Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Foot, télé, politique : c’est l’été de tous les mercatos

Tout changer pour que rien ne change, loi n°1 des lobbies au pouvoir

L’année 2017 c’est définitivement l’année Macron, l’année du mercato. Le mercato est le grand marché des postes pendant la semaine commerciale où les stars s’échangent leurs fauteuils. L’élite joue au changement, mais garde la main sur les postes. Il n’y a pas de changement global : derrière le bruit et la fumée, l’ensemble reste invariant. C’est la même chose en foot, en politique ou en télé. Nous voici dans l’époque du renouvellement factice. Ça permet de faire vivre encore un peu l’idée de démocratie et de pluralisme dans l’esprit des simples.

 

Patrick Liste Noire Cohen part sur Europe 1, qui est aussi prosioniste que France Inter, donc il ne devrait pas dépareiller. Dans l’autre sens, Tanguy Pastureau passe de RTL à France Inter, tandis que « l’humoriste » Alex Vizorek échoue chez Ardisson sur C8. La très politiquement correcte Hélène Jouan (impossible de penser de travers quand on dirige pendant 10 ans l’info de France Inter) va faire sa revue de presse bateau sur Europe 1, le pénible Demorand revient sur la matinale de France Inter avec Léa Glucksmann-Salamé, Pujadas retourne à LCI après une courte parenthèse de 16 ans sur France 2, le cureton socialo-sioniste Bruce Toussaint rejoint la matinale de franceinfo, l’obsédée sexuelle Daphné Bürki va s’éclater sur France 2, Denisot entre en maison de retraite chez Paris Première, la troublante Sonia Mabrouk quitte LCP pour CNEWS, le nouveau nom de la chaîne moribonde i>Télé, l’ancienne comparse de Fogiel Âne-Elisabeth Lemoine prend la place d’Anne-Sophie Publicis-Lapix sur France 5, la superbe Émilie Besse va stimuler Yves Calvi sur Canal+, la chaîne qui poursuit ses désabonnés qui ne veulent pas payer une année entière d’extorsion pour des programmes minables.

Bref, tout change et rien ne change. La télé n’a pas suffisamment d’imagination et de courage pour intégrer de nouvelles têtes, c’est-à-dire des esprits différents, un peu moins alignés sur le libéralisme sociétal qui fait office de ligne officielle.

En politique, la boule Macron a explosé toutes les quilles. On appelle ça un strike. Il a aspiré une grande partie du PS, ratissé le MoDem, plus un bout de la droite dite républicaine, déclenchant une recomposition générale sur de nouvelles lignes, celles qui étaient chères à Chevènement (qui a étrangement pris position pour Macron). Le FN s’est ouvert en deux, le PS a sombré dans une faille spatio-temporelle, la droite s’est fissurée, mais au bout du compte, une fois les transferts terminés, les trahisons signées, on retrouve les mêmes aux commandes, avec en prime un troupeau de truffes jamais vu de mémoire d’observateur politique. Du sang neuf mais pauvre en globules blancs.
Ah, le dernier transfert : Laurence Haïm quite la communication de LREM. Pourtant, au vu des néodéputés qui infestent la Chambre, elle avait largement le niveau !

 

 

C’est le foot qui a lancé le mercato avant tout le monde. Depuis le fameux arrêt Bosman (1995) qui a détruit à la fois les frontières et le lien entre une ville et un joueur, une région et un joueur, un public et un joueur, prémice à la mondialisation généralisée, on sait ce qu’il va advenir de toute la société. Une équipe comme celle d’Auxerre dans les années 90 n’est plus possible aujourd’hui : talentueuse, régionale (avec deux trois renforts tout de même), et brillante en Europe.

 

 

Le foot, qui s’est ultramondialisé depuis 20 ans, annonce une société éclatée, l’agonie de tout nationalisme (l’amour du maillot n’est plus qu’un mantra débile), la disparition des frontières, au bénéfice du capitalisme transfrontalier et de ses escrocs planqués dans les paradis fiscaux. Une évolution synonyme d’appauvrissement des (équipes les) plus pauvres et d’enrichissement des plus riches. Entre les deux, il n’y aura bientôt plus rien. Et la Chine entre dans la danse…

 

 

Nous voilà avec d’un côté ce bon vieux Havre Athletic Club (HAC), 123 ans d’âge et aucun trophée notoire, et de l’autre le géant Real de Madrid avec son palmarès de ouf (33 championnats, 19 Coupes d’Espagne, 9 Supercoupes, 12 Ligues des Champions, 3 Coupes Intercontinentales…), un club fondé sur l’acquisition des meilleurs joueurs du monde grâce à une fiscalité bienveillante et un gouvernement qui regarde ailleurs (idem pour le FC Barcelone). Aujourd’hui, les supporters du PSG sont heureux, l’ex-Barcelonais ex-Turinois Dani Alvès entre au club de la capitale.

 

 

Les vrais supporters du PSG sont partis, écœurés par la dérive commerciale et mondialiste du club, qui a perdu toute attache avec sa banlieue. Car le PSG était avant tout le club des banlieusards (dans les tribunes Boulogne et Auteuil). Aujourd’hui, de la même façon que les prolos ont été éjectés de Paris, les supporters à l’anglaise (bière et baston) ont été éjectés du Parc des Princes. La moissonneuse-batteuse du mondialisme tous azimuts est passée par là.

Et dans ce jeu des chaises musicales médiatico-politico-footballistique, c’est le transfert surprise de Christine Angot dans la grosse écurie ONPC qui fait les gorges chaudes des médias mainstream et des réseaux sociaux (les médias underground).

À peu près aussi populaire que François Hollande, l’écrivain demeuré – au stade anal – signifie la condamnation à mort de l’émission de Ruquier, qui était déjà bien fatiguée depuis le départ de la paire Zemmour-Naulleau. Angot dans ONPC, c’est Patrice Evra qui vient jouer à Marseille à presque 40 ans. À la traîne sur tous les ballons, il sert de stabilisateur défensif mais plus sûrement de chef de vestiaire.

Angot, elle, comme toujours, a été repêchée par le réseau BHL-Bergé. On se demande bien pourquoi : en envoyant une hystérique incompétente dans quasiment toutes les matières (politique, média, culture), BHL punit Ruquier, qui lui est pourtant favorable. Ruquier, homosexuel prosioniste, offre toutes les garanties de sécurité à la chaîne et au gouvernement.
Alors pourquoi Angot ? Parce que les réseaux sioniste et LGBT sont plus forts que la raison. Et c’est ce qui les perdra. En entraînant avec eux tout ce qu’ils touchent et altèrent.

Que ce soit en politique ou en médias, le libéralisme détruit tout,
lire sur Kontre Kulture

 

La Angot, sur E&R :

 






Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1765834
    Le 13 juillet à 17:51 par L’émir adore
    Foot, télé, politique : c’est l’été de tous les mercatos

    Ironiquement, l’équipe d’auxerre de 93 est un très mauvais exemple, certes ils sont quasiment tous issu du centre de formation, mais aucun d’entre eux n’est auxerrois ni même bourguignon.
    Tous ont grandi dans leurs régions d’origine, ont fait leurs classes dans les petits clubs de leurs coins, avant d’être aspiré par la machine auxerroise ( qui était à la pointe dans la détection des adolescents ) vers les 12-13 ans, parfois après. Tous des joueurs issus du centre de formation, mais aucun " gars du coin ". Faut faire attention avec l’histoire qu’on veut nous conter, le foot avant l’arrêt Bosman c’était déjà le pognon en grande quantité, et les gamins qui rejoignaient les centres de formations ils le faisaient avec la carotte au bout, le père Guy Roux avait toujours des contrats solide pour ces gamins.

     

    Répondre à ce message

  • #1765857

    Angot à ONPC... ça va être "Suicide en direct" ! Elle va faire débander le téléspectateur moyen aussi sûrement que Nabilla l’amateur de seins naturels....

     

    Répondre à ce message

    • #1767234
      Le 16 juillet à 10:24 par L’Australien
      Foot, télé, politique : c’est l’été de tous les mercatos

      ... la moindre des logiques devrait mener à ce que cela se vérifie, car en matière de personnage antipathique et instable Ruquier a décroché le pompom.
      Le soucis c’est que la logique est lourdement abimée dans ce pays est j’ai peu de confiance dans la masse des téléspectateurs même si ONPC accuse une érosion de l’audience.

       
  • #1765869

    Fichtre, Spock chez Ruquier ! Ca sent la fin ...

     

    Répondre à ce message

  • #1765877

    Avec Auxerre-BVB,vous m’avez fait un p’tit plaisir,là,les gars ! Et vous avez aussi réveillé un peu de nostalgie.....C’était encore une belle époque ; je supportais Paris(celui de Djorkaeff et Raï),Marseille et Auxerre ; disons plutôt que j’aimais bien ces équipes,et que je suivais régulièrement la ligue des champions le mercredi soir sur la une avec Roger Zabel et Pascal Praud en studio,et "Thierry et Jean-mimi" au stade. J’ai d’ailleurs souvenance des bons mots et "escarmouches" d’après-match entre Guy Roux-que j’adorais- et le duo Zabel-Praud ! Vous auriez d’ailleurs aussi pu mettre un autre match d’Auxerre contre le BVB,au cours duquel Laslandes avait marqué un magnifique but acrobatique,qui avait été refusé pour "jeu dangereux" ; inutile de vous décrire la colère de guy Roux,accusant à juste titre l’arbitre de toujours "favoriser"les grosses équipes d’Europe ; il est vrai que le poids financier et le prestige(avec les droits de diffusion etc...),ça comptait déjà à l’époque,et ça "influençait " les arbitres..... Quant à Auxerre,avec les Lilian Laslandes,Corentin Martins,Bernard Diomède,Sabri Lamouchi,Moussa Saîb,et un certain..........Laurent Blanc(qui allait rejoindre le Barça),quelle belle équipe comme vous l’avez souligné ! Guy Roux et ses "grigri" : aller enterrer une petite vierge Marie sous les cages de l’adversaire la veille d’un match à domicile ; c’était vraiment une équipe du terroir,qui "sentait bon la France",jusque dans le nom de son stade : "L’Abbé des Champs" ! ça ne s’invente pas ! Depuis,comme on le sait-et comme vous le dites- , le mondialisme est passé par là.......

     

    Répondre à ce message

    • #1766056
      Le 14 juillet à 08:55 par coyoterevolte
      Foot, télé, politique : c’est l’été de tous les mercatos

      Auxerre dans les années 90-95, le 4-3-3 avec marquage tout terrain et un vrai libéro : c’était encore du foot. Bien avant l’ingénierie sociale de la formation et les joueurs "ogm" chouchoutés et spécialisés. La moquerie s’abattait sur les footballeurs de l’époque ("Hé Picasso, Picasso") qui étaient encore des hommes et portent aux nues les enfants pourris gâtés de maintenant qui poussent un ballon sans jouer aux échecs.
      Sur le 4-3-3 tout terrain et le foot que j’aime, où le joueur va dans l’espace vide quitte à laisser sa zone, il y a encore des adeptes comme l’entraineur Bielsa.
      Pour le libéro, poste quasi disparu (Varane est dans l’esprit) : sauf mémoire défaillante, du côté de Dortmund, il jouait en 4-4-2 modulable en 3-5-2 quand leur libéro (Matthias Sammer ?) jouait au milieu. Ouais, il y avait des mecs qui pouvaient jouer à deux endroits différents du terrain et qui s’adaptaient selon les circonstances. On appelle ça intelligence, vision de jeu ou l’option tactique bis travaillée à l’entrainement.
      L’arrêt "bossman" ou les centres de formation émergeant à cette époque sont des bonnes illustrations de l’ingénierie sociale : comment changer les gens pour en faire ce qu’on veut. Guy Roux, son bon sens paysan et son "faut pas gâcher" furent aussi digérés par le capitalisme jusqu’à être revendus aux chinois. L’influence de la télé et de la vidéo sur le jeu peut être analysée, considérant que les 1ers matchs de championnat furent diffusés en 1986 sur anal+ : la cour de récré s’enrichit des passements de jambes.
      Autre sujet foot : influence des terrains synthétiques apparus depuis les années 90 sur les blessures et la physiologie des joueurs. Les montants des transferts qui sont faux et qui ne servent qu’à cloturer les comptes sur d’autres affaires de thune et de pouvoir liant les gens du bildeberg, diner du siècle et autres confréries des banquiers et industriels.

       
  • #1765895
    Le 13 juillet à 19:52 par Mais qui regarde la télé ?
    Foot, télé, politique : c’est l’été de tous les mercatos

    Le coup de Ruquier-Barma dans cette histoire est de réveiller un peu un public qui n’en a plus rien à foutre de cette émission, de faire parler (c’est déjà réussi), de laisser trépigner le public pendant l’été et de créer le buzz à la rentrée, puisque tout le monde voudra voir le bateau couler.
    Puis la plumitive sans talent et d’une maitrise orale digne d’une lycéenne, va péter un plomb face un bon client, genre un homme (on ne la taxera pas de sexisme) blanc (racisme) qui refuse de diaboliser le FN ou de se placer ostensiblement dans l’Axe du Bien et claquera la porte bruyamment, au bout de trois émissions, prétextant qu’elle est trop rebelle pour ce genre d’exercices calibrés, et la prod’ la remplacera par la personne qu’ils ont déjà prévu. Double buzz et animation jusqu’en novembre.
    Ne pas sous-estimer la société du spectacle…

     

    Répondre à ce message

  • #1765917
    Le 13 juillet à 20:47 par marie claire
    Foot, télé, politique : c’est l’été de tous les mercatos

    Christine Angot doit dire merci à BHL.
    C’est en partie grâce à lui, qu’elle est chroniqueuse a Onpc.
    Personne n’est dupe, on sait que c’est lui qui tire les ficelles.

     

    Répondre à ce message

  • #1766021

    Je ne trouve pas Angot agressive, mais tourmentée.

    Elle semble avoir un univers fantasmé assez complexe, du moins c’est ce qu’elle explique pour ses bouquins.

    Le souci c’est de savoir si elle discerne son univers fantasmé du réel.

    C’est cependant une personne sérieuse, qui fait peu d’humour, peu d’ironie, peu de second degré et qui parle de manière directe.

    Elle me fait penser à une Polony inversée.

     

    Répondre à ce message

  • #1766067

    Il n’y a plus qu’à remplacer Moix par Doc Gynéco pour finir d’élever le niveau :-)

     

    Répondre à ce message

  • #1766194

    comme ecrivain, j’aurais préféré voir Marion Sigaut . Elle aurait fait plus d’audience

     

    Répondre à ce message

  • #1766335

    Je partage votre analyse sur l’arrêt Bosman, prémisse de la dérégulation sur la circulation des hommes des biens et marchandises. Cela annonçait déjà le fameux plombier polonais. On notera tout de même que les clubs de formation misaient déjà à l’époque sur l’Afrique.
    Quant au PSG club des banlieusards, vous oubliez le Red Star et le RP 1 des années 80, mais voilà les supporteurs préfèrent l’argent. Pour ceux qui s’intéresseraient à la genèse du PSG, vous seriez surpris (ou pas) d’apprendre qui est derrière le développement de ce club.
    Enfin Ruquier and co franchement qui regarde encore ça, la télé propagande et d’entre soi ça suffit.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents