Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Dans le chaos libanais, le risque de désalliance entre la France et l’Iran

La relation entre Paris et Téhéran est-elle menacée par la crise libanaise ? Le Hezbollah, main de l’Iran dans le pays, est sous pression américaine, et la France, qui le défend jusque-là, pourrait une nouvelle fois s’aligner sur Washington. Réponses avec Ardavan Amir-Aslani, spécialiste de la région.

 

Paris et Téhéran sont deux nations de premier plan au Liban. Si la France, présente par son histoire, a perdu de son influence en raison notamment de sa politique en Syrie, elle y a tout de même fait un retour remarqué ces dernières semaines. En effet, la venue d’Emmanuel Macron le 6 août, après l’explosion du port de Beyrouth, et avant cela celle de son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian les 22 et 23 juillet derniers, ont redonné une place à la France dans un Liban en crise totale.

Quant à l’Iran, son influence se trouve au cœur même du pouvoir libanais par l’intermédiaire du Hezbollah. L’organisation chiite y est en effet une force politique incontournable. Cependant, le Hezbollah n’a pu maintenir un gouvernement impopulaire qu’il avait décisivement contribué à mettre en place. Aujourd’hui menacé par Washington, qui cherche à lui imposer des sanctions dans le but de déstabiliser Téhéran, sa responsabilité dans la tragique explosion du port de Beyrouth a de surcroît été pointée du doigt.

Une telle situation délicate fragilisera-t-elle la relation franco-iranienne, déjà menacée par la faiblesse de Paris pour défendre l’accord nucléaire face aux pressions américaines ?

« Je ne pense pas. Il y a eu d’ailleurs au début une tentative de pointer du doigt le Hezbollah. Dix jours plus tard, il s’en sort assez bien puisque l’on n’en parle plus. Le Hezbollah n’est pas sorti affaibli et reste armé comme il l’était avant la tragédie. »

 

Ardavan Amir-Aslani, avocat d’affaires franco-iranien, cofondateur du cabinet Cohen Amir-Aslani et auteur d’ouvrages traitant de géopolitique au Moyen-Orient, réfute la thèse qui considère que les conséquences de l’explosion du port entraînent une détérioration entre Paris et Téhéran et envisage plutôt l’inverse :

« La France a même eu une attitude assez étonnante puisqu’elle a demandé aux États-Unis d’enlever les sanctions qui frappaient le Hezbollah, ce qui a été d’ailleurs un peu mal compris par Israël. Au contraire, je pense que cette affaire peut rapprocher l’Iran et la France sur la question libanaise. »

En effet, 72 heures après la catastrophe qui a fait près de 180 morts et 6500 blessés, Emmanuel Macron aurait, selon l’Élysée, déclaré à Donald Trump que les sanctions décidées par Washington contre le Hezbollah pouvaient être contre-productives. Le mardi 9 juillet, Washington avait résolu de sanctionner pour la première fois des députés du Hezbollah libanais, considérant que le Hezbollah était un mouvement terroriste et devant donc être traité comme tel. Une position différente du droit international et de la réalité, selon Ardavan Amir-Alani :

« Les États-Unis, même s’ils essayent de transposer l’extraterritorialité de leur droit, ne peuvent pas changer certaines situations de fait. Le Hezbollah est un parti de gouvernement, un parti élu au Liban. On peut ne pas aimer la chose, mais c’est une réalité. La branche militaire est considérée comme terroriste par le droit international mais pas la branche politique. »

Cependant, les États-Unis ne sont pas le seul pays à ne pas faire de distinction entre la branche militaire et la branche politique. En effet, les partenaires européens de la France, notamment dans les dossiers iraniens, ont plié face aux pressions américaines et israéliennes. En mars 2019, le Royaume-Uni avait inscrit le mouvement chiite sur sa liste terroriste, suivi par l’Allemagne le 1er mai 2020. La France, elle, pourra-t-elle résister à cette mode ?

« Je ne le pense pas. Je pense qu’à terme, les mêmes pressions qui se sont exercées sur Londres et sur Berlin s’exerceront sur Paris. Et la France devra s’aligner. »

Cette décision d’imposer des sanctions au Hezbollah s’explique parce que l’administration Trump considère que l’organisation chiite est une émanation du pouvoir de Téhéran. Ainsi, elle cherche à tout prix à faire plier son ennemi, en élargissant sa campagne de « pression maximale » contre l’Iran et ses alliés. Pour autant, comme le rappelle l’invité de Sputnik, le Hezbollah est bien plus que cela pour un certain nombre de Libanais :

« Le Hezbollah a acheté sa libanité – si j’ose dire – au Liban ne serait-ce qu’avec l’association du Hezbollah avec les chrétiens du Liban, notamment avec les maronites personnifiés par le Président Michel Aoun et encore avec la guerre de 2006 avec Israël où le Hezbollah a acheté sa libanité en faisant obstacle aux irruptions quotidiennes de l’aviation israélienne sur le territoire libanais. »

C’est ce facteur, cette libanité, encore prise en compte par le Quai d’Orsay, qui permet aussi à la France de garder un pied dans le pays du Cèdre. Ardavan Amir-Aslani, qui considère que la France a « abandonné le Liban depuis des années », appelle de ses vœux un retour en force de l’ancienne puissance mandataire : « Je pense que cela serait bienvenu pour rééquilibrer les forces en présence. »

Mais plus encore, une présence accrue au Levant serait, pour la diplomatie française, synonyme d’une meilleure compréhension de la question iranienne dans la région. Le Liban, porte d’entrée de la France au Moyen-Orient ?

Le chaos libanais, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Tous les chiens vous le diront, le problème avec leur mode de locomotion c’est ce qui se passe derrière eux. Les chimpanzés sont privilégiés en ce sens qu’ils peuvent se mettre debout et voir venir de loin qui a l’intention de les enc...Pour les ’’bipèdes’’ qui ont choisis de ne se plus déplacer que comme des chiens, ils subissent la même conséquence problématique, et deviennent encore moins considérables(au sens étymologique du terme) que des chimpanzés. C’est toujours celui à qui ils tournent le dos qui les pointent...il y en a qui aiment...


  • Retour en force de l’ancienne puissance mandataire, mon c...

    Nous avons déjà au pied un boulet de taille XXL avec l’Algérie, ça suffit...

     

  • Alors pourquoi la France n’a pas voté la résolution américaine contre les armes en Iran ? Il faut se méfier, la France elle promet, elle trahit, elle promet ... Le Liban a toujours été une porte d’entrée de la France au Moyen-Orient depuis la première guerre mondiale. Le Liban est une invention française c’est un pays artificiel.

     

  • Ce serait la première bonne action de Macron faite dans l’intérêt de l’humanité de rejoindre Trump sur sa position envers l’Iran pour combattre ce gouvernement entièrement contrôlé par l’état profond et acquis à leur cause de déstabilisation du moyen Orient. La pacification de l’Iran et sa dénucléarisation passe par la chute de son gouvernement. Sinon un risque de 3e guerre mondiale telle que voulue par la Clinton restera possible vu que l’état Profond pousse ses agents de l’Iran à combattre les soldats américains et ses agents en Israël pour provoquer ce conflit. La mort de Soleimani, agent du culte était nécessaire

    WWG1WGA !

     

    • La mort de Trump sera nécessaire aussi alors.
      Sauf que lui n’aura jamais les honneurs d’un Soleimani.


    • L Iran détenu par l État profond ? Quelle sont vos sources ? En tout cas l article de Meyssan sur l histoire récente de l Iran est passionnant et sa conclusion va dans votre sens. Le pouvoir en place serait proche d Israël mais il y a une forte opposition a l intérieur du pays. L accord passe avec la Chine n emballe ni les européens ( perte de marché énorme) ni les américains. La France perds très gros dans cet accord irano chinois : il y a encore 5 ans la France avait obtenu de gros marchés dans les infrastructures.


    • L’état profond iranien asservi à l’état profond américain a passé des accords nucléaires avec Obama qui lui permette de développer des armes. L’avion abattu l’année dernière en Iran transportait des ingénieurs nucléaires irano canadiens qui rentraient au Canada et travaillaient sur ce projet.
      Soleimani était membre du culte, confirmé par les photos de sa main portant la bague rouge d’allégeance, faites par le Pentagone.
      L’objectif réel de Soleimani n’était ni de sauver les Syriens ni les palestiniens mais de s’enfoncer au MO pour tuer des soldats américains et israéliens afin de pousser à une 3e guerre mondiale.
      Confirmé par conférence de presse de Trump, du Pentagone et Q.

      WWG1WGA !


    • ça ferait un beau scénario hollywoodien vos histoires. Q a dit çi Q a dit ça et alors c’est l’état profond yankee (ou une faction de celui-çi) on est peut-être pas obligé de tout avaler. Soleimani ne voulait pas sauver la Syrie, ah mais dommage n’est-ce-pas, c’est ce qu’il a contribué à faire ! Trump dont je respecte certaines décisions qui vont dans le bon sens, est le président des Etats-Unis, s’il cible l’Iran, c’est parce qu’il a les judéo-sionards sur les reins et qu’ils tiennent le pays, ainsi que l’ont affirmé tranquillement les Sharon et Netanyahu. Il s’est mis dans une situation inextricable en sortant de l’accord sur le nucléaire comme il l’avait promis à Adelson, à l’Aipac et consort. Tant mieux, que l’Iran constamment menacé, acquiert cette arme pour pouvoir se défendre car c’est l’Iran qui est menacé par Israel et les Us, les iraniens ne menacent personne depuis des siècles. C’est factuel.
      Quand à l’assertion Soleimani membre du culte avec sa bague, l’explication a été donnée par les camarades de l’émission "Axe de la Résistance".


    • @ Nadia

      En lisant votre commentaire j’ai l’impression de lire un article Ouest France où d’écouter BFM. Poncifs sans analyses.
      Trump s’est dégagé du Mossad avec Weinstein Maxwell et Epstein, je vous l’apprends.
      Il flatte le Khazar Nethanyaou sans rien lui donner. Oubliez vous qu’il a la bombe ?!
      Cessez de parler d’Iran ceci ou américain cela. Il y a des intérêts particuliers de groupes particuliers et non des généralités.
      Vous ne comprenez pas que Soleimani est un agent de l’état profond et que ses actions n’étaient pas son objectif mais des moyens d’y parvenir.
      Quand a ce que dit votre axé de la résistance sachez que la seule vraie information sur ce type de sujet ne provient que de Q puisque c’est Trump et l’Alliance qui agissent. Éteignez votre TV !


  • Une bonne occasion pour le chef de l’état pour montrer qu’il n’est pas la marionnette dont on secoue la main impunément. Ou s’il est cete marionnette.
    Occasion également de voir la pensée profonde et l’analyse géo-politique de Le Drian.


  • La relation entre Paris et Téhéran est menacée, certes. Par Israel !


  • Quelle alliance peut se faire avec l’Iran, tant que la France est dirigé par Israël ?
    Faut être aveugle pour ne pas voir que les marionnettes françaises ne font que devancer les desideratas et les ordres de Tel-Aviv !
    Plus sionistes que les politiquards français , y pas dans le monde entier à part en Palestine occupée !
    l’Iran comme la l’Irak .la Libye , la Syrie, le Liban, tous les citoyens de ces pays , étaient des francophiles convaincus mais pour leurs malheurs, tous ont été trahi par les prostituées sionistes installées par le CRIF en France !
    La plus grande erreur de Téhéran serait de faire confiance aux sbires de satanyhaou qui " dirigent "
    La France !!
    lorsqu’ils auront baissé la garde , comme tous les autres , Botul Herr Lévy , Fabius, Kouchner, et autres sayanimes se chargeront de planter le poignard ( armées de l’OTAN ) dans leurs dos !!
    Avec les terro-sionistes , la trahison est un éternel recommencement !


  • très bonne interview. l’invité dit les quatre vérités de manière polie, mais directe.
    l’opinion de la france compte pour des peanuts en iran.
    la marine française en libye, pourtant mandatée par l’onu, a dû s’écraser devant les turcs.
    c’est la feance, pendant la 4ème république, qui a donné l’arme nucléaire à israel.
    la france, et l’europe en général, se sont privés des ressources énergétiques iraniennes à cause de leur vassalité vis à vis des us, et ont offert en plateau ces mêmes ressources aux chinois, qui ont réussi à sécuriser leur indépendance énergétique pour des années à venir. ou, comment se tirer une balle dans le pied