Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Emmanuel Macron annonce "la fin de l’opération Barkhane en tant qu’opération extérieure"

On va essayer de dire les choses simplement dans un continent zébré de frontières artificielles, associant des ethnies opposées, au milieu de conflits politiques et confessionnels historiques, sans oublier les influences extérieures plus ou moins avouées qui profitent de la faiblesse de pouvoirs plus ou moins légitimes.

La force d’interposition africaine (G5 Sahel) ne fait pas le poids, les casques bleus se font tirer comme des lapins (la Misnusma porte bien son nom), le vrai soutien militaire des Français au Mali, dont l’armée est inexistante, ce sont les Tchadiens, dont le régime est en pleine transition.

À partir de là, Barkhane devient intenable, surtout que les Européens ne veulent pas nous suivre, voyant dans cette « opex » un intérêt français dans ce qui reste de notre zone d’influence. On se demande alors si Macron n’est pas en train de laisser la place aux Américains, qui eux, voient les Chinois et les Russes (qui soutiennent notamment les rebelles tchadiens à partir du Soudan) pénétrer dans la zone d’influence française...

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Ce 10 juin, le président de la République a annoncé que l’opération française Barkhane au Sahel devait laisser place à une « alliance internationale associant les Etats de la région », selon des modalités et une chronologie restant à définir.

 

Le chef d’État français a évoqué ce 10 juin l’avenir de Barkhane, l’opération militaire française au Sahel, à l’occasion d’une conférence de presse en amont des sommets du G7 (du 11 au 13 juin) et de l’OTAN (le 14 juin).

 

 

« À l’issue de consultations [avec les partenaires de la France] nous amorcerons une transformation profonde de notre présence militaire au Sahel », a déclaré Emmanuel Macron, annonçant la « fin de l’opération Barkhane en tant qu’opération extérieure » et la mise en œuvre « d’une alliance internationale associant les États de la région », selon des modalités restant encore à définir.

 

La France souhaite des engagements « clairs » de non-dialogue avec les djihadistes

Cette « transformation » de l’opération Barkhane passera notamment par la fermeture de bases de l’armée française, selon le président de la République. Celui-ci a également souligné que la lutte contre le terrorisme au Sahel se ferait au moyen des « forces spéciales » structurées autour de la force européenne Takuba, avec « une forte composante française – avec encore plusieurs centaines de soldats – et des forces africaines, européennes, internationales ».

« Je ne pense pas qu’on puisse se substituer à un peuple souverain pour construire son bien à la place de lui-même », a également annoncé Emmanuel Macron avant de critiquer certains pays africains : « Nous ne pouvons pas sécuriser des zones qui retombent dans l’anomie parce que les États décident de ne pas prendre leurs responsabilités, c’est impossible, ou alors c’est un travail sans fin. »

À propos de la suspension des opérations militaires conjointes entre l’armée française et les forces maliennes décidée le 3 juin dernier, le président de la République a conditionné la reprise de cette coopération militaire à des engagements « clairs » de non-dialogue avec les djihadistes.

« On ne peut pas souffrir l’ambiguïté. On ne peut pas mener des opérations conjointes avec des pouvoirs qui décident de discuter avec des groupes qui, à côté de cela, tirent sur nos enfants », a-t-il dit avec fermeté. « Pas de dialogue et de compromission », a-t-il ajouté.

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en déplacement à Abidjan ce 10 juin pour l’inauguration d’une Académie internationale de lutte contre le terrorisme avait déclaré plus tôt dans la journée :

« Évidemment la France n’a pas vocation à rester éternellement au Sahel (...). Il est vraisemblable qu’il faille adapter le dispositif Barkhane. »

[...]

Contexte sécuritaire difficile au Sahel

Paris déploie actuellement près de 5 100 soldats au Sahel pour combattre les groupes terroristes présent dans la région.

L’intervention présidentielle intervient dans un contexte toujours très instable au Sahel alors qu’au Burkina Faso, entre 132 (selon les autorités) et 160 personnes (selon des sources locales) ont été tuées en une nuit dans le village de Solhan.

Un massacre qui s’ajoute à des dizaines d’autres. Comme le rappelle l’AFP, sur les cinq premiers mois de 2021, plus de 1000 civils ont été tués dans cette partie du Sahel, selon l’ONG Acled et 2248 l’avaient été en 2020.

Une instabilité politique s’ajoute à ces problèmes sécuritaires puisque deux des cinq États de l’organisation régionale G5 Sahel ont connu des changements à la tête de l’État : ainsi au Tchad, avec la mort violente du maréchal Idriss Déby Itno, et au Mali qui a connu en mai son second coup d’État en neuf mois.

Lire l’article entier sur francais.rt.com

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Et il croit encore pouvoir faire participer l’UE à son délire ! Mais il est le seul à y croire à son "EUROPE "Ce type ne comprend rien , que ce soit en politique étrangère , ou nationale , comme l a dit ch.Gave :il est idiot !

     

    Répondre à ce message

  • Pendant ce temps, Kemi Seba nous explique que la France domine l’Afrique par le Franc CFA. Est-il conscient des forces pour lesquelles il roule ou bien est-il un idiot utile ?

     

    Répondre à ce message

    • La France " domine " l’Afrique en effet il y’a pas de honte à dire ça.
      On peut aimer la France est faire son autocritique, dans l’Histoire, dans les cultures, la présence française est une force et une faiblesse pour certains pays.
      Dire cette chose n’est pas anti " français "
      Kemi Seba prône pour une Afrique, aux africains, c’est pas loin l’idée d’une France aux français.
      K S est un nationaliste noir, c’est bien son droit.
      On peut polémiquer, débattre, communiquer, sur des sujets, mais dans les faits concrètement vous êtes complétement à côté de la plaque.
      Laver la France des dirigeants corrompus, soumis, lâches pour défendre l’honneur de la France, rien à voir !
      On peut critiquer Sarko qui nous a fait rentré dans l’Otan sans mettre la France comme un état voyou.
      Le combat de Kemi Seba est noble, difficile, courageux.
      Il y’a beaucoup de sujets ou K S et A S sont en accords. (Juifs, LGBT, nationaliste )

       
    • Avez-vous lu Nicolas AGBOHOU ? Et en filigrane de l’étude qu’a faite en son temps, Réné SEDILLOT du nazisme monétaire qui a été appliqué à l’Afrique avec le Franc cfa.

      Donc, selon vos propos, ce qui à été appliqué à la France, et que cette dernière a rejeté, tout en l’appliquant aux Pays de son pré carré Africain est donc juste, car ceux qui dénoncent, cette, dirai-je, iniquité, est idiot et utile ?

      Kémi SÉBA, est comme tout individu, critiquable, mais, il a raison de dénoncer le vol et la prédation de l’oligarchie mondiale et française, à travers d’une part, la politique monétaire, la déstabilisation politique, sociale, culturelle, cultuelle et d’autre part, la captation des matières premières et du blocage de l’industrialisation africaine.

      Ce qui est bon pour la France l’est tout aussi pour les pays du monde.

      A moins que les nègres ne soient définitivement considérés comme n’appartenant pas au genre humain et qu’ils aient besoin d’une tutelle éternelle des suprémacistes.
      Dans ce cas, il faut que ceux qui le pensent le disent clairement, audiblement et l’assument dans un débat contradictoire honnête et sérieux.

      Enfin, la souveraineté devrait donc s’appliquer à la France et être déniée aux pays dont elle tire les raisons de sa position dans le concert des nations ?

       
  • On n’a rien à foutre dans ces pays africains.
    Pourquoi continuer à préserver les intérêts de quelques milliardaires.
    Ils ont les moyens de se payer des armées privées, qu’ils le fassent, et en assument les conséquences. Qu’ils laissent la France en dehors de leurs magouilles.
    Honni soit qui Mali pense....

     

    Répondre à ce message

  • Seule l’arrivée russo-chinoise peut mettre fin au terrorisme. Les forces otanesques faisant semblant de lutter (très mollement) contre leurs propres supplétifs. D’ailleurs un des principaux reproches faits à l’ancien président déposé depuis.

     

    Répondre à ce message

    • Tout à fait, l’exemple Syrien doit devenir la norme : se doter d’une base Russe ou Chinoise (ou Indienne) pour se protéger des "humanistes" occidentaux, afin que tu puisses les mains libres pour mâter (forcément de façon pas très humaine) des fous dangereux qui se prennent pour des fous de Dieu. Il n’est pas de nettoyage anti-terroriste possible s’il n’y a pas possibilité de "crimes contre l’humanité". C’est triste d’en arriver là, mais vu ce que l’occident a fait de l’humanisme pour protéger de véritables inhumains, alors mieux vaut alors se comporter en barbare.

       

  • Emmanuel Macron annonce "la fin de l’opération Barkhane en tant qu’opération extérieure"



    ca veut pas dire "la fin de l’operation barkhane"

    ca veut dire "la fin de l’operation barkhane en qu’operation exterieure"

    ca veut peut etre dire qu’elle continura en tant qu’operation interieure.

     

    Répondre à ce message

  • L’art et la manière de présenter un échec (prévisible)...

     

    Répondre à ce message

  • C’est partir pour mieux rester !

     

    Répondre à ce message

  • Après l’Afghanistan, la Lybie, la Syrie, encore un échec, encore un retrait la queue entre les pattes. Pauvre soldats français.
    Pendant ce temps la situation en France se dégrade et le grand lèche c.. de Chef d’Etat Major des Armées (il est grand temps que Faits et Documents se penche en détail sur cet ambitieux peu doué mais particulièrement imbu de lui-même et prêt à tout pour paraître, ce fils de la grande bourgeoisie digne des ’grandes familles" qui méprise fondamentalement le peuple) souhaite dégrader les rares militaires encore un peu courageux quand il ne s’agit pas seulement d’aller à la course aux primes conséquentes, aux décorations ou aux galons, les tireurs de sonnettes qui n’ont pas encore oublié qu’ils faisaient partie du peuple français et non des petits cercles apatrides qui exploitent le monde pour mieux en tirer partie...

     

    Répondre à ce message

  • C’est vrai que Barkhane est très difficile pour la France, mais sans Barkhane c’est l’Afrique de l’Ouest aux mains des Islamistes . Et comme le dit Lugan ’’ Bamako est a 4 heure d’avion de Paris ’’

     

    Répondre à ce message

  • Les maliens manifestent depuis plusieurs années pour leur départ définitif. Quittez toute l’Afrique avec vos troupes d’occupation, les africains ne veulent plus de la Françafric, de vos entreprises et de vos barbouzes. Et si vos militaires ont des c**illes, qu’ils prennent exemple sur l’armée malienne au lieu d’écrire des tribunes.

     

    Répondre à ce message