Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

Note de la rédaction

Note sur le titre : nous avons conservé "écrivaine" pour faire plaisir à Konbini et "pute" car c’est le terme revendiqué par Emma Becker elle-même.

On en a déjà causé dans notre rubrique (rubrique, pas lubrique) En bref du 21 septembre de l’an de grâce 2019 mais on va repasser une petite couche sur Emma, elle ne dira pas non.

 

L’écrivaine Emma Becker s’est prostituée dans une maison close à Berlin pendant plus de 2 ans.

Voilà pour la présentation faite par Konbini, le média macronien qui véhicule de manière cool les dogmes du capitalisme libéral. Quoi de plus normal, donc, qu’une start-up/société de production/agence de publicité promeuve la logique même du Marché : la marchandisation de tout, jusqu’à l’intime. En l’occurrence ici, il est question de prostitution.

« Je voulais faire l’expérience de cette condition très schématique : une femme réduite à sa fonction la plus archaïque, celle de donner du plaisir aux hommes. N’être rien d’autre que cela. Il y avait une forme de bravade mais pas de courage, j’étais tellement fascinée, intriguée, j’avais envie d’écrire sur ce sujet c’est cela qui m’a aidée à pousser la porte du premier bordel. (...) J’étais fascinée par les prostituées, par cette évidence avec laquelle elles se tiennent là, splendides, sanglées dans leur corset, objectivement faites pour être louées par des hommes, par cette paisible toute-puissance. »

Pas d’analyse sociologico-historique sur le rôle et l’évolution de la prostitution au sein des sociétés humaines, on est bien dans la littérature de femme à destination des jeunes : du cul, du subjectivisme, du narcissisme, du dévoiement... mais pas de la branlette, attention ! Non, du sérieux : il s’agit ni plus ni moins d’un ouvrage en lice pour le prix Renaudot 2019 (dont Franz-Olivier Giesbert est soupçonné d’être le grand manitou). La caution lettrée est là, il faut donc prêter attention à ce que nous dit la trentenaire Becker dont la biographie officielle est assez évasive sur les origines (sociales bien sûr, pas communautaires) : « née dans les Hauts-de-Seine en 1988 ; après un baccalauréat littéraire, elle étudie la psychologie à Paris V, avant de se consacrer entièrement à l’écriture. » Dire qu’Emma n’est rien d’autre que l’énième rejeton de la bourgeoisie libertaire qui créé sa renommée à partir de ses névroses et de son oisiveté serait de la psychologie de bazar, donc nous ne le dirons pas... On peut l’écrire par contre, c’est tout de suite plus coté, il y a du cachet.

 

Dans le genre psychologie libidinale, cet extrait d’un entretien avec l’hypnotiseur qui a échappé à la vague #MeToo Gérard Miller donne à réfléchir sur la réalité de la psychanalyse :

 

Au-delà de la provocation intrabourgeoise (« Papa, Maman, je suis une pute, c’est une révolution ! ») et de la recherche pathologique d’une validation de ses déviances conformistes, Emma nous délivre un message politique : il faut libéraliser la prostitution et donc en finir avec les carcans du patriarcat qui empêchent les femmes d’être des putes comme les autres (et inversement) ! Comme ce discours progressiste sonne doux à nos oreilles à l’heure de l’affaire Epstein et de la PMA pour toutes. Demain toutes libres (le plus jeune possible bien sûr) de se prostituer (aux élites économiques) ? On ne fera pas remarquer que les Grecques, elles, qui sont d’une certaine manière les cocues des Allemandes européistes (les modèles d’Emma), semblent regretter l’époque où elles n’étaient pas obligées de se vendre pour survivre...

Et en attendant le prochain opus d’Emma où elle nous racontera son expérience dans le porno amateur ou sa retraite spirituelle de trois jours dans un monastère pour soigner sa dépression (au choix), vive la grande culture féministe !

 

 

Et pour souligner encore plus profondément la réalité pusillanime (au niveau de la culotte, en gros) du féminisme macronien, quelques extraits d’un autre ouvrage :

 

Aller au fond des choses avec E&R :

 






Alerter

93 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2293489
    Le 8 octobre à 09:28 par jok san
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Elisabeth est plus jolie quand elle arrête de boire. Elle va se retrouver chro-niqueuse sur un plateau. Ca prolongera l’étalage porno.

     

    Répondre à ce message

  • #2293588
    Le 8 octobre à 12:24 par Pique
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Dosteïveski disait : "quand on renie Dieu,tout est permis."
    Quand on détourne le regard de la Lumière Divine pour s’égarer dans les ténèbres de Satan,on récolte la malédiction et le malheur. Le désastre final,fait de chaos général,arrive dans un fracas apocalyptique. On est loin,très loin des promesses mensongères du diable...

     

    Répondre à ce message

  • #2293618
    Le 8 octobre à 13:02 par Monteladessus
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Si elle avait été la fille d’un chauffeur de bus et d’une secrétaire comptable, elle-même en CAP esthétique et qui vivrait à la périphérie de Montluçon (au hasard), j’dis pas là ça aurait de la gueule, mais là Mouais à l’ouest rien de nouveau la énième jeune bourge germanopratine qui joue à se faire peur

     

    Répondre à ce message

  • #2293639
    Le 8 octobre à 13:24 par Jay
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    La pire des putes c’est celle qui demande après.

     

    Répondre à ce message

  • #2293697
    Le 8 octobre à 15:19 par liquiditées et intéréts
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    elle ressemble aux actrices qui couchent avec les producteurs et qui ensuite font des procés 20 ans aprés.
    elle aime coucher et elle aime l’argent , elle couche et se fait doublement payer en jouant la mére la morale.
    l’hyppocrisie est une maniére de traverser la vie assez répandu chez les peoples et autres tétes de gondoles du paf.

     

    Répondre à ce message

  • #2293712
    Le 8 octobre à 15:47 par Berline
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Becker a une vision de la realité limité.
    croire que sa embete les hommes le fait que les femmes disposent de leur corps. . est completement stupide. Les hommes s en foutent !
    Le corps de chacun apartient a soi meme, libre a chacun de choisir d etre esclave ou d etre affranchit. aller a l ecole pour apprendre un metier permet d atteindre l independance financiere.
    La prostitution est un moyen de gagner de l argent mais en aucun cas c est un travail.
    la sueur du front n est pas la sueur des fesses.
    La degradation de la femme par cette activité de prostitution marque a vie la femme.
    Et l eloigne d avoir des rapports normaux dans la société. C est de l esclavage. choisit ou non mais ca reste alienant.
    Pour quelque billets vendre son corps... c est vendre son ame, vendre sa vie. La prostitué ne s appartient plus a elle meme. Cela mene a de la depression tot ou tard. Aucun homme ne souhaite ce marier avec une putain.
    Cet activité de prostitution est difficile pour les femmes qui prennent tres souvent des drogues douces ou dures pour oublier leur conditions de vie triste d esclave sexuel.
    les reseaux criminels drogue et prostitutions vont de paires.

     

    Répondre à ce message

  • #2293962
    Le 8 octobre à 22:28 par La rochejaquelein
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    C’est terrible de voir comment une sublime Lolita devient assez rapidement une fille banale et vaguement jolie.

     

    Répondre à ce message

  • #2294144
    Le 9 octobre à 11:22 par Blue Mountain
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Thème traité dans le film "Belle De Jour" avec Deneuve. La bourgeoise qui va faire la timpe pour tromper son ennui

     

    Répondre à ce message

  • #2294154
    Le 9 octobre à 11:45 par héoui
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Elles se ressemblent toutes ces tarées, c’est frappant. Tu vas sur un site comme adopteunmec, et il n’y littéralement que çà, avec des textes tous aussi débiles et écœurants les uns que les autres.
    La fin est proche.

     

    Répondre à ce message

  • #2294392
    Le 9 octobre à 16:18 par Alors Emma Becker 1 an ou 2 ?????
    Emma Becker, écrivaine-pute (du macronisme)

    Il me tarde le prochain livre de Emma Becker sur la Fistinière

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents