Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Festival de mauvaise foi de BHL dans son débat avec Mathieu Bock-Côté

Alexandre Devecchio et Étienne Campion ont organisé pour Le Figaro Magazine un grand entretien entre BHL et Mathieu Bock-Côté, qu’on appellera MBC. BHL contre MBC, on va voir qui du faux philosophe mais vrai sioniste haineux antifrançais et du sociologue souverainiste québécois l’a emporté. L’article étant payant, nous avons comme d’habitude relevé les déclarations les plus intéressantes en essayant de ne pas trahir l’esprit des bretteurs.

 

Ce ne sera une surprise pour personne mais même pris la main dans le sac de mensonges, BHL nie. Peut-on finalement dialoguer avec un menteur ? Et avec un menteur qui bénéficie de plus de surface médiatique que tous les vrais penseurs marginalisés par le Système ?

C’est tout le problème des intellectuels punis : ils assistent à un banquet de menteurs, sinon de désinformateurs, et à la moindre réaction se font traiter de tous les noms. Dans les noms il y a « populiste », « complotiste », « fasciste », « antisémite », « conspirationniste », bref, ces qualificatifs usés jusqu’à l’os par BHL dans ses diatribes et forcément dans l’interview qui va suivre.

Passons au combat d’idées.

Vous reconnaissez-vous dans le clivage opposant « progressistes » et « nationalistes » défini par Macron ?

BHL  : Pas tout à fait. J’ai instruit depuis maintenant quarante ans, en fait depuis La Barbarie à visage humain, le procès du nationalisme. Mais je ne suis pas non plus « progressiste ». Je suis républicain. Démocrate. Je veux contribuer à sauver l’Europe, qui est en train de partir en fumée sous nos yeux. « Progressiste », littéralement parlant, cela signifie qu’on croit qu’il y a une main invisible qui mène l’Histoire vers le mieux. Je ne crois pas cela.

MBC  : Pas du tout. Je m’oppose à cette représentation du débat public qui prétend mettre en scène la lutte entre le bien et le mal, le fréquentable et l’infréquentable, la société ouverte et la société fermée, l’avenir radieux et le « repli » – lui-même menant vers les « heures les plus sombres de notre histoire »…
Bref, je refuse d’accorder à un camp ou à un autre le monopole du bien, du juste ou du vrai. De même, si nous avons vraiment face à nous des « lépreux », comme on l’a entendu, envoyons-les se faire soigner et ne les laissons pas contaminer la cité.

BHL  : Qui a parlé de « lépreux » à part vous ?

MBC  : C’est une blague ? Emmanuel Macron, à ce que j’en sais, a parlé de « lèpre populiste ».

BHL  : Il n’a pas parlé de lépreux. La « lèpre populiste », cela signifie qu’il y a quelque chose qui corrode la culture démocratique…

MBC  : La lèpre fait des lépreux. Ne faisons pas semblant que ce qui a été dit n’a pas été dit. Ne soyons pas exagérément surpris non plus. Avant la lèpre populiste, il y avait la peste brune, qu’il était encore à la mode de dénoncer il y a quelques années. Dans ce débat bien mal construit, on veut nous faire croire qu’il y aurait d’un côté la démocratie libérale censée s’accomplir avec la société diversitaire et le remplacement du pouvoir des élus par le gouvernement des juges, et de l’autre une régression vers la démocratie illibérale, caractérisée par une définition exagérément étroite de la nation et une hypertrophie du pouvoir politique. Le problème, c’est qu’on rabat vers la démocratie illibérale des concepts fondamentaux de la démocratie moderne, comme la souveraineté populaire ou la souveraineté nationale. Dans cette logique, plusieurs figures héroïques ou admirables de l’histoire de la démocratie libérale au XXe siècle, comme Winston Churchill, le général de Gaulle ou Raymond Aron, seraient repoussées aujourd’hui dans le camp des illibéraux infréquentables. Ce qui est évidemment absurde.

BHL  : Personne ne parle de camp du bien et de camp du mal, en tout cas pas moi. J’ai passé mon temps à me battre contre le totalitarisme. C’est-à-dire contre une pensée qui voit d’un côté les vertueux et de l’autre les non-vertueux. Non. La vérité, c’est qu’il y a des sociétés un peu plus respirables que d’autres, voilà tout. Les démocraties libérales sont plus amicales à la culture, à la vie de l’esprit, à cet héritage irremplaçable de l’Europe. Quant à la question du « peuple », il faut le dire clairement : la souveraineté populaire est, bien sûr, le principe de la démocratie. Mais aucune souveraineté n’est absolue en démocratie. Aucun pouvoir n’est absolu, ou alors c’est un pouvoir tyrannique. Un démocrate libéral est quelqu’un qui pense que le peuple est souverain mais que, comme tout souverain, ses pouvoirs doivent être limités. Cette idée nouvelle que le peuple peut aller au bout de sa puissance, cela n’est pas la démocratie. C’est peut-être la culture « gilets jaunes ». Mais ce n’est pas la démocratie.

Les dirigeants en Hongrie ou en Italie, qui revendiquent leur illibéralisme ou leur souverainisme ont été élus légitimement. En quoi ne seraient-ils pas démocrates ?

BHL  : Ils n’ont pas tous les pouvoirs, mais ils sont en situation de suspendre ou de limiter les usages démocratiques et libéraux, comme la justice ou la presse. Et cela se fait au nom de la souveraineté populaire, puisque ce pouvoir qu’ils ont de suspendre des journaux ou d’intimider des juges, ils prétendent le tenir de la souveraine illimitée dont le peuple serait détenteur. Je ne vous dis pas qu’Orbán est Poutine. Mais quand on sait qu’il est son allié, on peut faire une dissociation entre le monde des démocraties dans lequel je voudrais vivre, et le monde de Poutine dans lequel je n’aimerais pas vivre. Quant au souverainisme, je pense, en effet, qu’il conduit nécessairement à une France étriquée dont on réduit les ambitions et la place dans l’Histoire. Moi je voudrais qu’on fasse l’Histoire pour le meilleur. Je voudrais que la France retrouve son rôle et son rang. Mais le souverainisme est une politique de village. C’est une politique minuscule. C’est une politique qui passe à côté des enjeux où se joue le destin des peuples.

Finalement on a mis tout le début de l’entretien (en espérant que Devecchio ou sa dulcinée ne vont pas nous taper dessus), tant pis pour le reste mais gouverner c’est choisir, c’est trancher, a dit un homme politique célèbre qu’on n’a pas le temps de retrouver sur l’Internet.

D’aucuns vont nous reprocher de reprendre presque systématiquement la prose du complotiste sioniste BHL. Il y a du vrai, mais heureusement, 90% de sa cargaison part au fond de l’eau. On récupère parfois quelques caisses qui flottent à la surface des médias, vous tenant ainsi et nous par la même occasion au courant de la ligne socialo-sioniste aux commandes. Sans cela, nous ne relayerions pas la mauvaise foi de cet homme qui a fait tant de mal à notre pays et à sa réputation culturelle. Même les Américains pourtant bien-pensants du New Yorker en ont marre de lui. Si la France le rejette, si les USA qu’il admire le rejettent, où va pouvoir émigrer notre désinformateur national ? Dans son palais de Tanger ? De Marrakech ? Sur une île déserte ? Pourquoi cet homme qui hait la France n’a-t-il pas fait son alyah en Israël ?

Pour ceux qui regrettent l’entretien entier et qui n’ont pas les moyens de s’acheter le FigMag, voici un pur cristal de BHL. Il y est naturellement question de son obsession : l’antisémitisme des classes populaires, l’antisémitisme séculier de la France, celui qu’il dénonçait déjà dans L’Idéologie française, il y a 38 ans de cela. En cela, BHL est fidèle à ses idées, pardon, à sa haine.

Concernant les Gilets jaunes, Bernard-Henri Lévy, vous avez dénoncé leur extrémisme et leur antisémitisme. N’êtes-vous pas dans l’amalgame ?

BHL  : Je pense que l’antisémitisme n’est pas seulement « à la marge », non. Il lui arrive aussi d’être au cœur du mouvement. Ou dans la tête de ses représentants les plus emblématiques. Cela me paraît incontestable. L’amalgame se fait de lui-même. Il coagule des paroles venues d’extrême droite et d’extrême gauche. La haine de la République en est une, l’antisémitisme aussi. C’est déjà arrivé, dans l’Histoire, qu’un mouvement fascisant charrie, aussi, des revendications sociales et démocratiques légitimes. Il n’y a pas que l’antisémitisme, cela dit. Il y a la haine des élites, des experts et de la représentation. Encore une fois, la démocratie, sa grandeur, c’est aussi l’amour des élites, ou l’envie d’en être. Dans le Front populaire, on ne détestait pas les élites.

Ah bon ? Même les 200 familles ? Et un mensonge de plus, un...

 

La haine de la France faite homme, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il est bien ce Bock-Côté ! D’où sort-il et pourquoi le laisse-t-on parler sur toutes les chaînes ?

     

    • Sociologue quebecois politiquement souverainiste. Partage son temps entre le Quebec et la France.


    • Il sort du Québec, et on le laisse parter sur toutes les chaines parce qu’il dit la même chose que Zemmour.

      Au Québec il s’exprime à travers ses chronique du Journal de Montréal (propriété d’un souverainiste), on l’entend parfois à Télé-Québec (la télé de l’état provincial, noyautée par des gauchistes et des libéraux), et rarement à Radio-Canada (l’antre du multiculturalisme).

      Cet admirateur de De Gaulle glorifie également Finkielkraut, dont il feint de ne pas voir la proximité intellectuelle qu’il entretien avec BHL, afin de protéger ses (grosses) fesses. Ce genre de stratégie ayant ses limites, on verra de quel bois il se chauffe lorsqu’il devra choisir entre la fidélité aux idées qu’il professe, ou une mise au ban dans les règles.



  • Un démocrate libéral est quelqu’un qui pense que le peuple est souverain mais que, comme tout souverain, ses pouvoirs doivent être limités.




    Oh Nanard, limités par qui ? par toi ?
    qui fixe les limites ? visiblement pas Dieudo, comme il le reconnait lui même.
    Enfin, si un souverain a des limites à sa souveraineté, ces limites se résument aux frontières de son territoire, tu sais, le truc que, justement, tu veux faire sauter.

     

    • Au moins, nanard le menteur est en accord avec ses idées puisqu’il veut faire sauter les frontières et que, coup de bol extraordinaire, israël n’en a pas.
      Ah, on me dit dans l’oreillette que si ce pays de rêve n’a pas de frontières, ce n’est pas pour accueillir des migrants mais pour les étendre à chaque invasion de territoire appartenant à ses voisins. Où avais-je la tête ? Là, je mérite un bon coup de règle sur les doigts. Pardonnez moi.....


  • Faut vraiment faire preuve d’un courage à toute épreuve pour accepter de débattre avec ce serial menteur......


  • MBC a le verbe facile mais il ne parlera jamais d’Israël......

     

  • #2173107

    BHL "je voudrais que la France retrouve son rôle et son rang", cette phrase affirme clairement que les lumières ont déshonorés la France des "lépreux" qui leurs descendants portent aujourd’hui des gilets jaunes.


  • La lèpre, je sais pas, mais alors les chancres et la vérole...



  • « Un démocrate libéral est quelqu’un qui pense que le peuple est souverain mais que, comme tout souverain, ses pouvoirs doivent être limités. »




    La question qui se pose alors est quel est emmanché qui limite ? Voire même quels sont ceux qui en ont ou s’en octroient la charge...

    Et c’est « doivent » pas « devraient » : on sent, comme le qualifiait De Gaulle, le gonze sûr de lui-même... etc..


  • #2173211
    le 07/04/2019 par J’ai ma " hache qui est naze "
    Festival de mauvaise foi de BHL dans son débat avec Mathieu Bock-Côté

    Mais non, BHL n’a pas eut de mauvaise foi, là pour le coup, il vient juste de changer de dealer, et il est tombé sur du mauvais prod’, un truc frelaté, ou trop peu dosé, attendez qu’il reprenne des bonnes amphets et là , Bing , avec des bons prod’ ,BHL c’est comme avec un Mars, ça repart de plus belle
    Vous êtes quand même dur avec notre grand philosophe..... merde
    Ca se voit que vous savez pas ce que c’est de changer de dealer, vous !
    On verra si vous êtes aussi efficace avec un rail de vitamine C ou avec de la coke
    Bande de gilets jaunes rouge/brun antisémites

     

    • Je ne connais personne moi y compris qui n’est pas devenue une saloperie en prenant de la coke. Pas que cela soit le seul passage pour en devenir une, mais par ce biais on y parvient à tout les coups. Amphétamines pareil, c’est peut être la seule chose qui relie le haut et le bas aujourd’hui : tous des camés. Donc riches ou pauvres, faux philosophes ou vrai commentateurs d’actualité, mis à part dans les pas des prophètes des saints, des chevaliers point de Salut. Je ne parle pas des bergers et des paysans car sur eux non plus on ne peux plus compter pour montrer l’exemple.


    • #2173373
      le 07/04/2019 par on nous prend tous pour des philosophes
      Festival de mauvaise foi de BHL dans son débat avec Mathieu Bock-Côté

      Il s’est planté ce matin là, juste avant l’entretien, il a sniffer l’Ovomaltine ou le Benco de Arielle


  • Entre Attali qui affirmait sur le plateau de Léa Salamé n’avoir jamais été mondialiste et ce bhl qui affirme pas être progressiste...Il y a de quoi se demander si le vent de l’histoire n’est pas entrain de tourner ! Ces deux lascars nous prennent vraiment pour des quiches


  • bhl l’usurpateur,vient débattre pour ce qu’il fait de mieux ;manipuler,mentir et trahir... !!


  • c’est un sioniste, c’est une évidence.


  • Macron, à ce que j’en sais, a parlé de « lèpre populiste ».
    cmme Voltaire a parlé du peule comme "cette canaille qui n’est point faite pour penser.
    Donc c’est clair Macron est anti-progressiste,i i l est empli de racisme de classe. C’est un réactionnaire bourgeois anti-peuple. c’est un anti-humaniste.


  • Nanard fait partie de cette espèce qui peut survivre aux pires mensonges, aux manigances les plus retorses, aux compromissions les plus abjectes que seul le Malin peut produire... c’est pour cela qu’à une telle dose de vice il est bon d’assister à une correction magistrale ou mieux à une énorme tarte dans la gueule, de préférence sans crème...


  • Écouter Bhl cela relève d’un exploit, faut aimer la torture mentale .Et pour finir en plus le regarder, c’est regarder la mort ,et la désolation .Il représente tout ce qu’il y a de plus abject .


  • C’est un sacré clown ce bhl, manque plus que le nez rouge ; il nous diverti bien mais concernant les sujets sérieux je suis d’avis à donner la parole seulement aux intellectuels on peut pas inclure des blagues de l’humoriste bhl dans un débat aussi sérieux, ça décrédibilise tout.


  • "La démocratie, sa grandeur, c’est aussi l’amour des élites"...
    ben non...


  • "J’ai passé mon temps à me battre contre le totalitarisme."
    Et il y crois. Il en est persuadé. C’est beau, la mythomanie.


  • Une percée québecoise pour BHL. Si l’on tient compte des débats ayant cours au Québec, il se devait de donner son avis . Il est vrai qu’il y a ici aussi beaucoup d’intolérance à être combattue ! BHL en Amérique vite !

    Il y a un soi-disant projet de loi sur la ’’laïcité’’ qui énerve Québec Solidaire et autres inconditionnels défenseurs du parfait modèle connu sous le nom de ’’multiculturalisme Canadien’’.

    *Rire*. Il est vrai que Trudeau se voit en nouveau père de la néo-religion du multiculturalisme et croit erronément qu’il peut définir le Canada comme étant une post-nation. Cette gauche tyranisante ne manque pas de culot. Trudeau l’imposteur nous fait du népotisme culturel !

    Et tout ça aura coûté le crucifix au Salon bleu. Cette loi n’est même pas bonne. En légiférant sur les signes culturels visibles, donc sur l’identité, car les signes ostentatoires sont aussi culturels et porteur d’une identité, le gouvernement se devait d’énoncer et d’affirmer la nôtre dans le texte. C’était la composante la plus diffice du dossier.

    Nous avons amoindri notre identité afin de mieux gérer celles des autres. Aleluia ! Enfin, nous pourrons librement nous prosterner devant mamon le tout-puissant. Quelle joie !

    Quant à MBC, mentionner la ’’peste brune’’ est toujours terriblement d’actualité. Il devrait mieux savoir. Avec les Gilets Jaunes là on passe au stade supérieur avec la ’’lèpre brune’’. Bref, une gigantesque opération de reprise en main au niveau mondial dans laquelle MBC y fait figure de cerf-volant dans une tempête.

     

  • Je suis francais et je vis au Québec depuis 10 ans.
    Je lis souvent le journal de Montréal avec ces pseudos journalistes, j’ ai tout de suite compris qui était MBC à la suite de l altercation avec Finkielkraut et les GJ.
    Selon ces dires Finki serait un des grand philosophes de notre temps qui se serait fait presque lyncher par des racistes , antisémites et tout le tralala.
    Malheureusement ,même de l autre côté de l’ atlantique , on as les mêmes mange mardes comme on dit ici ! Pauvre monde journalistique,....


  • Il y a des anonymes, des héros qui ont été éborgnés et sont entrés dans l’Histoire. D’autres ont les grands médias à leurs bottes et finiront dans les oubliettes de l’Histoire après avoir ramassés maintes tartes à la crème.


  • On le connait bien ici au Québec...les deux faces de la même pièce...


Commentaires suivants