Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Facebook dans la tourmente : le bide de Mark Zuckerberg devant les sénateurs

Une audition pour rien : c’est ce que beaucoup ont pensé, mardi [10 avril 2018], en écoutant Mark Zuckerberg témoigner devant le Sénat pendant près de cinq heures (il remet cela ce mercredi, devant une autre commission). On n’a rien appris de nouveau sur Facebook, aucune question n’a vraiment fait trébucher le PDG fondateur et le titre en Bourse a clôturé en hausse de 4,5%.

 

 

Fermez le ban ? Pas si vite. Les Américains ont la mémoire courte, mais il y a à peine quelques mois ils portaient encore au pinacle les géants de la high-tech comme Facebook, et « Zuck » était accueilli à Washington comme un chef d’État. D’ailleurs, ne le voyait-on pas déjà en président des États-Unis ? Terminé. Mardi, la quarantaine de sénateurs qui l’ont interrogé sont restés courtois mais aucun, ou presque, n’est tombé dans la déférence avec son « friend » de Facebook. Même chez les républicains, la contrition affichée par Zuckerberg – « c’est mon erreur et j’en suis désolé », a-t-il affirmé à propos du scandale Cambridge Analytica – a fait flop :

« Vous vous excusez depuis quatorze ans », a lancé le conservateur John Thune, sénateur du Dakota du Sud. Un autre a renchéri : « Les tournées d’excuses, on a déjà donné. »

Zuckerberg était bien préparé, il a répondu patiemment aux questions les plus basiques de sénateurs souvent largués par la technicité des sujets. Sa stratégie ? Tout d’abord, reconnaître ses manquements. « Nous avons fait beaucoup d’erreurs en gérant cette société », a-t-il reconnu. L’ancien slogan officieux (« foncer et tant pis pour la casse ») en est « en partie » la raison, a-t-il reconnu, « mais l’erreur plus importante que nous avons commise est de ne pas avoir eu une vue assez large de notre responsabilité ». Plus spécifiquement, a-t-il ajouté, « l’un de mes plus grands regrets, à la tête de la compagnie, est notre lenteur à avoir identifié les opérations d’information russes en 2016 », pendant la campagne électorale. Un mea-culpa a minima.

 

On ne le refera plus, promis

Deuxième temps, dans son argumentaire : promettre que cela ne se reproduira plus ! « Nous devons jouer un rôle plus positif », « et je m’engage à faire ce qu’il faut ». Il a précisé les mesures déjà annoncées, détaillant à six reprises le nombre de salariés qui seront affectés à la sécurité et au contenu du site à la fin de l’année (20.000). Et le mot « contrôle » est revenu à… plus de 50 reprises, pour insister sur le fait que les usagers sont aux commandes. Facebook dégage 4 milliards de dollars de profits grâce à l’exploitation de vos données, certes, mais :

« Ces données vous appartiennent, au sens où c’est vous qui choisissez de les poster là, vous pouvez les retirer quand vous voulez et vous contrôlez les conditions de leur utilisation », a-t-il dit.

L’argumentation n’a pas fait un tabac, c’est le moins que l’on puisse dire, auprès de sénateurs sceptiques. Les plus agressifs sont revenus sur le scandale Cambridge Analytica, demandant à Zuckerberg pourquoi sa société n’avait pas prévenu en 2015 les 87 millions d’Américains dont les données personnelles avaient été obtenues par Cambridge. « Quand Cambridge Analytica nous a dit qu’ils n’utilisaient pas les données et les avaient effacées, nous avons considéré l’affaire classée », a-t-il avoué. Une simple négligence, en sorte.

Lire l’article entier sur nouvelobs.com

 


 

 

L’intervention mordante du sénateur républicain de la Louisiane John Kennedy a marqué les esprits :

« Voilà ce que tout le monde a essayé de vous dire aujourd’hui – et je vous le dis gentiment. Vos conditions d’utilisation sont nulles. (…) Leur but est de masquer les vrais objectifs de Facebook. Ce n’est pas d’informer vos utilisateurs sur leurs droits. (…) Je vous suggère de rentrer à la maison et de les réécrire. Dites [à vos avocats] que vous les voulez écrites en anglais, pour que l’Américain moyen soit capable de les comprendre. Ce serait un bon début. »

[...]

Mark Zuckerberg a profité de cette audition pour tordre le cou à une rumeur persistante concernant Facebook. Le sénateur démocrate du Michigan Gary Peters l’a interrogé à ce sujet :

« J’ai entendu pas mal de gens qui sont venus me parler d’une expérience qu’ils ont eue, alors qu’ils avaient une conversation avec des amis – pas au téléphone, ils parlaient juste comme ça. Et ensuite ils ont vu des publicités apparaître assez rapidement sur leur Facebook. J’ai entendu des électeurs craindre que Facebook récupère les données audio de leurs mobiles pour faire de la publicité ciblée. »

Lire l’article entier sur lemonde.fr

 

Le journaliste du Monde explique ici les dangers de la collecte massive de données à partir de l’exemple de la société Cambridge Analytica. Cette dernière aurait permis d’influer sur l’élection de Donald Trump au profit des Russes. Une manip grotesque des services anglo-américains pour impliquer la Russie mais c’était pour montrer à quel point Facebook collaborait avec le pouvoir profond et à quel point les journalistes étaient alignés sur de fausses valeurs démocratiques...

 

Oligarchie, surveillance et contrôle,
à lire chez Kontre Kulture :

 

Facebook, surveillance, fichiers, commerce et délation,
voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Sur certaines photos, il rappelle Reinhard Heydrich [que je n’ai pas connu, j’ai un alibi...]

     

    • A la différence près que R.HEYDRICH était une pointure, en vrai.... ! Le Gauleiter de Bohème moravie n’avait pas ce regard apeuré de gamin d’école maternelle pris la main dans le pot de confiture . Le monde a vraiment changé , et je suis effrayé quand je vois les idoles qu’il se choisit .


  • On pourrait simplement interdire ce type d’entreprises transnationales incontrolables

    Laisser ce type d’entreprise gerer des bases de données mondiales est crétin et dangereux pour les sécurités nationales...et individuelles
    De toute manière elle ne sont viables qu’en vendant des infos personnelles
    et en s’implantant dans des paradis fiscaux


  • "Bien mal acquis.... etc.." retour de balancier sur la tronche...

     

  • Qui peut penser que c’est lui qui a créé Facebook ? Ce ne serait pas la CIA ? Lui étant l’homme de paille ?

     

    • Il est évident que de nos jours, pour devenir multi-milliardaire, il faut l’approbation du haut du paquet.


    • si vous souhaitez un avis :

      Tous les spécialistes en développement de langage et de réseaux vous répondront qu’il est impossible pour une jeune de 20 ans, isolé dans un studio de produire des millions de lignes de codes en quelques mois.

      C’est ce que j’appelle le mythe du garage américain, toutes les inventions que les américains ont lancé viendraient d’un garage ... et bien sachez que pour faire du high tech, il faut un labo high tech avec des connaissances high tech et que dans un garage fabriquer des micro-puces avec des transistors à l’aide d’un tourne-vis, cela n’existe pas. Que cela soit pour Microsoft ou FB, il y a bien eu des gros laboratoires derrières avec un paquet d’ingénieurs et de mathématiciens et de développeurs et des gros fonds de recherche.

      Et c’est pas avec une bécane d’il y a 20 ans qu’on pouvait créer FB tout seul. D’ailleurs en cours d’informatique, peut importe l’Université, l’un des premiers cours est l’histoire de Microsoft et d’IBM. Dans cette fable, il est toujours marrant de voir que la première année tout le monde y croit, et quand on passe les années, la fable laisse place à une réalité, tout ceci est militaire en partie ou en intégralité.


    • @jkeoi 23

      Je vais dans le meme sens.....C’est exactement pareil pour tout ce qui touche la drogue ...Il faut un labo et des spécialistes, on ne fait pas ça dans son sous sol....Les explosifs : ceux qui marchent et qui tuent sont fabriqués par des labos spécialisés , dans la cuisine on fabrique ceux avec lesquels on se fait exploser la tronche ....Les gazs et les armes bactériologiques , seuls des états sont en mesure de se livrer à ce genre d’activité .Moralité, derrière tout ça, il y a toujours l’état ou un service de l’état plus ou moins profond .


    • @jkeoi23

      Merci pour l’info


  • Timidité maladive, diagnostiqué Asperger, Zuckerberg ne peut pas être bon de partout.

    Pourtant il a été coaché en amont et pas qu’un peu, non pas pour gagner en éloquence, c’est impossible pour lui, mais pour commettre le moins d’erreurs possibles et sur ses réponses.

    Piètre orateur, ne maitrisant pas les codes du non verbal ni du langage corporel, on est très loin d’une défense éclatante à la Jaku ou d’une rhétorique au ciseau à la Coupat.

    Zuckerberg pourrait sauter afin de préserver Facebook, une hypothèse crédible quand on sait que les GAFA sont indispensables aux mondialistes, surtout pour continuer d’harceler Trump et continuer la propagande.


  • ça me fait tout doucement rigoler de voir une bande d’escrocs s’indigner alors qu’eux ne se gênent pas pour sonder la vie des habitants de la planète, quand donc vont ils auditionner les dirigeants successif de la nsa ?


  • Quel intérêt d’avoir fesses de bouc ?!
    Toutes vos données ne vous appartiennent pas et pas que sur FB et puis quoi chouette j’ai 30 millions d’amis VIRTUELS ! qui dès que le vent tourne tapent sur l’un puis l’autre au gré du mouvement collectif décérébré etc.... signe flagrant de leur mal être profond.
    C’est un faux procès d’intention qui est fait à Zuckerberg, tout ceci n’a rien de nouveau et d’édifiant.


  • Et si tous les dégoûtés des réseaux sociaux (quoique pas suffisamment pour s’en passer définitivement) s’entendaient pour ne se transmettre que DES FAUSSES INFORMATIONS entre eux ?

    Un beau sabotage en perspective, non ?
    Dans cette société soumise, anesthésiée, les vertus d’un bon vieux sabotage de derrière les fagots, semblent oubliées.

    Redécouvrons-les...


  • C’est une comédie ! Zuckerberg fait partie de la maison et Facebook est une courroie de transmission de big Brother alors ne vous attendez pas à des révélations. Ou plutôt ,si : il se peut que cette affaire se retourne contre Trump : le système pourrait en profiter pour deligitimer les élections de 2016, ou pire, truquer au grand jour les élections à mi mandat de cet été...


  • Je n’ai jamais adhéré à Facebook, et je n’y adhèrerais jamais .On ne peut balancer des donnés, des photos, et déballer toute sa vie privée en pâture .Le système Facebook peut être intéressant, mais dans le monde où nous vivons, c’est utopique et dangereux. Ce genre de communication à ses limites, elles ont été franchi et il ne peut y avoir d’explications ,car Mr Zuckerberg savait très bien ce qu’il faisait, mais l’appât du gain est plus fort que l’éthique .Facebook est un piège qui s’est refermé sur les utilisateurs .

     

  • Les gens ne sont ils pas incohérents et irresponsables ?

    Certains vitupèrent contre les lois liberticides Homeland Security (> Patriot Act), lois sur le Renseignement chez nous tout en se vautrant dans ces réseaux asociaux, virtualistes, formateurs des cerveaux au shopping du mondialisme, addictifs et orwelliens au possible.

    Le Big Data, couplé à l’I.A. volent à chaque instant un peu plus notre caractère propre d’être humain.

    Notre perception de la réalité est dénaturée considérablement, notre consentement est canalisé uniquement dans le sens des intérêts des Elites : la lessiveuse de marchandisation globale nous essore inexorablement et la zombification nous attend au tournant si ce type de société numérique et ses dérives abusives camisolisantes ne sont pas enrayées.

    Pour l’instant, Rockefeller dit la "Montagne de sucre" peut encore bien rigoler et peut-être même continuer de jouer les impétrants au poste Suprême officiel, aidé par son système diabolique, financé par les mêmes qui restent dans l’ombre de la matrice.

    Lui et son système ne semble pas être trop contrariés... avec The Donald qui adore Tweeter : et pour cause ! que ne doit-il pas à cet artifice ?

    Ne nous y trompons pas car avec tout cet emballement progressiste bien compris, au bout des tuyaux, qui contrôle qui ?

    Face de Baal, il faudra que tu tombes pour que les peuples reviennent au pays de la vie réelle, i.e. sur le plancher des vaches !


  • Je rappelle quand même que Facebook est au départ une arme pour un utilisateur.
    L’utilisateur ne devient une arme pour Facebook que si l’utilisateur le veut bien et/ou fait preuve de médiocrité...


  • J’ai suivi l’audition ou il n’a fait que noyer le poisson en déviant systématiquement du sens des questions et avec des arguments vides . Lui aussi a l’ air vide , sans expression , presque sans vie , l’âme prisonnière ailleurs .
    Une bonne question serait : A qui ne vendrait-il pas nos données ? Le potentiel d’usages frauduleux , d’escroqueries , de manipulations , de surveillances , de crimes et autres abus est énorme . Ca vaut son pesant d’or .


  • Tout ce cinéma n’est là que pour permettre un plus grand contrôle du net, accentuer la paranoïa anti-russe, combattre la haine et les "fake news".
    En gros, "pardon, on en n’en a pas fait assez". Ils sont en train d’essayer de nous glisser une quenelle de leur cru de la plus vicieuse façon qui soit. Comme c’est surprenant...

     

    • Totalement d’accord !

      Facebook c’est de la merde.
      ET ce procès c’est aussi de la merde.

      C’est ça qu’il faut bien comprendre... Il était jusque là accueilli comme un diplomate et à présent il est tout chamboulé par la justice... On y croit ! Facebook est un outil de la NSA. Zuckerberg est une marionette. C’est évident. Tout cela c’est du théâtre.


  • Le plus étonnant, c’est qu’il y a une quinzaine d’années, alors qu’en Belgique on pratiquait encore, ce qu’on appelait le "recensement" tous les cinq ans (je crois), des comités de défense s’étaient constitués, pour hurler à l’agression de la vie privée. Or, ces recensements ne recueillaient que des informations d’ordre général, comme le mode de chauffage des habitations, leur superficie, jardin ou pas. Rien de particulièrement alarmant.

    Pourtant on a abandonné l’opération sous les protestations générales. Ce sont sont sûrement les mêmes qui se sont précipités dans la gueule du "bouc" Allez comprendre le "facteur" humain...

     

  • Et dans quelques années tout les Américains (voire le monde entier !) seront contents de l’avoir comme président de l’univers, ou la sécurité régnera partout (même dans les chambres d’hôtels).
    Ceux qui seront pas contents ? Allez hop foutez moi tout ces punks dans la zone - 2 sous terre !


  • Il semble clair qu’entre la version et l’angle pris par ce "procès" a Facebook, et ce qu’il se passe en ce moment vis a vis de la Russie via l’affaire Syrienne en suspens, comme le revele les tweets pas si incohérents que ca de Donald, il y a actuellement la construction du dossier amenant a la destitution de Trump.

    D’un coté, sous couvert de défense des utilisateurs, on est en train de donner un base légitime bidon a l’ingérence russe dans les elections, faisant d’elle des elections illégitimes.

    De l’autre, Trump est poussé dans ces retranchements et si il ne fait rien contre la Syrie, i.e. contre la Russie, ca sera la preuve de son accouintance.

    Donc
    1/ Oui, il y a eu ingérence de la Russie

    2/ Trump est bien controlé par les Russes

    Conclusion : La Russie est un danger, et la destitution de Trump est indispensable pour se sortir de ce danger

    Conclusion subsidiaire : ce n’est pas de la faute a Hillary qu’elle a perdu, aucune remise en cause.

    D’ou le fait qu’actuellement, le comportement de Trump ne peut s’analyser correctement que sous le prisme suivant : comment me sortir de ce piège, ce qui implique de demontrer qu’il réagit bien contre la Russie, sans faire ce qu’il a dit qu’il ne ferait pas, a savoir continuer les guerres, ce qui lui couterait très cher aux prochaines élections de mi mandat. Et ce qui la encore, l’amenerait à une destitution certaine avec une majorité écrasante contre lui suite a une defaite lors de ces elections.

    La quadrature du cercle pour Trump actuellement, dont la seule marge de manoeuvre est d’arriver a faire comprendre tout ca aux russes, via des tweets qu’il faut comprendre comme codés.

     

  • « J’ai entendu pas mal de gens qui sont venus me parler d’une expérience qu’ils ont eue, alors qu’ils avaient une conversation avec des amis – pas au téléphone, ils parlaient juste comme ça. Et ensuite ils ont vu des publicités apparaître assez rapidement sur leur Facebook. J’ai entendu des électeurs craindre que Facebook récupère les données audio de leurs mobiles pour faire de la publicité ciblée. »

    Moi je n’ai jamais eu de Visage livre (FB), mais j’ai déjà été confronté à cela. Des vidéos publicitaires apparaissent sur You Tube (ou autre, pas seulement des vidéos) sur des sujets dont j’ai uniquement causé en conversation normale. Je pense que nos tel sont des mouchards actifs même quand on ne s’en préoccupe pas. Quelqu’un ici a-t-il eu ce genre d’expérience ? Alors imaginons ce que cela donne dans une réunion, par exemple... qui écoute, à quelle fréquence ??

     

    • Un jour alors que j’étais en pleine conversation téléphonique en utilisant un micro-casque, l’écran de mon téléphone qui était en veille a affiché une petite boite de dialogue blanche avec le commentaire "en écoute" avec trois petits points clignotants similaires à ce que nos écrans d’ordinateurs affichent lorsque nous faisons un transfert de fichiers !

      Il y a des mouchards partout, certains mode d’emploi de téléviseur à écran plat Samsung informent "de ne pas avoir de conversations privées proche de l’écran car elles pourraient être enregistrées"

      Facebook n’est que la face visible de l’iceberg.


    • Peut-être que votre comportement était prévisible :
      - vous aviez déjà clické sur le thème X
      - puis sur le thème Y
      - or les statistiques montraient (en supposant que vous réagissiez comme tout le monde) qu’il y avait alors 90% de chances que vous soyez intéressé par le produit Z.

      Lorsque ce genre de ciblage réussi, alors que vous n’aviez parlé à personne, vous n’y faites pas attention, puisque vous n’imaginez pas qu’ils aient pu, d’une certaine manière, lire directement dans votre cerveau.
      Disons qu’il n’y a pas de micro, il n’y a qu’une sorte d’AI qui, juste en te pistant sur Internet, sait mieux que toi, et avant toi, ce que tu vas penser. Donc y a pas de quoi s’inquiéter.


  • J’ai participé à la création du Minitel, qui s’appelait Télétel. A l’origine ça devait être de grosses télés en couleur avec Antiope. On n’avait pas d’adresse IP mais le NBA (Numéro Banalisé d’Abonné).

    L’information fiable est ce qu’il y a de plus précieux de nos jours.

    Big Data fabrique les grosses fortunes de nos jours. Voir les GAFA et la NSA.


  • Je suis pas persuadé que Zuckerberg soit le plus mauvais de l histoire, bien des choses qui lui sont reprochées date déjà d un moment et toutes ces raclures du sénat américain qui montent aujourd’hui au créneau hier encore lui léchait le fion en totale connaissance de cause. Il faut bien que ces hypocrites, surtout quand les affaires prennent trop d ampleur, donnent le change à leurs électeurs en leur faisant croire qu ils font "leur boulot"... Au moins de temps en temps !


  • il a pas l’air bien le vampire milliardaire, la prochaine case c’est la taule, il ferait mieux de vendre et de profiter de la vie comme le mec de myspace Tom avant quil soit trop tard


  • Pas besoin de Facebook pour vous espionner : une carte de sécu, une carte bancaire, un smartphone et une adresse IP suffisent pour 99 % des gens !

     

  • LifeLog précurseur de facebook ? Le Pentagon (DARPA) a officiellement terminé son projet "LifeLog" en 2004, juste avant la création de FB.


  • Le réacteur nucléaire n’a pas été inventé pour protéger les abeilles ou les baleines, et internet n’a pas été inventé pour promouvoir la liberté ou protéger la vie privée, ni individuelles, ni collectives, au contraire.

    Les outils et leurs sciences propres ne sont pas neutres, et le dénominateur commun des 2 premiers cités c’est l’armée, le complexe militaro-industriel, pas l’île aux enfants.

    Mettre l’accent sur le caractère manichéen et individuel du "mal", à l’instar de la religion, ne sert qu’à renforcer l’emprise de l’EmpirE sur leS peupleS.


  • Cet exercice visait essentiellement à faire remonter le prix des actions de ce "Big Brother" volontaire qu’est FB. C’est du moins dans cette optique que Zuckerberg se présentait à Washington. Quand quelqu’un qui est censé être sur le "grill" remercie systématiquement ses interrogateurs pour leurs questions, on devine qu’il a passé ses derniers jours en compagnie de conseillers en gestion de crise et en relation publique qui lui ont élaboré une parfaite chorégraphie de charme. Que ce soit par incompétence ou par intérêts, les sénateurs n’ont posé aucune question vraiment embarrassante au principal intéressé qui en passant n’a rien inventé puisque la syndication de contenu existait bien avant son site. Bref, un "show" de boucane pour des tonnes d’usagers crédules.

    La meilleure salve est venue de Julian Assange qui, après avoir annoncé que Wikileaks quittait Facebook, a posté une capture d’écran datant des débuts de Facebook à l’époque où l’influence du site ne dépassait guère les murs de l’Université Harvard. Dans cette conversation web que Zuckerberg tient avec un ami, on peut déjà apprécier tout le mépris qu’il a pour les goys qui alimentent son site. Traduction libre :

    Zuck : Si jamais tu veux des infos sur n’importe qui a Harvard, tu n’as qu’a me demander : J’ai plus de 4000 emails, photos, adresses et numéro de sécurité sociale.

    L’ami : Quoi ? Mais comment as-tu mis la main sur tant d’informations ?

    Zuck : Les gens me les donnent. Je ne sais pas pourquoi, mais ils me font "confiance". Quelle bande d’enculés idiots !

    Voilà ce que Zuckerberg pensait de ses usagers il y a 10 ans. Pensez-vous qu’il a plus de respect aujourd’hui pour ces idiots qui l’on rendu milliardaire ?

    Digne d’un...Zuckerberg.

    PS. Cet échange est authentique et a été coulé par un ancien ami de Zuckerberg. L’original est ici : https://tinyurl.com/y7erdjyz


  • Zuckerberg, ça n’est pas inuit, mais c’est inouï.......


Commentaires suivants