Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Courrier des lecteurs

Je vous écris d’Algérie...

Bonjour Mr Soral

Je vous écris d’Algérie.

Il est manifeste que vous avez préféré observer une certaine neutralité concernant le traitement des événements qui secouent l’Algérie actuellement. Que ce soit pour des raisons éditoriales ou par prudence, votre posture reste respectable.

Du fond des événements, je vous écris, pour vous apporter un petit témoignage, assez personnel.

Les événements s’enchaînent à une vitesse vertigineuse, en 2 à 3 jours d’écriture de ce courrier, tant de choses ont déjà changé, ça m’a fait même hésiter à l’envoyer.

Ne vous sentez pas personnellement concernés par tous les « Vous » de mon courrier, à travers vous je m’adresse quelques parts aussi à vos compatriotes et dirigeants. Que vous jugiez utile de le publier ou pas, cela ne change rien à mon plaisir de vous avoir écrit.

La décennie noire algérienne et le printemps arabe aidant, nous avons longtemps considéré, même à contre cœur, que nos dirigeants sont contextuellement le moindre mal pour nous. Avec toute notre souffrance quotidienne, l’Algérie n’a jamais cédé aux chants des sirènes de la démocratisation par les bombes. Un choix assumé, un peu par sens de l’honneur (les Algériens disent : « Moi et mon frère contre le cousin, moi mon frère et mon cousin contre l’adversaire »), et un peu parce que même avec toutes les exactions en interne, à l’international l’Algérie ne nous a jamais donné de quoi être gênés (jusqu’à ces dernières années, avec l’image d’un président impotent, ne pouvant même pas recevoir ses hôtes, ou encore cette dernière tournée de la honte ou le régime est allé quémander des soutiens à l’étranger contre son propre peuple, alors que le peuple refuse catégoriquement l’internationalisation de la question algérienne).

Si vous voulez énerver un algérien, parlez-lui du printemps arabe ! Ils tiennent ça en horreur, et ils sont persuadés que leur mouvement n’en est pas un. Ils ne comprennent pas pourquoi les experts insistent tant à l’aligner avec les printemps arabes, alors qu’ils considèrent qu’il doit être plutôt analysé dans la suite historique des événements du 5 octobre 1988. Ils ne comprennent pas aussi le manque de curiosité des historiens et analystes quant à ce fameux Octobre 88, le fait que cette date soit restée unique dans le monde arabe de cette époque, et son étonnant alignement plutôt avec les soulèvements de l’Europe de l’Est à la fin des années quatre-vingt. Est-ce que nous avons tort ou raison ? Le temps nous le dira. Mais ne nous voilons pas la face, seul un idiot écarterait totalement les scénarios syrien et libyen. Le risque de tomber dans le chaos est sérieux. Et puis, même si ce n’est pas un printemps arabe, ça ne veut pas dire qu’il ne peut, ni ne va être manipulé. Il est quasi impossible que l’entourage géostratégique de l’Algérie laisse faire ces événements sans tentative d’ingérence ou manipulation, ou tentative de préservation d’intérêts.

En vain, j’essaie de m’expliquer ce basculement, les raisons de cette subite lame de fond en chacun de nous, en tant de monde à la fois cet après-midi du 22, après tant d’années de patience, de silence, et de résignation. Décidément, les souffles de la révolte sont impénétrables.

Nous sommes conscients des risques encourus, nous sommes tout de même sortis dire : NON.

Chaque soir je regarde mes gosses endormis, j’ai les larmes aux yeux, la boule au ventre, et les pensées contradictoires. D’un côté je me dis, mon Dieu, qu’adviendra-t-il de nous ! Quel monstre avons-nous déchaîné ! Mais si je ne fais rien, j’ai peur que mes gosses me jugent un jour, « pourquoi vous vous êtes tus ? » Comment avez-vous pu laisser ces gens piller le pays ?

Il faut aussi connaitre le caractère d’un Algérien, pour comprendre à quel point les images de notre président « bavant » devant les Merkel et autres nous sont insoutenables, et à quel point elles nous ont foutu la honte !!!

Face à cela, le silence en interne, la complicité en externe.

Pauvre peuple algérien, plus personne ne veut parler en son nom, il a été abandonné par tous, amis et ennemis.

D’abord, par l’opposition politique de pacotille, qui après avoir têté les mamelles du système durant des années, et face à des moments historiques, n’a même pas été capable d’oublier momentanément ses ridicules divergences, et s’unir autour d’un candidat commun face un président mourant.

Ensuite, les élites religieuses. Elles représentent le degré zéro de la conscience politique. La conscience religieuse algérienne d’aujourd’hui est incapable de formuler le moindre projet de société. Comme une boule de flipper, ses élites sursautent et font des rebonds entre différents extrêmes. Pour éviter le rebord des extrémismes terroristes ou takfiristes, elles tombent dans la léthargie des salafistes, qui ne font pas de mal en particulier, mais qui finissent par vivre parmi nous comme des étrangers. Reste le rebord de l’action politique des parties islamistes qui ont été les premiers à se gaver à mort des portefeuilles ministériels qui leurs ont été attribués.

Quant à nos élites intellectuelles, nos martyrs se retourneraient dans leurs tombes s’ils voyaient ce que sont devenus beaucoup d’intellectuels algériens aujourd’hui, qu’ils résident ici en Algérie ou en Europe. Ils ont abandonné les vraies aspirations du peuple pour aller livrer des batailles qui ne sont pas les nôtres. Ils ont troqué leur intégrité contre quelques instants de studios européens, et troqué leur identité contre une obédience de gauche, aussi étrangère à notre culture qu’ils ne le seront à jamais pour ceux qu’ils la leur ont enseignée. Nous assistons avec désolation à leur stérilité locale, et amusement à leurs pèlerinages en France ou ailleurs, où ils vont chercher une assistance idéologique, pour parer à leur carence chronique de créativité, de légitimité… et aux invendus. Quand je pense à eux, par Dieu, me vient systématiquement l’image de lignes de bovins mâchant animalement le fourrage qui leur a été servi, et le propriétaire leur tâtant le cul, pour de vrai par moment, pour voir s’ils ont été assez engraissés de gauchisme, de privilèges et autres aides financières, et de nominations à des prix qu’ils n’obtiendront de toutes manières jamais. Au fond d’eux, ils savent qu’ils ne sont là que pour faire diversion, divertissement, et diversité. Mon cœur est lourd de tant de trahisons !

Pourquoi sommes-nous sortis, je ne prétendrai pas parler au nom de tout un peuple. Je serai très personnel sur la réponse.

À quoi ça sert alors de lire des livres, de s’instruire, de s’informer ? Si ce n’est pas inscrit dans l’action globale d’améliorer son propre monde et celui de ses concitoyens ?

Beaucoup de gens posent la question de ce qui va nous arriver si le régime algérien actuel tombe ? La vraie question c’est de savoir ce qui va nous arriver s’il reste ? Ben, à ce rythme de corruption des poches et des consciences nous allons tôt ou tard disparaître en tant que peuple, que nation, qu’une certaine idée naïve mais sincère. Appelez ça si vous voulez « roman national », on est toujours un peu ce qu’on pense naïvement être. Un peuple qui ne se bat pas pour sa survie, est condamné à disparaître par la force des événements.

D’un côté, il y a la soumission face à un pouvoir corrompu, et de l’autre, il y a le désarroi, la peur de faire basculer le pays dans le chaos. Nous croyons en ces marches pacifiques, même si dire masses populaires c’est dire manipulation. Sans péril point de gloire. Si un peuple n’écrit pas son histoire, tôt ou tard d’autres viendront l’écrire à sa place.

Nous sommes conscients aussi du traitement réservé par les médias européens à ces événements. Les premiers jours, il y a eu une certaine hésitation, il faut dire qu’ils ont été pris de court, ils n’avaient pas encore reçu les consignes d’en haut, leur dictant ce qu’ils doivent en penser. Ouf, désormais c’est fait, ils en disent beaucoup de bien… ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle pour nous, par ce qu’on en déduit qu’il y a un scénario en préparation pour les Algériens, on saura dans les mois à venir à quelle sauce on sera mangés.

Pour vous expliquer un peu la crédibilité de vos médias dans le reste du monde, la règle est simple : plus un média européen dit du mal de quelqu’un plus cette personne est honnête, et inversement, s’ils disent du bien de toi, soit t’es un vaut-rien, soit gare à tes fesses !

Quant à BHL et consorts, vu l’amour que lui portent les Algériens, le mot d’ordre est donné, s’il soutient officiellement les manifs, on remballe tout et on rentre, avec en prime deux mandats d’affilés offerts par le peuple à Bouteflika.

Pour ce qui reste de vos journalistes dans ce qui reste de leur métier, ben ils cèdent machinalement à leurs manies européennes, comme cette recherche ridicule de la photo qui résumerait tout un peuple… Cette belle jeune fille sur la pointe inférieure (dont je n’ai rien contre au passage)… Des pépites d’or dans des amas de terre qu’on rejetterait dans les fleuves de l’in-importance. On se rend compte que c’est leur image qu’ils cherchent dans les reflets de ces pépites. Les Européens ont toujours besoin de récupérer, recuisiner, réassaisonner tout à leur sauce. Ils peuvent éliminer un peuple entier pour juste récupérer un mot, un regard, une photo, dont l’unique objectif n’est jamais l’autre mais bien eux-mêmes, et on se rend compte que c’est bien de ça qu’il s’agissait dès le départ, juste pour dire que Eux ont toujours raison.

NOUS AVONS ÉTÉ RÉVOLTÉS face aux dernières déclarations de Macron, et le chèque en blanc signé aux dirigeants algériens pour contrer les aspirations pacifiques du peuple. Des déclarations si précipitées, qu’à peine faites, déjà obsolètes, par la vitesse d’évolution de la situation.

Nous sommes conscients de la petite place que nos dirigeants nous ont fait occuper dans ce monde. Un peuple qui ne fabrique pas ses armes est condamné à quémander sa sécurité, ou du moins la négocier avec les puissants de ce monde. Les dirigeants algériens s’en sortent à bon compte avec une équation simple : acheter les armes aux Russes, donner les projets de construction aux Chinois, vendre le pétrole aux Américains et céder le gaz aux Européens. Cet équilibre qui a été initialement étudié pour garantir la sécurité du pays a fini par être le garant de leur propre sécurité, et leur pérennité au sommet de l’État. Et à ce jeu de vente, la part belle est réservée à leur plus grand protecteur, ils ont fini par vendre leurs âmes à la France. Fascinant, le fait que de tous les présidents du monde, Macron soit le premier à venir au secours du régime algérien. Pauvre Maduro, t’as pas eu cette chance.

C’est vous dire à quel point nos dirigeants actuels veillent sur les intérêts de la France en Algérie.

Imaginez ce que peut ressentir un Algérien quand il entend un diplomate américain déclarer en off (face à une question sur le manque d’engagement des hommes d’affaires américains en Algérie) que : il est traditionnellement entendu dans les coulisses de la diplomatie que pour tout ce qui concerne les investissements en Algérie, il faut d’abord passer par des consultations avec Paris. Mmh Douleur ! Le jeu diplomatique de la France est une évidence pour tout Algérien ; c’est à la fois tout faire pour que l’Algérie ne tombe pas dans le chaos, et tout faire pour qu’elle ne se développe pas. Nos dirigeants actuels ne sont que les sous-traitants de cet équilibrisme subtil.

De manière générale, beaucoup de dirigeants actuels du tiers-monde ne sont acceptés par les États occidentaux que dans cette optique. Il faut que ces pays restent des « marchés ». Quant aux pays africains subsahariens, ils sont tellement pauvres qu’ils ne peuvent même pas être considérés comme des marchés, tu ne peux pas leurs vendre un clou, ils sont considérés tout juste comme des dépôts de ressources naturelles, où, les États occidentaux et désormais les BRIC peuvent se servir à petits frais ; maintien des dictatures en place, élimination systématique de toute force émancipatrice, et la petite monnaie qui reste sert à leurs fournir les armes nécessaires pour continuer à s’entretuer. Mais ça c’est un autre sujet.

Loin de moi l’idée de vous heurter avec ces propos, c’est juste pour illustrer le fait que dans ce jeu des nations, beaucoup de peuples payent le prix fort de la diplomatie des plus puissants. Et je précise que je parle surtout de vos dirigeants, et puis nous restons conscients que cela profite de moins en moins aux couches populaires européennes, ces dernières années.

Aussi, n’allez pas croire que j’insinue que vous avez quelque chose à voir avec les événements actuels, ou que les manifestants algériens aient porté une quelconque revendication dirigée contre le France en tant que peuple. Je n’ai rien vu ni entendu de cela, si ce n’est les commentaires sur la dernière déclaration de votre président Macron, et les délires de MLP sur les visas, qui au passage, a fait pâle figure avec son analyse sur l’octroi ou pas des visas aux Algériens, face à des événements majeurs dans la Méditerranée des prochaines années. Son discours est d’un niveau politique et intellectuel tellement bas que son parti devrait lui changer de conseillers, ou la changer elle-même.

En résumé, si je dis cela, c’est juste pour vous introduire la suite, et expliquer les ondes de propagation possibles les prochaines années. Le peuple algérien a largement dépassé le point de non-retour, j’en rigole quand j’entend vos experts parler de quelques milliers… Quelques millions OUI, sur le territoire national. Un peuple entier est dans la rue.

 

Alger vue du ciel le 15/03/2019

 

Une partie historique va se jouer en Algérie les prochaines années, sur les fronts internes et externes. Que ce mouvement débouche sur le chaos ou sur une démocratisation majeure de la rive sud de la Méditerranée, la douce vague du tsunami va inéluctablement vous atteindre.

Sur le front interne, il ne faut pas être naïf, il faudra pragmatiquement retrouver un nouvel équilibre entre (ce qui reste) de : L’État profond, l’armée, les renseignements, les loubards de l’organisation patronale, et les nouveaux représentants (cette fois légitimes) du peuple. Pour comprendre cela il faut s’y connaitre un peu en questions algériennes, ce courrier ne suffira pas.

Sur le front externe, la partie sera cynique. D’un coté, si l’Algérie tombe, il ne s’agira pas seulement d’immigration… heeein Marine, nous pourrons lire nos prières communes sur toute la Méditerranée. Nous comptons sur vos dirigeants pour bien comprendre cela lors de leurs ingérences. Nous compterons aussi sur cette compréhension mutuelle des risques pour les futures négociations avec eux.

D’un autre côté, si l’Algérie voit ne serait-ce qu’un début de lueur d’une promesse démocratique. Cela donnera des idées à beaucoup d’autres peuples en Afrique du nord ou subsaharienne… Je vous laisse figurer la suite du scénario et les craintes de vos dirigeants…

Après ce tour, je vous livre mes impressions face à ce qui se passe autour moi et des tonnes de discussions avec les gens sur le sujet. Loin du positivisme journalistique, et des commentaires pompeux des internautes et autres Conneries & co, ce qui se passe actuellement en Algérie est une révolution, dans le sens le plus objectif du terme, pour diverses raisons, la plus significative à mon sens reste l’obsolescence des analyses. Que les pseudo-experts m’expliquent pourquoi j’ai lu tout sur l’Algérie ces dernières années, sauf le scénario actuel !

Même avec des événements en cours, point de jaloux, tout le monde est encore dans la supposition. À moins que les hommes de l’ombre soient si forts dans l’élaboration des scénarios qui mènent les brebis à l’abattoir.

La seconde raison c’est la disqualification de tous les référents culturels habituels des Algériens, orientaux ou occidentaux. Je suis largué, je ne reconnais plus les gens autour de moi, je découvre de nouveaux chants, de nouveaux jeux de mots sur les pancartes, les gens sont soufflés par une sorte de messianisme, une volonté inconsciente de réalisation d’un moi idéalisé, individuel et collectif, exclusivement algérien. Toutes ces images de jeunes nettoyant les rues après les marches sont réelles et sincères, ces marches pacifiques, mixtes, familiales avec bébés, sans un mot ni regard déplacé, le silence devant les hôpitaux, la distribution d’eau potable, les groupes de premiers secours volontaires, et j’en passe…

Une autre raison, leur volume et leur pacifisme, historiquement inédits. 12 millions de manifestants sur le territoire national, selon les estimations les plus sages, 17 millions allègrement. Je vous parle de la quasi moitié de la population algérienne, 80 % du corps électoral, dans la rue, au même moment, sans un carreau cassé. Les quelques heurts survenus par moments aux abords des bâtiments officiels ne sont que l’expression du caractère résigné, sérieux, et inconciliable des manifestants, malgré les sourires affichés et l’humour sur les pancartes.

Le point le plus positif ces dernières années c’est la prise de conscience des gens par rapport à la notion de « l’État profond », d’abords en voyant que la valse des ministres, chefs de gouvernement et même des présidents ne change rien aux choses, et puis des décisions majeures ont continué à être prises malgré un président absent, cela s’est accentué récemment avec les lettres attribuées au président. L’un des slogans dit « Yetnehaou gaa », Qu’ils partent tous, les gens scandent ce slogan sans précisions nominatives, ils savent qu’ils sont face à des groupes non identifiés mais dont ils ressentent la présence et la puissance.

Pour des raisons d’équilibres géostratégiques, macro-économiques, et je dirais même civilisationnels, la relation de la France avec l’Algérie, décrite plus haut, n’est qu’un fractal du regard de l’Occident envers le Maghreb. Il est hors de question que l’Occident y laisser émerger des États démocratiques, et hors de question que le Maghreb sombre dans le chaos (au moins actuellement).

Y aura-t-il tentative de déstabilisation de l’Algérie ? Telle est la grande question !

Prenez les crises libyenne et syrienne, et réinitialisez… Terrorisme en Europe en milieu urbain, gigantesque crise des réfugiés, perte des investissements locaux, guerres d’intérêts et protection des zones d’influence, pétrole, prises d’otages, trafic d’armes… Multipliez fois dix… Rajoutez le coefficient de propagation au Maroc !

Il est quasi impossible que l’Europe s’en sorte avec le scénario de déstabilisation sans y laisser un bras, à moins qu’elle ne soit elle-même visée plus loin comme dernier palier, ne souriez pas trop hâtivement à mes propos.

Les puissants de ce monde font désormais face à la ringardisation de nos dirigeants, leur sous-traitance a perdu de sa superbe, et son énergie d’antan à repousser les peuples. Vous êtes face au vieillissement de vos sociétés, nous sommes face au vieillissement de nos dirigeants. Les puissants de ce monde toléreront peut-être, du moins momentanément, l’émergence au Maghreb d’États semi-démocratiques, relativement compatibles avec la PEV, avec une redistribution, un brin améliorée, des richesses et des droits, le temps de reprendre la main sur les moyens de pression, ou le cas échéant, essayer de réinstaller certains régimes dans l’espoir de les ré-affilier à nouveau.

Au milieu de tout ce vacarme, j’aime penser que chaque peuple a son chemin propre et imprévisible vers son idéal collectif, et capitalise ses expériences sur ce chemin. Je trouve que l’Algérie indépendante est meilleure que l’Algérie colonisée. L’Algérie post-1988 est meilleure que l’Algérie du Parti unique. L’Algérie qui a combattu le terrorisme et meilleure que l’Algérie du FIS. L’Algérie après ces manifestations sera meilleure que celle de Bouteflika. Qu’elles aboutissent ou pas, ces manifestions ne seront qu’une séquence dans une longue traversée, à la recherche de son idéal.

Je voulais à la fin vous apporter mon témoignage sur l’élan de sympathie réel de beaucoup… beaucoup… de monde ici en Algérie envers les Gilets jaunes, ces authentiques gens du peuple français.

C’est un élan sincère transcendant toutes barrières historiques, culturelles, et idéologiques. N’est resté de tout cela que le ressenti de leurs aspirations sincères et légitimes à un monde plus juste.

Mes amitiés.

Un manifestant algérien.

 

Voir aussi :

12 avril
Courrier des lecteurs
Le salut de la France
24
17 mars
Courriers des lecteurs
46
5 mars
Courriers des lecteurs
Certains hommes sont de la race des lions
8
Novembre 2018
Courriers des lecteurs
"Grâce à vous je suis certain de ne pas mourir idiot"
32
Octobre 2018
Courrier des lecteurs
27
Octobre 2018
Courrier des lecteurs
Monsieur Soral, vous êtes l’un des derniers résistants français, qui se bat contre le véritable ennemi !
17
Septembre 2018
Courrier des lecteurs
30
Septembre 2018
Courrier des lecteurs
J’ai été antifasciste mais ce temps est révolu
15
Août 2018
Courrier des lecteurs
Alain, vous êtes un penseur, eux ne sont que des youtubeurs
12
Juillet 2018
Courrier des lecteurs
Vous m’avez rendu ma liberté de penser
16
Juin 2018
Courrier des lecteurs
Des contes yiddish pour des écoliers français
44
Mai 2018
Courrier des lecteurs
7
Avril 2018
Courrier des lecteurs
Vous êtes un pare-feu indispensable contre l’injustice
2
Février 2018
Courrier des lecteurs
38
Janvier 2018
Courrier des lecteurs
Le courage contre la tyrannie mondialiste
4
Décembre 2017
Courrier des lecteurs
Ne lâchez surtout rien, le peuple vous soutient
17
Décembre 2017
Courrier des lecteurs
Unir en soi gauche du travail et droite des valeurs
54
Novembre 2017
Courrier des lecteurs
"Elle vit où Marine Le Pen ? À Neuilly, Auteuil, Passy ?"
23
Novembre 2017
Courrier des lecteurs
Un jeune homme en colère contre le néoféminisme
10
Novembre 2017
Courriers des lecteurs
Poursuivez votre œuvre et votre combat aussi nobles que dangereux
3
Septembre 2017
Courrier des lecteurs
Égypte – Une enfance dans la rue
10
Septembre 2017
Courrier des lecteurs
De la théorie soralienne à la pratique quotidienne
10
Août 2017
Courrier des lecteurs
Soutien d’un handicapé
8
Août 2017
Courrier des lecteurs
Soutien d’un Français libre
11
Août 2017
Courrier des lecteurs
Vous êtes un rebelle
11

À ne pas manquer, sur E&R :

 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2173188
    Le 7 avril à 08:28 par X
    Courrier des lecteurs

    Il n’y a qu’un seul ennemi dans ce monde c’est le sionisme, qui gangrène tout les peuples qui le déteste, la France a rendu possible l’indépendance de l’Algérie, souhaitons qu’aujourdhui qu’elle rend possible son équilibre, sans tous ces bhl et maccias, qui sont a l’origine de tous ces déséquilibres en Algérie et ailleurs, partout ces gens reproduisent la haine, la France n’est pas épargné depuis les années 80 ces sangsues infiltrées au plus profond du pouvoir français n’ont fait qu’attiser la haine du maghrébin envers le français et vis et versa dans le seul but de nourrir la bête immonde israélienne. Les bhl et les maccias qui crachent sur les résistants français crachent aussi sur les résistants algériens à longueur de temps. Je n’ai pas votre talent d’écriture pour expliquer ma pensée mais j’espère que tous ceux qui me liront comprendront.

     

    Répondre à ce message

    • #2173248
      Le 7 avril à 11:29 par Hijack
      Courrier des lecteurs

      @ X

      Je rejoins à peu près ton analyse. Le monde qui se veut libre a un seul ennemi ...
      Le Bhlisme se sert de tout ... mais son ingrédient favori étant les séparatismes dans des nations jeunes comme l’Algérie.

      J’en profite pour dire merci à l’auteur de ce courrier ... excellemment rédigé. Il a tout compris.

       
  • #2173247
    Le 7 avril à 11:26 par Franco français du monde réel
    Courrier des lecteurs

    Serais-je le seul à voir dans ce texte la patte d’un sayan qui aime son refuge au maghreb...

    "c’est un élan sincère transcendant toutes barrières historiques, culturelles et idéologiques"
    Une phrase typique de frère La truelle et non d’Algérien pour qui la sincerité de sa parole tombe tellement sous le sens pour lui qu’il ne se voit jamais dans l’obligation de la rappeler en conclusion...et pour qui la transcendance passe par la Foi et non les chimères satanico franc- macs...

    D’autre part un long texte avec des bons mots et des belles phrases mais qui sonne creux. On a bien une tentative de rapprochement avec les gilets jaunes, d’où quelque part une tentative de gilet jaunisation algérienne qui ne servirait qu’à monter les berbères anti religieux contre les musulmans, donc au final de dresser les gilets jaunes droit de l’hommistes contre l’islam en Algérie. D’ailleurs que pense ce " manifestant algérien" de l’islam ? Il n’est pas clair sur ce point primordial pour l’Algérie en tant que nation se voulant indépendante de la Révolution Française franc mac et de ses colonies athéisantes des peuples.

    Ni dieu ni maître ce manifestant algérien ?

     

    Répondre à ce message

    • #2173304
      Le 7 avril à 13:00 par X
      Courrier des lecteurs

      Doit je vous rappeler qu’en Islam il est dit : nul contrainte en religion, si les berbères et les autres fraternisent alors ainsi soit il.

       
    • #2173371
      Le 7 avril à 15:04 par Lacolombe
      Courrier des lecteurs

      les mots d’ordres dans ce soulevement : islamiya, khawa, khawa. qui veut dire, pacifique, frère, frère. que ce soit les berbères , les islamistes, les laïques,les mzab, veulent tous un gouvernement civil basé sur le droit.
      Oui l’Algérie et musulmane et personne ne pourra éteindre la lumière dans nos cœur, oui l’Algérie est plus berbère qu’arabe mais musulmane a 90 % les 10% vivront avec leurs croyance pas de contrainte en religion et leurs droit sera enchâssé dans nos lois.

       
    • #2173775
      Le 8 avril à 14:44 par Vulcain
      Courrier des lecteurs

      @Franco français du monde réel, J’adhère à votre commentaire.
      Ce courrier de ce "manifestant algérien" m’apparait rempli d’affirmations non étayées, de poncifs anti-France anachroniques, et de menaces sans perspectives pacifiques.

      A propos de son chapitre sur la suprématie de la diplomatie française qui exercerait un contrôle sur les investissements étrangers en Algérie, les statistiques algériennes disponibles (Andi 2017) sur les IDE étaient : Chine 24%, Singapour 22%, Espagne 17%, Turquie 16%, Allemagne 2%, Afrique du Sud 2%, France 2%.
      Le stock des investissements français est évidemment supérieur du fait de son antériorité ; pour autant, je doute que ces différents pays aient demandé l’autorisation à « Mme la France » pour investir et prendre des parts de marché.

      Les dirigeants algériens auraient « cédé le gaz » aux européens. Vu la position géographique du pays, c’est le débouché le plus facile, qui offre le plus de garanties sur le long terme. Les renégociations en cours pourraient être un facteur clé dans ce mouvement social, en plus de la suppression des droits de douane / accords UE (cf mon commentaire ci-dessous).

      Au sujet de la vieillesse des dirigeants algériens, c’est méconnaitre le fait que leurs enfants ont été envoyés se former dans des grandes écoles occidentales, souvent américaines. Bien qu’avec l’avantage de grandes fortunes, ils sont très discrets, profitant d’une qualité de vie à l’étranger meilleure que dans le chaos algérien. Mais gageons qu’ils soient prêts à travailler pour la sauvegarde des acquis de leurs clans. Ce pourrait-il qu’ils soient derrière cette pseudo révolution colorée ? Habile moyen de réinitialiser le système de gouvernance, tout en faisant pression sur les voisins européens.

       
    • #2173835
      Le 8 avril à 16:43 par Franco français du monde réel
      Courrier des lecteurs

      Merci pour vos réponses ouvertes et tolérantes face à ma vision assez radicale,

      Ceci dit je comprend le soucis de tout le peuple algérien derrière ces manifestations, je part du principes que même les printemps arabes et leur but de déstabilisation, ça part d’un vrai problème à l’origine. Si je simplifie c’est que je parle en tant que musulman avant tout et non en tant que géo-politologue . Je ne suis pas algérien je suis français qui croit en l’Islam véritable, qui n’existe selon moi dans aucun pays au monde, même si l’Iran ou la Syrie s’en approche plus que les autres, je trouve que la France du code civil Napoléonien si il était vraiment appliqué serait le plus proche des lois coraniques. La vrai République française, pas la maçonique, à dans certaines de ses fondations egalitaristes et fraternelles des bases de la loi coranique. Surtout en ce qui concerne le droit des femmes, le droit des pauvres, ou la liberté de culte. Le problème est que cette fraternité revendiquée n’est appliquée réellement que pour une petit confrérie dominante, qui s’accapare tout les pouvoirs et surtout celui de ne pas obéir aux lois qu’elle a elle même contribué à ériger, ce qui est bien sûr contraire aux lois coraniques. Ce modèle français "faites ce que je dis mais pas ce que je fais" s’est aussi imposé dans les anciennes colonies françaises dont je penses que les codes civiles sont des aménagements du code civil français qui nous vient il me semble de Napoléon, qui n’était pas directement un franc mac, ou bien si il l’était c’était à la façon d’un Poutine, le temps de comprendre les rouages du réel et d’écouter son honnêté et surtout ses devoirs pour son Peuple.

      Comment donc un peuple en révolte sans dirigeant ne serait t’il pas forcément voué à servir des intérêts autre que ceux qui plaisent au bon Dieu, malgrés les légitimes besoin du brave peuple algérien de liberté et de partage des richesses.

      Seul UN SOUVERAIN pourra unir et ramener l’équité pour le peuple.

      Alors si les Algériens sont en majorité des croyants dans le Souverain des Souverain c’est à dire Dieu, je leur conseille d’organiser des prières collectives pour que Dieu leur accorde un vrai Dirigeant (c’edt à dire juste, sincère, noble, et croyant dans l’Islam donc véritable érudit musulman)

      Je sais que ce style de proposition peu être mal interpretée à cause de la mauvaise image de l’Islam aujourd’hui, c’est pourtant, humblement, l’unique solution pour les algérien voir tout les maghrébins.

       
  • #2173367
    Le 7 avril à 14:55 par Vulcain
    Courrier des lecteurs

    L’Etat providence algérien repose sur une économie de rente, avec l’exploitation des hydrocarbures : 98% des recettes d’exportations, quand 80% des biens de consommation sont importés.
    Lors des « printemps arabes », ses réserves de change importantes, grâce aux tarifs élevés des hydrocarbures dans la décennie 2000, lui ont permis d’acheter la paix sociale. Depuis, le pays a subi de plein fouet la chute des tarifs mondiaux des hydrocarbures. Aujourd’hui ses capacités financières sont faibles.
    Avec un tarissement des gisements connus et faute d’investissements suffisamment conséquents ces dernières années, la production de pétrole est en baisse constante.
    Désormais la production de gaz prédomine (réserve estimées au 5ème rang mondial). Maintenant se pose la question des débouchés, majoritairement européens. Outre la récession et la concurrence accrue du gaz de schiste américain, ses principaux clients que sont l’Italie, l’Espagne et la France tendent à réduire leurs achats de gaz algériens, pour diversifier leurs approvisionnements, en s’ouvrant à de nouveaux fournisseurs. Des concurrents de taille se profilent comme le gaz Azerbaïdjanais (gazoduc Trans-adriatique TAP), l’exploitation du colossal gisement offshore "Leviathan" entre Israël, Liban, Syrie, Chypre (gazoduc East Med). Bien que ces approvisionnements concernent davantage les pays des Balkans, cela a une incidence dans la négociation de contrats à courts termes ; les contrats à longs termes, auparavant plus avantageux pour l’Algérie, arrivant à échéances entre 2019 et 2021.
    Autre échéance cruciale pour l’Algérie, l’entrée en vigueur des accords de suppression totale des droits de douanes avec l’UE pour 2020.
    Aussi, dans le contexte des actuels chamboulements géostratégiques - la Russie et la Chine sont des partenaires militaire et économique forts de l’Algérie - difficile de déterminer si l’on assiste plutôt à une poussée externe/interne pour renverser le système politique, ou bien, si les dirigeants algériens acculés agitent le spectre du chaos social et migratoire afin de faire pression sur des (re)négociations en cours, hautement stratégiques pour maintenir un statut quo.
    D’une rive à l’autre de la Méditerranée, puissent des forces spirituelles bénéfiques surpasser ces enjeux très matériels, enclencher un changement de paradigme, transmuter ces ressources souterraines faramineuses en un épanouissement radieux des peuples.

     

    Répondre à ce message

  • #2173420
    Le 7 avril à 17:06 par vaurien
    Courrier des lecteurs

    !/2
    Mon cher lecteur. vous n’êtes pas un simple manifestant qui apporte son témoignage sur la rue de l’Algérie mais un missionnaire qui n’est pas catholique du tout... Cela, en fait, importe peu, ce qui importe c’est ce qui se cache derrière une langue lisse et empoisonnée qui fait référence aux évènements de 1988 comme un jalon dans la progression de la société algérienne vers sa libération ou vers son paradis terrestre.C’est toujours une façon de voir. On peut voir du progrès même dans ce qui ne peut être que le revers du culte de la personnalité.

    Je ne suis pas contre vous ou contre quiconque, car dans un monde comme le nôtre on ne peut s’en vouloir qu’à soi-même tellement le ridicule fait office de norme. Mais avant de parler des événements de 1988 et la fin du Parti unique, je reviendrai sur la signification du Parti unique. L’unicité est ce qui se révèle à nous comme le postulat de l’existence même. Sans l’existence de un(1), rien ne peut exister, ne serait-ce pour pouvoir le nommer. Donc, un (1) est tout ce qui aspire à exister, ce qui est la loi même de l’existence. Sans un(1), il n’y a rien qui peut exister. La négation de un(1), c’est le néant. C’est pour échapper au néant qu’existe un et paradoxalement non pas en soi mais en tant que diversité dont on ne peut mesurer ni son infiniment grand ni son infiniment petit. De cela, tout ce qui veut exister ne peut tendre que vers son unité ou son idéal d’unité.

    Comme je n’aime pas les charlatans et leur idéalisme étouffant et ce, sans rentrer dans beaucoup de détails, je dirai que les événements d’octobre 1988 sont contre-révolutionnaires et non pas révolutionnaires. Ils ont été menés par les islamistes sur le même schéma qui s’est déroulés en Syrie ses dernières années avec des tireurs d’élite sur les toits des immeubles et toute la panoplie des mensonges et d’actions sous faux drapeaux. Il s’est ensuivi une boucherie toute honte bue qu’on attribue à l’armée algérienne qui n’est pas monolithique comme certains la présentent, mais traversée par toutes les contradictions de la société algérienne.

     

    Répondre à ce message

  • #2173428
    Le 7 avril à 17:21 par vaurien
    Courrier des lecteurs

    2/2
    Cette révolte a été attribués aux communistes algériens qui furent arrêtés et torturés comme cela s’est passé en Allemagne nazi à l’époque de Rosa Luxemburg, mais bien avant les évènements à proprement parler d’octobre. Là ne se trouve pas l’essentiel. L’essentiel est la pseudo-ouverture démocratique qui a débouché sur la création d’une soixantaine de partis opportunistes et avides des aides de l’État sans aucune contre-partie de veille sur les intérêts supérieurs de cet État algérien. Pire, ils se sont avérés ses pires ennemis et ont engagé l’Algérie dans une guerre fratricide et d’usure en obligeant l’État à fournir des efforts colossaux qui aurait mieux servi à son développement et son économie qu’il avait finis par ouvrir au marché mondial et ses appétits, mais pas suffisamment pour contenter tout le monde. Surtout ceux qui voient en la chine et la Russie les ennemis à abattre que notre cher lecteur désigne par la main étrangère à qui l’État algérien fait appel pour contrer la révolte du peuple sur une simple interprétation d’actes diplomatiques.

    Il est vrai que tout se joue sur les symboles de l’unité, auxquels viennent se greffer les références religieuses, les références culturelles, linguistiques et autres. En Algérie, ces références sont prises en otage pour mieux diviser le peuple et l’éloigner de ses préoccupations existentielles qui se résument à trouver de quoi se nourrir et vivre. Les croyances rigides ont fait disparaitre beaucoup de peuples et de civilisations. Rien de nouveau sous le soleil. Pour faire bref, j’ai dû taire beaucoup de choses. le nouveau Daeh ou bien Isis soft s’appelle le congrès de l’umma et a changé son drapeau Dieu Prophète Mohamed (en arabe) au centre sur fond noir par le même drapeau sur fond bleu. Quant aux protagonistes, ils restent les mêmes avec le soutien d’Erdogan et du Qatar en première ligne. Le Qatar qui a la confiance de tout l’Occident.

    Un peuple sans puissance militaire et économique ne peut résister que par son unité . Il n’existe pas d’autres chemins.

     

    Répondre à ce message

  • #2173524
    Le 7 avril à 20:24 par mohamed71
    Courrier des lecteurs

    SALAM ALIKOUM de Bourgogne et barak allah oufik pour cette analyse bien plus fine que ce que j’ai entendu jusque là de personnes qui s’improvise "analyste de l’algérie et du Maghreb " sous prétexte de seulement y être née
    j’espère que tout ira bien pour le pays .

    mes amitiés

     

    Répondre à ce message

  • #2173611
    Le 8 avril à 01:20 par goy pride
    Courrier des lecteurs

    La plupart des Français ne savent pas que les Algériens sont un des rares peuples du monde avec les Français ayant une forte conscience politique. Un peuple instruit et politisé.

    pour l’anecdote, il y a une vingtaine d’années de cela mon frangin avait discuté avec un clandestin d’origine algérienne. La conversation avait débuté sur la culture de la pomme de terre dans un potager (véridique !) pour dériver sur la guerre civile algérienne des années 90. Le clando en question avait justement fui l’Algérie car sa tête était voulue à la fois par les islamistes et les barbouzes des services de sécurité pour avoir refusé de collaborer avec les uns et les autres...Mon frangin qui lors de la conversation avait expliqué qu’il savait que les islamistes étaient liés au Qatar, à l’Arabie saoudite et ne représentaient pas le peuple algérien...et que certaines exactions étaient aussi le fait des services algériens avait presque fait pleurer le clandestin qui pour la première fois entendait un Français qui avait compris ce qui se passait en Algérie !

     

    Répondre à ce message

    • #2173782
      Le 8 avril à 14:59 par Vulcain
      Courrier des lecteurs

      La population algérienne (sans prendre en compte la diaspora) est très jeune : moyenne d’âge 24 ans. Plus rien à voir avec celle des années 90. Le taux l’alphabétisation est important (+de 87%), mais le niveau d’instruction, de formation s’est globalement effondré.

       
  • #2174395
    Le 9 avril à 19:45 par D. Kada - Oran
    Courrier des lecteurs

    Depuis 1962 l’Algérie est rentrée dans un tunnel plus souterrain que celui des colons français.

    « L’Algérie qui a combattu le terrorisme et meilleure que l’Algérie du FIS.
    _ »

    Cet Algérie a engendré 20 ans de vol et de détournement de millier de milliards de dollars US. Jamais un tel pillage n’a été perpétré dans toute l’Histoire chiffrée des hommes.

    Je suis amusé quand j’entends des européens et américains crier haut et fort qu’ils ont solliciter l’Algérie pour qu’elle daigne leur faire bénéficier de leur si experte expérience dans le combat contre le terrorisme...

    Mais en tant qu’algérien vivant en Algérie, je suis sidéré quand je constate qu’un compatriote déclare implicitement, sans rougir et avec un français châtié de surcroît que des criminels de guerre comme le général Nezzar, le général Toufik et feu général Lamari, pour ne citer que ces derniers, ont combattu le terrorisme alors qu’ils l’ont tout simplement infligé à un peuple en entier. Choquer et terroriser le peuple il n’en sera que plus docile voire aplati. Voilà ce que leurs maitres du mondialisme leur ont élaboré comme stratégie tout en les épaulant et en fermant les yeux.

    Jamais l’occident de nos jours, "sionisé" jusqu’au bout des angles, ne permettra à un pays de la rive sud de la méditerranée en particulier de se doter d’instruments de gouvernance éclairée et un pouvoir intelligent et intègre.

    Quant à la démocratie si cher à l’occident, elle est trop excavée pour être prise comme unique model. Nous somme devenu complexés, obnubilés et prédisposés à ingurgiter tout ce qui nous vient de l’Occident vorace et sanguinaire. Nous sommes devenus incapables de réfléchir par de nous-mêmes à d’autres sentiers non encore défrichés…

    Le Meilleur DK

     

    Répondre à ce message

  • #2175392
    Le 11 avril à 08:06 par SLIM
    Courrier des lecteurs

    Toujours la même chose.
    Effectivement c’est un article très bien écrit, probablement par un journaliste, mais j’aurais aimé une once d’autocritique.
    Le mal n’est pas français, ou Russe, ou US, ou Chinois ou que sais-je...
    Les causes sont à rechercher d’abord dans le peuple algérien, dans la culture, dans sa représentation du bien et du mal,
    C’est une prise de conscience générale qu’il faut, une révolution culturelle générale et bien comprise.
    Vous aurez beau changé de Président, si la base de change pas, si le dirigeant a les mêmes objectifs et les mêmes valeurs, rien ne changera....

     

    Répondre à ce message

  • #2182120
    Le 20 avril à 04:14 par Anonyme
    Courrier des lecteurs

    Tant de perles recemment en articles . Ce courrier est sans doute la plus belle d’entre elles. Merci !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents