Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Face au risque de rejet, Macron refuse d’imposer des mesures trop contraignantes

C’est un article du Monde du 16 septembre 2020, payant, donc nous allons le résumer, avec la permission de monsieur Dreyfus, le grand patron de la Pravda française.

Emmanuel Macron a-t-il amorcé un virage dans sa stratégie de lutte contre le Covid-19 ? Vendredi 11 septembre, dans le huis clos du conseil de défense sanitaire, le chef de l’État a en tout cas adopté une attitude différente de celle du printemps : il s’est refusé à imposer des mesures contraignantes pour la population, malgré la recrudescence de l’épidémie. « On ne va pas faire payer à l’ensemble des Français le fait qu’on n’est pas bons sur les tests ! », a-t-il lancé. Si l’exécutif se vante d’avoir dépassé le million de tests par semaine, les délais d’attente pour les résultats, reconnaît-on au sommet de l’État, restent « trop longs ».

On dirait que Macron 1 pense à la réélection de Macron 2. Sans être des soutiens fervents du Président, force est d’admettre qu’en face de lui, il n’y a personne. Ses deux grands rivaux, Méluche et Marine, ont tout deux coulé pendant la covidation. Le leader de La France insoumise a envoyé un message désastreux à tous les révolutionnaires du pays – il y a encore de vrais insoumis à gauche – en acceptant de mettre le masque de la soumission lors de son université d’été.
De l’autre côté de la barrière politique, Marine Le Pen a démoli toute ambition présidentielle en défendant le vaccin obligatoire sur LCI. Ainsi, les deux prétendues extrêmes ne le sont plus, ce sont désormais deux partis pro-UE, pro-masque, on dirait une mutation foireuse des anciens PS et UMP, ces partis de gouvernement qui ont fini par mourir de trop se ressembler. On peut imaginer que LFI-RN se rejoindront un jour, mais pas sur un programme rouge-brun, avec autant de social que de national comme le prône E&R. Ce sera une sorte d’union nationale, mais sans grandes conséquences pour le pouvoir réel (la Banque).

En face de lui, le ministre de la Santé, Olivier Véran, et le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, venaient de plaider en faveur d’une fermeture des bars et des restaurants à Bordeaux et à Marseille, où l’évolution des contaminations est jugée « préoccupante ». Une proposition rejetée par le locataire de l’Élysée, soucieux de l’acceptabilité sociale de ces mesures, mais aussi d’en partager la responsabilité avec les élus locaux.
« Macron est convaincu qu’il faut laisser les gens vivre, tout en protégeant les personnes fragiles. Il a viré sa cuti », décrypte un familier de la Macronie. « La cohérence de la politique gouvernementale, elle est simple : elle s’appelle vivre avec le virus », a affirmé, pour sa part, le Premier ministre, Jean Castex, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, mardi 15 septembre.

« Vivre avec le virus », cela peut avoir deux sens : commencer à revivre normalement après une psychose qui sera étudiée par les sociologues et les politologues dans moins de 10 ans comme une monstrueuse arnaque oligarchique (Raoult parle déjà de règlement de comptes « sanglant »), ou vivre sous la menace permanente d’un virus manipulé par la même oligarchie, qui servirait de levier répressif, de bouton rouge contre une population socialement trop bouillonnante. Un bouton contre la fièvre populaire, quoi...

Aux yeux de beaucoup, les objectifs du pouvoir ne seraient pourtant pas si limpides. « La stratégie française n’est toujours pas clairement définie », a ainsi souligné l’ancien directeur général de la santé William Dab, dans Le Journal du dimanche : « Veut-on éradiquer l’épidémie ou simplement la contrôler ? Ne protéger que les personnes fragiles ou se concentrer sur les clusters ? »
Le gouvernement, répètent ministres et conseillers, n’a pas choisi d’appliquer la méthode suédoise, consistant à laisser circuler le virus et à restreindre au minimum la vie sociale pour atteindre une hypothétique immunité collective.

On se dit que la raison revient à ceux qui ont crié au loup pendant des mois, quitte à se déguiser eux-mêmes en loups, quand le loup avait objectivement disparu, pour faire peur aux Français, augmentant de manière directe ou indirecte le nombre de morts du Covid ou d’autre chose... Mais le paragraphe suivant nous ramène sur Terre :

Le ministère de la santé reconnaît naviguer à vue « face à une maladie très évolutive ». Pour se laisser la possibilité d’adapter le dispositif, le gouvernement a d’ailleurs décidé de rallonger de six mois l’état d’urgence sanitaire, qui devait prendre fin le 30 octobre. Un projet de loi prolongeant jusqu’au 31 mars la possibilité de restreindre rassemblements et déplacements devait être présenté, mercredi, en conseil des ministres.

Le pouvoir ne renonce pas à son épée de Damoclès sur le peuple, mais ne peut pas non plus détruire totalement l’économie car là, des émeutes dans les supermarchés sont à attendre. Si les Français n’ont plus de pain, on vivra une situation à l’argentine comme au début des années 2000, quand le FMI a voulu restructurer le pays de Diego Maradona.

La stratégie de Macron est donc moins violente que prévu, mais il ne lâche pas ses armes contre les Français, puisqu’il ne lui reste plus que ça :

Dans l’intervalle, Emmanuel Macron cherche à concilier la reprise de la vie économique et sociale, tout en contrôlant l’épidémie. « La question n’est pas binaire, ce n’est pas santé contre économie », plaide-t-on à l’Élysée, où l’on résume la stratégie autour de « quatre piliers » : prévention, protection des personnes sensibles, tests à grande échelle et adaptation des mesures à la réalité locale.

Macron n’a pas cédé au dingue de la psychose, Jean-François Delfraissy, l’homme à tête de malade qui gère la santé de 66 millions de Français. Ce fou dangereux était pour un reconfinement, des mesures dures, et il a tout fait pour mettre la pression sur l’exécutif, qui a fini par ne pas le suivre. Comment et pourquoi ce type est arrivé au sommet de la décision ou du moins du conseil sanitaire, c’est un mystère sur lequel on va travailler.

Cependant, nous savons que Macron est un sacré filou, et malheureusement, le Français de base n’imagine pas son niveau de cynisme : il est capable d’utiliser un Delfraissy pour le lâcher ensuite en plein vol, lui attribuant tous les délires et les débordements liberticides de la lutte anti-Covid, pour apparaître comme le sauveur. Et là, on peut craindre pour l’avenir de Delfraissy, s’il en a un. Macron est capable de le sacrifier en public, et Delfraissy est peut-être en train de sentir le coup de poignard : il est détesté par tous les gens intelligents et raisonnables qui ne comprennent pas pourquoi, pour une grippe saisonnière légèrement augmentée (en laboratoire, selon le Pr Montagnier), on a foutu une partie du pays en l’air.

Des comptes seront demandés, et le revirement de Macron ressemble à celui de Mitterrand en 1943 : sentant venir la défaite des Boches, il a tout simplement changé de camp. Il est possible que, pensant à sa réélection (mais se foutant des Français le reste du temps), Macron veuille désormais passer pour le sauveur de la nation. Mais il doit encore passer par-dessus la tendance dure, incarnée par le dernier venu Mathias Wargon, l’ultrasioniste qui se prend pour le nouveau président du Conseil scientifique, et qu’on voit et entend de plus en plus. Et on sait qui donne les ordres, qui ouvre les portes des plateaux, en télé.

« Je remarque une reprise en main [du ministère] de l’Intérieur par rapport à [celui de] la Santé. Ce n’est plus la Santé qui a la main, mais les préfets et les élus », a observé, mardi, sur France Inter, Mathias Wargon, chef des urgences de l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Effectivement, si les ordres préfectoraux obligent à mettre le masque en extérieur dans de nombreux départements, les flics ne s’agitent pas beaucoup pour verbaliser les Français qui les oublient... Déjà, Jean Castex, ex-monsieur Déconfinement, adopte un ton plus léger, on est moins dans la répression de ces salauds de Français qui, par leur insouciance, tuent d’autres Français en leur postillonnant dessus :

Au-delà de l’enjeu économique, le souci de l’acceptabilité sociale guide les choix impulsés par Emmanuel Macron. « Même si réduire la circulation du virus est une priorité, le Président veut à tout prix éviter une surenchère de restriction de libertés, qu’une partie de la population ne pourrait pas accepter », explique le député européen et ex-conseiller élyséen Stéphane Séjourné. « Je note toujours qu’il y a des antimasque, des antivaccins. Covid ou pas Covid, la France reste la France », a souligné, pour sa part, Jean Castex, mardi, à l’Assemblée nationale.

Conclusion de l’article, qui en dit long sur la peur de l’émeute au sommet :

« Après la période du confinement, l’opinion publique est fatiguée et inquiète, observe le directeur général adjoint de l’institut de sondage IFOP, Frédéric Dabi. Dans ce climat éruptif et insaisissable, le gouvernement veille à ce que la Cocotte-Minute n’explose pas. » En espérant que la pression de l’épidémie ne finisse pas par lui faire perdre le contrôle.

Merci au Monde de nous avoir laissés analyser cet article révélateur, qui montre une fois de plus qu’en haut lieu, deux tendances s’affrontent. Pour l’instant, c’est le Président qui tranche – apparemment – en faveur des Français. Mais pour combien de temps ? Les anti-masques et les anti-vaccins n’ont pas gagné, mais leur combat n’est pas vain, comme le soutient, de l’autre côté de l’Atlantique, Alexis Cossette. Nous sommes la cocotte-minute, à nous d’en prendre le contrôle.

La cocotte-minute française, sur E&R

 






Alerter

64 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2548440

    « Vivre avec le virus » ???
    Depuis que l’humanité est apparue sur terre, elle vit avec des virus.

    Comment des énarques peuvent ils ignorer cela ???

    Est ce que la seule chose que l’on apprendrait à l’ENA serait la soumission au politiquement correct de l’instant ?
    Est que la valeur dominante de l’ENA est celle qui promeut le fayotage avec les autorités en place ?
    Y aurait on bannit toutes formes de pensées rationnelles ?

     

    Répondre à ce message

    • #2548566

      Je vous invite à aller lire les meilleures copies 2019 de l’ENA de questions contemporaines et de questions sociales ; C’est tout juste édifiant. ce sont les cadres qui sont recrutés actuellement.
      La meilleure copie de questions contemporaines "Agir selon l’opinion" dans le contexte des gilets jaunes, est un autocrate autoritaire qui énonce des contre vérités historiques et qui pense que la démocratie peut être mise de côté si l’on veut atteindre un "objectif supérieur". Je n’invente rien c’est en ligne sur le site de l’ENA version remastérisée par Macron depuis les cessions 2018.
      Quant aux questions sociales : des recommandations en vue de modifier le code du travail à la mode uber. Voilà où nous en sommes ; Sans oublier le rapport hallucinant de la présidente du Jury à se taper le cul par terre de rire...Les présidents de jury depuis 2018 ne sont plus des énarques d’ailleurs...
      A oui j’oubliais la meilleure de culture générale copie 2018, de l’INET formant les cadres administratifs des collectivités territoriales. Tout absolument tout était annoncé sur le numérique, la fonction publique et la démocratie jusqu’au "choc" de civilisation absolument nécessaire pour la prise de conscience du changement de paradigme...
      Voilà les dingos du gouvernement planifient absolument tout y compris les recrutements des futurs psychopathes qui entreront au gouvernement.
      Il faudrait vraiment que le citoyen moyen y fourre son nez ...

       
  • #2548445
    Le 17 septembre à 11:33 par dégagez tous !
    Face au risque de rejet, Macron refuse d’imposer des mesures trop (...)

    Vivre avec lévyrus ? Non merci ça a trop duré !

     

    Répondre à ce message

  • Beau décryptage de la part de la rédaction E&R. Merci pour le travail, ça fait des années que je vais sur le site et c’est dingue comment l’équipe évolue en s’argumentant autour de la société.
    Les faits vont vite et vous suivez, entre le décryptage à la loupe des articles mainstream, de discours télévisés, le dégonflage de baudruche...etc le talent et la patte E&R est toujours là.
    Que tous ces jeunes continuent le travail de Soral...quand au grand maître s’il me lit, vivement son retour. Les épisodes SAPTR nous manquent sans cesse ; surtout sur le dernier où il n’a pas pu aller dans son studio de travail. Vivement la France libérée, le rêve de voir un jour Soral défiler dans les rues de Paris à la De Gaulle, sous les applaudissements des français, pourquoi pas ?

     

    Répondre à ce message

  • #2548478

    "malgré la recrudescence de l’épidémie." Totalement faux, c’est juste que les tests sont plus nombreux ,que donc les faux positifs sont plus nombreux,sans compter les positifs asymptotiques qui ne transmettent rien et sans oublier ceux qui croient à une grippe alors qu’il fait entre 25° et 30° ...
    C’est facile d’écrire des mensonges quand on est payé pour ça.

     

    Répondre à ce message

  • L’effet boomerang inattendu de la destruction de la foi chrétienne c’est la disparition de la notion même du pardon.

     

    Répondre à ce message

  • #2548500

    Du cinéma ! Il fera comme on lui dira (et la manœuvre, là, est peut-être même dictée).
    Tapez Bain & Compagnie confinement dans la recherche, ce ne sont pas les informations qui manquent à propos de « souveraineté dirigée » disons. ER en avait fait un article au début du merdier. Alors, même le spécialiste Castex, c’est juste un « » sur la commode.

     

    Répondre à ce message

  • #2548623

    Le croque mort de Prades a déclaré que la Covid-19 empêchait que l’on rétablisse la proportionnelle, pourtant une promesse de Macron . Le Crif va lui donner un bon point... Quant à Marine le Pen cette andouille semble avoir oublié d’exiger le rétablissement de ce mode de scrutin qui ferait passer sa représentation de 6 députés à 120 ! Une telle connerie dépasse l’homme .

     

    Répondre à ce message

  • #2548629

    Ce sont les préfets qui sont chargés de serrer la vis, Macron veut apparaître comme le "gentil". Tout ça est stratégique. Et 75 préfets ont été nommés par Macron... les autres étaient sans doute déjà macronistes !
    Sa seule préoccupation est de durer et d’être réélu.
    La position d’éventuels candidats sur le vaccin, et même les vaccins en général, est symbolique de leur allégeance au système. Mais tout candidat qui s’y risquerait doit se préparer à une attaque en règle... Bilan : tant que les Français seront accros au 20 heures, pas d’espoir !

     

    Répondre à ce message

  • #2548739

    Face au risque de rejet, Macron refuse d’imposer des mesures trop contraignantes




    Je suis désolé de vous dire que vous n’avez rien compris.
    Pourquoi Macron n’impose pas des mesures plus contraignantes ? Et bien simplement parce que c’est inutile pour l’instant !
    Et pourquoi ?
    Tout simplement parce que ce n’est pas le moment !
    Macron se fiche d’un éventuel rejet de la population, mais il se garde la possibilité de monter en pression, pour quand le vaccin sera prêt !
    Et pour l’instant il ne l’est pas .
    Arrêtez de croire que Macron est un imbécile, arrêtez de croire que Macron craint le peuple.
    Macron est un malfaisant, intelligent et cynique , et s’il lui fallait massacrer les français jusqu’au dernier, pour arriver à ses fins, il le ferait, car pour lui les idées valent plus que les individus !

     

    Répondre à ce message

  • #2549242

    Epidémie, personnes fragiles, clusters...
    Pffff

    Il est évident qu’ils jouent finement car ils ne sont pas surs des effets d’un reconfinement. Alors, ils prolongent l’état d’urgence pour nous mettre à feu doux.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents