Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Écriture inclusive : 314 professeurs refusent d’enseigner que "le masculin l’emporte sur le féminin"

Plus de 300 professeurs de français ont signé une tribune pour dire non à la règle systématique de l’accord de genre et préconisent d’autres options.

 

 

Le masculin l’emporte sur le féminin

Dès le CP, tous les élèves apprennent cette règle de grammaire. Mais aujourd’hui, 314 professeurs de français disent stop. Ils ont signé mardi une tribune sur le site Slate, et refuseront désormais d’appliquer cette règle.

Éliane Viennot, coordinatrice de la tribune et professeure de littérature à l’Université de Saint-Étienne, a rappelé mardi dans Europe Midi que cette règle de grammaire « n’a pas toujours existé ». « Elle a été mise au point au 17e siècle. D’ailleurs, à cette époque-là, on ne disait pas exactement cette formule, mais "le genre le plus noble s’impose lorsque les deux genres sont en présence". Ça veut tout dire », souligne celle qui a par ailleurs écrit l’ouvrage Non le masculin ne l’emporte pas sur le féminin.

[...]

 

Plus qu’une règle de grammaire, une certaine idée de la domination

Le professeur de littérature s’agace contre ces procédés qui, à l’époque, ont été mis en place pour « masculiniser » de force la langue française, et qui aujourd’hui, ont encore un réel impact sur la perception qu’ont les jeunes filles de leur genre.

Lire l’intégralité de l’article sur europe1.fr

Les ravages de l’idéologie, lire chez Kontre Kulture :

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

119 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Mais ou va t’on avec tout çà. Le masculin qui remporte sur le féminin çà n’a jamais traumatisé personne à que je sache, depuis des décennies et des décennies.
    Si on parlait aussi du fait que l’on dit Monsieur, lorsqu’on s’adresse à un jeune homme et qu’on ne dit pas Madame lorsqu’on s’adresse à une jeune fille, mais Mademoiselle, sous prétexte que Madame c’est uniquement si la jeune fille est mariée et c’est la seule condition pour qu’on la considère comme une femme alors qu’un garçon marié ou pas on dira Monsieur. Pourquoi on l’interdit pas aussi.
    Ben oui, il faut aller jusqu’au bout des choses. Et puis tous ces changements demandés par les féministes (bourgeoises), ce n’est pas le désir de toutes les femmes, bien au contraire, car être considéré comme l’égal d’un homme c’est disparaître en tant que femme, qu’est ce qu’elles ont à y gagner.....
    Et puis, en interdisant aux hommes de les accoster dans la rue, un parc ou ailleurs, cela va générer des frustrations aussi bien du côté femme que homme, car si plus rien n’est possible spontanément, il faudra en passer par des réseaux ou tout est organisé, autant rouvrir les maisons closes, bordels, ces espaces étaient dédiés aux rencontres, la seule différence c’est qu’avec les Meetics, ou appli sur smartphone, c’est gratuit, et on peut chercher un mec ou une nana comme on fait ses courses au supermarché, on peut choisir, essayer et jeter.... que sais-je encore, quel monde de dingue.

     

  • Honnêtement, j’ai beau regardé autour de moi, je vois bien plus de femmes dominantes leurs époux que l’inverse. Je n’ai pas l’impression qu’autour de moi les gens vivent avec cette règle du genre noble dans la tête.

     

    • En effet c’est souvent comme ca... monsieur est ministre des affaires étrangères, et madame ministre de l’interieur... et le projet féministe, en tout cas dans sa forme actuelle, consiste à inverser ces rôles millenaires, ce qui n’est pas tres féministe, l’interieur c’est beaucoup mieux que la pourriture de l’exterieur...



  • 314 professeurs refusent d’enseigner que "le masculin l’emporte sur le féminin"




    Ils n’ont qu’à enseigner qu’en français, le genre neutre est assimilé au masculin…

     

  • Comme si c’était un problème... Ils n’ont rien de mieux à faire ?
    Nous vivons vraiment une période d’effondrement !

     

  • #1835215
    le 07/11/2017 par Le gauchisme est une maladie mentale
    Écriture inclusive : 314 professeurs refusent d’enseigner que "le masculin (...)

    C’est la folie. Personne pour arrêter cette horde de gauchistes ?
    Pour ma part, je continuerai d’écrire en vrai français.
    Le masculin l’emporte sur le féminin dont la place est "debout dans la cuisine". (désolé, c’est plus fort que moi là)

     

    • 314 profs de français sur tout le territoire national, je n’appelle pas ça "une horde de gauchiste", mais juste une minorité d’abrutis.
      Pour en avoir discuté avec des amies instits (de gauche), toutes trouvent l’écriture inclusive complètement débile.
      D’ailleurs, elles passent la moitié du temps à faire de la discipline à cause de deux ou trois merdeux. Et certains ne parlent même pas le français... Alors l’écriture inclusive mon cul ! C’est du vent !


    • #1835382
      le 07/11/2017 par Le gauchisme est une maladie mentale
      Écriture inclusive : 314 professeurs refusent d’enseigner que "le masculin (...)

      @ Ray Donovan
      Votre commentaire est rassurant. Le risque aujourd’hui est qu’une minorité impose ses vues à la majorité car sa pousse fort via les médias vendus à leur idéologie de mort. C’est pourquoi la horde serait de 15, il faudrait s’en méfiez comme de la peste.
      Bon, je vais "m’assoir dans le salon", moi.


  • Voilà à quel genre de stupidités nous conduit l’idéologie du féminisme.

    Le français n’ayant pas de neutre, c’est le masculin qui joue ce rôle. Ainsi les noms neutres en latin sont-ils généralement devenus masculins en français.

    Académie : « Le neutre, en français, prend les formes du genre non marqué, c’est-à-dire du masculin. »

    Grevisse : « Si les donneurs ne sont pas du même genre, le receveur se met au genre indifférencié, c’est-à-dire au masculin. »

    Quant au « genre le plus noble », c’est une terminologie qui vient de la grammaire latine et qui est bien plus ancienne que le XVIIe siècle... On parlait aussi de « personne la plus noble » pour la première personne (suivi de la deuxième puis de la troisième), mais aucune godiche ne s’est encore insurgée en y voyant une prédominance intolérable du « moi » sur le « toi » (je + tu = nous) ou de l’un comme l’autre sur un individu tiers (je + il = nous ; tu + il = vous). Mais ça viendra peut-être.


  • la grammaire à des règles ! que ceux qui ne les appliquent pas soient virés de leurs postes d’enseignants , au m^me titre que des profs d’histoire qui actuellement enseigneraient l’histoire de la seconde guerre mondiale en disant nous refusons de dire que les chambres à gaz ont existé ils leur seraient dit : vous refusez de vous plier aux règles nous vous limogeons ,qu’il en soit de même avec ces hystériques imbéciles de l’écriture inclusive qui est une chose qui n’a jamais existé sauf dans leurs cerveaux malades


  • Les profs sont des génies, descendre à ce point là de conscience, jusqu’ou va t-on descendre ?

     

  • Ils ignorent que dans ce cas, c’est le neutre qui s’applique, et qu’en français, le neutre est comme le masculin


  • C’est le début de la fin....

    Comme dit cet esprit noble AS, il n’y a plus d’homme mais que des demi tafioles émasculés qui se laissent faire par des hystériques oestrogénées émotives et lesbiennes !

    Je suis fière d’avoir une paire de couilles et vos gesticulations mesdames les féministes n’y changeront rien....même avec cerveaux masculins qui ont reuissi à vous faire greffer un bout de viande en guise de penis, vous resterez XX, c’est ainsi !!!

    Je rejoins mes amis juifs dans leurs prières du matin :" Merci Yahvé de m’avoir créé HOMME et non femme"...


  • Ben voilà, les Gaulois eux-mêmes apportent leur contribution à la destruction du pays. Beau travail ! Finalement, nul besoin de sionistes, d’islamistes ou de franc-maçons pour nous mener vers la dissolution : désormais, les Français montent d’eux-mêmes dans le wagon à bestiaux....

     

  • XVIIe siècle : « le genre le plus noble s’impose lorsque les deux genres sont en présence ».
    XXIe siècle : « la connerie la plus crasse s’impose lorsqu’elle est en présence de la raison ».

    Règle de grammaire, règle de vie, c’est ce que doivent bien se mettre nos enfants dans la tête pour accepter sans broncher le monde tel qu’il est façonné par l’Empire. Etre malheureux sans le savoir, c’est peut-être plus cool que le goulag, mais ça engendrera les masses d’untermenschen dont le projet messianique a besoin.
    Après s’être emparé des signes avec les kabbales, de mots avec la novlangue, des phrases avec la propagande, l’ingénierie sociale devait fatalement faire de la grammaire un cheval de bataille.
    C’est pas cool.

     

  • Rappelons qu’il y a plus de 700 000 professeurs en France et que ces 300 égalitaristes forcenés et militants ne représentent donc que grosso-modo 0.04 % du corps enseignant.

     

  • Cette règle grammaticale est un vestige, une survivance inerte d’un niveau de conscience passé de la société. elle ne devrait donc poser aucun problème...sauf pour des extrémistes.
    En suivant ce raisonnement, de destruction des vestiges, ces fous iront même jusqu’à vouloir détruire les clochers des églises qu’ils jugeront comme symbole phallique insupportable. Ils laisseraient éventuellement les minarets, car ils ont besoin que l’on se fasse la guéguerre entre nous.

     


    • ...ces fous iront même jusqu’à vouloir détruire les clochers des églises...



      D’autant plus celles surmontées d’un coq dont le symbole dominant les poules peut en agacer quelques-unes mais qui, plus subtilement au milieu de nombreux autres, signifie que lesdites églises sont orientées, c’est à dire tournées vers l’Orient, le Levant ; en somme vers l’est, cependant que toutes ces hystériques semblent être à l’ouest.


  • Je me rappelle qu’à l’école primaire cette règle me mettait un peu mal à l’aise je ne voyais pas pourquoi le masculin devait l’emporter toujours. Ca devrait être libre ceux qui veulent utiliser le féminin peuvent et ceux qui veulent utiliser le masculin peuvent aussi je vois pas le problème.

     

    • La grammaire ne peut être individuelle, sinon, il n’y a plus de langue commune et on ne peut plus se comprendre.


    • Oui, la prédominance du masculin vous indispose. Mais il y a aussi le début d’une lettre qui commence, en principe par :
      "Madame, Monsieur, " Voilà l’équilibre rétabli, pour ceux que ça inquiète.

      Il y a aussi la lettre à une avocate, qui commence selon les convenances par : "Maître" et non " Maîtresse" même si elle est "canon" Enfin, je vous déconseille de vous y risquer.

      Si on commence à couper les cheveux en quatre, pour de telles conneries, on n’est pas sorti de la pétaudière...

      Ah, j’oubliais... Depuis tout ce fatras anti-sexiste, j’ai demandé à ma vétérinaire, si je pouvais l’appeler par son prénom. C’est un peu familier, mais tellement moins stressant. Pffff !


    • Madame le professeur, par exemple, Madame avant professeur amène le féminin, même si professeur est masculin. C’est comme la galanterie, un homme qui ouvre la porte pour laisser passer une dame "Passez Madame le professeur, je vous ouvre le chemin"


    • le Français n’est pas un jeu avec lequel on joue. Le Français est une langue utilisée par tous et doit l’être de la même façon par tous. Ce n’est pas au Français à s’adapter à ces gauchistes, indécrottables maladifs mais à eux à se plier aux règles. Si le Français ne leur plait pas ainsi qu’ils démissionnent.


  • Et en Allemand, le féminin domine pour le pluriel (Sie) et ils n’ont pas toujours été des fiottes efféminées pour autant...



  • Plus de 300 professeurs



    Soit ce sont tous des mecs soit ce sont tous des hypocrites.


  • Depardieu étant UNE icône, UNE star du cinéma et telle fille étant UN mannequin devront aussi changer le genre de leur dénomination et pleurnicher ?
    Comme l’a demandé à Haddad (le lobbyiste de l’écriture inclusive qui se vantait même de gratter un petit billet au passage avec ça) Pascal Praud : ’’Sommes-nous devenus fous ?’’

     

  • Marrant çà, les progressistes qui essaient de se justifier en affirmant "c’était mieux avant". On n’a pas toujours parlé français non plus. A quand le retour du latin comme langue officielle ?
    Les con.ne.s ça ose tout. Ils-elles nous le-la-li-lo-lu prouvent tous.tes les jour.e.s. !
    (essayer le langage SMS en langue inclusive, vous m’en direz des nouvelles).


  • 314... il y a sûrement un rapport avec π, le grand cercle des grands sensibles de la rondelle...


  • Voyons ce que noble peut signifier au lieu d’être simplement une classe sociale :

    http://www.cnrtl.fr/lexicographie/noble



    a) [En parlant de ce qui est naturel] Qui est supérieur au reste de la catégorie, de l’ensemble, de l’espèce ; qui présente, possède certaines qualités considérées comme essentielles ou supérieures.



    Un vin noble, un gaz noble, des parties nobles (du bœuf ou de la poule)...

    Donc, si un vin, un gaz ou des parties sont nobles, ils sont généralement peu nombreux car possédant certaines qualités essentielles par rapport au nombre.

    Les nobles étaient d’ailleurs peu nombreux...

    Or, l’écriture inclusive veut rendre visible dans l’écriture non pas ce qui est linguistiquement féminin, mais les femmes avec ou sans caractéristiques par rapport au nombre inférieur ou supérieur d’homme et de femmes dans un groupe, pas en terme de qualités essentielles ou supérieures de ce même groupe (les agriculteur.trice.s par exemple) !

    Exemple : Ni la féminité ni même la masculinité des dentistes (allez d’ailleurs lui trouver un féminin comme pour professeure ou policière) ne sont une caractéristique essentielle de ce qui fait le ou la meilleure dentiste de France et de Navarre !!!

    Si on doit donc accorder le genre le plus noble, il faut par conséquent déterminer si le meilleur dentiste de France est un homme ou une femme. Ça n’a pas de sens !

    Et allez...

    Ran-tan-plan !

    Des 300 et des bananes (c’est à dire une paille chez ces profs) qui font les signataires de tribunes pour avoir avorté ou couché avec leur chien, on en a depuis 1968 !

    Un concert de casseroles dans la grosse caisse médiatique.
    Une grosse caisse qui ressemble d’ailleurs plus à une flatulence qu’à un instrument de musique.
    Et certainement du fait que ces journalopes ne sont plus vraiment des gens de lettre.


  • Le nombre d’élèves qui arrivent en 6ième qui ne savent ni lire ni écrire correctement est alarmant.
    Les profs n’en sont pas les uniques responsables mais ils font partie du problème.

    Donc déjà qu’ils fassent leur boulot en appliquant les programmes et la discipline (je sais qu’ils sont lâchés par leur administration et les lois en cas de problème mais un petit effort quand même...).

    Et après ils pétitionnent.

    Quand tu veux monter en haut de l’arbre, assure-toi d’avoir le derrière propre.


  • De toute façon, vu l’état actuel de l’orthographe lors de l’entrée en sixième (sans parler du niveau d’arithmétique), l’on se dit qu’elles - et les fiotes qui accompagnent le mouvement - peuvent bien aller se faire emboîter.
    On attend la parade BescherElle Pride...

    Quand une femme voit du machisme dans une règle grammaticale - certes établie sur des poncifs patriarcaux - mais que le nain de jardin contemporain utilise sans se poser plus de questions que la convention qu’on lui intime, on a simplement à faire à une connasse qui est partie fouiller dans de vieux dossiers pour planter sa merde et tenter d’exister... jusqu’à la main courante, dirait un humoriste de renom.

    Cela dit, qu’en pensent BHL, Grand Chamboultou de la pensée française (pour ne pas dire mondiale) à laquelle il tord la langue et son ami Weinstein, grand producteur de textes et de répertoires projetés à l’écran ?

     

  • Je ne suis pas vieux, et pourtant je viens d’une époque où les livres d’école étaient affreusement sexistes d’après ces gauchiasses. Ce qui est dingue, c’est que je suis devenu tout sauf un affreux mâle blanc dominant privilégié macho cis-genre ad nauseam.

    Le QI moyen ne cesse de baisser, mais la priorité de 314 professeurs est d’abolir des règles de grammaire dites sexistes ? Essayez plutôt de rendre vos cours intéressants pour les élèves, c’est ça votre job, votre mission de service public.

    Personne pour une contre-tribune signée de 3 140 000 étudiants qui refusent cet enseignement qui tire tout le monde vers le bas ?


  • la plupart des profs n’ont aucune culture même sur leur propre matière. L exemple c’est les profs d histoire, sur 10 avec qui j’ai discuté y en a pas qui a été foutu d’avoir un début de connaissance sur la déclaration Balfour et la plupart ne connaissent presque pas la bataille de Stalingrad (véridique), la plupart pense encore que la guerre a été décisive le 6 juin 1944. Et la génération qui arrive (de nouveau prof) est encore pire.

     

  • Là, ça devient très très très grave et on est vraiment mal ! Jusqu’où ça va aller ? Des mauvaises nouvelles il y en à, mais celle-là c’est pire que tout. J’entends des types dirent qu’il faut arrêter de faire sonner les cloches, le défilé du 14 juillet mais les profs qui menacent d’enseigner à leurs élèves l’écriture inclusive je crois qu’il n’y a pas plus orwellien que cette situation. Les gens dans ce pays sont dans un état d’esprit très alarmant !


  • Je suis d’accord avec la professeur(e) : rétablissons ce qui « n’a pas toujours existé » tel que les frontières, l’interdiction du droit de vote aux femmes et le royaume de France,


  • C’est très bien qu’ils signent des pétitions. Puisqu’ils ne sont que dans l’affrontement, l’imposition d’un mode de vie que nous refusons pour nous et nos enfants (en faisant semblant d’ètre des progressistes démocrates), qu’ils s’affichent au grand jour. A nous de faire connaitre cette pétition aux parents. Ecole par école, collège par collège etc.


  • 314, le chiffre magique Pie qu´on ne trouve jamais, ce n´est pas tant que ca sur l´ensemble, c´est même très peu.
    Il faut voir qui a organisé cette pétition, pas spontanée, quel syndicat macon est derrière tout ca.
    Vu la paye et la considération, le niveau de recrutement du CAPES s´est effondré depuis 10 ans, le concours est passé à plus de 50% d´admis en Lettres Modernes, le concours pour devenir prof de francais, ceci explique aussi cela. Pas mal de profs jeunes de francais sont probablement incapables de parler de Flaubert, Céline ou Balzac. Il y a 20 ans, on se faisait dégager à l´oral pour de grosses bourdes, je ne pense plus que cela soit le cas.
    On ne peut pas signer ce genre de conneries en connaissant Céline ou Flaubert d´ailleurs, signer ca, c´est faire sa Madame Bovary en 2017.

    Je n´ai pas vu le cheptel des profs de francais nouveaux, de 22 à 30 ans, mais il y a forcément un effondrement. Déjà en 2000 je voyais le niveau de DEUG chuter drastiquement. Et certains profs connus refusaient de donner cours aux premières annèes. Vingt ans après...

    Ajoutons que les profs de francais sont à 80 ou 90 % des femmes, souvent brillantes et compétentes, mais ce sont des femmes, très influencables donc.

    Il faudrait voir qui a signé également, quel syndicaliste, ou femme de syndicaliste. Ca doit pas être triste de décortiquer la liste.


  • Mais quelle honte cette théorie hautement fumeuse du genre, c’est une "catastrophe" ! (comprenne qui pourra). La bétise crasse et ses agents infiltrés submergent le monde. Qui va donc les faire taire ? Comprenez bien que tant qu’on ne les arrêtera pas ça n’ira que de pis en pis.


  • Là, nous avons à faire à l’avant-garde ! Il y en a qui sont toujours en avance d’une connerie... C’est ce que l’on appelle des mariolles.. Et comme disait Audiard, les cons çà ose tout, c’est même à çà qu’on les reconnait...


  • "Plus de 300 professeurs de français ont signé une tribune"

    Il aurait fallut dire : 300 débiles(es) qui se prennent pour des immortels

    de l’académie Française et qui travaillent pour l’oligarchie,

    et qui n’ont que ça à foutre que de casser les gonades à nos enfants

    à vouloir les rendre dingos.

    Pour bien comprendre les enjeux et si on réfléchit bien,

    ils ne veulent plus de stéréotype mais veulent bien

    le remplacé par un nouveau stéréotype.

    Car oui un garçon élevé comme une fille à des manières de fille.

    Pa exemple les Mahu de Polynésie reçoivent une éducation différente

    des hommes : pas d’épreuves physiques, pas de guerre, ni de chasse.

    Les femmes leur inculquent la féminité et les taches ménagères.

    Donc quelle est l’intérêt qu’un homme devienne comme une femme.

    La réponse ci-dessus en gras.


  • Les mandatées de l’écriture inclusive jaillissent sur scène !
    Intéressant de savoir sur quoi et comment travaillent ces morveuses, pour qui tapinent-elles et combien ont-elles reçu en dessous de table pour pondre ça ?
    Des virus, au sens propre, contre la recherche universitaire et la société qui manquent tant de femmes vertueuses publiées et médiatisées (cf. Proverbes 31:10-31).
    Femen et professeuses, mêmes objectifs de destruction ?


  • L’égalitarisme mène à l’uniformisation et l’uniformisation mène au totalitarisme. Dans la Chine de Mao, les gens (hommes et femmes) s’habillaient, se coiffaient et pensaient de la même manière. Tout ce qui faisait référence à la culture millénaire chinoise était détruit, car considéré comme "réactionnaire" durant la révolution culturelle. Tous ceux qui s’opposaient à ces folies étaient impitoyablement persécutés par les gardes rouges. Aujourd’hui, nous vivons, sous une forme différente, la même chose. La volonté d’imposer l’écriture inclusive est une l’une des manifestations de cet égalitarisme fou selon lequel, il n’a pas de différence entre le masculin et le féminin. Tous ceux qui critiquent cette mesure sont lynchés par des gardes rouges médiatiques. Ils se font traiter de "réacs" et de misogynes, parce qu’ils ont commis le crime impardonnable, au yeux du pouvoir, d’avoir voulu défendre leur langue natale et l’immense héritage culturel qu’elle constitue...

     

  • S’ils refusent de respecter les programmes, ces fonctionnaires doivent être démis de leur fonction.


  • Oui, enfin cette histoire c’est encore l’état profond, représenté par macron en personne, qui a senti le filon pour divertir la foule en lui faisant peur et en la clivant au maximum. Je suis certains que ces ordures qui officient l’actualité étatique française ont pleins d’idées et futurs projets pour la fin de l’année, le début de l’année prochaine etc. Le tout est d’entretenir l’illusion de débat en injectant des sujets débiles et contre natures afin que les gens sortent de leurs gonds pour pas grands chose comparé à ce qui est préparé pour l’avenir concret des français.

     

  • 314 ? C’est que dalle.
    Une connerie pareille, je ne serais pas surpris que ça sorte des loges.
    Rappel : selon Emmanuel Ratier, 100% des inspecteurs de l’éducation nationale sont francs-macs...


  • Nous avons affaire à des binaires : ils pensent soit l’un, soit l’autre mais pas les deux en même temps afin d’être dans le ternaire d’où le principe même de la trinité (donc de tri-Unité). L’élévation spirituelle, dans le vertical du Soi de la Croix auquel Jésus nous a convié. JESUIS au milieu de vous à savoir entre autre, entre vos deux hémisphères cérébraux, entre le mascalin et le féminin, JE SUIS l’Enfant intérieur que vous portez inconsciemment en vous, fruit de votre accomplissement d’existence.

    Voilà le véritable enjeu civilisationnel !

    Nous maintenir dans la bipolarité et la dissociation afin que nous ne retrouvions pas notre trinité intérieure et que le processus d’individuation ne puisse jamais se réaliser.

    Quand je dis mon professeur de piano, je vois en elle la fonction, et non pas la femme car la personne honore la fonction et non pas l’inverse. Je ne la masculinise pas pour autant en la nommant « mon professeur de piano ». Tout ceci est intériorisé et tacite ya pas besoin de spécifier à chaque fois. Idem, s’il s’agit d’un homme. Je ne vois pas en lui prioritairement un élément masculin mais un professeur avant tout.

    Quelle est leur intention derrière tout ça sinon semer encore plus de désordre et de confusion.

    La langue française est aussi façonnée par l’usage. Comme le remarque un commentaire on dit bien un mannequin et on pense tout de suite à une femme. Une star pour un acteur très connu, ainsi qu’une icône. ça gêne qui ?

    La boîte de Pandore est ouverte. Jusqu’où iront-ils ? À ce rythme, nos futurs écoliers, collégiens, lycéens et étudiants verront des enseignants travestis en femmes ou en hommes, des transexuels, des intersexués qu’ils nommeront comment ? Monsieur la professeure, Madame le professeur ? et idem dans la vie civile pour toutes les professions ???? à terme, et selon leur logique folle, ils proposeront de « genrer à la carte » les termes selon que chacun se ressent féminin ou masculin indépendamment de son sexe biologique : confusion à tous les étages ! ....et ça dépendra des jours :)

    Il y a un lien entre ces propositions d’ écriture inclusive et la propagande lbgétiste et féministe, c’est certain ! Et aussi pour faire diversion sur les problèmes de l’éducation nationale . ....

     

  • @Elianne Viennot (si toutefois vous daignez lire le commentaire d’un triste sire, qui plus est, sympathisant d’E&R).

    C’est ça ma chère, battez vous sur ce terrain !!!! Pendant ce temps, l’oligarchie va s’occuper de la retraite et de la sécurité sociale, avancées sociales comme vous les aimez. On dit "la" retraite et "la" sécurité sociale, au premier abord, ça sonne féminin. Mais attention à la conjugaison !!!! L’oligarchie va les conjuguer au passé antérieur. La retraite et la sécurité sociale, "ça eut existé".....
    En vous souhaitant de ne pas vieillir trop vite et surtout, de ne pas tomber malade.....


  • La France l’aura peut-être mérité....

     

  • Pourquoi dit-on une bite (verge) et une chatte (vulve, foufoune, touffe) ?
    Le masculin ne l’emporte pas toujours, sauf pour un trou du cul ou un anus
    Bon si vous avez la raie-ponce dites le moi
    Merci (question existentielle)


  • Et qu’ils aillent se faire .... zut , j’en oublie mon français !

     

  • Ce qui prouve seulement qu’on n’enseigne plus la grammaire aux professeurs, et, une une fois de plus, les mots sont importants. Le masculin ne l’EMPORTE pas sur le féminin, le masculin INCLUT , quand c’est grammaticalement nécéssaire, le féminin...
    Leur écriture "inclusive" n’est rien d’autre qu’un écriture exclusive....
    1984 toujours : l’inclusion, c’est l’exclusion !


  • Franchement il faut relativiser.
    Nombre d’enseignants en France 740 000 en gros.
    Alors 314 qu’est-ce qu’on en a à foutre !

     

  • eh ben c’est bien, on leur fera passer un test de Francais, ils echoueront, et ils iront se trouver un autre boulot


  • Je choppe de ces fou-rires en vous lisant... Merci à tous pour ces bons moments :D


  • Je constate que la nouvelle règle, c’est "La connerie l’emporte sur le féminin".


  • Il y en a qui ont vraiment rien à faire que de disserter sur la copulation des mouches.
    Beau programme, alors qu’il y a tellement de choses plus importantes à régler que de satisfaire les délires mondialistes.


  • En tant qu’homme je me sens rabaissé et blessé dans mon amour propre à savoir que toutes les sciences sont au féminin ! La biologie, la physique, la chimie, la paléontologie, la médecine, la linguistique, la logique, la mécanique...Dieu merci le logos est masculin !
    Franchement le cas de ces gens est du ressort de la psychiatrie !
    Entre parenthèse, il me semble que la plupart des langues dans le monde ne possède pas de genre qui est une caractéristique des langues indo-européennes et d’une poignée d’autre langues comme l’arabe...sinon dans les autres langues les articles, les noms, adjectifs, pronoms personnels sont souvent invariables et quand il y a nécessité de préciser le genre d’une créature on ajoute les mots "mâle" ou "femelle" au nom neutre. Par exemple "chien-mâle", "chien-femelle"...je suis donc étonné de ne pas encore avoir entendu cet argument afin de justifier l’abolition complète du genre dans la langue française, puisque le genre n’existe pas ou de manière rudimentaire dans beaucoup de langue comme le chinois, on pourrait envisager une réforme complète de la langue française dans ce sens ! Soyons fous !

     

    • Tous ces gens-là, ne peuvent avoir la même réflexion que vous, puisqu’ils sont endoctrinés, enfermés dans leur fantasme mondialiste idéologique complètement débile .On a affaire à des cas pathologiques, et je pèse mes mots .Pour eux c’est irréversible, ils ne retourneront jamais dans un monde normal .Et il n’y a pas que dans ce domaine malheureusement . Mais veulent nous entrainer dans leur folie ,surtout nos enfants.


  • Madame Viennot est elle dérangée par le fait qu’un homme puisse être une vedette, une icône, une victime, une sentinelle ? Et que la plupart des francophones, peu à l’aise avec le très technique « maïeuticien », n’aient aucun problème à dire « il est sage-femme » ? Pour justifier le nouveau barbarisme de l’écriture inclusive, elle fait même le parallèle avec le latin où on accordait l’adj. avec le dernier nom... Quid des mots qui ont changé de genre ? Car, dans ce cas, disons « un fleur » et « un mer » puisqu’en latin, « flos » et « mare » étaient respectivement masculin et neutre....

    Elle s’inquiète, en outre, « des idées de domination » qu’un accord au masculin pourrait entrainer quand il y a 99 filles et 1 garçon, mais ne s’inquiète nullement des problèmes d’apprentissage que sa nouveauté bien-pensante pourrait entraîner, ni de la dérive orwellienne que constitue la refonte d’une langue aux noms de principes idéologiques. La structure de la langue détermine celle de la pensée (Sapir-Whorff), et ça, l’élite le sait bien. Il lui faut une langue qui soit comme le reste : asexuée, agenrée, indifférenciée, en déconstruction permanente, où de moins en moins de concepts pourront être définis car ils seront de moins en moins définissables, le tout au nom d’une pseudo-unité universelle. Mais dehors, ce sera la guerre de tous contre tous.

    Pour finir sur la « domination », je rappellerai que le très distingué Weinstein vient d’un pays où on parle une langue sans genres. Ah, et il était puissant aussi, Intouchable parmi les Intouchables jusqu’à devenir un agneau sacrificiel, mais ça, faut pas le dire... Chut...


  • J’ai l’impression qu’ici on est un peu contre par principe parfois... C’et dommage.

    Pourquoi ça serait une si mauvaise idée de dire qu’on accorde par le genre qui est en plus grande quantité ? Pourquoi trouver génial d’accorder au masculin lorsqu’il y a 20 filles et 1 garçon ? C’est complètement contre intuitif en plus.

    Je rappelle que nos ancêtres les celtes étaient bien plus matriarcaux que nous ne le sommes actuellement (sans être une société 100% matriarcale pour autant), comme les germains, les scandinaves et certains grecs, ils concevaient un principe créateur plus féminin que masculin (et franchement il faut pas être Einstein pour comprendre pourquoi ça fait sens), ils avaient une grande déesse créatrice, et non un dieu créateur père fouettard colérique et injuste type Yahvé.

    Le patriarcat nous a été impose par les romains judaïsés de la fin de l’empire, puis par le culte chrétien d’origine judeo-semitique, puis par la révolution qui en a remis une couche en marginalisant encore un peu plus les femmes dans la société.

    Les féministes modernes peuvent être insupportables, surtout si elles sont décérébrées et manipulées par des milliardaires cosmopolites. Mais toutes les revendications de femmes qui sortent ne sont pas forcement a ridiculiser et a rejeter de manière pavlovienne.

     

    • Ce n’est pas possible par Ukaze divin : la femme a été tirée de la côte d’Adam.

      Et quand cette conne a bouffé la pomme, nous foutant definitivement dans la merde alors qu’on lui avait bien dit de ne pas le faire, Dieu pour la punir décida deux choses :

      - elle accouchera dans la douleur
      - elle sera TOUJOURS l’inférieur de l’Homme.

      Et pour nous punir d’une seule chose :

      - l’Homme fera les 3x8 pour des queues de cerise.

      Moi, je ne corrige pas la copie de Dieu : j’ai pas envie de me reprendre une raclée.

      Le masculin l’emporte sur le féminin est la reprise grammaticale de la punition divine : lettrés ou pas.


    • Malheureusement tout ceci n’a rien de spontané, comme si l’injustice devait enfin apparaître. Comme pour le féminisme, tout ceci est le fait de quelques oisives qui n’ont rien d’autre à faire que de discuter d’histoire de couples. Nos révolutionnaires cosmopolites en sont très friands, surtout pour en faire des actrices honteuses. Pauvres gosses.


    • @Francois Desvignes,

      Dieu a créé l’être humain d’un souffle unique de vie. Il se fait qu’Adam a été créé avant Eve.
      Cela fait-il d’Adam un être supérieur à Eve ? Certainement pas.
      D’ailleurs les deux sont associés dans la désobéissance et Eve n’est pas plus responsable qu’Adam.
      Dieu donc selon vous punirait tous les humains pour ce que nos Ancêtres ont commis.
      Image étrange que vous avez de Dieu…
      En plus vous n’avez aucune raison de vous sentir en tant qu’homme supérieur à une femme. Vous oubliez que vous êtes le fruit d’une femme et d’un homme.

      C’est le genre de raisonnement que vous portez qui fait le lit (douillet) des féministes enragées.
      Malheureusement cette théorie est présente dans la tête de beaucoup de personnes des trois monothéismes.
      Notamment des musulmans qui ne savent pas lire le Coran alors que le Coran est explicite à ce sujet.
      Le seul degré de différence entre l’homme et la femme c’est que Dieu juge l’homme plus responsable que la femme car lui est censé être un guide pour sa famille…
      Pour en revenir au sujet c’est une revendication absurde, qui peut bien se foutre de la manière d’accorder dans la grammaire d’une langue.


    • Je suis partiellement d’accord avec vous.
      La règle de proximité ne me dérange pas plus que ça, même si je ne suis pas du tout convaincu que sa vocation était patriarcale. Je crois surtout qu’elle était pratique (quand on ne sait pas s’il y a une majorité d’hommes ou de femmes, il faut bien trancher pour l’un des deux genres).
      En revanche, sur les Celtes, je trouve que vous y allez un peu fort.
      Les femmes celtes disposaient certes d’une certaine liberté, puisqu’elles pouvaient gérer leurs biens, divorcer et même participer à certaines fonctions religieuses. Néanmoins, la civilisation celte est une civilisation indo-européenne, et à ce titre,elle est tout à fait patriarcale. Les principaux dieux y sont des hommes, le dieu primordial est Lug, un homme, et les fonctions les plus hautes (druides, chefs) y sont inaccessibles aux femmes.
      Le patriarcat n’a donc pas eu besoin des Romains pour s’imposer.

      Quant au principe créateur, il ne faut pas être Einstein pour comprendre qu’il ne peut être que masculin, comme il l’est dans les religions monothéistes, l’hindouisme ou le taoisme. En effet, la création part du mâle, qui est le principe actif, et il est reçu par la femme, qui est le principe passif, qui reçoit et qui reproduit.


    • @François Desvignes
      La paonne (moins belle que le mâle) a dû croquer dans la pomme aussi, et le mâle de l’araignée veuve noire (plus petit), et le bourdon aussi (réduit à sa fonction reproductrice) etc. Et la petite vache landaise n’a rien croqué, elle fonce. Ni la lionne, elle chasse.
      L’homme a plus de muscle et une intelligence spatiale plus développée (en général), la femme plus de baratin et de finesse psychologique, qui est inférieur/supérieur ?
      Adam, des fois, il lui manque une côte, il penche du côté droit,du côté gauche, ça dépend.



    • Adam, des fois, il lui manque une côte, il penche du côté droit,du côté gauche, ça dépend.



      Ca c’est les couilles, toujours une plus grosse que l’autre, du coup ça déséquilibre...


    • Ecriture inclusive ou pas, je peux vous affirmer que mon milieu de travail, majoritairement féminin et très hiérarchisé, n’est pas du tout des plus facile à vivre ; les rapports s’équilibrent et même s’harmonisent à condition d’y inclure ( tiens donc ) la présence masculine, et quand je dis cela je ne pense pas à la personne genrée homme, aucun intérêt, ni à la femme qui s’octroie ce qu’on appelle le symbole phallique ; c’est peut-être celle-ci la pire pour tout le monde et je vous assure que ça fait drôle de voir un homme crouler sous le joug d’une telle hiérarchie, ou même d’une simple collègue, il y en a de bien mauvaises ; j’ai vu des hommes de service passant la serpillère devenir la serpillère même de leur service, je ne m’y habitue pas, et je ne souhaite cela à aucun des hommes de ma famille que je préfèrerais presque voir surjouer de leur masculinité.
      D’aucuns verront l’idéal social dans la neutralité des genres, mais ils ne seront que cela : neutres.
      Synonymes de neutre : anodin, falot, quelconque, insipide, indifférent, terne, morne, impartial, banal, inodore, impavide, insensible, fade, incolore, insignifiant, prudent...
      Une forme de néant.


    • >Mais toutes les revendications de femmes qui sortent ne sont pas forcement a ridiculiser et a rejeter de manière pavlovienne.

      Le genre de phrases faciles à dire mais pas faciles à developper, et pour cause, les conditions des deux sexes sont liées, ne s’attarder que sur un coté, c’est au mieux se priver de la majorité des options, et au pire c’est deteriorer l’autre coté (avec le feedback qui va avec, puisque les deux sont liées)... Je suis ouvert à l’eventualité que certaines idées peuvent ameliorer un cote sans deteriorer l’autre, mais j’attend toujours des exemples, et en tout cas jusqu’ici, on a surtout eu de la deterioration et du feedback, on a tous perdu, y compris les femmes.

      Et pour en revenir à l’idée du jour, vous craquez, c’est pourri comme idée, c’est comme toutes leurs idées faussement charitables qui leur servent à faire semblant d’être de gauche pendant qu’ils nous pillent, ca c’est sur avec des combats bidons comme ca ils peuvent dormir sur leurs deux oreilles les mains dans nos poches !


  • " 314 professeurs refusent d’enseigner que "le masculin l’emporte sur le féminin" "

    Ils ont raison, cette règle n’existe pas en français, elle n’a jamais existé, ce n’est pas du tout ça la règle.

    En français, tous les substantifs ont un genre, y compris ceux qui désignent des êtres non sexués : "la pendule, le réveil, l’horloge, le clepsydre". (En anglais, seuls les êtres sexués ont un genre grammatical, les autres substantifs n’ont pas de genre.)

    En français, le neutre n’a pas de forme particulière (comme en latin ou en allemand), il se rend par la forme masculine. On dit "Il pleut", il marquant le neutre.

    Lorsqu’il y a des substantifs masculins et féminins, on met au neutre : "la pendule, le réveil, l’horloge et le sablier sont beaux"
    Lorsqu’il n’y a que des substantifs féminins, on met au féminin : "la pendule et l’horloge sont belles"
    Lorsqu’il n’y a que des substantifs masculins on accorde au masculin : " "le réveil et le sablier sont beau".

     

    • C’est exactement cela.


    • Cette règle, qui à vous entendre n’existerait pas, toutes les personnes de plus de 30 ans l’ont apprise à l’école et elle est mentionnée dans presque toutes les grammaires. Ce n’est pas la règle qui n’existe pas en français, c’est le neutre. Aucun grammairien ne parle en employant un tel baragouin ampoulé et imprécis. En revanche, ils disent que le masculin français, étant l’héritier du neutre latin, peut aussi marquer le genre non marqué ou indifférencié.

      Citons André Goose, un des plus grands grammairiens vivants : « Si, en grammaire, effectivement, le masculin l’emporte sur le féminin, et, si le féminin se forme (ajoutons : souvent) sur le masculin, ce n’est pas parce que le masculin équivaut au sexe des hommes, c’est parce que le masculin est le genre indifférencié, le genre non marqué comme disent les linguistes aujourd’hui, parce que le masculin est en quelque sorte l’héritier du neutre. »

      Il fut un temps où, l’idéologie n’étant pas si prégnante, on disait les choses plus directement. Nicolas Beauzée, le plus grand grammairien du XVIIIe siècle, ne prenait pas autant de gants : « Si un adjectif se rapporte à plusieurs noms appellatifs de différents genres, il se met encore au pluriel, et il s’accorde en genre avec celui des noms qui est du genre le plus noble. Le genre masculin est réputé plus noble que le féminin, à cause de la supériorité du mâle sur la femelle. »


    • Désolé mais je ne suis pas d’accord. En effet, vous restez sur le domaine de la grammaire. Or il serait temps de faire de la linguistique :

      Il n’existe en français que 2 genres : le neutre et le féminin.

      Alain et ses frères que j’ai vus hier = neutre, = 1) ceux que j’ai vus hier
      Alain et ses sœurs que j’ai vus hier = neutre = 2) ceux que j’ai vus hier
      Sylvie et ses sœurs que j’ai vues hier = féminin. = 3) celles que j’ai vues hier

      En français, seule le féminin est indiquée. En effet, 1 et 2 ne nous indiquent rien du tout. Par contre 3, nous dit clairement que nous sommes en présence de féminin.

      La linguistique met complètement à plat l’écriture inclusive !


  • Donc LE masculin va devoir s’écrire le masculin(e)... n’importe quoi


  • Du coup je ne sais plus si c’est un ou une bite que j’ai entre les jambes.


  • 314 places d’enseignant.e.s viennent de se libérer ^^


  • Quand un fonctionnaire refuse de fonctionner, c’est-à-dire refuser de remplir la mission d’Etat pour laquelle il s’est engagé (et en compensation de laquelle, un certain nombre d’avantages exorbitants du droit commun lui sont, à juste titre, accordés), il convient simplement de le sanctionner.
    Point barre.

     

  • Après avoir entendu l’argumentaire je me demande si, il y aurait pas des féministes qui sont à la limite du complotismes, croire ou faire croire qu’il y a un complot masculin qui dure depuis des siècles pour soumettre les femmes...

    Que fond les décodeurs ?


  • Au nom de l’égalité supprimons cette dictature qui impose aux femmes de pisser assises ou accroupies. Et d’ailleurs pourquoi l’acte de pénétration (naturel) reviendrait exclusivement aux hommes ? Allez messieurs(es) ! Laissez-vous donc un peu penetrer par un clito transgeniquement modifier par la science de la taille d’un concombre.


  • Observons les exemples d’écriture inclusive que préconise madame le professeur de lettres qui pète d’envie de laisser son tag baveux sur le mur des ancêtres :
    ’papa et maman sont beLLES’
    ’les garçonnets et les fillettes sont intelligentEs’
    ’40 infirmières et le médecin chef sont arrivéEs".
    Toutes ces phrases rajoutent une lettre au mot, prennent plus de temps au clavier, stylo, plume, donc compliquent l’écriture, quand ils ne choquent pas l’oreille et le bon sens (papa est belle). La précision voudrait qu’on dise : papa et maman sont beau et belle. La simplification : mes parents sont beaux.
    Or l’intelligence (la partie la plus noble de l’être humain) va toujours au plus simple et au plus précis à la fois. Elle compose avec ces deux notions. Une bonne programmation supprime par précaution (virus possible) les redondances et termes inutiles tout en décrivant précisément la moindre fonctionnalité. La grammaire est une programmation de ce genre qui privilégie l’étymologie sur l’économie de moyens si nécessaire.


  • Suite :
    On écrit deliqueScent pour rappeller l’origine latine deliquescere du mot, dont toutes les lettres alors se prononçaient. Ceux qui montrent par l’orthographe qu’ils le savent ou le déduisent, apparaissent lettrés (nobles). Et ne se laisseront pas mener par des Macron (maîtrisant l’orthographe) qui adorent se distinguer des illettrés, fainéants et autres Français.
    Le genre le plus noble, les plus grandes réussites sont issus de la précision et de l’économie de moyens harmonieusement dosés.
    Le genre noble, c’est le genre qui porte l’épée au 17e siècle. Le genre qui protège la citadelle. Nombre de Françaises du reste ont porté l’épée ou autre arme lors des sièges d’autres siècles. Il est naturel que, d’instinct, les grammairiens aient choisi la façon la plus noble d’organiser la langue.
    Un bon chef d’Etat cherchera à anoblir son peuple plutôt que l’abrutir. Si ce peuple maîtrise l’orthographe, il maîtrisera d’autres arts et techniques, en plus de la logique, et s’anoblira.
    France ré-anoblis-toi.
    Et puis "le masculin l’emporte sur le féminin", c’est amusant. Je me souviens des protestations des fillettes et de la satisfaction des garçonnets quand la règle était énoncée en ces termes. Question riposte, le féminin l’emportait alors sur le masculin.


  • Quand les enseignants en viendront à rejeter le programme qui leur est imposé par la FM, là, on aura vraiment avancer.


  • Le féminisme finira peut être par réveiller la virilité de l’homme occidental ! La femme n’est rien dans la nature, alors pourquoi lui accorder autant d’importance. Elle n’existe que par l’homme, comme disait mon père !

     

    • Le pendant du féminisme imbécile c’est le machisme abruti. Si la femme n’est rien sans l’homme ? Qu’en est il de l’homme sans la femme ? Le probléme ne vient pas des femmes mais de la manipulation de la femme dans un but de domination par un système qui vise la fin de l’Homme. Hommes et femmes debouts ensemble .doivent s’unir pour résister au dragon. Le système l’a bien compris et c’est pour cela qu’il essaye de nous separer ....pour nous affaiblir et nous prendre nos enfants !


    • "... comme disait mon père"... Eh bien, votre père n’avait pas toujours raison. Grandir évoluer, comporte parfois la nécessité "d’oublier" certaines choses que nous ont inculquées nos parents.Il s’agit de se forger sa vision de la vie à partir de son propre vécu.


  • A force qu’ils nous sortent des faux débats à la con, on va finir par penser que le féminin surpasse le masculin... en connerie.


  • La grammaire est déjà assez compliquée et beaucoup ne la connaisse pas bien telle qu’elle est. Alors ON VA COMPLEXIFIER un peu plus. Stop on arrête les conneries !


  • Ayant plus de 30 ans, j’ai effectivement appris cette règle à l’école mais ça reste dans le domaine scolaire ... Depuis quand une règle de grammaire devient-elle une règle de vie ??? Comprends pas ...

     


    • j’ai effectivement appris cette règle à l’école mais ça reste dans le domaine scolaire




      À l’école, on apprend à parler et écrire la langue française correctement. On utilise la langue française, avec ses règles grammaticales, tous les jours, et bien entendu en dehors de l’école !



      Depuis quand une règle de grammaire devient-elle une règle de vie ?




      Depuis que la grammaire existe.


    • Ce que je veux dire par là Titus, c’est que mon opinion sur les femmes et tout ce qui à trait au féminin en général ne découle pas d’une règle de grammaire. C’est pas parce qu’on apprend cette règle que tous les hommes sont misogynes comme cette polémique inepte le laisse sous-entendre ...


  • Je dirais même plus !!!

    Quand vous dites en " inclusive " un.e enculé. enculée , vous faites les honneurs aux hommes , puisqu’ils sont cités d’abord ...

    Il faut donc écrire " un.e enculé. enculée " suivi de " une.un enculée.enculé " pour ne pas froisser ... et encore ... parce que vous mettez le premier groupe ( un.e ) d’abord , ça pourrait être destination Oświęcim pour vous !!!

    Bon ... il faudra trois pages pour écrire un petit mot , mais l’égalité de la connerie sans limite en vaut bien la peine !!!


  • donc si on commence à tomber dans cette logique que tout n’est qu’oppression, il va bientôt falloir abolir l’instruction musicale où, pour rappel, une blanche vaut deux noires...

     

  • Ce n’est qu’une lubie parmi d’autres. Le but de ces idéologues est que les élèves puis les adultes, soient incapables de lire un quelconque texte littéraire.
    Mais 314 sur environ 70000, ça fait 0,44% du total. Hors de l’effet médiatique, c’est insignifiant. Le but de cette opération est, soit de nous faire croire qu’il s’agit d’un mouvement important, soit d’observer les réactions. Ou les deux.
    Ça fait penser aux 100 médecins qu’ils ont trouvé pour approuver les 11 vaccins...
    combats d’arrière-garde d’un gauchisme qui n’arrive pas à admettre qu’il est en phase terminale.


  • Un professeur est une personne qui transmet un savoir et enseigne de la littérature. Qu’importe si cette personne – et donc ce professeur – est une femme ! Il en est de même de son orientation sexuelle, de son ethnie ou de sa religion. La fonction prime sur le genre…

    Quelle réjouissance pour l’épouse du maçon ! Quelle perspective ! Quelle émancipation ! Plus de domination grammaticale masculine… mais toujours autant “d’exploitation de l’homme par l’homme”.

    Cette tribune du site Slate nous vient tout droit des States. Une saloperie de féminisme castrateur…

     


    • Plus de domination grammaticale masculine… mais toujours autant “d’exploitation de l’homme par l’homme”.




      oui c’est tout à fait ça !
      Et d’ailleurs c’est bien là le but de cette montée en épingle du féminisme ....
      (pareil pour le racisme d’alleurs)

      Comme si être licencié par une directrice des ressources humaines serait moins inhumain que de l’être par un directeur !!
      Comme si les coups de matraques d’un flic noir faisaient moins mal que ceux d’un flic blanc !

      C’est là toute la transformation de la "gauche" américaine (et maintenant française, mais les électeurs pas encore totalement lavés du cerveau ont déserté le PS ! dommage qu’ils n’aie pas encore faire triompher le PRCF malheureusement) qui n’est plus qu’un club de BOURGEOIS CAPITALISTES qui défendent les flics femmes les agents de change noirs et les patrons homos homos, mais qui ne sont plus le moins du monde des instrument de lutte des classes. Pourrissement total des valeurs !


Commentaires suivants