Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

Extrait d’une interview d’Alain Soral par Francesco Condemi.

Voir aussi : Alain Soral : De la politique

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #59782
    le 31/10/2011 par rirififiloulou
    Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

    merci alain encore une fois,je lave mon esprit de la cretinerie ambiante a chacune de tes interventions.


  • #59788

    Alain Soral, le seul intellectuel Français et peut-être Mondial qui est capable à la fois d’avoir une vision claire, nette et précise des comportements, et se faire comprendre de tous par ses envolées magistrales et à portée de tous.

    J’aime pas faire de la lèche, ou passer pour un idolâtre. Mais bon sang, quel homme, quel cerveau et quel orateur populaire ! L’antipode de la niaiserie ambiante.

    Je suis un fidèle d’Alain depuis des années et il ne cesse de m’étonner. Pourtant, la vie à fait de moi un homme blasé, je me lasse très vite des futilités. A croire qu’Alain transpire autre chose que ça.

    Mes profonds respects Alain. L’histoire saura te reconnaitre derrière cette forêt d’imposteurs et de charlatans distillant leur merde et qui nous font perdre notre temps. Longue vie !


  • Alain Soral est largement reconnu d’utilité publique par la sphère des libres penseurs !


  • #59802
    le 31/10/2011 par Le Lion du désert
    Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

    Soral c’est le résistant de l’opinion de la pensée française du XXI siècle face aux mépris de tant de préjugés, nous libére du colonialisme mental imposé, de ne jamais se soumettre, s’opposer .


  • #59820
    le 31/10/2011 par JR d’Avignon
    Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

    Encore Merci Alain Soral pour cet art de mettre en mot ce que je ressents quand je me retrouve dans ces diners de connards et salopards.


  • #59822

    Brillant comme d’habitude.

    Moi même étant un gas d’origine modeste, qui s’est extrait par le mérite.
    J’arrive à un plafond professionnel ou je sens l’imminence du besoin de trancher :
    * renier/collaborer
    * se libérer
    Je vois de plus en plus et surtout dans cette période de crise, que la franchise l’honnêteté ne paye pas. Pour monter plus, il va falloir vendre, se vendre, comploter, trahir avec élégance, le faire sans trembler sinon tu es pris, cette compromission est dure. Ou alors bazarder tout ça et être un homme indépendant qui assume tout, qui n’est pas un rouage de merde.

    Il aura fallu éviter la racaille en bas, fréquenter la mentalité bourgeoise de plus en plus insupportable pour en arriver la.

    J’ai encore le souvenir de ce pubeux, qui se donnait une prestance en affirmant son coté Célinien. Affreux


  • #59826
    le 31/10/2011 par rirififiloulou
    Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

    je me permet de reintervenir,en effet il faudrait penser a nous unir,nous les esprits libres.

     

    • #59886

      libre de quoi ?
      s’affirmer libre est déjà une belle preuve d’un manque de comprehension..

      on est libre "de" quelquechose" voila déjà la relation de dependance...
      un esprit libre ... jusqu’a quel niveau ? ca n’a pas beaucoup de sens ce mot "libre"

      Etre libre c’est déjà reconnaitre tout ce qui nous enferme, reconnaitre la réalité d’une chose, c’est la faire exister dans le monde réel ... c’est paradoxal ..Car votre liberté d’esprit depend finalement des conditions de son enfermement.


    • #59974
      le 01/11/2011 par Mahalmort Inc.
      Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

      @tribal : entièrement d’accord avec vous sur la définition du mot liberté, on est toujours esclave de quelque chose y compris parfois de nous mêmes, bravo pour votre intervention pleine de bon sens. C’est ce à quoi j’en suis arrivé après moultes réflexions sur la notion de "liberté" dans l’humanité... Bien à vous...


  • #59828

    Si la bourgeoisie est bien ce qu’il dit alors en quoi est-ce différent de l’aristocratie ?

     

    • l’aristocratie existe t’elle encore ?
      je crois qu’il s’agit de l’hyper classe (comme le dit soral), vulgaire et ultra décalé du monde "traditionnel" de la bourgeoisie et de l’aristocratie d’antan, quelque chose sur quoi Mdame Michu fantasme quand elle lit VoiciMoncul chez Mdame Grincheu qui coiffe Mdame Duchnok.


  • #59838

    Le bourgeois est l’habitant d’un bourg , il n’est pas forcement riche et appartient pour la plupart a une classe moyenne subissant la crise ...
    A ne pas confondre avec les bourgeois fortunnés (qui ne veut pas dire sans morale).
    ...
    Et on peut aussi dire qu’il est preferable de manger dans un resto chic avec de bons amis que dans un bistro degueux avec des cons ...
    tout est relatif.
    _ ;)

     

    • #59857

      Joue pas sur les mots augustin. Tu as très bien compris comme nous ce qu’Alain voulait dire.

      Personnellement, le gosse de bourgeois tel que je l’ai entendu est apparu à mon esprit comme un petit minet de Neuilly-sur-Seine par exemple issu d’un milieu fortuné. On sait très bien que certains petit patrons subissent comme tout le monde. Enfin pas tout à fait, car un patron n’a pas le droit au chômage en cas de pépin, il doit cotiser de son propre chef sinon c’est faillite personnelle.


    • #59858

      HS ce que tu dis...ici on est sur e&r !
      il faudrait penser à lire marx, lénine, lukacs, etc...
      le bourgeois s’il est pauvre... c’est un prolétaire, un déclassé !
      cf. surtout clouscard "les métamorphoses de la lutte des classes" dont ce que dit souvent soral sur la mutation du capital est très largement inspiré.


    • #59879

      ah oui ? et bien lisez victor hugo "les miserables"
      je joue pas sur les mots pas plus que le dictionnaire...
      de qui on parle ? d’une categorie de personne deconnectées de la realité et sans morale ...
      gros fortunné ,mais sont ils tous les meme ?


    • #59922

      @augustin

      "sont-ils tous les mêmes ?" ... en tout cas si la majorité avaient une morale ça se sentirait au quotidien. Où sont les élites (pour ne pas dire bourgeois) qui montent au créneau pour dénoncer ce système ? On peut toujours s’évertuer à essayer de noyer le poisson.

      La réalité du quotidien démontre bien ce qu’Alain fait passer comme message. Il y a un seuil où seul le renoncement à la fortune permet de conserver une certaine morale. Car accepter de passer de l’autre côté du miroir c’est renoncer à ses principes et à sa morale.

      Les actionnaires d’une grande multi-nationale qui prennent la décision de délocaliser leur entreprise en chine par exemple, prennent deux décisions radicales : 1/ liquider des centaines, voir des milliers de familles et parfois même détruire l’économie d’une ville ou d’une région - 2/ accepter de faire travailler des personnes dans des conditions d’un autre age, à la limite de l’esclave pour certains. Et tout cela, uniquement pour augmenter leurs dividendes annuelles.

      Il faut un sacré renoncement moral et humain pour finalement prendre plaisir grâce à cet argent mal gagné sachant que pour en arriver là, on a fait souffrir tant de gens.

      Ça me fait penser à Steve Jobs (Apple) dont un reportage suite à sa mort expliquait très bien sa vision des choses. Il se sentait hors du commun, un être exceptionnel (alors que ce n’est qu’un simple vendeur), un visionnaire et se considérait au dessus de l’humanité. Pour lui, nous n’étions que de simples fourmis.

      Un mégalomane, paranoïaque, tortionnaire (combien d’employé viré suite à ses colères compulsives et aujourd’hui en dépression) et exploiteur aujourd’hui élevé au rang de demi-dieu par tous les fanatiques de la marque à la pomme.

      Alors effectivement, c’est un contre exemple car issu de la middle-class américaine. Mais Alain ne s’en prend pas qu’à la bourgeoisie, il dit que l’influence parentale dans ce milieu fait que certains gamins de ces familles ont déjà très peu de scrupule, et une logique et une morale d’adulte. Bref, moi j’ai compris ça comme ça. L’influence familiale perverti les âmes d’autant plus vite que le cocon est douillet.


    • #59933

      La bourgeoisie, c’est la classe dominante, qui n’a rien à voir ce qu’on entends ordinairement par classe moyenne.
      Par une subversion dialectique on à fait croire aux employés et ouvriers qu’ils en étaient, ainsi sous le vernis libéral on a une fois de plus baisé le prolo, en sous tendant que les rapports de classes n’existaient plus, grâce notamment à l’ouverture du crédit, (fausse richesse, mais véritable chaîne), le prolo magnifié, pouvait singer le riche avec 4/4 mensualisable, et écran plasma, petit séjour éventuel à Pataya + bibine si affinité.
      l’intéressant dans cette affaire, n’est pas le cynisme et le nihilisme de la classe caméléon, la classe moyenne supérieure et autres intellos les stipendiés du système et qui se pensent tantôt avec le peuple le temps d’un suffarge et tantôt avec les tenanciers selon l’intérêt du jour.
      Mais plutôt que le masque tombe et les rapports de classes se révèlent dans toute leur crudité, les lignes bougent comme le dit si bien AS.


  • #59840
    le 31/10/2011 par leo valentin
    Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

    très juste analyse, d’une grande clairvoyance que j’apprécie beaucoup puisque je me retrouve tout à fait dans ce regard critique de la bourgeoisie dont je proviens.


  • #59848

    moyennement d’accord car un peu trop facile pour le coup
    cela fait un peu penser aux propos caustiques de Karl Marx
    ds "le manifeste du parti communiste" ou il fustige la classe
    sociale bourgeoise comme etant responsable de tous les maux

    il y a effectivement une grande bourgeoisie d’affaires completement verolee
    de l’interieur et dont le principal ressort d’existence est une prevarication tous azymuts
    mais elle est extremement minoritaire, la plupart de ceux que l’on denomme "bourgeois"
    ou "petits bourgeois" sont des gens ordinaires faisant montre de "common decency" (au
    contraire de nos zelites) et qui participent d’un grand nombre de vertus sociales, vouloir
    assimiler tous ces gens au fond ordinaires qui croient en l’honnetete et dans les valeurs
    du travail et de l’effort a la classe des tres riches minoritaires et effectivement suspects moralement, c’est comme d’assimiler tous les petits chefs d’entreprise francais qui sont
    souvent les gens les plus meritants socialement par l’effort aux qq patrons du CAC40
    cela n’a vraiment pas grand sens, gardons nous de categorisations trop rapides ..

     

    • #59884
      le 01/11/2011 par Professeur Bibolini
      Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

      Entièrement d’accord avec vous.
      Pourquoi y a-t-il en France cette haine viscérale, ce mépris du chef d’entreprise ?
      La caricature est trop facile...


    • #60010

      Bonsoir,
      .
      Je vous invite sincèrement à visionner d’autres vidéos d’Alain Soral afin de vous rendre compte du caractère erroné de vos propos.
      .
      Alain Soral a déjà exprimé, à maintes reprises, que les classes avaient évolué et que "l’avenir" économique, si une nation retrouvait sa souveraineté économique, passerait par les petits patrons. Dès lors, lorsqu’il parle de bourgeoisie, il ne parle pas de celle à laquelle vous faites référence.
      .
      Alors, oui, l’emploi des mots choisis par Alain Soral n’est pas parfait mais le grief mené à son encontre (amalgame) est plus de votre côté que du sien.
      .
      Je vous invite, encore une fois, à vérifier par vous-mêmes que vous vous trompez. Cherchez et vous trouverez, je vous l’assure.


    • #60018

      le bourfeois chef d’entreprise fait remonter plus tot dans l’air industrielle, bien qui’il exiszte toujours. Soral parle je pense de la bourgeoisie du centre ville plutot, ce la mondanité également, ce qui amène au bobo d’aujourd’hui, rempli de bonne valeur en aparence, mais pourri à l’intérieur au final. Et cette bonté extérieur est avant tout là pour ce donner bonne conscience. A lire : "illusions perdues de Balzac". Maintenant il y a aussi une bourgeoisie invisible, plus être est-elle même majoritaire, envers qui peu de reproches sont possibles. C’est le problème des gens qui n’agissent pas, et dont on ne parle jamais, ils sont souvent représentés par des pouritures ( ex : les juifs, musulmans, africains, étuduants, dont les représentants "officiel" sont toujours des vermines). Néanmoins comme le petit peuple a sa bétise pour lui la bourgeoisie a tout de même sa fourberie, même entre eux.


  • #59865
    le 31/10/2011 par Jules Gaulois
    Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

    Très bien. Je dirais même plus : pasolinien !


  • "le problème c’est pas le meurtre, c’est le sang sur les mains !" Fulgurante flèche morale et intellectuelle ! Alain, je te portais haut dans mon estime, tu viens de monter un cran supplémentaire ! Chapeau bas !

     

  • #59867

    COMME DIRAIT COLUCHE : PAN ! DANS LA GUEULE...


  • #59882
    le 01/11/2011 par Professeur Bibolini
    Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

    Je trouve que ce discours est une caricature déshumanisante, et il faut un peu l’avouer, auto-sanctifiante.
    "Le gentil pauvre contre les méchants riches".
    Des gens malhonnêtes, des cons, etc. se trouvent dans toutes les classes sociales, dans toutes les tranches d’age, dans tous les milieux, et dans les deux sexes.
    J’en ai connu des gens "simples et fiers de l’être", pourtant prêts à poignarder un "ami" dans le dos pour se promouvoir, ou à voler des gens de la même condition. La portée de leurs actions est peut-être plus limitée que celle d’un "salaud" riche, mais la morale est exactement la même. Mettez-les à la tête d’une banque, et vous verrez le résultat.
    La vérole morale n’est pas l’apanage des riches. Et qu’est-ce qu’un riche exactement ? Il y a toujours moins riche que soi.
    Quelqu’un qui travaille dur toute sa vie et qui s’enrichit est un salaud ?
    Savez-vous qu’il y a des gens qui choisissent une vie avec peu de responsabilités malgré de grands talents ? Ils reçoivent peu, et en même temps, ils donnent peu. C’est leur choix et si ça leur convient, très bien.
    Savez-vous qu’il y a des gens qui ont les épaules pour plus de responsabilités et plus de travail, et qui aiment ça ? Souvent, ces gens-là, tant haïs des Français, donnent du travail.
    Savez-vous qu’il y a aussi de "gentils pauvres" incroyablement snobs, prétentieux, cyniques ?

    Pour avoir côtoyé toutes sortes de gens, ma conclusion est qu’il y a différents niveaux de morale, indépendamment des milieux. Ils sont souvent transmis par l’entourage, parfois choisis pour aller contre l’entourage, ou bien découverts sur le chemin et adoptés. Bons ou mauvais.
    Après, il y a le caractère et la psychologie de chacun, puis de la société, du pays, et de l’époque.
    Il y a des gens bien adaptés, d’autres non. Des gens capables d’examens de conscience, d’autres qui préfèrent fuir leur souffrance dans des compulsions de toute sorte.
    Tout cela mélangé, donne des rapports entre les gens, les milieux, et les pays, bien compliqués.

    Encore une chose : les gens ne se comportent pas de la même manière à un dîner social qu’à un dîner entre amis intimes. A un dîner social, les gens vont souvent adopter les tics de leur milieux (milieux de la chasse, milieu de la télé, milieu du travail, milieu masculin, milieu féminin...).
    Je suis persuadée que tout le monde préfère se retrouver entre amis intimes.

     

    • Alain Soral discute et présente son point de vue de la bourgeoisie et je ne sais pas s’il a l’intention d’imposer à quiconque sa vision du monde.Je crois bien au contraire que par sa dimension presque prophétique et ses analyses très libres, il parlent librement de ce qu’il a conclu suite à sa propre expérience. Il est assez déplorable de voir nombre d’internautes le critiquer alors qu’il éssait d’éveiller les consciences, de provoquer les esprits.



      Pour avoir côtoyé toutes sortes de gens, ma conclusion est qu’il y a différents niveaux de morale, indépendamment des milieux. Ils sont souvent transmis par l’entourage, parfois choisis pour aller contre l’entourage, ou bien découverts sur le chemin et adoptés. Bons ou mauvais.
      Après, il y a le caractère et la psychologie de chacun, puis de la société, du pays, et de l’époque.




      c’est faux, on choisit bien sa vie et son entourage, si l’on veut être un requin et vivre parmi les requins, on devient requin alors à l’age de raison et non pas lorsqu’on vient au monde.Il en est de la responsabilité de chacun de choisir sa vie et sa méthode de vie. Si l’on choisit la haine, on vivra dans la haine (et même de façon "simple et fier de l’être"), si l’on choisit de vivre dans l’amour, on peut tout aussi bien considérer l’amour comme une richesse.
      Chacun est responsable, à son échelle, de déclencher une guerre ou une réconciliation.


    • assez d’accord sur ton commentaire. mais question avarice et égoisme le bourge est tout de méme une béte de compétition ,car tellement identifié à cela (car née dedans...et formage d’identitée), que sa proportion à engranger de l’argent(sans le réinvestir dans la communautée pour un partage "fraternel" ( je fais exprés de m’enflammer..") est souvent proportionnelle au vide affectif qu’il doit combler . cette course folle pour la préservation de l’identité (car c’est tjrs de cela qu’il s’agi..) que notre bourge mené au jour le jour est un mélange compliqué d’aviditée (sous le verni du projet..) ,basé sur un ideal matérialiste ..notre bourge ( jeune -vieux), disons notre bobo se sent parfaitement à l’aise dans la société athée ,cela le dispense de trop "creuser" les questions "morales" (pour commencer..car l’éthique ect,c’est du domaine de la métaphysique..pour le bobo), il est pas vraimment à l’aise avec sa propre croyance (l’athéisme) ,car il faut étre trés con (fu..)pour adhérer profondément à la croyance que la vie est un bout de barbaque hasardeux... et donc tente de trouver une croyance qui lui procure du plaisir à partir de son postulat de départ vie =barbaque =hasard.
      car quoi qu’il en dise le bourge malgrés son orientation est un humain qui cherche ,méme si lui (orgueilleux comme il est) prétend n’avoir aucuns principes supérieur au dessus de lui .. car sinon pourquoi tant d’inégalitée ? là le bourge s’arréte à cette question (il permute ,ou tombe dans un sommeil profond) ,car c’est la limite qu’il s’est fixé en ramenant toute questions de cet ordre, à la source , la base =le hasard=le jeu de hasard qui tourne en boucle sur lui méme .
      donc il a le fric ,et il s’est identifié si fort avec le fric que ce qui lui reste d’attention est une sorte de collecteur d’impot mental interne ,chaque départ d’activitée dans sa vie obéira au mouvement de captation de fric ...dans tout ses secteurs, si bien que psychiquement ,mentalement quand l’on se trouve en la présence de tels bobos ,l’on ne se sente pas vraiment en osmose,ceci est pour dire que nos centre d’intéréts ne convergent pas pour ce qui est de l’essentiel.
      pour ce qui est du "modeste", le probléme actuel est qu’il est submergé de codes bobos ,car le bobo est tellement accros à son idéologie qu’il en veut partout (ce qui produit l’overdose actuelle).les pauvres à une certaine période furent industrialisés ,mécanisés , et depuis des dizaines d’années le bobo leur fait croire que maintenant


    • suite...maintenant qu’ils ont le necessaire vital (materiel ..) , ils doivent payer leur tribu au dieu des bobos ,sous formes" d’auto offrandes" (à l’image des bobos vip ),car le dieu bobo est le bobo lui méme ! au dessus c’est le hasard ..donc le "pauvre" étant lui aussi née dedans cette propagande de bobos, a de sévéres difficultées , et c’est clair que le smicard (ou un peu plus que smicard..) qui se met à en rajouter des couches dans "l’intrigue" et les coups dans le dos est aussi trés répandu, sinon pourquoi un tel immobilisme pour ce qui est des questions de "comment arréter la defferlante de connerie".
      car "le pauvre" sympa et non moisi par le piége bobo ne court pas les rues...ceux qui sont entre les deux (pour schematiser, car comme tu le dis il y a un sacré dégradé) sont comme le vote blanc aux éléctions..
      le sujet est vaste ..le bobo est un athé pur jus, donc un con(fu...ohoh) d’envergure ...car à la période actuelle ,méme le bobos ne peut faire l’économie des trouvailles de la science , qui tout de méme remettent en question "sa fable du bout de barbaque hasardeux"....mais c’est trop tard car le bobo à aussi ses intégristes qui restes scotchés aux fondamentaux , mais quand les fondamentaux n’ont pas de fondements ça complique les choses.
      le bourgeois est un mécanisme , le bourgeois comme le dit astucieusement soral, c’est "l’esthetique de la cleanitude". bien sur la connerie(la laideur ect..) touche tout les milieux social.. cela est du à quoi ? les pistes sont nombreuses , mais ce n’est pas le bourgeois qui se donnera la peine d’aller les explorer , car le bourgeois est satisfait , le bourgeois est figé... le bourgeois sans le savoir est un zombi .


    • #60013

      @Professeur Bibolini,
      .
      Je t’ai répondu plus haut. Tu te trompes sur toute la ligne. Je t’invite vraiment à visionner d’autres vidéos pour que tu te rendes compte à quel point ta vision des propos d’Alain Soral est erronée.
      .
      Sinon, je me permets d’ajouter que celui qui "travaille dur toute sa vie et qui s’enrichit" au point que toute hausse de revenu apportera une augmentation du niveau de vie marginale et qui ne fait rien pour autrui est bel et bien un salaud selon moi. Si tu n’es pas d’accord, j’aimerais que tu argumentes.
      .
      @yu
      .
      Ton mépris pour les athées va à l’encontre de ce que tu sembles défendre, selon moi.


    • guillaume,
      je ne connais pas de personnes qui à un momment ou un autre dans ce genre de débats n’éprouve pas passagérement du mépris (toute proportion gardées..) envers certaines postures,attitudes et positions que nous, humains entretenons mécaniquement...
      car il n’est pas aisé d’éviter le jugement de valeur (qui ici sur e&r est tout de méme un espace de confrontations d’idées..) sur ces sujets ,et le simple fait de confronter des systémes de valeurs met "en route" une hiérarchie (à moins d’étre dans un relativisme sans queue ni téte) dans cette méme représentation...
      et je suis convaincus que l’athéisme est une connerie monumentale qui ne peut qu’étre entretenue par des cons (des personnes dans la confusion) , je dis clairement qu’ils se trimballent des idées à la con ...
      car l’athéisme est un obscurantisme , il suffit de constater ou cette idéologie méne le monde.
      dire que quelqu’un est con , ne signifi pas qu’il le sera pour "l’eternitée" ...
      ce que je critique avant tout est l’athéisme ...qui n’est pas une idée "désincarnée"de nos jours , l’atheiste est de toute maniére trés matérialiste (car il a beau ne pas croire en quelque chose de l’ordre de la transcendance ,il est bien obligé de s’accrocher "en dernier recour" au sol qui est sous ses pieds...donc il se cantonne à la matiére (quel exploit)),et la vision matérialiste me semble avoir fait assez de dégats à traver le monde. je ne pense pas aller à l’encontre de ce que je défends en disant qu’un con est un con (simple constat) et que ce méme con est capable de passer à une vision différente de la vie bien plus profitable pour lui,et son entourage....car en s’obstinant dans sa connerie il va droit dans le mur ...encore un constat . il y en a bien trop à énumérer mais là n’est pas le but.


    • #60242
      le 02/11/2011 par Professeur Bibolini
      Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

      @Guillaume
      Alors je m’excuse si je me suis fait une opinion sans bien connaître ses valeurs.
      Je trouve quand même que la vidéo, si on l’entend telle quelle, caricature, catégorise : "les rupins", "les vieux"...
      Et je me méfie des catégories, car l’expérience m’a montré que quand on s’arrête aux catégories, qu’on y tient et qu’on ne gratte pas plus loin, on peut passer à côté de vérités plus profondes.
      Et qu’est-ce qu’un bourgeois ? La réponse sera différente pour bien des gens. Mais en général, en France, ça n’est jamais soi-même, mais celui qui a plus d’argent, plus d’éducation, et même si un patron est juste, crée des emplois, porte de lourdes responsabilités, travaille bien plus tard que l’ouvrier ou la secrétaire qui part à 5h pile, et tout naturellement gagne plus, il sera vu comme le sale bourge.
      Tout est relatif. Nous sommes tous de gros bourgeois aux yeux des Africains, ou des Gitans. Vous considérez-vous comme un salaud à cause de cela ?
      On ne peut pas savoir ce que donnent les gens. Il y a des gens très riches qui font construire des hôpitaux, des écoles, qui financent la rénovation de notre patrimoine, etc.
      Il y a des gens qui, par leur travail consciencieux, apportent leur contribution au groupe.
      Je crois qu’il y a trop de cas de figure chez les riches comme chez les autres, et labéliser réduit le champ de vision.
      Ce qui me dérange, c’est que l’on puisse dire que celui qui est riche (et cela reste encore à définir), est forcément quelqu’un qui ne donne pas, et qui est un salaud.
      Honnêtement, qu’en sait-on ?


    • #60256

      @ Guillaume
      et en même temps je réponds au dessus

      il faut sortir de cette dialectique de haine qui consiste
      à fustiger une classe sociale au seul motif qu’elle serait dominante
      c’est un discours un peu trop convenu et suranné et puis surtout
      un peu trop fastoche car ce n’est pas la haine qui manque, loin de la..
      et il y aura toujours des gens pour applaudir quand on désigne un "méchant"

      comme l’exprime Bibolini, j’ai connu des salauds de riches mais pas mal aussi
      de salauds de pauvres qui n’ont rien à envier aux riches question dégueulasserie
      d’un point de vue général, je me méfie de tout jugement à l’emporte pièces
      la facon dont Soral s’exprime sur cette vidéo peut vite induire en erreur
      car le terme "bourgeois" a une acceptation sociologique très très large ..
      vraiment pas évident à l’écouter de penser qu’il serait prêt à soutenir le monde
      des petits chefs d’entreprise, souvent les gens les plus méritants qui soient, mais
      qui sont aussi de petits propriétaires ayant un mode de vie de "petit bourgeois"..


    • #61643

      Bonsoir,
      .
      @yu,
      .
      Avant tout, merci pour ta réponse.
      .
      Je vais tenter de résumer mon point de vue afin que tu puisses comprendre les griefs énoncés à ton encontre :
      .
      A moins que tu défendes autre chose que la réconciliation (ce qui est tout à fait ton droit), je ne pense pas que ce soit par l’insulte et/ou le mépris que tu y parviendras. D’où ce que je pointe comme étant une incohérence. Avec ce point de vue, tu participes, selon moi, dans une mesure bien moins forte, je te l’accorde, à la "situation" dont tu attribues la responsabilité aux athées.
      .
      Si maintenant, tu me dis que tu te défoules sur le net mais que dans le réel, tu adoptes une attitude pédagogique et ouverte à l’égard des athées afin de leur permettre de se conscientiser, je suis dans le faux. Mais mon instinct me dit que non.
      .
      Au passage, sur la question du mépris. Écrire :



      je ne connais pas de personnes qui à un momment ou un autre dans ce genre de débats n’éprouve pas passagérement du mépris (toute proportion gardées..) envers certaines postures,attitudes et positions que nous, humains entretenons mécaniquement...




      Tu avoueras que c’est assez faible.
      .
      Dans un premier temps, par rapport au :



      je ne connais personne qui n’éprouve pas passagérement du mépris




      La différence est que j’ai l’impression que tu préserves ton mépris. Il n’y a rien de passager.
      .
      Et ensuite, c’est de la rhétorique, "Ah oui, mais tout le monde le fait un peu donc c’est ok quand je le fais.".
      .
      Pour terminer, je pense qu’on peut très bien être athée et choisir un objectif de vie humaniste au même titre qu’un croyant. Si tu n’es pas d’accord sur ce dernier point, je t’invite encore une fois, à argumenter (idem pour le reste au passage en fait). Car ton avis m’intéresse.
      .
      @Professeur Bibolini
      .
      Je te remercie aussi pour ta réponse.
      .
      Pour ce qui est de l’aspect caricatural des propos dont il est question, c’est le style d’Alain Soral. C’est ce qui participe minoritairement à son succès bien que je sois de ceux qui trouve ce style parfois dommageable.
      .
      Cela dit, ne pas chercher à comprendre ce qui est réellement exprimé au-delà de ce style, sans vouloir te vexer, relève selon moi, soit de la mauvaise foi (et je ne dis pas que c’est ton cas) soit du manque d’expérience "communicationnelle". Comment pourrait-il développer une analyse telle que la sienne et proposer cette solution en étant dans le carcan riche=pas beau, méchant ?


    • #61644

      (SUITE)
      .
      Car ton



      Mais en général, en France, ça n’est jamais soi-même, mais celui qui a plus d’argent, plus d’éducation, et même si un patron est juste, crée des emplois, porte de lourdes responsabilités, travaille bien plus tard que l’ouvrier ou la secrétaire qui part à 5h pile, et tout naturellement gagne plus, il sera vu comme le sale bourge.




      ne se retrouve aucunement dans le propos d’Alain Soral (comme je l’ai écrit, il dit même le contraire, mais tu as admis ton erreur sur ce point, n’épiloguons pas). Je trouve non-pertinent, et ça n’engage que moi, de développer là-dessus, même si je comprends que cela puisse te toucher particulièrement.
      .
      Pour terminer,



      Ce qui me dérange, c’est que l’on puisse dire que celui qui est riche (et cela reste encore à définir), est forcément quelqu’un qui ne donne pas, et qui est un salaud.




      En effet, cela est réducteur. Mais il ne faut pas se leurrer, la majorité des riches (on va dire, les 10% les plus riches de la population mondiale, pour définir arbitrairement) sont, par manque de conscience ou pas, des salauds (salauds dans le sens où, pour la plus grande partie, ils font le choix de jouer pour leur pomme).
      .
      (L’argument du "Donc tu serais de toute façon le salaud d’un autre",
      .
      1) Ne s’applique pas dans mon cas.
      .
      2) Même s’il s’appliquait dans mon cas, ne retirait rien à mon argumentation. Pas besoin d’être mince pour se permettre de dire à un obèse, qu’il l’est (tant qu’on ne le lui dit pas comme si on était mince alors que c’est pas le cas).
      .
      Car les cas de ceux qui donnent sont, à mon sens, minoritaires (la situation ne serait pas celle qu’elle est si ce n’était pas le cas). Et personne n’a dit que le riche, ainsi défini, est forcément un salaud. Personne.
      .

      ....


    • #61646

      (SUITE)
      @ Hieronymus
      .
      Merci pour ta réponse.
      .
      Je ne saisis pas pourquoi tu abordes la question de la dialectique de la haine. Je ne pense que ce soit de cela dont il s’agit (que ce soit dans mes propos ou dans ceux d’Alain Soral).
      .
      Je suis bien conscient que la dégueulasserie n’est pas exclusivement présente chez les "riches". Cependant, en terme d’impact, elle est bien plus présente chez eux selon moi.



      vraiment pas évident à l’écouter de penser qu’il serait prêt à soutenir le monde
      des petits chefs d’entreprise




      Effectivement, pas évident, et c’est en partie ce que je me permettrais de lui reprocher si je n’avais que ça à faire. Mais c’est parce que l’on a compris que très peu de choses sont évidentes que nous sommes ici, non ?
      .
      .
      .
      Merci à tous pour cet échange. Je vous souhaite une bon dimanche.


    • guillaume,
      bonjour et merci à toi pour ta réponse.
      je comprends mieux ton premier commentaire maintenant que tu devellope ton point de vue. dans le commentaire initial (les cons ect...) , je fais dans le brut de décoffrage histoire d’éviter les ambiguitées sur la question de l’athéisme qui si l’on conforte l’athé dans sa vision "soit disant" neutre laisse croire qu’il est neutre alors que non .car c’est un peu le discour ambiant ,athé=personne ouverte à tout. c’est la raison du défoulage ...ce qui m’arrive aussi dans le quotidien je te l’accorde , qu’il n’y ai pas de méprise je défends comme je le peux la réconciliation ,oui y’a des momments ou ça rue dans les brancards et ça fait parti du truc. et tu n’a pas tord sur le point de la "méthode" de conscientisation...
      oui l’on peut étre athée et choisir un objectif humaniste...
      pour ce qui est de la croyance je suis mitigé sur ce terme, je ne demande et ne me demande pas de croire en ceci ou cela (athé ou religieux) ,par contre je cherche et quand je pense trouver je vérifi et experimente ce qui sort du domaine de la croyance ou de l’atheisme ,c’est trés pragmatique en fait . je ne crois pas au ciel .. il est là c’est un fait . on peut me répondre qu’un aveugle peut douter car il n’a pas l’organe qui lui permet de voir, je constate cela tout les jours (et des fois je m’emporte en oubliant ce paramétre ..) . ce que je tente d’exprimer est que ces temps ci la science (plutot "d’obédience" athée ..je plaisante) confirme pas mal de visionnaires de la tradition "ancestrale" (qui n’avaient pas la méme approche de la recherche de la véritée), étant intimement persuadé que la tradition est dans le juste, et le versant scientifique m’interressant depuis quelques années (découvertes et théories issues de ces avancées ,qu’est ce que la matiére ? en tout cas le physique) je constate que les convergences(science/tradition) sont du domaine de la réconciliation d’ou mes "brusqueries" envers les athés qui ne vont pas au bout de leurs recherches dans le domaine sur lequel ils prétendent s’appuyer( je crois quand je vois..) . je peux aussi étre moqueur avec des croyants ,car la croyance a d’autres travers... mon but n’est pas de moquer les uns ou les autres , mais quand je ne suis pas au niveau pour "conscientiser" athés ou croyant ,je sais bien que cela refléte une problématique que je n’ais pas encore bien approfondie ,et je me moque aussi de mes crispations qui sont inévitables (pour ma part) quand il s’agit ...


    • ...(suite) d’aller vers une meilleure cohérence ;). en bref , à l’avenir dévellope direct tes interrogations et instincts , car ça peut préter à confusion,car méme si une personne te semble en incohérence ,le remarquer est une chose mais essayer de lui démontrer peu déboucher sur du dialogue ,qui fait tout de méme avancer les choses.
      donc merci d’avoir pris le temps de me signaler avec précision ce que tu voulais dire dans le 1er post.
      ps : pour ce qui est du choix de vie humaniste d’un athé ,je te répondrais qu’un athé s’il fait des éfforts de recherche ne resteras pas athé toute sa vie . pour un croyant c’est la méme chose ,il ne restera pas que croyant ....mais là c’est une autre histoire.


    • ..pour la suite vue que celle que j’ais fait suivre n’apparait pas,j’en profite pour corriger la fin de la 1ére partie...

      mon but n’est pas de moquer les uns ou les autres , mais quand je ne suis pas au niveau pour "conscientiser" athés ou croyant je fais preuve d’impatience et ça donne de la provo ..qui ne me semble pas du mépris vue que je ne juge pas "l’athé" indigne d’attention .je sais bien que cela refléte une problématique que je n’ais pas encore bien approfondie ,et je me moque aussi de mes crispations qui sont inévitables (pour ma part) quand il s’agit ...


    • #62564

      @yu
      .
      Je suis d’accord avec toi sur la pseudo-neutralité de l’athéisme.
      .
      Je suis aussi d’accord sur la convergence tradition/science positiviste (avec une réserve car je connais trop peu
      la tradition)
      .
      Merci pour le conseil (développer directement
      mon point de vue).
      .
      Et merci pour l’échange surtout !
      .
      A une, fort probable, prochaine fois dans les commentaires d’E&R.


  • Quelqu’un ici ne voyait pas la différence entre la bourgeoisie et l’aristocratie...
    Eh bien c’est simple, déjà étymologiquement, l’aristocratie c’est le gouvernement des meilleurs et non pas des riches.
    En fait la grosse différence entre la bourgeoisie et l’aristocratie, ou la vraie noblesse, la noblesse d’épée, je ne sais pas comment l’appeler exactement, c’est que la noblesse n’avait pas à craindre pour ses ressources, la noblesse était dans une dimension non matérielle. Et tant qu’une noblesse est rattachée à sa patrie, tant que ses intérêts sont garantis etc, eh bien elle n’a pas de raison de trahir, elle n’a pas de raison de servir autre chose que son peuple, sa patrie etc.
    C’est assez idéaliste bien entendu, mais il est clair qu’entre un noble jamais préoccupé par des questions matérielles et un financier banquier capable de vendre tout un peuple pour un profit ou encore de financer les 2 côtés dans une guerre, eh bien il y a une différence...
    Rajoutons qu’à la noblesse étaient rajoutées des valeurs comme l’honneur etc
    Mais la bourgeoisie, ses valeurs c’est quoi ? La bienséance, les plaisirs, et sa survie. Elle est prête à tout pour conserver ces avantages là.
    La noblesse, elle n’était pas dans cette logique et dès qu’elle est entrée dans cette logique, cela a causé sa perte.
    Voltaire fait l’apologie de l’âge de fer dans le poème "Le Mondain" en ridiculisant ceux qui regrettent "l’âge d’or et le règne d’Astrée". Eh bien, tous ses arguments sont d’ordre matériel, en gros c’est génial l’âge de fer, on échange des marchandises et on se fait de l’argent ! Et il dit en gros que ceux qui vivaient durant "l’âge d’or" étaient moralement meilleurs uniquement parce qu’ils n’avaient pas été exposés à toutes ces richesses, en gros, ce n’était pas de la moralité c’était de "l’ignorance". Eh bien Mr Voltaire, espèce de crétin, tu te réjouis de notre nouvelle corruption ? Il y a presque du satanisme dans ce poème, on pourrait comparer toute la tirade à une apologie d’Adam et Eve prenant la pomme et se faisant expulser de l’Eden.
    Oui, il se trouve qu’à présent, les fils d’Adam pourront être jugés, testés, purifiés en quelque sorte, mais ce n’est pas du tout ce qui est repris par Voltaire, non pour Voltaire, maintenant, on peut enfin s’amuser en gros !
    J’encourage d’ailleurs vivement E&R à poster un commentaire du "Mondain" sur ce site parce que le Mondain, c’est vraiment l’origine de tout ce qu’on critique.
    (Je ne suis pas particulièrement religieux)

     

    • Oui enfin l’homme étant ce qu’il est, noblesse ou pas, épée ou non, on trouvait parmi cette dernière quantité de "chevaliers" pillards et couards s’attaquant qu’aux plus faibles et populations sans défenses. Ils étaient même les plus nombreux en vérité.
      .
      Ce qui amena l’Église à légiférer (Trêve de Dieu etc.) pour calmer tout ce beau monde et apporter un peu de paix et de tranquillité aux villageois.
      .
      Bayard et Du Gesclin était aussi des exceptions parmi les leurs et non la règle...


    • J’ai bien dit que c’était "idéaliste".


  • #59924
    le 01/11/2011 par Mohammed De la Glotte
    Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

    Etant à l’université, je reconnais retrouver des petits cons qui se prennent pour des bourgeois ( en faisant l’éloge du libertinage, de hédonisme assumé, du relativisme absolu, du matérialisme) et qui ont de ce fait des profils psychologiques de vieux (aucune moralité, humilité, aucuns rêves, aucune évolution).
    Dites moi... vous en avez déjà rencontré des jeunes de ce type ? :)

     

    • rencontrés ? par dizaines.... croisés ? toute la journée.le bobo est nihiliste car s’il se mettait à sortir de l’atheisme ...ce serait un choc pour son identitée..à savoir =il serait exclu de sa tribu ! ce qui n’est pas facile du tout ... donc tout en étant clairement positionné vis à vis du bobo , gardons tout de méme de la compassion pour ce triste personnage , car étant passé par de nombreuses "petites morts" au quotidien ,pour sortir de cette matrice glauque , je me dis que malgrés le dégout que j’éprouve au contact de ces zombi(e)s , j’ais du guérir des parties de moi méme infestées par le materialisme ambiant, et j’ais eu la chance d’y parvenir sur de nombreux points essentiel. ceci est un éffort , un acte. il y a des bobos qui s’en sortiront (ceux qui ne sont pas trop amochés... ou qui chercheront sincérement les causes de leurs contradictions) ,d’autres qui scléroseront ...comme tu le dis , il s’agit d’évolution . tant que le bobo maintient en vie" son systéme social ", il reste arrogant , car étant matérialiste il s’enorgueilira du matos (son idole) à disposition pour justifier la logique de sa surenchére de confort matériel (car c’est son alpha et son omega) =la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf. son évolution n’en est pas une ...et un de ces 4 il va se retrouvé tellement à l’horizontal que se hisser d’un millimétre à la verticale sera pour lui un "challenge" , est ce le seuil (du bas que soral évoque pour ce qui est de cote d’alerte sur une grande échelle , et non pour quelques individus..) auxquels les "bourges"vont devoir se confronter ?
      oui cela est tout à fait plausible, car méme s’ils sont se disent matérialistes ,ils sont soumis aux mémes lois ...universelles.


  • #59951

    vidéo qui date du 04-12-2009.
    Alain Soral n’avait pas encore terminé sa psychanalyse (façon de parler), à cette époque-là. C’est pourquoi, on trouve là un plasma fait de bribes d’analyses en cours de construction et des bribes de vie passée pas encore élucidée.
    A cette époque Alain Soral n’avait pas non plus encore reconnu sa religiosité.
    On voit donc le chemin parcouru par cette personne qui a cru pouvoir vivre, il y a longtemps, maintenant, une vie qui n’aurait pas été la sienne et dont son humanité l’a toujours préservé et qui maintenant a clairement compris que vivre une vie d’Homme avait un prix mais que c’était le seul chemin qui en valait la peine.


  • #59960

    vidéo qui date du 04-12-2009.
    Alain Soral n’avait pas encore terminé sa psychanalyse (façon de parler), à cette époque-là. C’est pourquoi, on trouve là un plasma fait de bribes d’analyses en cours de construction et des bribes de vie passée pas encore élucidée.
    A cette époque Alain Soral n’avait pas non plus encore reconnu sa religiosité.
    On voit donc le chemin parcouru par cette personne qui a cru pouvoir vivre, il y a longtemps, maintenant, une vie qui n’aurait pas été la sienne et dont son humanité l’a toujours préservé et qui maintenant a clairement compris que vivre une vie d’Homme avait un prix mais que c’était le seul chemin qui en valait la peine.


  • #60135
    le 01/11/2011 par Freddy l’étudiant
    Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

    Merci Alain de mettre des mots sur ce que l’on ressent. Ton aisance pour développer une argumentation en fait rêver plus d’un et me laisse percevoir l’ampleur du travail qu’il me reste pour faire de meme.


  • #60232
    le 02/11/2011 par Jasmin Indien
    Critique de la morale bourgeoise par Alain Soral

    Relu Alain Soral
    Quelle alternative au monde bourgeois ?
    UDT E&R, Villepreux, les 8 et 9 septembre 2007
    http://www.egaliteetreconciliation....


  • Le génial roman d’Oscar Wilde "Le portrait de Dorian Gray" me paraît en effet un excellent résumé de la pourriture morale grandissante dissimulée derrière des habits élégants et des manières convenables. Le premier crédit sur l’enlaidissement ! Vous voyez le tableau ?


  • #69672

    C’est immense de donner son intelligence au travail le plus noble,
    de s’occuper à la délivrance de ce qui hante le dépressif, solitaire, abandonné.

    Merci, merci de parler à l’homme et non aux masses !

    Tes paroles les plus fines rencontrent leur écho.


  • #138377

    " choper la vérole morale " ! , "le luxe passera par la laideur morale " !, "acceptation de la laideur du monde " ! .... Ainsi donc on nous a dominé en faisant passer de la m.... morale pour un luxe inaccessible . Vivement les hommes libres !
    quel esprit libre
    quel gars indépendant
    quelles vérités profondes
    quelle vision perspicace
    quelle analyse terrible du social
    De quelles profondeurs remontez vous cher Alain pour nous ramener tout çà
    Merci d’etre pour nous simplement un homme qui parle de l’humain dans toutes ses vicissitudes et ses sagesses . Et ces vérités humaines n’auront jamais aucun équivalant meme pour tout l ’or du monde dans l’histoire .