en sont imprégnées... c’est parti dans les gènes.

      Mais, justement là, il y a quelque chose de fondamental en cours chez les GJ.
      — -
      Et merci pour le très beau texte de Saint Augustin.

       
  • #2173534

    Les prêtres pédophiles sont à punir bien évidemment mais ce n’est pas pour autant qu’il faut renier la religion catholique.
    La foi d’un chrétien ne s’évanouit pas lorsque de terribles nouvelles apparaissent au grand jour ou alors il ne croit pas suffisamment en Dieu.

     

    Répondre à ce message

  • Et voilà, comme d’habitude, à la fin d’un article correct, sensé, concocté de façon à être inattaquable, le venin dans la queue : on nous invite à tomber à bras raccourcis sur le pape. Dommage, car c’est la logique du scorpion, qui se pique lui-même ; chez les humains, parfois véritables miroirs du diable, ça s’appelle gentiment scier la branche sur laquelle on est assis. Alors voilà quelques suggestions reconstructives, si l’auteur veut bien faire encore un pas en avant, et assumer que c’est bien le Vatican comme institution qui est visé, par accumulation de procès truqués contre ses archevêques de tous les coins de la planète (Los Angeles, Australie, Lyon etc) : couler le pape, c’est aussi couler l’Eglise, et démolir le principal rempart spirituel à l’échelle mondiale, contre le despotisme libéral-libertaire mondialiste, et la marchandisation complète de la reproduction humaine. Chaque pape, depuis saint Pierre, crucifié à Rome, et après saint Etienne, premier martyr et premier diacre, lapidé à Jérusalem par le Sanhédrin, est dénigré et vilipendé par des ennemis inébranlables, mais capables de varier leurs angles d’attaque. Nous pouvons aider l’Eglise, car nous sommes l’Eglise, plutôt qu’accabler un pape honnête et probablement dépassé par les cabales médiatiques, qu’il ne parvient pas à évaluer, encore moins à maîtriser. L’Eglise a pour vocation de nous protéger. Elle a besoin de notre protection active, certainement pas d’un schisme suicidaire entre néo-pharisiens et brebis égarées, rigoristes et modernistes. Les passerelles existent, il est temps de faire front commun. Et de ne pas oublier, comme dit Dieudonné, que l’islam aussi peut être un chemin vers Jésus....

     

    Répondre à ce message

  • Jésus-Christ, nous sommes touchés par sa mort et en communion avec sa Vie.
    L’homme est naturellement bon, ce qui ne lui réussit pas, c’est le contre-nature.

     

    Répondre à ce message

  • Si il y a des pédophiles dans l’église c’est qu’il y a des homosexuels, la frontière entre pédophilie et homosexualité est infime. Des homos à qui ils veulent confier des gosses d’ailleurs. Le mariage n’est pas un gage de respectabilité vu que la majorité des pedocriminels sont des hommes mariés et pour la plupart père de famille, il est ridicule de dire qu’une fois les prêtres mariés le phénomène va s’arrêter.

     

    Répondre à ce message

  • L’Église est dépositaire de la Vérité Divine. Et ça, les mondialistes ne pourront jamais le supporter car le salut de l’Homme se trouve dans l’Église fondée par le Christ. Comment voler l’âme et pervertir la personne faisant parti de la famille du Christ ? Impossible.

    C’est l’équation que veulent résoudre en vain, les mondialistes.
    Voilà la raison pour laquelle seule l’Église Catholique est attaquée de cette manière par ces mondialistes qui travaillent avant tout pour l’oeuvre de Satan.

    Ils ont déjà perdu. L’Église triomphera.

     

    Répondre à ce message

  • Remarquable article ! Un régal ! Un seul passage avec lequel je ne suis pas d’accord : je ne pense pas que notre Pape soit mondialiste...il ne pouvait pas ne pas signer le pacte de Marrakech...parce que notre religion "ne peut pas, ne doit pas, rester indifférente face à la souffrance...et là il s’agit en l’occurrence de la souffrance de migrants"...et… il est le Chef de notre Eglise ! Je vous avoue personnellement que je n’ai pas vraiment apprécié ce geste, mais je n’ai pas été étonnée qu’il prenne une telle décision… qui sert les mondialistes !!

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents