Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’immigration irlandaise

par Friedrich Engels

En annexe à la remarquable vidéo intitulée À nos frères irlandais, je voudrais vous présenter un texte extrait de l’ouvrage de Friedrich Engels, La Situation de la classe laborieuse en Angleterre.

Ce texte qui rompt avec le Prêt-à-penser en vogue, mérite d’être porté par les jeunes générations, car plus assorti à leurs barbes nouvelles.

On y verra que l’Internationalisme prolétarien n’était nullement contradictoire avec la reconnaissance de caractères nationaux irréductibles.
Engels, l’ami de Marx est l’un des Grand-pères du mouvement ouvrier, co-fondateur de la Première Internationale prolétarienne, théoricien du matérialisme historique.
Mon projet ici est d’humilier la racaille antifa et autres gochistes jusque dans la fausseté de leurs références.
Ces supplétifs feraient mieux d’arborer des drapeaux américains que rouges et noirs.

 

Marx et Engels étaient des mecs carrés.

 

Farouchement réalistes, et profondément révoltés, ils pensaient virilement sans s’embarrasser de fioritures ni de moraline.
Et sur ce plan les grand-pères de l’Anarchie n’avaient rien à leur envier.
Bakounine reprochera même à Marx et Engels de « méconnaître tout à fait un autre élément fort important dans le développement historique de l’humanité : c’est le tempérament et le caractère particulier de chaque race et de chaque peuple ». [1]
Quant à Proud’hon c’est bien simple, si de nos jours il écrivait ce qu’il écrivit, il se ferait casser la gueule dans la rue par les nervis de la CNT pour son racialisme et sa misogynie.

Or donc, dans son ouvrage, Engels après avoir traité des effets désastreux du chômage, va examiner « une autre cause de l’abaissement où se trouvent les travailleurs anglais, une cause qui contribue a réduire encore sans cesse le standard de vie de cette classe sociale ».
Et cette deuxième cause de l’abaissement des conditions d’existence des prolétaires anglais sera : « l’immigration irlandaise ».
« À maintes reprises nous avons déjà eu l’occasion de mentionner l’existence des Irlandais venus s’installer en Angleterre ; nous allons maintenant examiner de plus près les causes et les effets de cette immigration. »
Ainsi débute ce chapitre qui nous paraîtra particulièrement injuste, et révoltera notre fraternité celtique.
Mais, avant de présenter le texte d’Engels, j’aurais quelques remarques amicales à faire sur ce film À nos frères irlandais.

Gloses marginales sur une video

Le film rattache la cause irlandaise à la Tradition catholique et monarchiste. C’est très bien. Et j’ai été ravi d’apprendre que Seize monta à l’échafaud suivi d’un prêtre irlandais.
Et que des Irlandais et de belles Irlandaises rejoignirent la chouannerie vendéenne.
Mais je ne puis m’empêcher de songer que l’ennemi mortel de la French Révolution fut....l’Angleterre. Donc ces irlandais chouans étaient, peut être, qui sait, des agents de Pitt.

Puis, brusquement, on passe en 1905. Avec la création du Sinn Féin.
La vidéo saute allègrement des années cruciales. En lesquelles se produisit un bouleversement qui va mettre cul par dessus tête les vieilles idéologies. La naissance du Capitalisme.
À partir de cette période, comme l’écrit l’historien Jeffrey Steinberg, l’Irlande du Nord deviendra « une plantation d’esclaves et un laboratoire d’expériences sociales, servant les besoins de la City de Londres ».
Et un de ces besoins fut de briser la montée en puissance du prolétariat anglais

Si avec le Sinn Féin nos frères irlandais devinrent de farouche républicains ennemis de la hideuse monarchie anglaise, avec l’IRA la cause irlandaise se reliera à la lutte du prolétariat mondial.
L’extrême droite des années 70 qui était d’abord et avant tout anticommuniste, l’avait bien compris. En 1980 elle deviendra Thatchérienne !
Les pro IRA se recrutaient tous dans l’autre extrême. Que ça plaise ou pas, c’est ainsi.
« IRA, Fedayin, Tupamaros, vaincront ! » gueulions nous à tue-tête dans les rues de Paris, de Rome et Berlin.

 

Erin mon amour

 

Dans le même temps, l’amour de toute l’extrême droite allait vers la délicieuse Margaret dite Iron Lady, la Dame de Fer. C’est ainsi qu’appelaient la baronne Thatcher, tous les partisans des régimes de Fer. Comme celui de Pinochet ou de Batista.
Dame de fer, par l’extraordinaire apport en fer des quatre repas qu’ingurgitait quotidiennement cette bourgeoise repue, la bouche en cul de poule, servie par des larbins affairés, cependant que Bobby Sands et ses camarades allaient mourir de faim et des sévices d’autres larbins, tout aussi affairés.

Il semble que la parenthèse pro-nazie de l’IRA n’ait pas beaucoup inspiré nos néo-fascistes français à l’époque. Dommage. Il faut dire que les irlandais étaient les Palestiniens de l’Europe. Or la "Vraie Droite", Ordre nouveau, le Front national, était pro-américaine et pro-israélienne.

Je sais bien que la seule Mémoire permise est celle de la Shoah, mais ne comprenant pas l’hébreu je garderai en moi celle, beaucoup plus humble, de la vérité.
Ne vous inquiétez pas, mes chers petits, j’ai un pied dans la Tombe

O Mort Vieux capitaine, il est temps ! levons l’ancre !
Ce pays nous ennuie, ô Mort ! Appareillons !

et avec ma poussière se disperseront les vieux savoirs gênants, à jamais perdus dans les rigoles du Temps. « Faut laisser faire et c’est très bien ».
D’ailleurs tout cela est déjà devenu du Folklore, même l’IRA.

L’immigration irlandaise, un tel écrit jugé avec les critères de notre temps, se verrait immédiatement interdit, et son auteur condamné à de lourdes amendes.
Sauf à considérer que l’incitation à la haine raciale à l’encontre des Irlandais, comme celle à l’encontre des Allemands ou des Russes, soit permise voire encouragée, comme une variété de ce racisme anti-blanc et anti-blonde dont notre ami Dieudonné vient de nous offrir un impérissable monument, avec ses considérations ad hominem sur la Morano.
Si on les appliquait à la Taubira des goûts et des couleurs, par exemple, je crains que rester En Paix ne devînt qu’un vœu pieux.

Le Ouacisme

Engels ne saurait être atteint de cette lèpre morale que les plus contaminés s’empressent d’inoculer aux autres : le Racisme.
Preuves :
Mary Burns, une jeune ouvrière irlandaise, sera sa compagne, jusqu’à la mort de celle-ci.
Il écrira aussi ceci, qui est beau, et le rédime : « l’ouvrier ne peut sauver sa qualité d’homme que par la haine et la révolte contre la bourgeoisie. Et c’est grâce à son éducation, ou plutôt son manque d’éducation, ainsi qu’à la chaleur du sang irlandais qui est passée en grande proportion dans les veines de la classe ouvrière anglaise, qu’il est capable de protester avec la plus grande passion contre la tyrannie des possédants. »

Donc ce n’est certainement pas « le racisme », « l’exclusion », « la haine de l’autre », « le rejet du vivre ensemble », qui ont dicté ses considérations sur l’immigration irlandaise en 1845 en Angleterre.
L’objet de Engels fut de montrer la même chose que Marx, qui écrivait que le but de l’immigration était :
« d’augmenter en apparence le nombre des travailleurs employés en remplaçant une force supérieure et plus chère par plusieurs forces inférieures et à bon marché, l’homme par la femme, l’adulte par l’adolescent et l’enfant, un yankee par trois Chinois. Voilà autant de méthodes pour diminuer la demande de travail et en rendre l’offre surabondante, en un mot, pour fabriquer des surnuméraires. » [2]

Tout ça reste d’actualité. Ce qu’il y a d’inédit avec la dictature de l’impérialisme américano-sioniste c’est que l’on a criminalisé la critique de cette pratique capitaliste.
C’est cette criminalisation de la critique et de la conscience qui s’appelle aujourd’hui l’Antiracisme.
Comme c’est l’arrivée d’une nouvelle vague migratoire qui pousse M. Hollande à durcir la législation dite antiraciste.

L’autre critique, à côté de celle du « dumping social » est résumée par ces mots :
« Chaque centre industriel et commercial en Angleterre possède maintenant une classe ouvrière divisée en deux camps hostiles, les prolétaires anglais et les prolétaires irlandais. » [3]
Fracturer la classe ouvrière
N’est ce pas excatement la tâche que s’était fixée Mitterrand ?
Pour ce faire il a appelé « Au secours Le Racisme » ! Et SOS RACISME est arrivé !
C’est à Élysée, dans le bureau de Bianco que naquit cette assoce avec un état major de professionnels. D’authentiques spécialistes du racisme, de grand-maîtres ès-antiracisme, je parle de l’Union des Juifs Étudiant en France.

SOS fut un centre de propagande relayé par tous les appareils idéologiques.
Ce fut l’installation d’un Racisme à l’envers. De la périphérie vers le centre. Pour casser en deux l’indomptable prolétariat français.
Nous devons à l’intifada de nos frères palestiniens la rupture de cette alliance entre les Juifs Etudiant la France et les Arabes voulant la niquer.

Quand le Parti communiste français était le « grand parti de la classe ouvrière », malgré son réformisme et son bureaucratisme il défendait bec et ongles les intérêts matériels et moraux de cette classe.
Lui aussi expliquait que l’Immigration est le grand moyen par lequel le Capital maintient sa domination en France et en Europe. D’où l’autre objectif de Mitterrand, accompli grâce à la complicité de certains bureaucrates du parti : briser le PCF.
Ne pas comprendre cette idée, la nier ou la combattre, revient à soutenir le Capital.
Ainsi, les dirigeants de la classe ouvrière française, partis et syndicats, en soutenant l’immigration ont demandé aux prolétaires de faire cause commune avec leur classe dirigeante.

Voici donc le texte d’Engels :

Toute ressemblance avec une autre immigration, passée, présente ou à venir serait pure fortuité.

 

L’immigration irlandaise

« Le rapide développement de l’industrie anglaise n’aurait pas été possible si l’Angleterre n’avait disposé d’une réserve : la population nombreuse et misérable de l’Irlande. Chez eux, les Irlandais n’avaient rien à perdre, en Angleterre ils avaient beaucoup à gagner ; et depuis qu’on a su en Irlande que sur la rive est du canal St George tout homme robuste pouvait trouver un travail assuré et de bons salaires, des bandes d’Irlandais l’ont franchi chaque année. On estime qu’un bon million d’Irlandais ont ainsi immigré jusqu’ici et que maintenant encore, il y a 50,000 immigrants par an ; presque tous envahissent les contrées industrielles et en particulier les grandes villes, y constituant la plus basse classe de la population. Il y a 120,000 Irlandais pauvres à Londres, 40,000 à Manchester, 34,000 à Liverpool, 24,000 à Bristol, 40,000 à Glasgow, et 29,000 à Edimbourg. Ces gens, qui ont grandi presque sans connaître les bienfaits de la civilisation, habitués dès leur jeune âge aux privations de toutes sortes, grossiers, buveurs, insoucieux de l’avenir, arrivent ainsi, apportant leurs mœurs brutales dans une classe de la population qui a, pour dire vrai, peu d’inclination pour la culture et la moralité.
[...]

« Ces travailleurs irlandais qui, pour 4 pence font la traversée, serrés souvent comme du bétail sur le pont du navire, s’installent partout.
Les pires demeures sont assez bonnes pour eux ; leurs vêtements les préoccupent peu, tant qu’un seul fil les maintient ; ils ignorent l’usage des chaussures ; leur nourriture consiste uniquement en pommes de terre, ce qu’ils gagnent en plus, ils le boivent ; pourquoi de tels êtres auraient-ils besoin d’un fort salaire ?
Les pires quartiers de toutes les grandes villes sont peuplés d’Irlandais ; partout où un quartier se signale particulièrement par sa saleté et son délabrement, on peut s’attendre à apercevoir en majorité ces visages celtiques qui, au premier coup d’œil se distinguent des physionomies saxonnes des indigènes, et à entendre cet accent irlandais chantant et aspiré que l’Irlandais authentique ne perd jamais. Il m’est arrivé d’enten­dre parler le celto-irlandais dans les quartiers les plus populeux de Manchester.
La plupart des familles qui habitent des sous-sols sont presque partout d’origine irlandaise. Bref, comme le dit le Dr Kay, les Irlandais ont découvert ce qu’est le minimum des besoins vitaux et ils l’apprennent maintenant aux Anglais. Ils ont importé en outre l’alcoolisme et la saleté. Cette malpropreté qui chez eux, à la campagne, où la population est disséminée, n’a pas de trop graves conséquences mais qui est devenue chez les Irlandais une seconde nature, est véritablement une tare effrayante et dangereuse dans les grandes villes par suite de la con­cen­tration urbaine.
[....]

« Et quant à la saleté, à l’inconfort des maisons, impossible de s’en faire une idée. L’Irlandais n’est pas habitué aux meubles ; un tas de paille, quelques chiffons absolument inutilisables comme vêtements et voilà pour sa couche.
... Dans son pays, dans sa cabane de torchis, une seule pièce suffisait à tous les usages domestiques ; en Angleterre, la famille n’a pas non plus besoin de plus d’une pièce. Ainsi cet entassement de plusieurs personnes dans une seule pièce, maintenant si répandu, a été introduit principalement par l’immigration irlandaise.
Et comme il faut bien que ce pauvre diable ait au moins un plaisir, et que la société l’exclut de tous les autres, il s’en va au cabaret, boire de l’eau-de-vie. L’eau-de-vie est pour l’Irlandais, la seule chose qui donne son sens à la vie – l’eau-de-vie et bien sûr aussi son tempérament insouciant et jovial : voilà pourquoi il s’adon­ne à l’eau-de-vie jusqu’à l’ivresse la plus brutale. Le caractère méridional, frivole de l’Irlandais, sa grossièreté qui le place à un niveau à peine supérieur à celui du sauvage, son mépris de tous les plaisirs plus humains, qu’il est incapable de goûter en raison même de sa grossièreté, sa saleté et sa pauvreté, autant de raisons qui favorisent l’alcoolisme – la tentation est trop forte, il ne peut résister et tout l’argent qu’il gagne passe dans son gosier.
Comment pourrait-il en être autrement ? Comment la société qui le met dans une situation telle qu’il deviendra presque nécessairement un buveur, qui le laisse s’abrutir et ne se préoccupe nullement de lui – comment peut-elle ensuite l’accuser, lorsqu’il devient effectivement un ivrogne ?
[....]

« C’est contre un concurrent de ce genre que doit lutter le travailleur anglais, contre un concurrent occupant le barreau de l’échelle le plus bas qui puisse exister dans un pays civilisé et qui, précisément pour cette raison, se contente d’un salaire inférieur à celui de n’importe quel autre travailleur.
C’est pourquoi le salaire du travailleur anglais, dans tous les secteurs où l’Irlandais peut le concurrencer, ne fait que baisser constamment et il ne saurait en être autre­ment, comme le dit Carlyle. Or, ces secteurs sont très nombreux. Tous ceux qui n’exi­gent que peu ou pas d’habileté s’offrent aux Irlandais. Certes, pour les travaux exigeant un long apprentissage ou une activité durable et régulière, l’Irlandais débauché, versatile et bu­veur est très insuffisant. Pour devenir ouvrier-mécanicien, pour devenir ouvrier d’usine, il lui faudrait d’abord adopter la civilisation et les mœurs anglaises, bref, devenir d’abord objectivement anglais.

« Mais partout où il s’agit d’un travail simple, moins précis, qui requiert davantage de vigueur que d’adresse, l’Irlandais est tout aussi bon que l’Anglais. Et c’est pourquoi tous ces métiers sont envahis par les Irlandais ; les tisserands manuels, aide-maçons, porte-faix, “tâcherons”, etc... comptent une foule d’Irlandais ; et l’invasion de cette nation a contribué, pour beaucoup, dans ces professions, à abaisser le salaire et avec lui la classe ouvrière elle-même.
Et même si les Irlandais qui ont envahi les autres branches ont dû se civiliser, il leur est resté encore assez de marques de leur ancien mode de vie pour exercer sur leurs camara­des de travail anglais, une influence dégradante – sans parler de l’influence du milieu irlandais lui-même. Car si l’on considère que dans chaque grande ville, un cinquième ou un quart des ouvriers sont Irlandais ou enfants d’Irlandais élevés dans la saleté irlandaise, on ne s’étonnera pas que dans l’existence de toute la classe ouvrière, dans ses mœurs, son niveau intellectuel et moral, ses caractères généraux, se retrouve une bonne part de ce qui fait le fond de la nature de l’Irlandais, et l’on concevra que la situation révoltante des travailleurs anglais, résultat de l’industrie moderne et de ses conséquences immédiates, ait pu être encore avilie. »

Friedrich Engels

 

Notes

[1] Bakounine. Lettre au journal la LIBERTÉ de Bruxelles.

[2] Le Capital. Livre I. Chapitre XXV

[3] Marx & Engels : Le parti de classe

Sur l’Immigration, le marxisme et l’antiracisme, chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1291663
    le 13/10/2015 par Anonyme
    L’immigration irlandaise

    Très bonne initiative de ressortir ce texte, tombé un peu dans l’oubli, qui suffit à démolir tous les sermons anti-racistes repris par l’extrême-gauche "anticapitaliste", démontrant une fois encore, au-delà de leur ignorance totale des penseurs et idées auxquelles ils font sans cesse allusion, leur traîtrise et leur félonie.
    Pour cela, bravo M. Niesche !


  • #1291702
    le 13/10/2015 par Dia
    L’immigration irlandaise

    "l’amour de toute l’extrême droite allait vers la délicieuse Miss Thatcher"

    "**toute** l’extrême droite" ? "pro-américaine", "pro-israélienne" ?
    je sais que la généralisation ici est sans doute une figure de style mais attention pas d’amalgam !

    Souhaitons que votre connaissance de l’histoire marxiste soit meilleure que celle de l’extrême droite française !

    très bon texte de Engels par ailleurs merci

     

    • #1291935
      le 14/10/2015 par brucy
      L’immigration irlandaise

      Il a raison, la majeure partie de l’extrême droite d’après guerre jusqu’à on va dire la guerre du Golf, était pro israélienne et globalement pas anti-américaine.Deux figures marginales ont été de toujours été et anti USA : Henry Coston et François Duprat.


    • #1292564
      le 14/10/2015 par leonardo
      L’immigration irlandaise

      Toute l’extreme droite pro americaine et pro israelienne ? Une immense majorité, oui, la totalité, non. Duprat a créé en 1967 le rassemblement pour la Liberation de la palestine, ultra minoritaire, certes, mais , au fil du temps est devenu assez majoritaire. C’est aussi oublier les nationalistes bretons qui n’ont guére épargné leurs soutiens à la cause de l’IRA. Enfin, bon....


  • #1291745
    le 13/10/2015 par Pamfli
    L’immigration irlandaise

    Merci M. Niesche, Ex-France sera dans ma prochaine commande Kontre Kulture, forcément.


  • #1291876
    le 14/10/2015 par Moi, Peter Sellers
    L’immigration irlandaise

    Les ressentiments envers les irlandais sont encore vivaces.. J’ai plusieurs fois entendus des « Southern Fairies » (Tapettes du sud : rivalité nord/sud de l’Angleterre) insulter les catholiques irlandais de proliférer comme des rats dû au fait qu’ils avaient plus de deux enfants.. des confidences qu’on entends que de l’intérieur.
    Bon, les quartiers irlandais sont bien dangereux mais les quartiers anglais du nord c’est vraiment pas mieux.. À côté de ça c’est le quartier pakistanais de Rusholme avec ses restaurants, son activité économique qui s’en sort le mieux.. Les Chinois qui transforment la maison familiale en hall/restaurant servant uniquement les plats à emporter ; employant oncle, tante et surtout enfants à titre gratuit..
    Sur la misère importée par les irlandais je relativiserais tout de même sur un point.. depuis Charles Dickens le sous proletariat anglais vivait dans la déchéance la plus totale. Un peu plus, un peu moins ?
    J’ai vu des enfants dans le nord vivrent dans une misère rare, les parents des vrais loques ; en Roumanie une famille d’alcoolo c’est presque mieux alors imaginez..

    Dans les années 90 les quelques membres de la secte Nation Of Islam sur la grande place, bien qu’ils n’acceptaient aucun blanc dans leur organisation, parlaient à tous les jeunes et vantaient les mérites de Farakhan interdit d’entrée au Royaume Unis.. Au collège puis plus tard à l’université j’avais des profs marxistes, mais aucuns n’avaient dressés un portrait (bien que fortement ethnocentré..) des saloperies de ce monde qui pourrissaient à la vue de tous.. Les discours de Farrakhan sont encore consultables..


  • #1291916
    le 14/10/2015 par malcom
    L’immigration irlandaise

    En regardant le film, je me suis mis à penser que les Irlandais étaient de tous les peuples européens ceux qui présentaient le plus de similitudes avec les Africains. J’avais assurément en vue leur communauté d’histoire faite de domination, de négation de leur humanité, de souffrances multiformes et continues. Ces tragédies, ils les partagent avec les Palestiniens, les Indiens d’Amérique et tous les opprimés de la terre. Quant à la lecture du texte de F. Engels, des "esprits carrés" pourraient précipitamment en déduire de supposés caractères nationaux pour essentialiser une sauvagerie irlandaise exactement comme "ils" le font avec l’immigration africaine d’aujourd’hui. Heureusement que dans sa vie quotidienne, l’ami de Marx a apporté la preuve qu’il ne fut point raciste malgré le vocabulaire brut avec lequel il décrit les Irlandais. Non, ce n’est pas de traits culturels intrinsèques dont il parle mais plutôt de conditions matérielles d’existence historiquement déterminées par les rapports de production dans lesquels ils sont insérés. Et cela est vrai pour toutes les communautés dominées et exploitées. CQFD


  • #1292062
    le 14/10/2015 par Propaganda
    L’immigration irlandaise

    Bonjour,

    Est ce que quelqu’un pourrait me conseiller un bon livre sur l’histoire de l’Irlande car je dois bien admettre que j’ignorais plein d’éléments mentionnés par l’article susvisé et par la vidéo.

    En cherchant un peu je suis tombé sur Pierre Joannon ? Je peux également lire les livres en anglais s’ils sont non traduit.

    Merci de votre aide !


  • #1292111
    le 14/10/2015 par Gloups
    L’immigration irlandaise

    Parfaitement d’accord avec le texte sur la parenthèse de la vidéo de Dieudonné sur Morano. Elle est ignoble, car elle ne se limite pas à la critique du physique de Morano, mais de la femme blanche et des blancs (comparés à des porcs). La fameuse réconciliation... Que penserait Dieudonné d’un portrait aussi peu flatteur de Taubira avec une généralisation vers la race noir (accolé comme il le fait à un animal) ?

     

    • #1292460
      le 14/10/2015 par Genf !
      L’immigration irlandaise

      Dieudo la déja fait, en se comparant lui même a un gorille et Taubira à un bonobo. De plus la mère et la femme de Dieudo sont blanche et francaises, donc après faut pas se mettre a pleurer comme ceux d’en face quand il se moque de Morano. Il choque, et ça a toujours été sa marque de fabrique, de plus qu’il lui tend la main finalement et que c’est bien le seul en réalité...


  • #1292115
    le 14/10/2015 par Mike
    L’immigration irlandaise

    "Sauf à considérer que l’incitation à la haine raciale à l’encontre des Irlandais, comme celle à l’encontre des Allemands ou des Russes, soit permise voire encouragée, comme une variété de ce racisme anti-blanc et anti-blonde dont notre ami Dieudonné vient de nous offrir un impérissable monument, avec ses considérations ad hominem sur la Morano."

    Ca m’avait un peu choqué aussi. On connaît Nadine Morano et on doit s’attendre à ce qu’elle dise des bêtises. Pourquoi s’offusquer aujourd’hui, pour un des trucs les plus valides qu’elle ait dit ?
    L’humour, chez Guillon comme chez Dieudonné, n’améliore pas les relations humaines puisqu’il se résume à chercher des cibles.
    Et quand on cible quelqu’un, c’est souvent qu’on lui refuse le droit à la subjectivité. C’est l’esprit dictatorial des "valeurs universelles".
    D’ailleurs, j’ai des valeurs - universelles - et vous n’avez que des préjugés.


  • #1292425
    le 14/10/2015 par DavidCH
    L’immigration irlandaise

    C’est presque plausible...presque un bon angle d’attaque....Il y a petit détail que vous "oubliez". cependant...La définition du mot "Capitalisme" a évolué...Elle a d’ailleurs évolué grâce, entre autres, aux Marxistes...qui ont bien démontré, notamment, comment le "Capitalisme" mondialisé et/ou mondialiste a besoin de l’Etat-nation pour exister...
    Donc oui, le "système" cherche des travailleurs, oui à bon marché, oui à travers l’immigration...Mais, oui, aussi, l’Etat-nation est un des cadres dans lequel cela est possible....

     

    • #1292551
      le 14/10/2015 par Moi, Peter Sellers
      L’immigration irlandaise

      Il ne faut pas qu’on oublie ce que fut la deuxième cartouches.. car ensuite c’est bien l’hostilité envers l’immigré irlandais qui fut exploité.. C’est bien de dénoncer l’immigration irlandaise, mais comment oublier les irlandais qui subissent encore aujourd’hui une certaines hostilité ou alors les préjugés méprisants ?..


  • #1292585
    le 14/10/2015 par JC1987
    L’immigration irlandaise

    Je dois dire que malgré certaines réticences (Staliniennes peut être) je me surprend a apprécier de plus en plus Felix Niesche. D’une certaine manière très différente il m’évoque le Alain Soral qui m’a fait découvrir et apprécier il y’a 10 ans, ce que l’on appelle ici la "gauche du travail".

    J’ai d’ailleurs beaucoup aimé l’un de ses derniers textes sur le lambertisme.


  • #1293987
    le 16/10/2015 par R. Beras
    L’immigration irlandaise

    Super article. Merci !


  • #1296591
    le 19/10/2015 par Lundi
    L’immigration irlandaise

    Toujours excellent !


Afficher les commentaires suivants