Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

Note de la rédaction

Note sur le titre : nous avons conservé "écrivaine" pour faire plaisir à Konbini et "pute" car c’est le terme revendiqué par Emma Becker elle-même.

On en a déjà causé dans notre rubrique (rubrique, pas lubrique) En bref du 21 septembre de l’an de grâce 2019 mais on va repasser une petite couche sur Emma, elle ne dira pas non.

 

L’écrivaine Emma Becker s’est prostituée dans une maison close à Berlin pendant plus de 2 ans.

Voilà pour la présentation faite par Konbini, le média macronien qui véhicule de manière cool les dogmes du capitalisme libéral. Quoi de plus normal, donc, qu’une start-up/société de production/agence de publicité promeuve la logique même du Marché : la marchandisation de tout, jusqu’à l’intime. En l’occurrence ici, il est question de prostitution.

« Je voulais faire l’expérience de cette condition très schématique : une femme réduite à sa fonction la plus archaïque, celle de donner du plaisir aux hommes. N’être rien d’autre que cela. Il y avait une forme de bravade mais pas de courage, j’étais tellement fascinée, intriguée, j’avais envie d’écrire sur ce sujet c’est cela qui m’a aidée à pousser la porte du premier bordel. (...) J’étais fascinée par les prostituées, par cette évidence avec laquelle elles se tiennent là, splendides, sanglées dans leur corset, objectivement faites pour être louées par des hommes, par cette paisible toute-puissance. »

Pas d’analyse sociologico-historique sur le rôle et l’évolution de la prostitution au sein des sociétés humaines, on est bien dans la littérature de femme à destination des jeunes : du cul, du subjectivisme, du narcissisme, du dévoiement... mais pas de la branlette, attention ! Non, du sérieux : il s’agit ni plus ni moins d’un ouvrage en lice pour le prix Renaudot 2019 (dont Franz-Olivier Giesbert est soupçonné d’être le grand manitou). La caution lettrée est là, il faut donc prêter attention à ce que nous dit la trentenaire Becker dont la biographie officielle est assez évasive sur les origines (sociales bien sûr, pas communautaires) : « née dans les Hauts-de-Seine en 1988 ; après un baccalauréat littéraire, elle étudie la psychologie à Paris V, avant de se consacrer entièrement à l’écriture. » Dire qu’Emma n’est rien d’autre que l’énième rejeton de la bourgeoisie libertaire qui créé sa renommée à partir de ses névroses et de son oisiveté serait de la psychologie de bazar, donc nous ne le dirons pas... On peut l’écrire par contre, c’est tout de suite plus coté, il y a du cachet.

 

Dans le genre psychologie libidinale, cet extrait d’un entretien avec l’hypnotiseur qui a échappé à la vague #MeToo Gérard Miller donne à réfléchir sur la réalité de la psychanalyse :

 

Au-delà de la provocation intrabourgeoise (« Papa, Maman, je suis une pute, c’est une révolution ! ») et de la recherche pathologique d’une validation de ses déviances conformistes, Emma nous délivre un message politique : il faut libéraliser la prostitution et donc en finir avec les carcans du patriarcat qui empêchent les femmes d’être des putes comme les autres (et inversement) ! Comme ce discours progressiste sonne doux à nos oreilles à l’heure de l’affaire Epstein et de la PMA pour toutes. Demain toutes libres (le plus jeune possible bien sûr) de se prostituer (aux élites économiques) ? On ne fera pas remarquer que les Grecques, elles, qui sont d’une certaine manière les cocues des Allemandes européistes (les modèles d’Emma), semblent regretter l’époque où elles n’étaient pas obligées de se vendre pour survivre...

Et en attendant le prochain opus d’Emma où elle nous racontera son expérience dans le porno amateur ou sa retraite spirituelle de trois jours dans un monastère pour soigner sa dépression (au choix), vive la grande culture féministe !

 

 

Et pour souligner encore plus profondément la réalité pusillanime (au niveau de la culotte, en gros) du féminisme macronien, quelques extraits d’un autre ouvrage :

 

Aller au fond des choses avec E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

93 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2292913
    le 07/10/2019 par Business is business
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    « ...une femme réduite à sa fonction la plus archaïque, celle de donner du plaisir aux hommes. » traduire une femme du monde libéral réduite à sa fonction la plus archaïque, celle de vendre du plaisir aux hommes.

     

    • #2292939

      Vaut quand même mieux aller voir une pute que de piquer la femme de son copain ou de raconter des mensonges à une autres.
      Dans certaines sociétés leur rôle était reconnu par le royaume et était considéré comme d’utilité publique.
      Donc cela peut se discuter si c’est du libéralisme moderne.


    • #2292947
      le 07/10/2019 par un promeneur
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      Comme ça son éditeur n’a pas eu à lui faire une avance.....


    • #2292956
      le 07/10/2019 par Homme dur et juste
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      @Jay
      Une seule communauté a ces pratiques malsaines et désire l’imposer à tout les autres. Vaut mieux épouser une femme et être un homme avec toutes ses responsabilités.


    • #2292980
      le 07/10/2019 par Updater Center
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      Je me disais bien aussi je croyais que le but de la fonction sexuelle féminine était de donner la vie et de porter l’enfant 9 mois durant avant de lui faire voir le jour. Mais bon, c’est les dernières mises à jour du progrès aussi ... peut-être que notre windows déconne.


    • #2293457

      La femme avec laquelle j’ai le plus appris, à son insu, c’est une très belle prostituée, une véritable Aphrodite africaine : toute les mythologies, religions et mystiques tournent autour du cul .


  • #2292927

    Simenon qui les fréquentait assidument disait des prostituées que " Ce sont des femmes comme les autres " . Exact .

     

    • #2292979

      .. à ceci près qu’elles ont TOUTES un maquereau, mais après tout "l’honnête femme" mariée a elle aussi très souvent un amant-maquereau, et son mari-client l’apprend rarement .


  • #2292935
    le 07/10/2019 par un promeneur
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    écrivaine-pute ou bien pute-écrivaine...... ?

    Faudrait peut-être enquêter !

    LOL !

    En tout cas, on ne pourra pas lui reprocher de ne pas savoir de quoi elle parle....

    Si le livre se vend mal, va-t-elle reprendre son activité ?
    Je dis ça, je dis rien....

     

    • #2293286

      Client assidu d’une prostituée elle me confia un jour qu’elle ne connaissait pas de fille aimant le métier . Plus tard ayant vécu avec des prostituées j’ai pu me rendre compte à quel point cela les emmerdait d’aller travailler . Elles ne se plaignaient pas mais çà se voyait . La plupart des filles rêvent d’avoir une vie normale . Les putes qui passent à la télé disent toutes que le métier est cool et lucratif, et ne parlent jamais du maquereau qui leur prend presque tout, la télé, des mecs comme Ardisson, sont complices de cette pub abjecte . Je n’ai connu qu’une seule tepu qui ne soit pas maquée , c’était une grosse très forte qui était la seule à monter avec des ivrognes...


  • #2292938

    La pute veut faire du fric avec son "expérience", comme Marcela Yacoub a couché avec DSK dans le but d’en faire un livre, "Belle et bête", qui l’a rendu célèbre (2013) .


  • #2292941

    Il y a des bordels dans tous les pays d’Europe, sauf en France depuis 1946, pourquoi ? Pour punir les prostituées d’avoir couché avec les occupants Allemands ? Pour punir les Français d’avoir "collaboré" ?

     

    • #2293041
      le 07/10/2019 par Jean Barton
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      Et surtout pour punir les propriétaires de bordels, qui ont fait beaucoup d’argent sous l’occupation.
      C’est la seule et unique raison de leur fermeture en 1946, cette date ne doit rien au hasard.
      Alphonse Boudard l’avait très bien exliqué.
      Et maintenant, c’est la prostitution elle-même qui est interdite (pénalisation du client),
      depuis la loi Belkacem, du nom de l’ex-ministre de l’éducation "nationale".


    • #2293167
      le 07/10/2019 par Papa Tésto
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      D’après Alphonse Boudard dans son dernier roman "Les trois mamans du petit Jésus", ce serait Tata Yvonne qui aurait commanditée Marthe Richard d’organiser la fermeture des maisons closes pour punir le grand Charles d’avoir trop fréquenté les lupanards lors de son séjours à Londres .


    • #2293516

      Avant la fermeture de 1946 il y avait 200 bordels à Paris, 10 par arrondissement ! Céline se flattait d’avoir été client de tous ces "bobis" .


  • #2292943

    Stéphane Édouard est jubilatoire, dans ses commentaires de livres, toujours des livres de merde, sûrement trop de respect pour un Michel Drac pour se lancer dans le serieux.
    A son crédit, 2 Minelli Schiappa, Partouz de Moix, Angot, ou un du sociologue Kauffman avec qui il règle ses comptes.
    Il rend leurs lettres de noblesse à ses débilités impubliables en montrant qu’il s’agit en fait de comique involontaire, qui me rappelle les improvisations géniales de Kad et Ô sur OuiFM dans les années 1990. Mention spéciale au Partouz de Moix qu’Assoupline considéré comme un écrivain. Enfin Duras puis de Beauvoir à l’agrégation, dans 30 ans Moix dans littérature du XXI. Pourquoi pas ?


  • #2292944

    Sûr qu’emma a plus été journaliste que pute, dans cette affaire...
    Elle s’est certainement contentée de récolter les confidences de ces "collègues", tout en se prostituant superficiellement, (et à très haut tarif, certainement).
    Merci à la rédac’ de rappeler la connivence de ce petit milieu littéraire ridicule.

    Donc, pour emma, vendre son corps à son compte, sans mac, c’est un progrès... mais en fait, ça s’appellerait pas tout simplement l’ubérisation du sexe, non ?


  • #2292952

    Il n’y a pas de "salon" dans les bordels de Berlin : le client attend dans la chambre que 3 ou 4 filles se présentent, après une autre fille lui demande laquelle il veut . La gonzesse n’a jamais fait la pute, n’est pas Messaline qui veut, Messaline qui remplaçait gratos une prostituée de Suburre, le quartier chaud de Rome .

     

    • #2293273

      Messaline se faisait payer sa passe : je vous joins le passage de Juvenal VI ème satire :

      Vois quels rivaux eut Claude !... Ecoute pour gémir !
      A peine l’empereur vient-il à s’endormir,
      Son épouse, écartant la pompeuse courtine,
      Quitte pour un grabat la couche palatine ;
      Puis avec une esclave, une seule, elle fuit
      Sous un obscur manteau qui se perd dans la nuit.
      Couvrant ses noirs cheveux d’une perruque blonde,
      L’auguste courtisane entre en un bouge immonde ;
      Et dans sa loge vide, où fume encore un lit,
      Au fond du lupanar, elle s’ensevelit.
      Là, sous un nom menteur, lascive, toute nue,
      Par une tresse d’or la gorge retenue,
      Noble Britannicus, dans ce hideux séjour
      Elle étale le ventre où tu puisas le jour !
      Elle accueille la foule, et, jalouse de plaire,
      La fausse Lycisca demande le salaire :
      Sur le dos renversée, elle étreint le passant,
      Et, les défiant tous, elle absorbe leur sang !...
      Lorsque le proxénète enfin clôt sa tanière,
      Elle sort ; mais, fermant sa loge la dernière,
      Et triste, aiguillonnée encor par le désir,
      Elle veut prolonger quelque temps son plaisir.
      Elle sort, fatiguée et non pas assouvie ;
      Et, le visage terne, enfumé, l’œil sans vie,
      Au lit impérial, dans sa lubrique ardeur,


    • #2293454

      " la fausse Lycisca demande le salaire " pour le donner à la vraie, afin de ne pas lui faire perdre le bénef de sa nuit . La femme de l’empereur n’avait pas besoin du produit des passes de la nuit !


  • #2292953

    Ce sont des interviews de bourgeoise en mal d’aventure et de célébrité ( je suis entrée dans la cage aux lions) et j’en suis ressortie indemne .Ouah ! quelle aventure ! c’est vrai que de nos jours , se faire bourrer le cul pour trouver l’inspiration c’est rare .Mais il ne faut pas avoir beaucoup d’amour propre pour un écrivain .
    Avant ce genre de femme se faisaient flouter, au moins par pudeur, car pour elles c’était un moyen de subsistance .Aujourd’hui c’est de l’héroïsme .

     

    • #2293144
      le 07/10/2019 par El Pueblo Unido Jamás Será Vencido
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      C’est triste de voir cela ,faudrait demander à elles ou elle (si c’est si bien que ça)
      Emma si tu veux que l’on te traite comme une pute...... Hamdi et Mehmet les albanais de Stains peuvent te faire travailler 15 heures par jour dans un Algeco modulaire a 32 clients/jour ou tu as Momo, Abdel et Foufana qui peuvent te présenter a leurs copains dans une cave du 93
      Il y a que des bourgeoises comme toi, pour être heureuse de se faire péter le cul pour un bifton, par des frustrés, des tordus et des miséreux sexuels
      Une femme normalement constituée, rêve d’une famille heureuse dans une ferme confortable en campagne, au milieu des champs de fleurs et des bois, prés d’une rivière, avec un époux qu’elle aime ,fort, juste, aimant et droit, entourée des ses enfants jouant gaiement
      C’est marrant cette envie de misère, de violence & de maltraitance
      C’est certainement fantasmé et parce-que vous n’avez jamais connue la vraie violence, les vrais coups et la vraie misère que vous la fantasmez
      Si j’te défonce la gueule et le cul, te mets en esclavage, pour mon intérêt et que c’est pas toi qui le décide, mais ton environnement, ta classe, ta situation sociale et ton milieu familial et communautaire, que c’est pas juste pour un moment d’excitation, que tu pourras arrêter quand bon te chantera, là je suis sûr que tu n’aimeras plus la vie de pute !
      Faut vraiment être extrêmement conne, stupide ou tordue, pour envier des malheureuses, qui sucent des bites et se font défoncer le cul pour vivre ou survivre
      On vit vraiment une époque de merde pour faire la propagande et l’apologie de la prostitution
      D’un papa de plusieurs petites filles
      (Qui rêve que sa fille finisse dans un bordel a assouvir les fantasmes de pervers pour pouvoir vivre ou pour payer sa came ??????)


  • #2292961

    Ardisson aurait été ravi d’accueillir cette demi-trainée comme on parle de demi-sel . Les putes qui passent à la Télé ne parlent jamais de leurs MAQUEREAUX auxquels elles donnent 90% de leurs gains . En les recevant à la télé les sionistes veulent encourager les jeunes Françaises à se prostituer : " Voyez comme c’est facile et lucratif ! " . Tu parles ! Les filles que j’ai connu dans leur intimité couchent dans des chambres sordides, à Clichy sous bois, Stains, bref dans le 9-3, sur un matelas à même le sol, partageant le plancher avec des cafards...

     

    • #2293259

      Peut-être parce qu’à l’heure d’internet et avec les sites de prostitution où les filles peuvent payer des abonnements et recevoir des hommes comme bon leur semble, Il n’y a plus de méchants maquereaux qui contraignent ces pauuuuuvres filles à faire 15passes par jour ?


  • #2292964

    Si Freud était encore vivant il aurait botter le cul a ce pantin qui a encore besoin d’être sous les projecteurs ! Ce type de pervers narcissique investit les sociétés de psychanalyse et donnent une image négative à ceux qui font correctement leur boulot !

     

    • #2293056
      le 07/10/2019 par michel amm
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      Prenez un peu de temps sur votre télé et lisez

      "Mensonges Freudiens" de Jacques Bénesteau.

      Vous en apprendrez un peu plus sur le "père" de la psychanalyse.


  • #2292971
    le 07/10/2019 par vieux lapin en sucre
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Je ne monterai pas avec cette gonzesse, elle n’a pas de seins, quant à son cul il ne doit pas être terrible sinon elle le montrerait . Les hommes qui vont aux putes ne veulent surtout pas d’une intellectuelle qui les fasse chier . Ils veulent tirer un coup point barre .


  • #2292973

    Plaisir aux hommes ? Il me semblait que la femme avait plus d’orgasmes que l’homme. Alors qui fait plaisir a qui ?
    Une prostituer fais de la propagande avec un livre de cochon mdr sa sens le prix Nobel tout sa.

    En tout cas la femme douce, intelligente, respectueuse avec sourire radieux qui la rend accessible a belle et bien disparu, pour donner une femme a grande gueule en plus d’être une menteuse en chaleur qui ne se prend pas pour une petite merde.

    La moyenne est de 15 ans pour le dépucelage des filles et ceux qui le sont encore veulent se préservé pour toucher un chèque par un riche.
    Autant dire que la nuit de noce est terminé et le mariage aussi. (enfin pour moi.)

    Avoir des gosses avec une femme aujourd’hui est une chose a évité sauf si vous êtes tombé amoureux d’une vrai femme.

    Enfin moi je m’en bas les couilles du couple ou de la femme se que je veut c’est de pouvoir vivre correctement avec mon salaire c’est a dire payer mes factures ect… et de l’argent de coté pour pouvoir avoir une vie correct ! Quand on vie seul tout est plus difficile financièrement.

    Alors ok liberté des femmes ou liberté de baisé peu importe laisser nous vivre sans ces groluches pour ceux qui le souhaite car nous voulons resté des hommes.

     

    • #2293107

      Bref, le prototype du salarié


    • #2293294

      Pensez tout-de-même à vous procurer un Bescherelle avec votre salaire, cher ami :)

      Cordialement.


    • #2293543

      Hams et encore je suis pas sur que sa soit suffisant ;).
      A chacun son job certains réfléchissent sur le sujet et donne leurs point de vue. D’autres préfèrent ne pas réfléchir et faire la correction des commendataires.

      Mais j’avoue, il faut être sacrément intelligent pour savoir par cœur les règles de la langue française soit indulgent tu parles avec un gueux.

      Cordialement


  • #2292974
    le 07/10/2019 par Roger Marin
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    " Ils ont, ils sont fiers, écrasé bordel et foire à neu neu, c’est partout bordel à présent, et foire à neu neu " . ( D’un château l’autre, 1957) .


  • #2292978
    le 07/10/2019 par Fela Kuti
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Le truc que j’ai pour voir le niveau d’aliénation d’une personne, il suffit de lui parler de son boulot, de ses collègues,... et si cette même personne vous lâche quelque chose du genre, "oui on s’amuse bien", "on a une bonne équipe",... en gros que tout va bien mais que c’est un peu difficile, je sais que j’ai devant moi une personne dont on lui a volé son "être", pathologie théâtrale en conséquence d’un environnement de spectacle, Francis Cousin parle de ces dysfonctionnements aliénatoire narcissique de masse, on a un cas ici, les femmes étant plus conformiste que les hommes, cette femme pousse cette pathologie à son comble.
    Il ne peut pas y avoir d’épanouissement au travail dans une société marchande, sauf peut-être quelques rares exceptions.


  • #2292985

    Je dirais l’option n°2. Les putes finissent souvent dévotes.

     

  • #2292992

    Une belle fille qui épouse un type pour son fric (elles font toutes cela) est une pute . D’ailleurs dès qu’elle est mariée elle fait cocu son mari avec un amant de cœur, ou bien elle voit toujours son ancien mec (il en a une plus grosse que le mari) .


  • #2293000

    La seule chose que cela m’inspire, c’est une chanson flash de Corbier (qui fut un chansonnier rigolo avant et après sa carrière télévisuelle) :
    "Entre la femme et l’homme, dit le député-maire,
    La différence n’existe plus, elles sont toutes des putes et mères."


  • #2293005
    le 07/10/2019 par Damoclès
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Heureusement pour elle, qu’elle n’était pas fascinée par les coupeurs de tête.


  • #2293007

    Elle ne s’est pas prostituee.
    Elle est une prostituee.
    Prostituee d’un jour, prostituee toujours.
    C’est la nature meme de l’acte.


  • #2293012

    Tri sélectif : Poubelle verte , poubelle bleue, poubelle jaune et tiens celle-là à mettre dans la poubelle rose..

     

  • #2293020
    le 07/10/2019 par RonSwanson
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    « Je voulais faire l’expérience de cette condition très schématique : une femme réduite à sa fonction la plus archaïque, celle de donner du plaisir aux hommes. »
    La fonction en tant que telle est d’assurer sa part de reproduction, son rôle de matrice. Le plaisir n’est qu’une ruse de la nature.
    C’est une forme de négationnisme à l’encontre de ladite nature, que de tout appréhender par le prisme de l’oppression supposée des uns sur les autres. Comme le négationnisme est interdit a priori, je suis pas allé plus loin dans ma lecture.
    En bon psychologue de comptoir, je dirais que le bordel est peut-être le sanctuaire d’une virilité en mal d’expression. Qu’après infusion pendant quelques décennies de l’impératif féminisateur comme valeur indépassable, et la bourgeoisie étant à l’avant-garde de la perte de virilité, il est devenu difficile pour une bourgeoise de rencontrer un homme, vu le peu de porosité entre classes sociales.
    Bref, elle avait peut-être simplement, fondamentalement, le désir profond de se faire baiser vraiment, totalement, et elle a pondu un bouquin sur l’habillage de ses affects.
    Tordu que je suis, je comprends ça comme l’appel de détresse d’une femme apeurée par la carotte-émancipation que le Marché agite devant elle, qui l’invite à entrer dans l’autre bordel, celui de la compétition de tous contre tous.


  • #2293022
    le 07/10/2019 par François
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Elle sort d’ou cette dingue ?
    Pourquoi faire le turf, en rentrant dans la peau d’une prostituée pour découvrir des sensations jamais vécu dans la vie "normale" ???.
    Alors qu’à la porte de la chapelle, il y a de quoi pour qu’elle soit chouchoutée, gâtée et charger en émotion comme jamais.


  • #2293028

    Que cette pute, pas vilaine physiquement, se soit fait sa propre expérience pour l’écrire ensuite ne m’embête pas, c’est son cul (sauf la retape médiatique visant à promouvoir). J’ai plus de sympathie au final pour le renoi ou rebeu qui, pour avoir des papiers se cogne pendant quelques temps (trop longtemps quoi qu’il en soit) de la gravosse immonde. A quand un Comité de défense de l’homme pute ? Merde, à ceux là qu’on leur donne des papiers, au moins pour saluer leur courage. Faire ce qu’il font c’est bien au-delà du test de naturalisation, il faut vraiment avoir envie d’être (en partie) Français, je crois, pour en arriver là.

     

    • #2293095

      T’inquiète pas que le soudanais il pense fort à ta fille de 16 ans quand il embourbe une gravosse qui pourrait etre sa mère. Pas de papiers pour eux. Finit cette blague.


  • #2293030

    Cette fille a le discours d’une mythomane apprenti sociologue de bidets option VRP du vice pour mémères ménopausées...Niveau fonds de cuve de l’humanité !


  • #2293053

    La goyette doit faire la pute pour passer dans les (((médias))).
    Aujourd’hui ce n’est même plus une métaphore.


  • #2293064

    En attendant je suis d’accord avec Emma partisante que la prostitution devrait être orientée et encadrée vers des maison closes. Sans racollage dans la rue et feutrer les boutiques de X comme celle de Pigalle. Pas la peine "d’hypocritiser" cette question ni de porter atteinte à la pudeur public en pleines rues.


  • #2293067
    le 07/10/2019 par Arya de Shastra
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Emma Becker ressemble un peu a Charlotte Gainsbourg .

     

  • #2293088

    Il avance, le système, il avance, avec ses gros sabots pour être certain que le lessivage des "petites chattes" (au sens "petite fifille" genre Emma Becker) soit effectif, profond, durable et solidement ancré...

    En clair, la miss Becker explique à ses copines qu’elles peuvent aller faire la pute sans aucune retenue, pour payer leurs études par exemple ou pour s’offrir le manteau super classe qui coûte une blinde. Pute devient donc, en toute logique d’inversion totale des lois naturelles du vivant, une activité ordinaire, banale, accessible et pas du tout dégradante.

    Bonne pioche mam’zelle Emma, vous allez tout droit dans le sens de notre très future société où le chômage de masse qui fera que de plus en plus d’individus naîtront et vivront chômeurs, pourront faire le métier de pute comme n’importe quel autre job de merde !

    Un avantage dans cette glissade sans frein vers l’abject ordinaire : faire la pute n’exige pas de suer à faire des études. On devient l’outil même de l’autre qui s’en sert en échange de quelques fafios PQ.

    On avance, on avance... vers l’abime.


  • #2293119
    le 07/10/2019 par Nuit blanche
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Elle a trouvé un bon prétexte pour se faire vraiment tringler comme elle l’aurait toujours voulu, sans prétention et sans chi-chi. De plus, elle était payée pour ce faire et récoltait du vécu pour la rentrée littéraire. Et maintenant, elle perçoit encore des récompenses médiatiques et éditoriales.

    C’est ce qu’on appelle du quatre fois gagnant.

    Pas mal, n’est-ce pas, pour une pute ?

     

  • #2293123

    Pour se prostituer dans un bordel il faut être présenté par un maquereau, un homme du milieu, sinon : bernique, la taulière ne vous écoute même pas et ne vous répond même pas, on craint les balances et les indics .

     

    • #2293320

      Pas dans les pays où c’est légal. A geneve par exemple n’importe qui peux travailler dans les salons de massage sans aucun mac. Rapport à cette cruche de journalope, elle devait pas pratiquer des masses pour trouver son taf si bien et passionnant.


  • #2293139

    Louer ses bras, son ventre ou son cul, quelle différence...

     

    • #2293183

      Simple question de rentabilité apparemment : à 99 euros la passe, on est à plus de 9 fois le salaire minimum horaire ! Choix magistral entre aliénation fondamentale et aliénation du fondement !


    • #2293325

      J’ai assez bien connu le milieu de la prostitution entre 2006 et 2009 au pays des banques, des montres et du chocolat. Quand tu vois l’état des femmes apres quelque années de pratique, je te garanti qu’il vaut mieux vendre ses bras que son cul.


    • #2293392

      Réponse à Dave : tout à fait exact, entre une prostituée de 20 ans et la même 5 ans plus tard la différence est énorme, physiquement elle est très amochée . Les filles de joie s’abîment très rapidement, beaucoup plus vite que les "normales", le métier est très fatiguant d’autant plus que celle qui travaillent dans des clubs doivent boire avec leurs clients .


    • #2293673

      Et oui, quelle différence ?
      ..... Finalement, emma est une disciple de pierre Bergé.


  • #2293141
    le 07/10/2019 par Françoise Valda
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    le grand n’impotnawak continu !

    une ptite fifille à papa nous la joue Christiane F, drogué et prostitué.

    Et comme journaleux le psy hypnotiseur et violeur gégé miller.

    Dès que ça sent le q, le gégé est dans les parages.

    Tout sonne faux dans l’interview, ils n’ont plus que ça avant que ça s’écroule.

    Vendre du FAKE en permanance.

     

    • #2293190

      Exact... !! Ça sonne complètement faux... Total pipo...Totale ingénierie du vice ...Théâtre de mauvais acteurs pour meubler le vide littéraire mainstream.. !!


  • #2293155
    le 07/10/2019 par Aie ça fait mal !!
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    J’imagine que servir de paillasson sexuel à des mecs gros et sales à la chaîne, ce doit être une expérience fascinante !!

    La prochaine fois fais nous un film chérie, la démarche sera plus honnête...

     

    • #2293686

      Vous avez tort. Beaucoup de types beaux et riches consomment.
      C’est plus facile , moins chiant et surtout sans lendemain.
      Demandez a ces dames elle vous le diront toutes.


  • #2293188

    Elle dit que son bouquin fera chier le patriarcat (les hommes, en gros) mais je pense que son témoignage emmerdera plutôt les féministes.


  • #2293193
    le 07/10/2019 par Kais de Tarse
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Otto Weininger.


  • #2293226

    Le psychisme est tellement complexe qu’on ne saura jamais si cet écrivain (vaine) a réellement pris du plaisir à se rabaisser, ou à rabaisser les hommes, bref à réduire la relation homme femme à son plus bas niveau , sexe = argent = domination. Mais dans quel but au fond ? se rendre célèbre par l’avilissement ? justifier ses fantasmes par une pseudo enquête immersive dans les bas fonds de la prostitution ? Cette jeune femme est un archétype d’une certaine tendance en accord avec les préceptes du féminisme : mon corps de femme m’appartient , je le négocie , le vend, le loue si je veux.. et si je ne veux pas , bavez messieurs mais ne touchez pas !


  • #2293305
    le 07/10/2019 par Kayaboolah
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Entre nous, qui fait payer le plus cher : la pute ou la bourgeoise de droite ?? Elle est bien belle, la morale traditionnelle...

     

  • #2293365

    Cette histoire me rend triste. Juste une pub pour la prostitution comme une pub mcdo a l’arrêt de bus.... bref, je ne suis pas de ce monde mais au secours, qu’est ce que je fous là, moi ?

    Bon, voilà, juste un coup de déprime après avoir entendu une partie de ce que la dame avait à dire.

    Bonne nuit a tous.

     

    • #2293503

      C’est exactement ça : une pub pour la prostitution.

      En plus c’est cool, tu commences tes journées à 16h45, tu rigoles avec les copines en prenant le café... (je ne suis pas allée beaucoup plus loin que les deux premières minutes, je n’ai pas tenu).

      Enchantée Adeon, je crois que chez E&R on est nombreux à se demander comment on pourrait changer de planète, et vite si possible. Les articles comme les commentaires sont un peu mon refuge : j’y croise des gens qui se et me comprennent... Salutations à tous !


  • #2293377

    Le stade terminal de la bourgeoise complètement déconnectée de la réalité : penser avec sa chatte.

    Si on veut rester positif (difficile quand même), je me dis que c’est ce genre de personnes qui nous laissent le champ libre pour préparer la révolution nationaliste.


  • #2293383
    le 08/10/2019 par Un ploemeurois
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    En 1967 sortait Belle de jour le film de Luis Buñuel, qui décrivait les après-midis d’une jeune bourgeoise parisienne, Catherine Deneuve, comme prostituée. Buñuel portait un regard acide sur la bourgeoisie mais abordé avec pudeur sur des interrogations sur le bien et le mal.

    Aujourd’hui c’est la laideur, la bêtise. La bourgeoise baisse aussi de niveau.

     

    • #2293440
      le 08/10/2019 par Chabanais
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      Justement dans "belle de jour" la prostitution est présentée sous un jour favorable - ce qui est dégueulasse pour les femmes . Deneuve doit quand même se taper Francis Blanche...


  • #2293384

    Elle est juste timbrée.

    Maquiller, par des mots se voulant convenablement construits ; l’abjecte vulgarité de pratiques sexuelles tarifées dont elle pense être le précurseur...

    Elle fait littéralement honte à la vertu de la gente féminine... Enfin, surtout à elle-même.

     

  • #2293428
    le 08/10/2019 par Être et durer
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    En service commandé pour nous vendre les mérites d’une légalisation de la prostitution. Un pur produit du libéralisme libertaire pour lequel le corps est une marchandise comme les autres. La suite logique d’une société décadente qui n’a comme horizon que l’individualisme, le narcissisme, le nihilisme et le profit. Elle l’ignore encore, mais cette jeune femme est déjà morte.

     

    • #2293502
      le 08/10/2019 par kerb crawler
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      Solon, fondateur de la démocratie athénienne d’après Aristote, "nationalisa" les bordels à Athènes : ils étaient tenus par des fonctionnaires . Pourquoi ? pour permettre aux jeunes athéniens de baiser, les filles des citoyens athéniens devant arriver vierge au mariage . Or il semble qu’il y aie eu une grande différence d’âge au moment du mariage : Aristote recommande à l’homme de trente ans d’épouser une fille de 16 ans "pour la former à sa main" : voilà un homme sage ! Un citoyen athénien avait le droit de tuer l’homme qu’il surprenait avec son épouse : pericolo ! En attendant de se marier à trente piges, le mâle devait bien aller se soulager quelque part, d’ailleurs le prix demandé était fixé par les fonctionnaires, et modique . Il y eu des prostituées célèbres pour leur beauté : Phrynée, Aspasie la maîtresse de Périclès qui formait aussi des jeunes filles à la prostitution, bref Périclès vivait dans un boxon haut de gamme ce qui était accepté par tout le monde . Les modèles des peintres et des sculpteurs grecs étaient exclusivement des prostituées, une citoyenne athénienne ne se serait jamais déloquée devant Praxitèle ou Phidias . Honneurs à ces filles sublimes que nous admirons encore dans nos plus grands musées : l’art occidental serait beaucoup moins beau sans les prostituées .


    • #2293507
      le 08/10/2019 par un promeneur
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      Bien vu. bientôt Uber va investir là dedans, il y aura donc UberW ( W pour Whores, le W seul est plus discret), et nos bobos vautrés devant leur télé en bouffant leur pizza uber, diront " et si on se faisait sucer ?" !
      Alors la télé s’écrira " did somebody say just suck ?" (parodie d’une pub qui passe même sur mes chaînes satellites de plus en plus envahies de pubs)
      Et bobo 1 de tripatouiller le smartphone, et 10 minutes après, Lola, Natacha et Samira, livrées en pousse-pousse électrique ( attention, faut sauver la planète ), avec Fofana fraîchement débarqué de Guinée/Syrie (oui oui, un nouveau pays grand fournisseur de "réfugiés"...) en charge du pilotage, pédalant comme un dératé......

      bon allez, j’arrête, je vais déposer le concept.....y’a moyen que je me fasse des gros billets d’ici peu....


    • #2293824
      le 08/10/2019 par Bandator 500
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      @promeneur

      Tu as tout bon sur le concept Pute en moins de 30 minutes sinon remboursée...Faut juste ajouter avec la pizza des bons de réduction sur le Bandator 500 et le Chtouille 250 mg, de ce pas je vais faire une étude de marché et je recrute dans la foulée !!!


    • #2293958
      le 08/10/2019 par La rochejaquelein
      Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

      @ crawler

      enfin un commentaire censé et argumenté. Merci


  • #2293475
    le 08/10/2019 par SouvSetêIuq
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Apparement ,tout le monde part du principe que ce qu’elle raconte est vrai .Naïveté quand tu nous tiens .


  • #2293489

    Elisabeth est plus jolie quand elle arrête de boire. Elle va se retrouver chro-niqueuse sur un plateau. Ca prolongera l’étalage porno.


  • #2293588

    Dosteïveski disait : "quand on renie Dieu,tout est permis."
    Quand on détourne le regard de la Lumière Divine pour s’égarer dans les ténèbres de Satan,on récolte la malédiction et le malheur. Le désastre final,fait de chaos général,arrive dans un fracas apocalyptique. On est loin,très loin des promesses mensongères du diable...


  • #2293618
    le 08/10/2019 par Monteladessus
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Si elle avait été la fille d’un chauffeur de bus et d’une secrétaire comptable, elle-même en CAP esthétique et qui vivrait à la périphérie de Montluçon (au hasard), j’dis pas là ça aurait de la gueule, mais là Mouais à l’ouest rien de nouveau la énième jeune bourge germanopratine qui joue à se faire peur


  • #2293639

    La pire des putes c’est celle qui demande après.

     

  • #2293697
    le 08/10/2019 par liquiditées et intéréts
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    elle ressemble aux actrices qui couchent avec les producteurs et qui ensuite font des procés 20 ans aprés.
    elle aime coucher et elle aime l’argent , elle couche et se fait doublement payer en jouant la mére la morale.
    l’hyppocrisie est une maniére de traverser la vie assez répandu chez les peoples et autres tétes de gondoles du paf.


  • #2293712

    Becker a une vision de la realité limité.
    croire que sa embete les hommes le fait que les femmes disposent de leur corps. . est completement stupide. Les hommes s en foutent !
    Le corps de chacun apartient a soi meme, libre a chacun de choisir d etre esclave ou d etre affranchit. aller a l ecole pour apprendre un metier permet d atteindre l independance financiere.
    La prostitution est un moyen de gagner de l argent mais en aucun cas c est un travail.
    la sueur du front n est pas la sueur des fesses.
    La degradation de la femme par cette activité de prostitution marque a vie la femme.
    Et l eloigne d avoir des rapports normaux dans la société. C est de l esclavage. choisit ou non mais ca reste alienant.
    Pour quelque billets vendre son corps... c est vendre son ame, vendre sa vie. La prostitué ne s appartient plus a elle meme. Cela mene a de la depression tot ou tard. Aucun homme ne souhaite ce marier avec une putain.
    Cet activité de prostitution est difficile pour les femmes qui prennent tres souvent des drogues douces ou dures pour oublier leur conditions de vie triste d esclave sexuel.
    les reseaux criminels drogue et prostitutions vont de paires.


  • #2293962
    le 08/10/2019 par La rochejaquelein
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    C’est terrible de voir comment une sublime Lolita devient assez rapidement une fille banale et vaguement jolie.


  • #2294144
    le 09/10/2019 par Blue Mountain
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Thème traité dans le film "Belle De Jour" avec Deneuve. La bourgeoise qui va faire la timpe pour tromper son ennui


  • #2294154

    Elles se ressemblent toutes ces tarées, c’est frappant. Tu vas sur un site comme adopteunmec, et il n’y littéralement que çà, avec des textes tous aussi débiles et écœurants les uns que les autres.
    La fin est proche.


  • #2294392
    le 09/10/2019 par Alors Emma Becker 1 an ou 2 ?????
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Il me tarde le prochain livre de Emma Becker sur la Fistinière


Commentaires suivants