Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Corporations : le mensonge – Conférence de Marion Sigaut à Escos (Pyrénées-Atlantiques)

L’équipe d’E&R Aquitaine a reçu l’historienne Marion Sigaut le 8 octobre 2017 à Escos (Pyrénées-Atlantiques), pour une conférence sur le thème : « Corporations : le mensonge – La Révolution et le monde du travail. »

 

 

Revisiter l’histoire de France avec Marion Sigaut et Kontre Kulture :

 

Marion Sigaut sur E&R :

 

Soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1851106
    Le 30 novembre à 11:01 par Le Franc-comtois
    Corporations : le mensonge – Conférence de Marion Sigaut à Escos (...)

    J’aurai une question en histoire du droit :

    J’ai bien compris que la loi le chapelier résulte du décret d’allarde, mais peut-on dire que d’une certaine manière ce décret ne reprend pas ou au pire s’en inspire t’il de l’edit de turgot de 1776 ? Merci infiniment d’avance pour vos réponses.

     

    Répondre à ce message

  • Si quelqu’un pouvait m’aider à trouver la bande son de Verlaine au début de la conférence, je vous serais infiniment reconnaissant.

     

    Répondre à ce message

  • Excellente conférence de Marion Sigaut !
    Il serait bien que Kontre Kulture réédite les ouvrages de l ’historien Simon Caplan.

     

    Répondre à ce message

    • #1851561

      Son nom est Steven Kaplan, il vit à Paris et ses ouvrages sont encore disponibles, encore qu’un peu chers, d’occasion.
      Tout son travail est absolument remarquable, notamment sa dénonciation du libéralisme sous Louis XV et sa défense de la police des grains.

       
    • Steven Kaplan est un universitaire américain reconnu en France, Grâce à Daniel Roche, il avait édité ses livres chez des grands éditeurs comme Perrin et Fayard qui ne les rééditent pas. Les éditeurs mainstream sont des médias dominants, ils ont pour fonction d’empêcher la diffusion de connaissances sur certains sujets.

      C’est un sujet très mal vu des universitaires, il délégistimise le pouvoir établi par la violence en 1789. Si il faut retenir une seule raison pour laquelle la Révolution a vraiment été faite, c’est pour supprimer le Régime de communautés qui touchait tous les domaines (métiers, ordres religieux, habitants, clans familiaux, noblesses, universités, paroisses, confréries, cours de justice, villes, etc), et mettre en place le Régime de sociétés capitalistes, le régime manufacturier anglais, la société des individus.

       
  • #1851514

    comme il est bon de ne plus avoir de télé et de suivre des conférences comme celle ci à quand la venue de cette grande dame en Lorraine



    j’ai bien dis Lorraine et non pas grand est


     

    Répondre à ce message

  • #1851585
    Le 30 novembre à 21:08 par L’après Macron
    Corporations : le mensonge – Conférence de Marion Sigaut à Escos (...)

    Notre peuple aussi a beaucoup souffert.

     

    Répondre à ce message

  • #1851614

    Je confirme les propos de notre chère Marion.
    Je travaille en tant que manoeuvre en Auvergne pour des maçons et nous rénovons les vieilles bâtisses de la région. Nous sommes 3 et il devait être au moins 10 voire plus. Notre travail est déjà énorme mais le leur est absolument dantesque. Nous rénovons en ce moment la cave d’une maison de 1774 et la quantité de pierre posée jusqu’à plus de 20 mètres est fabuleuse. Ce sont des centaines de pierres acheminées jusqu’au toit ainsi que le mortier de l’époque sans parler de la charpente avec un bois qui a tenu jusque là alors que nous posons des poutres traitées mais qui ne tiendront que 10 ans ou 20 ans nous a dit le vendeur.
    Je suis en extase devant les cantous et leur coffrage, ce sont des pierres d’1 mètre sur 1 mètre, des blocs énormes faites pour de simples maisons de campagnes. C’est absolument fabuleux et je ne regretterai jamais d’avoir quitté la ville ou l’on ne fait que du placo ou du faux-plafond dégueulasse pour des banques, des assureurs ou des ehpad mouroirs pour la plupart.

     

    Répondre à ce message

    • #1851954
      Le 1er décembre à 11:44 par Français Catholique
      Corporations : le mensonge – Conférence de Marion Sigaut à Escos (...)

      Merci pour votre témoignage , le Bâtiment Ancien est un très beau métier , je me suis reconverti dans ce domaine.
      La façon comment nos Ancêtres travaillaient à l’époque est tout simplement fascinant , eh oui les Français sont historiquement de très bons Maçons :)

       
  • Vous dites que vous ne savez pas si les métiers étaient organisés en corporations, la réponse est non. Il y avait en principes trois régimes de métiers du 3e ordre : les métiers jurés, les métiers réglés et les métiers libres, en réalité 4 avec les métiers banaux relevant d’un grand officier du roi p.e. (boulanger). Il y avait aussi cette distinction pour les communautés de villes, certaines étaient jurées et d’autres réglées. Le principe des communautés jurées (urbaines ou de métier) est qu’elles ont le pouvoir de s’administrer elles-mêmes, d’être autonomes, les autres étaient soumises à des règlement nationaux.

    Les statuts des communautés de métiers étaient publiés par des lettres patentes, équivalent actuellement d’un décret pris en Conseil d’État, comme le sont aujourd’hui les conventions collectives. Il y avait deux exception aux statuts des métiers : les manufactures privilégiées (jouissant d’un statut par lettres patentes), et les ateliers charitables des fabriques des paroisses qui avaient le privilège dérogatoire de payer à la pièce, le terme fabrique est resté au XIXe siècle pour les grands ateliers collectifs de production.

    Vous confondez deux institutions distinctes et séparées : les communautés de métier qui ont un objet purement civil et les confréries qui ont un objet charitable et pieux, elles relèvent du domaine spirituel.

    Le système corporatif n’a pas été supprimé pour la Fonction publique de l’État, et en partie reconstitué pour les professions de judicatures (avocats, huissiers,..)

    Comment fait-on pour contacter l’auteur, je souhaiterais lui faire profiter de recherches que j’ai faites sur l’histoire de l’organisation des métiers sous l’Ancien Régime. J’aurais aussi un livre à publier.

     

    Répondre à ce message

  • #1855606

    Chère Marion, toujours passionnante, jusque dans vos indignations dans lesquelles perce le goût de la vérité. J’ai adhéré pour vous il y a trois ans, pour visionner une conférence sur la Régence... Mon admiration n’est pas retombée depuis lors, et comme j’ai eu le plaisir de vous rencontrer plusieurs fois dans un cadre informel, je veux témoigner ici que vous êtes aussi sympathique que votre travail est rigoureux. Je vous suivrai toujours avec plaisir. Portez-vous bien.
    PS : Quand la version sourcée (non romancée) de l’affaire Damiens sortira-t-elle ? Peut-être l’ai-je ratée...

     

    Répondre à ce message

  • Il ne faut pas croire que toutes les productions artisanales ou architecturales sous l’ancien régime était de grande qualité. On en a une vision tronquée parce que les productions qui nous sont parvenues sont les plus solides et les plus belles. Les productions de mauvaise qualité sont redevenue poussière.
    Quant aux corporations, elles avaient surtout pour fonction de donner le monopole du marché aux "maîtres" (c’est à dire aux patrons) et d’empêcher quiconque de créer son entreprise et de leur faire concurrence.

     

    Répondre à ce message