Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Foot et social : Manchester United veut augmenter la capacité de son stade de 75 000 à 88 000 places

C’est une petite info foot qui n’a pas fait de bruit, parce qu’elle ne concerne pas les transferts des stars ou les blessures des joueurs. Les dirigeants du club phare britannique de Manchester United planchent sur l’augmentation de la capacité d’Old Trafford de 75 à 88 000 places. Jusque-là, rien d’anormal.

 

Le nombre d’abonnés est tel que les places sont toutes vendues à l’année, il est quasiment impossible pour un étranger d’assister à un match des Red devils (Diables rouges) à moins de passer par un tour opérateur qui vend un pack « voyage hôtel stade » à des prix terrifiants. Les grandes entreprises y invitent leurs cadres sup ou leurs clients de marque(s), afin de les cajoler, de les fidéliser, et de leur faire relâcher la pression. C’est de bonne guerre.

Au fait, quel intérêt pour E&R ce genre de brève ? On va y venir. Dès qu’on parle de foot, automatiquement, il y a un commentaire sur « l’opium du peuple », et c’est encore plus vrai avec les Britanniques. Là-bas, de l’autre côté de la Manche, le foot est presque une religion. On y va le dimanche, comme à la messe, on y communie avec les autres croyants, on y célèbre victoires et défaites, on s’y noie dans les fish and chips et la bière, brune ou blonde, chaude ou fraîche. On y chante, on y déploie des banderoles, c’est la liturgie du XXe siècle. Les Anglais ont inventé le foot, ils n’y raflent plus de titres majeurs – à part ceux de la Cup et de la Premier League – mais c’est pas grave, l’essentiel est de participer.

Et à Manchester, comme à Liverpool (ce vieux port enrichi dans le commerce des esclave), la désindustrialisation a été rude. Des dizaines de milliers d’ouvriers des chantiers navals ou des mines de la région ont été brutalement jetés sur le carreau par la concurrence mondiale et par le libéralisme thatchérien. On sait tous cela. Certaines de ces régions ou grandes villes se sont remises, d’autres non, ou moins bien. L’économie 2.0 n’a pas comblé tous les emplois industriels perdus. Les luttes syndicales ont été sauvages en Angleterre, le pouvoir libéral a poussé les mineurs dans leurs retranchements, parfois dans la mort. Ces mineurs dont les descendants remplissent aujourd’hui les gradins d’Old Trafford. Il semble que le conflit de classes britannique se soit éteint, ou soit en sommeil.

Le dernier match de Sir Alex Ferguson à Manchester :

 

Le football a pris logiquement la fonction de soupape sociale, et la puissance de la Premier League montre l’importance de cette dérivation de la colère sociale. Les dirigeants réels de l’Angleterre sont bien contents de voir le peuple gueuler dans des stades pleins à craquer plutôt que dans des manifs qui réclament la tête des mêmes dirigeants pour avoir trompé le peuple. Cette ingénierie qui consiste à détourner horizontalement la contestation verticale est connue de tous. L’ennemi n’est plus l’entité libérale, c’est-à-dire le grand patronat, les grands possédants, les médias aux ordres et le système politique en trompe-l’œil démocratique, mais l’adversaire du jour, ou de la semaine, l’équipe à battre. La dominance échappe à la colère des supporters qui se reporte vers les joueurs adverses, qu’on insulte à foison.

 

Le retour prévisible de la lutte des classes dans les stades

C’est vieux comme le monde, ça s’appelle « du pain des jeux », panem et circenses, et les Romains avaient déjà compris le stratagème il y a 2 000 ans. Cependant, et c’est l’évolution récente de ce sport, le libéralisme a lui aussi fait son entrée dans le monde du foot, depuis la fin des années 90, celles de la déréglementation du statut des joueurs et des clubs. Là-dessus est arrivé le système de libre-échange, puis celui de joueurs par actions et actionnaires cher à Pini Zahavi, et 20 ans plus tard, le foot est devenu une bourse où les joueurs sont de simples titres. Leur cote augmente ou baisse selon le dernier match, selon le désir des clubs de les acquérir ou de s’en débarrasser. Le marché est revenu en force dans le foot qui était un exutoire au marché. Logiquement, le social devrait donc faire lui aussi son retour dans le foot, alors que ce dernier en était l’échappatoire.

Cependant, et c’est là où le marché est vicieux, tout est fait pour éjecter le prolo britannique des stades : hausse des tarifs des abonnements, contrôle policier des tribunes populaires, diffusion de musique avec speaker à la place des slogans de supporters (qui avaient toujours un fond politique), l’étau se resserre sur la cototte-minute. Dans la vidéo qui suit, en anglais non sous-titré, les fans à l’ancienne se désolent de cette évolution, ou de ce progrès qui n’en est pas un pour ceux d’en bas :

 

 

Le marché avec son corrolaire le contrôle social est venu mettre sa sale patte sur un des derniers espaces de liberté ou de relâchement du prolo britannique, le stade (il reste encore le pub). Le PSG a suivi la même pente oligarchique, et les supporters des tribunes populaires sont partis. Les tribunes se sont gentrifiées. Le marché veut tout, mais il ne peut pas repousser ou contrôler éternellement la violence sociale qu’il produit en privilégiant le profit à la paix sociale. La colère, qui avait été habilement déviée horizontalement de son origine verticale, pourrait bien remonter de ceux qui la subissent vers ceux qui la produisent.

Le capitalisme est une politique, le capitalisme est la politique,
lire sur Kontre Kulture

 

Le processus de normalisation libérale du football et des supporters, sur E&R :

 






Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Je pense qu’en Occident, l’oligarchie a réussi ce grand remplacement dans les tribunes des stades, où de plus en plus on y voit des bobos aisés que de prolos qui viennent se défouler après une semaine de travail difficile ou une mesure anti-sociale votée par leurs soi-disant élus de la Nation. Le PSG en effet est un exemple parfait où beaucoup de ses supporters ont préféré rejoindre Paris FC même s’il joue division inférieure. Mais cette tendance à vouloir chasser ceux qu’ils appellent "fachos" des stades peut avoir des effets négatifs, c’est ce que j’ai constaté en Italie, les matchs de serie A ne remplissent plus les stades, pendant longtemps les dirigeants de foot dans ce pays ainsi que les politiques ont voulu je les cite « éviter que les gradins soient transformés en meeting d’extrême-droite » et pour cela ils ont chassé tous les prolos qui n’étaient en réalité que les mal pensants ceux qui ne se soumettent pas à l’idéologie ambiante, sioniste ou lgbtique etc. Résultat : les Italiens ont déserté les stades et même les derby Milan AC vs Inter de Milan ou AS Rome vs Lazio de Rome ne parviennent pas à faire remplir massivement les gradins comme c’était avant.
    Seulement cette tendance à mettre l’idéologie partout rencontrera de féroces résistance je prends l’exemple de l’homosexualité que l’on veut faire accepter partout ; il y a des pays où l’homosexualité est interdite et vous conduit droit en prison ou pire à la mort en Arabie Saoudite par exemple. Je vois mal la FIFA venir dire au Nigeria ou au Cameroun par exemple qu’ils doivent se soumettre à la charte qui veut que les droits des joueurs homosexuels soient respectés, ces pays lui riront au nez. En Amérique latine c’est pareil il est assez difficile de chasser les prolos des stades car comme en Afrique ou en Asie les mœurs sont assez conservatrices dans l’ensemble en tout cas plus qu’en Europe et en Amérique du nord.

     

    Répondre à ce message

  • #1812910

    Un article fort intéressant.

    Un bouquin a lire absolument : "Football Factory" de John King. Parfois profond et tragique, mais en même temps souvent léger et hilarant....un must.

     

    Répondre à ce message

  • "Le PSG a suivi la même pente oligarchique, et les supporters des tribunes populaires sont partis."

    Euh... non, pas vraiment.
    Une majorité (les virages) s’est fait virer suite au plan Leproux.
    Puis certains sont revenus, malgré la hausse des prix.

    Enfin, d’autres "supporters", prolo ou pas d’ailleurs, ont investit le Parc à l’arrivée d’une "grande équipe", c’est à dire des Qataris, et remplacer une partie du public qui a été virée. Eux, n’ont pas vu les prix augmenté, ils ne venaient pas avant.
    Une espèce de "grand remplacement" version supporter !

     

    Répondre à ce message

    • C’est sûr le transfert de Neymar va changer radicalement leur condition : avez-vous croisé des supporters de Manchester dans un ferry ? Par exemple ceux qui, à une époque, venaient sur Calais pour la picole de meilleur marché, impressionnant dès 9h du matin du bar à la pissotière pendant 1h30 de traversé... de 12 à 60 ans.

       
  • Ils ont bien raison d’agrandir les stades !!! Il n’y aura jamais assez de place pour accueillir tous les gogols qui ont troqués leur cerveau pour un ballon de foot !

     

    Répondre à ce message

  • De nombreux commentaire méprisant... cela est très dérangeant surtout que vu leur teneur je me doute que leur auteur n’ont jamais mis les pieds dans un stade, ou ne comprenne tout simplement pas les motivation d’un supporter...
    Il faut faire preuve d’un minimum d’analyse avant de développer son esprit critique

     

    Répondre à ce message

  • Ils ont reçu des prolos dans leur stade il y a quelques mois, des prolos de Saint Étienne. Ils les ont sifflé d’ailleurs.

    Des supporters mancuniens écoeurés ont créé un troisième club en 2005 : le Football club United of Manchester.
    Sept grands principes régissent ce nouveau club afin d’éviter toutes dérives :

    Les dirigeants sont élus démocratiquement par les supporters.
    Les décisions seront prises en respectant le principe : un homme, un vote.
    Le club développera une relation forte avec la communauté locale, sans aucune discrimination.
    Le club veillera à pratiquer des prix d’entrée accessibles.
    Le club encouragera une participation des jeunes et des gens du cru, sur le terrain et dans les tribunes.
    Les dirigeants veilleront à ne pas verser dans la commercialisation à outrance.
    Le club restera toujours une association à but non lucratif.

     

    Répondre à ce message

  • Ils ont reçu des prolos dans leur stade, des prolos de Saint Étienne. Ils les ont sifflé d’ailleurs ( timidement.)

    Des supporters mancuniens écoeurés ont créé un troisième club : le Football club United of Manchester.
    Sept grands principes régissent ce nouveau club afin d’éviter toutes dérives :

    Les dirigeants sont élus démocratiquement par les supporters.
    Les décisions seront prises en respectant le principe : un homme, un vote.
    Le club développera une relation forte avec la communauté locale, sans aucune discrimination.
    Le club veillera à pratiquer des prix d’entrée accessibles.
    Le club encouragera une participation des jeunes et des gens du cru, sur le terrain et dans les tribunes.
    Les dirigeants veilleront à ne pas verser dans la commercialisation à outrance.
    Le club restera toujours une association à but non lucratif.

     

    Répondre à ce message

  • en tant que facho snob, j’avoue ne pas me soucier des morts dans les stades,
    quand je vais à un concert de musique classique, en général, je suis assis, c’est chauffé, sponsorisé par l’état, et il n’y a que très rarement des morts.
    De plus, le terroriste ignore Bach.

     

    Répondre à ce message

  • #1813811
    Le 5 octobre à 20:51 par Atos, Portos, et Aramis
    Foot et social : Manchester United veut augmenter la capacité de son stade (...)

    Et à Manchester, comme à Liverpool (ce vieux port enrichi dans le commerce des esclave)



    Comme Nantes...

    Calmez vous c’est de l’humour :p

     

    Répondre à ce message

  • une petite chose à savoir sur Manchester United.

    En 2005 afin de protester au rachat de la Glazer family les authentiques Mates de Manchester United ont monté le F.C. United of Manchester qui pointe en 5e ou 6e div si ma mémoire est bonne.

    Comme ils disent si bien " you can’t buy class". Ces ultra/working class heroes/frondeurs ont avec panache balayé d’un revers de la main le projet américains.

    Manchester united est devenu une marque, un produit boursier, un club triple A extrêmement populaire mondialement même avec son déclin depuis que Sir Alex est parti.

    Perso je trouve ça beau ce refus de voir pourrir par le fric ce qui pour eux est plus qu’un club de sport et je leurs tire mon chapeau !

    R E S P E C T

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents