Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Cybersécurité : une faille découverte sur la messagerie instantanée WhatsApp

Le spécialiste israélien de la cybersécurité CheckPoint a annoncé ce mercredi avoir découvert une faille sur l’application de messagerie instantanée WhatsApp permettant de lire et de modifier des messages envoyés au sein d’un groupe ou d’une conversation privée.

 

Selon CheckPoint, d’éventuels pirates pourraient agir sur les conversations de trois manières différentes : en modifiant les messages publiés par une personne, en publiant un message dans un groupe en se faisant passer pour un des participants, ou en envoyant un message spécifique à un membre de groupe en le faisant passer pour un message groupé.

 

Des risques de manipulations de masse

L’entreprise de cybersécurité s’inquiète des risques de manipulations de masse que rendrait possibles cette faille, rappelant des cas de rumeurs propagées ces dernières années via la messagerie, au Brésil ou en Inde notamment, ayant provoqué la mort de personnes.

Dans un communiqué, WhatsApp a assuré avoir

« examiné attentivement ce problème qui s’apparente à tenter de modifier un e-mail après son envoi. Il n’y a pas de problème de sécurité du cryptage de l’application, qui permet de s’assurer que seul l’envoyeur et le destinataire peuvent lire leur échange ».

[...]

Fondée en 2009 et rachetée par Facebook en 2014, WhatsApp revendiquait en début d’année plus de 1,5 milliard d’utilisateurs et 65 milliards de messages échangés quotidiennement.

Lire l’article entier sur 20minutes.fr

Oligarchie, contrôle et surveillance,
lire chez Kontre Kulture :

 

La généralisation de la surveillance, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Rien d’étonnant.
    Il y a toujours des "failles" en informatique.
    D’où la nécessité de retour au réel et à la proximité.


  • C’est tout sauf une "faille de sécurité".
    C’est comme si l’on affirmait qu’une porte dérobée était subitement apparue dans un château.
    Ce genre de code est écrit sciemment par les services secrets afin de surveiller et faire de l’ingénierie sociale sans trop de difficultés.

     

    • Qu’est ce qu’il ne faut pas lire ! Arrêtez la parano.


    • Rekedi a tout à fait raison. Si c’était involontaire, on devrait parler de "bug", qui est en fait un problème de logique ou de syntaxe qui fait quasiment tout le temps planter le programme. Or ce n’est pas le cas, le programme fonctionne correctement. Ces "failles" réagissent exactement comme une fonction bien programmée, et non comme un bug involontaire. Et comme par hasard, ça permet ENCORE de récolter des infos et des correspondances personnelles. Quelle habituelle coïncidence dans cette époque de Big Brother ! Au bout de combien de coïncidences on doit considérer que ça n’en est plus ?


    • Il faut savoir que les états imposent des "backdoor" à tout les développeurs de logiciels de sécurité. Rien d’étonnant que ces soit disant faillent existent, sinon la société en question pourrait être accusé de complicité avec d’éventuels terroristes qui utiliserais leur appli.


  • Si en plus le lanceur d’alerte est israélien...


  • Est-ce une façon de nous faire croire que ce n’est pas possible avec les autres applications ?


  • Attendez, vous voulez dire que checkpoint, c’est la même compagnie qui gère zonealarm, le firewall ?!

     

  • la frequentation, l’utilisation de tout "média (as)sociaux a toujours constitué a mes yeux, l’ultime marqueur ...

    il ny a aucune raisons valables justifiant l’utilisation de ces applications. ces "apps" d’ailleurs , contribuent puissamment à feminiser les hommes, entre autre.

     

    • cette application, comme beaucoup de ces réseaux, ont pourri les relations humaines.
      Combien de mes soirées ont été gâchées par des gens qui s’isolent pour pianoter sur leur appareil. C’est un peu comme se mettre à lire un livre en plein repas.


    • Cette communication mondiale instantanée est un pouvoir quasi divin, comparable à la télépathie, que l’humanité n’aurait jamais du avoir. On expose sans pudeur toutes nos pensées, visibles par toute la planète sans se soucier des conséquences. On s’abreuve des pensées des autres incompatibles avec notre esprit. On pense naïvement que ça nous enrichit, mais ça nous détruit comme des papillons qui vont se cramer sur une lampe. Ces systèmes de communication sont les champs de bataille de la 3ème guerre mondiale. On vit depuis une dizaine d’années un véritable choc des civilisations qui détruit chacune d’elle.


    • Comme me le disait récemment une femme lumineuse, "Les gens ne conversent plus, ils communiquent", ce à quoi je lui répondais "En effet, c’est les monologues interposés..."


  • Rachetée par qui ? fessebouc ? hé ! Sans cette faille, l’espion du dipstaite aurait jamais sorti la maille...


  • Whatsapp, Facebook, Twitter et toutes ces conneries sont elles-même des failles critiques pour l’humanité. La seule correction efficace serait leur disparition par un utopique boycott total. Ces trucs sont déjà depuis quelques années les champs de bataille de la troisième guerre mondiale où des conflits de plus en plus stupides sont générés, entretenus, politisés, et insérés à coups de marteau dans la vie réelle. Certains ici pensent que ça permet à la Dissidence d’avoir un support pour résister, mais ce n’est qu’une dramatique illusion. C’est justement ces supports qui créent les problèmes que combat la Dissidence. Elle entre ainsi dans le jeu de cette guerre virtuelle sans fin.
    Toute cette communication mondiale instantanée est un trop grand pouvoir, quasi divin, comparable à la télépathie, que l’humanité n’aurait jamais du avoir.

     

    • @Damien
      La notion de boycott que évoquez peut sembler utopique, mais c’est la meilleure arme que nous avons. Un boycott général de tout le superflu serait l’idéal. Si vous n’avez pas vu le film "La belle verte", empressez-vous de le visionner...


    • @Ceslaoui

      Si c’est la meilleure arme que nous avons, alors on est foutu. JAMAIS un boycott massif, quel que soit le domaine, ne deviendra une réalité. Même les pires produits dangereux avérés sont toujours consommés massivement. Et même quand les entreprises reconnaissent un problème et font un rappel de produits, combien préfèrent le garder pour continuer à en profiter en fermant les yeux sur le problème ?


    • @Damien
      Vous êtes bien pessimiste, et je peux le comprendre, mais nous avons le devoir et la responsabilité de tenter le coup. Parce que leur force vient de notre résignation, de notre passivité. Je l’ai souvent dit ici, pour s’en sortir, ce sera par le bas (le peuple) et par le haut (l’élévation). Ce système n’est fort que parce que trop de gens lui accordent de l’importance. Dites vous que si sur 100 personnes, vous en convainquez une seule, c’est une victoire.
      Il faut également se sortir de la tête que "les gens sont cons". Pour avoir fait de nombreux métiers de contact humain, donc de nombreuses rencontres, je peux vous garantir que cette idée est fausse. Y croire, c’est la nourrir. Or si vous élargissez un peu votre champ de vision, vous réaliserez qu’il y a du bon en chacun, et qu’il suffit de trouver les mots, les sujets, le ton pour susciter en chacun le début d’un questionnement.
      Tous ces gens que l’on croisent tous les jours, les yeux rivés sur leurs écrans, casques sur la tête, visages blafards et insouciance de façade, sont des dépressifs qui s’ignorent pour beaucoup. On doit s’inciter les uns les autres à relever la tête et non à la baisser. Et surtout se débarrasser de tout ce qui nous tire vers le bas, accepter de sacrifier ce confort illusoire dans la mesure de nos capacités, et sortir une bonne fois pour toute de l’individualisme globalisé.
      Et bien sûr, accepter de reprendre nos responsabilités.