Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Critique radicale du faux omniprésent – TVLibertés reçoit Francis Cousin

Francis Cousin présente sa pensée aux téléspectateurs de TVLibertés.

 

 

Retrouvez Francis Cousin, Karl Marx et Guy Debord chez Kontre Kulture :

Francis Cousin, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "effacer le traité de Lisbonne" : la clé pour pulvériser le fameux plafond de verre.
    Génial !

     

    • Ben oui, il est là ce moment-clé pour comprendre pourquoi nous avons été spoliés de notre Souveraineté ! et le discours exemplaire de Philippe Seguin au Sénat le 5 mai 1992 sur l’inconstitutionnalité du Traité de Maastricht ! (80 810 vues sur YouTube ...)

      https://www.youtube.com/watch?v=_oN...

      Cela ne résonne-t-il pas comme en Matthieu 24
      …34Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n’arrive. 35Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.

      Le Discours de Philippe Seguin non plus ne passera pas aux oubliettes de l’Histoire de France : IL EST toujours en nos mémoires à 25 ans + 2 jours ! Le sénateur y soulève une exception de d’irrecevabilité

      avant que le tocsin ne sonne ? La France en marche vers et dans l’Élysée ....

      le Macaron ne restera pas 3 semaines .... dixit Francis Cousin.


    • Eh oui ! C’est la clé de tout ! Le référendum de 2005 referme en lui "l’autorité de la chose jugée". Dès lors, le traité de Lisbonne est caduque car le Peuple français a déjà tranché le sujet ! Et d’autres peuples avec lui (Pays-Bas et Irlande). A partir de là, les arguments adverses apparaitront pour ce qu’ils sont : des sophismes de la pire espèce. Ou bien il faudra sortir du cadre de la démocratie ... Grandiose Cousin quand il simplifie son discours (ça reste ardu quand même). Marine Le Pen entendra-t-elle ce conseil avisé ?


  • On ne voit jamais Francis Cousin à la télé ; ceci est fort dommage....

     

  • Passionnant.
    En revanche, il se plante et concernant Fillon.
    Ce qu’il raconte, c’est vrai si et seulement si Fillon avait présenté une intention de vote très haute et bien après les primaires.
    Or c’est juste l’inverse qui s’est produit, à savoir qu’il a chuté tout de suite après les avoir gagnées.
    Ce qui prouve que Fillon a été surtout le fruit de la mécanique censitaire des primaires, puisque son programme ne rassemblait pas au-delà de la droite catho et la petite bourgeoisie régionale et retraitée.
    Après, le petit coup de pouce politique du PNF via le Canard, c’est le coup de grâce pour bien faire comprendre que Macron serait le seul refuge par défaut possible et pour cet électorat soudainement décrédibilisé.

    Dans l’absolu, Cousin a toutefois raison, Fillon aurait été flingué tôt ou tard par le système qui ne supporte pas de voir un candidat ne pas se ranger sous bannière laïque et Atlantiste.

     

    • F. Cousin se plante sur pas mal de choses en fait.
      Je zappe, regarde vite fait quelques minutes tranchées au hasard dans l’interview...
      Déjà quand j’entends "quotidianité" à la place de "quotidien" j’ai les tempes qui deviennent rouges (ou "rougeaneuses", si ça plait plus...)

      Qu’il simplifie sa pensée, qu’il aime à penser droit, viril, net, et il ira au Vrai, bien plus qu’en taquinant du néologisme comme il le fait.
      Quelle embrouille que cette histoire de "communiste", alors qu’en l’écoutant deux minutes on a tout de suite compris qu’en dehors de toute coquetterie intellectuelle, il est tout simplement anarchiste, c’est à dire qu’il n’aime que la période anarchiste de tout mouvement populaire, juste avant qu’elle ne se révèle pour ce qu’elle est intérieurement, secrètement : la soif de tyrannie. Sa rhétorique n’est alors qu’un immense boa dans lequel s’étouffer pour ne plus sortir de cette première illusion.

      Pour parler vite : le communisme n’est qu’un anarchisme abouti, étatisé, mais les passions qui animent le peuple "pris en propre" en resteront toujours au stade de l’anarchisme (indépendance/autonomie impossible, haine de tout ordre hiérarchique, inégalitaire). C’est juste que ces passions, quand elles se donnent les moyens de survivre et de se pérenniser pour ne pas retomber dans le néant d’où elles sont sorties, sont obligées de remettre leur survie entre les mains d’une haute autorité qui n’aura pour fonction que d’empêcher par tous les moyens que l’ancien ordre reprenne forme (bien que cet ordre soit des plus naturels et des plus désirables).

      Il y a chez Cousin une méprise incommensurable sur les véritables passions des hommes, parce qu’il préfère les noyer sous des concepts mécanistes. S’il voulait sonder les cœurs et les intentions, s’il voulait surtout sonder le Verbe divin, il en aurait vite fini avec ces âneries sophistiquées.

      "L’essentiel c’est de marcher sur les eaux et de ressusciter les morts. Le reste, qui est trop difficile, est pour amuser les enfants et les endormir dans le crépuscule" Léon Bloy


    • Il a chuté très vite certes, mais parce que, si je me souviens bien, avant même les affaires Penelope & co, il a été aussitôt la cible d’attaques incessantes sur son conservatisme moral, sa revendication d’une foi chrétienne, ses liens avec la Manif pour tous...

      S’il a commencé à baisser, au départ, c’était à mon avis pour cela : un travail de sape incessant pour insister sur les aspects les plus "conservateurs" de sa personnalité, qui lui ont sans doute fait perdre rapidement le soutien de la partie la plus volatile de l’électorat des primaires, qui avait voté soit contre Sarko et Juppé, soit sur les apparences de type un peu austère et raisonnable de Fillon ("une vraie tête de président").

      Le Penelopegate n’est venu qu’ensuite, achevant de faire descendre les intentions de vote sous le niveau de qualification au 2nd tour, ce qui était l’unique objectif : offrir à Macron le seul duel gagnable pour lui. Parallèlement on agitait le spectre d’une MLP à 30% pour démobiliser un tant soit peu ses électeurs, assurés qu’elle serait au 2nd tour, pour qu’en plus Macron soit 1er.


    • Michel Mertz, pas tout à fait d’accord, bien qu’ayant battu Juppé sur les primaires, c’est ce dernier qui a mis le doigt ou ça fait mal et lors du débat avant le deuxième tour.
      Sur sa volonté de privatiser la sécu, sur son rapprochement avec Poutine quant à l’affaire syrienne, sur sa volonté de virer 500.000 fonctionnaires.

      Sur ce triptyque, il était déjà dans la collimateur du système dès la sortie des primaires et il a donc chuté immédiatement après.

      Qu’il soit pour les chrétiens d’orient, qu’il soit pro manif pout tous, ce sont effectivement des critères aggravants pour le système, le pénelopegate est donc venu pour le discréditer moralement sur son discours de Mr Propre afin de jeter son électorat dans les bras de Macron par défaut, rejoignant ainsi tout ce qui n’est pas la droite forte Sarkozyste.

      C’est ici que se pose la question de la pertinence démocratique des primaires ouvertes, débouchant sur un vote censitaire et non d’adhésion.

      La preuve par Fillon, facilement dézingué par la suite, un peu comme pour Hamon à gauche, respectivement donc au profit de Macron et de Mélenchon.


    • Untel, je ne sais pas si cousin se plante fondamentalement sur beaucoup de choses, il faudrait le pratiquer plus souvent pour l’affirmer ou pas.
      Formellement et sur cette vidéo, je vous rejoins dans l’esprit, non pas sur ses néologismes, pêchés mignons par fainéantise des universitaires, c’est vrai, mais sur sa pointilleuse volonté d’être le plus précis possible dans son logos, ce qui serait une qualité indiscutable si elle ne venait pas complexifier inutilement des concepts n’ayant nullement besoin de telles circonvolutions pour être énoncés plus simplement.
      En revanche, je n’ai pas détecté son anarchisme que vous lui prêtez, sans doute le connaissez-vous bien mieux que moi pour l’affirmer sans ambage, en ce sens, je comprends mieux alors ses pudeurs de gazelle, comme dirait l’autre, quant à le masquer derrière une généalogie du communisme tout à fait non conventionnelle, mais pas forcément iconoclaste.
      S’il se positionne plutôt ni droite ni gauche et encore moins aux extrêmes, son automouvement de l’humanité qui se réapproprierait sa propre jouissance non marchande, est un concept intéressant à vous opposer sur son prétendu mépris des passions humaines.
      Ses rappels à Hegel, à Marx ou à Debord mériteraient une attention plus particulière, notamment sur sa définition de l’être qui s’oppose au sujet libéral perverti, ce dernier au sens Darwinien de l’individu et dans une logique étiologique, à savoir l’individu motivé par son propre intérêt.
      Visiblement, Cousin distingue son être de cet individu, le premier se construisant dans son rapport à l’autre, le second étant une entité assez creuse et à la recherche de jouissance personnelle, alors que le premier a du sens de par ses actions ou ses projets, dont le plus grand dénominateur commun est cette touche d’universalité.
      J’ai également apprécié son passage sur la critique de l’enseignement industriel du faux, de cet enseignement de la pensée morte, ce qui ne manque pas de sel de la part d’un universitaire.
      De même, sa critique des ultra capitalistes, qu’ils soient de gauche ou de droite est excellente avec et en filigrane, mai 68 comme étant une révolution capitaliste des mœurs, chose qui n’est pas assez opposée aux Cohn Bendit des plateaux.
      "Le spectacle est le moment où la marchandise est parvenue à l’occupation totale de la vie sociale. Non seulement le rapport à la marchandise est visible, mais on ne voit plus que lui : le monde que l’on voit est son propre monde". Debord.


    • À Untel :
      Le mot qu’il a employé devrait plutôt être comparé à « quotidienneté », et étant donné le contexte, je l’avais compris comme cela.
      Sinon, « quotidianité » est référencé dans le TLFi – comme synonyme de « quotidienneté » – ; alors d’accord, ses occurrences semblent peu nombreuses, mais je n’irais pas jusqu’à affirmer qu’il a employé un mécanisme de néologisme pour sortir ce mot de sa bouche.


  • Fabuleux !!!!


  • Je sais bien que la langue hébraïque est mal en point en ce moment. Mais ...

    pour Moise et ses écrits , le verbe être est le seul verbe qui existe, le reste est une direction plus précise de l’être.

    Exemple penser , c’est imagé par etre dans son esprit en train de fouiller, de faire correspondre, de détailler etc.


  • Calvin l’anti chrétien,L’hommage aux vendéens,
    l’hommage aux marins du Cronstadt ,...
    Trois bonnes raisons pour écouter F Cousin .
    Bonnes questions de M Bild .

     

  • oui, F. Cousin, une fois qu’on a intégré son langage très "universitaire" dans sa forme et non dans le fond, est une tête brillante dont les analyses ont cela de rare c’est qu’elle ne s’enlisent pas dans l’événementiel orchestré intentionnellement par le spectacle médiatique à jet continu, mais elles remontent à la genèse de la pensée occidentale. Ce n’est pas rien car cette pensée a tellement imprégné les mémoires cellulaires de l’occident qu’elle pulse encore notoirement dans les mécanismes de réflexion sérieuse d’aujourd’hui.

    Les glissements sémantiques - que Cousin débusque et éclaire régulièrement dans ses entretiens - sont autant de tentatives pathétiques visant à manipuler les peuples massifiés parce qu’elles leur font croire que la « nouveauté » en tous les domaines, qu’on appelle prétentieusement le "progressisme", est l’expression indépassable d’une désaliénation qui est en réalité bidon puisque l’aliénation va croissante et que c’est l’envape qui est orchestrée.

    Il faut faire l’effort de lire F. Cousin, comme Youssef Hindi, Thierry Meyssan, JL Vernochet, P.Y. Rougeyron, Abauzit etc... car ils sont les "nouveaux" penseurs des temps qui vont vers l’abîme. Ils nous permettent d’avoir non seulement une compréhension radicalement différente du conte-à-vomir-debout des médias officiels, mais ils augmentent considérablement notre propre capacité à saisir la réalité de l’arnaque mondialisante derrière son masque de "démocratie d’opérette".

    Si l’on se contente seulement d’écouter, de transmettre des liens, de mater des vidéos au gré de ce que le net nous propose dans l’hypertextualisation de la Toile, on comprend qu’il y a problème, urgence, manipulations monstrueuses, enfumage médiatique avéré, mais on reste balloté et ballotant dans le chaos en cours. Il faut les lire ainsi que d’autres ouvrages de géopolitique, d’Histoire réétudiée sans parti-pris, de théologie et d’anthropologie pour devenir soi-même un Être capable de penser par lui-même et transmetteur de la recherche pour la vérité émancipatrice.

     

    • Faut avouer quand même que ça fait macron
      Je préfère le langage universel des spartiates, celle des lacedemoniens et leur langage militaire mais synthétique qui se retrouve encore dans les armées.
      Pas le temps de niaiser mais oui Francis cousin est très très bon, il a du penser très fort et lire beaucoup, il a des articulations et des exemples empiriques très instructifs


  • Les " amishs" ne sont pas communistes , mais au fond , sont plus près de M . Cousin ! ... gag !
    Il serait intéressant de le voir converser avec l’autre pseudo philosophe normand qui couche à la TV . ( je te raconte pas )
    Bon , Babeuf , les révoltes paysannes sous l’ancien régime , les cocos dévoyés de l’URSS , Le mondialisme , : alors anar , proudhonien ou coco ? Je m’y perd un peu .
    Néanmoins , je retournerais bien à l’ école avec ce Monsieur ,
    car J’ai des carences ( plutôt des abîmes ) en philo , qui me passionnait pourtant à l’époque , mais l’apprentissage en était tellement morcelé , et donc difficilement compréhensible , que celle ci me fît tourner dans pas mal de directions , inassouvissant mon appétit , et me replongeant dans des errances redondantes .


  • Je suis totalement d’accord avec lui sur tous les points et je pense que le capitalisme au sens le plus basique du terme, la propriété privée des moyens de production et la recherche du profit par fructification du capital est la base de l’asservissement, du stress qui mène au malheur, des guerres et du gâchis de nos vies.

    Néanmoins, quel système économico-politique propose t’il pour en sortir ? Comment subvenir à nos besoins et envies, produire sans ce système aliénatoire ? Comment récompenser à sa juste valeur celui qui travaille plus ?

     

    • Très bons questionnements, car c’est le nerf de la guerre et en effet.
      Il faut revoir les fondements de la pensée dialectique partant du constat que la critique de l’ultra libéralisme n’est pas synonyme de construction, contrairement à la pensée dialectique du communisme révolutionnaire du XIXème.
      Il faut analyser les mécanismes dominants dans les sociétés contemporaines afin de dégager les conditions d’émancipation conduisant à organiser une révolution efficace et pérenne.


  • à 1:42 "normalisation "psitakiste" " kesako ? Est ce que quelqu’un peut m’éclairer sur cette formule ?

     

  • pardon c’est du pur pipo. Ce n’est pas que tout les dérèglements soient consubstantiels au capitalisme ou pas, mais c’est la mise en avant obligatoire et généralisée de ces dérèglements qui fait débat.
    Il y a toujours eu des ventes d’enfants mais locales et limitées. Aujourd’hui c’est un droit de la marchandisation de l’être institutionnalisée qui est fêtée et ne peut souffrir de critique. Voilà la pensée radicale du marxisme en action. "J’ai raison " dit-il et nous avons tort (tout çà au nom de la liberté et de la pluralité, camarade) et de là vient notre souffrance nous qui acceptions d’être soumis et manipulés. Le marxisme en action est une dictature juive sur le monde, point. C’est factuel ,et le reste c’est de la philosophie de chambre ou de plein air.


  • MA-GNI-FIQUE... !!

    Voilà un philosophe contemporain qui parle à mon cœur...il y avait déjà un sociologue...La lecture des pré-socratiques est un régal pour l’esprit et sa vision de l’être est bien la mienne également... !!!

    L’inculture vient de l’aliénation grandissante...oui..mais quoi,hein ?....8 heures de trepallium ne peuvent se vomir, pour certains,que dans la contemplation de plus débiles ,en apparence ,que soi ...(Hanouna,par exemple quand l’alcool vient à manquer).
    Sauf quand tu admets que ce palliatif n’est qu’un pansement, parmi tant d’autres...Celui que propose le système pour garantir sa mainmise..... !!

    La vérité est ailleurs et moins éloignée qu’on ne le croit...la prise de conscience est une forteresse prise d’assaut...et là,pas de quartiers !!


  • Le problème avec Cousin, c’est qu’il se saborde en permanence en ne voyant pas qu’il participe lui-même à ce qu’il veut et croit dénoncer.
    Est-il un nouveau Christ ? Comment vit-il au quotidien pour être en dehors d’un système qu’il fustige ? En fait il pense ( et croit être) et ne voit pas que savoir n’est pas penser que untel ou untel n’a rien compris (tous des cons, les autres). Donc un super théoricien mais qui oublie simplement d’être en position de senti ce qui le ramènerait à plus de simplicité réelle et moins à juger en permanence l’idiotie de presque tous.
    On ne trouve pas la vraie légitimité en (se) disant avoir fait partie de mouvements eux vraiment radicaux et eux qui avaient tout compris, contrairement aux béotiens que nous sommes vous et moi. Bref un peu d’humilité fait du bien.

     

    • oui un peu d’humilité ferait du bien ...


    • Hum...Il est censé puiser son eau dans une source source de montagne, consommer les produits de son jardin et vivre dans une hutte en bois qu’il a construite de ses mains... Pour que son oppinion aie de la valeur ?


    • Les gens attendent toujours des penseurs radicaux un certain extremisme pour appuyer leur propos, mais tout seul ca ne fonctionne evidemment pas, c’est donc une requete illogique. Il vit dans son contexte, il vend des livres et pose, je cite, "des jalons de conscience".


    • C’est intéressant vos réactions. Je ne suis pas "les gens", je réfléchis et suis mon propre itinéraire de vie dont je ne parlerai pas ici. Ce n’est pas le lieu.
      J’ai rencontré bien des personnes qui m’ont convaincues par leur qualité d’être, leur assise, leur non-emportement, leur ouverture, leur capacité à fédérer, ou encore leurs qualités de leader, etc.
      Je reconnais quelqu’un qui pense sur la vie de quelqu’un qui vit et le démontre dans ce qu’il fait. Je n’ai rien contre Francis Cousin qui me semble plutôt sympathique et peut permettre à bien des personnes de réfléchir sur le monde, mais il vit bien dans un monde d’idées et juge beaucoup "les autres". Enfin, c’est ainsi que je le perçois et je comprends qu’on puisse le voir autrement. Alain disait dans une vidéo combien il le sentait aussi dans son truc. C’est très vrai.
      Je ne cherche au final à convaincre personne. Ceux qui sont en admiration le resteront et ceux chez qui mes propos résonnent, me comprendront.


    • @ Paskl

      Cousin met très peu de lui-même dans ses vidéos, d’où la difficulté de saisir sa manière de vivre ses idées pour ceux qui sont sensibles à la part humaine du message. Parcequ’elles (les idées) en revanche il les décortique à souhait. Afin de le suivre correctement faudrait prendre un aller simple pour sa station spaciale radicale et lire en chemin une biblio conséquente.
      Sinon de loin c’est pas mal mais parfois un peu froid c’est vrai.


  • Etre et Avoir sont pris chez Francis Cousin dans un sens trivial. Il n’y a pas dans la philosophie un concept comme l’Avoir alors que celui de l’être est omniprésent. Monsieur Cousin -philosophe - devrait nous expliquer ce mystère. Les opposer fait "bien "( au sens de Muray ) mais n’est qu’un jeu de mot
    D’autrepart il en des DEBORD comme de Marx l’un et l’autre sont responsables du marxisme et du situationnisme qui s’en est suivit de leurs théories mais Debord à la différence de Marx fut le créateur de sa propre récupération.
    Debord se coucha devant Gallimard dont il avait dit auparavant qu’il n’aurait jamais a éditer "la société du spectacle" . Les groupes ouvriers de Cousin s’il s’agit de socialisme ou barbarie ou de l’internationale situationniste n’étaient pas plus ouvriers que ne le sont actuellement Poutou et Krivine.
    D’autre part monsieur Cousin a tord de se moquer des professeurs et des journalistes puisqu’il en est un et que Marx en fut un autre. La critique de toute cette époque a déjà sa Rosa Luxembourg et en beaucoup plus profond s’il est possible. Il n’y a qu’a s’interesser à la querelle entre " l’institut de préhistoire contemporaine" et de Debord pour voir énoncer ce qui dans Marx et dans Debord fut facilement récupérer par les vainqueurs des grèves sauvages de mai 68.....

     

    • accueille humblement cette pensée d’Héraclite d’Ephèse (apprentis philosophe qui n’a pas eu la chance de "profiter" de ton éclairage, pauvre de lui ...) : Ephesiens, puisse le développement de l’avoir ne pas vous manquer de telle sorte qu’éclatent pleinement les preuves du pervertir de votre être



    • #1719200

      Ephèse, un site exceptionnel, des ruines magnifiques à deux pas d’une colonne du Temple d’Artemis dans la proximité de la maison de Marie. De la grande bibliothèque, il ne reste que la façade ; pourtant ses pierres, dans l’immobilisme - du séisme de 1999 -parlent la langue des écrits détruits aux touristes de passage qui lui préfèrent le contact d’un ice cream.


  • Je ne comprends pas comment on ne peux pas comprendre Francis Cousin... Il est la clarté didactique faite homme. :)

     

    • @ricko
      C’est une constante chez les pro-Cousin et les anti-Cousin (dont je fais partie) : du même développement d’idée, ils en tirent des conclusions diamétralement différentes...
      Dans la même veine, vous trouvez la pensée de Cousin limpide, je la trouve confuse...


  • Humilité, humilité... Est-ce que j’ai une gueule d’humilité !

    Prenez contact, vous verrez, M. Cousin, lorsqu’il n’est pas intéressé à la courtoisie de répondre, qu’il va regarder cela.

    Pas comme ces malotrus qui vous font miroiter. Avec ceux là, si tu cherches l’intemporel, t’es servi... T’attends ad vitam aeternam, pour rien, dans le vrai présent !


  • Au regard de beaucoup de commentaires je constate que moins c’est personnel (références sempiternelles à Marx ou Engels, l’un de famille bourgeoise l’autre d’industriel) plus c’est confus (mêlant des concepts ayant ou n’ayant rien à voir les uns avec les autres)... plus ça marche !


Commentaires suivants