Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Étienne Chouard chez Sputnik : "Soral est un résistant, c’est factuel"

Au sommaire :

- Les Gilets jaunes et leur avenir
- Les Gilets jaunes et leurs revendications
- La Suisse : un modèle de démocratie ?
- Le risque d’une tyrannie de la majorité
- Élection et vote
- Les Français, des « enfants » électeurs
- Que fait Étienne Chouard concrètement ?
- Chouard est-il subversif ?
- Chouard et les rouges-bruns

 

 

À ne pas manquer, sur E&R :

Résister avec Kontre Kulture !

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

97 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La proportionnelle c’est le RIC quotidien .

     

    • Délirant. Proportionnelle entre quoi ? Des partis politiques ? Ces machines à fric servant à gagner des élections et diviser les gens, et pas du tout à servir le bien commun ? Contenant donc des professionnels de la politique, vivant de ça, donc corruptibles et corrompus ? Et toutes les bonnes idées qui ne sont portées par aucun parti, parce que trop hors-jeu, par exemple de supprimer les partis, on va les discuter comment ? Tellement petit comme idée, tellement bas par rapport au niveau du débat tel qu’Étienne Chouard le porte.


    • 0/20
      Quand on élit quelqu’un qui vote à notre place, c’est là qu’on se fait enc...
      Il nous faut voter et ne pas déléguer ce pouvoir, plus jamais cela #devoirdemémoire !


    • La proportionnelle, c’est la version analogique du "tout ou rien" actuel. Au lieu d’un parti qui gagne pendant 5 ans et qui se démerde pour conserver une majorité, ça va être une cohabitation permanente.

      Bref, non seulement c’est déjà connu, mais en plus c’est VRAIMENT nul comparé à ce que propose un Chouard.

      Idéalement, il faudrait bien écouter ce qu’il dit avant de commenter...


  • La desobeissance civile (autoroute gratuite, etc) en attendant le ralliement des forces de l’ordre et de l’armée est plus productive que l’affrontement direct. Peut être même cela les poussera à se retourner enfin contre les parasites dont la puissance n’est que le fruit de notre inaction commune, peuple et force de l’ordre (qui sont du peuple évidemment). Et ce serait historique, tous les pauvres iraient faire tomber leurs gouvernants en conscience.


  • " Nous sommes dans un gouvernement représentatif " . Si les GJ manifestent c’est justement parce qu’ils sentent qu’ils ne sont pas représentés . Le problème c’est qu’ils ne comprennent pas pourquoi : parce que depuis 1958 le scrutin majoritaire à deux tours a remplacé les représentants du peuple français par les représentants du peuple d’Israël à l’Assemblée Nationale .

     

    • Exactement : si Chouard qui parle du non-entendement du Pouvoir s’intéressait enfin à la Question juive et sa psychologie, çà l’éclairerait sur beaucoup de choses !

      Il lui manque quelques kartouches ! (offrons-les lui ?!)

      En attendant, il bâtit sur du sable... lui et les GJ.
      Quand on écoute Drouet dire "ils nous laissent même pas manifester", on voit qu’il a rien compris à ceux qui sont en face.


    • La constitution de 58 a été faite pour et par De Gaulle qui je ne crois pas était philosémite


    • @Maxence
      @France GJ

      Aucun intérêt à évoquer ce sujet avec les réflexions de Chouard sur la démocratie directe (ou au moins constituante).

      La question ce n’est pas "qui sont les gens au pouvoir ?", mais plutôt "comment sont-ils arrivés là". Et on se doute bien que leurs idées, peu importe lesquelles, n’ont à peu près rien à voir avec la manifestation de la volonté profonde des français.

      Une fois posé ce problème, on se fout bien de savoir qu’ils mangent des croquettes à l’Elysée quand on a élu un clébard, c’est même plutôt normal non ?


    • @pol



      La question ce n’est pas "qui sont les gens au pouvoir ?", mais plutôt "comment sont-ils arrivés là".




      Les deux questions sont liées, et c’est en comprenant qui ils sont que l’on peut comprendre comment ils sont arrivés au pouvoir.


    • @Titus

      L’un reste une conséquence de l’autre. Notre impuissance politique (absence de démocratie) est la cause directe de la prise du pouvoir par le plus fort (quel qu’il soit).

      Est-ce qu’une emprise par l’Union soviétique aurait fait une différence ? Je ne crois pas (l’ayant vécu dans ma jeunesse).


    • @Pol

      Question de sémantique, dêmokratía n’a JAMAIS signifié le pouvoir, ni représentatif, ni législatif, ni constitutif, du peuple étendu à une nation et encore moins à un continent, jamais dans l’Histoire et nulle part sur le globe. C’est aussi simple que ça.

      Démos ça n’a toujours été que le citoyen, l’habitant généralement cosmopolite protégé par la police, donc riche, armé et supranational, et cela n’inclut évidemment pas les travailleurs et les bannis, tous soumis aux lois et dépourvus de droit, donc, la démocratie est bien effective et efficace, puisque la (vrai) majorité n’a toujours pas percuté en 3000ans.... et c’est le concept (on est en 2019) ! ;)


  • Et Alain Soral , ils le prennent de front les journalistes ? En tout cas ils nous auront appris que le rouge et le brun mélangés ça fait du jaune .
    Bientôt le type qui réclamera du pain sera taxé de fascisme et de complotisme , un peu comme pour une blague sur les juifs qui suffit pour être désigné comme antisémite .

     

    • @Ifuckcharlie

      Le simple fait d’évoquer la judaité de quelqu’un surtout si il a un rôle public majeur, au hasard ; BHL, Meyer Habib, Attali, Zemmour, Finki, glusksmann, goldanadel, levy, jacubowitz et j’en passe ; est en soi ANTISEMITE.

      Je plainds mes camarades et frères du quotidien ayant la même foi....


  • Quel travail et quel résultat, un immense merci à Etienne.


  • A la fin ,sa réflexion sur les journalistes et Asselinau est absolument remarquable


  • Étienne Chouard termine de démontrer qu’il est un honnête homme doté d’une sacrée paire de baloches.


  • "Soral est un résistant, c’est factuel"
    Oh punaise, Etienne t’es dans la merde !

     

    • On a plus rien à perdre.SORAL A RAISON.


    • C’est sûr que sortir cette phrase de son contexte, surtout qu’elle n’a strictement aucune importance (l’univers ne tourne pas autour de Soral), c’est pas lui rendre service.


    • Et il ajoute : Je ne suis pas proche d’Alain Soral du tout ...


    • @johndoe
      Moi non plus je ne suis pas proche de lui ! Et pourtant nous savons tous ici que c’est un résistant.
      Et si je balance çà lors d’un dîner en centre ville , il y a de forte chance que les personnes présentes qui ont (encore) comme référence Yves Calvi ou le petit journal en viennent à me traiter de facho, d’ultra droite, ou veuille me faire passer devant un peloton d’exécution (je vous rassure, je ne connais pas P. Tesson).
      Je continue de penser que E. Chouard pourrait se faire dézinguer encore plus après une telle déclaration, et, au travers de cela, l’idée qu’il porte et qui dérange nos pseudos élites politico-merdiatiques.


    • Mention cojones++ à Chouard. Un type à qui l’humilité le dispute à la grandeur d’âme.

      Je pense qu’il a eu raison :
      - il dit que Soral est un dissident politique, peu importe ce que Soral pense
      - il dit qu’il discute avec tout le monde, donc y compris avec Soral
      - on sait maintenant qu’il est pas du genre à retourner sa veste

      Bref, il n’a pas eu à revenir sur son passé (il est de facto clean), il n’aura pas besoin d’être prudent à l’avenir (du moment que ça concerne la démocratie), et les médias pourront toujours faire des montages ou sortir des phrases de leur contexte (ça y a rien qui change !).


    • Mais il n’oublie pas de préciser qu’il est d’extrême gauche... Apparemment, une posture pas vraiment risquée quoique historiquement (et actuellement) aussi destructrice.
      On pourrait d’ailleurs se poser la question du pourquoi... Ne serait-ce pas en rapport avec le lien existant entre l’extrême gauche et le judaïsme marxisant ?


  • Les représentants de la Nation sont là justement pour faire les lois et les voter au nom du peuple. Ce système de représentation fonctionne depuis la Constituante qui est l’émanation du "contrat social" de Rousseau qui a imaginé le principe de la "volonté générale" qui est la volonté du peuple traduite en lois, le peuple étant une entité théorique conçue à partir des représentations maçonniques du pays régénéré par la Raison et les droits de l’homme.Il faut lire à ce sujet "la machinerie révolutionnaire" d’Augustin Cochin : "Il n’y a qu’une seule Société vraiment sociale et légale ; la Société contractuelle parfaite, où le lien légal est tout. (Plus de droit privé — le mur entre les deux droits renversé -— le droit public envahissant tout le domaine des rapports entre les hommes.)".
    Durant les premières années de la Constituante puis de la Convention, les débats à l’Assemblé se déroulaient sous le contrôle du peuple qui sifflait les contrevenants à la "volonté générale" qui risquaient leur tête si leurs propos étaient jugés contre révolutionnaires. Naturellement les sans-culottes étaient manipulés par les franges les plus extrêmes de la représentation nationale, notamment par les Jacobins et les Montagnards partisans d’une régénération complète du peuple français chargé d’édifier la République universelle sur les ruines des monarchies européennes. Les sociétés secrètes ont joué un rôle majeur dans l’édification de la République en créant un maillage étroit du territoire, qui permettaient de manipuler les masses à leur guise par un savant système de terreur permanente, dont les systèmes de contrôle bolcheviques se sont inspirés par la suite avec la création de polices et commissaires.politiques. Autant dire que le système de représentation nationale a été une fiction dès le départ, comme l’avait justement dénoncé Louis XVI dans son testament politique. Actuellement ce sont les comités d’experts qui conçoivent les lois qui sont ensuite votées et ratifiées par les parlements nationaux suivant les orientations impulsées par les organisations transnationales, notamment me conseil de l’Europe, qui délibèrent à huis clos sans que le public ne soit jamais informé de leurs travaux. https://www.coe.int/fr/web/portal/h...


  • C’est bien joli, le RIC. Mais il faut que chacun comprenne qu’avant de le promulguer, il faut :

    - Dégager Macron (c’est lui qui promulgue ou pas)
    - Sortir de l’UE par l’article 50 (sinon, la Cour européenne déclarera le RIC irrecevable)

    Toute autre construction intellectuelle est vouée à l’échec !

     

    • eh ballot, comment tu vires Macron légalement ? comment tu sors de l’Europe légalement ? pour çà t’as besoin d’un outil : le RIP. sans l’outil, tu resteras sur tes ronds points jusqu’à la saint glinglin.
      d’ailleurs virer Macron est totalement secondaire, l’intérêt est de le neutraliser comme TOUS les politiciens, les rendre inoffensifs, et au mieux en faire des serviteurs au lieu de nos maîtres car peut être que parmi eux se cachent des gens qui pourraient être compétents pour le bien du peuple (le pardon a bien des avantages)


    • Et en quoi la cours européénne nous interesse t elle ?????


    • @paramesh
      Faire d’un petit banquier hors-sol haineux de la France un "serviteur" de celle-ci... Très fort. Vous nous donnerez la recette magique !
      On ne discute pas avec les traîtres et les corrompus, on les chasse.


    • @eh ballot
      pour dégager un président, il y a plusieurs méthodes dont la procédure de destitution art. 68 de la Constitution. Et si cela ne fonctionne pas, il y a la démission voire le Coup d’Etat. Mais la liste ne s’arrête pas là...
      D’expérience, lorsque une superstructure n’est plus opérationnelle, il faut la refondre de bout en bout. Pas de demi-mesure et pas de pardon.


    • @Bombyl

      Dans un premier temps on en fait un serviteur du peuple, et s’il ne sert que ses propres intérêts (de banquier hors-sol) alors dans un second temps on le chasse.

      Qu’est ce qui est le plus important ? De se soulever pour virer le clodo qui squatte l’Elysée ou d’avoir les clés de la porte d’entrée ?


  • Sur la peine de mort, commentaire de moi-même, sur un autre site :

    "Sur ce sujet, je viens culturellement des idées de la franc-maçonnerie. J’ai changé d’avis. Le principe de la peine de mort ne me choque plus.
    Le moment où je passe de « la peine de mort ne doit pas exister, au nom des droits de l’homme, et ce n’est pas négociable » à « rétablissement de la peine de mort ? je ne suis plus contre », c’est l’épisode répugnant des gangs de Pakistanais qui, au Royaume-Uni, exploitaient, violaient et torturaient des gamines anglaises fragiles, et bien blanches, il faut le dire, qu’ils allaient chercher à la sortie de leur orphelinat ou qu’ils repéraient tout simplement dans la rue. Je passe sur les détails, tous plus dégueulasses les uns que les autres. Des années et des années de martyre pour ces gamines. La police ? Au courant ! Ils savaient ! Mais ils ne voulaient pas prendre le risque de passer pour racistes ! C’était ça l’important, dans ces affaires sordides au delà de toute mesure ! Ne pas risquer de passer pour raciste dans un pays où règnent en maîtres les sacro-saints « droits de l’homme » ! Le « Bien absolu » des « droits de l’homme » avait fait son oeuvre civilisatrice ! Quel progrès ! Putain...
    Non merci ! Je veux pouvoir me regarder dans une glace. Ne serait-ce que quand je me rase. Là, je suis passé de l’autre côté. Du côté des « barbares ». Du côté des « beaufs ». L’idéologie du « progrès » était trop insupportable pour moi.
    Maintenant je suis apte à remettre en cause les valeurs « non négociables au nom des droit de l’homme » que nos élites ( Ho ! T’es un salaud de complotiste ? Et comment ! ) appellent « le Bien ». Par exemple, pour reprendre le sujet de la peine de mort, la perspective d’avoir à financer le maintien en vie de salopards en prison à nos frais jusqu’à ce qu’ils meurent de leur belle mort, je n’appelle pas ça le bien. Non. Si on me demande mon avis aujourd’hui, je pense même que c’est le mal."

    Donc, là-dessus encore, le point de vue de Chouard ( "je suis contre mais je considère que je peux me tromper" ) me semble extrêmement respectable.

     

    • Hé bien moi, je considère que la peine de mort est une condamnation bien trop clémente.
      Je suis donc contre la peine de mort, même pour les pires salopards.
      En revanche, je suis pour qu’on les fassent bosser toute la journée, qu’ils reversent leur salaire à la famille de la victime, et qu’ils dorment dans un cachot pourri, sans aucun confort du tout, nourris au pain sec et à l’eau, histoire qu’ils en chient un maximum et qu’ils crèvent à petit feu.


  • Un sommaire plus détaillé, en tenant compte des sous-sections, j’ai fait au mieux, s’il y a des manques, n’hésitez pas à compléter. Mon opinion personnelle, c’est qu’il m’a été d’une grande aide pour comprendre la politique et la monnaie depuis dix ans. Il est sincère et a beaucoup apporté par ses connaissances. Un peu sensible et fragile, il a l’air de presque s’énerver parfois. Mais sinon, c’est une personne très importante par le travail d’éducation qu’il effectue sur ses domaines de compétences.

    Et surtout... c’est le roi de la punchline !

    - 00:20 Les Gilets jaunes et leur avenir

    - 08:25 Les Gilets jaunes et leurs revendications

    - 17:10 La Suisse : un modèle de démocratie ?

    - 20:20 Le risque d’une tyrannie de la majorité
    - 24:17 « La super question »
    - 29:45 Les élus se trompent tout le temps : un exemple
    - 30:55 Chiffons rouges, souveraineté populaire
    - 32:33 La possibilité de nouveaux référendums
    - 34:10 La ’punchline’ sur l’Utopie
    - 35:05 Les oligarques ne se laisseront pas faire
    - 35:55 Nous voulons instituer nous-mêmes notre propre puissance politique
    - 37:00 Le ’demos’ n’a aucun ’cratos’

    - 41:10 Élection et vote
    - 41:30 « Élire, c’est renoncer à voter »
    - 42:40 « Vous ne pouvez pas penser à l’endroit avec des mots à l’envers »
    - 43:30 200 ans d’achat de la politique
    - 44:30 Les élections donnent le pouvoir aux riches

    - 45:00 Les Français, des « enfants » électeurs
    - « La Ve république... complètement oligarchique, aristocratique, totalement anti-démocratique ».
    - 47:00 « C’est une construction politique oppressive, la dette publique »

    - 48:00 Que fait Étienne Chouard concrètement ?

    - 48:40 Chouard est-il subversif ?
    - 49:10 « Il n’y a plus de tyrannie possible dans un peuple qui est devenu constituant ».
    - 49:30 « Soral est un résistant...
    - 50:30 ...c’est factuel ! »

    - 51:00 Chouard et les rouges-bruns

    - 54:15 Dernière question : Que pensez-vous d’Asselineau ?
    « C’est en France que les journaux peuvent dire de moi que je suis fasciste, ce qui est une extravagance, et ne me laisse pas une seconde pour me défendre. »

     

  • "Soral est un résistant, c’est factuel". Traduction en novlangue, Chouard veut le retour de Auschwitz.
    Attention danger : Chouard touche la partie la moins con des gauchistes.


  • La référence à la Suisse est un argument d’une grande force. Il faudrait que les GJ l’utilisent à fond.
    Par exemple, à la question "Quel mécanisme de déclenchement du RIC ?", répondons "Comme en Suisse", même si certains pensent qu’on pourrait imaginer mieux, car on peut toujours imaginer mieux...
    L’intérêt de cette référence permanente à la démocratie suisse : paralyser toute opposition du type "C’est infaisable".

     

    • Sauf que même avec un référendum, les.medias, partis politiques et autres lobbys font des campagnes avec consignes de votes et que les moutons restent des moutons...voila comment drs initiative comme une semaine de vacances obligatoire supplémentaire ou le revenu minimum universel ont été rejetés en Suisse...donc pas de miracle...seul l élection par tirage au sort peut amener qqch...le reste c est pareil...


  • Le ric. Je veux bien.
    Mais qui parle à Poutine à Trump.
    Pas de direct avec eux. Et les secrets defense.
    Chouard j’adore. Mais il ne pense pas diplomatie. Trop local dans sa réflexion. Posé lui des questions sur la personne qui représentera le peuple à haut niveau. Merci.

     

    • #2115225

      Pour cela, pour le domaine purement régalien, il faut restaurer la monarchie...
      Le RIC, c’est la démocratie à la base, la prise de décision horizontale pour ce qui concerne directement la vie et le quotidien des citoyens. Mais évidemment, pour protéger cet écosystème autogéré, la monarchie est nécessaire pour assurer le domaine purement régalien de l’Etat : affaires étrangères, défense, police, justice... Pourquoi la monarchie ? D’abord pour renouer avec la grande Histoire de France ; ensuite, parce seule l’hérédité de la fonction peut assurer son indépendance véritable au service du pays et du peuple...
      De plus, cela correspond parfaitement à l’esprit ER, qui est la synthèse entre-autres de Proudhon, Marx et Maurras... Autrement dit progressisme économique et social, et contre-révolution spirituelle, politique et culturelle...


  • Oui mais Etienne, j’taime bien. Mais si les gens veulent la peine de mort, ils veulent la peine de mort. C’est marre.

     

    • Et donc ? C’est exactement ce qu’il dit...

      Il "pense" que les gens voteront contre, puisque dans la plupart des pays où il y a eu un referendum sur la question les gens ont voté contre. Mais si les gens vote pour (en toute connaissance de cause, cad avec une information contradictoire exhaustive sur le sujet), alors le peuple aura raison.

      Du point de vue du respect de la loi, c’est très socratique.


    • Puisqu’apparemment tu n’as pas bien écouté, je t’invite à reprendre la vidéo à 32:22.


    • @Bertrand

      Et j’ai bien réécouté l’extrait. A part nous dire qu’il est persuadé que les gens voteront contre, et qu’ils devraient voter contre pour des raisons objectives (il est de gauche), et qu’eventuellement si les gens se trompent un nouveau référendum pourrait être proposé, je ne vois pas ce qui pose problème.

      Ça sera toujours la majorité qui votera, eventuellement se trompera, éventuellement re-votera, etc... C’est l’idée que la majorité puisse changer d’avis qui t’effraie ?


    • Mais réfléchis 2 secondes. Tu vas pas organiser un référendum sur la peine de mort tout les six mois. Un type est condamné à mort six mois après on abolit. On fait comment !? C’est pas une AG étudiante. T’as voté une loi t’assumes.
      Et l’nucleaire ? On construit de nouvelles centrales, six mois après on démantelle ?
      Arrêtez d’vous branler sur Chouard c’est juste un petit prof d’éco avec de bonnes idées. C’est déjà ça.


  • Très bien. À ceci près, et ce n’est malheureusement pas un détail, que Monsieur Chouard est encore agrippé aux oripeaux de l’opposition droite (en demande d’autorité)-gauche (anticapitaliste-anarchiste) et tend du coup le bâton pour se faire battre dans les cinq dernières minutes, allant jusqu’à utiliser lui-même le terme d’extrême, ce qui est une erreur intrinsèque et du pain béni pour d’autres. Il y a des gens de tous bords confondus en demande et de démocratie et d’autorité in fine (ne serait-ce dans un premier temps que pour se réapproprier la première), et Chouard le sait très bien puisqu’en face ce ne sont pas les frères Jacques, lui qui ne peut ignorer le nombre de chefs d’état américains (entre autres et surtout) qui se sont fait assassiner ni pour quelles raisons (lire « La guerre des monnaies » et le chapitre qui y est consacré, un vrai massacre). J’ajoute que ce n’est pas ce qu’il appelle « l’extrême-droite » qu’il a précisément et prioritairement (si ce n’est pas exclusivement) sur le dos mais bien les petits copains de « Nuit debout », ces fascistes « antifascistes ». Il le sait d’autant mieux qu’il les a même côtoyés. Dernière chose : on appréciera les mots ânonnés du jeune journaliste, « rouge-brun » en mode « interrogatif » surlignés à l’écran au cas où l’on n’aurait pas compris. Ne manquaient plus que les caractères rouge sang dégoulinant façon giallo. Pathétique.


  • L’indécision de Chouard, sur la peine de mort n’apporte rien ! Aujourd’hui il n’y a que les victimes qui ont le droit de crever , ça c’est du réel et les coupables d’en haut et d’en bas sont protégés ?

     

    • Hahaha, EC dit qu’il est contre la peine de mort, et qu’il pourrait apporter ses arguments. Mais qu’après un débat non biaisé il accepterait bien évidemment une decision majoritaire n’allant pas dans son sens. Quitte à y revenir plus tard si les résultats ne sont pas satisfaisants, après une procédure équivalente... Seuls les dogmatiques y voient un problème !


    • @hahaha

      Très bien résumé. On s’en fout des opinions de Chouard. D’ailleurs il les distille principalement comme un gage aux gens de gauche, car ils sont terrorisés par la démocratie (et la conséquence que peut-être la majorité serait de droite et validerait la peine de mort, pour ne citer que cet exemple...)


  • Il est bien gentil de répondre à ce type. Sinon il y aurait tant à dire, il faut partir des sciences EXACTES, pas du droit, de l’opinion publique, des merdias subventionnés etc
    Le capitalisme, affublé du masque du "libéralisme" (où les naïfs entendent liberté) est un système INEFFICACE et dépassé, au regard des progrès techniques, de la fin de la planète par la surpopulation. Il y a urgence de mettre fin au culte de la marchandise et à son immonde ploutocratie. Mais pour ça il faudra une lutte armée.

     

    • D’où la magnifique vidéo Chouard / Cousin, dans laquelle Cousin démontre à Chouard que la démocratie est une imposture par essence.
      Et que donc le RIC n’est qu’un moyen de prolonger l’imposture.
      Mais Chouard fait la sourde oreille car "sauver la démocratie ", c’est toute sa vie.
      Comme Asselineau d’ailleurs.
      Ce sont des personnes très honnêtes, mais qui n’ont pas compris la nature du capitalisme.

      A bas le capitalisme !
      À bas la démocratie !


    • Le libéralisme est une blague vu que toutes les grandes banques ont été sauvées par les états en 2007.


  • J’ai hâte de voir les analyses d’Alain Soral sur Étienne Chouard, sur les Gilets Jaunes, sur l’alliance “rouges-bruns” (ou communistes-maurrassiens, dans la résistance). En espérant qu’il ne se laissera pas aller à ses mouvements d’humeur qui peuvent parfois le pousser à jeter le bébé avec l’eau du bain !

    Ce que dit Chouard de la diabolisation, des médiamensonges, de l’absence de débat de fond, etc. est exactement ce que dénonce Soral depuis longtemps.

    Égalité et réconciliation est un programme formidable, à même de rassembler très largement. Je pense que Chouard (et Asselineau et Bricmont et même Collon et Cerise et d’autres) pourrait parfaitement avaliser ces deux mots.

     

    • Dans un "Soral répond", répondant à la question "M.Soral, que feriez-vous si vous étiez Président de la République ?", il disait que sa première action serait de prendre Chouard comme 1er ministre afin qu’il mette en place le tirage au sort. Voila déja un indice :)


  • Ruffin en sueur comme dirait l’autre...
    Il va devoir se justifier d’avoir oser adresser la parole, par Chouard interposé, au grand méchant Soral.
    La LFI a pas fini de se pencher pour échapper au wacisme.


  • Les arguments pour la peine de mort :

    -1/ Le criminel en infligeant une peine définitive injuste (la mort) doit la réparer par une peine définitive juste : la mort
    -2/ La peine de mort n’a pas l’ambition de dissuader les criminels futurs. Ce serait absurde puisqu’au jour de son application , le criminel futur pour être futur n’étant pas encore criminel ne peut pas être dissuadé d’un acte qu’il n’envisage même pas.
    -3/ La peine de mort a pour fonction sociale par la peine juste de recoudre le tissus social que le criminel par son acte a déchiré.En effet, un crime impuni ou improprement puni discrédite et ruine le contrat social. De ce point de vue, la peine de mort ne punit pas seulement le criminel, elle dit au corps social que la société mérite la confiance dont le corps social l’a investie parce qu’elle punit le mal et donc récompense le bien.
    -4/ La peine de mort n’est pas seulement juste quand elle punit la mort injuste ; elle est en plus de cela la vengeance juste du corps social qui par la mort du condamné vide sa colère contre l’agression injuste dont elle a été victime. C’est pour cela qu’elle a été longtemps publique : pour permettre au corps social agressé de vider sa colère par la publicité de la peine.
    -5/ La peine de mort comme outil de retour à la paix sociale est une dimension essentielle de la peine : il fallait que la peine fût non seulement publique mais spectaculaire voire cruelle, non pour sur punir le condamné, mais parce que la cruauté ou le spectacle de la peine était utilisé comme l’outil le plus certain du retour à la quiétude publique que l’horreur du crime avait brisée.
    -6/ Ainsi la société a toujours dit que la peine de mort était plus que juste nécessaire.
    Elle est juste car le crime définitif appelle la peine définitive.
    Elle est nécessaire car la cohésion du corps social a besoin de la peine de mort juste.
    -7/ Ainsi, dès lors que la peine est juste elle est évidemment nécessaire.
    Mais encore nous saurons qu’elle est juste aussitôt qu’elle nous apparaitra nécessaire et aussitôt nécessaire dès lors qu’elle apaise le corps social.
    -8/ la seule chose qui serait injuste et inutile ce serait de punir d’une peine définitive un crime non définitif. Par exemple, punir de mort le viol ou la séquestration. Pour le viol, je propose la castration à vif.(Ce sera TRES dissuasif)
    - 9/ Le viol d’enfant et l’attentat à la pudeur sur mineur sont assimilés au meurtre car ils "tuent" l’enfance.

     

    • Ouauuuuuhhhh et quid des circonstances attenuantes ???

      Ex tout bête :
      Un salopard tue mon enfant et je le tue (le salopard) à son tour...
      En suivant votre raisonnement je suis moi aussi un criminel donc ouste vous me coupez la tête vite fait, bien fait ????

      Le débat concernant la peine de mort est extrêmement complexe !!!!


    • @Francois Desvignes :

      Je ne suis pas d’accord avec vous sur la peine de mort et partage donc plutôt la position d’Étienne Chouard. Je vais donc essayer de répondre à vos neuf points (dont certains sont pertinents et donnent à réfléchir) :

      -1/ À part, le dernier mot, on ne peut qu’être d’accord : répondre à une peine injuste par une peine juste, c’est le principe même de la justice. Mais pourquoi cette peine juste serait-elle identique à la peine injuste, comme si cela allait de soi ?

      -2/ C’est très ennuyeux parce que l’une des fonctions (peut-être la plus importante) de la justice, c’est d’empêcher (ou limiter le plus possible) la perpétration du crime. C’est pourquoi, sur ces sujets, je trouve qu’on passe un peu trop sous silence le travail de prévention et d’éducation. Certes, cela fait moins “mâle alpha” que la décapitation, mais ce serait tout simplement plus efficace.

      -3/ Même chose que le point 1. Une peine juste n’est pas forcément l’imitation du geste criminel. Le contrat social a effectivement besoin de réponses judiciaires, pas forcément de sang.

      -4/ La vengeance est l’exacte antithèse du concept de justice. En tant qu’individu, j’aurais bien sûr le désir de me venger de qui m’a fait du tort (à moi ou à mes proches), mais la justice intervient précisément pour contrecarrer cette pulsion et apporter une réponse mesurée, collective et dépassionnée. C’est frustrant pour la victime mais la justice n’a pas pour vocation de répondre aux désirs violents (et légitimes !) des victimes. Sinon on retourne à la vendetta infinie.

      -5/ Je ne comprends pas bien comment une escalade de la violence peut avoir un effet apaisant. Est-ce que vous justifiez la torture (« que la peine fût non seulement publique mais spectaculaire voire cruelle ») ? Jusqu’à quel point ? La charia peut-être ? les jeux du crique, cruels, publics et divertissants pour qui goûte ce genre de spectacles ?

      -6/ Vous reprenez les points 1 et 3.

      [à suivre]


    • [suite]

      -7/ Considérer comme nécessaire tout ce qui apaise le corps social (comment mesurez-vous cet apaisement, au-delà de votre plaisir personnel ?) ouvre la porte à toutes les pulsions : lyncher les étrangers (comme le faisait le Klu Klux Klan) est-il susceptible d’apaiser le corps social ? Pendre les riches aussi ? Et les pédés ? Couper la main des voleurs ? Castrer les violeurs au couteau de boucher ? (ah oui : c’est ce que vous préconisez au point 8 !)

      -8/ Ici, vous vous contredisez dans le même point : castrer à vif un violeur, ce n’est pas une peine définitive ?!?

      -9/ Alors là, on entre dans l’arbitraire le plus total ! Si tuer n’est pas seulement tuer physiquement mais aussi psychologiquement ou symboliquement, à peu près n’importe quel crime et délit est susceptible de mériter la peine de mort : le viol c’est tuer l’équilibre psychologique et une vie sexuelle épanouie ; le vol c’est tuer la propriété privée et la juste jouissance des fruits de son travail ; le harcèlement scolaire c’est tuer l’épanouissement d’un individu en construction ; insulter c’est tuer la dignité de quelqu’un ; donner une mauvaise note à un élève c’est tuer sa confiance en lui, rater un plat c’est tuer l’aspiration fondamentale et légitime à avoir un bon repas ...

      Le meurtre est un interdit universel, dans toutes les législations du monde et toutes les religions. Si l’on considère que la vie humaine est sacrée, un État ne peut pas lui-même tuer, fût-ce en réponse à un crime. C’est une question de cohérence.
      La vie en société, c’est essentiellement essayer de dépasser la soif de sang des individus qui la composent.


    • Quelques idées pour rendre la peine de mort caduque...

      Éduquer sans sanction... ni récompense ????
      Promouvoir l’autonomie, l’auto-discipline et l’ouverture d’esprit chez les enfants afin qu’ils deviennent des adultes responsables ???
      Savoir passer du conflit à la coopération ???
      Trouver les liens existants entre les états émotionnels violents et l’état du système digestif ???
      La compétition poussée à l’outrance pour toutes les raisons possibles ???
      L’individualisation issue du mode de vie ???

      Chercher les informations et expériences réalisées dans ces domaines, c’est possible et en plus c’est matériellement très facile, le plus dur va être de dépasser vos croyances et de devenir optimiste...


    • @link

      Je ne dis pas que ce sont mes arguments.

      Je dis que ce sont les arguments de la peine de mort et qu’à chaque fois qu’on a voulu lui retirer ses droits de cité elle est revient plus forte qu’avant dans la Cité.

      C’était pour répondre à Chouard et la doxa ambiante sur "l’injustice" de la peine capitale, peine absolue en face d’une responsabilité qui ne peut pas l’être.

      Or, vous voyez bien que la thèse de "la responsabilité absolue n’existant pas, la peine capitale qui est une peine absolue est forcément injuste" est un sophisme : si la justice c’est le juste prix.
      celui qui donne la mort,doit la recevoir en rétribution de son crime.

      Je savais que l’histoire de la castration à vif allait vous plaire : c’est en effet une peine définitive (en l’état de la science).

      Mais c’est une peine définitive "partielle" : elle n’est pas la mort.
      Le viol non plus : c’est un meurtre "partiel".

      Il est donc juste, dans notre exemple,qu’un meurtre partiel soit punie d’une mort partielle.

      Ce qui serait injuste dans la "peine" ce n’est pas l’ablation c’est "à vif".

      Mais là encore, si le viol a été fait à vif, la peine également.
      C’est une indemnisation que l’on doit à la victime et à la société.

      Ce qu’il faut souligner par ces exemples, c’est que ce qui est apparemment juste ne l’est pas forcément et ce qui est confortable à la conscience ne l’est jamais.

      La question n’est pas de savoir quels sont les droits du criminel mais avant lui quels sont les droits de ses deux victimes : la victime et la société.

      Et après seulement les siens, s’il reste un peu de place (il en reste toujours).

      Enfin et surtout, le maintien de la peine de mort n’est pas maintenu pour être prononcée en tous les cas quelles que soient les circonstances atténuantes : on parle de peine PASSIBLE.

      Pas de peine AUTOMATIQUEMENT prononcée.

      Vous pouvez imaginer un système où la peine de mort existe légalement mais en fait n’est jamais prononcée : c’était le cas belge avant l’abolition.

      Pourquoi maintenir une peine qui ne sera jamais appliquée ?
      Parce que son abolition est l’autorisation du crime.
      Comble de l’injustice.

      Et pour une autre raison : le rétablissement de la peine de mort est le seul cas d’exclusion automatique de l’UE
      Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?


    • @François Desvignes :

      Merci pour votre réponse.
      Notre divergence tient essentiellement à ceci :
      « Celui qui donne la mort doit la recevoir en rétribution de son crime ».
      C’est l’automaticité et l’évidence apparente de cette relation qui est questionnable.

      Je ne crois pas du tout que l’abolition de la peine de mort soit une « autorisation du crime » !
      Ce n’est quand même pas une dépénalisation du meurtre !
      En revanche, je serais d’accord pour dire que les peines réelles sont insatisfaisantes. La perpétuité réelle n’existe pas en France, le jeu des remises de peine fait que la moitié de la réclusion prononcée est effectivement effectuée. Mais ce serait un autre débat.

      Encore une fois, en tant qu’institution collective, la justice n’est pas la vengeance. C’est même ce basculement de l’une vers l’autre qui est un fondement de l’état de droit et de la démocratie.
      Culturellement, la punition automatique (“oeil pour oeil”), vient du monde juif, tandis que la délibération (discussion collective, prise en compte des circonstances, affaires de la cité gérées par les hommes et non Dieu(x)...) provient du monde grec (voir notamment L’Orestie d’Eschyle).
      De ce point de vue, je trouve votre idée de « peine passible » intéressante.

      Enfin, je n’avais pas envisagé le rétablissement de la peine de mort comme moyen de sortie de l’UE. La question se pose sur un autre plan, celui de la stratégie politique. Pourquoi pas ?...
      En tout cas, cela me semble plus intéressant que le goût du sang et de la vengeance que l’on sent trop souvent chez les tenants de la peine de mort.


  • Je note que, lorsqu’il est interrogé sur le cas Soral, Étienne Chouard se montre prudent : d’un côté, son honnêteté intellectuelle foncière lui commanderait de reconnaître qu’il y a des éléments intéressants dans les analyses de Soral (même s’il n’adhère pas à la totalité), mais d’un autre côté, il sait qu’il ne peut même pas dire cela sans donner des armes à l’ennemi. Il est déjà accusé de “contamination” par la classe politico-médiatique, s’il disait le fond de sa pensée (qui est nuancée), il serait définitivement dieudonnisé.
    Il est donc prudent et stratège, sans trahir et renier. C’est assez fin et il faut le saluer.

     

  • Je suis d’accord avec certaines des critiques qu’il fait sur le système en revanche pour moi il manque de 2 qualités importantes pour trouver une solution au problème.L’imagination et la modestie.
    Cet individu est un fakehumble.Il veut paraitre très humble mais il dit tout de même qu’il se hisse au dessus de tout ça,des différences pour proposer une idée tellement forte que personne n’ose s’y frotter.Une idée tellement subversive que tous les médias en parlent depuis des mois.

    Donc je le dis maintenant et je redirais en developpant plus tard.Personnellement je trouve son ric ne presentant aucun intérêt ainsi que son tirage au sort qui est ridicule.Les oligarches financiers rient comme des phoques quand ils en entendent parler.

    etienne Chouard est simplement un produit,sympathique instruit et intelligent, du système universitaire.Et il aura beau faire tous les efforts mentaux dont il sera capable,il ne résoudra jamais le problème car sa vie s’est construite autour de l’obeissance au système.Lui même ne mesure pas la puissance des verroux inconscients qui sont en place dans son esprit.

     

    • Et vous qui semblez avoir un esprit tres puissant, que faites vous pour la résistance ?
      il a le courage de s’exposer médiatiquement, seul et sans soutien face au rouleau compresseur de tes maîtres. "Sans peur et sans reproche" sauf ceux de votre petite et insignifiante personne.



    • Les oligarches financiers rient comme des phoques quand ils en entendent parler.




      Vous les connaissez ?



      Il veut paraitre très humble mais il dit tout de même qu’il se hisse au dessus de tout ça




      On le lui dit bien avant lui et il est invité pour cela ; Il ne l’aurait pas dit que vous l’auriez accusé de manque de sincérité



      une idée tellement forte que personne n’ose s’y frotter




      oui, personne au pouvoir n’ose s’y frotter



      Une idée tellement subversive que tous les médias en parlent depuis des mois




      oui ils en parlent : RIC= retour peine de mort = retour du fascisme =danger minorités



      et je redirais en developpant plus tard




      oui développez plus s’il vous plaît, que proposer vous pour limiter la corruptibilité des représentants ?



      il ne résoudra jamais le problème car sa vie s’est construite autour de l’obéissance au système




      Faire une conférence en comparant le vrai système économique et celui étudié à l’école n’est pas très obéissant. Quand au RIC on n’en parle même pas, c’est un vrai caillou dans leur chaussure.
      Une solution à tout ? non mais E Chouard serait un très bon élément dans la branche économie d’E&R, sinon on fera sans lui.
      A Soral n’a pas attendu les GJ pour dire que le tirage au sort et le RIC d’E Chouard étaient intéressants


    • L’idée, pour ne pas dire l’idéal, serait que vous lui (nous) fassiez part de toutes les clefs qui vous ont permis de faire sauter tous vos verrous inconscients, de sorte que nous y voyions plus clair à notre tour. En échange et partage nous vous filerons les nôtres qui permettent de faire toute la lumière sur l’intérêt de la démocratie et donc des éléments qui permettent de l’effleurer jusqu’à l’espoir de la toucher : dont le RIC, entre autres.
      Si vous saviez le nombre de thèses universitaires qui résolvent nombre de problèmes.
      Et si l’on savait le nombre plus délirant encore qui part à la benne de l’oubli tant il est de gonzes (hors des murs de l’université) de peu d’espoir qui se disent : "À quoi bon instruire, l’humanité, c’est d’un ridicule..."
      Fort heureusement qu’il reste quelques fous utopistes pour ouvrir la porte aux sages : auquel cas contraire, l’homo glandus serait encore à l’âge de la pierre ; à pratiquer les bars parallèles.


  • Sans vouloir sous estimer les avis des autres ,je pense que les gens se trompent de debat ici en nous expliquant que Chouard est ci ou ca ,qu’il n’est pas assez precis sur ci ou ca ou qu’il donne le baton pour se faire battre par le systeme. Non mais je reve ca fait que quelqu’un propose des solutions concretes pour sortir du carcan dans lequel nous sommes tous enfermé quelles que soient nos opinions aspirations politiques etc. Et Il y’a des gens qui trouvent le moyen de le critiquer en jouant aux grands intellectuels visionnaires. Le gars dit qu’il est ouvert a toutes forme de propositions,il n’impose rien du tout quand a l’initiative des citoyens sur tel ou tel sujet ou meme l’orientation qui en decoulerait apres un eventuel vote.Ce sont les memes qui disaient que des qu’on lui demanderait son avis sur Soral,il botterait en touche,ce qu’il n’a pas fait ,au contraire il l’a reiteré 3 fois de suite dans le meme phrase pour etre bien sur qu’on l’ait entendu. Non vous vous trompez de debat lui il l’a mis sur la place publique cette affaire du RIC c’est ca le sujet obtenir ce RIC et c’est entrain de faire du chemin. le reste c’est brasser de l’air Les ameliorations seront débattus en temps opportun.
    Pour l’instant,je suis d’avis que les pédants derriere les claviers devraient s’unir pour l’encourager en gardant leurs munitions pour en face et mieux semer l’idée autour d’eux au lieu de tirer a boulet rouge sur Chouard . Il a Chouard par sa subtilité devant les rares medias qui osent lui donner la parole démontre qu’il maitrise son sujet et ne tombe pas dans les pieges qui lui sont tendus. Nous sommes dans le meme bateaux les mecs et nous allons donc dans la meme direction. Je comprends pas cette propension qu’on les gens a toujours vouloir scier la branche sur laquelle ils sont assis.

     

    • Je souscris totalement à votre avis et note que le RIC est une étape majeure de notre émancipation de ce carcan qui coupe quiconque faisant partie d’un tout d’exercer sa propre responsabilité.
      Car lorsque l’on donne son avis sur des sujets cruciaux (maintes fois débattus ici même), on prend la responsabilité de l’erreur et donc plus personne ne peux prétendre ne plus assumer les conséquences de tel ou telle prise de décision, point.
      Instituer notre puissance permet d’assumer collectivement et de grandir ou comme le dirait Chouard de devenir des adultes politiques.
      Oui il y a bien des prisons mentales initiées par des instituts ayant étudiés pendant des décennies l’esprit humain, débouchant sur une science d’une efficacité redoutable que l’on nomme communément "ingénierie sociale".
      Si l’on ne sort pas de ce système alors même que l’on considère que cela est voué à l’échec on prend à mon sens la responsabilité de notre suicide collectif !


    • Décrire des faits, des mots, pointer l’erreur, plutôt que de donner des jugements de valeur nécessite de l’écoute, de la réflexion, puis de produire une contre-argumentation et, très important, d’avoir conscience des sentiments qui alimentent les débordements émotionnels.

      Je suis convaincu de l’inconscience de cet état de fait chez beaucoup de formules 1 du clavier qui génèrent les commentaires.

      De tout façon, toute idée novatrice qui va à l’encontre des "habitudes", des croyances profondément ancrées, des conditionnements, va avoir sa contrepartie en dissonance cognitive traduite par les débordements émotionnels.
      Étienne Chouard doit s’attendre à créer beaucoup d’émotions, à lui de ne pas se sentir attaqué par les réactions.


    • @ Pascal,je comprends tres bien ce que vous dites,je suis d’ailleurs totalement en phase avec,mais j’ajoute que le probleme n’est pas tant qu’Etienne Chouard soit en capacité ou non de flancher devant la critique. Mais plus le fait que par des tirs groupés tout a fait contre productifs venant de gens qui se trompent de cible parcequ’ils ne saisissent peut etre pas les enjeux ou alors qui font du sabotage délibéré pour atteindre un but precis parviennent a donner des angles d’attaques a l’oligarchie qui est aux aguets attendant la moindre erreur plus qu’on ne le pense.Etienne Chouard aujourd’hui comme qui dirait est la partie immergée de l’iceberg qu’est l’aspiration populaire a une souveraineté vraie. Quand je lis des journaleuses de canapés qui le traite de demi portion intellectuelle,j’en déduis que c’est lui qui est dans le bon. Encourageons cet monsieur ,donnons lui la force de se sentir fort pour consolider dans l’inconscient des vrais Francais l’imperatif d’etre souverain a travers LA revendication legitime qu’est le RIC.


  • Etienne Chouard est pour l’avortement mais contre la peine de mort...
    Il n’a pas tout compris là...

     

    • Le débat n’était pas sur telle ou telle loi, le thème du débat était comment récupère-t-on le pouvoir et comment pouvons nous l’exercer de la manière la plus démocratique.

      Les réponses qu’il donne sont limpides et argumentées, son avis sur la peine de mort n’a pas d’importance, mais l’avis réèl de la société importerait car il serait pris en compte en remettant en question cette loi.

      Qu’il ne soit pas 100% compatible ER n’infléchit pas ses idées et tant mieux car celles-ci ne passseraient pas la barre des médias, quand à ce qu’il pense d"AS qu’il le garde pour lui parce que cela ne serait pas à l’avantage de la cause.

      Certain commentateurs le dénonce comme un faux humble, peut être mais il reconnait qu’il n’avait pas à l’époque du référendum de 2005 toutes les billes en main et que depuis il a approfondi ses connaissances.

      Par contre, malheureusement il croit qu’en étant un maximum de gillets jaunes, les gouvernants seront obilgés de prendre en considération les demandes, là il rêve, il faudra beaucoup de sacrifiés, rien ne les empecheront de faire venir des troupes d’un autre pays européens puisque les status de l’union leurs permettent déja de pouvoir faire tirer sur la foule qu’ils appeleront sédisieuse et insurrectionnelle.


    • « Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. »


    • Peu importe @Ariane. Qu’il se trompe ou pas, que vous soyez d’accord ou pas, le fond de son propos est de dire que ce sujet d’importance parmi d’autres est justement d’une importance telle qu’il doit être soumis à référendum et qu’il en respecterait le résultat quand bien même ce résultat serait contraire à son opinion personnelle. N’est pas là le plus important ? Essayons de sortir des opinions personnelles, c’est ça le sujet. Je précise que je n’ai pas d’avis tranché sur cette épineuse question.


    • La souffrance n’est pas vécue de la même façon pour une âme fraîchement incarnée ou en cours de "chaussage" d’un foetus,qu’un incarné de longue date,pour qui la dualité est une réalité.
      Pierre Yves Rougeyon a raison,les vieilles familles bourgeoises qui sont contre l’avortement,était hier,les premiers à refourguer,à la moindre imperfection,leurs rejetons,à des familles pauvres (payés pour ça).
      Je serais pour la peine de mort si je ne connaissais pas les vertus du jeûne de 21 jours,transformer un loup en brebis est une réalité ?
      Pour les pédophiles en revanche ils faut les empaler à la vue de tous,pour faire de la prévention,car trop difficile à débusquer,et marquer les victimes car il sont de potentiels futures prédateurs.


    • Avortement, peine de mort... toujours les mêmes arguments bidons pour discréditer le RIC.
      Retrouvons d’abord notre souveraineté, on discutera plus tard des... détails.


  • Va falloir que Sputnik change de "journaliste" vu l’agacement, Ô combien compréhensible, de Mr Chouard !!! "Tu comprends pas ou quoi ??? Merde, Quand même !!! " ;)

     

  • je l’ai toujours dis et le redis encore, ce manichéisme droite/gauche est une connerie.
    pire encore, un piège à sons !


  • L’entretien de Chouard avec le journaliste rappelle l’allégorie de la caverne de Platon :
    expliquer aux prisonniers qu’il y a dehors un soleil,celui du Bien,qui donnera sens à leurs vies en les libérant du joug des geôlier,n’est tâche facile.Chouard s’en tire,globalement,bien.
    Ceci dit,procédons comme suit : on donnera quelques idées clés,telles qu’elles ressortent de l’entretien. Et après,on rappèlera quatre,ou cinq questions posées et les avis qui s’y rapportent.
    1)Pour les questions clés :
    - Élire c’est renoncer à voter et donc cela a débouché sur l’achat du politique par les riches.
    - On n’est pas citoyens mais des électeurs.
    - Dès qu’on parle du RIC,les médias des oligarques font sortir la question de la peine de mort. Le but est de présenter le peuple comme un ensemble d’individus grossiers et brutaux. Cela dit long sur le niveau moral des adversaires du peuple. Notons,et c’est fondamental, qu’il y a déjà des questions qui font déjà l’unanimité : Le frexit, la dette publique,la sortie de l’euro,de l’OTAN,la reddition des comptes.
    - Lorsque les GJ disent qu’ils refusent de faire de la politique,ils veulent dire qu’ils refusent de pratiquer la politique dans sa forme corrompue. ( À suivre )


  • Sacré Étienne, j’adore ce gars. Honnête jusqu’au bout.
    Quand je pense à Usul qui en avait fait un portrait assez intéressant et qui a rétropédaler juste après, quel con.


  • ( Suite et fin )
    2)Pour les questions et avis correspondants :
    >>Lorsque les GJ disent qu’ils refusent de faire de la politique,ils veulent dire qu’ils refusent de pratiquer la politique dans sa forme corrompue. de pratiquer la politique dans sa forme corrompue.
    >>Est-ce que les revendications des GJ ont une chance d’être
    entendues : si les manifs pacifiques de quelques centaines de milliers de citoyens,soutenues par des grèves générales.
    >>la revendication du RIC au pouvoir politique actuel n’a aucune chance d’aboutir,du moins dans l’esprit que lui veulent les GJ.Donc il faut revendiquer une constituante pour remplacer la constitution en vigueur par une nouvelle constitution,dont l’âme serait Le RIC. Une fois ce but atteint,le reste des revendications suivra plus facilement.
    >>la chambre des référendums statue sur l’éligibilité d’un projet de question à soumettre au référendum. A noter,selon le journaliste que la campagne d’information sur le sujet du référendum peut être compliquée. Chouard,pour réfuter cette prétendue difficulté,donne comme exemple l’euthanasie. Il aurait pu choisir,pour exemple pertinent,une de ces lois qui pénalisent gravement la liberté d’expression. Et souligner que si les lobbys gardent leur emprise sur le pays,le RIC, dans sa forme,comme dans sa substance,risque d’être un mort-né.
    >>Enfin,sur Soral,Chouard pouvait dire : je suis ami de Soral et alors ?
    Concluons par cette réflexion empruntée à Edmund Burke :
    Les Français ont l’oreille fine et savent distinguer le vrai du faux. On
    reconnaît les paroles dictées par la supercherie à leur accent. Leur langage les trahit. C’est le patois de la fraude,la phraséologie et le baragouin de l’hypocrisie. ( Fin )


  • L’exemple du nucléaire est très parlant : si on faisait un référendum populaire demain, 90% des gens seraient contre le nucléaire, or c’est ce qui fait que la France est encore un peu écoutée dans le monde, parce que c’est une puissance nucléaire.

     

    • Qu’est-ce qui te permet d’affirmer une chose pareille ? Il ne faut pas croire sur parole ce qu’en disent les médias et le instituts de sondage.
      Chaque référendum doit être précédé d’une période de plusieurs mois de débats instructifs. Lors du débat sur le référendum sur la constitution européenne avec l’émergence de Chouard, les Français ont changé d’avis et voté NON.


    • Chouard articule RIC et liberté des Médias.
      Les deux sont très importants.
      Et si le peuple était aussi con que vous le dites, il y aurait énormément de référendums pour valider le système actuel.
      Or il n’y en a plus depuis la claque de 2005.


    • Mouais... En tout cas, moi, je suis pour à défaut de mieux.
      Le nucléaire, c’est comme l’écologie, on est pour ou contre, mais il ne faut pas que cela change nos habitudes de confort...


    • "c’est ce qui fait que la France est encore un peu écoutée dans le monde, parce que c’est une puissance nucléaire."

      Egalement, c’est ce qui fait que la France craint les attentats terroristes ou des conflits avec les autres puissances militaires.

      Le nucléaire est à la fois une force mais aussi le talons d’Achille de la France.


  • Sur la notion de dictature de la démocratie chère à Francis Cousin, je trouve que Etienne Chouard, qui avait débattu avec ce dernier, y est venu petit à petit : "élire c’est renoncer à voter" est significatif de cette influence.


  • Même sur Sputnik France, nous écoutons des journalistes qui ne valent pas mieux que ceux du mainstream. Même niveau de bêtise même indigence, ils se pensent tellement supérieurs que ces gens sont pétris d’absolues niaiseries. Bref les écouter devient une torture. Ils ne savent pas écouter M. Chouard mais récitent leur merde et si ils peuvent placer le patronyme Soral dans une phrase, une émission pour faire le buzz, c’est tout ce qu’il en ressort en 1h d’émission. Je trouve qu’E. Chouard se bonifie avec le temps, il ne s’en laisse plus conter comme avant. Il faut savoir avancer sans eux de toute manière l’information circule de gré ou de force.


  • Soral et Chouard sont des résistants courageux ; néanmoins ils leurs restent à s’aligner sur la bonne cause :

    DE quel droit le pouvoir est il pouvoir ?.
    Acheter avec de l’argent (abstraction contre nature ) est-il légitime, JUSTE ?
    Il n’y a de maître que parce qu’il y a argent (commerce) !
    Sans commerce pas d’argent et donc pas de maître !
    " Puis, s’étant fait montrer la « monnaie du tribut », sur laquelle était l’effigie de César, il leur dit : « Rendez donc à César ce qui appartient à César (l’argent) et à Dieu ce qui appartient à Dieu (la gratuité) ».

     

    • Le rapport maître/esclave n’est pas uniquement lié à l’argent. Enfin, c’est vrai que le logiciel marxiste est assez réducteur sur ce sujet.
      Effectivement, quand nous serons tous des ilotes au service du peuple élu, il ne sera plus question d’argent... Le judaïsme pour les goys a de beaux jours devant lui.


    • La différence majeure entre l’antiquité et aujourd’hui, c’est que les grands penseurs savaient que le fric n’a absolument rien à voir là-dedans (tenants et aboutissants du pouvoir)... tu parles d’un "progrès", d’une "évolution" ! mdr


  • Mouai....Beaucoup d’entourloupe tout de meme. Il prend bien soin de répéter que Soral c’est l’extreme droite et lui c’est la démocratie.


Commentaires suivants