Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mayotte, la bombe migratoire qui vient… et que l’État laisse venir

Mi-septembre, le député LR de Mayotte Mansour Kamardine a poussé un coup de gueule sur Outre-Mer 1ere/Francetvinfo au sujet de la situation du département français de l’océan Indien, évoquant les migrations et « l’établissement par le ministre des Affaires étrangères d’une feuille de route tendant à faciliter la circulation des Comoriens vers Mayotte ».

 

Et dans un entretien paru sur Causeur, le député allait plus loin : « À Mayotte, l’État français laisse faire le remplacement de population ». Selon RFI, le 19 septembre 2017, reprenant une annonce faite la vieille par le ministère des Affaires étrangères, « les visas entre Mayotte et les Comores seront bientôt gratuits ». On ne soupçonnera pas Mansour Kamardine d’être xénophobe ou raciste. Alors, que se passe-t-il à Mayotte ?

 

Mayotte, une autre France

Rappel utile à l’attention des députés LREM : Mayotte, ce sont bien des îles de l’océan Indien. Le statut ? Depuis 2011, Mayotte est un département et une région d’outre-mer. C’est aussi une région ultrapériphérique de l’Union européenne (UE) depuis 2014. Mayotte fait ainsi partie de l’UE. Il n’est pas lieu ici de discuter ces statuts.
Mayotte ? 376 kilomètres carrés, une population d’environ 250 000 habitants, chiffre difficile à confirmer étant donné le poids des migrations clandestines, et une densité de plus de 600 habitants par kilomètres carrés (contre 98,8 pour la métropole). Mayotte, c’est quasiment la moitié de sa population venue de l’étranger, du fait de « la forte pression migratoire des îles voisines des Comores ». Seuls 22% des 18/24 ans nés à Mayotte le sont d’une mère native du département (Le Monde, 18 mai 2016 et chiffres Insee 2017). Toujours selon l’Insee, 50 % des non natifs sont en situation irrégulière. Près de la moitié de la population de ce département de la République française est composée d’immigrés clandestins.

Déjà, en mai 2016, l’ancien président Hollande évoquait une situation « extrêmement préoccupante », ainsi que l’impact de l’immigration clandestine sur le système de santé et le système scolaire de l’île – « complètement saturé » d’après Stéphane Le Foll, alors porte-parole du gouvernement. Selon lui, « les tensions liées aux migrations » conduisaient à des choses « inacceptables ». Il parlait de « tensions communautaires ». Ce que ne disaient pas Hollande ou Le Foll, c’est que l’immigration comorienne à Mayotte impacte aussi la métropole.

D’après l’Insee, un jeune né à Mayotte sur deux quitte l’île. Les écoles de la métropole voient ainsi arriver des enfants et des adolescents souvent en grande difficulté scolaire, ou même déscolarisés. Pourquoi ? À Mayotte, les enfants sont scolarisés dans les écoles de la République mais une grande majorité commence ou termine sa journée scolaire à l’école coranique. La présence dans les salles de classe est alors souvent plus liée à la scolarisation obligatoire qu’au désir d’apprendre. En tout cas, elle est présence fatiguée, peu disponible pour les apprentissages. Ce qui ne peut qu’avoir une influence sur le niveau scolaire de ces enfants et adolescents, réalité qui apparaît quand ils intègrent des établissements scolaires métropolitains.

 

Je-m’en-foutisme et « kwassa-kwassa » complexes

La gestion de ce phénomène ? Silence et bricolage selon les bonnes volontés locales. Mais le niveau scolaire n’est pas le plus inquiétant. Selon le député Kamardine, toujours sur Causeur :

« Il y a des velléités de radicalisation qui viennent de l’extérieur. Je ne comprends pas qu’on laisse venir des prédicateurs extrémistes qui ne sont pas Français. Des musulmans mahorais heurtés par des poussées extrémistes sont même allés jusqu’à détruire deux mosquées radicales face à l’inertie de l’État. Dans la fonction publique, il arrive que des barbus venus de métropole tentent d’embrigader les jeunes en toute impunité ! On est en train de détruire le modèle mahorais d’une communauté musulmane fière d’être française ».

Et de favoriser la venue en métropole de jeunes radicalisés inconnus des services. À quoi joue-t-on ?

Lire l’article entier sur causeur.fr

Quand la question migratoire rencontre la question sociale,
lire sur Kontre Kulture

 

Mayotte, territoires d’outre-mer et immigration, sur E&R :

 






Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Cela s’appelle "l’immigration choisie"...

     

    Répondre à ce message

  • #1812839

    C’est l’invasion à la Réunion ! Car bien sûr ils ne restent pas sur place sitôt les papiers obtenus..

     

    Répondre à ce message

    • Tout à fait !
      Aucun ne reste à Mayotte, ce n’est qu’une étape.
      Une fois les documents acquis à Mayotte, ils filent vers La Réunion, département d’outre-mer le plus riche et le plus peuplé.
      Les bidonvilles s’entassent là-bas et la délinquance y augmente...
      Ce problème comorien à la Réunion existe depuis 40 ans mais est désormais à son apogée. (et il va être difficile de taxer les réunionnais de racistes...)
      Pourtant, tous ce que trouvent à faire les associations locales et les succursales de la Ligue des droits de l’homme par exemple dont les membres métropolitains ont trouvé une bonne planque subventionnée au soleil sur l’île, c’est de faire des colloques, rendez-vous, tracts et passages medias sur le ’’racisme anti-comorien’’ et ont tout un discours amphigourique sur le vivre-ensemble, la découverte de l’autre, blabla...

       
  • C’est fou ce que le nombre de gens hors Hexagone ont le droit de voter.
    En tout cas suffisamment pour faire pencher à chaque fois la balance.
    D’autres ont le dernier mot qui sera votre président.
    Que voulez-vous, faut assumer.
    C’est la France ?
    Non, c’est la République !

     

    Répondre à ce message

  • Même les malgaches ne veulent pas des comoriens...

     

    Répondre à ce message

  • #1812891

    Pour avoir travaillé à Mamoudzou ( capitale de Mayotte) quelques jours, voilà ce que j’y ai vu :

    Une ville de type africaine (un peu comme Dakar mais avec des lampadaires qui fonctionnent) vivant sous perfusion évidente de l’argent français (infrastructures, fonctionnaires...), avec une très forte insécurité (extorsions au couteau) à tel point que les Mahorais eux-mêmes préfèrent s’installer à la réunion. Un habitant sur deux vient des Comores, archipel étant resté apparemment, excusez moi, à l’âge de pierre (pas de médecin, hôpitaux construits par les chinois en l’échange de zone de pêche laissés à l’abandon...). Aucun des Comoriens que j’ai pu rencontrer ne savaient lire écrire ou ne travaillaient. Dernier point, l’aide médicale d’état offre une prise charge gratuite à 100% des frais de santé des Comoriens de Mayotte avec si besoin rapatriement sanitaire en avion à la réunion (opération lourde...) Voire à Bordeaux. À ma connaissance le gouvernement comorien n’offre rien à la France en contrepartie.

    À considèrer comme un simple témoignage mais qui méritait d’être rapporté.

    Longue vie à E et R.

     

    Répondre à ce message

  • #1812899

    Un salaire de 2500 euros / mois pour Soral en tant que chef d entreprise qui se donne du mal , pour un Français normalement constitué, ne prête pas au scandale, c est completement anecdotique et même deceptif d une certaine manière. Cet article de street press montre plutôt du doigt la difficulté d entreprendre et de gagner honorablement sa vie en France quand on est une petite PME dynamique

     

    Répondre à ce message

  • #1813154

    J’ai vécu à Mayotte et j’ai constaté que cette immigration est souvent encouragée par certains pour disposer d’une main d’oeuvre quasi gratuite,d’organiser une prostitution de masse sous forme de plusieurs ménages et bingo de récupérer des allocations familiales avec de nombreux enfants issus d’unions clandestines.Les marchands de sommeil sont aussi nombreux et rackettent les clandestins.Mais,ce que je n’arrive pas à comprendre est l’impunité totale de ceux qui prennent en charge de nombreux enfants et qui débarquent en métropole ou à la Réunion.De nombreux enfants sont envoyés chez une "tante" à 10 000 km de leurs parents sans la moindre décision de justice et vivent dans une précarité inquiétante(matérielle,éducative et affective).Les services sociaux sont étrangement passifs et acceptent cette maltraitance ....

     

    Répondre à ce message

  • #1813277

    Je n’ai jamais saisi si ce n’est l’attachement, la considération de la France a entretenir des boulets tel que l’île de Mayotte. Étant de nature curieuse et voyant de plus en plus de "ses ressortissants" étudier dans notre faculté (souvent ne dépassant pas la première année de licence pour 95% d’entre eux), j’ai compris que l’île avait été rachetée il y a un siècle et demi pour 1000 francs à un sultan yéménito-malgacho-mozambique. Soit à peu de choses près le prix de mon ancienne 305.

    Sur le site de l’INSEE, l’aide annuelle s’élève à 2 milliards d’euros, cette île dont nous ne voyions que très peu les avantages directs pour l’état et le rayonnement français encore moins d’utilité pour l’auvergnat ou le creusois moyen.

    J’ai lu aussi que les arabes l’avaient visité bien avant nous mais qu’ils ne s’y étaient pas établi durablement (probablement car ces mêmes arabes avaient décrits les mahorais comme des fainéants), rebelote les portugais y font escale et sachant leur esprit conquérant, n’y établisse pas une colonie. Déjà le passif de cet île aurait du nous mettre la puce à l’oreille mais voilà que comme toujours le pigeon français voyant les arabes qui n’y vont pas, les portugais qui n’y vont pas décident d’acheter cet îlot inutile.

    J’ai du respect pour les gens qui s’attachent à devenir français mais la réalité est là, les personnes originaires de cet île ne se sentent absolument pas français. Il suffit de comparer les martiniquais aux mahorais pour vous donner une idée de la chose.

    Il se passe en outre la même chose en Guyane avec le Suriname, c’est exactement le même procédé. Des maternités ambulantes viennent y pondre 6 ou 8 marmots pour le bonheur des allocations. Et quand on dit à ces gens-là, qu’objectivement, ils ne font rien : "wou etes des sales wacistes !"

    L’ONU a déclaré Mayotte comme appartenant aux Comores, tous les pays de la ligue arabe ont désigné en 2009 la départementalisation de Mayotte comme une violation des règles internationales.

    Quand est-ce que la chape de plomb idéologique anti raciste va t-elle cesser ?

    Pour ce qui est de l’article, je ne m’inquiéterai pas davantage, je tiens (et de source sûre) qu’un largage de cet île va être organisé d’ici 2025. Si il n’y avait pas cette hotte aspirante qu’est Mayotte, les Comores ne poseraient aucun problème.

    Le danger vient actuellement du Maroc, à la frontière Ceuta et Melilla, il y a là les migrants qui inonderont l’Europe. Les plus vaillants traverseront les 14km à la nage...

     

    Répondre à ce message

    • Tu n’as rien compris. C’est la droite et le centre qui a souhaité le maintien de Mayotte au sein de la république. Les mahorais votent majoritairement à droite. L’extrême gauche et une partie de la gauche veulent en général lâcher les Dom-Tom et surtout Mayotte. Nous avons décidé de rester français pour ne pas subir la domination des autres îles des Comores. Il y’ a 4 îles et les deux plus grandes sont très belliqueuses. La présence de la France nous a assurer une stabilité politique et qui a impulsé un début développement. Ce n’est pas signe d’intelligence que de se référer aux écris pleins de racismes et de mépris vis à vis d’une population autochtone qu’on exploite. On exploite les gens et on les traite de fainéant et vous trouvez cela crédible ! Pour aller plus je vous conseil de vous intéresser à la géopolitique de l’océan indien. https://www.diploweb.com/Geopolitiq...

       
    • Mayotte c’est premièrement plus de 400 km² de ZEE, qui en en plus pourrait probablement contenir du pétrole voilà sans doute l’un des intérêts de l’île.

      Ensuite l’achat de l’île par la France est beaucoup plus complexe que ce que vous écrivait, le contexte de l’époque est que l’archipel était en guerre et que ce fameux sultan que vous citait, voyant qu’il perdait cette guerre a décidé de vendre l’île à la France contre de l’argent oui, mais aussi en échange d’une protection militaire (c’est très facile de vendre un territoire qui à la base ne vous appartient pas, lorsque votre vie et celle de votre famille est en jeu), en plus à cette époque la France ayant perdu l’île Maurice face aux anglais a sauté sur l’occasion afin de compenser sa perte récente.

      Après il faut savoir que les arabes ne s’y sont pas établi durablement car il y’a eu l’abolition de l’esclavage, qui leur ont privés de leur fonds de commerce dans la région, voilà ce qui les ont déboutés hors de l’île, sinon je trouve le terme de fainéant insultant voire carrément condescendant.

      Encore une fois l’appartenance de l’île aux Comores n’est pas aussi simple que ça, ce n’est pas parce que l’ONU, l’OUA, ou encore la ligue Arabe décrète que l’île appartient au Comores que effectivement celle-ci appartient au Comores, c’est faux et totalement faux, Mayotte n’a jamais appartenu au Comores, enfin géographiquement oui elle est dans l’archipel des Comores, mais le territoire de Mayotte n’a jamais fait partie d’un quelconque Etat appelé Comores, cette entité n’a d’ailleurs jamais existé les quatre île ont toujours eu leur souveraineté avant l’acquisition de ces îles une à une par la France, qui ont formait par la suite l’entité Colonie Mayotte et dépendances.
      Donc pour résumer la légitimer de la prétendue appartenance de Mayotte au Comores tient sur une histoire commune d’à peine une soixantaine d’années ou les quatre îles ont constitué ensemble une colonie française.

      Pour finir je trouve que votre connaissance sur le sujet est très superficielle par rapport à l’arrogance que vous affichez, certes le peuple de Mayotte n’est pas parfait, il est vrai qu’en majorité il ne se sent pas Français, il ne réussit pas ces études supérieures en France et ainsi de suite, mais Mayotte ce n’est pas les statistiques de l’INSEE, les déclarations de l’ONU, les infos de TF1, et quelques minutes sur des articles Wikipédia.

       
    • #1813513

      Sans vouloir être méchant avec vous, je me contrefiche de la politique de l’océan indien. Je suis originaire de la Creuse, avant 1841, il y a 200 000 ans d’évolution humaine qui séparaient les mahorais de mes ancêtres. Autant je comprends l’attachement des Antilles mais nous n’avons rien en commun vous et nous si ce n’est cet obscur contrat de vente comme la France à l’époque en avait conclu des milliers.

      Autant avec le Maghreb et une certaine partie de l’Afrique subsaharienne, nous partageons une histoire commune qui remonte à l’empire romain (et encore c’est vrai pour une petite partie du Maghreb du Nord) autant je ne vois rien de transcendant qui puisse donner une légitimité à cet attachement fantasmagorique de la France dont témoigneraient les "mahorais". Je le vois de mes yeux vos étudiants qui viennent étudier ici, ils parlent leur dialecte entre eux même dans les salles de classe, portent des costumes étranges, etc.

      Comprenez moi, je ne dénigre en rien votre culture. Vous voulez que je vous rappelle ce qu’était Mayotte à l’époque où les portugais l’ont visité au 16ème siècle ? Cette île vivait encore à l’âge de pierre ! Vous devriez remercier mes ancêtres pour y avoir fait prospéré le développement de votre île !

      Ce que je réfute, c’est votre attachement à la France. Et puis quel intérêt ? Quand on parle d’histoire de France, quel est l’intérêt pour vous de vous parler de Clovis, Du Guesclin ou de Louis 14 ? C’est irréaliste de parler de ce genre de choses. Vous êtes juste rattaché à la France car vous n’avez pas souhaité la décolonisation ce qui aurait été la suite logique du largage de Madagascar, des Comores, du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne, etc.

      On devrait réfléchir à revenir sur le statut de DOM, établir une commission de dialogue avec les Comores, organiser des référendums sous l’égide de l’ONU pour régler ce problème.

      Car tout ce que je vois, c’est vos lamentations de pleurnicheuses qui nous supplient de vous garder sous le giron de la France. Vous faites mieux que les algériens en terme de pleurniches.

      Mais comme je vous l’ai dit auparavant, et c’est tout sincèrement que je vous plains, la France prévoit de larguer cet île dans moins de 10 ans (dixit un professeur agrégé qui travaillait à Mayotte).

       
    • Je ne sais pas si votre message s’adressait plus à celui du dessus qu’au mien, mais personnellement je suis tout à fait d’accord avec vous, en fait très sincèrement Mayotte n’a rien à voir avec la France et ce bien que je respecte la France, je serai même soulagé si l’île venait à acquérir de nouveau sa souveraineté, à dire vrai ce que je déplore le plus est l’attitude de nègre de maison qu’affiche certains Mahorais se sentant plus blanc caucasien que noir bantou (certains se sentent même insultés lorsqu’on leur dit qu’ils sont africains).

      Cependant moi ce qui me déplait très franchement dans vos message et le ton condescendant et l’attitude de supériorité que vous affichait, j’ai l’impression d’écouter du BHL affirmant que la France doit tout au judaïsme, ou du Valls (ancien chef du gouvernement Français quand même) affirmant que la France n’est rien sans les juifs de France à titre de comparaison,

      Après sortir Mayotte de la France ne serait pas tant difficile que ça, il suffirait juste d’entamer une procédure de révision constitutionnelle via l’article 89 de la constitution du 4 octobre 1958, afin de modifier l’article 73 sur les collectivités territoriales, dans le but d’exclure le territoire de Mayotte de la constitution Française y’a pas besoin de faire appel à l’ONU ou bien de discuter avec le voisin des procédures de divorce.

       
    • #1825152

      Faut pas vous énerver les gars, la vrai raison c’est la nappe de pétrole à cheval entre l’île et Madagascar. Aussi du gaz à pomper façon Qatar dans le sous-sol iranien.

       
  • #1814362

    Je connais bien Mayotte pour y avoir séjourné pendant 18 mois. Quelle horreur ! Je vous invite à lire mon récit : Si Madagascar m’était conté ! sur lulu.com par mic bruner
    Aussi "Présidentielle blanche 2012 " toujours sur lulu. J’y dénonce des faits connus depuis 7 ans.
    C’est un témoignage d’un résident Français !

     

    Répondre à ce message