Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Féminisme contre "droit d’importuner" : le débat Nadia Daam-Sophie de Menthon

« Féminisme contre "droit d’importuner" » : un débat (stérile) entre la féministe Nadia Daam et l’entrepreneuse Sophie de Menthon sous les auspices de Patrick Liste Noire Cohen. Émission C à Vous du 10 janvier 2018.

 

 

En lien, sur E&R :

Admettre les rapports homme-femme avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La Faux-ministe Nadia Daam a presque compris :

    l’idéologie misandre victimaire qui stigmatise TOUS les hommes et qui les conduit à avoir peur d’une accusation d’agression sexuelle au point d’éviter de se trouver seul avec une femme dans un lieu clos ne protègera en RIEN les femmes de vraies agressions sexuelles...


  • Trois femmes contre une (vraie). Oui j’inclue la jolie Cohen dedans.

    Les féministes sont les idiotes utiles du capitalisme, et parce qu’elles sont idiotes donc manipulables, elles croient que le progrès est devant... alors que le modèle qui marchait bien est plutôt dans le passé mais est en passe d’être détruit.

    Devant y’a rien : fin du couple, fin de la famille, fin de la société. Tournez la page.

    Pour qu’un nouveau jour se lève, comme dit Oprah... le fameux nouveau monde...
    C’est à peu près sûr que çà soit elle la prochaine présidente of the united states.
    Ils.elles.indéterminé.e.s vont tout faire pour virer Trump.

     

  • C’est fait exprès, il ont pris celle qui débat le moins bien des 100 signataires pour les faire mal paraître....


  • 4 minutes trente secondes, voilà ce que j’ai tenu, et pourtant j’ai essayé, mais non ! Franchement non, entre le cerveau malade "sa" blague du métro à mainte fois répété et ces deux bonnes femmes dont on ne sait pas vraiment ce qu’elle cherchent...

     

  • Je ne comprends pas que cette histoire fasse polémique, et pourtant en étant terre à terre , il est évident que la drague peut exister dans n’importe quelle circonstance et en tous lieux .Mais ce qui est à la marge de la drague, c’est de se servir de son statut social ou hiérarchique pour se servir de la drague comme d’une arme, en obligeant la personne de se soumettre au bon vouloir du dragueur .La contrainte est un viol, et là oui, il y a agression sexuelle .Pour le reste, c’est humain .
    Maintenant, pour le dragueur dans une entreprise ayant un certain pouvoir hiérarchique , c’est le couteau à double tranchant .La personne draguée peut aussi jouer la victime, afin d’en tirer profit .Dans ce genre de cas je pense que tout le monde doit rester à sa place afin d’éviter les ennuis . Maintenant , ce n’est pas la peine de sortir les couteaux entre hommes et femmes .Je pense que la galanterie et le savoir-vivre apaiseraient sacrement les tentions ,mais ça ,c’est une autre histoire.


  • N-ième Combat d’arrière garde.. mais qui, bon sang, a encore envie d’aller "importuner" des femmes dans la rue et dans l’espace publique ??
    On est en 2018, c’est une pure perte de temps. Les femmes veulent être regardées mais pas abordées. L’égo pour elles c’est comme le sexe pour nous.
    seuls les cas sociaux abordent, les hommes du quotidien ont bien comprit que la Française de base est une peine perdue. Personne ne perd son temps désormais.

     

    • Ah bon et du coup vous comptez vous palucher toute votre vie ? Et je vous rassure, il reste encore pas mal de femmes qui aiment se faire draguer. (suffit juste de ne pas être un gros lourdaud)


    • @Ray : Pour infos, il n’y a pas que la rue et la drague, d’autres modes de rencontres existent. La majorité des mecs ne rencontrent pas leurs compagne dans la rue. Oui, les femmes aiment se faire draguer MAIS par des hommes supérieurs (en physique et ressources) pas par le travailleur du quotidien. Ca a toujours été le cas, sauf que maintenant, leurs conditions a beaucoup évolué (vers le haut) et donc n’arrivent plus à se satisfaire de la majorité de l’offre masculine disponible.
      la poursuite de la logique libérale = phénomène de concentration = beaucoup d’hommes sur le carreau et peu d’hommes de la haute qui drainent 80% des femmes. c’est possible numériquement car les femmes ont un faible désir sexuel et peuvent se satisfaire juste de leurs égo (d’ou leurs appretement au quotidien).

      - Tout les mecs qui ont "pratiqué" un peu, qui ont voyagé, sont unanimes : rien de plus chiant que la femme Française, le challenge ultime. elle a une capacité démentielle à retarder le sexe et à jouer la sainte nitouche. tout est calculé et les obstacles sont nombreux.. c’est la contraposé du male Français sous anti-depresseur (remarque ca peut etre lié).. à l’inverse, elles s’applatissent complétement devant le beau et le riche. Dans ce cas précis, elles draguent ouvertement et n’ont aucune retenue ; Elles passent d’un extreme à l’autre.

      - Quel meilleur exemple que ces deux extremes de points de vue féministe ? un camp qui prone de ne plus adreser la parole, l’autre qui prone d’importuner.. on sent la belle hypocrisie féminine qui n’arrive pas à décider. sachant très bien quel genre de candidat est souhaité (toujours le meme : le male blanc inoffensif des beaux quarties avec une tete de beau fils), elles flippent que cette vague féminine (destiné en fait à éloigner le prolo) ne fasse du grabuge et fasse tarir l’offre masculine.. d’ou la production de deux discours ambivalents pour entretenir cette maigre illusion.

      - En espérant que les mecs comprennent enfin ce dont il s’agit réellement ici et qu’ils cessent d’etre les toutous de ces dames ;
      A bon entendeur !


    • @lecteur Soralien : désolé mais je ne reconnais pas mon expérience dans ce que vous dites... Peut-être est ce vrai dans les grandes villes, mais en province je n’ai jamais eu à faire à des saintes-nitouches hystériques. La plupart sont souriantes, avenantes et BAVARDES :)
      Alors ok j’ai la chance de pas être trop mal foutu, mais sinon je ne gagne guère plus que le SMIC...
      Un conseil : être drôle ! (et pas trop con)
      Et je vous assure que vous n’aurez pas besoin d’avoir le portefeuille de Manu Chao !


    • @lecteur Soralien,



      (...) la femme Française, le challenge ultime. elle a une capacité démentielle à retarder le sexe (...)



      Nous ne devons pas connaître les mêmes femmes françaises alors.

      J’ai 36 ans, de 19 à 41 ans elles y passent sans souci, et vraiment pas des moches.

      Mais bon, c’est sûr, je ne suis pas moche non plus. Tout est là.

      Injuste est la Nature.

      D’ailleurs, « française » sans majuscule lorsqu’il s’agit de l’adjectif.


    • @Yankee : si à 36 ans tu couches avec des filles de 19 ans tu es clairement dans les 5% des hommes en termes de génétique et de ressources. En général, je dirais que n’importe quel mec qui arrive à coucher avec une femme française n’est plus un débutant, tant elles compliquent les choses et poussent le "jeu de la séduction" loin.
      Injuste est la nature lorsque des relations ne durent pas ou qu’une minorité d’hommes restent sur le carreau.. aujourd’hui c’est plutot l’inverse, seule une minorité d’hommes couchent avec 80% des femmes (hypergamie). Le reste est sur YouPorn ou essaye coute que coute de se rapprocher de cette élite.


  • Comme je suis un éternel optimiste, je dirais qu’il vaut mieux entendre ça que d’etre sourd.


  • Comment ne pas se prendre de râteau lorsqu’on drague ?

     

    • Il faut limiter ses recherches au milieu auquel , soi meme on appartient . milieu social, pratique religieuse, activité professionnelle,,études, loisirs, activité artistique, sport...Ainsi , on ne s’éparpille pas, on économise son temps et son argent, on évite les déconvenues ( "rateaux"), on a plus de chances d’établir une communauté de vie durable .C’est ce que pratiquent les juifs depuis l’origine, les musulmans ( en limitant à la pratique religieuse ), les enseignants, personnels de santé , etc...Les "mariages arrangés des siècles passés avaient du bon , et ils n’étaient pas pires qu’aujourd’hui , la preuve c’est que nous sommes là, alorsqu’aujourd’hui nous sommes en dénatalité .


    • Humour autorisé par Catherine Deneuve

      Simple, drague à la Neandertal :

      un coups de massue et la tirer par les cheveux dans sa grotte


    • DG qu’est-ce que vous appelez un râteau ?... il n’y a jamais de non catégorique, faut insister sur la durée, revenir plus tard, baratiner, occuper la place, proposer... elle dit non pour que vous insistiez, pour voir si vraiment elle vous intéresse - et puis parce qu’elle sait pas à qui elle a affaire ! Le tout c’est d’être dans le bon rythme, mais c’est vous le chef d’orchestre.
      allez voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=xXo...
      Si le râteau pour vous est le premier non alors oui le râteau est inévitable mais on s’en fout, quelle fille va dire "oui bien sûr", çà n’existe pas, sauf dans les films !


    • y’a toute une literature americaine sur le sujet
      rechercher le mot cle’ PUA pour pick up artist

      comment pas se prendre un rateau ? DHV demonstrate higher value
      ensuite etre dans un paradigme d’abondance, discuter simplement de choses immediate, une femme est un animal 100% emotionnel, faut occuper l’espace. si elle veut pas, next
      faut avoir la mentalite’ qu’il y en a plein..

      apres si vous recherchez une relation serieuse, rien a voir. recherchez dans votre milieu, si vous recherchez une catholique bien eduquee, il faut montrer vos valeurs, votre ambition (toujours) et le match, mais les filles bien courent pas les rues. pareil pour les musulmans, rechercher qqun de sa communaute’ pour fonder une famille c’est le meilleur moyen que ca dure


    • Il faut se prendre des râteaux avant de rouler une pelle.


  • Bien fait pour de Menthon et sa clique de grands patrons mondialistes. C’est la société que vous vouliez non ? Quoi ? Elle s’applique à vous aussi et donc du coup vous n’en voulez plus ? Ah mais c’est peut-être trop tard bande de co***rds !
    L’utilisation de la pièce raportée du Maroc haineuse DAAM qui "remet en place" et humilie la fds de la haute bourgeoisie normalement intouchable, qui comprend d’un coup qu’elle ne fait pas ethniquement partie du plan est un spectacle digne de l’apocalypse. J’ai une aversion profonde pour chacune de ces pauvres nullardes. N’allez pas me demander de plaindre l’une de ces parasites, c’est au-dessus de mes forces. La place de ces deux-là est au bagne en Guyane. La place de tout le plateau d’ailleurs !


  • Avec pareils engins, souhaitons que le débat ne soit pas seul, stérile...


  • C’est ridicule de combattre la connerie humaine quand on en fait partie.

     

  • En temps de guerre, ces soit disant féministes hypocrites se battront entre elles pour être la FEMME AU FOYER de l’homme viril qui saura assurer leurs sécurités.


  • Règle numéro 1 : ne jamais argumenter avec une féministe de meme qu’il est inutile d’argumenter avec un menteur ou un malade mental.
    Quant a son histoire de s’être fait éjaculer deux fois dessus, j’aimerais bien la passer au détecteur de mensonge.


  • Comme par hasard, le débat pour savoir si l’opinion française est en train de changer arrive pile poil au bon moment (il était moins une).

    Typiquement un exemple où les médias ne commentent pas l’actualité, mais la fabriquent.


  • Déjà le titre du débat : "La guerre des femmes" en filet. Ça ne veux rien dire, c’est hors-sujet total et c’est transposable à un véritable conflit avec des morts dans le monde.

    Plus généralement, le débat est toujours dans l’anecdote à défaut de parler juridiquement sur les notions de viol, d’agression, de harcèlement, de délation ou de diffamation, et c’est ce qui manque cruellement. Ce qui donne un débat vulgaire sans être vulgarisateur car il est peopolisé à outrance de part ses invités ou ses références.

    Cette peoplisation, cette vulgarité, c’est le propre de Nadia Daam, Anne-Élisabeth Lemoine et Patrick Cohen dans cette émission.

    Toujours, la corde souvent mal accordée de l’émotion, plutôt que celle de la raison dont on entend toujours les fausses notes, est jouée comme une rengaine.

    Ça finit par user, même d’autres femmes.

    Que rien non plus sur les amitiés entre Oprah Winfrey et Harvey Weinstein n’ai été rappelé, les "cartes de presse" ne vont pas s’embarrasser avec cela...


  • Une fois de plus, ces deux femmes ne représentent nullement LES femmes, mais elles ont toutes les deux un problème : elles sont certaines de porter la parole de toutes les femmes.

    Et voilà, sans surprise, que les gays sautent (!) sur l’occasion pour ajouter leurs pleurnicherie à celles qu’ils adooooorent puisqu’ils ne se feront mutuellement rien de ce qui anime, normalement, femmes et hommes sains.

    Je ne pense pas non plus que ces deux femmes prennent souvent le métro, et sans doute, ne le prennent-elles plus du tout depuis que l’une et l’autre ont intégré, comme disait Coluche, les milieux concernés ! De quoi parle-t-elles ???

    En tant que femme, j’aurai spontanément envie de partager la tribune signée par De Menthon. Simplement parce que si c’est pour vivre dans une société comme je l’ai expérimenté en 92 (déjà !) à Montréal, où les hommes demeurent d’une neutralité très étrange dès qu’il y a collectif quelque part, je préfère remettre en place un porcelet dans les transports et continuer à apprécier quelques regards un peu concupiscents d’un homme viril sur ma personne :o) que de vivre dans un monde neutralisé.


  • Pourquoi personne ne balance l’évidence, à savoir que ce néo-féminisme puritain émane quasi exclusivement de lesbiennes hystériques à cheveux courts dont le discours n’est qu’un alibi pour exprimer leur haine irrationnelle des hommes ?
    Y’a rien de plus à dire franchement, point barre quoi !

    Relire Sexe & Caractère, tout y est...


  • Le débat entre ces deux femmes est une des nombreuses conséquences néfastes de la déchristianisation de la France.


  • Bonjour, je suis une personne ’’non éduquée" qui ne vis pas des les centre-villes, je suis un homme blanc de famille chrétienne qui a préféré Trump à Hillary, Lepen à tous les autres, la droite à la gauche, je suis contre le féminisme, l’égalitarisme, le multiculturalisme et le métissage. Je préfère la rationalité à l’émotivité, la musique classique au rap vulgaire, l’amour et la courtoisie à la lourdeur sexuelle. Je préfère les réponses de la science aux contenus dit ’’social éducatif’’...

    Je ne suis pas représenté sur les plateaux télévisé, je ne suis pas appelé à débattre. On préférera me représenter par des invités choisis : beaufs bourrins qui synthétisent mal leurs idées ou des nazis sortis d’on ne sait où puisque jamais je n’en ai rencontré/vu de mes 30 années de vie ou encore des bourgeoises incarnant une sorte de droite caviars à collier de perle issue de l"imaginaire gauchiste.

    Car, en débat, je peux mettre à genoux tous ces gens avec dix tours d’avance.


  • Trop de gonzesses et de péronnelles à la télé - qui adorent s’écouter parler . Chiatiques .


  • Deux caricatures, deux synthèses comme dirait le regretté Audiard...


  • En temps normal, une fille normale ne raconte pas des choses vulgaires ou des événements sordides qui l’ont affectée. Car cela ressemble à de l’exhibitionnisme, donc à de l’insincérité, c’est mal vu. Une fille normale est plutôt pudique de nature et cherche à oublier ces choses sinistres. Elle en parlera à sa mère, sa soeur, son amie, et point. Dans les cas graves au médecin, à la police, confidentiellement.
    J’imagine mal des types dans le métro se soulager sur quelqu’un. Ce n’est pas un acte soudain, il y faut de la préparation, ça dure un certain temps... La femme visée est largement prévenue. Et puis comment fait-il cet homme ? Il se déshabille en public ? Il fait ahhhh... et schlass ! Tout cela transpire le "fake".
    Je ne sais pas si cette pauv’ Daam déteste les bonshommes. En tout cas elle les utilise largement pour montrer à quel point elle déteste les Françaises embourgeoisées, sa cible véritable. Ah piquer la place de ces dames en tailleur sans passer par la discipline, le savoir, les bonnes manières ! Voilà tout ce qui importe. Humilier, aussi. Un vrai plaisir pour les complexés, incompréhensible aux autres.


  • Quelle mythomane, deux fois elle s’est fait éjaculer sur elle... la probabilité que ça lui arrive à deux reprise compte tenu de son âge et de la fréquentation des transports en commun reviens à avoir gagné au loto.


  • Ce ne sont pas 100% des femmes qui ont subi un attouchement sexuel dans les transports en commun, mais 100,05 %, si l’on inclut les travestis, qui sont des femmes comme les autres, quand même !


  • Ce débat entre gonzesses féministes est nul à chier !


Commentaires suivants