Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

Quand la pudibonderie cache une pornocratie

Tous les médias en parlent, nous ne pouvions pas ne pas y aller de notre article explicatif. Surtout que, comme toujours, les articles de la presse traditionnelle pèchent par deux faiblesses constitutives : la paresse (d’aucuns diront l’incompétence) et la mystification des vraies causes et des vrais pouvoirs.

 

Tout a commencé avec le sondage IFOP arrivé au bon moment – les hasards du marketing – qui nous révèle que seules 19 % des Françaises de moins de 50 ans se mettent seins nus sur la plage, contre 43 % en 1984. Ce que toute personne de plus de 40 ans a pu constater.

Et le phénomène n’est pas que franco-français : tous les pays européens sont touchés, avec un chiffre en baisse constante (27% en 2019 – l’Espagne et l’Allemagne, pays historiquement naturistes faisant légèrement monter la moyenne, tout en baissant eux aussi).

 

 

L’explication la plus courante serait la crainte des effets néfastes du soleil, en particulier le cancer du sein (pour 56% des femmes interrogées). Ce chiffre est très probablement vrai mais démontre une première chose : la surinformation actuelle qui confine bien souvent à une mésinformation encore plus grande. En effet, le soleil n’a jamais eu aucun effet sur le cancer du sein, mais plutôt sur le cancer de la peau. Hormis les prédispositions génétiques ou autres maladies, les comportements à risque bien réels sont plutôt l’alcool, les contraceptifs, le tabagisme, l’obésité et probablement certains anti-transpirants – même si on nous affirme l’inverse, peut-être pour des raisons d’immense marché, mais ne soyons pas complotistes.

Ainsi les campagnes anxiogènes ratent leur cible, comme souvent. Elles inquiètent (ce qui n’est pas très favorable au recul du cancer, soit dit en passant) mais bien souvent montrent le doigt du sage plutôt que la Lune.

Ainsi, si les femmes s’inquiètent à tort pour le cancer du sein, leur motivation première au refus de bronzer seins nus n’est très probablement pas là. Quelles sont les raisons réelles de ce changement d’attitude, conduisant la société d’une posture libertaire-libertine à des comportements soudainement si pudibonds ? C’est là où E&R intervient pour faire le travail intellectuel que les autres ne font plus.

 

En 1981, Myriam n’avait pas peur du cancer

 

Les vraies raisons du changement

D’abord, il faut l’admettre, il y a une société qui a changé dans sa nature même. Ils sont loin les Français qui partaient à la plage, les beaufs comme on disait ou les moins beaufs, et qui constituaient un peuple encore innocent, et même naïf dans son sens noble, ce peuple qui au fil des décennies passées s’était battu pour sa condition sociale, et vivait dans la traînée des Trente Glorieuses, plutôt insouciant et foncièrement gentil. C’est ainsi que les Français ont accueilli une immigration qui s’accélérera au fil des années 70 puis 80 jusqu’à provoquer un changement notable de la population, y compris la population vacancière (parfois à coups de bons vacances distribués par les CAF ou les MJC).

Nous pourrions nous voiler la face, mais il nous semble que dire cela reste tout à fait en cohérence avec la ligne réconciliatrice d’E&R. Car la ligne E&R c’est aussi et surtout la vérité ou tout au moins l’exactitude. La population a changé, la violence du quotidien s’est accrue, en particulier pour les femmes qui connaissent une nouvelle drague très éloignée de la drague de rue des années 60-80 (relire Sociologie du dragueur ou visionner Confession d’un dragueur). Aujourd’hui la drague est devenue lourde, agressive et insultante, et lorsque la fille abordée refuse, l’interaction a tendance à se ponctuer d’un « salope » voire d’un « nique ta mère ».

Pire, ces dernières années, l’afflux de migrants, faune sauvage ne disposant pas des codes culturels occidentaux, provoque viols voire meurtres comme nous le rappelait le ministre de l’Intégration de Bavière (CSU) Joachim Herrmann. Pas vraiment un facho.

 

En 1981, Myriam n’avait pas peur des migrants

 

 

Les ultimatums de la performance

L’innocence dont nous parlions plus haut, c’était aussi celle de la pression d’un environnement moins sardonique où même la raillerie était rarement méchante. On nous excusera d’idéaliser une période révolue (c’est un péché facile), mais que l’on comprenne bien notre propos : à notre époque de performance et de compétition, tout s’est déshumanisé dans une surenchère permanente, y compris la moquerie et la méchanceté.

C’est pourquoi les injonctions modernes du corps, en particulier du corps féminin, imposent bien souvent aux jeunes filles une honte physique de leurs moindres défauts. Pire, les moindres écarts de leur corps face à des modèles médiatisés chimériques les poussent à penser qu’elles sont les disqualifiées de facto d’une compétition irréelle et illusoire dont elles ne sont en vérité, en tant que consommatrices, que les marionnettes dupées.

 

Le diktat électronique

Un autre point qu’il ne faut pas taire, et qui nous entraîne tout doucement dans la profondeur de notre analyse du chapitre suivant, c’est l’apparition de l’Internet ! En 2019, la surexposition photographique et même filmique, et surtout la transmission instantanée et exponentielle de l’information, rendent particulièrement risquée l’exposition de son corps et, bien sûr, de ses seins.

Les voyeurs des plages qui filment à l’insu des vacancières pour ensuite inonder la Toile sont légion (même si les femmes l’ignorent souvent, mais elles en ont toutefois une sorte de prescience naturelle). Mais aussi simplement les ami(e)s qui, de façon candide, vont afficher les photos de vacances sur un réseau social, et vont permettre ainsi une visibilité que la jeune femme ne souhaite pas nécessairement, y associant, volontairement ou par reconnaissance faciale, son nom et son prénom, facilitant ainsi une recherche internet et tous les quiproquos ou situations gênantes qui pourraient en découler (collègues de travail, employeur, famille, etc.).

Bien sûr, il existe aussi celles qui s’affichent sans complexes sur Instagram ou autres Snapchat, mais si elles font beaucoup parler d’elles et suscitent beaucoup d’études ou d’articles à sensation, combien sont-elles véritablement ? Une poignée de cagoles de 15-25 ans, probablement. La grande majorité des filles savent aujourd’hui contrôler leur image et connaissent les dangers de la Toile. Sauf lorsque transies d’amour, elles envoient des photos intimes à leur petit copain... Le risque se cache toujours un peu quelque part.

Désormais, donc, l’Internet a rendu quasiment impossible toute perspective de vie tranquille et de respect de son intimité. Hier un regard volait un bout de votre intimité sans aucune autre conséquence qu’une honte (ou qu’une excitation !) passagère. Aujourd’hui, certaines jeunes filles (et garçons) se suicident. Triste époque.

 

En 1981, Myriam n’avait pas peur de l’Internet

 

Allons plus loin

Tout cela, c’était l’analyse épiphénoménale. Intéressante, affligeante, mais pas suffisante. Un autre phénomène, beaucoup plus profond, a concouru à ce que les femmes progressivement ont couvert leurs seins, en même temps qu’elles découvraient leur sexe (disparition des poils) : il s’agit de l’instillation lente mais prodigieusement tenace de la pornographie dans notre société.

En effet, et l’idée même de notre propos était déjà dans la Genèse (que l’on y croit ou pas, peu importe, il faut penser concept) : lorsque Adam et Ève perdent leur innocence, ils s’aperçoivent qu’ils sont nus !

Ainsi, parce que la pornographie a avancé ses pions subrepticement, tout ce qui procédait du corps et de la nature s’est vu sexualisé. Les populations ont perdu leur innocence. Un sein, c’était la femme, la mère nourricière, la muse dépoitraillée de la Liberté guidant le peuple (Delacroix). Bien sûr, c’était aussi un objet de désir, en particulier chez l’adolescent qui les cherchait du regard aussi discrètement que concupiscemment. C’étaient ici les hormones qui parlaient, pas la culture pornographique qui aujourd’hui a perverti les regards et dénaturé les pensées.

D’ailleurs, ce même sondage IFOP nous précise que « 59 % des femmes de la tranche des 18 à 24 ans n’ont pas souhaité dénuder leur poitrine au cours des trois dernières années par peur du regard concupiscent des hommes sur leur poitrine ». Les femmes ne consomment pas de pornographie, certes, mais en ont adopté les codes sous la pression masculine (épilation pubienne) et en ont compris les enjeux – souvent inconsciemment d’ailleurs, ce qui les empêche de lutter contre cette oppression de façon conséquente pour plutôt se vautrer dans un féminisme stupide qu’on leur tend comme un piège et un dérivatif.

 

Le désenchantement du Monde

C’est donc dans une société libérale comme elle ne l’a jamais été, où l’on peut se targuer fièrement d’intersexualisme, de transgenrisme et autres barbarismes, où tous les excès deviennent autorisés et mêmes légaux (PMA, GPA) – et pour ne pas dire un peu obligatoires au risque de passer pour un ringard – c’est dans cette société que semble germer dans le même temps une sorte de pudibonderie contradictoire.

Qu’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas ici d’une vague réactionnaire qui viendrait s’indigner et s’opposer à cette société ouverte jusqu’à s’en perdre – même si cette tendance existe, à la marge. Mais c’est plutôt que la marchandisation de tout et de tous, l’atomisation de la société des Hommes en autant de particules individuelles narcissiques, que le viol de consciences qui étaient encore pures par des idées toujours plus dégueulasses et dissimulatrices, sont autant de conséquences constitutives de la surenchère permanente pour toujours plus séduire, toujours plus tromper, toujours plus vendre.

Et dans ce monde du spectaculaire et du faux généralisé, on peut affirmer désormais, comme le disait prophétiquement Michel Clouscard, qu’aujourd’hui, pour les seins nus à la plage ou pour le reste, tout est permis mais plus rien n’est possible.

Seins, nibards et nichons, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

220 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2255423

    Article brillant, merci E&R.

    J’avais remarqué également, cette ’’ perte d’innocence ’’.

    Ça me rappelle le pique-nique de Soral en Corée du Nord, à quelques mètres d’un couple marié.

    L’indécence est devenue la norme, c’est de plus en plus déprimant à vivre au quotidien.


  • #2255439
    le 10/08/2019 par alderic-dit-le-microbe
    Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

    C’est très bien ainsi. On ne va pas à la plage pour voir des nichons. La nudité est un vestige de mai 68 et de sa chienlit.

     

    • On bronze mieux quand on n’est pas habillé...


    • On y va pourquoi alors ? Poser sa glaciere, aller faire trempete 10 min et faire la sieste en sechant sur la serviette, sans oublier la petite bière au bar de la plage ?
      Consommer consommer consommer consommer.


    • Les filles se rhabillent pour ne pas être emmerdees sur les plages par les racailles .


    • #2255800

      Nono..,
      oui... et non. La vraie raison, la principale en tout cas, c’est qu’en ces temps où tout se marchande, aucune fille ne se déshabille plus gratuitement !


    • #2255843

      Presque plus personne ne nage ces fainéants font juste trempette . A 73 ans je crawle 3km par jour - avec palmes et plaquettes .


    • #2255854

      Moi je traverse la plage juste pour aller nager les beaufs se vautrent comme des morses et ne nagent même plus ! Pourtant la nage en mer reste gratuite en France - aux USA il faut payer 20$ de parking pour la voiture... la natation fait des corps harmonieux : quand vous matez une gonzesse tres bien faite sur la plage vous pouvez etre sur que c est une sirene elle va vous le prouver en plongeant et en crawlant . La natation est naturelle et gratuite la muscu est artificielle et payante .


    • #2255990

      Dans le sud ouest, les rouleaux suffisent pour se dépenser (body surf, surf, body board etc...), pas besoin de nager comme un malade pour se dépenser. Bizarrement, aucune racaille dans l’eau (ça se la pète beaucoup moins dans des rouleaux, ils savent nager ?).


    • #2256071

      A Perphery : dans le sud ouest on ne nage pas beaucoup à cause des courants de baines . Et puis la zone de baignade autorisee est parfois limitée à 100 m de large impossible de faire de longues distances . Nager est dangereux dans le sud ouest sauf exceptions comme plages protégées (st Jean de luz)


    • Je souscris. On va à la plage pour se détendre, et non pas pour se tendre.


    • Si vous ne voulezpas voir de nichons à la plage, alors renoncez au torse nu...


    • @ Anita
      Ce refus de voir la différence entre le corps de l’homme et celui de la femme est encore une marque de cette morale innocente et égalitaire, à l’origine du gauchisme.



    • @Muget
      Le refus d’envisager un seul instant que la poitrine d’un homme puisse être érotique en dit encore plus long... Moi j’adore les torses des hommes blonds, avec des grains de beauté et des mamelons clairs. Evidemment c’est assez rare ... Tous les autres sont à gerber, raison valable pour les cacher.



      Dites-nous en plus. Ça vous fait bander ?
      Mais en effet c’est rare, avec ce mélange massif entre desouches et sud Européens qui est en passe de faire disparaître les derniers gènes celtes et germaniques de ce pays...

      Pour être honnête, je doute qu’il s’agisse réellement d’une femme derrière ce pseudo, vu la teneur des commentaires. L’Européen, dans sa gynôlatrie, pense souvent que ses propos seraient plus justes si venant de l’Être Suprême, c’est à dire de la femme. D’où une multitude de fake comptes féminins tenus par des hommes identitaires.


  • #2255446

    c’est le bal des handicapés "de ce que je penses"
    et ce que je pense sert aussi a amarrer les bateaux a quais

    être "top less" et se faire traiter de "tepu" on ne peut que comprendre la nécessité, pour les intéressées, de garder le "haut"
    51 % s’y refuse « par peur d’être l’objet d’agressions physiques ou sexuelles ».

    viendra le temps ou le burkini deviendra irréfragable, afin de refréner les pulsions de certains
    pulsion a géométrie variables, ne demandant qu’a s’exprimer dans la violence ou dans le crime, ainsi :

    un instituteurs marocain a demandé suite a la diffusion d’une vidéo montrant un groupe de jeunes bénévoles belges en short terrassant un chemin au Maroc leurs décapitations

    en 2016, en charente, une jeune femme "top less" ( en présence de sa fille et de son époux ) a été bousculée, agrippée par les cheveux et frappée, a eu le nez en sang. Elle a fini par se retrouver totalement nue au milieu de la plage, la culotte de maillot arrachée par ses agresseurs, devant un public passif.

    https://www.lexpress.fr/actualite/s...

     

    • #2255535

      La femme lui a répondu qu’il n’y a rien d’anormal et lui a au passage montré ses fesses en baissant la culotte de son maillot



      Ça n’excuse évidemment pas l’agression mais la "jeune femme topless" n’était pas apparemment d’une grande discrétion...



      La femme aux seins nus, décrite comme "volubile et un peu exubérante" selon un témoignage rapporté par La Charente Libre, a précisé que son bas a été "arraché par un jeune homme" avant qu’elle court dans l’eau "en narguant tout le monde que la nudité est quelque chose de normale et qu’il ne faut pas la rendre tabou".



    • #2255670

      Peut être cette femme a-t-elle un peu trop lu de bandes dessinées Martine pendant son enfance ?

      Voici ce qu’en dit un canard subventionné par nos impôts, prétendument libéré : "Cette grande traque aux culottes en coton dans une série d’albums on ne peut plus anodine et vendue à plus de 80 millions d’exemplaires dans le monde indique bien que les affaires pédophiles ont vicié le regard, ou l’ont rendu vicieux." Si c’est pas de l’inversion accusatoire ça !

      Ainsi donc si l’on s’étonne de voir la culotte de Martine plusieurs fois par album alors que l’on veut seulement lire une histoire "anodine" à son chérubin pour l’aider à dormir, c’est parce que l’on a parlé des Dutroux, Epstein et consorts....

      C’est étrange un canard libéré qui se plaint des conséquences des affaires pédophiles qu’il relaie... Pour être moins vicieux, il faudrait arrêter de parler des affaires pédophiles, c’est ça ? Suffit d’attendre, le dépôt de bilan viendra... Et les affaires continueront plus secrètement.

      Ni culotte de Martine, ni Epstein !!!


    • #2256081

      en effet rectificateur, cela justifie tout

      néanmoins admettons que les témoignages divergent ( si je puis dire )

      on tabasse une jf au seul fait d’être seins nus sur une plage mais on ne porte pas plainte lorsque cette même jf s’est ,d’après les même témoins, déculotté devant un garçon de 10 ans !

      si la vue d’une jf topless est l’origine de tant de violences, une plainte aurait du être déposée, face a ce geste, autrement plus provocateur et répréhensible

      https://www.rtl.fr/actu/justice-fai...


    • @Muget
      Le refus d’envisager un seul instant que la poitrine d’un homme puisse être érotique en dit encore plus long... Moi j’adore les torses des hommes blonds, avec des grains de beauté et des mamelons clairs. Evidemment c’est assez rare ... Tous les autres sont à gerber, raison valable pour les cacher.


  • #2255458

    Mouais je vois où vous voulez en venir. Mais on peut voir ca d’une autre façon : la notion de pudeur regagne du terrain. Les femmes de ma génération n’ont pas ou plus les délires de la génération précédente. Que ce soit à cause ou grâce au porno et/ou aux jeunes Maghrébins et Noirs mal élevés (je reste poli hein), c’est une bonne chose.

    J’entends déjà les gens qui disent : et les mecs qui se baladent torse nu ? Ben c’est pareille, on n’a pas à se promener comme ca ; nous sommes pas des sauvages. Un village du Sud-Est (je ne me souviens plus de son nom) a décrété l’interdiction sous peine d’amende aux mecs qui se baladent torse nu en dehors de la plage. C’est radical : plus aucun problème.

     

    • #2255517

      D’accord avec vous. Inutile d’être nostalgique d’une époque où la déviance était moins visible mais déjà bien là. Je pense même que la pornographie joue un rôle positif par la lassitude et finalement le dégoût qu’elle induit. Ca casse le fantasme et il faut en passer par là. Toucher le fond avant, espérons le, de remonter.


    • #2255546

      Ah vous avez l’impression que la pudeur regagne du terrain ?

      Installez Instagram et allez regarder à quoi ressemble le compte d’une fille lambda entre 15 et 25 ans.

      Elles s’affichent en maillot, à moitié à poil, elles mettent leur cul en valeur, certaines de manière plus ostentatoire que d’autres, mais je suis dans cette tranche d’âge et je vous assure que c’est devenu la norme.

      Les gens passent leur temps à prendre ce qu’ils bouffent en photo, à filmer leur soirée pour en faire des stories éphémères, à exposer aux yeux du monde leurs dernières vacances, leurs nouveaux compagnons...

      Et je m’étalerai même pas sûr la Gay Pride que j’ai été obligé de traverser à Bruxelles cette année, des concours de twerk organisés dans la plupart des boîtes mainstream.

      On peut aussi faire le lien avec les Burqa dont se parent des filles de plus en plus jeunes, des kippas aussi ( Zemmour raconte d’ailleurs que dans les années 60’s, sa mère lui demandait de l’ôter en sortant de la synagogue).
      C’est, là aussi, une manière de jeter sa différence à la gueule des autres.

      L’impudeur est sûrement le phénomène qui caractérise le mieux notre époque, et à l’inverse, c’est la pudeur et l’humilité qui caractérisent le mieux nos anciens.
      Et je vous assure qu’on s’éloigne de plus en plus d’eux.


    • #2255549

      D’accord avec vous. Ce n’est pas plus mal. La pudeur, c’est précieux.


    • #2255653

      Quand on me parle de la France éternelle, ce n’est pas avec des nichons à l’air que je la vois. Cette France dénudée est la décadence même, celle à laquelle nous devons aussi notre système scolaire transformé en passoire, notre télé en abrutisseur infaillible, notre laisser aller envers les politique, la frénésie des féministes, le reversement des valeurs etc...C’est un ensemble. Pour moi il y a incontestablement une corrélation avec toutes les savoureux et indigestes comportements sociaux de notre époque. Au commencement de cette mode, on ne peut pas incriminer certains arabes ou noirs, ils étaient encore trop jeunes ou pas là.


    • Tout ça me rappelle Reiser et son fameux :

      « Aujourd’hui, les femmes montrent leurs seins...
      Et demain, elles montreront leur sexe...
      Et puis elles écarteront les jambes...
      Et on verra leur estomac...
      C’est joli, un estomac avec du poil autour... »

      Les faits lui donnent-ils tort ou raison ? C’était dans son genre un mec pudique...


    • #2256438

      On a déjà largement dépassé ce stade, beaucoup de femmes et de couples ont des relations sexuels au vu et au su de tous sur les plages publiques.
      Regardez sur les sites pornographiques...
      C’est devenu une nouvelle tradition.
      Faire l’amour devant les autres y compris les enfants.
      Je pense qu’on a touché le fond et qu’il est presque impossible de faire pire.
      Manque plus que les partouzes sur les plages avec des enfants...
      On y arrive peut-être bientôt...


    • #2256750

      @Cléon

      Je connais instagram. On y trouve de tout.... Pour le reste, j’ai pas dis que tout va revenir à la normale tout de suite, mais que simplement, une bonne partie des femmes (pour les adolescentes, je ne sais pas, je m’en rend pas complètement compte) se couvre. J’espère qu’on reviendra à un mode de penser sain, je le souhaite.

      Quant aux pédérastes de Bruxelles (et d’ailleurs) bah on ne trouve ca que dans les grandes villes, jamais à la campagne. Au Mans (Sarthe) aussi, on a droit au samedi "gay pride" et leur musique de m3rde. Pénible, mais ca passera dans une ou deux décennies.


  • #2255469

    Avis non partagé : pourrait-on en dire autant des femmes qui mettent de moins en moins de jupes ?Et pour quelles raisons ?
    Voyez au Maroc:des filles belges rapatriées parce qu’elles étaient menacées de mort ayant porté un short sur un chantier...
    La voilà la raison.Une trop forte minorité dans une population étrangère, de coincés, avec ses réflexions haineuses,complexée du nombril,prenant les femmes pour une sous catégorie sociale,politique,humaine,et surtout agressive tant dans le verbiage que dans les faits.
    Femmes frappées en sortie de boites en Normandie comme dans l’Hérault parce que non habillées selon les codes de l’Islam,femmes violées en Allemagne,en Autriche,bref partout où ces pignoufs sont présents.Afghan libéré après avoir violé une fille,libéré parce que ce n’était pas ses codes,à lui:Justice absente à chaque fois,au lieu de défendre le mode de vie des pays concernés.
    Les femmes en ont conscience.
    Et on s’étonne de devenir souverainiste ?
    La société ne régressera pas éternellement jusqu’à épouser des codes de valeurs qui lui sont étrangers ;il serait même grand temps que celà change:car c’est ainsi que naît la radicalisation,le souverainisme,la guerre.Pour ne pas avoir pris le taureau par les cornes quand il était encore temps.

     

    • @ Le Glauque,

      C’est en effet la raison essentielle pour laquelle les femmes sont de moins en moins seins nus sur la plage.
      Dans ma région certaines plages, à forte fréquentation de population issue de l’immigration, sont à déconseiller aux femmes, même avec un maillot une pièce.
      Résultat, les touristes fuient vers d’autres lieux où il est encore possible d’avoir la paix, sur une plage propre.
      J’ai rencontré un couple de Suisses qui n’était pas venus ici depuis 20 ans. Ils étaient très peinés de constater ce qu’était devenu certaines parties de notre pays. Ils m’ont dit que Genève et Lausanne avaient subi le même sort.
      La diversité tant vantée conduit à une forme de sécession. D’abord dans le quotidien : choix du lieu d’habitation par exemple, ensuite, vraisemblablement de façon plus brutale.


  • #2255501
    le 10/08/2019 par Toujours se méfier du concept de liberté.
    Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

    Sujet au combien important dont il faudrait parler et dont personne ne parle.
    Ça rejoint aussi la question de la misère du désir.
    On ne peut plus aller à la plage pour voir le soleil, la mer, et le sable.
    Qu’on le veuille ou pas on est obligé d’être bombardé par du porno car c’est rien de plus et rien de moins que du porno !
    Et c’est une catastrophe car on éduque aussi les enfants dès leur plus jeune âge à consommer du porno !
    Se dénuder ainsi n’a aucun sens, un short et un t-shirt permettent largement de ne pas avoir chaud, quant au bronzage c’est aussi un prétexte pour se mettre à poil, en Septembre il pleut déjà sur tout le territoire...
    Autre chose importante et dont personne ne parle
    On peut le voir sur certains sites pornographiques, on voit beaucoup de couples faire l’amour comme des chiens au vu et au su de tous y compris les forces de l’ordre !
    Or cela est intérdit par la loi mais comme elles ne sont jamais appliquées...

     

    • #2256751

      "Se dénuder ainsi n’a aucun sens, un short et un t-shirt permettent largement de ne pas avoir chaud, quant au bronzage c’est aussi un prétexte pour se mettre à poil"

      Absolument ! Et ca vaut aussi bien pour les hommes que pour les femmes.


  • Article très intéressant ! On vit dans un monde très éclaté et contradictoire. Il y a dans le naturisme originel (non dévoyé) quelque chose d’innocent, une tentative "progressiste" de désexualisé le corps et donc tuer en quelque sorte l’érotisme et in fine le désir et le fantasme. En parallèle, on vit dans une société où on incite à une sexualité débridée et où la culture porno est très présente, c’est pour cela qu’on voit la généralisation des strings sur la plage, "accessoire" hautement suggestif.

    Il y a aussi le phénomène spécifique d’harcelement de certains "arabo-musulmans" qui a été très bien analysé par la journaliste Céline Pina : Un espèce de mélange entre frustration sexuelle : cracher sur ce que l’on ne peut pas "consommer" et culture hyper masculiniste. Venant de cette culture, j’en connais les moindres codes et arrière-pensées. L’harcelement spécifique aux arabo-musulmans est lié à une volonté de couvrir la femme, plus que l’islam, c’est la culture ancestrale de ces pays qui raisonne ainsi. Dans la société hyper-masculinité arabo-musulmane où, comme dirait Aldo Sterone, on sacralise le "phallus" et ce qu’il représente, la femme est vue comme l’"honneur" de l’homme, celui-ci est d’abord jugé sur l’emprise qu’il a sur les femmes qui lui sont proches et les mœurs qu’elles ont. J’avais lu un article de "fait divers" où un père de famille avait été insulté et tabassé, il n’était "pas un homme" parce que sa femme et ses filles étaient légèrement vêtues. Il y a aussi dans ces pays, un très fort sentiment d’idéalisation de la femme : la mère parfaite et la sainte nitouche qui se heurte ou du moins heurte les sentiments des hommes.

    Donc en gros, lorsque le blédard venu du Maghreb ou d’Afghanistan débarque en Europe, il se comporte en premier comme un conquérant, (les touristes le font aussi à l’étranger), a les crocs et est heurté dans sa sensibilité de l’image fantasmé de la femme en la découvrant devêtue.


  • "En 1981, Myriam..."

    ....1981-2019... la vache dans 2ans on sera en 2021... et 2ans finalement c’est quelques mois....
    Dans quelques mois ça fera 40ans.... on est plus très loin du demi siècle d’ailleurs, et un demi-siècle même si c’est pas grand chose sur l’Histoire longue, ça commence à compter.

    Je dis ça pour les "anti-complotistes" rabiques qui pensent que les complots c’est du délire rien que par le fait que "prévoir les choses sur 50ans...pffff et puis quoi encore.."
    Bah voyez l’effondrement en presque 50ans, avec les mêmes si ce n’est aux manettes en tout cas bien présents dans les médias durant tout ce temps, les "Attali-BHL-Cohn Bendit-etc..."
    Mais c’est une coïncidence hein..... oui allez on va dire ça....

    Au fait, les crédits pour une baraque sur 20 voir 30ans ça n’a jamais existé ?
    Donc pour une baraque oui c’est possible de prévoir sur 30ans, mais pour de la géopolitique de l’élite qui peut leur rapporter pouvoir et milliards, "non tu penses.... bien sûr que non...." (sourire)


  • #2255570

    J’ai passé 60 ans et je vous les générations actuelles comme extrêmement pudiques et non communicatives, et chacun reste dans son coin. Il ne faut pas oublier d’où vient la pudeur, j’ai lu qu’au moment de Saint Jean de la Croix l’erreur d’un copiste en est probablement l’auteur.

    Jean-Claude Bologne : "Les bains, nus et mixtes de l’Antiquité, associées au plaisir sont réprimés par le premier christianisme. C’est d’ailleurs, le trouble que pouvait inspirer la nudité des futurs baptisés qui instaure la pratique de la simple aspersion. Cependant le « bain convivial » traverse tout le Moyen Age, tout en ambiguïté : on accepte la nudité mais il ne faut pas qu’elle soit trop évidente. Aux thermes romains on substitue les étuves, mais là encore moult ordonnances tonnent contre les actes déshonnêtes. La baignade nue dans les rivière est une pratique vivace jusqu’au XIX pour les hommes mais on l’interdit aux femmes à partir du XVIIe".

    J’ai pratiqué longtemps le naturisme (mouvement hygiéniste, obligation de se laver à l’eau froide, de dormir sur une planche, de ne pas cuisiner, et j’en garde vraiment un formidable souvenir), je dois reconnaître que je n’y ai jamais rencontré ouvertement de pervers, de voyeurs, mais j’ai arrêté car c’est devenu depuis une dizaine d’années une unique histoire de fric et de pratique de masse.

    Selon mon point de vue, ce n’est pas la nudité qui est malsaine, mais la pudeur. Pour voir du mal dans la nudité, il faut avoir un sacré conditionnement psychologique ou avoir un sérieux trouble intérieur. Je vois cela comme des chaînes.

     

    • #2255730

      J’oubliais de dire que j’avais trouvé l’analyse de E&R très pertinente.


    • #2255739

      "Pour voir du mal dans la nudité, il faut avoir un sacré conditionnement psychologique ou avoir un sérieux trouble intérieur."
      Tu vois, pour moi ; voir des gros lardeux ( car ce sont souvent ceux là ) s’exposer nus sans retenue, c’est là qu"est le "sérieux trouble intérieur"...


    • #2255894

      Je cite : "Tu vois, pour moi ; voir des gros lardeux ( car ce sont souvent ceux là ) s’exposer nus sans retenue, c’est là qu"est le "sérieux trouble intérieur"..."

      Comment dire...
      D’abord que souvent des femmes m’ont avoué venir en centre naturiste, parce qu’elles étaient bien moins draguées et emmerdées que dans les camping "textile". C’est le fait d’être habillé qui attire la convoitise et titille la libido. Un corps nu n’appelle pas à le fixer pour l’imaginer, il n’y a donc aucune excitation sexuelle.
      Ensuite que la classe sociale du camp nudiste était en général bien supérieure à celle des camps normaux plus populaires et vulgaires. On y voyait très peu d’ouvriers ou de paysans, mais des professeurs, des chercheurs, parfois des commissaires de police, des artistes. En général ces gens s’entretenaient bien, ne faisait pas de bruit et ne jetaient pas de déchets par terre.

      Il semble que cela ait changé dans le mauvais sens, dans celui du rendement commercial.


    • Cette histoire de nudité mixte acceptée durant l’Antiquité et le Moyen Âge est fausse et a été totalement démontée par Hans Peter Duerr il y a déjà plus de trente ans. En vérité, ce sont des courants chrétiens - notamment les Adamites - qui ont inauguré la nudité mixte, en tant que volonté de retour à l’innocence d’Adam et Eve d’avant la chute (d’autres, comme Origène, pratiquaient carrément l’ablation des testicules).
      De même, les peuples primitifs vivant nus ou presque ont en réalité des règles de pudeur d’autant plus sévères qu’elles se passent de vêtements (postures pudiques pour les femmes, interdiction de poser ses yeux sur les seins pour les hommes, etc.).
      Bref la pudeur est nécessaire à la vie en société, car le corps est naturellement sexuel. Ce qui est malsain, c’est de refuser la nature sexuelle du corps - et donc son corollaire, la pudeur - au nom d’un idéal puritain castrateur et morbide.
      Je vous remercie cependant pour votre commentaire car il illustre à merveille cet esprit puritain qui a survécu à la déchristianisation et qui pour cette raison m’intéresse beaucoup.


  • #2255581

    C’est pourquoi les injonctions modernes du corps, en particulier du corps féminin, imposent bien souvent aux jeunes filles une honte physique de leurs moindres défauts. Pire, les moindres écarts de leur corps face à des modèles médiatisés chimériques les poussent à penser qu’elles sont les disqualifiées de facto d’une compétition irréelle et illusoire dont elles ne sont en vérité, en tant que consommatrices, que les marionnettes dupées.



    Sur ce point-là, vous auriez pu rajouter ce récent phénomène de société made in Xhamster : Shy.

    On parle en boucle de sexualité féminine, de plaisir féminin, de psychologie féminine ... alors que paradoxalement on a jamais eu aussi peu de données sur la psychologie/sexualité/sociologie masculine.
    Tellement peu que lorsqu’une étude de marché issue d’un site porno sort, ça défraye la chronique !

    Il y a encore des filles qui essaient de plaire aux garçons (malgré la violence de certains immigrés ou des mâles alpha du 20%, du porno sur internet et du féminisme qui les poussent, en même temps, à les détester).
    Mais elles naviguent en mer inconnue puisque la société et les médias ne s’intéressent jamais à ce que pensent les hommes.
    D’où de sacrées incongruités (entre les fesses, juste cauchemardesques, de Kim Kardashié et la sur-pratique au moment des rapports sexuels de la fellation comme passage soit-disant obligé).

    On s’aperçoit de quoi avec Shy ? Que les hommes ne fantasment jamais sans une dose de réel dans leur esprit. Qu’ils ne fantasment ni sur les mannequins, ni sur les poupées barbie d’hollywood dont ils savent très bien qu’elles leur sont inabordables pour eux dans la vraie vie.
    Le fantasme masculin ultime, à l’heure actuelle, c’est une petite brune assez commune, le genre qui se rencontre dans la rue, qui ne surdose pas les effets de séduction (maquillage, taille de poitrine, vulgarité...) mais envoie juste le signal que toute approche avec elle ne se finirait pas forcément sur un "non".
    Ce qui plait aux hommes actuels chez une femme, c’est la capacité à montrer de la disponibilité...d’où la timidité (shy) du nom. Le seul moyen pour un timide de prendre les devants, c’est que la femme soit juste un peu plus timide que lui et que ça l’encourage à agir pour la "bouger".


  • #2255586

    Je n’aurais pa cru de revoir Myriam un jour... C’était directement face à mon appartement rue Raymond Losserand, Paris 14e...

     

  • #2255633

    sans oublier que les francaises ont gagné en bonnet par rapport aux annees 70/80...J ai le souvenir enfant d une generation assez plate donc avec tres peu d interets.... Ce qui n est pas le cas aujourd hui. Ainsi des poitrines imposantes , le topless, la chaleur, la detente...risqueraient de faire tourner la tete des males, et pas que celle des migrants...

     

  • Les femmes complexent bien plus qu’avant. Combien sont réellement fiers de leur poitrine ? le sondage ne le dit pas et ceci explique beaucoup sur le comportement pseudo-puritain. La recherche de la perfection fait que l’on ose plus montrer le moindre défaut. Les magazines people et photoshop y sont pour l’essentiel. Le corps féminin est plus que jamais standardisé dans l’imaginaire collectif...Le comble étant que, même super "bonnes", certaines complexent pour un détail à la con.

    Du coup aimer les grosses et les vieilles, c’est objectivement subversif... moins que l’antisionisme certes mais quand même !


  • #2255639

    Marie mère de Jésus ne mettait pas ses seins nu à la plage. Pas besoin de plus d’explication concernant ce sujet. La pudeur est l’un des premiers nouveaux nobles sentiments qu’Adam et Eve ont découvert par leur erreur prédestinée. Faut avoir les bonnes infos pour faire des analyses exactes...

     

    • Dans l’Antiquité, on n’allait pas bronzer à la plage...


    • #2255759
      le 11/08/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

      La religion met des interdits sur tout,
      et criminalise le moindre comportement humain :
      "pêché"

      une paire de beaux nichons,
      c’est beau

      l’arrogance d’une belle paire
      moi, je veux bien entendre, les jean-foutre :
      "et c’est comme-ci, et c’est comme ça"

      Mais quand y’a des beaux tétons, bien dressés,
      viens pas me parler de ta vierge Marie

      c’est comme des fruits, au paradis,
      on est bien avant Eve et Adam, et tout ton baratin

      une belle paire de beaux lolos
      voilà tout ce qui compte, dans le monde

      y’a eu des guerres, des massacres,
      mais y’a rien qui remplace une belle paire


    • #2255767

      MERCI ! j’allais l’écrire...
      La pudeur est une protection ! Il ne s’agit pas de pudibonderie !
      Regardez la femme au temps du Christ.
      La pudeur est un retour à l’intériorité, aux valeurs féminines, chacun devrait s’en réjouir.


    • #2255814

      "Dans l’Antiquité, on n’allait pas bronzer à la plage..." Cela n"a pas tellement de sens.de dire cela car la "plage" n’éxistait pas et n’était pas un espace ludique mais une "grève" angoissante qui faisait peur, comme la mer ; Jusqu’à ce que les anglais installent leur vision du monde et ne calent leur gros culs et leurs "villas" face à un "panorama" (en le foutant en l’air en même temps), les français ne voyaient pas l’intérêt de "voir la mer". Au contraire. Pour le bronzage, bien que Musset ait écrit :

      Avez-vous vu dans Barcelone,
      Une andalouse au sein bruni ?.

      C’est en fait une pure question de snobisme. Tout simplement. Et donc de "mode". Quand les puent-la-sueur étaient "hâlés" par le travail à l’extérieur (les pêcheurs, les laboureurs etc..) , les snobs trouvaient bien la blancheur de peau. Quand au contraire les pauvres travaillaient en usine et étaient chlorotiques, ls grand bourgeois distingué se signalait comme tel par le fameux "bronzage". Cette mode est née en fait sur la côte normande, un "snoboland" ancien..

      Actuellement la bronzage se porte léger. La mode homard géant est passée. Mais si le snobisme était de porter un étui pénien de 1 mètre et des os dans le nez, pas de problème. Les snobs suivraient..

      De toutes les manières, le bronzage se montre au bureau. Cela veut dire : "vacances réussies". C’est une coutume de gens qui vivent confinés dans des bureaux. Les personnes qui vivent en plein air n’ont pas besoin de cela. Mais les gens qui vivent complètement en plein air sont des ploucs. Problème.


    • #2255855

      Ouais mais Marie Madeleine se dessapait souvent pour exercer son metier avant de croiser la route du Sauveur...


    • #2255932

      Je cite ; "Dans l’Antiquité, on n’allait pas bronzer à la plage..."
      On voit que vous n’avez pas lu Sénèque !


    • Même les écolos sont des adeptes du bronzing : ne dit-on pas "Hâlez les Verts !" ?


    • #2255999
      le 11/08/2019 par Jules Porcinet & Marcel Cochonou
      Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

      surtout que les pires hypocrites à ce sujet concernant le corps et sa nudité est sans contexte l’Islam
      avec ses pratiques archaïques et moyenâgeuses ...
      et sa fausse pudibonderie diabolique qui pour les plus fanatiques vont jusqu’à vitrioler, défigurer ces jeunes femmes qui sont en monokinis sur les plages...
      les mêmes fanatiques qui pour la plupart sont pédophiles et violeurs de fillettes !
      et qui mettent en pâture leurs Belphegors en Burkinis qui en lieu et place ont évincé ces très belles femmes émancipées et libérées de ces barbares dégénérés à la mentalité arriérée et arrêtée que sont ces Mahométans d’un autre âge...celui de la barbarie-préhistorique !


    • @listener, @titus dans l’Antiquité les Italiens allaient à la plage pour nager, pratiquer la voile de plaisance, ou pêcher à la ligne, en témoigne Pline le Jeune de sa villégiature de Misène dans la baie de Naples.

      je ne sais pas si on allait bronzer à la plage mais hommes et femmes allaient ensemble aux bains jusqu’aux lois morales d’Auguste qui mirent fin à la mixité des thermes. On pouvait donc jusque là passer du temps à glander au soleil dans la palestre

      Néanmoins la nudité n’était pas inhérente comme le montrent les célèbres mosaïques de la villa du Casale en Sicile https://lesyeuxdargus.wordpress.com...



    • La religion met des interdits sur tout,
      et criminalise le moindre comportement humain :
      "pêché"



      En l’occurrence l’idéal de nudité banalisée qui vous défendez ici découle de la criminalisation chrétienne du désir sexuel masculin.


  • #2255647

    Un corps désirable c’est un corps qui se laisse deviner sans tout dévoiler... Refuser d’exhiber ses seins aux milliers d’yeux des aoûtiens, c’est augmenter la valeur marchande de son propre corps en le rendant différent, plus désirable, plus inaccessible - ceci est le point de vue d’une jeune femme qui a choisi le maillot une pièce !

     

    • #2255693

      Oui et non, le corps qui se laisse dévoiler, c’est aussi le corps qui se dissimule... qui cache, couvre ses défauts. L’écart entre le corps fantasmé et le corps réel est parfois rude.

      Puis tout le monde parle ici de la plage comme d’un vaste marché de la séduction, où les corps ne seraient que des marchandises à consumer. c’est risible.



      Augmenter la valeur marchande de son propre corps



      Au lieu de vous préoccuper du maillot de bain que vous allez porter pour optimiser la valeur marchande de votre chair essayez plutôt d’augmenter votre puissance intellectuelle et votre esprit critique. Car le maillot de bain une pièce comme modèle féminin de subversion... c’est juste nul, sans effet. Le nombril ne bronze pas...


    • Le nombril ne bronze pas et est "sexy" à lui tout seul. Dommage de le planquer derrière un plastron.


    • A Poison mind, il y a toujours la possibilité de pratiquer une hymenoplastie comme le font les femmes arabes et l’honneur est sauf...


    • #2256047
      le 11/08/2019 par mi Ange-mi Démon
      Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

      c’est comme le sexe des anges ???
      l’ange contemporain serait alors un LGBTQI d’aujourd’hui !


  • #2255650

    Je suis expatrié depuis des décennies dans un pays qui bien que n’ayant pas de tabou au niveau sexuel il existe une décence et pudeur faisant que les femmes ne se trimbalent pas les nibards à l’air sur les plages ni dans aucun autre lieu public...donc quand j’étais revenu en France au début des années 2000 pour voir un vieux cousin près de Montpellier je fus choqué en visitant une plage locale par cette exhibition de viande pas toujours très fraîche par ailleurs (en fait les femmes jeunes et vraiment belles ont conscience de la valeur de leur corps et tendent à en réserver la jouissance dans l’intimité et non pas à l’exhiber au regard de tous les crevards du coin...)
    De plus l’exhibition du corps nu en public n’est pas sans rappeler les marchés aux esxlaves où l’on devait exposer la marchandise bien en vue afin que les potentiels acheteurs jugent de la qualité des "bêtes" ; état de santé, statut nutritionnel, masse musculaire...or dans une société où le salariat, autrement dit l’esclavage pour tous, est généralisé, cette exhibition publique de bidoche me rappelle drôlement le marché aux esclaves !

    Mon côté catholique zombie fait que je ressens une profonde antipathie pour la nudité publique. En effet cela tue complètement ce plaisir extraordinaire et je dirais même supérieur à l’acte sexuel lui même qui est la découverte du corps de la femme et tout ce que cela implique avant que l’on ouvre le paquet cadeau ! On essaie de deviner à quoi une femme ressemble...on fantasme...alors que si la barbaque t’es directement balancer en pleine gueule cela tue toute magie, cela annihile tout le processus de découverte !

     

    • #2255664

      Les hommes comme vous se font rares, goypride.


    • #2255698

      Je suis curieux, de quel pays s’agit-il ? J’ai du mal à me faire une idée.

      Je dirais AmSud, genre Argentine ou Uruguay ?


    • #2255783

      MERCI Goypride !
      Chez E&R on voudrait que la femme retrouve sa fonction intérieure, celle de gardienne du foyer, ce qui est totalement incompatible avec l’exhibition public de son corps qui s’oppose à la sacralité de sa mission. Ce sont les prostituées qui s’exhibent, pas les futures et mères de famille !


    • Merci Ariane, venant d’un Français musulman votre commentaire est absolument parfait...


    • @ goy pride,
      Globalement d’accord avec vous, mais deux remarques :
      - même exhibé comme un tas de viande et sans mystère, le corps féminin conserve (généralement) une charge sexuelle qui dérange dans un espace public où l’on est censé se détendre. Il s’agit d’un véritable harcèlement sexuel envers les mâles pas trop castrés.
      - c’est bien le christianisme zombie qui est à l’origine de la banalisation de la nudité féminine, puisque l’idéal néo-testamentaire prône le retour à l’innocence originelle, y compris via la castration. La nudité féminine publique devient ainsi la preuve de la pureté du mâle, libéré de ses viles "arrières pensées" concupiscentes. L’article mentionne d’ailleurs cette filiation religieuse.

      @ Nuhri,
      Je trouve votre commentaire déplacé. Les autochtones n’ont pas être validés par les allochtones. C’est pour ça que malgré ma critique acerbe des Européens dans leur rapport à la sexualité et au corps, je me garde de toute revendication, de tout conseil ou autre et me cantonne à l’analyse.


    • #2256766

      @goy pride

      "marché aux esclaves" ou marché de bidoche, oui tout à fait d’accord avec vous.

      Sans vouloir être indiscret, vous vivez dans quel pays ?


  • #2255684

    Merde, même la nudité s’est échappé du réel... maintenant les femmes montrent leur seins à leur téléphone et à leur webcam.
    Principe des vases communicants, ce qui est perdu dans le réel doit être compensé par le virtuel, d’où la pornographique rampante.
    l’homme ne baise plus, il se branle
    Et la femme ne charme plus, elle se vend aux enchères.


  • Ce n’est qu’un recul des libertés individuelles , et même de la conscience.
    Ceux qui voient des caractères sexuels partout , c’est qu’ils sont tout le temps en train de séxualiser autrui.

    Une femme qui donne le sein ou bronze n’a en soi rien d’érotique. Ca peut le devenir, mais en tant que tel ca ne représente rien.
    Même le corps nu ne devrait pas être séxualisé en dehors de situations à caractère sexuel.

    Ce n’est pas comme ça qu’on va avancer, ni le féminisme, ni personne d’autre.
    Je trouve moins provoquant une poitrine simplement nue qu’un mini-short mettant en scène d interminable jambes glabres.

    C’est vraiment un bordel conceptuel incroyable. On s’offusque du naturel , mais l’artificiel devrait être accepté et considéré comme inéfficient.

     

    • #2255846

      tu as bien raison léon..la nudité n’ a pas à être systématiquement otage des délires sexuels et des fluctuant codes sociaux.
      la nudité, est l’ état réel, pur et naturel de chacun...ceux qui ont du mal à l’ accepter, doivent se faire soigner d’ urgence et laisser les créatures de Dieu se la dorer tranquille !


    • #2255850

      Peut-être que vous n’avez plus de libido ?


    • #2255942

      elle se porte à merveille, je vous remercie...mais ça n’ est pas la question.
      le point est que dans NOTRE tradition culturelle, on tolère que le corps, lorsqu’il est encore présentable, puisse exprimer sa force et sa beauté en sécurité !
      consultez l’ imagerie gallo/romaines, médiévales (y compris de Marie allaitant Jésus), renaissance et moderne ; partout vous verrez des jeunes-filles de bonne-familles seins nus dans des scènes de loisirs..
      allez donc sur une plage à Marseille, vous verrez à quoi ressemble ces mœurs millénaires !


    • Le corps de la femme est naturellement fait pour attirer le mâle et l’exciter, du moins si ce dernier a un minimum de testostérone.
      Votre idéal puritain est effrayant et morbide.


    • #2256067

      il ne faut pas confondre la nudité et le dénudé , ce en quoi Leon est bien fondé dans son commentaire
      concernant la testostérone, les indiens d’amazonie qui pourtant n’en manquent pas, vivent nus, sans que cela pose un problème d’érotisation , car ils sont dans la vraie vie, pas dans la "putasserie" marchande qui combine l’habillé et le dénudé, sexualisant tout ce qui peut l’être, et ce qui ne doit pas l’être

      l’indien d’amazonie n’a rien a foutre de miss "tee shirt mouillé"



    • la nudité, est l’ état réel, pur et naturel de chacun...ceux qui ont du mal à l’ accepter, doivent se faire soigner d’ urgence et laisser les créatures de Dieu se la dorer tranquille !



      J’adore ce moment où le puritain impuissant conseille au mâle bien portant d’aller consulter. Le comble de l’inversion.
      Si la nudité est si naturelle, pourquoi ne vous promenez vous pas nu en février ? D’ailleurs pourquoi ne déféquez vous pas en public ? La défécation est pourtant naturelle !
      Quant à cette histoire de tradition européenne qui tolérerait la nudité féminine, c’est vrai dans l’art (et encore ça dépend des époques), mais c’est complètement faux pour la vie publique. Il s’agit essentiellement d’un mythe créé par des idéologues malhonnêtes qui visaient là à ancrer leur idéal puritain dans la tradition, ou à consolider leurs théories (Norbert Elias et son "processus de civilisation" qui fit mine de voir dans des scènes de bordel médiéval des scènes de bains publics).
      En revanche, votre idéal castré est bel et bien lié à la tradition chrétienne : la nudité mixte fut inaugurée dans les communautés chrétiennes des premiers siècles en tant qu’alternative douce à la castration. Idéal de retour à la prétendue pureté originelle qui est revenu en force avec la déferlante gauchiste des années 60-70.
      Vous avez un très gros problème avec la nature humaine en raison de votre héritage religieux.


    • Le rapport premier, fondamental de l’homme et de la femme est forcément sexuel, affectif, érotique, lié à l’altérité sexuelle. Une femelle ici, dans les commentaires sur un autre article, m’a dit :"Et quant est il de vos rapports avec les femmes de votre famille ?", il est heureusement pour moi, simplement affectif mais aussi lié à l’altérité des genres. Toutes les civilisations fécondes se sont bâties sur l’altérité des 2 sexes et son corollaire érotique. Le voile des femmes est en réalité un caractère hautement érotique. Notre musique, littérature, mythes, histoires, croyances, notre cinéma, théâtre... tous se fondent avant tout sur le désir de l’autre sexe, souvent frustré d’ailleurs. Le désir inassouvi, impossible, fantasmé est le moteur des relations homme/femme. À ce propos, chaqu’un peut faire l’expérience du ressenti et de la puissance du désir que ressent un homme pour les femmes du pays lorsqu’il voyage à l’étranger. Pour un Français, ou jeune de France, une Hollandaise en Hollande, Allemande en Allemagne, Italienne en Italie ou Espagnole en Espagne seront beaucoup plus désirables qu’une Française de France. C’est cette difficulté, "exotisme", amour presque impossible qui font naître un désir beaucoup plus ardent chez l’étranger de passage. La nudité excessive et le naturisme sont les meilleurs moyens de castration qui puissent exister, bien plus que le voile...

      À ce propos ceux qui soutiennent, y compris sur E&R, les valeurs d’"égalité des sexes" s’inscrivent, souvent malgré eux, dans cette perspective de tuer l’altérité et le désir profond.


    • @ jeandelalune
      Les "Indiens d’Amazonie" et autres peuplades vivant plus ou moins dénudées ont des règles de pudeur subtiles et d’autant plus strictes qu’elles se passent de vêtements (postures pudiques pour les femmes, obligation de tourner le dos quand on s’adresse à l’autre sexe, etc.). Les anthropologues ont même parlé de "vêtements invisibles". Ces règles se concentrent beaucoup sur les seins (interdiction d’y poser les yeux, etc.). Car les seins, en plus de leur fonction nourricière, ont évidemment une fonction sexuelle majeure. Doit-on d’ailleurs réellement rappeler une telle évidence ?


    • #2257101
      le 12/08/2019 par jacquedéchante
      Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

      Hé Muget, entre nous, si cela vous gêne autant, tâchez d’être un homme, et non de succomber à la tentation d’être un animal. Appréciez la beauté si vous en êtes capable, retenez vos commentaires quand le corps est quelque peu disgracieux. Vous parlez de castration, mais un homme véritable doit être dans la retenue, rester droit, et, ajoutons que s’il n’en est pas capable, c’est qu’il est tout simplement trop sensible pour y parvenir. Faible. Immature en fait.
      Laissez les femmes vivre ce qu’elles pensent être, et vous, acceptez l’érotisme de la femme pour ce qu’il est : une nécessité cosmique.

      Regarder le soleil couchant avec plaisir, malgré le fait qu’on ne puisse le mettre dans sa poche.

      Personnellement, lorsque je suis en couple, j’évite les tourbillons dans les soirées, savoir, de créer une intimité de trop avec une femme inconnue qui a tous les attributs pour réveiller ma part animale. Alors c’est Bonjour, au revoir. D’autant plus qu’une femme qui repère un homme en couple avec une belle femme est irrésistiblement attirée par cet homme en question.

      Et, aussi, jamais je ne convoiterai la femme d’un autre, même si elle est frustrée ou je ne sais quoi. C’est un coup à se vautrer dans sa putain de névrose. Là, encore, vous vous stigmatisez vous-même en déclarant vous contrôler alors que vos dires démontrent que vous en êtes incapable. Vous tapez dans le seconde main avec une certaine fierté. Buffff....
      Vous ravissez la femme d’un autre par compassion, gageons que vous ne vous attaquez qu’à ce qui ne vous met pas en danger véritable.

      Je suis intègre, et lorsque mon intégrité est touchée, d’une extrême violence. Mais la femme ne peut pas déclencher cette violence-là. Dieu soit loué. Hein.

      Et je suis un homme de la côte depuis toujours qui connait bien le sel de la mer, l’odeur du Zinc, de la sexwax, des strings, et des femmes, d’une manière générale et approfondie. Je les aime, les respecte, les trouvent quasiment toutes attirantes et insupportables à la longue.

      Chaque chose à sa place. Et la place d’une femme est là où elle le veut. Rien de plus, rien de moins.


    • @ jacquedéchante,
      Merci pour votre fascinante réponse moraliste, qui illustre à merveille toute l’inversion et la gynolâtrie de l’Occident actuel. La vraie force c’est le pardon. La violence est le langage des faibles. La femme est l’avenir de l’homme. L’envahisseur est une chance. L’homme véritable est le castré.

      Vous ne savez pas de quoi je parle, car malgré tous vos dires, vous êtes insensibilisé. J’en veux pour preuve le fait que - tel un créateur de mode - vous réduisez le corps féminin à sa beauté, le comparant à un coucher de soleil. A titre personnel, je n’ai jamais bandé sur un coucher de soleil, aussi beau fût-il. Non, ça n’est pas ça l’érotisme. C’est quelque chose de bien plus fort, profond, animal, magique, qui prend aux tripes, mais le ressentez vous seulement ? D’ailleurs un corps de femme peut être très érotique sans forcément être très esthétique.

      Quant à votre sacro-sainte retenue que j’ignorerais, il ne me semble pas avoir confié le viol ou l’agression de l’unes de ces femmes indécemment dénudées. Vous procédez donc à un raccourci typique des moralistes hystériques, du même acabit que celui qui consiste à accuser de racisme génocidaire quiconque critiquerait un tant soit peu la politique d’immigration actuelle. Je ne fais que mettre le doigt sur la charge psychique que doit supporter l’homme sans cesse sommé de se "contrôler" face à des femmes laissées en roue libre. Je ne joue pas aux surhommes au dessus des femmes, car j’accepte avec humilité une certaine faiblesse vis à vis d’elles, égale à leur faiblesse vis à vis de ma puissance physique. C’est l’équilibre naturel. En revanche, je l’admets, je n’ai aucun problème moral à convoiter la femme d’un homme qui mérite le mépris. Vae Victis.


    • #2264608
      le 24/08/2019 par jacquedéchante
      Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

      Vous dites : "Quant à votre sacro-sainte retenue que j’ignorerais"

      Mais on ne se connait pas vous et moi ; Ou si ?

      Je vous dirais que, bien évidemment, lorsque je croise une femme dévêtue partiellement, ma sensibilité est contactée, et pas comme un coucher de soleil.
      Vous êtes très premier degrés : l’idéologie des valeurs, ou "philosophie des valeurs", avec une préférence pour le bon sens. Bon sens qui tombe, c’est le cas de le dire, dans ce qui peut y avoir de plus bas sur l’échelle de la compréhension et délaissant de fait tout ce qui lui est supérieur : Faisant dire au père : "Fais ça, !le reste c’est de la merde".

      C’est une vision compréhensible là où la Raison est en passe de devenir l’exact déraisonnable dans ses désirs du "tout contrôler", et puisque il est presque impossible de s’en dégager sans une volonté d’un ordre supérieur qui fait le plus souvent défaut à nos contemporains.
      C’est la mort de l’Art mais pas de son industrie, puisqu’un travail fait sans goût pour l’oeuvre devient fade, ou, à contrario, le produit apprécié en fermant les yeux sur le suicide de son producteur.
      C’est le retour de l’enfance contrariée dans ses désirs de réalisations personnelles**, seule nécessité humaine pourtant : "Tu feras boulanger !"

      Vous savez faire la police dès qu’une chose vous apparait comme allant à l’encontre de votre vision qui semble, ceci dit, tout à fait compréhensible.

      Rétablissez la peine de mort si vous en avez l’occasion, mais cette démarche vous vaudra, puisqu’elle se tient dans cette philosophie de la valeur dont nous venons de parler, dans une revendication matérialiste pure, et ce, puisque une telle appréhension du réel légitimera un contrôle accru de tout mouvement individuel. Big Brother 2, le retour, en mieux.

      Mais, avant que vous ne repreniez la main dans ce fil inutile, quoi que nous en pensions, sachez que je vous comprends, puisque la frustration est à l’homme moderne ce que le livre est à l’écriture, et ce, quoi qu’on en dise. Et c’est d’ailleurs pour cela que dans les pays les plus conservateurs, s’il n’y a au demeurant selon leurs dires pas de frustration aux vues des codes instigués pour la dissoudre, que le meurtre légal la représente le mieux et sous ses meilleurs traits.

      Encore une fois, je vous comprends, et tellement, que je saurai me passer de tout autre commentaire.

      Bien à vous.

      ** Et nous ne disons pas que "se mettre nu" est une réalisation personnelle ; mais que se mettre à nu l’est fondamentalement.


  • #2255733

    Tu te trompes mon ami même si c’est une jolie citation."Tout est permis plus rien n’est possible".Moyennant finance tout est possible.En fait les femmes attendent plus ou moins inconsciemment d’être payées pour se mettre seins nus aujourd’hui.Elles ne voient pas pourquoi elles feraient plaisir sans l’être.Avant le monde était plus sain,plus sein,les femmes libérées voulaient faire plaisir et se faire plaisir sans que l’argent entre en ligne de compte.Aujourd’hui dans un monde malsain ou les apparences et l’argent comptent en priorité,elles attendent d’être payées.

    Il y a de moins en moins de femmes qui couchent réellement en enchainant les amants.Quand elles ont des envies de ce type,de plus en plus de femmes se prostituent désormais occasionnellement sur internet.Tu veux des femmes seins nus sur la plage ?C’est tout à fait possible mais il va falloir payer pour cela.Et puis ce sont les racailles qui font la loi désormais dans la rue,sur la plage et une femme bien se couvre chez les racailles voir mieux porte le burkini.

     

    • Ce que tu dis est faux.
      Les femmes ont de plus en plus de partenaires sexuels, et même l’infidélité féminine a quadruplé en 40 ans. Les chiffres le disent.


    • #2255796

      Quel sens à l’infidélité quand on s’engage de moins en moins ?
      Quand au "tout est permis, n’est rien possible"... il faut le mettre en perspective dans le contexte socio-économique.

      Cela peut se traduire, par "tout est faisable", "rien n’est accessible".. ce qui rejoint votre analyse sur la vénalisation des rapport interperpersonnels.
      Donc il n’y a pas de contradictions entre les deux.

      A moins de prétendre et d’être dans la repréentation pour débloquer les rapports sociaux, ce qui rejoint l’approche de Soral, (Confession d’un drageur,et cie)... mais votre critique n’est en rien une opposition.


    • #2255811

      Encore que le message Soralien porte sur la pauvreté de la représentation féminine (féministe)...Elles se contenteront de n’importe quelle représentation de puissançe , de poèsie, ou de richesse pour un temps donné... pour peu que cette réprésentation assume son rôle social de "démonstration".
      L’argent ou le pouvoir réel n’est même pas au centre du problème.


    • #2255852

      Tu crois qu’elle ont perdu leur virgnité pour rien ?
      Autant en profiter puis ce qu’elles l’ont tous perdu.
      C’est pas moi qui le dit mais Pascal Op.
      " Y’en a plus des femmes vierges en France."


    • #2255905

      A Riv...
      Disons que les femmes avouent plus franchement leurs infidélités qu’elles ne le faisaient il y a 40 ans...et puis la parole s’étant Libérée, les femmes baratinent autant que les hommes...


    • #2256763

      @u roitelet

      Sachant que l’on a aucun chiffre sur la fidélité ou l’infidélité il y a 40 ans, il n’est pas fiable de dire que les femmes étaient bâillonnées/opprimées/etc. avant plus que maintenant.


  • #2255744

    Tu peux de plus en plus tout faire, mais, tu le fais et y penses de moins en moins.

    Ce qui n’a absolument aucun putain de sens.


  • #2255840

    Je voulais juste remercier l’auteur de ce papier, pour un point linguistique important :
    En effet, l’auteur est un des seuls locuteurs se référant au réseau mondial en employant l’article, à savoir on parle bien de l’internet, et non pas d’internet !
    Il suffit d’écouter des anglo-saxons parler du réseau, ils utilisent toujours l’article "the" et parlent donc de "The internet" !
    Je rappelle qu’en Français, on n’utilise pas l’article défini devant un nom propre ( on ne dit pas "le Jean", mais " Jean").
    Cette manie de parler de l’internet en disant "internet" ( et parfois même à l’écrit, certains non-chômeurs ajoutent même un "i" majuscule), tend à transformer ce réseau en une personne, une sorte de nouvelle idole.......c’est positivement insupportable !
    Je n’entends personne dire " bon on y va avec voiture....", non, tout le monde dira instinctivement " on y va avec LA voiture", donc je ne vois pas pourquoi les règles de grammaire basique, ne s’appliqueraient pas à L’internet !

    Donc merci à nouveau à l’auteur, pour cette désacralisation d’un simple outil ( certes complexe, mais outil quand même), et la prochaine fois que vous bricolez et que vous demandez à votre collègue " passe-moi la clé de 17", et qu’il vous répond " Ça tombe bien, je viens d’en acheter une sur internet", reprenez-le et dites-lui "non mon goy, tu l’as achetée sur L’internet" !
    Le réseau n’est pas humain, le réseau n’est pas un dieu, même si les adeptes du zinzinphone rendent le culte tous les jours, à tous moments !
    Remettons cette saloperie aliénante de contrôle et d’espionnage à sa vraie place, celle d’un simple outil !

     

    • #2255890

      Chez moi dans le Morvan on dit "le Jean".


    • #2256018

      Et quoi ? Il faut dire aussi j’ai un profil sur le Facebook et je poste une vidéo sur le Youtube ? Franchement, ne gaspillons pas notre énergie à enculer les mouches.


    • #2256223

      Chez E&R y a du niveau, on parle français correctement. Pas de Madame la ministre, ni d’internet ! Bravo.

      Pour Moucham (erde, je présume), on enculerait les mouches à bien parler. Encore un qui n’a pas compris l’importance de la forme et sa cohérence avec le fond.


    • #2256669

      Depuis quand les règles de l’anglais devraient s’appliquer au français ?

      Et les adjectifs invariables en anglais, on doit aussi adopter ?

      En français, on écrit Internet. On peut omettre l’article si on est dans la généralité et le mettre si, par exemple, la désignation apporte une précision : on va sur Internet (le réseau mondial) mais on parle de l’Internet des objets (pour le différencier de l’autre, celui des humains). On dit aussi qu’on va sur le darknet, car ce n’est pas une abréviation et qu’en plus il y en a plusieurs.

      Mais à chacun sa fixette !


    • #2256760

      Voilà un commentaire qui pourrait être intéressant s’il ne passait pas à côté de l’essentiel : Internet est une abstraction qui n’existe pas réellement...

      D’où son appellation aux origines : le réseau des réseaux.
      Sauf que s’il n’en existait qu’un, je n’aurais pas à utiliser un VPN pour regarder des vidéos sur les chambres à air.

      En gros nous sommes connecté au réseau de notre opérateur, qui lui s’interconnecte à d’autres réseaux, selon son bon vouloir.

      Devrais-je donc dire que je suis connecté à l’internet d’Orange métropolitain ?
      Même cette définition reste flou pour quelqu’un s’intéressant à la technique.

      Maintenant si ce sujet vous passionne, je vous suggère de faire des études d’informatique, puis de postuler à l’académie française... car effectivement le niveau y est très bas.

      Pour un technologie développé dans les années 70, et fonctionnelle depuis 1982... il a fallu attendre les années 2000 pour que la dites académie se penche sur la traduction des termes récurrents.

      Résultats ? 40 ans plus tard nous traduisons toujours les termes "download" et "upload" par "télécharger"... c’est vrai que le poncif "télé", d’une autre époque, et remplaçant la partie signifiante des 2 mots... est sans doute une réponse intelligente à vos angoisses de "désacralisation" ? ^^

      Vous voyez : qu’on soit Goy ou non... ne nous empêche pas de nous croire bêtement dans le camp du bien !


  • #2255842

    Je pense qu’aujourd’hui tout est permis et tout est possible mais il faut y mettre le prix, logique d’une société marchande en expention.

    Et concernant le corps dénudé des femmes je partage ici un peu de mon expérience.

    Je suis photographe et il y a 15 ans j’ai eu très envie de photographier le corps des femmes. Débutant, j’avais développé une certaine habilité à mettre en valeur un modèle et j’étais bien décidé à utiliser mon art et ma technique pour approcher l’intimité du corps féminin qui représentait pour moi alors un vrai mystère.

    Avec les premiers sites dédiés aux rencontres entre photographes et modèles il était très facile de trouver une fille qui accepte de poser dévêtue (souvent en lingerie, parfois nue) en échange des photos. C’était un plaisir en échange d’un autre : être regardée et mise joliment en image pour la fille, et pour moi observer et créer une image qui démystifiait doucement le corps fantasmé et qui en plus me valorisait auprès de mes connaissances (qui pensaient souvent que je devais ’toutes les baiser’ ce qui était faux mais je laissait parfois planer le doute).

    Aujourd’hui il est impossible de trouver une fille jolie qui accepte de poser sans être payée. Entre 50 et 100 pour du portait, entre 70 et 150 pour de la lingerie, entre 100 et 200 pour du nu (tarif horaire !).

    Même des filles très quelconques se permettent d’exiger ces tarifs (en toute illégalité bien entendu), il n’y a que quelques filles grosses ou quelques femmes tristes de plus de 50 ans qui envisagent de poser gratuitement.

    Se pose alors un tas de questions : qui devrait être payé, le modèle ou le photographe ? une séance photo est-elle un acte réel ou virtuel ? Et est-ce une activité saine que de photographier des filles toutes nues ou presque (on peut en juger ici http://bokehmaster.bookfoto.com)

    L’important n’est pas de trouver réponse à ces questions. Je voulais juste témoigner du fait que l’image du corps s’est globalement marchandisée et que les réseaux sociaux ont forcément participés au phénomène.

     

    • #2255977

      une femme est libre d’exiger le tarif qu’elle veut pour poser, qu’elle soit belle ou non c’est son corps sa vie sa dignité son intimité. Qui êtes vous pour oser dire que telle fille vaut tant et qu’une autre ne vaut rien on croirait entendre un marchand d’esclaves là, la photographie ne vous donne pas tous les droits. Tout cela reste du voyeurisme malsain ça n’a rien de naturel et ce n’est pas un travail ordinaire, c’est un peu comme le mec gynécologue hypocrite qui va nous dire qu’il a rêvé de faire ce métier toute sa vie sans aucune arrière pensée, bah voyons !


    • #2256057

      @ pas dupe

      Calmez-vous, je n’ai jamais parlé de droit. Je constate une évolution. Je ne me plains pas. J’ai essayé d’exposer honnêtement mon expérience.

      Il y avait juste la question du modèle qui pose et du photographe qui photographie, c’est un boulot pour chacun, et chacun en tirait un plaisir, dans un contexte amateur. Ça a juste changé, le corps exposé a pris plus de valeur que le travail du photographe.

      Ça ressemble un peu à un commentaire d’une fille concernée... Non ?


    • #2256109

      c’est que ton travail ne vaut pas un clou s’il ne trouve pas acheteur à un prix élevé, par ailleurs le corps n’est pas une marchandise alors quand une fille doit le faire je trouve tout à fait normal qu’elle fixe elle même son prix car son corps lui appartient. On ne fait pas le métier de photographe pour faire du profit à la base mais par passion, ne serait-ce pas cette valeur qui a changé pour toi plutôt ? Les métiers de l’art je connais bien et si tu es bon la reconnaissance monétaire vient d’elle même et vaut largement ton investissement de départ. Point besoin d’être une femme pour s’exprimer sur un tel sujet, il existe encore des hommes capables de respect humain et j’en fais partie c’est tout.


    • #2256184

      @ pas dupe

      Argneux, tout en contradictions et sans aucun rapport avec ce que j’écris. On se calme et on boit frais à Saint Tropez mon gars.

       

      • #2256235

        Laisse tomber les hargneux et continue les photos de nus.

        Par contre beaucoup de photographes de l’ancienne école (40 ans ou plus, donc ton âge) se plaignent de ne devoir photographier que des sexes épilés (cf. photos de ton book), ce qui nuit énormément à l’esthétique d’un corps féminin qui est ponctué d’une présence indispensable à un endroit précis.

        Aujourd’hui on dirait des poupées en plastique, la peau continue de haut en bas sans la respiration nécessaire d’une toison qui ajoute du relief, de la couleur, de la vie. Dans un documentaire ARTE sur le sujet, un photographe trouvait ça d’une tristesse absolue. Je suis d’accord, c’est une vraie faute de goût esthétique et artistique.


    • #2256263

      je vois que la vérité dérange...
      on boit frais à St Tropez dis tu ?
      on photographie surtout dans les camps de naturistes à St Tropez,
      fidèle à toi-même donc...


  • #2255984

    je ne vois pas en quoi des paires de nichons peuvent choquer sur la plage, à la maison en ouvrant ta TV à 20h30 devant les gosses tu vois 2 PD enlacés se rouler des pelles dans "PLUS BELLE LA VIE" ?! franchement sommes nous à cela près...

    la mer (de)... avec son odeur de morues inoubliables...


  • Le désenchantement du monde, c’est plutôt quand les seins sont si désexualisés et banalisés qu’on peut les exposer en public. D’ailleurs, en tant que jeune homme, je subissais la pratique des seins nus plutôt comme faisant partie du harcèlement sexuel libéral-libertaire dénoncé par Soral dès les années 90. Et si mes souvenirs sont juste, il avait critiqué la pratique, la comparant à un homme qui se masturberait aux yeux de tous.

    Cela dit je me suis toujours demandé comment les Européens étaient devenus si innocents à un moment donné. De vrais enfants. Cela a probablement beaucoup à voir avec la morale chrétienne, qui prône la pureté et l’innocence originelle, allant jusqu’à valoriser la castration (Évangile selon Matthieu).

    En tout cas cette histoire de seins nus et la passion qu’elle suscite m’a bien comprendre que je ne suis absolument pas européen, et qu’il n’y aura jamais d’assimilation possible. C’est plus que culturel : quand je vois des groupes de jeunes européens à la plage, dont les jeunes filles en plus d’être très belles ont les seins nus, ce dans l’indifférence absolu de leurs amis mâles, j’ai tout simplement pas l’impression de faire partie de la même espèce (bien que je sois moitié européen..). Quand il y a de telles différences sur un point anthropologiquement aussi fondamental (la sexualité et le rapport au corps), il n’y a aucun rapprochement possible. Mépris et incompréhension mutuels règnent. Les Européens me voient comme un porc lubrique ; je les vois comme des eunuques insensibles.
    Je suis loin de m’en réjouir, mais c’est la vérité et elle doit être dite.

     

    • #2256076

      Dans presque tous les groupes humains anciens, en Afrique, en Amérique, en Océanie ou ailleurs, les seins des femmes ne sont pas sexualisés. C’est purement culturel et conventionnel. Ca n’a rien à voir avec les Européens. Oui c’est lubrique de s’exiter à la vue des seins d’une femme. Il faut juste le reconnaître et en tirer le plaisir qu’on peut.


    • #2256196

      Qui vous dit que ses ’amis mâles’ sont indifférents. Ils sont simplement suffisamment civilisés pour ne pas sauter sur une paire de seins et respectent leurs amies qui prennent la liberté de ne pas les couvrir. Ils trouveront ça beau, même attirant, mais se contiendront. Si cette attitude vous empêche de vous assimiler c’est parce que vous n’avez pas atteint un stade de civilisation suffisant.


    • @ Julien
      C’est faux. Ce n’est pas parce qu’ils sont découverts qu’ils ne sont pas sexuels, de même que les parties génitales. En effet, chez les peuples primitifs existent des règles de pudeur subtiles mais d’autant plus strictes qu’elles se passent de vêtements (postures pudiques pour les femmes, obligation de tourner le dos quand on s’adresse à l’autre sexe, etc.). Les anthropologues ont même parlé de "vêtements invisibles". Ces règles se concentrent beaucoup sur les seins (interdiction d’y poser les yeux, etc.). Car les seins, en plus de leur fonction nourricière, ont évidemment une fonction sexuelle majeure. Le globe mammaire qui leur donne leur volume n’a d’ailleurs aucun lien avec l’allaitement, tandis que son développement est très lié à celui des parties génitales. De tout temps, les hommes ont été attirés et excités par les seins, ce aux quatre coins du monde. C’est également l’unes des principales zones érogènes, dont les femmes peuvent tirer un grand plaisir voire même des orgasmes. Il est quand même triste de devoir rappeler de telles évidences. Mais à vrai dire, plus je lis des commentaires d’hommes affirmant que les seins ne sont pas sexuels, plus je me demande si les perturbateurs endocriniens n’ont pas des conséquences bien plus lourdes sur l’homme que ce qu’on veut bien nous en dire.


    • #2256355

      @ Muget

      N’importe quoi. Avec toujours l’argument massue : si vous n’êtes pas de mon avis c’est que vous êtes dérangé ou fou. Un esprit non perturbé ne pourrait vous contredire.

      ’Vetments invisibles’ à ben oui avec ce genre de théorie on peut tout faire passer.


    • C’est un peu triste mais je partage le même constat que @Muget. Nétant pas d’origine européenne, certains codes "sociétaux" en Europe vont à l’encrontre non pas de mon heritage culturel d’origine mais mon ressenti personnel. Une femme enceinte ou une mère, les nibards à l’air devant ses enfants et la populace me choque profondément. J’ai même vu cet été un père de famille dans son plus simple habit, les bijoux de famille à l’air tenant son gosse dans ses bras. Je suis loin d’être aussi fermé qu’un taliban mais je me dis qu’il y a peut-être une anthropologie propre à chaqu’un des groupes humains. Bien plus qu’avoir les "crocs", côtoyer une femme presque totalement nue (nibard à l’air, string fesses à l’air) me ferait sentir comme un espèce de tocard emasculé. Rien avoir avec savoir se tenir ou une quelconque civilisation. Si celle ci sacrifie toute sanctification, je préfère encore l’état premier. La nudité innocente et non perverse est un anti-érotisme majeur castrateur en particulier pour le mâle. Les femmes qui se dénudent devant des hommes, generalement proches, ne le font pas pour les exciter plus que ça mais parce qu’elles retirent une certaine jouissance dans cet acte castrateur. La femme est un être hautement intelligent, bien plus que l’homme, en terme de compréhension des codes culturels et du ressort psychologique. Nous ne comprenons, nous autres mâles primaires, très souvent que très mal la signification et l’attente de leur comportement.
      Si beaucoup de femelles en Europe adoptent un comportement et des tenues très provocatrices c’est qu’elles prennent un certain plaisir pervers à dompter, castrer leurs mâles, même si dans l’absolu ça ne les rend pas heureuses, en parallèle, et c’est là où on voit tout le vice et la subtilité de la psychologie féminine, elle accuseront bien volontier ces mêmes pauvres ennuques, biberonés au féminisme par leur mère castratrice et l’éducation sociale "égalitariste", de harcèlement espérant en réalité qu’ils les paternent et les dominent.
      Quand Chloé machin, philosophe du samedi soir, dit préférer les noirs, j’y vois une provocation contre le mâle blanc dont elle attend au fond d’elle qu’il sache la remettre à sa place.


    • @ Moucham,
      Ah, la sempiternelle excuse du "respect". Je n’y crois pas un mot. Je suis très observateur et il s’agit bel et bien d’indifférence et non pas de retenue. Aucun regard, aucun émoi, aucun trouble, aucune gêne. Ils n’en ont rien à foutre. Ils sont aussi sensibles aux corps dénudées de leurs amies qu’au torse de leurs potes. Parfaitement innocents et égalitaires. D’ailleurs mes échanges avec ces jeunes Européens confirment en tout points mes observations ("bah le corps est pas sexuel", "le torse de l’homme est tout aussi sexuel que la poitrine de la femme", "je ne peux pas désirer si je ne suis pas amoureux", etc.).
      Cependant je vous l’accorde, cette insensibilité a beaucoup à voir avec la civilisation. Plus précisément avec le degré de civilisation atteint juste avant l’effondrement, lorsqu’on est mûr pour être remplacé. La civilisation aboutit toujours à la faiblesse et à la mort.
      Fier de ne pas être civilisé.

      @ Julien,
      Commencez par Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation de Hans Peter Duerr (son seul tome traduit en français, profitez-en). Du reste j’arrête d’échanger avec vous, être le seul à argumenter est une perte de temps.


    • #2256564

      D’oû le sujet initial !
      Le problème n’est pas d’être nu ou pas mais uniquement une question "d’esprit" une volonté manifeste de faire mal ou pas.
      Les femmes ont ces armes là, elles sont capables d’attaquer à distance, sans que cela ne se voit.
      C’est une question relative à l’éducation et au féminisme.
      Dans les années 70 ou 80 les mentalités étaient très différentes pas parce qu’il n’y avait pas encore de chances sur les plages mais uniquement parce que le féminisme n’était pas aller aussi loin !


    • #2257120
      le 12/08/2019 par jacquedéchante
      Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

      Les vrais enfants ne sont-ils pas ceux qui tendent irrésistiblement leurs mains vers les sucreries, en une pulsion qu’ils estiment comme profondément naturelle ?
      On interdit les sucreries ? Ou on les éduque pour qu’ils comprennent d’eux-mêmes que les sucreries, c’est de temps en temps, voire, qu’il est préférable de s’en passer et de favoriser une alimentation saine sous tout rapport ?
      Vous êtes immature. C’est pas grave, laissez vos notions anthropologiques a leurs balbutiements, et convenez, comme tout adulte respectable, que tout ce qui brille ne vous est pas destiné.


    • @ Inuit
      Nos ressentis sont quasiment les mêmes, preuve supplémentaire de la dimension ethno-raciale de ces différents rapports à la sexualité.
      Cependant, je dois dire que la nudité "familiale", notamment en présence d’enfants, me choque moins que celle de la femme dénudée aux côtés de mâles matures. C’est cette dernière que je tiens pour aberration anthropologique.
      Le sentiment d’être un "tocard émasculé", c’est tout à fait ce que j’ai ressenti sur ces plages d’Espagne ou d’Allemagne, entouré de filles aux seins nus provocants et aux fesses dorées par le soleil, tout en étant réduit à l’impuissance du civilisé. Or dans le même contexte, l’Européen se sent surhomme évolué qui maîtrise ses pulsions. Fossé anthropologique gigantesque et infranchissable.
      En fait, il y a quelque chose d’injuste et misandre dans cet ordre moral où la retenue n’incombe qu’à l’homme. Dans une société équilibrée, le contrôle incombe aux deux sexes : les hommes maîtrisent leurs pulsions, et en contrepartie les femmes couvrent au moins les parties les plus sexuelles de leur corps (dissimulation qui peut se passer de vêtement, cf. mes commentaires sur la pudeur des peuples primitifs). Une sorte de contrat tacite, égalitaire, où ni l’homme ni la femme ne peuvent se comporter en animaux (viol/agression pour lui, exhibition pour elle). En revanche, lorsque cet effort de contrôle n’est exigé que d’un seul sexe, on sort du cadre de l’égalité et du respect mutuel : dissimulation intégrale de la femme ou castration totale de l’homme. La castration exigé du mâle en Occident est en fait une burka mentale (un reporter qui avait travaillé sur les naturistes dans les années 50 avait d’ailleurs parlé de "corps libérés mais esprits enchaînés").
      Tout à fait d’accord également sur la perversion féminine consistant à frustrer le mâle pour se sentir puissante. C’est ce que Soral appelle "démarche perverse de frustration". Je suis persuadé que beaucoup de femmes en tirent même du plaisir sexuel. Au fond, c’est l’équivalent féminin de l’agression masculine. Cela dit, dans beaucoup de cultures (Allemagne, Espagne, Scandinavie, etc.), l’indifférence au corps féminin est telle que les femmes s’exhibent vraiment innocemment, ignorant totalement que leur corps puisse susciter le désir.
      Quant à Chloé, coucher avec l’allogène est le compromis qu’elle a trouvé pour satisfaire ses besoins sans fauter moralement, sa morale exigeant certes castration mais aussi amour inconditionnel de l’Autre.


    • @ jacquedéchante
      C’est drôle mais enfant je n’aimais pas les bonbons. La maturation doit se faire en sens inverse chez moi.
      Le désir pour la femme n’est pas "estimé" profondément naturel, il l’est. Et il est bien la seule chose qui chez l’adulte pouvait encore susciter la volupté provoqué par le bonbon chez l’enfant. La dernière magie qui restait à ce monde moderne désenchanté. Mais la civilisation vous l’a volé. C’est pas grave, c’est le cycle de l’histoire. On évolue jusqu’à un point de non retour, puis on se fait remplacer par des immatures encore vigoureux, qui finiront également civilisés puis remplacés, et ainsi de suite.


    • #2264618
      le 24/08/2019 par jacquedéchante
      Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

      Drôle, je n’en sais rien, je n’ai jamais franchement aimé les bonbons. Enfant un peu, aujourd’hui, je les laisse aux enfants sans attendre un merci, et ainsi, ils pressentent qu’en vérité les bonbons, c’est un peu caca...

      Et de là, vous allez partir à dire : "Ah ! Vous voyez ! Vous êtes de ces gauchistes laxistes et blablabla...".

      Oui, vous avez un problème d’assimilation, mais plus intellectuelle que territoriale.


    • #2264724
      le 24/08/2019 par jacquedéchante
      Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

      Oui, c’est l’idéologie des masses dans toute sa lourdeur. Y voir une sorte de privilège est le signe d’un profond malaise intellectuel puisqu’en son sein l’intellectualité vraie a disparu, remplacée par le rationalisme pur, fils de la Raison. Lorsque l’amour est mathématisé, et que chaque geste est compté pour ce qu’il vaut, non en tant que dévouement comme il n’y parait, mais comme l’ombre salvatrice du numéraire lui-même et encore. Et cette idéologie du Merci ! Parlons-en !
      Les âme délicates pulvérisées en résidus mort-nés.

      Oui, tout ça est consternant, mais se faire esclave d’un système tout dévolue à la matière est encore plus misérable. Lorsque est confondu la tristesse et la joie ; lorsque le courage est vu comme une lâcheté. C’est comme ça ! C’est la vie qu’il raisonne abrutis ! Lâche !
      Lorsque les mots qui ont un sens ne sont plus compris par les vôtres, lorsque les actes en Force ne le sont pas davantage ; lorsque tout ce qui est nouveau est consommé comme friandise et ce même si le mal en résulte jusqu’à l’aveuglement et jusqu’à l’esclavage ; tout ça est consternant qui rime avec l’époque présente.

      Alors, à aimer les femmes, ou le croire, est lorsque Dieu vous fracasse à genou par sa jalousie, "et encore et encore le voilà qui goute au poison comme une raison d’être", d’avoir inséré entre Lui et vous une créature, que le Coeur est meurtrie jusqu’à s’en faire mort à lui-même. L’homme se tient ici.

      Oui, j’ai la rage. Vous n’imaginez pas. Non, vous n’imaginez pas. Mais mon coeur, s’il est peut-être mort à un certain point de vue, ne se laissera pas compter comme un vulgaire chiffre de plus. Dans cet univers du corporel et rien d’autre ! Rien !

      Une prison. La prison partout ! Trahi ! Le règne du mensonge ! la femme-produit produite produit la mise à mort d’un air convaincu. Convaincu, les mots parlent. Et je devais l’aimer ? Ou plutôt m’y soumettre ? Alors qu’elle hurle à la victoire sous le poids de chaines qu’elle ne veut pas quitter ? Par orgueil ?!!

      Soumets-toi ! qu’elle Te dit !

      Dans cette funeste entreprise de domination rationalisée, la femme est l’appât, crochetée qu’elle est par le bout de son nez qu’elle en louche à n’y plus rien comprendre !

      Et l’homme, pour peu qu’il en puisse être, en devient l’ennemi, une entité qu’elle ne comprend pas : Qu’elle n’a jamais compris.

      Alors, c’est peut-être moi l’immature, l’éternel enfant, mais mieux vaut être un enfant libre que tout autre chose ; parce que c’est de choses qu’il s’agit en cette ère.


  • #2256009

    Une femme nue n’est pas plus belle qu’habillée et en fait moins désirable. C’est curieux mais c’est comme cela. Rappelons que "Calypso" vient du grec, "la voilée". D’où "apocalypse", le dévoilement.

     

    • Les seins nus sont moins aguichants que des maillots échancrés... et une femme ne va pas à la plage pour aguicher..
      Si les hommes ne veulent pas de femmes seins nus, alors qu’ils renoncent au torse nu, eux aussi ;..
      Quant aux non-Européens je leur rappelle qu’à Rome on fait comme les Romains... s’ils ne peuvent pas, qu’ils rentrent chez eux.
      PS Le problème c’est que les hommes imaginent que les femmes ont envie d’être désirées par tous... alors qu’en réalité chaque femme ne s’intéresse qu’aux hommes qu’ELLE désire, les autres n’existent pas.


    • @ Anita

      En fait on se fiche des intentions de la femme lorsqu’elle se dénude, et personne n’ignore son ultra-sélectivité sexuelle. Le fait est que son corps a un pouvoir sur tous les mâles normalement constitués, y compris ceux - l’écrasante majorité - qu’elle ne désire pas. Et ça c’est violent, égoïste et donc immoral.
      Quant à la comparaison entre le torse masculin et la poitrine féminine, elle relève de l’égalitarisme le plus délirant et irrationnel. Les hommes et les femmes dans leurs corps, leurs rapports au corps de l’autre, leurs désirs, leurs sexualités sont tout à fait différents.


    • @Muget
      Mais on se fout des désirs des hommes ( surtout quand ils sont étrangers) qu’ils se tiennent ou qu’ils se cassent.
      Depuis plus de mille ans la civilisation européenne idéalise la maîtrise des pulsions.masculines ; et nous devrions y renoncer sous l’influence de sémites libidineux ( par sémite,j’entends de culture sémite, quelle que soit l’origine ethnique) ? NON et NON.
      PS Si vous me dites que vous êtes un Français européen , je m’en fiche, vous avez avez été contaminé par ce qu’il y a de plus bas, un peu comme les enfants de ma soeur, des blondinets aux yeux bleus qui parlaient avec l’accent racaille avant qu’elle ne les sorte de l’école poubelle et qu’elle les mettent à Stanislas...


    • @ Anita

      Je sais bien que la civilisation chrétienne, gynolâtre et misandre, se fiche des hommes, tenus de se castrer, de devenir des femmes comme les autres et de la fermer. Et bien évidemment je ne suis pas tout à fait européen. Or le problème, c’est que la "maîtrise des pulsions masculines" qu’idéalise effectivement votre morale ne concerne pas seulement la sexualité, mais aussi la violence, car elle exige des eunuques complets. Ce qui devient embêtant lorsqu’il s’agit de virer des allogènes gênants dans mon genre, qui ne veulent pas se casser d’eux mêmes... Méfiez vous également de toutes ces Européennes qui, s’ennuyant de la chasteté de leurs hommes innocents, trahissent leur civilisation en succombant à l’appel de la nature...
      Bref, il y a quelque chose de contradictoire à tenir un discours dur au nom de valeurs molles.


  • #2256030
    le 11/08/2019 par Jules Porcinet & Marcel Cochonou
    Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

    entre une belle femme en monokini et une mocheté de Belphégor en burkini
    il n’y a pas photo ! le choix est tout fait :
    c’est la belle femme avec ses beaux lolos qui l’emporte haut la main !

    les Burkinettes ... Elles...peuvent aller se rhabiller !
    et rejoindre Belphégor au musée du Louvre !

     

  • les migrants n’ont pas les codes culturels, c’est une blague ?
    donc il existe une culture du viol et une culture du non viol ?
    vous rêvez, tout être humain sait très bien lorsqu’il commet quelque chose de mal, même si il ne l’admettra pas, il y a toujours quelque chose au fond de lui (sa conscience) qui le lui rappelle, même si c’est fugace, et même si ça ne dure qu’un quart de seconde, car Dieu a conçu des hommes et non des bêtes, cela n’a donc strictement rien à voir avec la culture, mais bien avec un choix conscient de ces personnes de salir et détruire l’autre, et de s’adonner au vice, dit autrement : on a affaire à des criminels et à des assassins, pas à des incultes ou à des ignorants (quel euphémisme !), et c’est voulu, et nous sommes, nous, avec nos femmes et nos enfants LA CIBLE

     

  • #2256061

    Les filles ne se mettent plus les seins à l’air à la plage, ni ne portent des mini jupes, ou des hauts talons, à cause des arabes qui les traitent de pute et de la culture du RAP musique de singe grossière et débiltante ; les filles sexy on disparu, elles ont peur d’être des femmes. Une française rousse à la peau blanche comme neige, à la poitrine généreuse m’a dit," quand j’ai travaillé dans les pays arabes, j en’arrêtais pas d’être tripotée, embêtté, quand j’ai travaillé en Afrique, jamais personne ne m’a ennuyée même seule blanche au marché à 22 heures !!!" Tout est dit là !

     

    • #2256250

      J ai hélas la même opinion que votre amie. Je m explique : jamais au grand jamais, un belgo-belge ou un belgo-africain ne m a manqué de respect. Les insultes les plus crues et sordides que j ai pu entendre ou lire à mon égard, provenaient de mes "congénères". Le comble du comble, j ai été insultée par ce que j étais juste une meuf vêtue sans peaux ou parties du corps apparentes, et de surcroît avec un maquillage discret ! Non, j ai été invectivée parce que j étais une meuf sans voile, non accompagnée et qui donnait l impression de ne pas être entretenue par un mari ou l Etat-providence. Et le pire du pire, c est que j ai ni la dégaine d un un top-modèle, ni celle d une fière prétentieuse qui se la joue "riche héritière".


    • Entre les malades du sexe et de la violence arabo-musulmans et les eunuques innocents européens, n’y a-t-il pas d’alternative ?


    • Totalement d’accord avec Muguet, néanmoins il ne faut pas généraliser à outrance, l’harcelement sexuel est plus présent chez les "arabo-musulmans" avec très souvent des individus frustrés qui justifient leur frustration par une morale religieuse à 2 balles, mais beaucoup aussi savent respecter les femmes et les séduire "correctement". Mais effectivement, entre harceler les femmes parce que frustrés et devenir leurs égaux en s’habillent comme elles notamment, il existe bien une troisième voie plus mesurée.


    • pas d’accord
      ceux qui sont nés en france comme moi s’en foutent
      la majorité qui viennent du bled .... est justement venu pour ca.

      le probleme est ailleurs.. à la télé qui lave le cerveau à tout le monde.
      et les mosquéés salafistes que le gouvernement Sarkozy à installé en France.


  • Quand je revois ces affiches d’Avenir, je me dis que la liberté que nous avions dans les années 80 est, hélas, bien loin...elles me manquent beaucoup, ces 80s...

     

  • peut -être simplement que l’age moyen des françaises augmente et qu’on montre avec moins d’enthousiasme ses seins à 40 ans qu’a 20 ???


  • Pour étayer mon propos concernant le désenchantement du monde, deux citations de penseurs français :
    - « Si je tonne contre la destruction des digues libérant un flot (par exemple) d’érotisme fessu, pileux et mammaire, ça n’est pas parce que fesses, poils et mamelles me choquent, mais parce que, à force de répandre le vice, les sources profondes d’où il jaillissait seront taries » - Jean Cau
    - « La pudeur est le parfum de la volupté ; la satiété est l’arôme du dégoût. Et la pudeur accroît la volupté, comme la satiété l’écœure » - André Suarès

    Seins nus et pornographie, même résultat : la disparition de l’érotisme, l’unes des dernières magies qui restaient à ce monde moderne. Hélas détruite par l’idéal puritain et castrateur de "retour à l’innocence originelle", paradoxalement combiné à son opposé, la décadence marchande lubrique.

    Et comme je vois qu’on tire à boulets rouges sur les Arabo-musulmans dans les commentaires (souvent à juste titre d’ailleurs), je vais un peu me lâcher moi aussi sur le camp d’en face.
    On lit souvent des Européens se vanter d’émanciper sexuellement de jeunes "beurettes", coincées dans leur carcan familial et religieux, les interdits et tabous qui vont avec. Or moi le jeune (moitié) Maghrébin, très souvent quand je couchais avec une fille ou même une femme venant d’un milieu très européen et qui n’avait connu que des Européens avant moi, j’avais l’impression de lui faire découvrir... son propre corps, dont elle semblait tout ignorer des désirs et plaisirs qu’il pouvait susciter. Des corps soit disant libérés mais en fait morts, non désirés, que je ramenais à la vie. Et elles en redemandaient, jusqu’à me recontacter après même qu’elles se soient mises en couple avec un mec de leur milieu.
    Je me rappelle tout particulièrement de cette adepte du naturisme, qui avait voulu m’y initier. En ethnologue, j’avais accepté, mais n’étant pas innocent, l’expérience avait rapidement commencé à déraper. Elle est restée mon amante pendant des années. Elle qui prétendait pourtant avoir beaucoup d’expérience et que les naturistes de son milieu étaient des mâles comme les autres, j’avais l’impression de lui avoir fait découvrir le sexe.
    Serait-ce l’unes des raisons - conscientes ou inconscientes - pour lesquelles les femmes votent quasi systématiquement pour l’immigration et les migrants ?

    Bref, il y a dans cette indifférence des Européens vis à vis du corps féminin quelque chose de morbide, de l’ordre du renoncement à la vie.

     

    • #2256383

      et inversement @Muget il y a beaucoup et plus que l’on pourrait bien le croire de femmes Arabes et Maghrébines qui ont découvert qu’elles étaient femmes grâce à des Occidentaux en général et à des Français en particulier !

      mais Bon de là à crier un Cocorico de la quéquette tricolore sur tous les toits !


    • J’ajoute que c’est ce même renoncement morbide qui est à l’oeuvre dans l’absence de réaction des Européens face aux violences et menaces allogènes dont ils sont victimes, dans le "vous n’aurez pas ma haine", dans le véganisme, l’antispécisme, etc. On ne bande plus sur la belle femme nue, on ne défend plus son territoire et ses proches, on ne tue plus pour vivre. Tout ça est cohérent.
      Et par conséquent, attaquer les immigrés au nom de la nudité féminine a quelque chose de contradictoire. On ne défend pas avec force quelque chose de faible.


    • #2256474

      Cela m’étonnerait vraiment. Les arabes sont les pires amants du monde. C’est bonjour Madame au revoir Madame, zéro préliminaires, zéro respect, de gros complexés vicieux.
      Aucun respect de la femme et je dirais même aucun amour de la femme. Les meilleurs amants sont les Français en premier les italiens ensuite.


    • #2256475

      Les femmes ne sont certainement pas pour l’immigration et les migrants. Les femmes sur les plateaux télé peut-être. Ou les parisiennes dégénérées peut-être. À la rigueur celles des très grandes villes. Et je peux te dire qu’en province et en campagne, les femmes sont profondément anti étrangers et pire anti migrants. J’en sais quelque chose,


    • @ L’zObs
      Effectivement c’est ce qu’on lit souvent et je l’ai mentionné dans mon commentaire.

      @ Christa
      Bon, plus jeune j’ai "sous-traité" la sexualité de nombreux couples blancs citadins dont l’homme n’était pas très "porté sur la chose", d’où une grande frustration de la fille que le premier autorisait souvent à aller voir ailleurs pour la satisfaction sexuelle. Mes "collègues" étaient presque toujours des Maghrébins ou des Noirs (nés et éduqués ici cependant), mais aussi quelques Blancs et par n’importe lesquels : des flics. Amusant lorsqu’on sait que les couples citadins en question étaient parfaitement gauchistes.


    • #2256792

      @Muget

      Commentaire intéressant. Il est vrai que les relations hommes/femmes sont bien tristes, et ce depuis longtemps. Morbide ? N’allons pas jusque là, même si dans certains cas.... Une conséquence du monde moderniste, avec son désenchantement qui pourrit tout.

      Mais je rejoins aussi @l’obs : tous les peuples occidentalisés sont concernés.


    • @Christa
      Je reconnais volontier qu’on trouve d’avantage d’"Arabes" (en réalité Maghrébins ou autres typés arabe) irrespectueux et frustrés qu’on n’en trouve ailleurs, mais il ne faut pas non plus généralisé. Beaucoup de Maghrébins, Levantins (et autres typés arabe) sont aussi de grands séducteurs ayant beaucoup de succès auprès des femmes. J’ai l’expérience de la double culture et donc je suis assez bien placé pour connaître les qualités et les défauts des uns et des autres , il ne s’agit donc pas de savoir qui a la plus grosse. C’est vrai que les Ouest-européens sont en moyenne plus respectueux, fidèles et sérieux que les "Arabes" mais les seconds ont aussi d’autres qualités plus développées. Par exemple, lorsqu’on prend le métro ou le bus en Europe de l’ouest, très souvent les hommes ne laissent pas leur place aux femmes, ce qui se fait beaucoup plus au Maghreb. Je pense que la culture égalitariste en Europe de l’ouest où la femme est littéralement l’égale, indifferenciée, de l’homme, c’est à dire qu’on en a fait un homme comme un autre, a tué tout érotisme et galanterie. Il est inconcevable dans la culture arabo-musulmane que la femme participe financièrement, à l’égal de l’homme, aux frais du foyer.
      Si l’oppression excessive de la femme qu’on peut retrouver dans certains contextes dans les sociétés arabo-musulmanes n’est pas souhaitable, dans l’autre sens, l’indifferenciation et donc la masculinisation de la femme ou la féminisation de l’homme est aussi une catastrophe pour l’épanouissement des 2 sexes et donc de la société tout entière. Sans vouloir faire la morale, aujourd’hui en Occident, on se retrouve avec des mâles castrés dans leur expression masculine, élevés très souvent par des mères célibataires qui prennent un malin plaisir à castrer leurs fils compensant ainsi leur propre manque affectif. Sans oublier aussi la culture sociétale générale qui a bien appris aux hommes à se tenir comme de bons petits garçons qui ne doivent pas draguer, protéger, taquiner, oser... Il suffit de sortir en été pour voir la dégaine générale du mâle ouest-européen moyen, bien sage, suivant sa compagne au pas, habillé comme elle (short Chino ou jean, t-shirt coloré en V, chaussures converses ou unisexe) pour s’en convaincre. Quant à ceux qui se plaignent des allogènes, ils devraient savoir que c’est justement cette féminisation de l’homme ouest européen qui a permis leur installation.


    • #2257031
      le 12/08/2019 par jacquedéchante
      Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

      Magnifique André Suarès ! Quelle plume !


    • @Muguet qui êtes vous ?


  • #2256282
    le 11/08/2019 par L’Incorruptible
    Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

    « Les femmes ne consomment pas de pornographie, certes... »

    Pardon ?

     

  • #2256492

    Il existe une ségrégation sociale balnéaire.
    Il y a les plages où les femmes sont relativement tranquilles et d’autres où elles se font littéralement harcelées.
    Et évidemment le taux d’immigrés et de descendants d’immigrés est une donnée importante. Vous pouvez vous mettre seins nus dans les plages du Finistère et être tranquilles alors que dans le sud ... Pas pour rien que là bas les plages privatisées font un tabac !


  • Je suis musulman patriote et je me réjouis de cette évolution des mentalités. Mon grand-père défunt (que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui) a subi de plein fouet ces agressions visuelles pornographiques dans les années 70/80 alors qu’il était venu modestement reconstruire la France qui ne savait pas se prendre en main.

    On le pousse à venir travailler tel un esclave dans le "pays des lumières" et en récompense les femelles de France lui présentent leurs seins sur les plages, à la télévision, dans les publicités.
    Même s’il ne parlais pas beaucoup (nos anciens ont toujours été pudiques), il évoquait parfois ces trainées.

    Quand est-ce que les francais comprendront que nous sommes pudiques ?

    Ce besoin de pureté qui est inhérent à sang m’a poussé à réaffirmer ma foi, encore plus que mes ascendants, tout en étant reconnaissant, en partie (ne parlons pas de la colonisation pour ne pas nous fâcher lol), envers ce pays d’accueil qui, je suis sûr, finit par prendre la bonne voie (je constate de plus en plus de chasteté et je pense que c’est une des valeurs ajoutées de l’Islam). Grâce à nous, la France va renouer avec ses vraies valeurs.

     

    • #2256701

      Vous savez quoi, j’ai une idée : et si vous retourniez dans le pays d’origine de votre grand-père ?

      Au lieu d’emmerder ce pays pour qu’il devienne compatible avec l’Islam, vous vous barrez et trouvez enfin la paix dans un pays qui est déjà totalement compatible avec votre vision des valeurs de l’Islam. Vu le paradis que ça doit être là-bas c’est même à se demander pourquoi votre grand-père s’en est barré pour venir dans l’enfer de la civilisation occidentale où il y a même des ... femmes aux seins nus à la plage ! Jésus Marie Joseph ... Ah non, excusez-moi, que Allah me frotte les yeux à l’harissa !

      La France, avec le radicalisme islamique qui emmerde tout le monde, est justement en train de perdre totalement ce qu’elle a été : le pays de la liberté de penser ce qu’on veut, de dire ce qu’on pense, et de s’habiller comme on veut.

      Tout ça parce qu’à la tête du pays, les eunuques qui se succèdent prennent le fric de pays moyenâgeux avec lesquels ils ne veulent pas se mettre à dos, car c’est mauvais pour le sucrage des fraises et les bakchichs en temps différé quand on quitte ses fonctions pour aller palper son blé.

      L’Islam n’est certainement pas dans les valeurs et les traditions de ce pays, pas plus que le bouddhisme, le judaïsme ou la scientologie.

      Mais bon, quelque part je vous comprends : tant que ce pays se laissera faire comme la bonne putain soumise qu’il est devenu, pourquoi ne pas continuer, n’est-ce pas ?

      Toutes les associations communautaires auxquelles la gauche a donné le pouvoir de faire des procès à des individus l’ont compris.


    • #2256794

      @Chems

      La France a été reconstruite bien avant 1970.... Et pas par les zimmigrés, ou alors faut compter les quelques Portugais, Espagnols et Italiens.

      "Grâce à nous" ou à cause de vous plutot...


    • #2256828

      Jamais compris ce mythe de ’’ on a reconstruit la France ’’. Les trois quarts d’entre vous sont arrivés avec le regroupement familial entre les années 70’s et 80’s.
      Comme si vous portiez le monde sur votre dos et que les Français, et immigrés Européens ne comptaient pas.

      Si vous aimez reconstruire des pays, y’en a un de l’autre côté de la méditerranée qui ressemble à une poubelle à ciel ouvert.

      Je pense que votre arrogance vous perdra. Pour l’instant les Français sont amorphes, mais n’oubliez pas qu’ils sont chez eux, et que si ça pète, eux n’ont pas de double-passeport, ils ont pas de nation où se replier.

      Si vous êtes que E&R et que vous êtes patriotes, ne commencez pas pas à appeler de vos vœux une mutation des mœurs, ni à nous envoyer des piques sur la colonisation. Jouez plutôt l’apaisement.


    • #2256842

      Je suis française ET pudique, et beaucoup le sont, je m’en rejouis, comme disait Raimu, dans l’oeuvre de Pagnol, " la pudeur, c’est un très joli sentiment ", d’ailleurs les enfants sont naturellement pudiques, j’ai remarqué que les gens du Sud , comme moi, sont beaucoup plus pudiques que ceux du Nord, qui n’ont aucun complexe à tout exhiber sans demander votre avis, malheureusement, ce n’est pas toujours beau à voir, et bien moi, j’avoue et je revendique mon droit à la décence et à la pudeur, en plus il y a beaucoup plus de séduction quand on en montre moins , franchement, Mme Marie Myriam, elle était belle ? Non, elle a fait le buzz et a empoché une belle liasse de billets c’est tout ! Respectons les autres et soi même !


    • @ Chems
      Votre commentaire est si caricaturalement colonialiste que je me demande si vous n’êtes pas un troll. Je suis moi même en partie d’origine maghrébine et j’ai au fond beaucoup de mépris pour bien des aspects de la civilisation européenne (notamment ce rapport castré au corps), mais je m’efforce de garder ça pour moi car les Européens sont chez eux.
      Les valeurs de la France (et de l’Europe), ce sont celles du christianisme : innocence, égalitarisme, féminité, castration. Valeurs incarnées par la femme nue toute puissante. Rien à voir avec l’Islam.

      @ NoHope
      Ne voyez vous vraiment aucune contradiction dans le fait de prôner une culture castratrice tout en dénonçant les "eunuques" qui vous gouvernent ? Ne voyez vous pas le lien entre les deux ?


    • #2257065

      Muget,

      Tout au long de l’Histoire de France, des chevaliers très chrétiens ont bouté à plusieurs reprises les musulmans et bien d’autres hordes de envahisseurs hors de France, tout en construisant des châteaux défensifs aux quatre coins du pays et en menant des croisades pour libérer la terre sainte, ça, c’est le véritable christianisme, qui n’a pas grand chose à voir, vous l’admettrez, avec l’image édulcorée que vous vous en faites aujourd’hui. A votre décharge, ce sont les médias qui se chargent de répandre cette version fallacieuse auprès du grand public, ainsi qu’auprès des fidèles eux mêmes, car il est évident qu’un retour au christianisme véritable signifierait un retour de la Justice et donc la fin des vols, extorsions et autres pillages que le peuple subit actuellement, ce que toute personne vivant de l’ombre redoute plus que tout.


    • @athena
      Même si vous êtes pudiques, excusez-moi pour mon honnêteté mais je continue à trouver qu’il y a toujours quelque chose de vulgaire chez les européennes même quand elles sont habillées.


    • @Cléon
      Je comprends votre mépris, on a jamais eu de merci pour tout ce qu’on a fait. Mon grand-père etait dans le batiment, il en a reconstruit des maisons détruites par les bombardements et combien de français racistes vivent leurs fesses bien au chaud dedans sans s’imaginer qu’ils le doivent à un "arabe"...


    • #2257102

      Dites Muguet, vous êtes quand même au courant que les Croisés ont été les dindons sacrifiés de la farce desdites croisades, les élites les ayant alléchés sous le prétexte de délivrer le tombeau du Christ, alors qu’il y avait en réalité une convoitise des épices : "Au Moyen Âge, lorsque les croisés européens envahissent la Terre sainte à la recherche du tombeau du Christ, ils sont estomaqués par la présence d’une si grande variété de ces divines épices qui transforment le goût des aliments et aromatisent les maisons, les rues et le corps humain. Cette découverte fascinante des épices et de leurs diverses applications va changer la face du monde. La course pour dominer le commerce extrêmement lucratif des épices, et ainsi renverser le monopole arabe, vient de s’amorcer.
      Les Espagnols, les Génois, les Vénitiens, puis les Portugais et les Hollandais, se lancent à corps perdu dans ces aventures maritimes qui leur rapportent fortune et gloire.
      Que ce soit le génois Colomb, le Français Cartier, les Espagnols Magellan et Cortés, ou les Portugais comme Henri le Navigateur, Bartolomé Diaz ou Vasco de Gamma, tous ont comme mission officielle d’aller évangéliser les sauvages, bien sûr, mais plus concrètement de ramener de l’or et des épices rares aux financiers de leurs entreprises.
      C’est ainsi qu’au gré de leurs expéditions maritimes, ils découvrent, et colonisent, plusieurs îles des Antilles et du Pacifique, les pays côtiers de l’Afrique, les trois Amériques dont le Canada, pour ne nommer que ceux-là.
      Mais cette quête effrénée à la richesse qu’apportent ces petits condiments noircissent aussi les pages de l’histoire des pires atrocités commises par l’homme dit « civilisé ». « Ni Vasco de Gamma, ni Joâo de Nova, ni Alfonso de Albuquerque ne s’embarrasseront donc de scrupules. Couper les mains, les pieds ou les têtes des indigènes récalcitrants... faisait partie de l’ordinaire. De même que découper des commerçants rétifs et les lui envoyer en lui conseillant de les accomoder au curry... c’était le prix à payer pour édifier un empire qui allait prendre le contrôle du commerce des épices en Orient, détrôner les Arabes, abaisser les puissances vénitienne et génoise et développer son négoce en Europe du Nord ». SUITE


    • #2257104

      SUITE à "espoir" : (Patrice Gélinet, 2000 ans d’histoire gourmande).
      Voilà pour les conquérants portugais. Mais leurs redoutables concurrents, les Hollandais, n’hésitent pas à recourir à l’esclavagisme pour réduire leurs coûts et ainsi accroître substantiellement leurs profits.
      Ni à procéder à des carnages de populations entières, à détruire leurs récoltes et incendier leurs villages pour créer une rareté et faire grimper les prix aux consommateurs. Le capitalisme sauvage, barbare, ne date pas d’hier, comme on peut le constater. On assassinait allègrement pour une poignée... d’épices."


    • #2257130

      @Chems
      Les "arabes" ont construit les maisons après guerre pour les Français racistes qui ne disent pas merci ? T’es en plein délire... Il était bénévole au moins ton grand père ?
      Et commencer par te demander ce que tu dois à la France et aux Français, c’est envisageable ?


    • #2257142

      @Chems

      Raté.

      Mon grand-père est Algérien, j’ai un nom de famille Algérien. Mon père est né en Algérie en plein conflit.

      Il ne nous a jamais parlé Arabe, il a fait baptiser ses enfants, il ne nous a jamais fait chier avec la repentance, et il savait très bien ce qu’était le FLN, et il arrivait à percevoir la guerre d’Algérie dans sa complexité.

      Il a bossé ici comme tant d’autres, sans jamais avoir la prétention de porter le monde sûr ses épaules.

      Ce qui fait que les gens de ta communauté me prennent pour un de souche.
      C’est ça, une assimilation réussie.

      Faudrait que ta communauté pense à se remettre en question de temps en temps et arrêter de chouiner et de hurler au racisme à chaque fois qu’on ose remettre en cause votre vision du monde.

      T’es sur E&R, mais t’utilises des arguments de profs d’histoire-géo de zones sensibles.
      Traine un peu du côté de chez Bernard Lugan, sa lecture de l’histoire est corroborée par tous les Algériens honnêtes ( souvent des harkis).

      Va vraiment falloir arrêter de nous chercher avec la colonisation.


    • @ espoir

      En réalité, le christianisme traditionnel viril et réaliste que vous vantez est un égarement né de la récupération et de la dénaturation de cette religion par l’empire romain vieillissant dans un but temporel. Dénaturation aggravée par les cultures barbares par la suite. Le Moyen Âge, c’est un guerrier germanique (le chevalier) qui prie dans un temple romain (église) avant de partir guerroyer son prochain sur ordre du grand chef de la religion païenne romaine, le Pontifex Maximus (le pape). Bref une civilisation européenne légèrement saupoudrée de christianisme.
      D’accord pour la Justice, mais c’est précisément celle portée par l’extrême gauche.


    • #2257227

      Quand est-ce que les francais comprendront que nous sommes pudiques ?



      Ça on l’a bien compris, encore que j’ose affirmer que ce n’est pas une pudeur authentique. Mais bref du coup c’est comment ? faut qu’on s’adapte à votre pudeur dogmatique qui confine au totalitarisme ou t’es juste en train de te foutre de la gueule du monde...

      Au passage, le sein n’a rien de sexuel au départ, ça sert à nourrir les bébés.



      Grâce à nous, la France va renouer avec ses vraies valeurs.



      Vous comptez vous y prendre comment ? Je suis pas contre le projet... mais tu délires. Parce-que en vrai au sein de ta communauté, il y a tout un tas de guignols qui devraient également renouer avec les vraies valeurs de l’islam... donc au lieu de regarder la paille dans l’oeil du français regarde plutôt la poutre dans le cul de ton coreligionnaire.

      Et le délire de "mon pauvre papa tout gentil est venu bien sagement se faire exploiter par les salauds de français pour reconstruire leur pays"... je sais pas si t’es au courant mais le créneau de la victimisation est déjà pris par une autre communauté.
      D’ailleurs on l’a poussé à venir travailler dis-tu ? c’est à dire qu’il n’a pas eu le choix ou est-il venu de son plein gré en pensant qu’il gagnerait plus d’argent qu’au bled ?

      Et sinon pour toi ça va, t’as une vie décente en France ? ou t’en veux à ton père d’être venu dans ce pays d’immondes esclavagistes ?


    • @Chems
      "On le pousse à venir travailler tel un esclave"
      Carcan au cou et chaînes aux pieds ? Fusil pointé dans le dos ? Pas de salaire ? Pas de droits ?
      Le monokini est autorisé en France, bien ou mal est un autre débat.
      Ton commentaire est l’équivalent de celui d’un expatrié français en Arabie saoudite qui serait outré que l’on n’y interdise pas le port du voile qui choque sa vision égalitariste de la femme.


    • #2257284

      Muget

      Non, notre Histoire ne se trouve pas dans les manuels Nathan. Résumé rapide, pour remettre les choses au clair et surtout à l’endroit :

      Quand le christianisme est apparu en Gaule occupée, les gallo romains l’ont embrassé de leur propre chef et ont abandonné les cultes qui avaient été importés dans leur pays par les romains, ainsi que les anciens cultes barbares. Dès le départ, ceux qui allaient constituer le peuple de France ont eu une affinité très particulière avec la spiritualité chrétienne, qu’ils ont reconnue comme la Vérité, et le Moyen Age constitue à peu près dix siècles de développement de ce peuple inspiré par la foi chrétienne.

      Tous se convertissaient, les Rois et les Chevaliers, car tous voulaient plaire à Dieu et agir selon Sa volonté. Le Moyen Age, c’est donc un guerrier franc qui se convertit, prie dans une église érigée par des francs, et part faire la guerre pour défendre son pays, son peuple ou sa religion. La première Croisade a eue lieu parce qu’un moine, Pierre l’Ermite, s’est mis à prêcher dans la rue qu’il fallait libérer la terre sainte, et non parce que Rome l’aurait commandée.
      Votre version de l’Histoire ne comprend justement pas notre Histoire, comme si nous n’étions jamais sorti de l’Occupation ou de l’influence romaine, alors que la France a bien eu son destin propre, qu’il y a eu des papes français, et que la papauté à un moment donné a été installée dans notre pays. Celle-ci d’ailleurs n’avait pas le pouvoir que vous lui donnez de tout commander, ça, c’est l’une des nombreuses inventions de la franc maçonnerie pour couper les français de leurs ancêtres, de leur Histoire et de leur propre spiritualité. Le rôle de la papauté était spirituel (sauver les âmes) et la mission des Rois sur terre étaient de garantir la sûreté dans leur pays à leur peuple et de préserver l’accès à la spiritualité.

      On parle donc là de la civilisation française, complètement portée et inspirée par le christianisme et ses valeurs, que l’on retrouve autant dans les décisions prises par les Rois que dans la façon dont nos ancêtres organisaient leur vie (très grande importance accordée à la famille et à la lignée, au point qu’une très grande partie des droits élaborés reposés sur la préservation de celle-ci).

      Pour finir, la justice de gauche dont vous parlez est celle des hommes athées et de croyants hypocrites qui veulent se donner le rôle d’aimer la terre entière pour se faire passer pour des hommes bons, or Dieu est Vérité, et non mensonge.


    • #2257342

      giustizia

      Histoire de l’Occupation Européenne, 2019, éditions du futur :

      "Les peuples européens étaient soumis, par leurs occupants, à une repentance éternelle. Pour cela, les occupants épluchaient périodiquement l’Histoire respective de chaque pays, en inhumant les crimes commis par le passé ou en les inventant, afin d’en faire porter le poids aux générations suivantes, même si celles ci n’en étaient pas coupables. L’important n’était pas précisément de parler d’Histoire, ni de se montrer juste ou exact, car enfin, quel peuple sur terre pourrait il donc se targuer de n’avoir jamais commis aucun crime ? Non, l’important était d’attiser tous les jours, sans relâche et sous n’importe quel prétexte, la haine des autres peuples envers les européens, afin de leur mener une guerre d’extermination totale"


    • #2257901

      En ce qui me concerne, ce que vous dites ne passe pas. Troll ?


    • #2258470

      @Cléon
      Nos vieux sont morts à 60 ans dans les mines dans le nord et le sud de la France depuis les années 50, réapprenez votre histoire t’as l’air de sortir d’un oeuf, t’es de l’an 2000 ? Les plus gros bosseurs ce sont les maghrébins mon gars, ils ont bien évidemment contribué à la reconstruction de la France autant que les italiens portugais et espagnols, les blacks quand à eux sont arrivés bien après dans les années 80 c’est la que la drogue à commencer à arriver dans les quartiers et que le bordel à commencer, alors tes conneries de RSA dans les années 80 pour nous la communauté maghrébin tu te les fous où je pense parce que ton commentaire d’ignorant me donne pas envie de me réconcilier avec toi, moi mon grand père est mort en 54, on est venu le chercher au bled d’accord guignol.


    • Déjà, ton grand-père est venu de son plein gré en France.... S’il se sentait agressé par des paires de seins, c’est la preuve qu’il n’était pas très viril... Ensuite le peuple français a subi l’immigration maghrébine (on ne lui a pas demandé son avis).
      Ensuite, si ça ne vous pait pas, à vous musulmans, de voir des seins et autres parties dénudées des femmes françaises, vous pouvez retourner au Maroc ou en Algérie par exemple. Franchement je pense que la France ne vous retient pas en otage...
      Nous aimons le porc et les nichons, c’est comme ça !


    • #2259122

      @paco
      Mais qu’est ce que tu racontes comme conneries toi ils sont venus de rien du tout ils bossent pour vous depuis 1830 comme larbin ils se sont fait exploser le cul en Indochine et 1ère 2ème guerre mondiale en Allemagne, vous nous remerciez pas ? Non vous préfèrez nous chier dans les bottes évidemment.


  • #2256620
    le 12/08/2019 par anti mondialiste
    Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

    Muget
    Je ne suis pas vraiment d’accord avec vous. Les hommes européens ne sont pas du tout indifférents lorsqu’ils voient une femme seins nus sur la plage. Si elle est jolie, ils vont trouver cela très charmant et désirable. C’est juste que, contrairement à certaines populations, ils savent se contrôler car ils sont civilisés. Ils ne vont pas lui sauter dessus pour la violer ou l’insulter de méprisable pute.
    Effectivement, la civilisation européenne est différente de la civilisation musulmane concernant le rapport aux femmes et aux corps nu en général. En Europe, nous sommes habitués à voir des corps nu. Ça va des tableaux aux fresques dans les églises en passant par les statues de la Grèce antique. Ce n’est pas le cas de la civilisation musulmane où la représentation des corps est interdite.
    Ces deux visions du monde sont, effectivement, difficiles à réconcilier.

     

    • Nous ne sommes pas d’accord sur l’analyse. J’y vois une vraie indifférence et toute mon expérience le confirme. Bien sûr tous les Européens ne sont pas comme ça et j’en connais qui sont de vrais païens concupiscents. Mais dans l’ensemble il y a une forte insensibilité : tout au plus le corps dénudée de la femme suscite-t-il admiration esthétique, comme pourrait le faire un beau paysage ou une oeuvre d’art.
      De même, bien que la nudité ait toujours existé dans l’art européen, ça ne dit rien sur ce qu’il en était dans la vie quotidienne. Les manifestations de nudité féminine étaient immédiatement signalées par chroniqueurs & cie, tant elles étaient rares. Et le XIXe siècle est bourré de tableaux de femmes nues, pourtant la nudité féminine a rarement été aussi peu tolérée qu’en ce siècle.
      On est d’accord sur la conclusion en revanche : ces deux mondes, esprits, sont irréconciliables. Et je suis métis moitié blanc qui a essentiellement grandi entre la France et l’Europe du nord dans un milieu très européen, alors je vous laisse imaginer ce qu’il en est avec les populations intégralement arabo-musulmanes...


  • #2256832

    Au risque de choquer à mon tour les anti puritains, la mode des seins nus était vraiment nulle, et moche, et je sais de quoi je parle car j’ai la chance ? d’habiter au bord de la mer, car franchement, non seulement c’est indécent, et la décence , ce n’est pas du puritanisme, mais en plus, çà ne convient qu’à peu de femmes, moi qui suis une excellente nageuse et qui vais à la plage pour cela, je peux dire qu’on est pas plus à l’aise seins nus qu’avec un maillot, au contraire, c’est donc de l’exhibition, mais à moins d’avoir une super belle poitrine et pas trop grosse, car les seins sont fragiles, et en fait très peu de femmes à la plage sont dans ce cas, je trouve cela très moche, vous avez des personnes vieilles et fripees, des obèses etc... oubien les ados, qui ont tendance, elles, à être reluquees par de vieux monsieurs un tantinet pédophile, vraiment je ne regrette pas et ne m’étonne pas que cette mode qui vient des annees 70, disparaisse, et puis je trouve qu’il n’y a rien de plus joli et sexy qu’un maillot qui met en valeur les formes , tout simplement, plutot que la crudité du nu, qui n’est pas toujours adapté ...à ma vue ! En plus j’ajouterais qu’à force de voir des seins et des culs nus partout, on est tous dégoûtés, et on n’y fait plus attention, c’est l’avis de toutes les personnes qui font du sport avec moi , c’est-à-dire majoritairement des hommes !

     


    • En plus j’ajouterais qu’à force de voir des seins et des culs nus partout, on est tous dégoûtés, et on n’y fait plus attention



      C’est précisément le but de la nudité mixte innocente vantée par l’article. Les puritains ne sont pas ceux qu’on croit.


  • Tant de commentaires alors que l’explication est toute bête.

    Dans la lancée des courants féministes après 68, un certain nombre de femmes a exposé ses seins par revendication plus ou moins consciente (mon corps m’appartient etc...) bravant ainsi leur propre pudeur.

    Aujourd’hui que cette idéologie s’essouffle (si les quelques mouvements féministes et les médias complaisants en font des tonnes c’est parce que dans la vraie vie elle s’essouffle), beaucoup moins de femmes ont envie de montrer leurs seins, respectant leur pudeur.

    Voila tout.

     

    • #2266531

      Non !
      Rien à voir avec les courants féministes, je réfute totalement cette assertion, Bien au contraire, il convient d’y voir une société d’opulence qui ne connait pas la crise. L’origine de la pudeur, je ne parle pas de son instrumentalisation sociétale générant un habitus, c’est la peur et le stress.


  • #2256991
    le 12/08/2019 par anti mondialiste
    Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

    J’ai l’impression qu’un certain nombres de personnes sont un peu à côté de la plaque dans le sens qu’elles pensent que les féministes prônent la libération sexuelle, la nudité, la débauche etc.. Faux. Ça, c’était le féminisme des années 70. Le néo féministe sauce anglo-saxonne d’aujourd’hui et mis en avant par les médias est, au contraire très puritain. Il reprend totalement les codes puritains de la société américaine. Faire la guerre aux affiches publicitaires montrant des femmes en maillot de bain, la criminalisation de la drague etc... C’est un renouveau du puritanisme, sous couvert de lutte contre le sexisme. Le mondialisme hygiéniste que l’on subit, c’est la mise en place d’une société profondément pudibonde.

     

    • Sauf que ceux qui défendent le "topless" aujourd’hui ne le font non pas au nom de la débauche, mais au nom de l’égalité, de la désexualisation du corps féminin, du "contrôle" de la concupiscence masculine. En bref, par puritanisme. Le mouvement "free the nipple" vient d’ailleurs d’Amérique.
      Cependant votre commentaire a le mérite de mettre en avant un point passé sous silence par l’article (car article plutôt puritain) : cette pratique est née dans un contexte de vraie liberté sexuelle, où les gens baisaient facilement. L’exhibition des seins incarnait cette liberté, cette décadence heureuse, et n’était pas le symbole de castration et d’égalitarisme morbide qu’il est aujourd’hui et depuis au moins les années 90.


    • #2257746
      le 13/08/2019 par The binding of Issac.
      Disparition progressive de l’esprit sein à la plage

      Oui sauf que dans le fond le féminisme n’a absolument pas changé car il continue à ne pas souhaiter la mort des hommes mais leur torture lente et douloureuse.
      Le féminisme d’hier était beaucoup moins pire que celui de nos jours, celui d’hier était plus malsain mais moins pervers alors que celui d’aujourd’hui est malsain en plus d’être très pervers.
      Le combat d’hier était plus légitime car on sortait de la domination masculine rattachée aux différents conflits militaires mondiaux.
      Le féminisme d’aujourd’hui n’a plus aucun sens si ce n’est donner du travail à l’institution médicale.


  • #2257214

    islam

    ...


  • #2257229

    Parmi les conditionnements mécaniques du bétail humain, imaginés pour le contrôler, j’ai toujours placé la pudeur tout au-dessus du panier. Rien ne me parait plus sot. Les cimetières sont remplis de cadavres pourrissant qui gardèrent cette illusion de l’importance morale de rester cachés au regard, mais quelle dérision, quelle suffisance, quelle tromperie.
    Quel dressage sociétal !

     

    • #2257303

      Ce n’est pas un dressage sociétal, C’EST la société. Pourquoi ne pas vivre à poil, érections apparentes, mais ce ne sera pas en société. Ou alors en micro société peu civilisée. C’est un choix. Mais ce n’est manifestement pas le choix que vous avez fait.


    • #2257551

      Je site : "Ce n’est pas un dressage sociétal, C’EST la société". La votre sans doute. J’ai été élevé en milieu naturiste, je n’ai jamais assisté à d’érection publique. Une légende tenace de ceux qui parlent de ce qu’ils ne connaissent pas.



    • J’ai été élevé en milieu naturiste, je n’ai jamais assisté à d’érection publique.



      Rien de plus normal, puisque par définition l’eunuque ne bande pas.


    • #2257981

      @pleinouest35

      Il n’y a pas de société naturiste. Il y a une petite minorité d’individus qui vivent nus en vacances sous le soleil ou plus rarement encore en famille avec le chauffage à 22.

      Et un petit nombre d’individus qui vivent leur vie à leur façon en rupture avec le reste du monde, ça s’appelle une secte (sans gourou certes) et non pas une société.

      On s’habille pour se protéger du froid, des insectes, des blessures et de la concupiscence liée au corps de l’autre.

      Si vous parvenez à vous en affranchir c’est très bien. Mais ça ne peut être un modèle pour l’ensemble de l’humanité qui est et restera ce qu’elle est.


  • #2257419

    Alors j’ai noté une chose également : alors que les femmes ne bronzent en effet plus topless, elles bronzent "bottomless" ! Les culottes de bain sont de plus en plus échancrées et je ne compte plus le nombre de strings que j’ai vus sur les plages cet été.. Reste à savoir de quoi ce déplacement de la dénudation est le nom..


  • #2257471

    Je réside en Corse. Baignade ce matin, eau à 28°. Je remercie les Anglais d’avoir initié la pratique des bains de mer si bons à la santé (UV pour la vitamine D, ions négatifs au bord des vagues favorisant l’oxygénation, oligo-éléments, iode). Bientôt, pour témoigner mon respect envers les Britanniques, je vais comme chaque année remonter au Nord de l’Écosse pour me baigner dans une eau vivifiante à 12°, Scourie (https://en.wikipedia.org/wiki/Scourie). Chaque année, en Irlande, pays de la pudeur obsessionnelle (certainement une initiative anglaise pour favoriser la libido et donc la procréation de leur cheptel), j’ai droit au fameux spectacle d’Irlandaises qui se baignent habillées et remontent trempées dans leur voiture pour repartir. Elles ne prendraient pas le risque de se changer sur la plage, même dans un tonneau en tissus. Petit Jésus serait fâché.
    Aujourd’hui j’ai posé ma serviette à Sagone. Sur ma gauche arrivent deux femmes minces d’une quarantaine d’années, elles sont habillées avec raffinement, l’évidence d’une bonne classe sociale. Elles s’allongent et se mettent seins nus. Rien de vulgaire.
    Sur ma droite trois familles, probablement corses, couleur vives, vêtements bariolés et T-shirt de firmes industrielles. Les hommes sont tatoués sur les mollets et les bras, les femmes sont obèses et suintent, tous fument des clopes. Ils iront probablement bientôt manger des grillades cancérigènes et des frites cuites dans de la graisse hydrogénée dopée au E 900 destructeur du foie et des reins. Elles regardent avec mépris les deux bourgeoises seins nus et enfilent avec difficulté, en s’aidant mutuellement tout en lançant des regards à droite et à gauche, leur maillot une pièce de couleur noire. Cela met en évidence les bourrelets et les jambes gonflées de varices. Les hommes vont jouer à la balle en braillant, ils se baignent avec des maillots de bain qui descendent jusqu’aux genoux. Quant à moi, il me faudra trois secondes pour changer de maillot, personne n’aura eu le temps de me mater. Devinez quel groupe fut le plus obscène, celui pudique ou l’autre ?

     

    • Je préfère encore la bande de gros beaufs populaires, car en dépit de toute leur vulgarité, ils ne violent pas les règles élémentaires de la décence et du respect.


    • #2257668

      Je cite : "ils ne violent pas les règles élémentaires de la décence et du respect".

      J’ose espérer que vous plaisantez en sortant une telle monstruosité. Oui, j’espère que vous plaisantez, sinon vous être l’objet d’un formatage extrêmement profond, quelque chose de bien pire encore que l’obscurantisme le plus obscure ! Des règles ? Mais écrites où ? Du respect ? Du respect pour quoi ? Cacher le corps qui serait immonde ??? J’espère qu’il vous arrive de vous laver, car le spectacle de votre nudité risque de porter atteinte à votre santé mentale.


    • #2257696

      Je n’aurais jamais imaginé autant de pudibonderie sur E&R.
      Beaucoup de personnes ici cacheraient les corps du des toiles des grands peintres. Elles seraient offusquées par la peinture française du siècle de Louis XIV, et celle anglaise de 1880/1930.

      On se croirait revenu en des temps d’obscurantisme maladif. Ils seront heureux d’apprendre que plusieurs villes américaines tentent de rendre obligatoire le soutient-gorge pour les hommes, et la culotte pour les chiens. Certaines galeries d’art sont déjà obligées de couvrir les seins pour se préserver des fous. On peut craindre que des malades détruisent Les Baigneuses de Jean Léon Gerome*, Vénus du même, Nymphes de John William Waterhouse, Naïadede de Gaston Bussiere, Lady Godiva de John Collier, Bathers de Camille Pissarro, Andromède de Gustave Doré, etc, etc..

      * https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Na...)#/media/Fichier:Gerome_venus.jpg


    • @ pleinouest35

      Le corps n’est pas immonde non, mais il est sexuel, a fortiori celui de la femme, conçu pour attirer et exciter le mâle. Or la règle élémentaire, c’est de ne pas exposer ses parties sexuelles en public, en particulier en présence de l’autre sexe. La pudeur existe dans toutes les sociétés humaines, y compris chez les peuples primitifs où ses règles sont d’autant plus sévères qu’elles se passent de vêtements (cf. mes posts précédents). Car tabous et limites sont nécessaires à la cohésion et à la santé du groupe social. La pudeur touche aux fonctions primaires du corps, parmi lesquelles figure évidemment la sexualité, d’où cette concentration autour du corps féminin, en particulier des seins, zone sexuelle la plus proéminente.

      Quant à votre remarque sur ma nudité, il n’y a aucun rapport puisqu’on parle du rapport à la nudité de l’autre sexe, à la sexualité. J’ai été très sportif et je n’ai jamais eu le moindre problème avec les douches collectives non-mixtes.
      Mais votre morale naturiste est si égalitaire et castratrice que vous en avez manifestement oublié l’altérité des sexes. Le caractère hystérique et excessif de votre réponse confirme d’ailleurs mon intuition : votre morale est d’origine religieuse. Une morale castratrice haïssant la nature humaine qui découlerait du péché originel. Votre prétendue pleine acceptation du corps cache en vérité votre rejet de la sexualité, qui lui est pourtant inhérente. Vous autres êtes les Adamites des temps modernes. Que vous en ayez conscience ou non n’y change rien.

      Je suis peut être pudibond, mais ce qui est sûr, c’est que vous êtes un puritain fanatique, féroce, animé d’une morale parfaitement irrationnelle et obscurantiste. Je ne serais pas étonné que fassiez partie de cette police des mœurs chargée de traquer les érections dans les camps naturistes.


    • @ pleinouest35

      Votre remarque sur l’art est également hors sujet. L’acceptation de la nudité dans l’art n’a jamais signifié qu’elle était accepté dans la vie publique. Je doute que vos deux amies dénudées eussent été bien accueillies à l’époque de John William Waterhouse et Jean-Léon Gérôme.


    • #2257919

      Je vous cite : "mais il est sexuel, a fortiori celui de la femme, conçu pour attirer et exciter le mâle. Or la règle élémentaire, c’est de ne pas exposer ses parties sexuelles en public, en particulier en présence de l’autre sexe".
      C’est là qu’il se manifeste un problème de fond. Je pourrais être entouré de 500 femmes à poil que je ne serais en rien excité. Je ne vois pas pourquoi cela me ferait quelque chose ! C’est bien dans le regard du spectateur que le mal se situe, et non dans la nudité elle-même. En fait les corps nus ne gênent que ceux qui obsédés sont dominés par des pulsions primitives et animales. C’est bien ce que je tentais de faire comprendre. Merci de m’en apporter la démonstration.
      Je dirais même plus, ce n’est pas la paire de nichons qui est faite pour exciter (les seins sont faits pour nourrir les enfants, pour y voir un attribut sexuel il faut être totalement dérangé), mais le rouge à lèvre, le vernis à ongle, le parfum etc.. Ce que vous devez utiliser je pense.
      Les femmes naturistes en général n’utilisent pas ces artifices destinés à attirer le mâle, leur nudité naturelle n’excite en rien l’homme. Cela signifie que ceux qui sont les plus pudiques savent qu’ils risquent d’être vite excités comme des bêtes, ils ont en donc peur et appellent ce carcan nécessaire des « règles de bonne conduite en société ». C’est tellement ridicule, ça sonne tellement faux.


    • #2257936

      Muget, vous dites "Le corps n’est pas immonde non, mais il est sexuel, a fortiori celui de la femme, conçu pour attirer et exciter le mâle."

      D’où tenez-vous cela ? Qui selon vous a conçu le corps de la femme et prétend-il quelque part l’avoir fait pour exciter le mâle ?

      Si votre raisonnement repose sur cette affirmation, il faut soit qu’elle ait été démontrée ou, si elle relève du domaine de la croyance, de la foi, que nous partagions cette même foi. Une création... Par Dieu ? Par la nature (mais qui est la nature) ? Par le hasard ? Cela reste des croyances.

      Question sous-jacente : pensez-vous qu’il soit aujourd’hui nécessaire d’embrasser la foi (catholique ou créationniste au moins) pour raisonner et échanger sur E&R ?


    • #2257988

      @Muget
      votre ambivalence au sujet des femmes et de leur sexualité est plus que troublante,
      elle est suspicieuse !
      en effet vous semblez vous posez en donneur de leçons à la fois sur le comportement sexuel de la femme aussi bien que sur le plan religieux ...
      tout en étant ou ayant été un adepte de l’échangisme, du libertinage et d’une sexualité débridée !
      avec qui plus est ce manque de respect total aussi bien pour les deux sexes !
      puisque vous-vous vantez incessamment d’être un étalon métissé Franco-Maghrébin
      tout en caricaturant en permanence l’Européen pour ne pas dire le Français : d’eunuque !
      toujours est il , que dans le registre de la fausse modestie vous feriez un bel hypocrite et un excellent vantard ! probablement que cela est dû de votre coté Maghrébin ??? Muget


    • @ pleinouest35



      C’est bien dans le regard du spectateur que le mal se situe, et non dans la nudité elle-même



      C’est en fait là que se situe le problème de fond. En quoi le désir sexuel - que vous réduisez péjorativement à des "pulsions animales et primitives", reconnaissant par là même son caractère naturel - est il mauvais, au point d’être assimilé au mal ? Cette citation ultra puritaine de Khalil Gibran (évidemment chrétien) résume votre morale :
      N’oubliez pas que la pudeur sert de bouclier contre les regards impurs. Et quand l’impur n’est plus, que devient la pudeur sinon une souillure de l’esprit ?

      Moi, je ne vois rien de mal ou d’impur au désir sexuel. Il est quelque chose de naturel, sain, constituant l’uns des plus hauts plaisirs de la vie. Seulement, autant que son objet - la nudité - il doit être encadré, limité à l’espace privé, seul espace où l’animalité est souhaitable. Mais certainement pas annihilé (tristesse !).
      Bref, votre réponse valide entièrement mon analyse : vous avez un énorme problème avec la nature humaine.

      A propos du cas spécifique des seins, d’ordinaire devoir rappeler leur évident caractère sexuel me désole, mais dans votre cas plutôt extrême je veux bien faire un effort : les seins sont des organes sexuels autant que nourriciers (tout comme le pénis sert autant au sexe qu’à la miction). Leur développement est intimement lié à celui des parties génitales, tandis que le globe mammaire qui leur confère leur volume n’a aucun lien avec l’allaitement (petits ou gros seins, aucun impact sur les capacités nourricières). Ils constituent en outre une zone érogène majeure, pouvant procurer beaucoup de plaisir à la femme et même des orgasmes via stimulation du téton. Il existe toute une littérature scientifique sur le sujet. Une théorie avancée est que les seins - propre à la femelle humaine - se développèrent à cause de la bipédie : les fesses n’étant plus assez proéminentes, un substitut dut se développer pour continuer à attirer et exciter le mâle.
      Voilà pourquoi ils constituent le symbole de l’érotisme, faisant à degrés variables l’objet de fantasmes et de tabous aux quatre coins du monde.

      Énorme contradiction de votre part en ce qui concerne les artifices (rouge à lèvres & cie) : c’est plutôt vous qui en avez besoin, ayant perdu toute votre sensibilité au corps féminin. Personnellement, en bon monstre primitif, la simple nudité de la femme me suffit pour être excité, nul besoin d’artifice donc.



    • Je pourrais être entouré de 500 femmes à poil que je ne serais en rien excité.



      Il serait peut être plus judicieux d’en faire part à votre médecin, qui vous dirigera vers un bon endocrinologue.
      Cela dit, si un jour je réussissais à me constituer un harem, accepteriez-vous que je vous embauche pour en monter la garde ? Je tâcherai de ne pas dépasser les 500 concubines, promis !



      Je ne vois pas pourquoi cela me ferait quelque chose !



      Peut-être parce que l’uns des principaux buts de la vie est la reproduction ?



      Les femmes naturistes en général n’utilisent pas ces artifices destinés à attirer le mâle, leur nudité naturelle n’excite en rien l’homme.



      Pauvres femmes non désirées, pauvres corps laissés en friche. J’espère qu’elles rencontreront des primates textiles au moins une fois au cours de leur existence, histoire de goûter un minimum à la vie.

      Plus sérieusement, votre apathie et votre insensibilité n’ont biologiquement rien de sain. En faire un modèle relève de l’inversion pure et simple.
      Puis-je en être préservé.

      Je tiens toutefois à vous remercier pour vos interventions, qui mieux que toutes les autres jusqu’ici expriment ce que j’appelle l’esprit chrétien. Qu’on pourrait également appeler esprit sain (le jeu de mots constituant le titre de l’article est en effet pertinent). Un esprit puritain, égalitaire et castrateur, constituant le paroxysme de la répression de la nature humaine, comme l’avait déjà analysé Norbert Elias dans les années 1930 en se penchant sur le mouvement naturiste alors grandissant.



    • Cela signifie que ceux qui sont les plus pudiques savent qu’ils risquent d’être vite excités comme des bêtes, ils ont en donc peur et appellent ce carcan nécessaire des « règles de bonne conduite en société ».



      Tout à fait. Il y a un temps pour la vie civilisée et l’esprit et un autre pour la vie animale, et je n’aime pas que l’un empiète sur l’autre. D’où mon irritation quand une femme m’expose ses seins à la plage, me ramenant alors à mon animalité de surcroît sans mon consentement, alors que j’étais en train de réfléchir, de lire, de rêvasser, en bref de m’adonner à une activité spirituelle. Inversement, avec la même demoiselle dans l’intimité, il n’est pas souhaitable que livres et autres tourments de l’esprit m’éloignent de ma "basse besogne".



      C’est tellement ridicule, ça sonne tellement faux.



      C’est surtout insupportable pour le puritain que vous êtes. Des types sont encore excités par le corps, horreur, impureté suprême !

      En tout cas on en revient à mon post initial : vous me considérer comme une bête concupiscente, je vous considère comme des eunuques. Insurmontable fossé anthropologique.

      @ Damien



      D’où tenez-vous cela ? Qui selon vous a conçu le corps de la femme et prétend-il quelque part l’avoir fait pour exciter le mâle ?



      La nature, l’évolution, Dieu, appelez ça comme vous voulez.
      Mais admettons que le corps féminin ne soit pas naturellement érotique. Comment expliqueriez-vous alors que l’humanité se soit reproduite jusqu’ici, sachant que :
      1) l’amour est un concept historiquement, culturellement et géographiquement limité
      2) la condition sine qua non de la reproduction est l’érection du mâle
      _ ?

      Pour répondre à votre deuxième question, compte tenu de la violence et de l’hystérie de bien des réponses que j’ai reçu sur ce fil pour avoir simplement rappelé quelques faits pourtant naturels, je crois qu’il est en effet préférable de partager l’idéal d’innocence chrétienne pour échanger (raisonner étant un bien grand mot) sans se faire incendier..

      @ L’zObs

      Vous n’y êtes absolument pas. Je ne suis absolument pas dans une posture moraliste. Bien au contraire, je m’efforce de rappeler des faits naturels que les Européens ont tendance à oublier ou à considérer comme impurs en raison de la sévérité de leur morale néo-testamentaire sécularisée.
      Mais je vois bien votre tentative de me faire passer pour un Tartuffe, classique chez le puritain européen qui s’ignore.


    • #2258334

      Rebelote aujourd’hui. Toujours la même plage. Une femme superbe passe devant moi. Elle semble avoir été opérée d’un cancer du sein, mais le porte très bien, elle ondule le long de l’eau avec une démarche gracieuse, féline. Elle a des formes généreuses mais une taille fine.
      Elle aurait inspiré des peintres et des poètes.
      De l’autre côté une famille de touristes en surpoids, mère et enfants terriblement obèses. Alors encore une fois, qui s’est dévêtu ? C’est pénible de constater toujours la même chose.
      Suite à ce que j’ai lu des commentaires sur E&R, j’ai eu peur. Allai-je me masturber, allai-je me jeter sur cette belle femme à moitié nue, pour la violer ??? Même pas ! Allai-je me précipiter sur son sein intact ? Au contraire, il en émanait comme un sentiment de paix intérieure.
      Que dois-je en conclure ? Hé bien que ceux qui revendiquent les règles de bonne conduite et le respect qu’il y a à être pudique ne le font que sous l’emprise de la frustration et de la jalousie. Devraient se mettre à poil pour exorciser la bête en eux, la dominer en esprit !


    • #2259210

      Muget,

      Pour vous aider à comprendre le point de vue de pleinouest35, je vous précise qu’il est sexagénaire et végétarien depuis plusieurs décennies (c’est du moins ce qu’il m’en souvient de précédents commentaires Po35, si je me trompe je m’en excuse et vous invite à me la signaler). L’âge et bien évidemment le régime alimentaire entrent en ligne de compte : le gras, notamment animal, est essentiel à la production de testostérone, laquelle joue un rôle évident sur la réactivité d’un homme face au corps plus ou moins dénudé d’une femme.


    • #2259433

      Pour répondre à Matthieu01. Oui, végétarien depuis plus de 40 ans. Je fais attention aux graisses que je mange car je suis très gourmand et prends facilement du poids. J’ai choisi les huiles strictement BIO, pressées à froid et très pauvres en graisses saturées,
      Concernant le végétarisme, il fut promu par Albert Lecocq créateur de la fédération française du naturisme et qui le plaçait, comme exigence morale, à égalité avec la nudité. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, le tourisme et le monde marchand ont assassiné le naturisme, il n’en reste qu’une façade dénaturée. J’ai donc arrêté depuis longtemps.


    • #2259447

      Je cite :
      "Le gras, notamment animal, est essentiel à la production de testostérone, laquelle joue un rôle évident sur la réactivité d’un homme face au corps plus ou moins dénudé d’une femme".

      Conclusion : le végétarisme sans laitage, c’est bon pour les animaux, les ressources en eau potable, la déforestation, le cœur et les artères, mais alors cela permet aussi de lutter contre le viol !


    • @ Matthieu01

      Merci pour ces éclaircissements. Effectivement on comprend mieux son cas ainsi.

      En tout cas il est remarquable pour sa sincérité. Ça change des naturistes et autres innocents insensibles qui n’assument pas leur mollesse et prétendent être tout aussi virils que n’importe quel mâle. Non, lui assume sa castration et la brandit en étendard de pureté, droit dans ses bottes ! Comme avec les sionistes de droite, c’est une heure de débat économisée.


    • #2259718

      1ère partie

      Merci pour votre réponse pleinouest35,

      Ça va être un peu long, désolé pour les modérateurs, mais le sujet le réclame car il est tout sauf anecdotique.
      Je ne savais pas pour Albert Lecocq, c’est très intéressant, et ça me conforte dans mon idée quant à la promotion du végétarisme et du véganisme par le NOM, tout ça est très logique. Je rejoins Muget sur sa critique de la passivité masculine face à un stimulus de type seins à l’air : le naturisme et le végétarisme tendent tous deux à ’dépassioner’ l’homme, à le rendre passif alors qu’il est par essence le principe actif (je m’explique plus bas).

      Il y a en ce moment une mode carnivore qui émerge avec pour certains de la viande crue comprise, même du porc. De manière volontairement provocante et aussi je pense par conviction, pas mal de ces gars (majorité d’hommes, sans surprise) parle de ’nourriture d’esclave’ pour les végés/véganes. La formule choc a un fond de vérité puisque le plat type de l’esclave est un genre de gruau céréalier avec quelques légumes trop cuits : quasiment que des glucides (pour l’énergie minimum nécessaire aux tâches) sans tous les nutriments pour un fonctionnement optimal (hormonal et cognitif, voir certains véganes de youtube qui sont des zombies avec l’air d’être un peu lent d’esprit). A comparer avec les ouvriers des cathédrales, choyés, à propos desquels j’ai lu je ne sais plus où que leur ration quotidienne de viande tournait dans les 600 à 800 grammes !


    • #2259719

      2ème partie

      De ce fait, votre remarque semi-ironique sur la possible influence positive de la privation de produits animaux sur les statistiques de viol est en fait vraie, je pense. Si tous les hommes de ce pays étaient véganes il y aurait moins de crimes et de délinquance, mais aussi encore bien plus de soumission à toutes les injonctions du pouvoir (surtout LGBT et invasion migratoire), car ce sont deux faces de la même pièce. L’élément fondateur de la masculinité c’est la testostérone (ou disons le cocktail hormonal total de l’homme). Les régimes alimentaires sans produits animaux, ou très peu, influent négativement sur la testo et l’expression des caractères normaux de la masculinité s’affaiblit en conséquence. La masculinité c’est le pire et le meilleur, et le rôle de la féminité c’est d’exacerber ou de calmer les penchants masculins. La possibilité de la légitime défense contre une ordure c’est aussi la possibilité de l’agression. Il n’y a pas de vertu dans la faiblesse et l’incapacité. Seul celui qui peut faire le mal et ne le fait pas peut être vertueux.

      Pour en finir je prendrais l’image suivante : par chez moi, pour rejoindre la route des plages il faut prendre la route des Mas. C’est une deux voies récente, en bon état et avec de belles lignes droites. Rouler à 80km/h là-dessus me fait l’effet d’être un chien que l’on dresse. Et bien c’est pareil avec les seins nus quand on me dit « Pas bander vilain ! Pas bander ! ». Le naturisme me semble contre-nature. Je pense que c’est là le point de divergence fondamental, certains parlent de morale avant tout : « la nudité n’est pas sexuelle bande de pervers », « manger les animaux c’est mal » (sachant que ces deux points sont interconnectés, voir Albert Lecocq, donc). Alors que d’autres ont gardé une part d’instinct (grâce je pense aux hormones masculines, le régime alimentaire les influençant grandement), lesquelles hormones peuvent être potentiellement problématiques (voire criminogènes) mais qui sont aussi le seul rempart à la tyrannie totale.


    • #2259760

      Je cite : " Si tous les hommes de ce pays étaient véganes il y aurait moins de crimes et de délinquance, mais aussi encore bien plus de soumission à toutes les injonctions du pouvoir (surtout LGBT et invasion migratoire), car ce sont deux faces de la même pièce".

      Et pourtant, je suis végétarien, et j’ai essayé de me transcender avec le naturisme, mais je me sens tout sauf "soumis" comme vous dites, j’ai même perdu tous mes droits civiques pour avoir combattu la guerre en Irak (pas par pacifisme idiot, mais pour des raisons géopolitiques et d’ordre énergétique). Qui plus est, je suis hostile à tout ce qui est LGBT et conscient des intentions cachées avec l’invasion migratoire. Vous serez assez bienveillant, SVP, de ne pas faire ces raccourcis faciles, grossiers, et de ne pas mettre les individus dans des cases.


    • #2259802

      Je ne parle pas d’individus mais de tendances que je constate (avec une part d’extrapolation bien sûr, et forcément marquée par ma subjectivité, je l’avoue sans soucis). D’ailleurs d’après ce que vous dîtes il parait aussi évident que la question générationnelle entre en ligne de compte. Vous auriez vingt ans aujourd’hui, votre vision des questions sociale (invasion migratoire par exemple) et sociétale (LGBTisme) en serait sans doute modifiée.
      Je pense avoir raison dans les grandes lignes mais il est évident qu’aucun système de pensée ne rend compte de la totalité des individus, même pas ceux produit par des gens bien plus intelligents, intuitifs et cultivés que moi.
      Je me suis appuyé sur vos dires pour développer des idées. Je ne faisais pas une étude de cas et n’ai rien contre vous. D’ailleurs d’après votre dernier message nous n’avons pas que des divergences. Bonne continuation à vous.


    • #2259807

      "Si tous les hommes de ce pays étaient véganes il y aurait moins de crimes et de délinquance, mais aussi encore bien plus de soumission à toutes les injonctions du pouvoir" !

      Curieux de sortir cette saillie de la capacité à ne pas être soumis.
      En règle générale, ce sont ceux qui ont été dans la capacité de raisonner, et donc de se remettre en question, qui sont devenus naturistes, végétariens et qui mangent bio ! On général ils accusent ceux qui ne le font pas de totale soumission au système. Vous pratiquez donc pour argumenter le sophisme de l’inversion accusatoire.


    • #2259819

      Mon dernier message fut écrit avant votre réponse qui le précède, veuillez m’en excuser.


    • @ Matthieu01

      Vos analyses sont les plus pertinentes que j’ai pu lire sur ce fil jusqu’ici. Elles rejoignent en grande partie celles de Jordan Peterson.
      Ce lien entre passivité face au corps féminin, véganisme/végétarisme et xénophilie, je l’ai saisi très tôt, d’où mon absence totale d’étonnement en apprenant que pleinouest35 était végétarien. Tout cela constitue la tryptique de ce que j’appelle le Grand Renoncement (à la vie), préalable au Grand Remplacement.
      La masculinité est effectivement le pire comme le meilleur. Est-ce d’ailleurs parce qu’elle a plongé l’Occident dans le pire - l’horreur de la technique et des guerres mondiales - que les Occidentaux traumatisés veulent la bannir pour de bon - incités en cela par leur héritage religieux ?

      Je tiens cependant à attirer l’attention sur un point fondamental, à l’origine de beaucoup de confusion : la vision grecque de la virilité. En effet, dans la pensée grecque, l’homme viril est celui qui se tient au dessus des passions, des désirs primaires, éloigné de la nature, supérieur à elle. L’inverse de la femme, naturelle, soumise aux passions. D’où le micropénis et la pédérastie symboles de virilité dans la Grèce antique. On y trouve d’ailleurs déjà des traces de nudité mixte, bien que globalement condamnées et d’ampleur bien moindre que ce qu’on vit par la suite dans les communautés chrétiennes.
      Cette vision - déjà très contre-nature - explique pourquoi beaucoup d’Occidentaux voient dans l’insensibilité aux charmes féminins une preuve de virilité. Adolescent, je me rappelle qu’entre mes amis européens c’était la course à celui qui sera le moins sensible. A peine démontriez vous le moindre signe de sensibilité érotique au corps d’une fille et vous étiez aussitôt qualifié de "gamin", de "puceau". Voir également les posts de jacquedéchante (#2257101) et paco (#2259010) qui voit dans la sensibilité aux seins nus un signe flagrant de manque de virilité. Cette vision ne comporte cependant pas que du faux, l’homme viril ayant accès aux femmes et n’étant donc pas dans le besoin, contrairement au faible frustré (d’où l’importance de ne pas se montrer needy quand on drague).
      C’est en tout cas la rencontre entre cet idéal grec et l’esprit chrétien - appelant non plus à dépasser la nature mais carrément à s’en défaire - qui posa les bases de l’idéologie naturiste, profondément helléno-chrétienne et pour cette raison de plus en plus brandie en étendard contre l’Islam en ces temps de tension ethno-culturelle


    • @Muguet

      Paroles du Christ :
      « Certains se font eunuques pour le Royaume des Cieux ». (Mt 19,12)

      Vous choisissez la chair d’autres choisissent l’esprit. Vous accordez une grande valeur à la vie terrestre et à ses jouissances (et son cortège de souffrances), d’autres s’en détachent et se préparent à une autre vie.

      Vous conscilliez les deux ? Là est votre erreur. Nous ne le pouvons pas. Il nous faut tout lâcher pour s’affranchir un jour de nos souffrances.

      Vous, vous en voulez aux femmes qui vous font bander en montrant leurs seins à un moment que VOUS n’avez pas choisi (elles vous arrachent à votre méditation intérieure les bougresses !) et vous déconsidérez ceux qui on la capacité de ne pas se déconcentrer à la vue de qui les a nourris.

      Et vous consacrez tellement d’énergie à nous l’expliquer... Lâchez du leste. Le personnage que vous créez en devient ridicule.


    • #2260179

      Muget,

      J’ai un peu écouté Jordan Peterson, mais sans plus. Je crois me souvenir que sa fille a été guérie d’une maladie chronique par une phase de carnivorisme. Votre idée du Grand Renoncement me semble juste, vu que les points de tension de base menant à une réponse agressive sont les ressources/possessions, le territoire et les femmes. Justement tout ce que le pouvoir nous conditionne à vouloir abandonner.

      Juste une précision sur l’Idéal grec antique (pas seulement pour la virilité mais en général). Vous dîtes : "En effet, dans la pensée grecque, l’homme viril est celui qui se tient au dessus des passions, des désirs primaires, éloigné de la nature, supérieur à elle. L’inverse de la femme, naturelle, soumise aux passions."
      Toute la conception grecque du monde repose sur deux piliers : l’apollinien et le dionysien. La Nature existante c’est Dionysos, la musique, la force du désir, des passions, de l’ivresse. La représentation de la Nature par l’Homme, sa conceptualisation, c’est Apollon, le langage, les arts plastiques, les maths et la philosophie. L’homme idéal, tout comme la société idéale, est en équilibre entre les deux. Les arts plastiques nobles (dont les statues), relèvent de la représentation de la Nature, et sont donc apolliniens. D’où les pénis sous-dimensionnés (le sexe étant de l’ordre de la Nature réelle, donc dionysien et donc incongru dans le domaine apollinien). D’ailleurs, preuve que cette représentation ne se limite pas aux hommes, les femmes sont statufiées sans poils ni même vulve, parfois avec une feuille en lieu et place du sexe.
      A l’inverse les fresques des lupanars sont ornées de peintures et mosaïques d’hommes avec des attributs de brontosaure, car c’est un lieu du dionysien.
      Les grecs n’auraient pas autant eu le goût de la tragédie s’ils se croyaient supérieurs à la Nature. Les grecs ne niaient en aucun cas la Nature et la savait un impératif indépassable. L’apollinien est la culture que l’Homme construit dans le dionysien pour le tempérer et pouvoir y vivre en harmonie et l’idéal était le parfait équilibre entre les deux.
      Pareil pour le Christianisme bien compris : il accepte la chair comme condition de ce monde (le Christ est le Dieu fait chair, on ne fait pas mieux dans le genre) et invite chacun à ne pas s’y soumettre comme un simple animal mais à savoir se tenir, pour préparer l’autre monde.


    • @ Matthieu01

      Jordan Peterson insiste notamment beaucoup sur l’absence de vertu du mou incapable de faire le mal.

      Merci pour ces éclaircissements quant à la vision grecque du monde. On pourrait dire que seul subsiste le pilier appolinien, le dionysien n’ayant plus droit de cité. Probablement en grande partie à cause du christianisme, ce en dépit de visions plus équilibrées de cette religion qui effectivement existent. Car le Nouveau Testament est une porte ouverte vers le gnosticisme. Le commentaire de Math plus haut vient d’ailleurs nous le rappeler, avec à l’appui un verset on ne peut plus révélateur de l’Évangile.


    • #2260728

      Muget,

      Dernier ajout (j’ai déjà assez posté sur ce fil !), pour compléter notre discussion.
      Il me semble que notre société occidentale actuelle n’est pas uniquement apollinienne mais qu’elle est tout autant dionysienne. A ceci près que les deux principes sont pervertis, poussés à l’extrême et utilisés l’un contre l’autre. Leur cohabitation n’a plus pour rôle l’équilibre mais au contraire la dislocation et la dissonance cognitive.

      Perversion du principe apollinien :
      - le langage est utilisé comme outil de travestissement de la réalité et non plus comme sa traduction en forme conceptuelle et fidèle (novlangue).
      - les mathématiques sont appliquées à la financiarisation de l’économie qui devient une prédation du réel, au lieu de servir à comprendre et expliquer le monde.
      - l’esprit scientifique devient une mystique scientiste qui reprend la notion de blasphème (hystérie climatique). Le cas du cycle féminin est ici assez curieux, chaque étape naturelle de la vie hormonale d’une femme est traitée comme une forme de pseudo-maladie nécessitant un traitement quasi-permanent de la puberté jusque loin dans la ménopause. La femme est peu ou prou médicamentée tout au long de sa vie même sans soucis de santé particulier.
      - Perte de foi, et donc de projet commun sain à long terme, par une fausse rationalisation (Dieu = l’ami imaginaire dans le ciel) qui se ment à elle-même (principes de cause première et de conservation de masse ignorés par exemple).

      Perversion du principe dionysien :
      - recours systématique aux émotions (pour court-circuiter les fonctions supérieures apolliniennes).
      - promotion des instincts sexuels sans aucun frein (LGBT, pornocratie, infidélité chronique, etc.).
      - intrusion de l’apollinien dans la sexualité par le porno-roi(le virtuel est une représentation de la chose en soi, donc il est apollinien, la ’forme’ de l’objet remplace son essence, perversion).
      - intoxication chimique et alcoolique à grande échelle sans commune mesure avec les usages traditionnels de boisson ou de drogue (pour les cultures concernées).

      Les deux piliers que les anciens s’efforçaient de rapprocher pour les garder à portée et qui servaient de repères stabilisateurs à une société se voulant harmonieuse et honnête avec elle-même (pulsions primaires cohabitant avec les besoins d’arts et de transcendance), ces deux piliers là sont aujourd’hui comme deux chevaux écartelant le tissu social et même la psyché de chacun. Apollinien et dionysien ont été jetés dans l’hubris.


  • Ce Muget c’est vraiment le genre de mec qui se gave de culture (ou qui en donne l’apparence en multipliant les références) et qui au final se noie dans une bouillie de concepts en justifiant ainsi ´sa nature’.

    Mais mon gars, si ta moitié africaine ne veut pas se réconcilier avec ta moitié européenne, déjà qu’est-ce tu fous ici (sur E&R et en Europe) et ensuite va dragouiller en Afrique et explique aux filles de là bas ta vision du monde, on va rire.

    Le garçon qui ne s’appuie que sur des références intellectuelles européennes pour cracher sur l’Europe tout en baisant ses filles, on lui réservera le même sort qu’aux traîtres quand le temps sera venu.

     

    • Ma "bouillie de concepts" est en fait tout à fait cohérente, mais seuls les esprits subtils en captent la profondeur.
      Ensuite je me fiche de la politique et je n’apprécie pas plus les Arabo-musulmans que les Européens. Je ne fais que livrer mes analyses avec distance, je dis ce qui doit être dit mais est généralement tu pour des raisons précisément politiques.
      Enfin, je comprends parfaitement que vous ne m’appréciez pas. C’est normal, je suis franc-jeu. Mais je dois dire que les lâches qui fantasment sur internet et menacent à grand coups de "jour venu", ça m’a toujours bien fait rire.


  • Contrairement à ce que vous écrivez, les femmes consomment aussi du porno (entre 1/4 et 1/3 des consommateurs sont des consommatrices) et ce n’est pas une bonne nouvelle.
    https://fr.statista.com/infographie...

    Et encore, j’ai des doutes, je pense que c’est plus élevé, étant donné que c’est plus honteux pour une femme d’avouer qu’elle en regarde qu’un homme.


  • A propos de cet ensauvagement de la France qui est nié, après l’ avoir longtemps ignoré, pire, en avoir carrement inversé les rôles de victime et de bourreau en banlieue ( Autrefois dit "grands ensembles " mais rebatisés "quartiers défavorisés" depuis que les personnes d’origine européenne et de culture catholique : Francais , italiens, portugais, polonais etc.. ont fuit la délinquance des nouveaux arrivants d’Afrique ). A croire qu’ils se sentent défavorisés quand ils sont entre eux.
    Aujourd’hui donc on commence à faire semblant de découvrir cet ensauvagement , mais uniquement à la faveur d’autres minorités pseudo opprimés.
    Ainsi on a droit depuis peu à des reportages du style " être juif en banlieue " ou être être homo en banlieue " .
    En 40 ans j ai jamais vu un truc du style " être catho en banlieue, ou être une jeune femme Francaise aux 4000 .
    Apparement ca reste quand même une chance l’immigration massive, mais comme ils sont généreux, ils l’a laisse aux autres .
    Le Francais lambda lui peut subir, et doit même remercier qu’on lui pourrisse la vie, depuis des décénnies, ce gros beauf intolérant ( Francais était synonyme de facho jusqu’au début des années 2000, j’ai même connue des gens qui s’excusaient d’être francais et s’inventaient une filliation exotique lointaine pour se néttoyer de ce pêché )
    Ca, on le doit a la gauche et son SOS racisme qui ne manquait jamais une occasion de courir au chevet des bourreaux du petit prolo de souche, avec un Debouzze ou un Omar Sy (comme sympa), pour montrer a quel point la diversité est bonne pour lui.
    Ce grand écart, qui mérite la coupe du monde de l’hypocrisie et du mensonge est de plus en plus visible .
    Le summum de cette escroquerie anti Francaise qu’est SOS , c’est quand elle a tenté de nous faire croire qu’elle pouvait faire défiler sous son drapeau des LGBT et des personnes issus de l’immigration ! la chevre le loup et le choux
    Raté , c’est dommage, le slogan aurait pu être. " Tous uni contre le francais blanc catho qui nous opprime ! "

    Enfin, à propos de l’hypocrisie en faveur des migrations sub saharienne de masse , il n ’y a rien de plus raciste que de prendre cette posture paternaliste qui consiste sans le dire a estimer que l’on peut vider l’afrique de ses habitants pour les "aider " ce qui sous entend que contrairement a tous les autres continents, l afrique ne sera jamais capable d’évoluer seule, malgré les immenses ressources dont elle dispose.


  • #2266528

    Fini donc les peintures « indécentes », celles comme le Suicide de Lucretia de Lucas Cranach.
    Place au porno tout aussi indécent, mais guère plus. La pudibonderie fera de plus en plus de ravage.
    Mais c’est tout à fait normal, puisque nous sommes plongés dans une période de crise. En temps de crise, donc, les jupes descendent, les voitures s’arrondissent et ressemblent à des tanks, les vitres se rétrécissement, car tout rentre en mode œuf. Le mouvement hippie fut caractéristique d’une période d’opulence qui seule pouvait le faire naître. Malheureusement la drogue s’en est mêlée ! Et plus ce sera la crise, et plus les gens vont se refermer sur eux-mêmes, et comme ce processus échappe à leur conscience éveillée, ils se justifieront toujours plus en parlant de pudeur. Trêves d’âneries, car ce ne sont que des âneries !

    Tenez, j’utilise en ce moment un OM1 et le 1,8 de 85 mm Zuiko, puisque la dia Ektachrome 100 vient ENFIN de ressortir (bye bye horrible photographie numerdique !). Si vous avez encore le catalogue Olympus de 1976, vous verrez que pour illustrer les performances de l’optique 85 mm est photographiée une Japonaise seins nus !!! Si si, c’était en 1976, de surcroît venant d’un pays puritain ! Imaginez en 2019 un catalogue photo représentant des seins nus !!! En 2019 on est plus proche du voile intégral que de la nudité ! Je vois ce processus comme une stupéfiante régression. Je suis donc bien heureux de ne plus avoir beaucoup d’années à vivre, mon Monde devient attardé !


Commentaires suivants