Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Quand les journalistes français découvrent la France...

Un pays situé entre Paris et le reste du monde

Le changement date de 2012. À l’époque, on sort de la parenthèse sarkozienne. La France respire, elle se choisit un président « normal », qui se révèlera pire que le précédent. Ce sont les émeutes de banlieues, fin 2005, qui précipiteront le peuple français dans le piège libéral, le fin stratège atlanto-sioniste Sarkozy en profitant pour accéder au pouvoir et liquider la dernière garde gaulliste. Ce qui reste de la France terrienne au sommet.

 

 

Dans la presse officielle, traditionnellement, on ne s’intéresse pas aux Français en tant que tels, uniquement à la couche supérieure de la population. Parfois, à l’occasion d’un fait divers qui passionne l’opinion, on accepte un feuilleton social (sur un crime). Et puis on repasse aux choses sérieuses, la vie trépidante de l’élite politico-médiatique.

Sauf qu’en 2012, Marine Le Pen fait presque 18%. Elle est loin des deux premiers, Hollande et Sarkozy, avec respectivement 28 et 27% des suffrages exprimés. Mais le coup est rude pour le petit monde de la presse, qui découvre que les Français sont de plus en plus – c’est leur analyse – mécontents, en « colère ». Cela ne peut pas être réfléchi, pensé, ça ne peut être qu’un vote de contestation primaire de gens plutôt limités culturellement.

« La France m’intéresse autant que les pays en guerre. Il se trouve que j’ai commencé par les pays en guerre parce que j’étais en Russie au moment de la guerre en Tchétchénie, puis j’ai ensuite été en Irak et en Afghanistan, mais pour moi, observer la guerre, c’est aussi observer la vie. Alors je me suis dit que je pourrais faire la même chose en France. »

 

Pour en avoir le cœur net, les grands organes de presse décident d’envoyer des journalistes au-delà du périph. Ces derniers avaient plutôt pour habitude de fréquenter le 8e arrondissement parisien, celui des palais (Matignon et l’Élysée) et aussi les pays où il se passe des choses importantes. Entre les deux, prise en sandwich, vivote la France dite périphérique, que des sociologues étudient pourtant. Parfois par acquis de conscience sociologique, souvent pour comprendre pourquoi elle a voté pour le « fascisme ».

Toujours est-il que Le Monde envoie ses reporters un peu partout en France, un pays que le titre connaît mal, et ses envoyés spéciaux ramènent des tas d’informations. Oui, cette France-là ne va pas bien, elle n’aime pas la tournure des événements, elle a peur pour son boulot, sa famille, et ce qui se passe à Paris l’ennuie, l’énerve ou la dégoûte carrément. Un homme politique vient dire à Ariane Massenet en plateau sur le Grand Journal que les Français les « détestent », eux, les journalistes. Il y en a qui tombent de leur chaise : ils croyaient être des stars, et les vrais Français leur jettent des cailloux. Symboliques dans les campagnes, un peu moins dans les banlieues.

Mais le mouvement est lancé, comme un mot d’ordre : il faut coller au peuple, aux aspirations des gens, marquer le Français à la culotte. Cela ne part pas forcément d’un bon sentiment, celui de l’empathie ou de la connaissance fraternelle. Plus sûrement d’un « pourquoi ils votent FN » ou d’un « pourquoi ils nous détestent ». Des journalistes plus ou moins brillants reviennent de l’étranger et appliquent leurs méthodes de grand reporter au plouc de province.

 

 

Florence Aubenas se prend pour Günter Wallraff et se déguise en femme de ménage à Ouistreham pour comprendre la souffrance des petites gens, la femme de Jean-Jacques Bourdin fait son tour de la France qu’on entend pas, le photographe (d’État) Raymond Depardon continuer à shooter les paysans et les villes qui meurent, bref, tout le monde s’y met. Ça devient la grande mode que de s’abaisser au niveau de la France d’en bas.

Dernier envoyé spécial chez les ploucs en date, Émilie Beaujard, elle aussi grand reporter de guerre rapatriée et réconvertie dans la guerre sociale que les Français de modeste condition livrent chaque jour contre le libéralisme et le mondialisme. Et ça devient une chronique sur RTL, un peu comme celle de Mermet sur France Inter, Ma France à moi, inspirée de la chanson de Diam’s. Voici le portrait de L’Obs :

Sa chronique s’attache à composer « un patchwork de la France avec 30 personnalités qui représenteront 30 facettes du pays », ajoute-t-elle. On l’entend donc dresser le portrait de Français plus ou moins connus : la cantatrice Malika Bellaribi-Le Moal, « qui donne des cours à des femmes de tous les milieux afin de leur prouver que chacun a en lui un potentiel » ; Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais), « une personnalité incroyable qui a transformé sa ville en un laboratoire du développement durable au sein du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais », par exemple.

On sent que c’est bien correct, n’est-ce pas, et que ça ne déroge pas à la grande loi de la discrimination positive. Émilie rencontre « “des gens simples qui pensent n’avoir rien à dire” mais livrent une vision du territoire bien éloignée de celle des grandes villes et des politiques », poursuit L’Obs.

Tout ça pour recoller au peloton, car la fracture médiatique entre la presse et les Français était devenue trop grande. Selon nous, ce petit exercice de rattrapage ne suffira pas à recoller les morceaux. C’est comme les divorces : une fois qu’on s’est habitué à vivre sans l’autre (et parfois avec quelqu’un d’autre), on revient rarement en arrière. Et les Français se sont habitués à vivre sans leur presse de propagande : ils ont choisi l’Internet. Les reportages francophiles où suintent quelques gouttes de pitié attendrie ne suffiront pas.

Les médias dominants sont-ils trop compromis
avec le pouvoir profond pour changer ?
Vous le saurez en lisant sur Kontre Kulture

 

La presse pourra-t-elle changer son logiciel de désinformation ? Voir sur E&R :

 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1767717
    Le 16 juillet à 23:02 par 1commentateur
    Quand les journalistes français découvrent la France...

    L’arnaque, c’est le "camping car"
    Pourquoi utiliser ce terme quand il utilise une simple fourgonnette remplie de matos.
    Il dort à l’hotel le Raymond. Et je le comprend.
    Alors pourquoi utiliser le terme "Camping car" ?
    Pour faire pauvre ?

     

    Répondre à ce message

    • #1767764
      Le 17 juillet à 00:13 par Daphné Bürka & Anne-Sophie Lapute.....
      Quand les journalistes français découvrent la France...

      La France et les français pour Âne Nivat , c’est un sujet d’étude, comme les singes en Amazonie pour les naturalistes ou les lézards pour les écolos....
      On vient ,on canarde, on va, on mitraille, et le soir on rentre au Hilton ou au Carlton pour pioncer jusqu’à 12 heure !
      Puis au bout d’une semaine ,on rentre, on invite nos amis de la haute dans notre loft pour une soirée champagne, pute et coke et visionnage de photos du safari !
      En se moquant du béret du petit vieux avec sa cigarette roulé , de la coupe de la mamie un matin , du jeune chômeur sur son cyclo et séquence petite larme, photo de la crevaison du pneu du 4x4 en pleine cambrousse et personne pour nous aider (salauds de sans dent) !
      L’année prochaine on part avec le Yatch de Patrick, secourir des migrants en méditerrané et on péchera le gros entre deux barques de clandos, vacance ONG !
      Punaise les riches, ils ont une vie mouvementé , pas le temps de s’ennuyer trop de choses à faire !
      Il me tarde de lire la vie des sans dent (ma famille, mes amis, nos paysans et moi) pour voir s’il y a une séquence avec moi ! (même si moi je le vis tous les jours son safari)

       
    • #1768063
      Le 17 juillet à 15:11 par hahaha
      Quand les journalistes français découvrent la France...

      Hahaha, ne le confondez pas avec Mme Bourdin, qui si elle a dormi chez l’habitant (sujet d’étude et fasciste en puissance) n’en a pas moins un mépris souverain. Depardon, tout photographe "officiel" qu’il soit, est un artiste qui n’a jamais oublié d’où il vient. Ça transparaît dans bien des documentaires et prises de vue...

       
    • #1768168
      Le 17 juillet à 17:16 par Daphné Bürka & Anne-Sophie Lapute.....
      Quand les journalistes français découvrent la France...

      @hahaha
      C’était une boutade plus qu’un jugement kamarade !
      Je vis tous les jours que Dieu m’offre, dans cette France rurale, profonde, enraciné et de sans dents !
      Et j’y suis heureux avec ma petite tribu femme et enfants (4) et même si 6 bouches à nourrir, n’est pas toujours de tout repos, je ne changerais pour rien au monde ma condition de vie, pour un appart en ville !
      Ma vieille ferme et mes terres en coteau sont tout ce dont j’ai besoin !
      Loin de toute agitation, sans télé, je me sens bien !
      Pas besoin de photographe pour voir le bonheur chaque jour qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il y fasse un soleil de plomb !
      Bien à vous kamarde

       
    • #1768307
      Le 17 juillet à 21:04 par hahaha
      Quand les journalistes français découvrent la France...

      Hahaha, @Daphné & Anne-So (lol) : ma remarque n’avait rien de méchant, vous l’aurez compris camarade... Et je suis bien heureux de savoir que vous voyez les mêmes choses que moi à chaque lever du soleil. Et sans écran interposé xD

       
  • #1767805
    Le 17 juillet à 03:10 par Francois Desvignes
    Quand les journalistes français découvrent la France...

    la France comme tout pays a toujours été divisée en Trois Ordres :

    - Ceux qui disent la morale : les oratores
    - ceux qui exercent le pouvoir par le combat : les bellatores
    - Ceux qui bossent : ls laboratores

    Seul le nom des trois ordres changent selon le régime.

    Sous l’Ancien Régime :

    - Ceux qui disent ce qui est moral : le Clergé
    - Ceux qui combattent (exercent le pouvoir) : la Noblesse
    - Les autres, ceux qui bossent : le Tiers-Etat

    la République prétendument démocratique n’a rien changé, elle a seulement enfilé les pyjamas de l’Ancien Régime (et de tous les régimes) :

    - Le Clergé de la République : les médias qui disent ce qu’on doit penser, et comment exprimer la pensée "autorisée".Ils disent la morale, défendent le pauvre, et la défense du pauvre oubliée, la propagande au service des puissants devient leur seul métier.

    - la Noblesse de la République : les apparatchiks de la politique et de la haute fonction publique, les magnats de la banque. La paix intérieure et extérieure ,et en cas de décadence le verrouillage des pensions, sont leurs métiers.

    - Le Tiers-Etat : les salariés, chômeurs, artisans, commerçants , professions libérales et petits entrepreneurs anonymes qui travaillent avant d’avoir des idées ou des avis.

    Le Tiers-Etat a perdu ses ordres privilégiés parce que les ordres privilégiées ont perdu leur fonction sociale (comme sous Louis XVI) :

    - le Clergé ne protège plus ni ne défend le pauvre et s’est vendu aux puissants. Il touche sa dîme, mais ne remplit plus l’obligation qui y est attachée.

    - La Noblesse ne meurt plus pour le Tiers, elle organise ses rentes, sans plus payer "l’impôt du sang" (Philippe Auguste était en première ligne à Bouvines, Napoléon marchait avec ses troupes à la retraite de Russie) . Comme le Clergé, elle touche sa rente sans plus remplir l’obligation qui y est attachée.

    Le privilège qui est la SEULE cause de toute insurrection du Tiers contre ses gouvernants se définit ainsi : un droit devenu exorbitant d’injustice et d’arrogance parce que l’obligation qui le justifiait a disparu.

    Le Noble et ses imp^ts prélevés étaient justifiés car c’est lui qui mourait à Azincourt
    Le Clergé et sa dîme étaient justifiés car tout était consacré au pauvre.

    Mais quand le Clergé et la Noblesse ne sont plus pour le Tiers-Etat , que la Noblesse ne meurt plus pour lui, et le Clergé ne le secourt ni ne le défend plus, le Tiers-Etat les tue.

    Physiquement.

    Même avec leurs pyjamas.

    Et c’est ce qui va arriver.

     

    Répondre à ce message

  • #1767806
    Le 17 juillet à 03:11 par Chris_Hcmc
    Quand les journalistes français découvrent la France...

    Le mal qui nous est fait nous le finançons … 3 choses à faire si nous en avions tous une bonne paire :
    1. Se débarrasser de la télévision : je pense que sur ce site pas besoin de forcer, c’est déjà fait pour la plupart d’entre nous !
    2. Ne plus laisser d’argent sur son compte bancaire : c’est encore facile à l‘étranger, surtout en Asie ou le cash est encore très répandu.
    3. Ne plus payer ses impôts : cela n’est valable que si nous le faisons tous ensemble.

     

    Répondre à ce message

    • #1768115
      Le 17 juillet à 16:24 par Yankee98
      Quand les journalistes français découvrent la France...

      Un impayé massif des impôts et taxes locales aurait surtout pour effet de paralyser les pouvoirs publics actifs... du genre t’appelles le 18 et ah bah zut on peut pas venir, plus de mazout !

      Ou les hôpitaux qui refuseront du monde parce que le chirurgien gastro-entérologue qui tourne à 10000€ mensuels est parti car ses deux derniers salaire étaient pas versés, etc.

       
    • #1768319
      Le 17 juillet à 21:20 par layla
      Quand les journalistes français découvrent la France...

      Tout a fait daccord avec vous pour les deux premiers points, mais en troisieme, ne plus envoyer nos enfants dans les ecoles d etats .

       
    • #1768728

      Ouah, bien resume. Heureuse de voir que certains ont compris ces solutions simples et efficaces. Ne plus payer d’impots peut se faire que quand on n’a plus peur de tout perdre ou quand on n’a plus rien a notre nom regit par les lois de l’etat (toutes proprietes, enfants en bas age, permis de tout genre, fiches de paye, carte vitale, etc).

       
  • #1767820
    Le 17 juillet à 06:25 par Daphné Bürka & Anne-Sophie Lapute.....
    Quand les journalistes français découvrent la France...

    La France et les français pour Âne Nivat , c’est un sujet d’étude, comme les singes en Amazonie pour les naturalistes ou les lézards pour les écolos....
    On vient ,on canarde, on va, on mitraille, et le soir on rentre au Hilton ou au Carlton pour pioncer jusqu’à 12 heure !
    Puis au bout d’une semaine ,on rentre, on invite nos amis de la haute dans notre loft pour une soirée champagne, pute et coke et visionnage de photos du safari !
    En se moquant du béret du petit vieux avec sa cigarette roulé , de la coupe de la mamie un matin , du jeune chômeur sur son cyclo et séquence petite larme, photo de la crevaison du pneu du 4x4 en pleine cambrousse et personne pour nous aider (salauds de sans dent) !
    L’année prochaine on part avec le Yatch de Patrick, secourir des migrants en méditerrané et on péchera le gros entre deux barques de clandos, vacance ONG !
    Punaise les riches, ils ont une vie mouvementé , pas le temps de s’ennuyer trop de choses à faire !
    Il me tarde de lire la vie des sans dent (ma famille, mes amis, nos paysans et moi) pour voir s’il y a une séquence avec moi ! (même si moi je le vis tous les jours son safari)

     

    Répondre à ce message

  • #1767844

    La France est belle et magnifique ,pour l’avoir sillonné pendant 15 ans .Et de voir ce que nos énarques sont est en train d’en faire .C’est d’un gâchis désespérant ,parce que la France est trop belle pour eux ,ils ne la méritent pas .

     

    Répondre à ce message

    • #1768002
      Le 17 juillet à 13:26 par Gaz au poivre
      Quand les journalistes français découvrent la France...

      Sans les pavillons Bouygues,ça peut encore aller,mais le maillage de l’espace par ces" ça m’suffit "
      prétentieux genre banlieue à l’Américaine,ça ne remplacera jamais les villages en pierres de pays ,tous ces petites cités avec leur style perso que je regrette . Et OUI ,c’est de la nostalgie ,je ne vois pas pourquoi ce serait un délit .

       
  • #1767875
    Le 17 juillet à 09:17 par Dam Ned
    Quand les journalistes français découvrent la France...

    Pour Anne, la guerre c’est la vie...

     

    Répondre à ce message

  • #1767943
    Le 17 juillet à 11:37 par milan
    Quand les journalistes français découvrent la France...

    D’abord il y a eu les sociologues. Après sont arrivés les anthropologues. Au fin fond des régions paumées du monde ça a été comme ça aussi sauf qu’à la place de sociologues, on avait des ethnologues. La suite on la connait, quand les journalistes arrivent c’est la destruction ou la guerre.

     

    Répondre à ce message

  • #1768039
    Le 17 juillet à 14:16 par Chuchemimb
    Quand les journalistes français découvrent la France...

    Les Français détestent les journalistes et sentent que tout a un arriere gout de pisse, mais continuent massivement de regarder la télé, les JT, les séries à la con d’avant le film, les téléfilms de merde genre Joséphine Ange Gardien, Drucker, Hanouna et toute cette saloperie destructrice. Macron n’a pas été élu tout seul. Cette France mérite ce qui lui arrive en pêchant par indifférence et ignorance volontaire.

     

    Répondre à ce message

    • #1768550
      Le 18 juillet à 10:50 par Franck
      Quand les journalistes français découvrent la France...

      J’habite dans un bled du centre de la France, on y a voté Marcon, les gens regardent bien la télé (peut-être même encore plus qu’à Paris où les bobos sortent beacoup plus, vie d’ado éternel oblige), les gens ne pensent globalement qu’à bouffer et à parler de fric ; honnêtement, je reste très dubitatif sur cette fameuse "France hors Paris" qui voterait majoritairement FN (comme si voter FN étant en plus un signe de prise de conscience, bon)...les chiffres et la pratique prouvent que c’est faux, mais vu que c’est un totem "dissident" on va continuer à gober...
      Quand au revirement télévisuel qui se la joue "vive la France profonde", il est évident que ça a plus à voir avec les mouvements économiques actuels et globaux favorisant un certain localisme (désolé de le dire, mais le pouvoir ne vous a pas attendu) qu’avec les "journalistes" qui voudraient savoir "qui" sont les "français"...n’importe quoi...le problème c’est qu’ici vous avez tendance à imaginer des choses qui ne sont pas exactes : la "campagne" est complètement fantasmée et idéalisée, la télé parle du "bio" et des "bons produits" à fond la caisse...mais bon, c’est pas la peine d’insister je crois...le militantisme est ainsi fait ; quand la réalité ne lui convient pas, alors il change la réalité.
      Autant vous avez tout bon sur les questions de terrorisme, de magouilles politicardes et de critiques des lobbys, autant vous vous plantez le doigt dans l’oeil en ce qui concerne le reste.
      Macron a été élu par la France entière, point.
      Il va falloir vous y faire, le seul patrimoine culturel qui intéresse vraiment les "français" (hormis le fric), c’est la bouffe ; le reste, ils s’en balancent complètement.
      Maintenant, vous pouvez continuer à faire comme si...c’est ce que vous vous efforcez de faire, à l’évidence...

       
    • #1768656
      Le 18 juillet à 15:21 par frederoc
      Quand les journalistes français découvrent la France...

      @franck,

      Enfin un message clairvoyant ; le souci c’est que certains s’évertuent à percer des bulles pour en recréer d’autres.

       
    • #1768964
      Le 19 juillet à 00:07 par Daphné Bürka & Anne-Sophie Lapute.....
      Quand les journalistes français découvrent la France...

      @franck
      Alors kamarade ,je connais pas ton bled ....mais il doit-être bien triste !
      1er tour présidentielle et 2eme tour Midi-Pyrénées
      Ariège
      Marine LE PEN 22%, 37%
      Haute-Garonne
      Marine LE PEN 17%, 28%
      Gers
      Marine LE PEN 20% , 33%
      Aveyron
      Marine LE PEN 16%, 28%
      Hautes-Pyrénées
      Marine LE PEN 19%, 32%
      Alors je t’accorde que 100% du rural n’est pas éclairé comme sur E&R ,mais je vois bien un changement énorme ici en Midi-Pyrénées, terres socialistes depuis plus de 40 ans !
      Sans parler du nombre de paysans (agriculteurs) qui se mettent au Bio ou en vente directe ou à la ferme !
      Mais c’est certain si tu attends 100% de patriotes tu ne les auras jamais , dans la vie il y a 20 % qui sont pour 20% contre, 10% d’indécis et 50% de suiveurs !
      Mais ton com’ me rend triste pour toi, dans ma cambrousse tout ne va pas si mal kamarade !
      Bien à toi

       
  • #1768204

    Exellent Raymond Depardon qui montre, avec une justesse remarquable, la France éternelle en train de disparaître. Je me re-vois "Profils Paysans" pratiquement chaque année et j’ai les yeux rouges à chaque fois. Ce mec est un magicien du captage d’instants, d’émotions, sa narration est calme, apaisante. Un bonheur ces trois volets, je vous les conseille d’ailleurs. Je vais me procurer ce dernier ouvrage. ;)

     

    Répondre à ce message

  • #1769146
    Le 19 juillet à 12:08 par redsniper06
    Quand les journalistes français découvrent la France...

    Les journalopes parisiennes bobos ont décidé de mettre les pieds dans le fumier pour aller voir ce qui se passe chez les ploucs en province ???....bigre !!!..

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents