Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Dolores O’Riordan, la chanteuse des Cranberries, nous a quittés pour le Royaume des Elfes

L’égérie elfique est passée de l’autre côté du mur du son. Dolores O’Riordan, minuscule chanteuse des Cranberries, ne pratiquait pas la casuistique lorsqu’elle chantait le génocide perpétré par les forces de la Couronne britannique sur son Irlande natale. Les zombies des forces spéciales de la perfide Albion auront massacré à plusieurs reprises les enfants de la verte Éirinn, cette Irlande mythique d’où sont issus une part importante des Québécois. Pratiquant un folk-rock de combat, Dolores n’a jamais reniée son catholicisme afin d’embrasser une forme ou une autre de théologie de la libération. Elle ne faisait que témoigner de la dévastation de la très catholique Irlande par les Zombies :

« C’est la même vieille rengaine depuis dix-neuf cent seize
Dans ta tête, dans ta tête ils sont toujours en train d’attaquer,
Avec leurs tanks et leurs bombes,
Et leurs bombes et leurs mitraillettes
Dans ta tête, dans ta tête, ils sont en train de crever… »

 

Jamais les bardes ne se tairont

[...]

Écrasant la rébellion, les forces britanniques installeront un véritable régime d’Apartheid en Irlande, confinant durant plus d’un demi-siècle les Irlandais dans une position de chiens affamés.

 

La celtitude et le christianisme s’entrelacent gracieusement

Dolores la Passionaria des vertes landes criait son désarroi en virevoltant sur scène, aérienne et presque funambulesque, jamais abrutissante … entrelaçant – comme ces fameux entrelacs irlandais qui ornent les enluminures des manuscrits des premiers monastères d’Europe – dans ses chansons des thèmes aussi différents que le salut de l’âme, les vaste étendues ou la libération du peuple irlandais. Presqu’une athlète du Christ, pour paraphraser Saint Paul dans la première lettre aux Corinthiens.

Véritable mystique, Dolores O’Riordan implorait le Seigneur de « lui donner la chasteté, la sainteté, la présence d’esprit » en gambadant sur scène comme une biche que rien n’arrête. La scène du rock, mais tout autant les véritables chrétiens – pas les culs bénis – viennent de perdre une artiste d’une rare sensibilité et qui n’aura jamais renié ses racines celtiques, celles d’avant l’arrivée de Saint Colomban et des premiers missionnaires en Éirinn. Et, le Québec, terre de bardes légendaires, pleure amèrement cette petite fée clochette qui nous rappelait à travers ses chansons que la survie d’un peuple ne peut être séparée de celle de son âme. Cette âme qui représente la continuité entre l’ici-bas et l’au-delà, malgré les vicissitudes d’une existence souvent contrariée par les forces du mal.

 

Les forces du mal

Dolores O’Riordan luttait contre un tempérament bipolaire et une sensibilité à fleur de peau qui ne lui ont laissé aucun répit. On pense à notre Jean Leloup, obligé de médicamenter sa géniale folie, capable de transformer la contrainte en force créatrice et d’aider la chanson québécoise à sortir de la torpeur des années 2000. La druidesse du rock luttait aussi contre le mal enduré par son peuple depuis si longtemps, depuis la nuit des temps. Et, c’est le salut de l’âme qui permet de surmonter même les épreuves qui semblent les plus funestes. Il faut réécouter son tube SALVATION pour saisir à quel point Dolores savait de quoi elle chantait :

« Vous tous qui vous tapez des lignes de coke, ne le faites pas, ne le faites pas.
Injectez de la liberté dans votre âme, c’est gratuit, c’est gratuit. »

[...]

Pleine de grâce, Dolores O’Riordan aura traversé la scène du rock comme une bête magnifique traquée par des forces maléfiques désarmées en bout de ligne. Elle nous laisse, seuls, avec notre conscience et nos désirs légitimes de libération.

Lire l’homélie entière sur patricehansperrier.wordpress.com

 

Dans cette chanson, Dolores revoit la petite fille qu’elle était, et dont la souffrance est devenue son inspiration...

Pour la défense des enfants
sur Kontre Kulture

 

Pour comprendre Dolores, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ces derniers jours, j’ai redécouvert Dolorès ("douleurs" en espagnol...tristement prémonitoire de son enfance saccagée par les abus sexuels). Malgré donc les viols répétés dans son enfance, elle n’avait pas la haine des hommes et fustigeait les féministes "le féminisme pour moi, c’est des femmes qui se sont fait plaquer 30 fois et qui décident que les hommes sont des ordures".
    Merci ER pour cet article, j’ignorais que les English avaient inventé les camps de concentration pour les Irlandais.

     

    • Les anglais ont inventé les camps de concentration pour les BOERS au moment de la guerre du mème nom. En ce qui concerne les irlandais ( comme pour les français des Amériques) ils ont surtout utilise l’oppression généralisée : massacres, enlèvements de femmes et d’enfants,spoliation,confiscation des terres, esclavage, famine, déportation....Il n’y a jamais rien eu à attendre de bon de ce peuple , héritier direct et à peine dégrossi des barbares angles, saxons, scandinaves. J’espère qu’ils vous rendront la "TAPISSERIE de la reine MATHILDE - dite de BAYEUX "...Pour l’anneau de JEHANNE d’ARC , ils ont trainé des pieds pendant 6siècles ..ils n’y ont consenti que pressés par le besoin de fric !


  • “La celtitude et le christianisme s’entrelacent gracieusement”

    A lire à ce sujet l’indispensable ouvrage de Jean Markale : « Le Christianisme celtique et ses survivances populaires ».
    Jean Markale n’est peut être pas considéré comme un auteur académique, mais il reste un auteur passionnant du monde celtique.

    Paix à ton âme Dolores.


  • Ô tristesse infinie ... trop jeune pour partir !


  • « Vous tous qui vous tapez des lignes de coke, ne le faites pas, ne le faites pas.
    Injectez de la liberté dans votre âme, c’est gratuit, c’est gratuit.  »

    Tout est dit, et merçi à ER d’avoir relayé cet hommage...

    Comme quoi tout n’est pas perdu, bien au contraire...


  • Merci pour ce magnifique article.


  • Sauf que Zombie n’était pas une chanson anti britanique mais anti violence suite a la mort de 2 enfants tués par une bombe de l’IRA.

     

  • Encore une partie de mon adolescence qui s’en va !
    La musique des 90’s : Oasis, Radiohead et les Cranberries bien sûr....
    La décennie qui a suivi a été insipide et celle-ci n’en parlons même pas. Décadence et vulgarité partout. Il y avait aussi pas mal de daubes dans ces années-là mais c’était la dernière époque d’une grande richesse musicale. Aujourd’hui t’allumes la radio, tu zappes indéfiniment...
    Époque pourrie !

     

    • Moi aussi j’écoutais quand j’étais ado :) Tout ce que je retiens de cette artiste, c’est l’émotion qu’elle a su transmettre et ça j’oublierai pas chaque fois que je penserai aux ’Cranberries’ C’était top ^^
      Aujourd’hui on a quoi ? Rien.
      Ah si désolé, la ""Star"" Amir ... mdr ...


  • Si la chanteuse des Cranberries est connue pour ses chansons au succès planétaire, elle restera également dans les mémoires pour ses positions tranchées et polémiques sur certains sujets, comme l’avortement. En 1995, elle se livrait au magazine Rolling Stones et déclarait ceci : "Je ne suis pas en position de juger d’autres femmes, mais je voudrais leur dire : “Idiote, pourquoi n’as-tu pas été enceinte ?” Ce n’est pas bon pour les femmes de se faire avorter et de subir tout ce que ça implique. Avoir quelque chose de vivant aspiré hors de leurs corps, ça les rabaisse. Chaque fois qu’une femme se fait avorter, elle écrase son amour-propre, de plus en plus, à chaque fois".

     

  • Paix à son âme


  • "Pratiquant un folk-rock de combat" ... je pouffe de rire

    Ainsi, nous fait on croire que, Dolores, une saltinbanque (parmi tant d’autres) qui maudissait les Zombies sur la scéne divertissante de Charlie&Lulu (cf. M6 années 90) est une combattante authentique...

    Reste-t-il encore des esprits lucides dans nos milieux (comme dirait un sage) pour comprendre qu’aucun barde n’a fait l’histoire ? Quels sont les bardes qu’il nous reste de l’épopée grecque, romaine, francaise (même républicaine, tiens !) ?

    Quel est notre défi, quel est l’enjeu le plus urgent : de faire l’histoire et non pas de chanter l’histoire... ceux d’en face la font...

     

    • Ceux d’en face se sont assuré le contrôle des artistes autant que du reste et pour une bonne raison. Donc oui, le barde/poète joue un rôle de par ce qu’il injecte dans la culture. Ce qu’il en reste ? On peut déjà citer L’Iliade et L’Odyssée encore lus il y a quelques générations. Pour ce qui est de la suite de l’histoire, les artistes influenceurs se sont plutôt mis à écrire qu’à chanter (ère du roman), la fonction a multiplié ses formes.
      En fonction de notre vision du monde on peut considérer que le monde des idées est à la base de tout, que c’est le premier champ de bataille (et donc que quand l’histoire est "faite" c’est à l’issue de la victoire d’une idée, pas ex nihilo), ou le contraire. Mais si les idées priment, alors c’est évident que ceux qui savent les manier ont une grande valeur... à condition qu’elles se diffusent.


    • Je te conseillerais de relire ses textes à tête reposé....


    • Pour chercher comme ça la petite bête dans la vie d’une artiste, qui a choisi ce mode d’expression que ça te plaise ou non, - comme si elle avait à s’excuser d’avoir usé de son talent pour défendre l’esprit de la terre de ses ancêtres -, tu fais bien partie, toi, de « ceux d’en face » ; les petits rieurs comme toi sont des êtres méprisables, dont le ricanement minable est inspiré par le prince de ce monde, l’Accusateur du tribunal céleste qui passe au crible la vie d’autrui afin de déverser sa haine de l’humain. Tu ris jaune, le jaune des cocus et des jaloux. Des jaloux sans aucune éducation, en plus.

      Les bardes et les troubadours ne font pas l’histoire, ils font les chansons de gestes, c’est-à-dire les légendes.

      MagnaVeritas



    • Je te conseillerais de relire ses textes à tête reposé....



      Il faut surtout lui conseiller de lire des textes classiques tout court vu les âneries qu’il débite ...


    • Bravo Magna Veritas !


  • Ses déclarations protectionnistes sur la culture irlandaise et la celtitude avaient d’ailleurs suscité le tollé de certains gauchistes, au point de voir leurs affiches de concert dans le métro frappés d’insultes et de croix gammées au début des années 2000.


  • little big woman rest in peace !


  • Hommage d’un chanteur de rue, j’aime bien la (non) réaction des passants
    https://youtu.be/AFmDS6Pml2Q


  • Un vrai son, une vrai voix, une vrai chanteuse. REP


  • Zombie, j’écoutais çà ado, un succès énorme... la même année que les débuts d’Offspring, et que la mort de Kurt Cobain (pour situer).

    On a beau avoir une âme prédisposée, la vie nous inflige des maux qu’on n’arrive pas forcément à dépasser.
    Beaucoup sont appelés mais peu sont élus.

    Paix à son âme et à celles de sa famille en tout cas !


  • Paix à ton âme, Dolores.


  • Dolores O’bidule c’est comme la Nolwen Leroy ou Ben Bono ,ça a l’apparence Celte ,Bretonne ou Irish ,mais ça n’en n’a que l’apparence et j’aime pas les imposteurs .
    Par ailleurs Quand on entend dire et lire que les vrais Celtes sont les Israélites ça me donne pas envie de supporter les éructations de la demoiselle
    (Si les Celtes chantaient comme ça ça m’étonne pas que l’Irlande soit si verte ! )
    Je sais je sais je nage encore à contre courant , tant pis !

     

  • Ma chanteuse préférée nous a quittée, mais sa musique demeure.

    parmi toute l’offre musicale qui nous est faite, très peu est de qualité et encore moins résiste au temps.

    Adieu petit lutin au mouvements féerique, soit en paix.


  • En ces temps de mariage pour tous, vous auriez du ne pas oublier de mettre également la chanson "Ode to my familly", une chanson qui m’a en partie réconcilié avec la mienne quand je m’étais égaré.
    Repose en paix ma belle et comme on dit chez toi "thanks for the tip". ;)


  • Magnifique papier.
    J’en ai les larmes aux yeux.


  • "lorsqu’elle chantait le génocide perpétré par les forces de la Couronne britannique sur son Irlande natale."

    Ce qu’elle dit des anglais me rappelle les dires d’Henri Pescarolo, le coureur automobile spécialiste de l’Irlande. C’est de lui que j’ai appris qu’en plus du désastre humain, les anglais avaient créé un terrible dégât écologique en Irlande. En effet, ils ont construit leurs bateaux en rasant les forêts irlandaises au bénéfice des forêts anglaises. Ordures jusqu’au bout les clébards de la City.......


  • RIP.

    Personnage complexe, bipolaire, anorexique, suicidaire et...alcoolique.
    Sur ce dernier point, la piste Stop & go à la Amy Winehouse est à considérer et concernant son décès soudain.
    En effet, sur de tels petits gabarits, la reprise massive après un sevrage est très souvent mortelle.

    M’enfin, ca n’a plus d’importance, il nous reste son testament musical et c’est très bien comme cela.


  • J’étais allé voir les Cranberries en concert à Bercy en 1999, et en clôture, elle avait chanté à capella l’Ave Maria, magique...
    Adieu Dolores, j’espère qu’on se retrouvera un jour dans l’autre Monde

     

  • Cette émouvante chanteuse qui ressemblait à un oiseau blessé semblait porter toutes les souffrances et les névroses de son peuple, des souffrances qu’elle a exprimé à travers ses chansons dont les plus connus me rappellent la meilleure période de ma vie, les années 90. Je suis restée assez froide en apprenant la mort de Johnny puis celle de France Gall mais pour Dolores, j’ai versé des larmes. Paix à son âme et merci à E&R pour ce magnifique hommage.


  • Magnifique article de l’atelier ER. J’apprécie beaucoup sa publication. Repose en paix Dolores.


  • Magnifique article. J’apprécie beaucoup sa publication sur ER :-)


  • J’espère que son âme a enfin trouvé le repos, la sérénité et la joie. Dommage que l’on soit privé de son immense talent. Merci Dolorès et bon vent sur la voie céleste...


  • Pour la première fois je suis atteint profondément par la disparition d’un artiste.
    Je ne pourrais jamais oublier la manière dont sa voix si particulière, à la fois si chaleureuse et si combative, à la fois galvanisante et porteuse d’espoir, apaisait mon âme d’enfant si tourmentée...elle résonnera à jamais dans ma tête et est chargée d’une émotion et de souvenirs qui ne tariront jamais.
    La cassette de "no need to argue", piquée à ma grande sœur, à été un îlot de calme, de profondeur et de lyrisme là où je ne comprenais même pas les paroles, à 7-8 ans, cerné par le rap de mauvais goût et la daube commerciale en tout genre, se débattant dans les dédales aliénatoires de notre belle éducation nationale....
    L’âme de cette musique mettait l’Irlande dans mon cœur alors que je n’en connaissait que des images, moi le jeune Kabyle né dans le Forez !
    Que dire alors lorsque, adulte, j’accédais au contenu, qui plus est armé d’une certaine conscience politique et traditionaliste convaincu...le sentiment rare que quelque chose de sain était insufflé à une scène internationale déjà bien égarée...
    Un charisme féminin véritable pied de nez vivant à la chanteuse lambda "progresso-féministo-mon cul-sur-la-commode" stipendiée.
    Et même si pour moi les albums qui ont suivi n’ont plus jamais été à la même hauteur il y avait encore un paquet de pépites, toujours cette douceur franche virant à l’envie au cris de guerre transcendant, avec cette voix hors du temps... Comment oublier un morceau tel que "daffodil lament", qui semble le suspendre tout simplement ?
    Repose en paix Dolores, ton prénom n’aura jamais été aussi tristement évocateur pour moi, mais tu me feras toujours vibrer !

     

    • Dolores O’Riardon, je ne me souvenais même pas de son nom...alors que sa voix résonne dans ma tête, chaque fois que je me sens cerné par les "zombies" de la technologie. "What’s in yourt head ?" ça donne de la force. J’avais pris soin de ne rien savoir sur elle pour ne pas polluer cette énergie. Même les paroles, je ne les ai jamais lues. Comme toi, Zebiuoche, j’comprenais pas les paroles, j’déchiffrais deux trois mots. C’est toujours le cas avec les voix éraillées anglophones qui arrachent et déforment les mots pour la rythmique et l’énergie : dur de les comprendre.
      Bref, je ne connaissais pas cette femme qui chante et qui chantera encore dans ma tête. D’habitude, la staritude de la mort me laisse de marbre mais là, j’ai un pincement au coeur. Mon scénario qui entourait sa voix n’avait rien à craindre de la réalité. Le bel article décrit Dolores O’Riardon comme une femme bien, jolie, tonique et d’une force d’âme. Irlandaise et catholique, pour un gars qui aime les irish pub, une femme parfaite.
      Dolores, elle chante dans ma tête, souvent. Alors ch’uis content de savoir que c’était une femme bien.


    • Oui on a beaucoup à gagner à la connaitre au final, le fond comme la forme sont une bénédiction !


  • Requiescat In Pace !


  • Mais c’est bien sur ! o’Riordan comme c’est Irish , surtout avec le O’ !
    Vous pouvez lire ’"The Times of Israèl " sur le site de Mikael Riordan ! sur les Juifs "Irlandais " qui seraient occupés à remettre en priorité leurs origines sémites et en second leur "Irishness " .
    Mais bon il n’y a pas plus acharnés danseurs de bourrée Bigouden que les Mr Bloom .
    Qu’on aime la musique (soit disant "Celte" car qui peut bien savoir quelle musique jouaient les fameux "Celtes " étant donné leurs obscures origines allant en fait de l’Iran à l’Indus valley et de l’Ukraine à l’actuelle Turquie ?) je veux bien le comprendre mais qu’on prenne pour garant les images proposées par les requins du show bizz ça me dépasse .
    Elle aurait été catho ,ben oui quand on est Irlandais ça s’impose .
    Bono de U2 aussi est "Irlandais" Francmac et sioniste " mais bon chacun croit ce qu’il connaît ...

     

    • @Hyperboréa
      Dire du mal de quelqu’un qui est mort ,bravo la charité
      Prions plutôt ,qu’elle soit ce quelle fut, ça ne nous regarde plus, c’est Dieu le dernier juge et toi qu’est-ce que tu sais, tu étais à son chevet ? tu sais si elle à demandé pardon au Christ ?
      Tu es à la place de Dieu, tu donnes des certificats de bonne vie , des allés simple pour le paradis ou l’enfer bravo monsieur


    • @Hyperboréa
      Dire du mal de quelqu’un qui est mort ,bravo la charité
      Prions plutôt ,qu’elle soit ce quelle fut, ça ne nous regarde plus, c’est Dieu le dernier juge et toi qu’est-ce que tu sais, tu étais à son chevet ? tu sais si elle a demandé pardon au Christ ?
      Tu es à la place de Dieu, tu donnes des certificats de bonne vie , des allés simple pour le paradis ou l’enfer bravo monsieur
      Requiescat In Pace !


    • Petite piqûre de rappel, Bono avait organisé le fameux concert Live Band Aid aux fins de réduire ses impôts. Je pense que beaucoup ont oublié ... mais ce n’est qu’un détail de l’histoire


  • Merci pour cet article. Les Cranberries étaient N°1 au hit-parade... dans mon camion (au moins dans les années 90/2000). Extraordinaire chanteuse.
    Dans Wikipedia, le moment où Dolores a intégré le groupe :
    "...À cette époque, le groupe ne répète que les week-ends et sa notoriété se limite à une poignée de personnes dans Limerick. En 1990, Niall Quinn décide de rejoindre un autre groupe car il juge que Cranberry manque de projets d’avenir. Avant de partir, Quinn mentionne au groupe le nom d’une camarade de classe de sa petite amie qui pourrait le remplacer, Dolores O’Riordan.
    Dolores O’Riordan, qui cherche également un groupe depuis 6 mois, est mise au courant par son amie et se présente à l’une des séances de répétition du groupe un soir de mai 1990, un clavier sous le bras. Dès qu’elle se met à chanter, sa voix stupéfie les trois autres membres, puis ceux-ci se mettent à leur tour à jouer plusieurs compositions de Noel Hogan. Après l’audition, Noel Hogan demande à O’Riordan d’écrire une chanson en se basant sur une maquette déjà existante du groupe. Une semaine plus tard, Dolores O’Riordan revient avec les paroles de leur premier morceau, Linger, l’un des futurs plus grands succès du groupe."


  • Bel hommage.
    Paix à son âme.
    Je n’ai malheureusement pas pu la voir en concert puisque son groupe a annulé sa venue à un festival ardéchois alors que j’avais pris ma place pour The Cranberries (un comble, le groupe fut remplacé par un Lou Reed grabataire...).


Commentaires suivants