Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

En Afrique du Sud, le fléau très politique des attaques de fermes (blanches)

« Ils l’ont frappé avec une grosse bûche (...) j’entendais ses os craquer ». Dans son foyer pour personnes âgées, Debbie Turner raconte d’une petite voix la lente agonie de son mari, battu à mort sous ses yeux dans leur ferme isolée d’Afrique du Sud.

 

Victime de deux agresseurs noirs, Robert « Oki » Turner, un agriculteur blanc de 66 ans, a rejoint il y a six mois la longue liste des victimes de l’un des nombreux legs empoisonnés de l’apartheid : les « meurtres de ferme ».

Un quart de siècle après la chute du régime ségrégationniste, il renvoie à la « nation arc-en-ciel » rêvée par Nelson Mandela l’image inquiétante d’une nation malade de la violence, des ratés économiques et de ses divisions raciales.

Les Turner se sont installés il y a près de trente ans dans les montagnes du Limpopo (nord-est), à mi-chemin entre le parc Krüger et le Zimbabwe. Ils y ont planté des hectares de gommiers, vendus en planches ou comme bois de chauffage.

« Jusqu’à il y a quatre ou cinq ans, nous avons vécu heureux », se souvient Debbie, « on ne fermait même pas la maison à clé ».

Et puis la violence extrême des grandes villes a gagné la région. Braquages, prises d’otage, exécutions. Pour des butins souvent dérisoires : un peu de liquide, un fusil de chasse, un téléphone...

Le 14 juin dernier, c’est au tour du couple Turner d’être visé. À la nuit tombée, des hommes armés font irruption dans leur ferme. Debbie est seule, son mari est sorti réparer un robinet d’eau.

 

« Ne me violez pas »

« Ils m’ont dit “on veut l’argent” », raconte la sexagénaire. « Ils m’ont traînée dans la maison, m’ont mise sous la douche et ont voulu me violer (...) J’ai dit “pitié, ne me violez pas, j’ai le sida !” (...) et j’ai prié pour que mon mari ne rentre pas ».

En vain. « Oki » est bientôt traîné à ses pieds, inanimé. Les coups pleuvent. Les braqueurs arrachent la clé du coffre et s’enfuient avec quelques milliers de rands.

Robert Turner mourra peu après à l’hôpital. « De la brutalité pure et simple », lâche sa femme. « Inutile ».

Chaque année, des dizaines de fermiers blancs sont tués dans une violence effroyable en Afrique du Sud. Faute de statistiques assez détaillées, ces crimes, leur ampleur et leurs causes sont prétextes à toutes les polémiques.

Porte-voix de la minorité blanche (9% de la population), l’ONG AfriForum en a fait un de ses combats favoris.

« Les fermiers vivent dans des régions isolées et l’Afrique du Sud est un pays très violent », concède son vice-président, Ernst Roets. « Mais ces attaques ont aussi une cause politique. Certains de nos dirigeants prêchent la haine contre les fermiers blancs et les accusent de tous les maux ».

Dans son collimateur, Julius Malema, le bouillant chef de la gauche radicale, qui exhorte à « reprendre la terre » aux Blancs. Ou même le président Jacob Zuma, qui a entonné en 2010 le chant révolutionnaire « Tirez sur le fermier, tuez le Boer ».

Comme le reste de l’économie sud-africaine, l’agriculture reste largement aux mains des descendants des colons. Les fermiers blancs détiennent 73% des terres, contre 85% à la fin de l’apartheid en 1994, selon une récente étude.

Lire l’article entier sur actu.orange.fr

 

Il y a deux ans, en octobre 2015, France 24 diffusait un reportage intitulé Fermiers en danger en Afrique du Sud :

Pour un nationalisme social mais non racial,
lire chez Kontre Kulture

 

Après le racisme anti-Noirs, le racisme anti-Blancs en Afrique du Sud,
voir sur E&R :

 






Alerter

61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1868816

    L’Afrique du Sud a tellement de problèmes de violence, et tellement de pauvreté, et tellement d’inégalités sociales, que le fait qu’il n’y ait pas encore eu d’implosion de leur pays est une vraie surprise. Honnêtement, je me demande comment les South Africains font : ils se détestent tous entre eux, ils se reprochent tellement de choses entre eux, ils se maltraitent et s’assassinent à tour de bras entre eux qu’il leur faudrait une "cure/retraite" nationale. Que peuvent faire ces victimes : comme toutes les victimes, commencer/continuer à prendre bien soin d’eux-même et réfléchir à comment exiger de leur autorités à résoudre le problème de manière satisfaisante pour eux tous. Après tout, les politiciens et leur conseillers sont très bien payés , donc ils devraient trouver de bonnes solutions.

     

    Répondre à ce message

  • #1868828

    Comment des Afrikaners peuvent-ils encore vivre dans le Limpopo ? Au recensement de 2011 , ils ne représentaient plus qu’un habitant sur quarante. Et au prochain (2021), il est probable qu’ils passeront sous la barre des 2%. Ils vivent donc dans la région la plus hostile qui soit, puisqu’elle est non seulement peuplée d’une écrasante majorité de Noirs et que ceux-ci ne souhaitent qu’une chose : les voir déguerpir (le Limpopo fait partie des trois régions avec le Gauteng et le Nord-Ouest où l’extrême-gauche anti-blanche dépasse les 10 %). Il y a un moment où les Afrikaners devront admettre que le Grand Trek, qui amena leurs ancêtres sur ces terres riches mais hostiles, fut une impasse. La seule solution pour survivre sur ce continent : la remigration au Sud du fleuve Orange. C’est ce que semblent avoir compris les habitants d’Orania, seuls Afrikaners à être lucides.

     

    Répondre à ce message

  • #1868852

    C’est ce qui arrivera en France dans quelque temps. Le génocide de l’homme blanc y est en gestation.

     

    Répondre à ce message

    • #1868953

      Absolument pas !
      Nous sommes en train de faire venir dans notre pays tout un tas de jeunes immigrants noirs dont la force de travail suffira à elle seule à redresser la France. Les uns travailleront aux champs à la place des paysans tandis que les autres se lanceront dans de grandes études pour l’avenir. Ainsi, nous autres, blancs et vieux, pourront encore couler de longs jours devant nos télés en compagnie de nos petits enfants...

       
    • #1869166

      @deNNoch

      On est surtout en train de rajouter un nombre impressionnant de bénéficiaires des allocations de la CAF... personnellement je ne vois pas comment des gens qui n’ont pas été capable de relever leurs propres pays seraient capables de relever le nôtre, d’autant plus qu’ils n’ont rien à faire chez nous.

      Par ailleurs pendant que les vieux blancs ont pratiqué l’hédonisme et n’ont pas fait d’enfants, les noirs ont en eu des dizaines et maintenant ils viennent s’installer massivement en Occident, en d’autre termes il s’agit quasiment d’une forme de colonisation de peuplement.

      Je ne crois pas que le blanc moyen en a quelques choses à faire des apports de ces populations si cela conduit à la situation où il serait perdant démographiquement.

      De plus je n’ai pas vraiment l’impression que les noirs ont réellement envie de participer au bien être des vieux blancs et encore moins de leurs petits enfants, ils ont surtout envie de favoriser le leurs et je doute qu’ils hésiteront à tenter de s’approcher ce qui nous appartient lorsqu’ils en auront l’occasion.

      Je pense surtout que vous devriez de croire au Père Noël dépassé un certain âge et que vous devriez vous intéressez un peu plus à ce qui se passe dans d’autres pays et évitez de répèter les fables d’Attali et consorts.

       
    • #1869192

      Aha-A !! Mort de rire !
      J’étais pourtant persuadé de l’évidente ironie de mon commentaire...

      Pour le reste, vous avez bel et bien tout dit, merci.

       
    • #1869320

      @deNNoch

      Excusez moi donc pour cette méprise, je n’étais pas sur si votre intervention était ironique ou si elle était sérieuse, votre post était probablement insuffisamment provocateur ce qui m’a conduit à m’interroger sur son objectif.

      En fait votre post était tellement crédible qu’on aurait pû penser qu’il était directement sorti de la bouche d’un journaliste...

       
    • #1869469

      Il n’y a pas de mal.
      Preuve, encore une fois, qu’il suffit de quelques phrases pour manipuler une opinion et la diriger...

       
    • #1869825

      Excusez moi donc pour cette méprise, je n’étais pas sur si votre intervention était ironique ou si elle était sérieuse, votre post était probablement insuffisamment provocateur ce qui m’a conduit à m’interroger sur son objectif.




      Insuffisement provocateur ? Il faudrait mettre une dose de cheval pour vous faire réagir ? Il y avait pour moi déjà l’overdose total..

      C’est bien pour ça que les analyses fines de Soral, Robin, Lucien Cerise vous aideront à améliorer votre compréhension des choses...

       
  • #1868981

    La semaine dernière je discutais avec un flic habitant dans le voisinage, qui m’a déclaré que des migrants arrivaient en toute discrétion et ce de nuit à Hennebont, petite commune à côté de Lorient.

    Avant hier une connaissance me raconte que récemment dans un diner entre amis, l’un d’eux flic de profession a déclaré qu’il y avait une recrudescence de viols à Lorient, et ce quotidiennement .... oui quotidiennement.
    Il a pas donné de chiffres ni de "pedigree des auteurs" mais ça semble impressionnant.

    Maintenant je dis pas qu’il y a corrélation entre les deux, mais je note....
    Et surtout j’ai hâte de recroiser le flic de mon quartier que je lui en parle, et rien qu’à sa réaction j’aurai la réponse.

     

    Répondre à ce message

  • #1869013
    Le 27 décembre 2017 à 23:21 par Créponné
    En Afrique du Sud, le fléau très politique des attaques de fermes (...)

    Hier l’Afrique du sud, demain la Fwance !

     

    Répondre à ce message

  • #1869102
    Le 28 décembre 2017 à 08:24 par Yves-Sans-Logement
    En Afrique du Sud, le fléau très politique des attaques de fermes (...)

    C’est marrant j’entends pas s’offusquer de ces meurtres Cédric Herrou, Zaz, ni Saez ,ni Jean-Jacques Bourdin, ni les GG, ni Yann Barthes, ni Joey Starr, ni Médecins du monde, ni la France insoumise, ni le NPA, ni les No Border, ni Amnesty International , ni Louis-Georges Tin, ni Bernard-Henri Lévy, ni l’Action antifasciste Paris-Banlieue, ni les Enfoirés
    Peut-être ne sont-ils pas z’ô courant ??
    Dommage un Omar Sy aurait pu faire une vidéo et un appel aux dons si ils le savaient , Jean-Jacques Goldmann aurait ecrit une magnifique chanson non ?
    On devrait leur dire ce qu’il se passe en Afrique du Sud
    Personne n’a leur numéro de portable par hasard ?

     

    Répondre à ce message

  • #1869248
    Le 28 décembre 2017 à 13:55 par SIOUXSIE AND THE BANSHEES
    En Afrique du Sud, le fléau très politique des attaques de fermes (...)

    Bravo et si bien dis, oui le racisme n’est point l’apanage des blancs : ok ! ils sont venus, ils ont eu ses terres : mais putain ! sans eux, l’Afrique du sud serait oublié, sous terre et mer.
    pardon de choquer, mais l’africain n’a aucune possibilité de soutenir son pays, il n’a pas la capacité de rendre plus riche son pays : malheureux a dire, mais il faut qu’il y ai des blancs pour élever un pays africain ou du sud : c’est une réalité,PAS DU RACISME.

     

    Répondre à ce message

  • #1869567
    Le 28 décembre 2017 à 23:19 par Philippot, vite !
    En Afrique du Sud, le fléau très politique des attaques de fermes (...)

    Ce sont des monstres !

     

    Répondre à ce message

  • #1870394
    Le 30 décembre 2017 à 15:08 par Jean de Luxembourg
    En Afrique du Sud, le fléau très politique des attaques de fermes (...)

    Au-delà de ces faits-divers spectaculairement sordides mis sur le devant de la scène pour empêcher toute compréhension historique de se qui se passe réellement et du pourquoi l’humanité devient de plus en plus inhumaine , il faut comprendre que les hommes qui vivaient sur leurs terres ancestrales sur la base d’une économie naturel on été dépossédés brutalement par le mouvement colonisateur du capital mut par sa recherche frénétique de nouveau débouchés nécessaire à la reproduction de son accumulation qui dans un premier temps a mis en marche ces colons fermier pour supplanter a l’économie naturel autochtones une économie marchande afin de préparer in-fine le terrain à l’exploitation purement capitaliste . Mouvement du capital partie d’Europe et qui s’empare de la terre entière privant ainsi tous les hommes de leurs moyens d’existences et les offrant pieds et mains liées aux capitalistes européens accessoirement blanc de peau . Mais au-delà de l’écume des choses , nous ne pouvons honnêtement pas dénoncer l’immigration des "noirs" chez "nous" sans dénoncer l’immigration des "blancs" chez "eux" au risque de sombrer dans la schizophrénie . Le prolo blanc européen au chômage sans moyen d’existence , utiliser comme colon par le capital pour aller détruire les économies des zones pre-capitaliste est le complément dialectique de l’indigène noir africain dépossédé utiliser comme migrant par le capital pour aller détruire la consciences historique des zones capitaliste avancée en pointe dans la lutte contre sa puissance alienatoire .
    Le capital a donc usé du côlon comme il use du migrant aujourd’hui mais tous ça ça reste la merde du capital et la seul critique à faire sur ces faits divers ces une critique radicale .

     

    Répondre à ce message

  • #1870424
    Le 30 décembre 2017 à 16:45 par Libertarien
    En Afrique du Sud, le fléau très politique des attaques de fermes (...)

    Bientôt la même chose en France.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents