Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Dunkerque, 24 mai 1940 : Hitler ordonne à von Rundstedt d’arrêter ses divisions blindées

À l’occasion de la sortie du film blockbuster sobrement intitulé Dunkerque, nous revenons sur ce (déjà) premier tournant de la Seconde Guerre mondiale. Le débat est ouvert : pourquoi Hitler, alors qu’une victoire totale à l’Ouest lui tend les bras, ordonne-t-il à son futur maréchal, le général von Rundstedt, d’arrêter la progression de ses chars ?

 

La pointe de l’armée allemande se trouve en effet à 20 km de la ville, où s’entassent 340 000 soldats, dont 123 000 français, et 35 000 seront capturés par la Wehrmacht. Or les Anglais vont bénéficier non pas d’une erreur stratégique d’Hitler mais, d’une opportunité politique : le remplacement du piètre Chamberlain par le dur Churchill.

L’offensive allemande débute le 10 mai, mais quatre jours auparavant, Göring transmet via un canal non officiel une offre de paix aux Britanniques. Hitler avait sans doute besoin de la fin des hostilités à l’Ouest pour entamer sa grande offensive à l’Est, qui prendra le retard que l’on sait.
À l’époque, en mai 1940, il croit encore à une paix possible avec les Anglais. La nasse de Dunkerque, renfermant le gros de l’armée anglaise, représente alors un moyen de pression pour le chancelier.

Aujourd’hui, les historiens et les passionnés d’histoire se déchirent sur ces 10 jours qui ont peut-être changé la face de la Guerre : savoir si Hitler a donné son Haltbefehl (ordre d’arrêt) du 24 mai à ses troupes pour des raisons tactiques (le trop grand étirement de son offensive suite à la percée inespérée de ses chars) ou diplomatiques (l’espoir d’une paix avec les Britanniques). Il est possible aussi que toutes ces considérations aient joué en même temps sur la décision du Führer. Ce qu’on appelle aujourd’hui la logique plurifactorielle.

La bataille de Dunkerque ne sera pas un sauvetage facile : 18 000 soldats anglais et français y laisseront leur vie, tandis que les Allemands perdront 20 000 hommes, morts et blessés.

Ceux qui veulent aller au fond du débat peuvent le faire sur le site de ces passionnés, où la discussion est par moment véritablement pointue et sourcée.

Plus simple sera le film de Nolan, qui ne va pas aussi loin dans l’analyse de la décision allemande. Malgré les bombardements des Stukas, 90% des soldats cernés dans la poche de Dunkerque réussiront à passer en Angleterre, le pays de Winston Churchill ayant mobilisé tout ce qui flotte pour arracher près d’un demi-million de prisonniers potentiels à l’ennemi et tout ce qui vole pour conserver la maîtrise des airs au-dessus de la Manche (ou de la mer du Nord).

 

 

 

Il y a 53 ans, en 1964, sur un scénario inspiré par un livre de Robert Merle, sortait Week-end à Zuydcoote d’Henri Verneuil, avec Belmondo dans le rôle principal et une pléiade d’acteurs français. L’ancêtre de Dunkerque, plus proche du soldat de base.

 

 

Un autre regard sur la Seconde Guerre mondiale,
avec Kontre Kulture

 

La Seconde Guerre mondiale, sur E&R :

 






Alerter

62 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Stratégiquement,Hitler se souvenait de 1914 et de la bataille de la Marne....Ses chars étaient trop engagés et il ne concevait pas que les 60 divisions de la ligne Maginot gardent l’arme aux pieds...En fait,il ne concevait pas que l’armée française fût aussi déliquescente... !!!

    Les divisions blindés ont courus jusqu’à l’épuisement des stocks d’essences qui ne suivaient pas (Pareil dans les Ardennes en 44)....L’aviation française était présente et a descendu plus de 900 avions allemands,faut pas l’oublier !

    Le temps de regrouper les troupes a suffit pour que l’opération Dynamo se mette en place....Mais il était moins une.... !!!

    il est possible,néanmoins que des tractations secrètes aient retardés l’issue finale...mais c’est tout l’art de la guerre que de gagner du temps !!

     

    Répondre à ce message

    • 2 ou 3 jours après l’attaque allemande du 13 mai sur Sedan la Luftwaffe avait mis l’aviation française au tapis, sinon jamais les divisions blindées d’Hitler n’auraient pu atteindre Abbeville en une semaine .

       
    • Non . La Luftwaffe était maîtresse du ciel et les blindés français furent cloués au sol . En laissant volontairement s’échapper les Anglais Hitler pensait pouvoir faire la paix avec eux : erreur, il n’avait pas compris que les Juifs manipulaient totalement leur fantoche Churchill .

       
    • C’est aussi ce que j’ai lu dans le dernier numéro de Guerre&Histoire : Hitler a surestimé l’armée française, d’où l’arrêt temporaire des combats. Il craignait entre autre un enlisement (ce qui n’est pas absurde, vu la météo et le terrain).

      En complément de tout ceci, il faut nuancé le propos selon lequel les Anglais se sont "barrés" et laissés en plan les Français. C’est plus compliqué que ca : bien sur que les Rosbef pensent qu’à leur tête (c’est pas nouveau), mais une fois le BEF en sécurité, Churchill a ordonné de sauver le plus de soldats français possible.

      Ces journées auraient pu être une grande réussite tactique, comme la traversée de la Bérézina (contrairement à ce qu’on raconte là encore), si il n’y avait pas eu tous ces soldats en supplément, qui provenaient d’unités en déroute ! Malgré cela, on a réussi à en embarquer le maximum.

       
  • A propos des Allemands j’ai entendu une anecdote intéressante relative à la seconde guerre mondiale.
    Un vétéran allemand raconta que sa compagnie s’était retrouvée je ne sais plus où à combattre un bataillon néo-zélandais composé de Maoris. Ces derniers étant arrivés à bout de leurs munitions ils donnèrent dans un premier temps l’impression d’être sur le point de se rendre, c’est à ce moment que les choses prirent une tournure que les soldats allemands n’oublièrent jamais : les soldats Maori ont retiré leur uniforme, se sont saisis de leur couteau de combat et se sont mis à danser un haka ! Le vétéran allemand raconta que lui et ses compagnons furent tellement à la fois intimidés par le haka et emplis de respect pour ces guerriers maori qui préférèrent reculer et abandonner le combat plutôt que de les massacrer avec leurs armes. Les soldats de cette compagnie n’avaient pas informé leurs supérieurs de peur d’être inculpés et fusillé pour désertion et trahison...
    Je ne sais pas si cette histoire est authentique mais je le trouve intéressante...

     

    Répondre à ce message

  • #1768085

    Le film de Verneuil est de 64, c’est-à-dire qu’il est sorti il y a 53 ans sur les écrans et non 33 ans comme vous l’affirmez !

    Cela dit, il y a longtemps, j’avais parlé à un témoin oculaire de la poche de Dunkerque. Il avait parfaitement observé ce qui s’y était passé et m’avait communiqué des détails. Il avait vu, de ses yeux vu, les soldats anglais embarquer sur des chaloupes pour rejoindre les bateaux anglais qui avaient pour mission essentielle d’évacuer les soldats britanniques. Il avait également vu ces mêmes soldats britanniques frapper à coups de rame les mains des soldats français qui essayaient de s’gripper à ces chaloupes anglaises pour être évacués vers l’Angleterre. La priorité absolue, pour les Anglais, était d’évacuer leurs propres soldats et ils se fichaient bien du sort qui attendait les soldats français. Je ne connais pas le nombre de Français évacués par les Britanniques lors de la retraite de Dunkerque. Il est certain que certains d’entre eux ont dû être finalement acceptés à bord des navires britanniques qui attendaient en rade mais la priorité absolue était aux Britanniques quitte à noyer les soldats français s’il y avait concurrence avec leurs homologues britanniques.

     

    Répondre à ce message

  • Ce fut une énorme faute d’Hitler, il croyait ainsi rendre des négociations de paix avec l’Angleterre possible alors que les Juifs, à travers leur fantoche Churchill, voulaient continuer le combat jusqu’à l’écrasement du Grand Reich antisémite .

     

    Répondre à ce message

  • Le film n’est pour le moment vu par personne mais tout le monde y va de son petit avis - préjugé - péremptoire. "Bouse","propagande","film hollywoodien" (l’insulte supreme : "2001 l’odyssée de l’espace" est aussi une production purement hollywoodienne mais bon, cela semble échapper que ce sujet n’a rien de commercial, n’ayant ni grosse tete d’affiche US, ni super-héros ou best seller déjà existant à l’origine du projet). Le film est quasi sans dialogues (comme chez Bresson ou les meilleurs films de l’Histoire du cinema : je cite encore" 2001" mais aussi "Il était une fois dans l’Ouest" y vont de cette ambition purement visuelle). Il va par ailleurs faire connaitre au monde entier notre (belle) ville de Dunkerque ("l’Eglise sur la Dune" en flamand), et faire revivre l’opération Dynamo non pas comme un film "Wikipédia" mais comme une experience sensorielle puissante : en effet le réalisateur a plutôt penché pour le "film de survie" pure que le "film de guerre" dans son traitement. Le soin apporté à la production (décors, avions, bateaux et figurants réels, dont une majorité de français et parmi eux des dissidents !) composent ce récit de manière à le rendre crédible et qu’il vieillisse bien en terme de facture. Trois temporalités s’entrecroisent pour narrer cet événement : une heure pour recharger en fuel pour le pilote du Spitfire, une journée pour le voyage en "little ship" et une semaine "absurde" d’attente de sauvetage pour les tommy’s. Et oui, comme il est dit dans l’article le film ne traite pas de la décision allemande, donc il faut juger sur dont il traite, pas ce dont il ne traite pas....

     

    Répondre à ce message

    • #1768363

      Église sur la dune ou église des dunes ?
      Dunkerque a eu son heure de gloire sous Louis
      XIV qui pris la ville aux espagnols pour le compte de l’Angleterre et la racheta le jour même aux Anglais. Bien mal leur en pris, car Dunkerque devint un port de course d’importance sous l’impulsion de Jean Bart.
      L’adéquation entre la ville et le roi de France s’exprima par deux visites qu’y fit Louis XIV et les fortifications édifiées par Vauban, ceinturant la ville de redoutes et villes fortifiées ( dont le Bergues des Chti). Ces mêmes fortifications qui serviront en juin 40 pour défendre le périmètre de ré-embarquement lors de l’opération Dynamo.
      Longtemps port de terre-neuvas, à l’identité flamande très prégnante, la ville a connu une perte d’identité désastreuse comme toutes les villes de Fronce,par l’apport d’une forte population immigrée lors de la construction de la raffinerie dans les années 60 et comme proletariat de substitution dans la fonderie.

       
    • le fait qu il y ait de grand films hollywoodiens n’enleve rien au fait que hollywood est essentiellement une machine a "propagande", qui genere de nombreuses "bouses".

      de plus l’episode de "dunkirk" et de la bataille de france en general est le lieu de la propagande la plus ferocement antifrancaise, de la part de prétendus "alliés" ce qui est le plus ironique..., donc on est en droit de se demander, mais surtout discuter cet episode historique pour que justement les gens qui verront le film se rendent compte si on est dans la propagande habituelle ou pas... j’espere que si tu te retrouves sur des sites anglophones, a chaque fois que la france est dénigrée et c’est incroyabvlement constant ("surrending monkeys", ou les histoires de drapeau national qui est le drapeau blanc, ou les tank qui ont une vitesse en marche avant et 10 en marche arriere) a cause de cette propagande depuis 70 ans, tu leur fais de petites lecons de morale a eux aussi, facon "cahiers du cinema".

      toleres tu que sur le fond on prenne le parti patriote francais et que l’on soit tres critique de l’ "operation dynamo" et que l on considere que c’etait peut etre necessaire pour les anglais, mais que cela a été une crapulerie, ou tout du moins quelque chose dont on ne devrait pas se vanter:se barrer en le cachant jusqu au dernier moment a ses alliés n’est pas une source de gloire. et c’est la faute des francais d’avoir si longtemps laissé les anglais jouer ce jeu, sous pression des "gaullistes".

      toi tu n’as pas vu le film plus que les autres si j en crois ton message, mais tu t’attends a un chef d’oeuvre ?
      memento etait pas mal, quoi que tres surevalué. les films suivant de nolan, en particulier interstellar, sont eux tres mauvais. je ne m’attends pas a la baffe ressentie quand je revois "eyes wide shut" ou "psychose",
      qui sont mes deux films preférés. et pourtant hollywoodien.

       
    • @ zuleya : le fait qu’il y ait des films de propagande n’enlève rien au fait qu’il n’est pas à ranger au même niveau qu’un Michael Bay faisant Pearl Harbor (y a t il des drapeaux anglais flottant au vent dans la bande annonce ? Non). Je suis conscient de la propagande anglaise (et ça va : deux membres de ma famille sont partis lors de cette période, merci pour la leçon de morale) : nous sommes traités de lâches ou je ne sais quoi (je ne suis pas dupe merci). Mais ayant travaillé sur ce tournage je confirme la présence d’uniformes français parmi des petits rôles et la figuration. Je ne sais pas si ce sera de la propagande ou simplement l’Opération Dynamo retranscrite dans les grandes lignes (et déjà ce travail de transmission de l’Histoire est à louer au vu de l’indigence sur ce point de ce que propose l’éducation nationale). Je sais d’avance qu’il s’agit plus d’un film de survie que d’un film de guerre pur (ou qu’une chronique de soldats comme le film de Verneuil : l’intention est différente, donc faut s’attendre à un autre type narratif, plus organique et subjectif), à trois temporalités différentes et avec peu de dialogues. Je fais confiance à Nolan, qui est très gentil sur le plateau (jusqu’au dernier des figurants) et qui est parti hors des standards commerciaux sur ce film. Et n’en déplaise à tes goûts, Memento est un exercice de style vain (mais audacieux) et Interstellar un grand film Malickien sur l’americana et le lien entre l’amour et théorie des cordes. Inception un film brillant de braquage de cerveau (ce que fait Hollywood ? lol), le Prestige un bijou et les Batman sont séduisants un dimanche soir (surtout le 2e, le 3e bof). Ce réalisateur est quand même le seul depuis Kubrick a avoir le même contrat auprès de la Warner, et ses films sont au dessus de la moyenne en terme d’inventivité, d’aller hors des modes et des standards. Peut être suis je "corporate" et fidèle à ma profession qui s’est dépassée pour rendre ce tournage possible mais le déferlement de haine que je lis dans les commentaires m’oblige à répondre. Non ce ne sera pas une bouse (ça j’en suis SUR pour une raison : tout art fait avec passion et âme nous élève), propagande ça je n’en sais rien (et alors ? Leni Rishfenthal ou Soldat Ryan de Spielberg c’est bien foutu !) et Hollywoodien certainement mais pas Marvel (ouf !).
      "Tolère tu que sur le fond" : l’avez vous vu ? Non bon alors parlez moi du fond lorsque vous aurez acquis quelque chose s’appelant honnêteté intellectuelle.

       
    • Si ce film est bien sur l’opération dynamo, " sur le fond " veut dire "sur le sujet de l’opération dynamo". Il est évident que je n’ai pas vu le film.

       
    • #1768917

      Damned : Dunkerque : ancien port de pêche à la morue en Islande et non pas à terre-neuve.
      Impardonnable de ma part, ça mérite un " zo" à mon oncle co qui vient d’Islande" (ref : folklore du carnaval Dunkerquois).

       
  • #1768209

    Il m’a l’air bien ce film " Weekend à Zuydcoote".
    50 ans plus tard quelle froideur...de l’image..du jeu..

     

    Répondre à ce message

  • pensees pour mon arriere grandpere qui s’est battu pres de lille au commandement du general molinié,je peux vous assurer que les troupes allemandes en face ont passées de sales nuits...

     

    Répondre à ce message

  • Juste une question au sujet de cette bande annonce : où sont les soldats français ?

     

    Répondre à ce message

  • c’est quand qu’hollywood fera un film qui s’appelle "le havre" ^^ !?!

     

    Répondre à ce message

  • #1768895

    L’évacuation réussie de Dunkerque est due à l’héroïsme de l’armée Française sous le commandement du général Fagalde et son XIV corps d’armée qui se sont sacrifiés à 10 contre 1, voire 30 contre 1 dans certains secteurs, pour que l’armée britannique puisse embarquer entre le 26 mai et le 14 juin 1940.
    " operation litles ships" de la BBC comme la dernière daube de Nolan passent sous silence que le cabinet de guerre britannique a des le 24 juin,décidé de trahir leurs alliés en évacuant ses troupes vers les ports de la Manche. Trahison qui entraînera la capitulation par Léopold II de l’armée Belge.
    L’armee Française servira, comme tout au long du XIX et XX, de " tirailleurs sénégalais" pour les intérêts britanniques et trahie par la soumission de ses élites ( l’étrange défaite de marc bloch).
    Quelques milliers de soldats Français seront embarqués lorsque tous les britanniques auront été évacués. Ils seront re-expédiés aussitôt se battre en Normandie et dans d’autres enclaves. Le plus grand nombre prendra le chemin des stalags.
    Tout est fait pour détruire l’image de la France, Dunkerque en est la caricature et je sais de quoi je parle, toute ma famille était aux premières loges, des Dunkerquois et Rosendaëliens depuis les 1ères habitations dans les " pannes".

     

    Répondre à ce message

    • #1768936

      J’ajoute que les Dunkerquois ont payé le prix fort de la bataille de Dunkerque en terme de destructions, pillages et ont subi un des régimes les plus durs de l’occupation en rationnement alimentaire et restrictions de toutes sortes.
      La ville a été reconnue comme ville martyr par le gouvernement.
      Detail, la ville n’a pas été prise en 14/18 mais a été bombardée depuis des Zeppelin. Et pourtant ... personne n’aurait eu l’idée de fonder des associations de fils de et petits fils de pour exiger des réparations...
      On a juste chanté :" on dit que Dunkerque est mort... C’est pas vrai"( folklore carnaval Dunkerquois).

       
Afficher les commentaires précédents