Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Du yahvisme à l’islamisme

Judaïsme, arabité et islam primitif

Comme Alain Soral ne cesse de le répéter, par l’idéologie du choc des civilisations, l’élite judéo-sioniste exacerbe et instrumentalise l’opposition séculaire entre les civilisations islamique et chrétienne. Plus précisément, ce réseau qui travaille à l’accomplissement du projet biblique de domination des nations par Israël, se sert de l’islamisme pour monter la chrétienté contre les pays arabes ennemis d’Israël, et se sert de l’Empire chrétien pour les détruire militairement. La triangulation fonctionne à plein régime.

 

Israël se sert aussi de l’islam pour détruire de l’intérieur ses ennemis parmi le monde arabe. Depuis le début du 20e siècle, les États laïcs arabes, tout comme les projets panarabiques qu’ils ont inspirés (ceux de Nasser et Kadhafi), ont été les ennemis d’Israël, tandis que l’islamisme (l’islam exclusif, politique et conquérant) a toujours été son allié objectif, pour ne pas dire son instrument, dans la destruction de ces États laïcs – Liban, Syrie, Irak, Libye. L’islamisation de la résistance palestinienne par le Hamas, pour prendre un autre exemple, fut particulièrement avantageuse pour Israël, dans la mesure où elle a permis d’inverser l’image de cette résistance dans l’opinion publique mondiale. D’une manière générale, les Frères musulmans, dont le Hamas est issu, ont toujours été utiles pour affaiblir les ennemis d’Israël ; quand ils ne commettaient pas eux-mêmes des attentats contre Nasser en Égypte, le Mossad en organisait en son nom (Opération Susannah en 1954).

Les islamistes sont doublement les idiots utiles du sionisme : non seulement ils détruisent de l’intérieur les États laïcs hostiles à Israël, mais en plus, ils répandent dans le monde entier une image détestable des populations musulmanes. Après chaque attentat revendiqué par DAECH ou toute autre groupe d’inspiration wahhabite, l’islamophobie progresse et la sionosphère renforce son contrôle sur les institutions et les consciences d’Occident.

Or nul n’ignore que l’islam wahhabite, qui est la matrice de l’islamisme moderne, se revendique de l’islam conquérant des origines, et qu’il le fait d’autant plus facilement qu’il partage avec l’islam primitif son enracinement dans l’arabité historique : les Saoud, maîtres de La Mecque depuis 1727, se voient comme les nouveaux Quraych (la tribu maîtresse de La Mecque à l’époque de Muhammad). Le crédo de Muhammad ibn Abd al-Wahhab, fondateur du wahhabisme : « Il n’est de dieu que Dieu ! », et sa phobie de tout ce qui ressemble à de l’« associationnisme », est fidèle à la lettre du Coran [1].

Pour comprendre et combattre l’islamisme, il faut donc clarifier sa relation avec l’islam des origines. La nier purement et simplement ne fait rien avancer. Et pour comprendre comment Israël instrumentalise l’islamisme, il faut remonter aux relations complexes entre l’islam primitif et la communauté juive du 7e siècle de l’ère chrétienne. C’est l’objet de cet article.

 

Juifs et chrétiens dans l’Arabie de Muhammad

L’influence du judaïsme sur les révélations du prophète Muhammad est bien connue. Elle transparaît dans les nombreuses références à Moïse (Musa), Abraham (Ibrahim), Joseph, David, Jonas et Salomon. Des sourates entières sont consacrées à des légendes bibliques, avec des variations laissant supposer un emprunt à des traditions orales relativement autonomes par rapport au Tanakh juif.

Il n’y a là rien de mystérieux, puisque la biographie du Prophète insiste sur son espoir de convaincre les Juifs de sa légitimité comme prophète s’inscrivant dans la lignée biblique. Il se rendait dans les lieux de prière des Juifs, adopta leurs interdits, jeûnait les mêmes jours qu’eux, fit orienter initialement la prière vers Jérusalem, et épousa une femme juive de la tribu des Banu Nadir.

Nombreuses également sont les références coraniques à Jésus, Marie et Jean-Baptiste, qui elles aussi démontrent des influences hétérodoxes. Un épisode semi-légendaire de l’enfance de Muhammad se rapporte à sa rencontre avec le moine syriaque Bahira, qui aurait reconnu sur son dos le signe de la prophétie. Un hadith célèbre (Sahih Al-Bukhari Hadith, I.1.3) évoque sa reconnaissance par Waraqa ibn Nawfal, un parent de sa première épouse Khadija, réputé prêtre chrétien. Lorsque Muhammad lui raconta la visite de l’ange, Waraqa expliqua : « Cet ange, c’est le Confident que Dieu a envoyé autrefois à Moïse. » Ayant en quelque sorte oint Muhammad, Waraqa s’éteignit [2]. Waraqa, dit le hadith, « connaissait la Torah et l’Évangile », « savait tracer les caractères hébraïques, et avait copié en hébreu toute la partie de l’Évangile que Dieu avait voulu qu’il transcrivit » [3]. On peut le qualifier de judéo-chrétien, par opposition aux pagano-chrétiens issus de la prédication de Paul.

Le Coran nomme généralement les chrétiens « nazaréens », un terme qui désigne effectivement chez les hérésiologues chrétiens des fidèles du Christ restés attachés au judaïsme ; ils sont souvent confondus avec les ébionites, supposés issus des communautés palestiniennes dispersées à la chute de Jérusalem en 70. Les nazaréens sont opposés à la christologie trinitaire des conciles œcuméniques du 4e siècle, et rejettent la divinisation du Christ, qu’ils considèrent comme une déviance païenne. Au 6e siècle, ils sont rejoints dans leur ressentiment contre Constantinople par les églises jacobites, nestoriennes ou monophysites, issues de schismes plus récents et qui comptent aussi des réfugiés en Arabie. Le Coran démontre l’influence très nette du judéo-christianisme anti-trinitaire, par exemple dans la sourate 4, verset 171 :

« Ô gens du Livre (Chrétiens), n’exagérez pas dans votre religion, et ne dites d’Allah que la vérité. Le Messie Jésus, fils de Marie, n’est qu’un Messager d’Allah, Sa parole qu’Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. Croyez donc en Allah et en Ses messagers. Et ne dites pas “Trois”. Cessez ! Ce sera meilleur pour vous. Allah n’est qu’un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. C’est à Lui qu’appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre et Allah suffit comme protecteur. »

À l’époque de Muhammad, les deux grands empires sont monothéistes : Byzance est chrétien et la Perse est zoroastrienne, tout en abritant aussi de nombreux juifs et chrétiens. Plusieurs tribus arabes sont converties au christianisme. C’est le cas des Ghassanides, sédentarisés sur les marches de l’empire byzantin. Ils préservent des coutumes bédouines comme la polygamie et se rattachent à l’Église monophysite en conflit avec l’orthodoxie byzantine, mais ils sont fédérés à l’Empire par un traité d’alliance, et leur roi reçoit le titre byzantin de phylarque. Selon des sources arabes, Muhammad aurait tenté sans succès de se les concilier, car ils représentaient un obstacle militaire dans l’expansion vers le Nord. Le dernier de leurs rois sera défait aux côtés des Byzantins à la bataille du Yarmouk (636) [4].

Le christianisme et le judaïsme sont également présents au Sud (Yaman en arabe) [5]. Au Yémen se trouve le royaume d’Himyar, qui à partir du 1er siècle contrôle une grande partie de l’Arabie méridionale. En 380, son roi se convertit au judaïsme et fait détruire les temples polythéistes. Des spécialistes pensent qu’il s’agissait plutôt d’un « monothéisme judaïsant » [6]. Ce passage de l’Arabie du Sud au monothéisme judaïsant, deux siècles et demi avant l’islam, obéissait déjà à une volonté politique d’unification. Quant au christianisme, il s’était déjà diffusé sur l’autre rive de la Mer Rouge, dans le royaume éthiopien d’Aksoum, dont l’empire s’étend à l’Ouest jusqu’au Soudan et l’Égypte, et qui s’allie aux Byzantins contre les Perses. Au Yémen, la lutte entre chrétiens et juifs tourna à la guerre civile au 6e siècle, ce qui provoqua l’ingérence du roi d’Aksoum en faveur des chrétiens. Un roi chrétien prend le pouvoir en 519, mais il est renversé en 522 par le monarque juif Yusuf Dhu Nuwas. Celui-ci déclenche un grand massacre des chrétiens, mais il tombe à son tour lorsque le roi d’Aksoum envahit le Yémen, qui rentre alors sous sa tutelle. Le christianisme balaye les derniers foyers judaïques, forcés de se convertir ou de partir. Mais la royauté chrétienne est renversée par un général d’Abyssinie nommé Abraha, et en 570, un prince juif yéménite, Sayf Ibn Dhi Yazan, fait appel aux Perses pour chasser les Abyssins. Cette histoire mouvementée témoigne des troubles causés par la lutte entre judaïsme et christianisme en Arabie, et permet de contextualiser l’émergence de l’islam comme troisième voie.

Les Juifs étaient nombreux également dans l’Arabie centrale de Muhammad. Sur les cinq tribus résidant à Yathrib (Médine), trois étaient juives (les Banu Qaynuqa, Banu Nadir et Banu Qurayza) ; elles pratiquaient l’agriculture et divers artisanats dont la joaillerie, et vivaient dans des quartiers fortifiés [7]. À 150 km plus au nord, l’oasis de Khaybar était aussi occupée par des Juifs. La tradition islamique fait remonter l’installation des Juifs dans le Hedjaz à l’époque de Moïse [8]. Elle est en tout cas très ancienne, car leurs noms et leur organisation tribale sont typiquement arabes.

Leur judaïsme est certainement assez éloigné du talmudisme de Bagdad, Jérusalem et Constantinople. On compte parmi ces Juifs arabes les Réchabites, qui considèrent comme un commandement divin de s’abstenir de vin, et qui ont pu influencer Muhammad sur ce point. Les Réchabites sont encore signalés au début du 19e siècle à proximité de La Mecque [9], mais leur ancienneté est attestée par la Bible, où le prophète Jérémie loue leur fidélité au commandement de leurs pères (Jérémie 35,6).

Aux côtés des chrétiens et des juifs, le Coran mentionne à trois reprises les sabéens, dans des formules comme « les juifs, les sabéens et les nazaréens ». On s’accorde à reconnaître en eux les ancêtres des mandéens, une religion issue de la matrice judaïque qui survivait encore récemment en Irak, et dont les livres glorifient Jean-Baptiste mais diabolisent Jésus. Enfin, la tradition islamique prétend qu’il existait en Arabie, à l’époque de Muhammad, des Arabes monothéistes qui n’étaient ni chrétiens ni juifs, mais fidèles à la religion d’Abraham, les hanîfs [10].

En l’absence d’autorité centrale et de frontières bien définies, ces courants dialoguaient et s’interpénétraient. Dans un tel contexte, le mouvement de Muhammad ne passait certainement pas pour une nouvelle « religion », mais plutôt pour une nouvelle variante du judéo-christianisme. Vers 735, Jean Damascène, qui était actif dans l’administration Omeyyade de Damas entre 700 et 705, inclut les « Ismaélites », qu’il nomme aussi « Sarrasins », parmi les sectes hérétiques chrétiennes de tendance judaïsante.

Pas besoin d’être marxiste pour comprendre que la religion reflète l’organisation sociale : tandis que le tribalisme est ataviquement polythéiste (à chaque tribu ses dieux), le monothéisme accompagne utilement toute tentative d’imposer une unité nationale. Muhammad ne fut pas le seul visionnaire mû par cette volonté : il dut affronter plusieurs concurrents, dont le mieux connu est Musaylima, un chef charismatique de la tribu des Banu Hanifa, qui refusait de se rallier à Muhammad. Musaylima professait une doctrine fondée sur le Dieu unique al-Rahman, imprégnée de monothéisme juif et chrétien comme celle de Muhammad [11].

Par ailleurs, les historiens tempèrent la vision traditionnelle d’une rupture radicale entre l’idolâtrie de l’Arabie pré-islamique et le monothéisme islamique. Ils avaient beau vénérer de nombreuses divinités, djinns et ancêtres héroïsés, les Arabes reconnaissaient l’existence d’un Dieu suprême, nommé simplement Allah (correspondant au El araméen). « La plupart ne croient en Dieu qu’en lui associant d’autres divinités », dit d’eux le Coran (12,106). Ce n’est donc pas un dieu nouveau que Muhammad impose aux Arabes ; il se contente de rediriger tous les cultes vers le Dieu suprême, le seul auquel tout le monde croit.

 

La guerre perso-byzantine et la conquête de la Syrie

Les communautés juives à l’époque de Muhammad sont affectées par un contexte géopolitique très troublé. Leur situation dans les territoires de Byzance avait commencé à se dégrader sous l’empereur Justinien (527–565), qui interdit la lecture des textes en hébreu et la possession d’esclaves chrétiens par les Juifs. Ces restrictions furent renforcées sous Héraclius (610-641), dans le contexte de la guerre perso-byzantine (602-628). Les Juifs, en effet, favorisent les Perses contre les Byzantins. En 613, ils fomentent une révolte en Palestine, espérant profiter de l’offensive perse pour prendre le pouvoir sur l’ancienne terre d’Israël. Sur l’invitation secrète des Juifs de Tyr, une armée juive estimée à 20 000 hommes marche sur la ville. L’expédition échoue car les chrétiens, ayant eu vent du complot, prennent les Juifs de la ville en otage. Les envahisseurs juifs détruisent les églises autour de Tyr, et les chrétiens exécutent deux mille de leurs otages en représailles. Finalement, les assiégeants rebroussent chemin. Cette révolte affaiblit la capacité de résistance de Byzance, et vaut aux Juifs la haine des chrétiens. Lorsque, l’année suivante, le général perse Shahrbaraz assiège Jérusalem, il est assisté de l’intérieur par les Juifs. Les Perses leur confient le gouvernement de la ville. Il s’ensuit dans la Ville Sainte une persécution vengeresse contre les chrétiens, incluant massacres, déportation, incendies de monastères et d’églises.

Les Juifs espéraient que l’empereur perse Khosro II leur accorderait la totalité de la terre d’Israël, en récompense de leur soutien. Mais les Perses, dont le royaume compte également de nombreux chrétiens (principalement nestoriens), changent de politique quelques années après et expulsent même les juifs de Jérusalem. Byzance reprend les territoires palestiniens en 622, puis, ayant fait la paix avec la Perse, Héraclius fait une entrée triomphale à Jérusalem en 630. Des massacres de Juifs ont lieu dans toute la Palestine. Un édit impérial daté de 634 contraint les Juifs à la conversion sous peine de mort. Il n’est pas appliqué partout, en raison de l’opposition de l’Église, mais il fait fuir de nombreux Juifs. Certains s’exilent en Arabie.

Tous ces événements avaient déclenché une grande ferveur messianique parmi les Juifs. En témoigne le Sefer Zerubavel, un texte en hébreu médiéval écrit, pense-t-on, en Palestine entre 629 et 636. Il s’agit d’une vision apocalyptique attribuée fictivement à Zerrubabel, un roi juif dont le nom est associé dans la Bible à la restauration du temple après l’Exil à Babylone. La vision annonce la restauration d’Israël et l’établissement du Troisième Temple. Héraclius, désigné par le cryptogramme Armilius, est assimilé à l’antéchrist.

Ce sont finalement les musulmans qui profiteront de l’épuisement des ressources militaires des deux empires byzantins et perses, et de la lassitude de leurs populations après un quart de siècle de guerre. La Syrie tombe entre les mains des Arabes après la bataille décisive du Yarmouk contre les Byzantins en 636. La ville sainte, où les juifs avaient interdiction de résider depuis 135, leur est de nouveau ouverte, et ils y affluent.

Même si la conquête de la Syrie est attribuée au successeur de Muhammad, le premier calife Abou Bakr (632-634), elle fut certainement conçue et préparée par Muhammad ; l’orientation initiale de la prière vers la Ville Sainte en témoigne. Selon Jacob d’Édesse, écrivant dans la seconde moitié du 7e siècle, c’est dès 626 que « les Arabes commencèrent à faire des incursions en terre de Palestine ». Vers 640, le prêtre jacobite Thomas le Presbytre parle d’une incursion violente à Gaza par les « Arabes de Muhammad » ayant eu lieu en 634, et un autre document grec évoque, au sujet de la même incursion, le « prophète qui est apparu avec les Saracènes ». Que Muhammad fût présent ou non (il est supposé mort en 632), la conquête de la Palestine s’est faite en son nom. L’historien du monde arabo-islamique Alfred-Louis de Prémare conclut :

« Aussi haut que remontent nos informations, et quelle qu’en soit la provenance, elles nous indiquent que Muhammad fut l’initiateur de la conquête de la Palestine. Les informations les plus anciennes en figurent dans les chroniques syriaques, arméniennes et grecques contemporaines de la conquête [12]. »

Théophile d’Édesse, auteur grec du 8e siècle qui se trouvait à Bagdad au service des premiers califes abbassides, retient chez les conquérants de la Syrie deux motivations : la conquête d’une terre fertile, et l’appât d’un butin abondant :

« Il [Muhammad] leur vantait l’excellence de la terre de Palestine leur disant : “C’est à cause de la croyance à l’unique Dieu que leur a été donnée cette terre si bonne et si fertile.” Et il ajoutait : “Si vous m’écoutez, Dieu vous donnera à vous aussi une bonne terre où coulent le lait et le miel.” Comme il voulait renforcer sa parole, il dirigea une troupe de ceux qui avaient adhéré à lui, et il commença à monter vers la terre de Palestine, attaquant, ravageant et pillant. Ils revinrent chargés (de butin) sans avoir subi de dommages, et ils ne furent pas frustrés de ce qu’il leur avait promis [13]. »

Muhammad s’adressait également aux juifs, et l’on doit naturellement supposer que c’est à ce projet de conquête de la Palestine qu’il cherchait à les rallier. Reprenant la théorie biblique selon laquelle les juifs auraient perdu la Palestine en raison de leur incurable propension à l’idolâtrie (sourate 5), Muhammad incarne le transfert de l’élection divine sur le peuple arabe, mais sa mission prophétique est aussi une chance pour les juifs de se racheter.

La chronique arménienne dite de Sebèos (vers 660) présente la conquête de la Palestine comme un partenariat entre les Fils d’Ismaël et les Fils d’Israël exilés en Arabie en raison des persécutions d’Héraclius. Elle précise que Muhammad était « très instruit et très versé dans l’histoire de Moïse », et qu’il incitait ses partisans à conquérir la Palestine en leur disant que Dieu l’avait promis « à votre père Abraham ». Une source juive du 11e siècle (« une lettre de l’Académie de Jérusalem aux communautés de la diaspora d’Égypte ») confirme : « Lorsque les Arabes vinrent à Jérusalem, il y avait avec eux des hommes d’entre les Fils d’Israël qui leur montrèrent l’emplacement du Temple [14]. »

La tradition islamique attribue la fondation de la mosquée al-Aqsa sur le mont du Temple au second calife, Omar (634-644). Selon le récit attribué à un transmetteur palestinien, Rajâ Ibn Haywa (mort vers 730), lorsqu’Omar pénétra à Jérusalem, il se posa en nouveau David (équivalent du Messie) en récitant la sourate 38 consacrée à David, et en restaurateur du Temple en récitant la sourate 17, qui rappelle les infidélités des Juifs comme cause des deux destructions du Temple. Puis le plus influent des rabbins juifs aurait montré à Omar l’emplacement du Temple, sur lequel Omar érigea un lieu de prière orienté vers la Ka‘ba. Le rabbin, ajoute le récit islamique, se convertit à l’islam. Mais la chronique de Sebèos affirme de façon plus crédible que les Juifs furent déçus lorsqu’ils voulurent rebâtir le Temple sur l’emplacement de l’ancien, car les Ismaélites les repoussèrent et y établirent leur propre oratoire [15].

Toutes ces considérations ont conduit des historiens comme Patricia Crone et Michael Cook à concevoir la conquête islamique de la Palestine comme une entreprise dirigée principalement – bien que discrètement – par des Juifs. Selon eux, les sources syriaques, arméniennes et hébraïques du 7e siècle dépeignent la formation de l’islam comme celle d’une secte juive messianique connue sous le nom de hagarisme, drainant des influences issues du judaïsme samaritain et babylonien, et dont le but aurait été de récupérer la Terre sainte sur les chrétiens byzantins. Ce n’est que vers 690 que le mouvement, après avoir conquis bien d’autres territoires sur sa lancée, aurait rompu avec son crypto-judaïsme d’origine pour se définir en concurrence avec le judaïsme [16]. La tradition islamique évoque même l’influence d’un Juif converti, Hudhayfa, dans la décision du troisième calife Othman (644-656) d’imposer un unique canon du Coran, sur le modèle de la Torah [17]. D’autres savants préfèrent voir l’islam comme enraciné dans un christianisme arabe pré-nicéen et judaïsant, ce qui n’est pas contradictoire [18].

Ce qui est certain, c’est que les Arabes, comme les Perses avant eux, furent accueillis favorablement par les Juifs, qui les assistèrent dans le renversement du pouvoir byzantin. Alfred-Louis de Prémare écrit :

« Il est connu en tout cas par de nombreuses sources contemporaines ou proches de la conquête islamique que les “Saracènes”, s’ils furent ressentis du côté chrétien comme représentant le Démon, furent initialement perçus du côté juif comme des libérateurs précurseurs de l’ère messianique [19]. »

Dans un fragment d’apocalypse juive contemporaine de la conquête arabe, mis fictivement sous le nom d’un célèbre rabbin du 2e siècle (Shimon ben Yohaï), celui-ci, tout d’abord inquiet de l’avancée arabe, est visité par l’ange Métatron qui le rassure :

« Ne crains pas, fils d’homme : le Tout-Puissant amènera le royaume d’Ismaël en vue de vous délivrer du méchant royaume d’Édom (l’empire byzantin). Surgira (chez les Fils d’Ismaël) un prophète selon sa volonté, qui conquerra pour eux-mêmes la terre. Ils viendront et en restaureront la splendeur, et il y aura une grande terreur entre eux et les Fils d’Esaü [20]. »

Dans un opuscule chrétien écrit en grec dans les années 634 à 640 et connu sous le nom de Doctrine de Jacob, il est question d’une lettre d’un juif nommé Abraamès à son frère, au sujet d’une victoire des Arabes (Saracènes) sur les Byzantins, au cours de laquelle le lieutenant byzantin surnommé le « Candidat » trouva la mort :

« Lorsque le Candidat fut tué par les Saracènes, j’étais à Césarée—me dit Abraamès—, et j’allai en bateau à Sykamina. On disait : le Candidat a été tué ! Et nous, les juifs, nous étions dans une grande joie. On disait que le prophète était apparu, venant avec les Saracènes, et qu’il proclamait l’arrivée du Christ oint qui allait venir [21]. »

L’image ambiguë des Juifs dans l’islam

Sous sa forme extrême, la thèse de l’origine juive ou judéo-chrétienne de l’islam contredit l’historiographie islamique. Selon Ibn Ishaq, premier biographe de Muhammad, les Juifs étaient remplis de jalousie contre lui « parce que Dieu a réservé aux Arabes le choix de son Prophète de parmi eux ». Dès le début, ils « cherchaient à l’embarrasser, et à l’induire en confusion ». Après que Muhammad eût conclu un traité avec les trois tribus juives de Yathrib, ces derniers conservèrent des liens avec leurs coreligionnaires de La Mecque, bastion des ennemis de Muhammad. Ils désapprouvaient secrètement l’attaque et le pillage de la caravane annuelle des Quraych mecquois par Muhammad (bataille de Badr, 624). Lors du siège de Yathrib entrepris par les Mecquois en représailles (bataille de la tranchée, 627), ils furent soupçonnés d’avoir voulu favoriser les Mecquois. C’est alors que Muhammad, après avoir changé l’orientation de la prière vers La Mecque, se serait retourné définitivement contre les Juifs.

Deux des trois tribus juives de Yathrib sont alors assiégées dans leurs fortins, puis bannies. La troisième, celle des Banu Qurayza, accusée d’avoir traîtreusement pris le parti des assiégeants mecquois durant la bataille de la tranchée, a moins de chance. Selon Ibn Ishaq, l’Envoyé d’Allâh fit décapiter tous les hommes dans des fossés, puis il « fit le partage des biens des Banû Qurayzah, de leurs femmes et de leurs enfants entre les musulmans ». L’épisode suivant est la prise de l’oasis Khaybar, ville juive fortifiée située à 150 km au nord de Yathrib, où s’étaient réfugiés la plupart des Juifs bannis de Yathrib. Muhammad fait torturer un Juif du nom de Kinanah pour trouver le trésor caché des Juifs, puis distribue le butin en gardant pour lui le cinquième. Les juifs survivants négocient afin de demeurer à Khaybar et de continuer à travailler leurs terres sous contrat de métayage, contre la moitié des récoltes. Les guerriers de Muhammad poursuivent ensuite leur progression vers le nord, et marchent contre la communauté juive de Fadak. Dieu ayant « rempli d’effroi les cœurs des habitants », ceux-ci se rendent sans combat. « Ainsi, Fadak devint une propriété particulière de l’Envoyé d’Allah seul et sans partage, car on ne fit courir pour s’en emparer ni des chevaux ni des chameaux. »

Hichem Djaït, historien respectueux de l’historiographie islamique, commente ainsi le premier massacre de juifs par les guerriers musulmans :

« l’épisode du massacre froid et rationnel des Banu Qurayza va inaugurer une violence d’État et de guerre véritable, absolument inédite en Arabie et qui dérive des pratiques de l’Orient ancien : massacre de la totalité des hommes, mise en esclavage des femmes et des enfants. La violence bédouine n’avait pas cette allure systématique, cette détermination, cette organisation et elle ne se déployait pas à si grande échelle. L’élément étatique intervient mais aussi le secours de l’idéologie religieuse, avec la vision claire d’un avenir à défendre et à qui il faut sacrifier, massivement des vies humaines. L’émergence de ce type de violence organisée va saisir de stupeur les Arabes en général et Qurayshites en particulier. Naît alors l’impression d’une puissance prophétique insurmontable [22]. »

Il faut rectifier l’euphémisme prudent de Djaït : cette violence islamique ne dérive pas « des pratiques de l’Orient ancien », mais de la Bible hébraïque. On pense à Moïse ordonnant l’extermination de tous les Madianites à l’exception des « petites filles qui n’ont pas partagé la couche d’un homme », et à la comptabilité du butin : « 675 000 têtes de petit bétail, 72 000 têtes de gros bétail, 61 000 ânes, et, en fait de gens, de femmes n’ayant pas partagé la couche d’un homme, 32 000 personnes en tout », en plus des métaux précieux (Nombres 31,1-47). Le dieu de Muhammad est possédé de la même jalousie et de la même avarice que celui des Hébreux. Si les Hébreux de l’Exode étaient des Madianites, c’est-à-dire des Arabes, comme le prétend une thèse solidement établie, il y a dans ce retournement de fortune une cruelle ironie de l’histoire.

Néanmoins, il faut faire la part de l’exagération dans la violence que prête Ibn Ishaq à Muhammad contre les Juifs ; tout comme la violence biblique, elle est peut-être partiellement fictive. En effet, elle rend difficilement compréhensible la collaboration enthousiaste des Juifs avec les conquérants musulmans dans les territoires byzantins. Le texte d’Ibn Ishaq ne nous est parvenu que dans une version collectée au 9e siècle, à une époque où l’islam se définit comme une religion concurrente du judaïsme et veut faire oublier qu’il avait été, à ses débuts, une entreprise largement soutenue par les Juifs. Certains historiens sont même d’avis que le changement d’orientation de la prière vers La Mecque au lieu de Jérusalem ne date pas de Muhammad, mais du calife Othman.

 

La renaissance juive sous le califat

Ce qui est certain, c’est que la conquête islamique fut une aubaine pour les communautés juives. Non seulement en Syrie, mais dans toutes les terres conquises. Auparavant, les Juifs étaient répartis dans deux empires qui se faisaient la guerre ; les Juifs de l’empire byzantin étaient coupés du centre intellectuel de Babylone. Un siècle après la mort de Muhammad, pratiquement tous les Juifs du monde vivaient dans un espace politique unifié. Certes, ils étaient encore des citoyens de seconde classe, mais c’était un statut bien préférable au statut de non-citoyens qu’ils avaient précédemment. Dans un monde où, durant deux siècles, les musulmans restèrent minoritaires, les Juifs avaient maintenant un statut égal à celui des chrétiens, et bénéficiaient d’une très large autonomie sociale.

Ils n’eurent plus à craindre les conversions forcées. En fait, ils ne subissaient même pas, de la part de leurs maîtres musulmans, d’encouragement à la conversion. Car dans l’idéologie des conquérants musulmans, explique Hichem Djaït,

« n’entrait nullement en ligne de compte l’idée de convertir les autres peuples mais simplement celle d’instaurer l’autorité de Dieu par la domination de l’islam. Au niveau du simple guerrier, il y avait une idéologie vague du jihad comme étant l’expression de la volonté de Dieu avec sa récompense dans l’autre vie, mais non une vocation de missionnaire de la foi [23]. »

La motivation première des conquérants arabo-musulmans était matérielle : « cette machine de guerre, écrit Hichem Djaït, n’a pu se créer et s’étendre qu’en se fondant sur l’appétit de butin de cercles de plus en plus élargis d’Arabes [24]. » Comment d’ailleurs reprocher à des peuples vivant dans les conditions extrêmes du désert de convoiter les terres du Nord, où coulent le lait et le miel ? Un discours prêté au conquérant de l’Égypte, Amr ibn al-As, le résume bien :

« Nous sommes les Arabes, gens d’épines et d’acacia. Et nous sommes les gens de la Maison d’Allâh. Nous étions les plus mal pourvus quant à la terre, les plus misérables quant au genre de vie. Nous mangions la chair morte non saignée. Nous nous attaquions les uns les autres. Nous menions la vie la plus misérable qui soit parmi les hommes. […] Et si les Arabes que j’ai laissés derrière moi savaient quel est le genre de vie qui est le vôtre, aucun d’eux n’aurait de cesse qu’il ne vienne chez vous pour y participer [25]. »

L’islam des origines n’était donc pas une religion conquérante, mais simplement la religion des conquérants. Ceux-ci ne se désignaient pas encore comme muslim, mais comme des muhâjirûn, c’est-à-dire des colons (littéralement, « ceux qui ont quitté leur pays »). Ils possédaient une conscience ethnique très aiguë : le Prophète et tous ses compagnons, ainsi que tous les califes qui se succèdent jusqu’au 13e siècle, sont d’une seule tribu arabe, les Quraych, qui contrôlait déjà le sanctuaire de La Mecque aux temps préislamiques. La conversion occasionnelle d’un non-Arabe dans les territoires conquis passait au départ par son rattachement à l’une ou l’autre des tribus arabes dans un lien de dépendance morale (wala) comparable à celui d’un esclave affranchi, le converti restant soumis à l’impôt foncier [26]. Ce n’est qu’au milieu du 8e siècle, avec l’accession de la famille abbasside au califat, que l’islam commence à se penser comme une religion universelle [27]. Mais la conversion des Juifs ne fut jamais à l’ordre du jour.

Les conquérants arabes, qui avaient un besoin de nombreuses compétences pour gouverner leur empire, ont ouvert aux juifs des perspectives d’ascension sociale inespérées. La spécialiste Marina Rustow résume ainsi ce que la conquête arabo-musulmane apporta aux Juifs :

« l’empire islamique fournit aux juifs l’occasion et les moyens de fonder de nouvelles communautés, d’en affermir d’anciennes et de développer des réseaux d’échange et de communication inédits. L’effet le plus notable sur le judaïsme en tant que système de croyances et de pratiques fut la relative standardisation de celles-ci à une échelle plus vaste que jamais—à tout le moins au niveau des élites cultivées et urbaines sinon auprès des masses rurales, l’imprégnation culturelle se heurtant à de telles limites dans toute société préindustrielle. Au demeurant, les juifs en terres d’Islam devaient devenir une collectivité très urbanisée, bien plus que la moyenne de la population. Malgré les distances, ces diverses communautés devaient développer une koiné culturelle cohérente et faire preuve d’une mobilité géographique impressionnante si on les compare à d’autres sociétés prémodernes [28]. »

La plus grande communauté juive mondiale se trouvait au cœur de l’empire perse. Après la fin de la conquête islamique de la Perse, au milieu du 8e siècle, les académies talmudiques (yeshivot) de « Babylonie » devinrent les autorités spirituelles suprêmes du monde juif, faisant office de centres de savoir et d’organes de gouvernement mondial. Encore au 16e siècle, des communautés juives aussi éloignées que l’Espagne sollicitaient des directives à Bagdad.

Avant l’islam, les Juifs du monde chrétien avaient perdu la connaissance de l’hébreu, au profit du latin et du grec ; cette perte était une étape majeure vers l’assimilation. Contrairement aux chrétiens, qui sont restés très longtemps attachés à leurs langues coptes, syriaques ou grecques, les Juifs ont très rapidement adopté l’arabe, langue sémitique proche de l’araméen et de l’hébreu, tout en développant, à usage interne, une langue judéo-arabe qui leur permettait de maintenir une séparation. L’hébreu a été revivifié comme langue sacrée. Une nouvelle culture juive a fleuri dans les grands centres intellectuels du monde musulman, et nulle part mieux qu’en Andalousie.

« L’islam ouvrait de nouveaux espaces pour l’épanouissement des communautés juives. À terme, il devait mener à bien davantage : une révolution totale de la culture juive, aussi bien celle des élites cultivées que celle du quotidien des masses juives urbaines comme rurales. Avant le 10e siècle, les formes rabbiniques du judaïsme élaborées dans la Mésopotamie et la Palestine de l’Antiquité tardive devaient se répandre bien au-delà pour s’implanter sur un territoire extraordinairement étendu, de la péninsule Ibérique au Khorasan. En ce sens, on peut dire que l’islam a non seulement transformé le judaïsme, mais lui a permis de s’affirmer et de se diffuser. Ces transformations s’observent dans cinq domaines : la politique, la démographie, l’économie, la langue et la technologie [29]. »

C’est sous la domination islamique que commence « l’ultra-urbanisation des Juifs » et la mondialisation de leur commerce. Le géographe perse du 9e siècle Ibn Khordadbeh nous renseigne par exemple, dans son Livre des Routes et des Royaumes, sur les Radhanites, marchands juifs qui « transportent depuis l’Occident des eunuques, des femmes réduites en esclavage, des garçons, des soieries, des castors, des martres et d’autres fourrures, et des épées », parcourant des distances prodigieuses couvrant la moitié du globe.

Compte tenu de tout cela, l’auteur juif David Wasserstein affirme dans un article publié dans la Jewish Chronicle :

« L’islam a sauvé la communauté juive (Jewry). C’est une affirmation impopulaire et dérangeante dans le monde moderne. Mais c’est une vérité historique. L’explication de cela est double. D’abord en 570, à la naissance du prophète Muhammad, les Juifs et le judaïsme étaient en voix d’extinction. Et ensuite l’arrivée de l’islam les a sauvés en leur offrant un nouvel environnement dans lequel non seulement ils ont survécu mais se sont épanouis, établissant les fondations d’une prospérité culturelle juive à venir– y compris dans la chrétienté – passant du monde médiéval au monde moderne. »

Si l’Islam n’était pas survenu, précise Wasserstein, « le Judaïsme à l’Ouest aurait décliné jusqu’à disparaître dans certains endroits. Et le Judaïsme à l’Est serait devenu juste un autre culte oriental [30]. »

 

Conclusion

Comme on l’a vu, la conquête musulmane des 7e-8e siècles présentait un caractère ethnique très marqué, et même un caractère tribal et clanique, bien loin de l’universalisme vers lequel il évoluera par la suite. Cette conquête est comparable aux grandes invasions ayant affecté l’Europe depuis la fin de l’Antiquité. Toutes ces invasions visaient à s’approprier les fruits d’une civilisation prospère par le renversement de ses institutions. Mais aucune grande invasion n’a réussi comme la conquête arabe. Ni les Huns du 4e siècle, ni les Mongols du 13e n’ont réussi à pérenniser leurs conquêtes ; ils n’ont laissé aucun héritage. D’autres peuples, comme les Francs, les Goths, les Vandales ou les Lombards, ont pris racine dans les territoires conquis, mais ils ont été culturellement, linguistiquement et religieusement romanisés : seuls peut-être les Slaves et les Anglo-saxons ont réussi à imposer leur langue à une partie des autochtones conquis, mais ils ont fini eux aussi par se christianiser, c’est-à-dire se romaniser. Et leur aventure est sans commune mesure, en terme de rapidité et d’étendue, avec la conquête arabe menée par Muhammad et ses deux successeurs.

À quoi est dû ce succès incomparable de la conquête arabe ? La réponse unanime, aussi bien de la part des musulmans que des historiens laïcs, est : l’islam. Bien que la conversion à l’islam ne fût pas la motivation de la conquête, la nature même de l’islam empêchait les conquérants de s’assimiler aux civilisations supérieures qu’ils conquéraient et, par conséquent, assurait à long terme la conversion des populations conquises dans leur majorité. Ce qui distingue la conquête arabe de toutes les invasions menées par d’autres guerriers nomades, c’est son prétexte fondé sur le triple paradigme hébraïque : dieu jaloux, peuple élu, terre promise. Simple superstructure, dirait le marxiste, mais néanmoins d’une efficacité redoutable.

Isaac et Ismaël : deux demi-frères engagés depuis toujours dans une rivalité fraternelle, se disputant l’héritage d’Abraham/Ibrahim, à savoir, dans un premier temps, la terre des Cananéens promise par Yahvé, et à la fin des temps la domination du monde. L’islam prétend en effet qu’Ismaël, père des Arabes, et non Isaac, père de Jacob/Israël, est le fils consacré à Dieu par le simulacre de sacrifice (Genèse 22), et que la Ka’ba fut bâtie par Abraham. Rivalité mimétique ? Rivalité en tout cas d’autant plus violente que les deux religions sont si proches. Si l’on retient l’hypothèse madianite résumée dans mon précédent article, « Yahvé est né en Arabie » [31], l’islam est sorti du même moule anthropologique que le yahvisme primitif. Il est certain en tout cas que la conquête arabe est intimement liée aux mouvements messianiques et proto-sionistes du 7e siècle.

Entendons-nous : du point de vue de l’historien, cet islam arabe et conquérant des origines n’est pas plus « authentique », « véritable » ou « légitime » que le wahhabisme qui s’en réclame, ou que les autres islams d’aujourd’hui ou de demain. Comme toute institution humaine, les religions sont soumises aux évolutions dialectiques de l’histoire. Ce sont des systèmes organiques capables – dans certaines limites – de s’enrichir d’éléments civilisationnels exogènes, ou au contraire de se retrancher dans leurs archaïsmes.

L’islam des origines n’est pas le germe unique de la civilisation islamique, dont le mérite revient, c’est bien connu, aux Perses, aux Turcs et aux Berbères, autant qu’aux Arabes – sans parler des chrétiens et des juifs. Au 14e siècle, l’historien arabe Ibn Khaldoun, dressant le bilan du développement des sciences dans la civilisation islamique, écrivait : « C’est un fait de constatation étrange que la majorité des porteurs de science dans l’islam ait été constituée de non-Arabes [32]. »

Notes

[1] Hamadi Redissi, Le Pacte de Nadjd : Ou comment l’islam sectaire est devenu l’islam, La Couleur des idées, kindle, e. 891-916.

[2] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam. Entre écriture et histoire, Seuil, 2002, p. 328.

[3] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 328.

[4] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 41-56 ; David Samuel Margoliouth, Mohammed and the Rise of Islam, Putnam’s Sons, 1905, p. 35-39.

[5] Littéralement, Yaman signifie « à droite » et Sham, qui désigne la Syrie-Palestine, « à gauche » (lorsqu’on regarde le soleil levant).

[6] Iwona Gajda, « Monothéisme en Arabie du Sud préislamique », Arabian Humanities, sur https://cy.revues.org/132

[7] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit.. p. 101.

[8] Gordon D. Newby, « Les Juifs d’Arabie à la naissance de l’islam », dans Histoire des relations entre juifs et musulmans, des origines à nos jours, dir. Abdelwahab Meddeb et Benjamin Stora, Albin Michel, 2013, p. 39-51 (p. 40) ; David Samuel Margoliouth, Mohammed and the Rise of Islam, op. cit., 1905.

[9] Journal of the Rev. Josepf Wolff in a Series of Letters to Sir Thomas Baring, 1839, p 389, en ligne sur Google livres.

[10] Hamadi Redissi, Le Pacte de Nadjd, op. cit., e. 4017-30

[11] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 124.

[12] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 131-135.

[13] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 133.

[14] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 132, 161-162.

[15] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 166-171.

[16] Patricia Crone et Michael Cook, Hagarism : The Making of the Islamic World, Cambridge University Press , 1977.

[17] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 289

[18] Karl-Heinz Ohlig et Gerd-Rudiger Puin (dir.), The Hidden Origins of Islam. New Research into Its Early History, Prometheus Books, 2010.

[19] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 161.

[20] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 163.

[21] Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 148-149.

[22] Hichem Djaït, La Grande Discorde. Religion et politique dans l’islam des origines, Folio histoire/Gallimard, 1989, p. 47-48.

[23] Hichem Djaït, La Grande Discorde, op. cit., p. 70.

[24] Hichem Djaït, La Grande Discorde, op. cit., p. 70 et 96.

[25] Ibn Asakir, Histoire de la ville de Damas (12e siècle), cité dans Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 222.

[26] Rochdy Alili, L’Éclosion de l’islam, Dervy, 2004, p. 150-154 et 181.

[27] Jacqueline Chabbi, Le Seigneur des tribus. L’islam de Mahomet, CNRS/Biblis, 2013, p. 20-21.

[28] Marina Rustow, « Juifs et musulmans dans l’Orient islamique », dans Histoire des relations entre juifs et musulmans, des origines à nos jours, dir. Abdelwahab Meddeb et Benjamin Stora, Albin Michel, 2013, p. 75-98.

[29] Marina Rustow, « Juifs et musulmans dans l’Orient islamique », op. cit., p. 75-98.

[30] David J Wasserstein, « So, what did the Muslims do for the Jews ? », Jewish Chronicle, 24 mai 2012, sur www.thejc.com/comment/commen..., traduction française sur www.alterinfo.net/L-Islam-A-...

[31] https://www.egaliteetreconciliation...

[32] Cité dans Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l’islam, op. cit., p. 325-326.

Retrouvez les analyses de Laurent Guyénot sur Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

79 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1883483
    le 20/01/2018 par alias
    Du yahvisme à l’islamisme

    Le christianisme et l’islam c’est Gog et Magog, c’est à dire "les poupées de Lucifer" . Lucifer-Israel les fait se combattre pour son plus grand profit : c’est lui qui les a créé . Gog et Magog n’ayant pas le droit de prêter à intérêt (interdictions faites aux chrétiens et aux musulmans) , Lucifer-Israel finance leurs guerres en en tirant un énorme profit . Et cela fait des siècles que cela fonctionne, les goyim n’y comprenant rien .

     

    • #1883767
      le 21/01/2018 par Emilien Chaussure
      Du yahvisme à l’islamisme

      Comme les choses sont simples... dans ton monde. Attention aux raccourcis faciles et aux certitudes tranchantes. La spiritualité n’est pas une équation mathématique.


    • #1883828
      le 21/01/2018 par Telecaster
      Du yahvisme à l’islamisme

      Alias,

      Je ne vois pas d’autre explication que la tienne . Il est absolument évident que pour les Grands Prêtres , le passage à la Nouvelle Alliance a été un choc inacceptable qui méritait une réponse . Cette réponse a pris plusieurs formes , dont le Talmud et le Coran . Une origine non-juive et non-chrétienne de l’islam a t-elle un sens ? Une descente directe du Coran en provenance d’Allah est -elle envisageable compte tenu du contexte historique de l’époque ? . Désolé pour la simplification, mais tout se résume à un affrontement entre deux visions du monothéisme :
      1. un légalisme strict centré sur la lettre et sans Incarnation .
      2. Une sortie du légalisme et une ouverture vers l’universel par l’Incarnation et par l’Esprit qui permet de comprendre la Lettre.
      L’islam vient trés opportunément effacer ce qui gênait : l’Incarnation , l’Esprit qui donne la vie . On en revient à la dureté froide de la Lettre juive qui tue. L’histoire depuis 2000 ans est structurée -hormis les enjeux matériels et énergétiques- autour d’un théme central : l’adhésion ou le rejet de Jésus-Christ en tant qu’image de Dieu, Messie, Seigneur, Sauveur , Pain de Vie, Porte des brebis, Alha et Omega

      Au passage,je suis ravi d’apprendre que Mohamed et Jésus auraient fait de bons copains et que le véritable sens des Evangiles est détenu par une tradition secrète. Si je comprends bien , les trois monothéismes disent la même chose et les conflits entre eux ne viennent que de petits malentendus. . .


  • #1883544
    le 20/01/2018 par Le_Duche_de _Paname
    Du yahvisme à l’islamisme

    La polygamie n’est pas interdite par les Chrétiens. Elle est juste considérée comme inutile, le but étant de ne faire qu’une seule ame et qu’un seul corps avec sa femme.

    La dérive anti-polygamie doit encore être un délire païen. Le païen est infidèle a sa femme donc polygame, alors que en réalité il reste souvent attaché aux mêmes maîtresses toute sa vie. Si il pouvait officiellement avoir des femmes, il ne serait pas obligé de tricher.

    "Si les lois n’existaient pas, je ne me sentirais pas obligé de les transgresser. Si je connais un crime, alors j’aurais envie de le comettre ; je n’aurais jamais du le connaitre"

     

    • #1883786
      le 21/01/2018 par Leo
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Le Duche
      Droit que l’on pourrait aussi accorder aux femmes puisqu’elles aussi trompent parfois leur mari...Ca risque de faire des grandes familles tout ça !
      Ah non, je suis bête, dans les écritures seuls les hommes ont ce droit, les femmes, elles, doivent être vierges sous peine de mort...


    • #1883890
      le 21/01/2018 par Peter
      Du yahvisme à l’islamisme

      Vierge sous peine de mort ??!!!
      C’est quoi ces délires (tant répétés et tant entendus) ?...
      Il faut vous relaxer sur l’histoire des vierges..

      Pourquoi voulez vous faire croire (par exemple) que les sciciliens étaient (et sont encore ?) des monstres en puissance qui ne rêvaient que de détruire les femmes et n’avaient que ça comme occupation et pas cultiver les champs, faire du commerce de l’artisanat et élever des animaux ?

      Pourquoi l’occident (càd la modernité la plus aboutie) qui a transformé la femme en objet (pornographique entre autre), se permet de regarder si négativement sa propre histoire passée ?

      Vous avez Shakespear dans Roméo et Juliette qui vous explique pourquoi les familles avaient peur qu’une fille soit liée (sexuellement) sans l’accord des familles avec un clan opposé, voir potentiellement ennemis.. La finalité c’est que le fruit de cette union est un batard dans le clan ennemi qui a potentiellement un droit d’héritage par le sang... Pourquoi le batard n’aurait pas un droit d’héritage de son père et sa mère ? L’issue c’est qu’il fasse la guerre un jour pour réclamer au clan adverse la part de son père.. Et « légitiment » l’obtenir par la force et le compromis..

      Lorsqu’il s’agit des hommes ne les prennez pas de haut conforté par le point de vue d’un homme moderne « évolué » car il y a de grandes chances qu’ils savaient ce qu’ils faisaient et pourquoi ils le faisaient (contrairement à la plupart de nos contemporains)...

      Le contrôle de la sexualité des femmes c’est pas pour faire joli.. c’est un contrôle des lignés et des droits de successions.. Regardez comment les princes se sont entretués dans des guerres fratricides en Europe pendant des siècles pour comprendre les complications. L’anthropologie explique ça très bien aussi.. mais c’est un peu plus complexe à expliquer en deux secondes au journal de vingt heures.. Mais les livres ça a toujours existé depuis qu’il y a la télé..


    • #1883951
      le 21/01/2018 par Mort de rire
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Leo

      Et en quel nom les femmes devraient elles être traité de la même manière que les hommes ? Les deux genres ont des caractéristiques physiques, biologiques et psychologiques différentes ce qui de fait empêche tout traitement égale.

      Les hommes peuvent se permettre d’avoir des rapports sexuels avec de nombreuses femmes étant donné qu’il ne peuvent pas tomber enceinte, les hommes sont des émetteurs de semences alors que les femmes sont plutôt receveuses ce celle-ci, le rôle des mâles dans le cadre de la reproduction est de fertiliser les femelles, dans la nature lorsque un mâle a réussi à féconder une femelle il passe à la suivante.

      Ce n’est pas pour rien que la majorité des société humaines sont soit monogame soit pratique la polygynie car d’un point de vue reproductif ce sont les deux formes d’organisations sociales les plus adaptés.


  • #1883553
    le 20/01/2018 par MM
    Du yahvisme à l’islamisme

    Lire le grand secret de l’islam par Odon Lafontaine inspiré de la thèse du Père Gallez : Le messie et son prophète.

     

    • #1883621
      le 20/01/2018 par Saladin
      Du yahvisme à l’islamisme

      C’est ridicule, car il n’y a pas de secret en islam, tout est là, et si il y’avait des secrets cela se saurait ! D’ailleurs Odon c’est fait descendre dans un débat arguments contre arguments avec Karim Al Hanifi un jeune français convertis, je vous laisse chercher sur youtube la vidéo.


    • #1883680
      le 20/01/2018 par Peter
      Du yahvisme à l’islamisme

      Combien de thèse et de thésards par an, rien que dans les universités françaises ?

      Ça ne veux pas dire qu’il n’y a rien d’intéressant dans ces thèses. Mais pourquoi les thèses que vous trouvez intéressantes sont systèmatiquement celles qui confortent ce que vous cherchiez intitialement ?

      L’islam pose problème en occident, il faut lui régler son compte par une approche déconstructiviste. C’est la volonté de déconstruire pour reconstruire sur le vide et proposer des explications nouvelles parfois impliquant un complot* de grande envergure...

      Ce que je trouve intéressant dans la méthodologie en tout cas.. c’est l’utilisation du deux poids deux mesures quant à l’utilisation des sources.. Tous les travailleurs de la critique radicale sont des érudits chrétiens... Il y a un rejet des sources musulmanes comme Al-Tabari ou ibn-Hicham quand il s’agit de parler d’islam est acceptation des sources chrétiennes telle que Épiphane, Eusèbe ou Justin quand il est question du christianisme. C’est particulier pour de l’historiographie, non ?

      Quant au fait que le Prophète (sws) ai pu côtoyer à la Mecque (haut lieu de pèlerinage) dès son plus jeune âge des mouvements monothéistes, tel que les Nazaréens ou les Sabéens ne fait aucun doute, puisque c’est dans la bibliographie prophètique... Pour autant est ce que cela doit remettre en cause, son élection divine par la suite ?..

      Vu le nombre des tribus juives sur place, c’est qu’ils attendaient l’élection d’un Prophète dans la vallée de Bacca.. Mohammed descendant d’Ishmael, la Mecque sanctuaire inauguré par Abraham. Il y a de nombreux éléments dans la bible qui sont des anonciations de la prophetie Mohammedienne... tout le monde n’est pas d’accord, mais les éléments sont là pour en discuter ?..

      À côté de ça... la critique radicale nous propose de réécrire le Quran en substituant les voyelles pour d’autres, afin de réinterpréter à l’aide d’un dictionnaire araméen, la signification des versets quoranique... Une bon joueur de Scrabble à sûrement de l’avenir dans ce genre d’exercice en historiographie. Sans deconner ? Si en plus il y’a des textes anciens datant de premier siècle de l’hégire ?

      *Les califes de l’islam ont réalisé le plus grand complot de toute l’histoire humaine grâceà des scribes et des théologiens pour réécrire tout un passé fictif qui consolide leur pouvoir en créant une nouvelle religion, unlieu deculte la Kaaba, unefigure prophétique, Mohammed pour faire pièce Moise et à Jésus (spéculation)


    • #1883781
      le 21/01/2018 par Renaud
      Du yahvisme à l’islamisme

      Sans aller jusqu’à reprendre les thèses des hyper-critiques sur l’islam il faut quand même avouer que les sources du VIIe siècle ; quelle que soit leur nature ; ne concordent pas à la tradition musulmane qui s’est établie postérieurement.


    • #1883979
      le 21/01/2018 par Peter
      Du yahvisme à l’islamisme

      La Mecque est mentionnée par Ptolémée, et le nom qu’il lui donne nous permet de l’identifier à une fondation sud-arabique, créé autour d’un sanctuaire.
      
Outre le témoignage de Claudius Ptolémée (90-168), l’on peut aussi faire référence aux écrits de l’historien grec Diodore de Sicile (premier siècle avant Jésus-Christ).

      Il existent des listes des épigraphes et graffitis retrouvés en Arabie datés du premier siècle hégirien... Il suffit de chercher.. et je ne parle pas d’archéologie mais des travaux académiques connus chez tout bon chercheurs qui se respecte..

      Des milliers de graffitis gravés sur les pierres sur les routes du pèlerinage que l’on date au début de l’islam (1er, 2ème siècle de l’hégire) en Arabie. Il s’agit souvent des invocations à Dieu, de formulations de l’unicité Divine, parfois des versets coraniques, et quelques mentions de prophètes dont le prophète Mohammed.
      D’après Thésaurus d’Épigraphie Islamique (2009) ont été retrouvés des graffitis datés entre l’an 1 et 100 H : parmi les 677 écrits relevés, Mohammed est mentionné 64 fois (%9), 12 au premier siècle et 52 au second. Dans la plupart des graffitis Mohammed est cité comme Abraham, Moïse, Jésus et d’autres prophètes.

      http://www.canalacademie.com/ida103...


  • #1883568
    le 20/01/2018 par Dia
    Du yahvisme à l’islamisme

    encore une fois impressonnant travail de Laurent Guyenot
    je suppose (j’espère) qu’il s’agit des feuillets d’un livre à venir !


  • #1883577
    le 20/01/2018 par Palikao
    Du yahvisme à l’islamisme

    Superbe article, très instructif. Ça change des 3 vocabulaires de Manuel Valls sur l’islam et les musulmans.
    Merci M Guyénot.


  • #1883586
    le 20/01/2018 par Pitchou
    Du yahvisme à l’islamisme

    C’est ce qui fait dire à certains historiens, Mohamed (sw) est un des rares hommes a avoir changé la face du monde.

     

    • #1884166
      le 21/01/2018 par Cassissiacum
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Pitchou
      C’est vrai il a changé dernièrement la Syrie, l’Irak , la Libye, en 1991 l’Algérie, l’ Afghanistan en 2001, l’Empire ottoman, le Proche-Orient en 1095, la France 13 novembre 2015, l’Espagne vers 711, non il a en effet changé la face du monde


    • #1884653
      le 22/01/2018 par Athanase d’Alexandrie
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Pitchou
      Je pense moi que seul NS Jésus Christ-Roi a changé le monde et que tout le reste n’a fait que combattre Dieu (le Père, le Fils & le Saint Esprit)
      On sait que la Vérité est la Vérité parce-qu’elle est combattu partout & tout le temps
      Vous serez haï de tous à cause de mon nom ; mais celui qui persévérera jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé.(Matthieu 10:22)


  • #1883592
    le 20/01/2018 par Lancien
    Du yahvisme à l’islamisme

    Enorme travail de recherche et de rédaction de Laurent Guyénot, et un article de haute qualité. Cela mérite la lecture de ses livres.

     

    • #1883829
      le 21/01/2018 par Veritas
      Du yahvisme à l’islamisme

      Je n’interdis rien, je répondais à Crux en disant que lorsque sa vie est régie par la Foi et (donc) la prière, ce genre d’article est tout à relativiser.
      Quant à MéGatron c’était une petite plaisanterie (Transformers), et je maintiens que c’est pas chrétien et figure nulle part dans la Bible mais chez nos "amis".
      Et malgré votre ton peu amical je vous salue quand même.


  • #1883594
    le 20/01/2018 par Crux fidelis
    Du yahvisme à l’islamisme

    Analyser les textes bibliques par un marxiste est particulièrement périlleux. En effet, sans l’analyse des pères de l’église tous fuiront. Est-ce le projet ?
    J’en veux pour exemple, dès la genèse le fameux : " Sacrifice d’Abraham ". Chapitre 22
    Il est particulièrement déconseillé de lire l’ancien testament sans la sainte interprétation des pères.
    Oui, quand Abraham s’apprête à sacrifier son fils Isaac un ange de Yahvé apparaît et lui dit : " Abraham, ne faîtes rien car je sais dorénavant que vous craignez DIEU et que vous ne m’avez pas refusé votre fils, votre unique ".
    Un bélier apparut et c’est un bélier qu’il mît en holocauste.
    En sachant que tout est doublé, en préparation de l’arrivée de Notre Seigneur, il y a une dimension spirituelle que M.Guyénot en bon marxiste ne peut pas concevoir et reste dans le funeste naturalisme qui nous tue à petit feu.
    Ce n’était qu’un test et une allégorie de la vie de Notre Seigneur, Abraham représentant DIEU le père évidemment. M.Guyénot en parlant de Yahvé qui n’est que DIEU abstrait puis incarné pour nous sauver ne peut en bon républicain, marxiste et naturaliste en rester qu’à une lecture très sectaire. Mais comme disait Saint Paul, ce sont nous les insensés. En aller vers des pères comme Saint Jérôme ou Saint Thomas d’Aquin vous fera comprendre que seul notre orgueil démesuré et Mammon nous dirige. Nos aïeux étaient mille fois plus intelligents que vous et moi. Tous le prouvent. Mais il faut balayer tout cela et analyser avec une intelligence toute dégénérée les saintes écritures mais DIEU soit loué, seul deux-trois pauvres pelos adhèrent à vos analyses. La grande majorité en rit à gorge déployée. Deo gratias

     

    • #1883640
      le 20/01/2018 par Pitchou
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Crux fidelis
      Il ne s’agit pas d’une analyse des saintes écritures, mais plutôt du rapport ancien entre judaisme et islam. L’article tend à nous prouver comment les temps messianique dans la judaité ont surgi avec l’avènement de l’islam. Un autre point important de ce texte, les juifs ont beaucoup vécu en Arabie et d’après certains historiens les hébreux en seraient originaires, une portée énorme sur la stratégie du cadastre de deux mille ans qu’arborent les sionistes aux quatre coins de la planète. Article finalement, très intéressant pour comprendre un peu cette région à notre époque.


    • #1883656
      le 20/01/2018 par frederoc
      Du yahvisme à l’islamisme

      Bonsoir,
      Mr Guyénot est marxiste ?! D’où sortez-vous ça ?

      Ce n’est pas parce qu’il ne semble pas croyant qu’il en devient marxiste automatiquement. Si vous nous lisez Mr Guyénot .. .


    • #1883669
      le 20/01/2018 par Veritas
      Du yahvisme à l’islamisme

      En effet pour un chrétien dans l’Ancien Testament tout préfigure la venue du Sauveur, qui est même clairement annoncé dans les Psaumes, dans Isaie, Jérémie, et bien d’autres encore. Les paiens eux-mêmes l’avaient prophétisés (les Rois Mages). Et oui Abraham, et Jonas par exemple annoncent l’Agneau.

      Mais tout ceci est de Foi, et si chacun a le droit d’écrire ce qu’il veut il appartient aux croyants de ne pas donner d’importance aux écrits d’un athée, scientifique ou pas. Quand tout se vaut alors rien ne va plus. Il ne peut y avoir qu’une seule Vérité et pour nous chrétiens elle s’est incarnée et révélée il y a 2000 ans une bonne fois pour toute. Un marxiste n’a rien à faire sur ce terrain là.
      Perso je me suis arrêté à la référence kabalistique Mégatron...


    • #1883782
      le 21/01/2018 par In illo tempore
      Du yahvisme à l’islamisme

      Le marxisme a offert de puissants outils pour penser les sociétés, le travail et l’économie et a permis de faire des sauts qualitatifs dans les sciences dites "humaines" (dont l’histoire).

      Ce sont des outils toujours valides, utilisés tous les jours dans toutes les sphères de recherche en sciences humaines. Mais les utiliser n’implique nullement une adhésion aux thèses de Marx, ni d’Engels. Ce sont simplement des concepts efficaces, qui fonctionnent bien.

      Il faut distinguer les outils conceptuels marxistes de l’idéologie marxiste.


    • #1884060
      le 21/01/2018 par Pitchou
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Veritas
      C’est un sérieux problème pour vous le fait de se dire croyant en Dieu sans pour autant embrasser votre religion. Vous me rappelez des intégristes musulmans assassins au levant, seule leur foi est digne de Dieu. Vous ne mesurez pas la portée de votre étroitesse d’esprit, si une religion ne tolère pas l’existence d’autrui avec sa propre philosophie sans y adhérer, pour moi elle est indigne de se dire en vénération d’un Dieu unique comme le monothéisme. Les trois religions monothéistes ont dans leur essence d’importants points communs pour cesser les guéguerres de la vraie ou la fausse religion, ces turbulences des esprits ne sont là que pour augmenter nos divisions face aux oligarque sans foi, mais avec des pouvoirs tel qu’il nous envoient en guerre les uns contre les autres au nom de Dieu dont ils se foutent royalement. En tant que musulman, je vous tend ma main et mon coeur au nom du Christ ressuscité qui signera la fin de notre histoire.


    • #1884262
      le 21/01/2018 par Cassissiacum
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Pitchou
      Va faire du dialogue inter-religieux avec Chalghoumi et Mgr Schönborn et le rabbin Rav Ron Chaya
      Il n’y a qu’une Vérité, que cela te plaise ou non, Extra Ecclesiam nulla Salus / Hors de l’Église point de Salut
      Ce n’est point du mépris ou de l’arrogance, juste un conseil, une info, une aide, une perche (prend le comme tu veux )
      Si mon enfant s’amuse avec le feu , je vais le prévenir par amour qu’il va se brûler
      Quand à nous comparer aux intégristes musulmans, est-ce que tu ne délires pas un peu ? arrête la drogue, et la télé, ainsi que Caroline Fourest (ça nuit a ton cerveau) combien de morts du aux Catholiques, à Civitas, aux Sedevacs, à la FSSPX, aux Cassissiacum ou à la Résistance ?
      Ici on lit vraiment des débilités d’un autres monde
      On a le droit de ne pas aimer et de combattre l’Islam ou le judaisme sans detester les musulmans ou les juifs non ?
      Petit rappel camarade
      Marie Madeleine prostituée repentie Il (NS Jésus Christ) ne la condamne pas , Il condamne la prostitution (pas le pecheur mais le péché)
      Redescend et éteint ton joint c’est pas bon pour les neurones
      Que Dieu t’éclaire de Sa Vérité


    • #1884361
      le 22/01/2018 par Pitchou
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Cassissiacum
      Merci pour tes précieux conseils à propos de mon hygiène mentale et par la même occasion spirituelle, voire alimentaire. Si je t’écoute, d’après la petitesse de tes analyses dignes d’un moulin à vent, c’est la castagne assurée. Ok, j’espère que tu seras en première ligne, comme devant ton clavier.


    • #1884563
      le 22/01/2018 par Cassissiacum
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Pitchou
      « Mais de tous les monarques, le plus dur, le plus despotique, le plus intolérable, c’est le monarque "peuple" »
      Qu’est-ce que tu ne comprends pas au juste ?
      Pour qu’il y ait victoire sur le péché, il faut qu’il y ait lutte, combat (NS Jésus Christ nous demande de combattre, pas que l’on aura la victoire, ici-bas, la victoire est notre Salut) un combat apostolique, spirituel, les apôtres, ne sont pas partie avec des Kalash et des cartouchières en bandoulière (si ce n’est le chapelet, notre cinquante coup à répétition)
      Mais je vois que tu as déjà perdu trop de neurones, pour comprendre un com’ simple , en bon catholique, je vais prier pour toi , il n’y a que NS Jésus Christ, qui peut pour toi
      La drogue merdiatique a fait trop de ravage dans ta tête
      Si vis pacem, para bellum, Semper Idem Catholic
      Matthieu 10.34.35.36
      Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée.
      - Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère ;
      - Et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison.........
      Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi. Celui qui aime son fils et sa fille plus que moi n’est pas digne de moi..............
      Apocalypse 6:4



      Et il sortit un autre cheval, roux. Celui qui le montait reçut le pouvoir d’enlever la paix de la terre, afin que les hommes s’égorgeassent les uns les autres ; et une grande épée lui fut donnée.
      Dieu donne à la franchise, à la fidélité, à la droiture un accent qui ne peut être ni contrefait, ni méconnu.
      Il n’y a point de méthode facile pour apprendre les choses difficiles.
      Joseph De Maistre




      Requiescat In Pace


    • #1886529
      le 25/01/2018 par raminagrobis
      Du yahvisme à l’islamisme

      Bravo Pitchou ! qui par un esprit pénétrant et synthétique a visé juste dans sa première intervention car il a magnifiquement résumé le sens profond du long article de Monsieur Guyénot alors que nombre d ’interventions paraphrasent à côté ; Pitchou a mis dans la plaque et c était pas facile ! chapeau Monsieur ! par ailleurs , Monsieur Guyénot a tours insisté sur le fait que le fond même du judaisme était une profession d ’ athéisme (tout en s ’annexant , préemptant la notion de Dieu ! )et bel et bien un matérialisme doublé d ’un programme politique de domination tribal comme l ’a démontré A.Soral et comme la réalité nous le démontre elle -même année après année .Alors foin des débats théologiques véhéments ! certains trop passionnés : s ’écharperaient . . .sous certains sourires goguenards .


  • #1883630
    le 20/01/2018 par nico
    Du yahvisme à l’islamisme

    C’est toujours un peu "chiant" la lecture mais forcé d’admettre que de lire du Laurent Guyénot c’est surement le temps le moins bêtement dépensé d’une simple journée. A bon entendeur...


  • #1883654
    le 20/01/2018 par Asturie
    Du yahvisme à l’islamisme

    J’espère que le commentaire ne sera pas censuré car c’est important de clarifier.

    Guyénot ne comprend pas à mon sens la chose suivante.
    Ils se désignaient musulmans dès Mohamed déjà car ce terme est écrit dans le Coran. Le mot musulman (soumis) provient de Islam (soumission). Le mot islam apparait dès Mohamed.
    Enfin Muhajirun n’a jamais précédé Islam. Il veut dire émigré et vous pouvez demander à tout arabophone ce que lui n’est pas.

    Il désigne les musulmans mecquois qui ont trouvé refuge à Médine chez les médinois (les Ansars) après l’oppression dont ils ont été victimes de la part des polythéistes.

    Ensuite le Prophète s’adressait déjà au Monde car il a envoyé des émissaires aux grands empereurs.

    Pour finir, Il y a des similitudes entre Mohamed et Moise, et il y a des similitudes entre Mohamed et Jésus !

    Pourquoi ? Parce que tous les Prophètes n’ont prêché qu’une seule et même religion : la Soumission au Dieu Unique et le Monothéisme Exclusif.

    Donc l’Islam (la soumission au Dieu Unique) ne se réfère pas au Judaisme et au Christianisme, mais est le message d’Adam, Noé, Abraham, Lot, Jonas, Job, Isaac, Jacob, Joseph, Moise, Aaron, Ozair, Jean, Zacharie, Jesus et tous les autres Prophètes.

    D’ailleurs contrairement aux Juifs, les musulmans témoigne de la vertue de Marie, la mère de Jésus.

    Moise, Jésus et Mohamed n’ont prêché qu’une seule et même religion. C’est donc normal que leurs enseignements soient proches... et que le Monothéisme Exclusif qu’ils ont tous prêché est le même, et en est d’ailleurs le message central.

     

    • #1883776
      le 21/01/2018 par Emilien Chaussure
      Du yahvisme à l’islamisme

      Merci Asturie de ces précisions utiles et éclairantes.
      Chaque prophète, en effet, a "voulu" (mais c’est Dieu qui veut par la volonté des prophètes) restaurer le culte primordial. Ce sont les hommes qui en font des "boutiques", des "équipes de foot", qui alourdissent le message, rajoutent encore et encore, jusqu’à rendre les choses incompréhensibles... Autant les juifs, que les chrétiens et les musulmans.


    • #1883834
      le 21/01/2018 par Véritas
      Du yahvisme à l’islamisme

      Le christianisme est une religion RÉVÉLÉE et non du Livre contrairement aux deux autres monothéismes. Aussi la Sainte Trinité la rend incompatible avec les deux, c’est de dogme et de Foi. N’en déplaise à Vatican II et autres réformateurs (hérétiques).

      Amitiés


    • #1883835
      le 21/01/2018 par Asturie
      Du yahvisme à l’islamisme

      Le Monothéisme Exclusif est pratiqué par les musulmans qui suivent le message de Mohamed.
      La trinité contrevient au message originelle de Jésus, il ne l’a pas professée. Car elle apparait bien après l’avènement de Jesus.
      Avec les juifs ont a eu l’épisode du veau d’or etc... qui contrevient au Monothéisme et qui n’est pas en conformité avec l’enseignement de Moise.


    • #1883975
      le 21/01/2018 par Telecaster
      Du yahvisme à l’islamisme

      Asturie,
      - "Jésus et Mohamed prêchaient tous les deux la soumission au Dieu unique et le monothéisme exclusif" .
      Oui pour le monothéisme exclusif. En revanche, Jésus ne définit pas la relation entre Dieu et Sa créature uniquement en termes de soumission ( Le Père aime le Fils ) . Jésus décrit tout autrement Sa relation au Père. Pour autant il ne s’ensuit pas non plus que le christianisme enseigne au croyant qu’il est l’égal de Dieu ni à faire sa volonté propre . La relation du croyant au Père dans le christianisme est plus riche et complexe qu’une relation de simple soumission.
      Les similitudes entre Mohamed et Jésus-Christ ne tiennent pas.


    • #1884026
      le 21/01/2018 par Paul82
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Asturie

      "La trinité contrevient au message originelle de Jésus, il ne l’a pas professée. Car elle apparait bien après l’avènement de Jesus."

      "Allez convertir les Nations au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit" a dit le Christ, et vous osez dire qu’elle n’apparait pas dans les Evangiles ? Ce n’est pas sérieux.


    • #1884226
      le 21/01/2018 par Asturie
      Du yahvisme à l’islamisme

      Le principe de Trinité n’est mentionné pour la 1ère fois que vers 180. Seul un Concilau 4ème siècle consacré la Trinité ... donc elle n’apparait Dans l’Evangile originel révélé par Dieu à Jésus. Jésus n’a jamais prêché la Trinité.
      Les 1ers disciples n’en ont jamais entendu parler, puisqu’il est prouvé que l’acceptation de l’an Trinité date de plusieurs siècles aprés Jesus.


    • #1884246
      le 21/01/2018 par Telecaster
      Du yahvisme à l’islamisme

      La Trinité n’est certes pas enseignée comme telle dans les Evangiles, cependant, Jésus- Christ enseigne une toute nouvelle conception de Dieu en parlant de Abba ( Père) . Cette conception n’équivaut pas à multiplier Dieu par trois, mais elle développe la nature de Dieu et la façon nouvelle de L’adorer. Les chrétiens en adorant Jésus-Christ n’adorent pas une créature de Dieu mais Dieu lui-même. La conception trinitaire du Dieu Unique est contenue dans les Evangiles.
      Jean, 4 " Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. "
      Jean 10 "Moi et le Père nous sommes un. Alors les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider. "


    • #1884467
      le 22/01/2018 par Asturie
      Du yahvisme à l’islamisme

      Pardon j’ai fait des fautes de syntaxe dans mon commentaire précédent.
      Je disais que le concept de Trinité n’apparaissait pour la 1e fois que vers l’an 180.

      Que la Trinité est adoptée dans un Concile qu’ au 4e ou 5e siècle.
      Donc qu’elle n’est pas professée par Jésus et elle n’apparait pas dans l’Evangile originel révélé par Dieu à Jésus.


    • #1884493
      le 22/01/2018 par Crux fidelis
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Asturie
      Dieu ne révèle rien à Notre Seigneur puisque c’est Dieu. Après la pentecôte il envoie ses apôtres à travers le monde en leur disant : " Baptisez-les au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ". Jusqu’à la pentecôte, ils ne comprenaient que peu de choses, c’est le Saint-Esprit qui les a porté comme Saint Thomas jusqu’en Chine grâce notamment au don des langues qu’ils ont reçus.
      Vous êtes comme le vieillard Siméon il me semble qui dit à Notre Seigneur : " Mais montrez-nous ce Père, vous en parlez tout le temps ". Et Notre Seigneur lui répond : " Tu n’as pas compris, quand tu me vois, tu vois le Père. "
      La Sainte Trinité est présente dès le début, elle est dans toute les saintes écritures. Dès le premier évangile de Saint Mathieu écrit en 37.

      Ensuite, comme un maître qui ne peut transmettre tout son art d’un bloc à son disciple, son église s’aguerrit et affûte ses défenses au fur et à mesure des attaques qu’elle subit. C’est ce que les païens ne veulent pas comprendre. Le concile de Nicée n’est qu’une réponse à l’arianisme, un autre une réponse au pélagianisme ou le concile de Trente en réponse au protestantisme. Le dépôt de la foi est terminé à la mort de Saint Jean-Baptiste ensuite ce ne sont que des précisions et des réponses aux hérésies et aux persécutions.


    • #1884753
      le 22/01/2018 par Titus
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Asturie

      Tu ne peux pas analyser ni comprendre le christianisme comme si c’était une religion du livre, car ce n’en est pas une. Le christianisme est, au contraire, est la religion du verbe et du témoignage d’amour.

      La Trinité, c’est la référence au Père, au Fils et au Saint-Esprit. Le Nouveau Testament en fait mention tout le temps, à des endroits aussi importants que l’Annonciation, que le baptême du Christ au Jourdain, ou que le discours d’adieu du Christ.

      Tout cela ne peut prendre sens qu’à rebours, à partir de la résurrection du Christ, et la portée de ce mystère n’apparaît que peu à peu, la civilisation chrétienne ayant précisément pour tâche de déplier cette révélation.


  • #1883683
    le 20/01/2018 par Farid Trad
    Du yahvisme à l’islamisme

    @ M. Laurent Guyénot et @ la rédaction d’E&R :

    Je pense que ce serait une bonne idée de proposer des version PDF prête à l’impression des articles de M. Guyénot.
    C’est plus facile de lire ces longues contributions sur papier que sur écran.

    Bien cordialement,
    Farid.

     

    • #1884015
      le 21/01/2018 par sniffy
      Du yahvisme à l’islamisme

      J’ai fait celle sur les 4 guerres pour Sion en un pdf, et le "Mauvais génie du judaïsme". Pas super compliqué à faire mais je suis d’accord, bien plus facile à lire. Ne connaissant pas les droits sur ces textes, je ne les proposerais pas, mais un copier coller sous word ou équivalent et un impression pdf ou une sortie papier en mode "booklet" sont à la portée de tous. Je viens de faire ce texte en pdf en 2 minutes
      Cordialement


    • #1884254
      le 21/01/2018 par JP
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Farid
      Avez-vous essayé Firefox ? Il y a un mode lecture qui devrait vous convenir, et la conversion se fait en un clic.


    • #1884265
      le 21/01/2018 par In illo tempore
      Du yahvisme à l’islamisme

      Bonne idée.

      Sniffy n’a certes pas tort non plus : quand on veut se donner la peine, on peut.

      Mais ça serait diablement pratique un petit script "export to pdf" avec icône adéquate qui permettrait de tout résoudre en un clic (voir le site persee.fr, par exemple).

      Laurent Guyénot écrit des articles qui frappent, avec un appareil critique qui ouvrent beaucoup de portes et appellent à se documenter soi-même, et, bref, qui méritent amplement des relectures (j’en ai relu plusieurs sur E&R), des sauvegardes et des impressions pour sa bibliothèque personnelle.


    • #1884904
      le 22/01/2018 par Farid Trad
      Du yahvisme à l’islamisme

      Merci pour vos réponses les amis.

      Effectivement, on peut convertir le texte au format PDF puis l’imprimer en deux, trois cliques... mais tout le monde n’a pas ce réflexe... Moi lecteur habitue d’E&R, je le fais volontiers, les visiteurs de passages un peu pressé, n’auront peut être pas la patience de lire tout l’article ni l’idée de le copier dans leur logiciel de traitement de texte pour une éventuelle impression.

      Oui, je connais l’extension Firefox, elle s’appelle Evernote je crois ; le mode lecture qu’elle propose est assez agréable, c’est vrai.


  • #1883688
    le 20/01/2018 par Peter
    Du yahvisme à l’islamisme


    Les conquérants arabes, qui avaient un besoin de nombreuses compétences pour gouverner leur empire, ont ouvert aux juifs des perspectives d’ascension sociale inespérées.



    Pas qu’aux juifs.. aux chrétiens et toutes les autres communautés qui avaient la possibilité de s’administrer (selon la charia) elles mêmes.. C’est déjà un bon départ pour avoir une société où tous ses membres cherchent à améliorer leur quotidien. Il suffit d’ailleurs de voir l’accueil des coptes chrétiens en Egypte qui est bien documenté.




    Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Qur’an Sourate 48-verset 5).



    C’est effectivement difficile pour certains d’imaginer que le monde n’appartient pas à un clan ou une religion au-dessus des autres.. Si vous êtes douez d’intelligence regardez la variété de religions, croyances et sectes au Moyen Orient et l’harmonie qui y règnerait auparavant... D’un point de vue occidentale, il y aurait là automatiquement un pragmatisme innovateur pour l’époque ?.. Je conseil à l’occidental de lire le Quran pour comprendre l’Islam..

    Ps : à toutes les spéculations ont pourraient répondre par des versets du Qur’an bien plus parlant quant aux « motivations » des croyants.. Qu’est-ce que la foi ? Qu’est-ce qui est possible sans la foi ? Rappeler les bases c’est pas forcément inutile..


  • #1883704
    le 21/01/2018 par Francois
    Du yahvisme à l’islamisme

    Texte très intéressant, merci à l’auteur et au site qui le publie. Je reviens
    sur le massacre attribué au Prophète Mouhammad, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre : "Selon Ibn Ishaq, l’Envoyé d’Allâh fit décapiter tous les hommes dans des fossés, puis il « fit le partage des biens des Banû Qurayzah, de leurs femmes et de leurs enfants entre les musulmans ». Ce massacre se trouve effectivement dans les sources historiques musulmanes. Cela est problématique. Personnellement, je réfute totalement l’attribution de ce Massacre au Prophète Mouhammad. Ma raison est simple : durant les 23 ans de sa mission de Prophète, Mouhammad ne s’est jamais comporté de la sorte. Il n’a jamais privilégié la violence, au contraire, il a pardonné aux criminels. Il s’est comporté avec une bonté qui dénotait totalement avec son époque, d’où la vénération que les gens lui portaient. Dans la situation où il se trouvait au moment où on lui attribue ces exécutions, sa situation était bien meilleure qu’auparavant, il n’avait aucune raison de faire couler le sang inutilement. Les clans coupables de trahison pouvaient s’exiler. Personnellement, je pense que ce sont ceux qui ont écrit ces textes qui ont vu dans une telle interprétation la légitimation qu’ils pouvaient en tirer. Ces textes sur la biographie du Prophète Mouhammad date d’au moins d’un siècle après sa mort. Donc, leur rédaction est sujette à caution de toute façon et le caractère référentiel de tout ce qui touche le Prophète dans une théocratie est déterminant. Donc, les détenteurs du pouvoir en place ont eu intérêt à se ménager de la marge de manœuvre qui légitime à priori des massacres postérieurs.
    Ce point pourrait être le point de départ d’une mise à jour des sources en Islam, ce qui serait bénéfiques pour tout le monde, à commencer par les Musulmans eux-mêmes. Authentique Prophète de Dieu, Mouhammad n’a pu commettre de telles atrocités. Les batailles qu’il a dû livrer étaient défensives. La conversion de la Mecque s’est faite parce que les Mecquois ont vu dans son comportement et sa bonté une société meilleure que celle qui existait auparavant. Je n’ai pas le temps de développer ici, mais les Musulmans sont dans une situation délicate par rapport à ces sources, car soit elles sont fausses et l’intégrité du Prophète est rétablie dans les sources, soit elles sont vraies alors ce sont ses actes qui ne sont pas conformes avec la Parole de Dieu. Compte tenu de l’ensemble de ses actes, la réponse me paraît évidente.

     

    • #1883821
      le 21/01/2018 par Sofia
      Du yahvisme à l’islamisme

      De votre avis ,
      Les califes devaient légitimer leur cruauté, leur soif pouvoir ,leur conquête et les hadiths ,les sources pseudos historiques ont éé mis à contribution.
      les quelques batailles menées par le Prophète étaient défensives , il était prompt au pardon ,il vit modestement ,pas d’enrichissement personnel ...ce n’est pas de son initiative ses conquêtes arabes ,tout ce qu’il a fait c’est d’envoyer des missives aux gouverneurs ,rois et autres empereurs de son temps pour conclure renforcer des pactes " spirituels" ,dans la crainte et la paix de Dieu ; Les conquêtes hors Arabie ne sont pas le fait du Prophète.


    • #1884689
      le 22/01/2018 par Mehdi
      Du yahvisme à l’islamisme

      La sentence a été émise par la personne que les habitants avaient designer comme juge dans cette affaire très grave de haute trahison et non par le prophète sws. Et le prophète ne s’y est pas opposé, C’est ce qu’on appelle aujourd’hui l’indépendance de la justice.


  • #1883788
    le 21/01/2018 par In illo tempore
    Du yahvisme à l’islamisme

    Aaah ! M. Guyénot, merci pour votre travail et cet article fouillé, dense, et très instructif.
    Toujours le même plaisir de vous lire, de réviser et de s’instruire.


  • #1883837
    le 21/01/2018 par Jay
    Du yahvisme à l’islamisme

    "L’islam des origines n’était donc pas une religion conquérante, mais simplement la religion des conquérants."
    C’est toujours la même chanson, nous faire croire que l’Islam n’y est pour rien dans les conquêtes et les massacres.
    En tout cas, une chose est sûre : c’est que l’Islam même après plusieurs centaines d’années de pratiques intensives n’améliore pas l’homme en le rendant plus sociable, et tolérant, les barbares restent barbares.
    Ensuite dire qu’il n’y est pour rien est insoutenable logiquement et historiquement.
    Comme par hasard, ces conquêtes ont commencé juste après son avènement.
    Les récits historiques musulmans sont clairs que tout est fait au nom d’Allah.
    La destruction des Temples, Églises, le massacre des prêtres, moines bouddhistes, la construction de mosquées à la place des temples, etc. par les "tueurs de kafir" montrent que l’objectif n’était pas que militaire et pécuniaire.
    Je veux bien qu’il y eût un désir de s’enrichir, mais l’Islam a permis de le faire sans se culpabiliser.
    Ensuite sur les conversions non forcées. Il y a plusieurs manières d’utiliser la force indirecte, notamment par le statut de dhimmi. Il est à noter que ce statut n’est réservé qu’aux gens du Livre, et donc les autres devaient être massacrés (Inde), ce qu’ils firent au début, mais les chefs sur le terrain décidèrent par eux même, malgré les injonctions de massacre venant de Bagdad d’élargir ce statut aux hindous pour des raisons financières et stratégiques.
    L’Islam y est pour quelque chose.

     

    • #1883991
      le 21/01/2018 par Peter
      Du yahvisme à l’islamisme

      Vous avez votre interprétation hindous de l’histoire lorsque vos frères indiens musulmans en ont une radicalement différente ? La vérité se trouve quelque part ?


    • #1884056
      le 21/01/2018 par Jay
      Du yahvisme à l’islamisme

      Peter
      Je suis Français de" souche".

      Pour comprendre, il suffit de juger de l’argumentation, car la Vérité n’a pas besoin d’être magouillée, elle se tient toute seule sans aide externe.


    • #1884198
      le 21/01/2018 par Peter
      Du yahvisme à l’islamisme

      Vous êtes Hindou (ou alors boudhiste ?) et végétarien.. français de souche ou pas peu importe, vous n’avez pas répondus au fait que votre vison de l’histoire de l’Islam en Inde est radicalement à l’opposé de ce qu’en dit tant d’histoiriens.

      Vous allez accuser ces historiens d’être des négationnistes du massacre de 80 millions d’hindous et que la région hindou kouch n’est pas lié à une chaîne montagneuse particulièrement terrible car peu d’hindous la traversant y survivaient mais la preuve qu’il y a eu un massacre d’hindous.. le plus grand massacre que l’humanité n’a jamais connus.. Le seul hic c’est l’absence de sources concernant ces massacres ?

      Au contraire l’Inde moghole connaît une remarquable prospérité.. l’Islam à unifié le sous continent indien et à influencer la culture de la région. Les anglais profiteront d’un affaiblissement du pouvoir pour récupérer le pays alors que les musulmans représentent 25% de la population.. L’islam occupe une place très ancienne, sa présence remonte au premier siècle de l’Hégire.

      L’hégémonie dure du XIIIe au XVIIIe siècle avant l’arrivée des anglais. Comme toutes conquêtes, il y a eu des guerres et des conflits. Mais l’Islam s’est propagé dans des régions isolées d’autres populations musulmanes parfois sans jamais avoir eu des princes musulmans. Le Bangladesh est musulmans mais il est du côté Est.. si l’Islam avait été propagée par la force les conversions serait plus importantes dans les régions limitrophes aux pays musulmans ce qui est très très loin d’être le cas.. Au contraire c’est très homogène..


    • #1884507
      le 22/01/2018 par Jay
      Du yahvisme à l’islamisme

      Peter
      Vous n’avez pas contré mes 5 arguments.
      Vous répétez juste la propagande des historiens anglais motivés par des agendas impérialistes et missionnaires. Cette version fut aussi promue avec grand zèle par les historiens marxistes et les historiens musulmans de l’école d’Aligarh.
      Les politiciens (les héritiers directs des Anglais) avides de pouvoir depuis Nehru compris espérant le vote musulman et marxiste en voulant diviser la société pour mieux régner propagent aussi cette théorie.
      Cette théorie ne tient pas devant les faits et les récits historiques des musulmans eux-mêmes qui n’avaient à l’époque aucune raison de cacher quoi que ce soit.
      Récits écrits de manières systématiques, dynastie par dynastie, règne par règne, bataille par bataille. Ces récits sont disponibles en forme manuscrite à la fois en éditions modernes, en éditions originales, en traductions dans les langues majeures partout dans le monde civilisé. Ces collections d’histoires ont toujours été considérées des possessions d’inestimable valeur dans les palais de l’aristocratie musulmane. Il ne peut pas y avoir de controverse sérieuse sur les faits historiques enregistrés dans ces documents.
      C’est le même problème ici avec l’histoire de l’ancien régime, sauf qu’en Inde la révolution a eu lieu en 1947.
      Le but de tout cela est d’empêcher l’Inde de retrouver sa vraie culture qui risquerait de l’unifier indépendamment de l’Empire. Comme en France l’histoire est donc truquée.
      Vous voyez cher Peter, pour être objectif, il faut avant tout oublier un peu sa religion.
      (La religion hindoue n’existe pas, personne n’est capable d’en donner une définition claire)


  • #1883931
    le 21/01/2018 par Capitaine
    Du yahvisme à l’islamisme

    Bonjour, et merci à LG pour cet article des plus intéressants. Il est hélas bien trop rare que l’on puisse lire des textes de cette qualité sur des sujets qualifiés de sensibles abusivement.
    Les paradoxes soulevés à deux reprises trouvent leur solution dans les travaux d’Edouard-Marie GALLEZ, bien plus récents que ceux d’ Edouard-Louis de PREMARES, tout en s’inscrivant dans leur continuité. Sa thèse est intitulée "le Messie et son prophète, aux origines de l’islam".
    L’intelligence de ces importants phénomènes historiques est vraisemblablement impossible pour les croyants car croire et savoir sont oxymoriques. Il est essentiel de démystifier ces fléaux religieux orientaux, il en va probablement de la survie de l’humanité à en juger par ce qui se trame...
    Pourquoi appeler "Dieu" son ignorance ?


  • #1883973
    le 21/01/2018 par Peter
    Du yahvisme à l’islamisme

    @MontBlanc,




    le cul levé vers le Ciel




    Mon pauvre c’est vous qui êtes irrespectueux et ignorant ce qui n’arrange rien.. Deuxièment, le christianisme appartient tout autant a l’orient qu’à l’occident.. L’Islam tout comme le christianisme sont des religions universelles qui ont la volonté d’être soumise à l’inspection.. c’est dans leur ADN mais vous n’êtes peut-être pas capable de le comprendre..

    Arrêtez au plus vite votre petite mise en scène concernant votre pseudo indignation.. Les athées considère comment Jésus ? Arretez vos discours condescendant envers les musulmans extra-européens sous prétexte qu’ils qualifie Jésus de Prophète..Mon pauvre, Prophète c’est bien ce qu’il est selon tout les chrétiens de la planète.

    Vous moquez les musulmans parce qu’ils prient le front contre le sol sans même savoir qu’il y a une trentaine de références dans l’ancien et le nouveau testament concernant les Prophètes priant de la sorte.. Une trentaine !!!




    Ancien Testament :
    Genèse
    17 : 3 Abram se met à genoux, le front contre le sol. Dieu continue à lui parler :




    Nouveau Testament :
    Mathieu 26:36-39 - Jésus prie à Gethsémané

    36 Jésus arrive avec ses disciples à un endroit appelé Gethsémané. Il leur dit : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais prier là-bas. » 37 Il emmène avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée. Il commence à être triste et très effrayé. 38 Alors il leur dit : « Mon coeur est triste jusqu’à mourir. Restez ici, restez éveillés avec moi. » 39 Il va un peu plus loin, il se jette par terre, le front contre le sol. Et il prie en disant : « Mon Père, si c’est possible, éloigne de moi cette coupe de souffrance ! Pourtant, ne fais pas comme je veux, mais comme tu veux ! »



    Jésus était un rabbin, les apôtres l’appelait "rabbi", c’est écrit partout dans les évangiles.. Vous devriez commencer par lire au lieu d’insulter les autres. Selon la coutume, outre les prières usuelles, Jésus donne la lecture de la Thora en hébreu à la synagogue puisque c’est un rabbin juif de Galilée.. Il pratique le shabbat et respecte les règles alimentaires. Plus encore,il est méticuleux et reproche aux autres rabbins d’être méticuleux tout en se détachant de l’esprit de la Loi..

    Ps : si vous avez du mal à concevoir une discussion sur le Jésus historique on se demande comment vous supportez les français athées et ce qu’ils pensent de Jésus.. J’espère que vous n’allez pas les déchoir de leur nationalité !

     

    • #1884068
      le 21/01/2018 par Telecaster
      Du yahvisme à l’islamisme

      D’accord pour l’épisode des Evangiles où Jésus prie à genoux. Cependant, lorsque Jésus donne des consignes pour la prière il ne mentionne pas une position corporelle particulière. Les indications qu’Il donne ne sont pas d’ordre matériel mais spirituelles. Jésus marque une rupture très franche avec le ritualisme juif, ritualisme qui réapparaitra plus tard avec l’islam. Le christianisme se distingue du judaïsme et de l’islam par son contenu prescriptif et son ritualisme beaucoup plus légers.


    • #1884157
      le 21/01/2018 par Juste Bienvenue
      Du yahvisme à l’islamisme

      Bonjour à tous.
      Que la paix soit avec vous.
      Je suis diciple du Christ Jésus (Qu’Il soit béni dans l’éternité).
      En priant, je suis à genoux et je pose mon front à terre par amour, respect et soumission à mon Père Céleste et à son Verbe incarné. Mon Maître et Seigneur (Christ) Le fais en priant notre Père Céleste.
      Suis je au-dessus de mon maître ?
      Que le Très Haut et le Très Misecorde m’en préserve.
      Je comprends parfaitement cette posture.
      je comprends mes frères musulmans qui pensent que les chrétiens sont des infidèles.
      Pour ma part, je ne reconnais pas le vatican (secte sodomite, pédophilie, idolâtres et luciférienne) accoucher du paganisme.
      Toute fois, il y a de vrais croyants parmi les catholique romain. Ils sont dans cette secte par ignorance des Saintes Écritures.
      Croyants, juifs, chrétiens, musulmans... Nous le savons tous, la fin des temps doit être... (le règne de satan)
      Pourquoi nous inquiéter ? Nous devons en passé par là.
      Réjouissons nous, car alors viendras l’avènement du Messi, le retour du Christ et du règne de Dieu.
      Amen.

      .


    • #1884317
      le 22/01/2018 par Mort de rire
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Peter

      Pour les chrétiens Jésus n’est pas un prophète, il s’agit du fils de la Sainte Trinité (les trois composante de Dieu),Jesus est l’incarnation de Dieu sur Terre et le rédempteur des péchés et pas seulement un rabbin.


    • #1884390
      le 22/01/2018 par Titus
      Du yahvisme à l’islamisme

      Jésus était un rabbin, les apôtres l’appelait "rabbi", c’est écrit partout dans les évangiles..




      Jésus était charpentier, mais surtout il est l’incarnation de Dieu, c’est écrit partout dans les Évangiles pour qui sait lire...


    • #1884407
      le 22/01/2018 par Eric
      Du yahvisme à l’islamisme

      C’est un contresens. Rabbi est à entendre au sens littéral, c’est-à-dire celui de maître, au sens de sage qui enseigne.
      Par contre, pour l’histoire de « cul en l’air » (sic), ne vous inquiétez pas Peter, cela témoigne juste du niveau où se situe l’intelligence de l’intéressé, à savoir précisément au niveau du postérieur, voire à l’intérieur même du dit fondement :-)


    • #1884512
      le 22/01/2018 par Telecaster
      Du yahvisme à l’islamisme

      Les multiples définitions de Jésus sont à mettre en ordre correctement .
      - Jésus selon les juifs qui l’entouraient : " N’est -il pas le fils de Joseph ? "
      - Jésus selon les pharisiens : " Cet homme ne chasse les démons que par Béelzébul (Beelzeboul), prince des démons."
      - Jésus - blasphémateur lorsqu’il se présentait comme Christ.
      Jusque -ici on est dans la vision juive de Jésus. La seule définition qui a marqué l’histoire est celle que donne la femme samaritaine,celle que Jésus donne de Lui comme Messie, Christ, Sauveur, etc . Cette définition englobe celle de Rabbi tout en la dépassant . Seuls les chrétiens la comprennent.


  • #1883974
    le 21/01/2018 par Peter
    Du yahvisme à l’islamisme

    J’estime qu’il est important d’autoriser un droit de réponse à l’insulte de MontBlanc concernant la façon de prier des musulmans qui s’inscrit dans la plus pure tradition Abrahamique. Ça permet de comprendre a quel point l’ignorance nourrit les préjugés.. Merci de publier le post car il est très informatif.

     

    • #1884204
      le 21/01/2018 par Carlin
      Du yahvisme à l’islamisme

      Il ne s’agit pas d’ignorance. Mais de se moquer un peu....voyez-vous, sous le vernis catholique, en France, vous êtes en Gaule. Il n’y aura JAMAIS de sensibilité spontané à la "pureté" d’un culte abrahamiques. Les musulmans prennent trop la déférence exagérée de nos serpillieres politiques pour l’attitude du français moyen. Pour un Gaulois, voir un type en chemise de ’nuit, barbe hirsute, accroupi le cul en l’air, c’est juste à pouffer de rire. Ou méprisable, tellement l’insistance des musulmans est grossière (je concède qu’ils ne sont pas les seuls à ce niveau !)


    • #1885749
      le 23/01/2018 par Abdu
      Du yahvisme à l’islamisme

      « Pour un Gaulois, voir un type en chemise de ’nuit, barbe hirsute, accroupi le cul en l’air, c’est juste à pouffer de rire. »

      Charlie Hebdo déguisé en Gaulois... MDR On ne se moque pas des druides ! Je crois qu’à Rome, des gens se moquaient du vêtement à capuchon gaulois que portait, enfant, Caracalla.
      Et puis cette obsession à toujours tourner autour des parties honteuses. Il y a là, un gros problème.

      Si tu es à Rome, vis comme les Romains et si tu es à Paris, vis comme si c’était le carnaval... Pipo et Pimpo avec leur poire, c’est quand alors ? hahahaha


    • #1886055
      le 24/01/2018 par Un étranger chez lui
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Abdu
      Qu’est-ce que tu fous ici, puisque c’est le pays de Pipo & Pompo, n’y aurait-il pas un aveux de ta part ?
      Peut-être que tu aimes ça le vice et le péché ?
      Moi j’y vis parce-que c’est la terre de mes ancêtres mais toi ?
      Tu reproches tes propres défauts (tu te plains des moqueries et des insultes, en reproduisant, en insultant toi même, les français de souches )
      Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’oeil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton oeil ?
      Matthieu 7:3
      Il faut pas se plaindre si le racisme monte en ces temps de discordes , les jeunes français vivent aujourd’hui, ce que les algériens ont vécu en arrivant ici en 62 , ou les portugais, ou les italiens en 50 , et ça arrange bien la communauté des ampoules lumineuse


    • #1886090
      le 24/01/2018 par Un étranger chez lui
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Abdu
      Les mêmes qui nous ont imposé la guerre en Algérie (les socialos), sont les mêmes qui nous ont imposé l’immigration de masse, puis le regroupement familial (Bouygues et leurs amis) , ce sont toujours les mêmes qui voyant le beauf français, le populos, comme ils aiment à nous qualifier (Charlot Hebdo) se rebeller (avec le FN & G.Marché) nous ont imposé la marche des beurs ( BHL, Finky, SOS racistes) qui par la suite nous ont imposé le rap et la culture racaille (Jacques Langue et le PS) , et bien ce sont ces mêmes, qui nous montrent du doigt aujourd’hui les personnes comme toi ,avec un patronyme pas catholique, ni auvergnat , et toi tu tombes dans le panneau, parfois je me dis qu’ils ont la tache bien facile , vu la tournure des événements et les commentaires communautaires de certain dans ton genre
      Faudra pas se plaindre quand on se foutra sur la gueule pour la communauté des ampoules lumineuse
      Que Dieu (NSJC) nous aide


    • #1886461
      le 24/01/2018 par Abdu
      Du yahvisme à l’islamisme

      @Un étranger chez lui

      Ni arabe, ni auvergnat (des gens très bien), ni catho, ni juif, ni homo, ni français, ni parisien (pitié !), ni anglo-saxon (pitié), ni fils de tirailleur ou autre machin colonial (jamais colonisé par la France !), ni black, ni indien, ni chinois, ni manouche, ni grec, ni turc, ni russe, ni mongol,... et où est le problème ?

      Qu’est-ce que tu fous ici

       ? Mais je ne vis pas en France ! Mais si vous parlez de la maison E&R, désolé, j’ai du mal à vous suivre. C’est français... Et rire n’est pas un mal en soi :

      https://www.egaliteetreconciliation...

      Bon, la médisance, c’est vrai, pas bien du tout... Un vrai pécheur, je suis.


  • #1884002
    le 21/01/2018 par Animiste arriviste
    Du yahvisme à l’islamisme

    Je ne suis pas sûr que les monothéistes aient le dernier mot dans l’histoire de l’humanité.
    Être monothéiste, c’est peut être n’adorer que Satan.

     

  • #1884256
    le 21/01/2018 par JP
    Du yahvisme à l’islamisme

    Travail impressionnant.
    Mais à ce niveau de spécialisation et d’érudition, il n’y a plus personne qui soit en capacité de démontrer une éventuelle erreur. (falsifiabilité de Popper, tout ça....)


  • #1884298
    le 22/01/2018 par goy pride
    Du yahvisme à l’islamisme

    la nature même de l’islam empêchait les conquérants de s’assimiler aux civilisations supérieures qu’ils conquéraient et, par conséquent, assurait à long terme la conversion des populations conquises dans leur majorité.



    C’est plus la perception de l’islam comme modèle social et civilisateur supérieur qui a permis à cette religion de s’imposer que la persistance de l’identité arabe. En effet la Perse, les Kurdes, les populations turcophones d’Asie Centrale, les Tchétchènes, les Turcs, les Afghans, les Pakistanais, les Indiens islamisés, les Bangladais, Malaisiens, Indonésiens, philippins musulmans...n’ont jamais connu ou alors que de manière éphémère un pouvoir ethnico-identitaire arabe et pourtant l’islam s’est imposé et souvent avec une aisance surprenante.


  • #1884541
    le 22/01/2018 par Amb
    Du yahvisme à l’islamisme

    La vieille théorie eculée du mimétisme entre l’Islam et les autres religions. Le point de vue d’un homme certes brillant par certains de ces livres qui est incapable de concevoir l’idée de Dieu.

    Laurent Guyénot je vous conseille une lecture du Coran dans son entierté pour voir justement comment le Coran vient remettre en cause les agissements d’une partie des Juifs qui ont abandonné la foi au profit d’un délire racialiste de domination.

    L’Islam n’est donc certainement pas un instrument sioniste ... Le "Saoudisme" cependant lui l’est certainement.


  • #1884943
    le 22/01/2018 par Ecce
    Du yahvisme à l’islamisme

    Mr Guyenot j’ai peur que vous eussiez commis des erreurs et omissions fâcheuses.
    Votre allusion à René girard est foireuse sur le sacrifice d’un des deux enfants d’Abraham alors que le Coran reste muet sur l’identite de l’enfant et que pour de grands savants comme Ibn arabi il s’agit d’Isaac.

    Vous soutenez que l’expansionnisme arabe a permis un saut qualitatif pour des juifs je suis d’accord mais c’est egalement le cas pour les chrétiens arianistes vivant en Espagne wisigothique au moment de la conquête musulmane emmenée par les berbères.

    Rien sur le geste unique du calife Omar refusant de prier au saint sépulcre malgré la demande de l’archevêque pour ne pas que les musulmans venant après lui ne changeassent cette Église en mosquée. Cet épisode a été rapporté par Ibn Khaldoun qui est cité par Mr Guyenot.

    Rien sur l’émigration des premiers musulmans en Abyssinie chez le roi chrétien Negus qui va accorder l’asile après avoir été touché par la place majeure donnée à Jésus et Marie dans le Coran.

    Enfin dire que l’islam primitif a permis l’élaboration d’un proto sionisme est d’une telle anachronie et frise l’infâmie Intellectuelle

    Parler de l’islam primitif en citant si peu le Coran et je crois en le connaissant si peu vous a été préjudiciable. Non pas pour son coté sacré que les musulmans lui prêtent mais pour sa valeur historique étant donné qu’il date d’époque.


  • #1885333
    le 23/01/2018 par Borntogrowl
    Du yahvisme à l’islamisme

    Vous êtes tous marrants à vous quereller pour des suppositions historiques dont on n’aura jamais le fin mot, bien que cela reste très intéressant j’en conviens. Pendant ce temps, le "diable" continue son office.
    Au passage, j’ai toujours adoré les articles de Laurent Guyénot mais étant lui-même récentiste, pourquoi cite-t-il des personnages du Moyen-âge ? Ca m’échappe.


  • #1886256
    le 24/01/2018 par Alfredo
    Du yahvisme à l’islamisme

    Il est dit dans le Coran que "Jésus est le verbe de Dieu."
    Il suffit ensuite d’appliquer le syllogisme grec :

    Jésus est le verbe de Dieu,
    Or le Verbe de Dieu est de nature divine,
    Donc Jésus est de nature divine.


Commentaires suivants