Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Coup de théâtre en Italie : la Ligue et le M5S chargés de présenter un gouvernement

Giuseppe Conte est donc redevenu Premier ministre grâce à un compromis entre la Ligue et le M5S. Les deux formations populistes de droite et de gauche se sont entendues sur un programme commun à la fois sécuritaire et anti-austérité.

 

JPEG - 132.1 ko
Giuseppe Conte, nouveau Premier ministre

 

Le nouveau gouvernement prêtera serment ce vendredi 1er juin 2018 à 16 heures. Luigi Di Maio et Matteo Salvini sont respectivement vice-Premiers ministres, le premier chargé du Développement économique et le second du ministère de l’Intérieur.

L’Économie et les Finances échoient à Giovanni Tria, un professeur proche de la Ligue mais pro-euro. Paolo Savona, qui devait obtenir ce poste, est désormais ministre des Affaires européennes : lui voulait sortir de l’euro, mais des pressions se sont effectuées contre ce choix.

Le ministre des Affaires étrangères, lui, Enzo Moavero Milanesi, est un peu Bruxellois : il a travaillé 20 ans à Bruxelles et a été le ministre des Affaires européennes de Mario Monti.

Autant dire que dans ce gouvernement nationaliste anti-euro, il y a des taupes européistes. Cela démontre le rapport des forces en cours dans le clan politique italien.

(Source : 20minutes.fr)

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Le président italien Sergio Mattarella a convoqué Giuseppe Conte, dont le nom était proposé par la Ligue et le Mouvement 5 étoiles, pour lui demander de présenter un gouvernement. Il renoncerait à imposer un ancien du FMI à la présidence du Conseil.

 

C’est un nouveau rebondissement dans la crise politique qui secoue l’Italie : après avoir refusé une première proposition de gouvernement présentée par les deux partis victorieux des dernières élections et que devaient diriger Giuseppe Conte, la Ligue et le Mouvement 5 étoiles (M5S), le président italien Sergio Mattarella a finalement décidé ce 31 mai de convoquer à nouveau ce dernier. Il sera vraisemblablement chargé de former un gouvernement pour la seconde fois.

« Toutes les conditions sont réunies pour un gouvernement politique M5S/Ligue », ont annoncé Luigi di Maio et Matteo Salvini, respectivement leaders du M5S et de la Ligue dans un communiqué transmis par le M5S après de longues tractations.

« Engagement, cohérence, écoute, travail, patience, bon sens, tête et coeur pour le bien des Italiens. Peut-être qu’on y est enfin, après tant d’obstacles, d’attaques, de menaces et de mensonges », a ajouté Matteo Salvini sur Facebook.

Dans la foulée, le président Sergio Mattarella a convoqué Carlo Cottarelli, qu’il avait chargé le 28 mai dernier de former un gouvernement d’experts pour conduire le pays à de nouvelles élections mais qui avait gelé la formation de son équipe pour laisser le temps nécessaire aux nouvelles discussions des deux partis populistes majoritaires au Parlement.

Selon toute vraisemblance, Carlo Cottarelli, ancien responsable du FMI, devrait remettre sa charge au président, qui devrait donc la donner à nouveau à Giuseppe Conte. Ce dernier avait jeté l’éponge après le refus de Sergio Mattarella de valider la nomination de Paolo Savona, un économiste anti-euro, au ministère de l’Economie et des Finances.

La presse italienne s’est déjà fait l’écho de la composition du gouvernement que Giuseppe Conte devrait présenter au président italien. Paolo Savona, dont la nomination à l’Économie voulue par la Ligue et le M5S s’était vue opposer le veto du président, sous les applaudissement de plusieurs leaders européens, en raison de ses prises de positions anti-euro, serait finalement proposé... aux Affaires européennes.

À ne pas manquer, sur E&R :

En lien, sur E&R :

Réveil des nations et chute de l’UE, lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Nous y voila ! C’est l’heure de vérité !!!

    on va bien voir si ce gouvernement se préoccupe tant que cela des classes populaires ou s’il n’est là que pour sauver la rente de là bourgeoisie...

     

    Répondre à ce message

  • Ca sent Siriza à plein nez, avec un Varoufakis au finances qui n’aura jamais les coui... de mettre le coup de pression ultime : la mise en circulation d’un monnaie parallèle.

    Le reste... chacun passe a la caisse et va gerer sa petite boutique...

    Mais si ils arrivent pas a imposer un type à leur président sans pouvoir, comment imposer quoi que ce soit a l’Allemagne et à l’Empire quand il s’agira de prendre les choses en main ?

    La stratégie plan B semble clair, Tsiprassisé tout "mauvais vote" chez ceux qui sont saignés

     

    Répondre à ce message

  • L’Italie est un satellite des USA, comme l’était la Pologne au temps de l’URSS.

    Les américains contrôlent l’Italie car ils y ont des bases militaires avec bombes nucléaires.

    L’Italie est un pays occupé militairement, facile à comprendre non ?

    Il ne se passera rien en Italie, tout y est corrompu, à commencer par le Pape.

     

    Répondre à ce message

  • D’après Michel Drac, la seule alternative au cours de cette année , c’est l’explosion de la zone euro ou l’application du programme Macron...les Italiens veulent forcer la main des Allemands mais jamais ceux-ci n’acxepteront de payer les dettes des Ritals. Le plus probable est que les élites italienne et allemande vont négocier en catimini - après tout, les Italiens ont encore des atouts économiques à faire valoir, à la différence des Portugais et des Grecs, pauvres parmi les pauvres...

     

    Répondre à ce message

  • Il y a effectivement des infiltrés et le Système s’en servira le moment venu pour faire chuter le gouvernement s’il ne trahi pas ses promesses électorales.
    En tout cas on constate les bienfaits de la proportionnelle qui devrait être instaurée (moyennant quelques adaptations avec prime majoritaire) en France.

     

    Répondre à ce message

  • #1977403

    Je n’ai ni boule de cristal ni assez de connaissances institutionnelles pour être péremptoire sur l’issue de cette nomination. Intuitivement je ne suis pas très optimiste, mais ce qui me semble néanmoins une victoire c’est la mise en lumière d’une alliance trans-courants majoritaire qui arrive à se retrouver sur la lutte contre l’immigration. Impensable en France pour le moment.

     

    Répondre à ce message

    • @ mondialo-sceptique

      "alliance trans-courants majoritaire qui arrive à se retrouver sur la lutte contre l’immigration." ET contre la franc-maçonnerie.

      "Impensable en France pour le moment." car il y a de trop de faux mouvements dissidents. Le meilleur moyen pour reconnaître les vrais, c’est de voir qui s’affiche OUVERTEMENT anti-franc-maçons. Il y a "immigration" car les franc-maçons ont ouvert la porte du château (la France) depuis l’intérieur. La lutte contre la franc-maçonnerie est donc l’élément de base qui nous permettra d’endiguer l’assaut migratoire. Il faut en priorité pourchasser ces traîtres à la nation.

       
    • @Jalon je suis d’accord avec vous ! Je dénonce les loges sur tous les sites car c’est la force de frappe occulte du système qui lui permet de contrôler beaucoup de personnes dans les corps des états et du privé de plus en plus ! Si le publique ne le sait pas c’est comme pisser dans un violon pour s’opposer à ce qui se passe !

       
  • Hum fallait s’y attendre.
    Le président restera jusqu’en 2022. Matarella a le temps de bien emm***** le monde !

     

    Répondre à ce message

  • Donc, Giuseppe Conte voulait Paolo Savona, un économiste anti-euro, au ministère de l’Economie et des Finances et a eu à la place Giovanni Tria, un professeur proche de la Ligue mais pro-euro
    C’est moi ou il y a un truc qui cloche ?

     

    Répondre à ce message

  • #1977638

    Même lorsque la France va être rendu a un niveau d’invasion de migrants, chômage et de faillite économique aussi grave que l’Italie, vous allez avoir toute les hordes de gauchistes/antifas en tout genre pour empêcher une éventuelle Union du FN, de Nicolas D-A et de Mélanchon voir aussi UPR et Philippot.

     

    Répondre à ce message

    • Il n y a pas d équivalent de Mélenchon dans aucun pays du monde. On a jamais vu un candidat a la présidentielle méprisé autant son pays et préférer autant l étranger.
      C est bien pour cela qu il y a eu possibilité d alliance entre la droite et la gauche italienne, c est le thème de l immigration qui est central, c est la survie de l europe qui est en jeu. La remigration doit être abordée le plus légèrement du monde dans un moment aussi grave, on ne doit plus avoir peur de dire que l on est chez nous et que nous ne voulons plus d étrangers.

       
    • Comme le dit Seb ce genre d’alliance n’aura jamais lieu en France car la France est gangrené par l’universalisme républicain et le cosmopolitisme gauchiste à tout les niveau, je veux dire comme un Merluchon déclarant ne pas supporter vivre au milieu de blonds au yeux bleus, que sans les arabes la France n’aurait pas d’avenir, que les murs doivent tomber et que la France aurait plus en commun avec l’Afrique qu’avec les pays Baltes pourrait un jour agir dans l’intérêt du peuple français bien compris ? A ce niveau là c’est littéralement de la trahison, les les actes (comme par exemple le choix de sa campagne...) les paroles de ce type suintent la xénophilie pathologique, il fait parti de ces allumés qui en viendrait à vendre les leurs dans le but d’aider des allogènes avec lesquels ils ne possèdent aucun liens tout simplement dans le but de se prendre pour la nouvelle mère Térésa.

      Quant à l’UPR et Philippot laissez tomber c’est la même tambouille en dehors de quelques points de détails absoluments marginaux.

       
  • Vous vous trompez, Tria est sur la même ligne que Savona, c’est son élève.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents